Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38 | 1-2ArticlesLes variétés de français dans les...

Articles

Les variétés de français dans les aires créolophones : une comparaison entre la situation à Maurice et aux Antilles

Elissa Pustka, Jean-David Bellonie et Guillaume Fon Sing

Résumés

Bien que les Antilles (Guadeloupe et Martinique) et Maurice aient fait l'objet de nombreuses publications, les variétés de français de ces deux territoires créolophones n’ont jamais été comparées de manière systématique au niveau socio-historique et linguistique. Cet article vise à combler ce manque. Nous exposons un certain nombre de traits communs et de différences sur plusieurs aspects. Nous analysons notamment : la composition socio-ethnique des populations étudiées qui découle de leur histoire respective ; le français parlé dans les deux zones – et plus particulièrement la question des compétences de français L1 et L2, et dans le cas du français L1, celle des différentes variétés et de leur association aux groupes socio-ethniques – ; et les caractéristiques linguistiques des variétés de français des deux régions. Sur ce dernier point, on observe des similitudes à tous les niveaux. Dans le domaine phonétique et phonologique : affaiblissement du /r/, distribution complémentaire des voyelles moyennes, etc. ; dans le domaine morphosyntaxique : non-réalisation de déterminants et de pronoms, confusion entre certains pronoms d‘objet direct et indirect ainsi qu’entre certaines formes verbales, etc. ; et dans le domaine lexical/sémantique : des lexèmes communs aux deux variétés.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Comme le rappellent Gadet/Ludwig (2015 : 103) : « Cette situation de contact a été complexe, car d’ (...)

1Dans les aires créolophones, la recherche linguistique néglige bien souvent l’étude des variétés de la langue européenne dont est issu le créole1 et avec laquelle il se trouve souvent encore en contact. Il est évident que l’étude de ces idiomes présente un intérêt intrinsèque. De plus, elle permet une meilleure compréhension du créole, d’un point de vue historique et sociolinguistique. À Maurice et aux Petites Antilles françaises (Martinique et Guadeloupe), la langue à la fois lexificatrice et de contact est le français. Il en existe, certes, quelques premières descriptions (cf. notamment Baggioni/Robillard 1990, Robillard 1993, Carpooran 2013, Fon Sing 2020 sur Maurice, Pustka 2007 et Bellonie 2009 sur les Petites Antilles), qui gagneraient à être enrichies et actualisées. De plus, chaque région a jusqu’à présent été étudiée séparément. C’est la raison pour laquelle nous proposons dans cet article de contraster ces situations sociohistoriques et linguistiques à 13 500 kilomètres de distance (pour une comparaison entre la Guadeloupe et les Seychelles cf. Kriegel & Ludwig 2018). Cette comparaison devrait permettre d’enrichir la recherche sur chacune des deux aires en profitant réciproquement des questions posées et des analyses proposées.

2Nous débuterons tout d’abord en section 2 par une comparaison de l’histoire des deux territoires en retraçant notamment leur peuplement et les langues introduites. La section 3 offre un aperçu comparatif de la composition socio-ethnique actuelle de chaque territoire. La section 4 s’attaque à la question complexe des variétés de français. Enfin, la section 5 présente les caractéristiques internes majeures des français antillais et mauricien (phonologie, morphosyntaxe, lexique).

2. Histoire comparative du français aux Antilles et à Maurice

2.1 De la ‘découverte’ à la situation actuelle

3Le français est arrivé beaucoup plus tôt en Amérique que dans l’océan Indien (voir tableau 1). Or, Maurice fut découverte plus tôt, à savoir déjà au Moyen-Âge par les Arabes. Pour la Guadeloupe et la Martinique, il faudra en revanche attendre les deuxième et troisième voyages de Christophe Colomb, en 1493 et en 1502. À l’arrivée des Européens, les Antilles étaient déjà habitées depuis environ 5 000 ans par des peuples originaires de l’Amérique du Sud alors que Maurice était inhabitée.

  • 2 Pour une synthèse récente, voir Fon Sing/Véronique (2020).

4Maurice servait d’abord comme escale aux marins portugais (à partir du début du XVIe siècle) avant d’être colonisée initialement par les Hollandais (1598–1710), ensuite par les Français (1715–1810), avant sa prise de possession par les Anglais (1810–1968). Le système esclavagiste y dura de 1721 à 1835. Un débat subsiste sur la naissance du créole mauricien : certains chercheurs estiment qu’il est né à Maurice (cf. Baker/Corne 1982) alors que d’autres affirment qu’une forme embryonnaire a été importée de l’île de la Réunion voisine (cf. Chaudenson 1989)2. Dans les Antilles, la colonisation française commença en 1635 et fut mise en place par la Compagnie des Îles d‘Amérique. La période de l’esclavage a débuté en 1641 pour prendre fin officiellement en 1848. Sur le plan linguistique, et sans entrer dans les nombreux débats sur cette question (cf. Mufwene 2008 et Véronique 2013 par ex.), nous dirons que la ‘créolisation’ s’est opérée entre le XVIIe et le XVIIIe siècle (cf. Chaudenson 2003, 204). Après l’abolition de l’esclavage au XIXe siècle, les deux territoires connaissent une immigration de travail importante venant de l’Inde. A Maurice, cette immigration a lieu plus tôt (entre 1835/65) qu’aux Antilles (1853/54–1890/1900) et est plus intense, probablement en raison de la proximité géographique de l’Inde. S’en suivront d’autres arrivées, notamment de migrants chinois, dans les deux territoires.

5Malgré ces parallèles historiques, le statut politique actuel des deux zones étudiées est aujourd’hui très différent. Maurice a accédé à l’indépendance en 1968 et est devenue en 1992 une République au sein du Commonwealth. La Martinique et la Guadeloupe par contre font toujours partie de la France. En 1946, les deux îles sont devenues des Départements d’Outre-Mer (DOM) ; en 2003, elles sont devenues des Régions et Départements d’Outre-Mer (DROM), et depuis 2015, la Martinique est une collectivité territoriale unique.

  • 3 Nous tenons à souligner que les désignations des groupes de population entre guillemets simples son (...)

6Le Tableau 1 propose une juxtaposition de faits historiques marquants dans les deux zones ainsi que certaines informations démolinguistiques qui permettent de retracer l’évolution de leur composition ethnique3 (voir aussi section 3). En outre, nous indiquons également les langues qui sont arrivées par les différents groupes ethniques, même si celles-ci se sont, par la suite, en partie diffusées à d’autres groupes de la population. On pense en particulier au créole et au français qui se sont diffusés dans (presque) tous les autres groupes.

Tableau 1 : Histoire comparative et groupes ethniques résultants

  • 4 Cf. Holm (2001), Glose/Pustka (2014). Cette notion reste cependant problématique comme le soulignen (...)
  • 5 Cf. Chaudenson (2003).
  • 6 Pour le détail, voir par ex. Baker (2007 : 308 sqq.).

Guadeloupe & Martinique

Maurice

Premiers peuplements / ‘Découverte’

Îles peuplées par des populations de Caraïbes et d’Arawaks avant leur ‘découverte’ par les Espagnols, expéditions menées par Christophe Colomb en 1493 et 1502

Découverte au Moyen-Âge
par les Arabes, redécouverte ensuite en 1505 par les Portugais puis colonisée transitoirement par les Hollandais (1598–1710)

Colonisation française

À partir de 1635
→ ‘Blancs’/‘Békés’ : français, « semi-créole »4

1715–1810
→ ‘Blancs’/‘Franco-Mauriciens’ : français

Période esclavagiste

1641–1848
Esclaves africains : grande diversité ethnique et linguistique5
→ majorité de la population : naissance des créoles martiniquais et guadeloupéen

1721–1835
Esclaves africains, malgaches, indiens : grande diversité ethnique et linguistique6
→ ‘Créoles’ : naissance du créole mauricien

Colonisation britannique

1794
Quelques mois en Martinique, attaque repoussée en Guadeloupe

1810–1968
→ Administration britannique : législation et services administratifs en anglais

Immigration de travail, XIXe siècle

1853/54–1890/1900 :
immigration indienne
→ ‘Indiens’
(vestiges des langues ancestrales dans les noms de famille et le lexique religieux)

1835–65 :

Immigration indienne
→ ‘Indo-Mauriciens’ : bhojpuri, tamoul, hindi/ourdou, marathi, télégou, goujerati, kutchi, sindhi, etc.

A partir du XIXe/début du XXe siècle : commerçants chinois
→ ‘Sino-Mauriciens’ : hakka, cantonnais

XX-XXIe siècle

DOM → DROM (G) & collectivité territoriale unique (M) ;
immigrations : ‘Syriens-Libanais’, ‘Chinois’, ‘Haïtiens’, ‘Métros’, etc.
→autres créoles, français hexagonaux, etc.

1968 : accession à l’indépendance
1992 : accession au statut de République
immigrations : Rodriguais, Seychellois, Réunionnais, ‘expats’, etc.
→ autres créoles, français hexagonaux, etc.

2.2 Arrivée et diffusion du français

7A Maurice comme aux Antilles, le français a continué à évoluer, sur les différents territoires, depuis son importation durant l’époque de la colonisation française jusqu’à aujourd’hui. Cette période a vu notamment l’émergence dans chaque zone d’un créole avec lequel le français cohabite et entretient des relations osmotiques (cf. Ludwig/Poullet/Bruneau-Ludwig 2006 et Bellonie/Pustka 2017 pour les Antilles, Baggioni/de Robillard 1990 pour Maurice).

8En sus du passage de Maurice sous administration britannique avec ses répercussions linguistiques, la différence majeure entre les deux régions tient au fait que le français est ‘arrivé’ 80 ans plus tôt aux Antilles, avec des conséquences sur les lexiques (et probablement sur les structures grammaticales) des créoles respectifs en émergence (cf. Chaudenson 2003, 209 sqq.). Concernant l’origine régionale des colons, le Nord-Ouest de la France semble dominer partout dans les colonies. À y regarder de plus près, on observe cependant certaines différences. Les premiers colons de Maurice venaient de l’île de La Réunion voisine et y ont apporté à la fois un « français administratif » et des « parlers dialectaux des colons : normand, poitevin, breton, etc. » (Carpooran 2013, 78). A partir de 1721, ils débarquèrent directement du Nord-Ouest de la France. Du côté des Antilles, c’était également la région d’origine prédominante au début de la colonisation, mais d’autres régions françaises, notamment du Sud, vont être ensuite plus présentes, avec des variations importantes entre les îles de la Caraïbe (cf. Benoist 1963, Houdaille 1974).

9Il faut également signaler le fait que les échanges avec la France ne sont pas les mêmes. En effet, aux Antilles, le flux des arrivants nouveaux de la France (dont les colons et les religieuses) ne cesse pas et les fils des familles de colonisateurs sont régulièrement envoyés en ‘métropole’ pour leurs études (cf. Pustka 2015) ; au XXe et XXIe siècle, les allers-retours se renforcent encore (cf. Pustka 2007). Maurice, en revanche, conservera le statut de colonie française uniquement pendant une centaine d’années. Cependant, la France reste encore de nos jours une destination fréquemment choisie par les jeunes Mauriciens qui désirent faire leurs études en dehors de l’île (cf. Atchia-Emmerich 2005, 38). Contrairement à Haïti, république indépendante depuis 1804, les anciens colons d’origine française n’ont jamais été chassés de l’île, mais ont continué au contraire à jouir d’un prestige particulièrement important (cf. section 3). Cette spécificité de la situation mauricienne s’explique probablement par la colonisation britannique qui « a donné à l’usage de la langue française valeur d’emblème de résistance et d’identification de groupe » (Baggioni/de Robillard 1990, 25). En effet, durant cette période, les Britanniques sur l’île respectent les traditions françaises ainsi que les lois déjà existantes dans le pays (cf. Toussaint 1969). Ils laissent aux colons français leurs plantations, leur religion, leur système juridique et leur langue.

  • 7 En Martinique par ex., la radio locale APAL (Asé Pléré Annou Lité – littéralement ‘assez pleurer pa (...)
  • 8 Le français est obligatoire jusqu’à la 5e année du secondaire (16 ans) et l’anglais jusqu’au bac (H (...)
  • 9 Comme d’autres langues dites ‘ancestrales’ (cf. Tableau 1) ou leurs variétés standardisées : hindi, (...)

10Aujourd’hui, la langue officielle de la Guadeloupe et de la Martinique est le français, comme partout en France : « La langue de la République est le français. » (article 2 de la Constitution française, inséré en 1992). Le créole a acquis le statut de « langue régionale » en 2000 et il faudra attendre 2008 pour qu’il soit considéré, avec les autres langues régionales, comme faisant partie du patrimoine de France : « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. » (article 75-1). La Guadeloupe et la Martinique possèdent bien évidemment le même système scolaire et les mêmes médias de masse que les départements français de la France continentale (mis à part quelques chaines de télévision et de radios locales7). Le créole peut être choisi comme langue vivante régionale, en plus d'une ou deux autres langues vivantes étrangères. La République de Maurice pour sa part ne connaît pas de jure de langue officielle. La langue officielle de facto, utilisée dans l’administration, est l’anglais. Dans le système scolaire mauricien, le parcours scolaire se fait en français et en anglais dès la première année scolaire.8 Le créole pour sa part a été introduit en 2012 comme matière optionnelle au primaire9 et est enseigné dans les écoles RCA (Roman Catholic Aided) (voir Natchoo 2018, Rughoonundun-Chellapermal 2017). Parallèlement à ce système, plus de 5 000 enfants fréquentent des établissements scolaires de l’État français. Par ailleurs, le français occupe une place importante dans les médias, que ce soit dans la presse écrite (p. ex. les grands journaux tels Le Mauricien, L’Express), à la télévision (sur les chaînes de la MBC (Mauritius Broadcasting Corporation)) ou les radios locales (notamment celles privées comme Radio One, Radio Plus, etc.). C’est la raison pour laquelle le français est considéré comme « deuxième langue institutionnelle du pays (en fait langue semi-officielle de facto) derrière l’anglais » (Carpooran 2013, 78).

11Pour ce qui est de la transmission familiale et de l’utilisation quotidienne du français, il n’a jamais cessé d’être parlé dans les (anciennes) familles de colons – à Maurice autant qu’aux Antilles (cf. Baggioni/Robillard 1990, Ludwig/Poullet/Bruneau-Ludwig 2006, Pustka 2015). De plus, il gagne de nouveaux groupes de locuteurs dans les deux territoires après l’abolition de l’esclavage et surtout pendant les dernières décennies. Aux Antilles, on observe déjà à partir de 1848 l'émergence d’une bourgeoisie de couleur qui envoie ses enfants à l’école et adopte le français comme langue familiale (cf. Pustka 2007). À partir de 1946, tous les enfants sont scolarisés en français, et à partir des années 1990, les mères se mettent à parler plus systématiquement en français à leurs enfants (cf. March 1996, Pustka 2007, Bellonie 2011). Le créole, en revanche, était complètement banni dans certaines familles. Aujourd’hui, quasiment tous les enfants aux Antilles parlent le français comme première langue (L1) ; une partie d’entre eux grandissent avec les deux langues français/créole (Barreteau/Heeroma 2003, Bolus 2003, Pustka/Bellonie 2017, Bellonie/Pustka 2019). À Maurice, un développement semblable a émergé chez certaines familles en voie d’ascension sociale et beaucoup plus tardivement. L’école se fait traditionnellement en français, même pendant l’époque de la colonisation anglaise ; l’anglais n’y fut introduit qu’en 1942 et reste jusqu’à aujourd’hui la seule langue officielle du système scolaire (cf. Baggioni/de Robillard 1990, 31). Mais ce n’est qu’à partir des années 1980 qu’on voit naître ce qu’on appelle à Maurice les néofrancophones, c’est-à-dire des locuteurs L1 du français qui ne sont pas des descendants de colons français.

12Malgré ces constats, il est difficile aujourd’hui de décider s’il existe un français régional mauricien ou antillais ou bien s’il faut plutôt distinguer plusieurs variétés de français (et si oui lesquelles). Même si des études empiriques détaillées manquent encore jusqu’à présent, on peut supposer que dans les deux zones des différences liées aux groupes socio-ethniques se sont développées. C’est la raison pour laquelle nous allons proposer dans la section suivante un aperçu de leurs compositions socio-ethniques respectives.

3. Groupes socio-ethniques

13La composition ethnique des populations s’explique, aux Antilles comme à Maurice, par l’histoire et les flux migratoires qui en résultent (cf. Tableau 1). Vu que les dénominations et sous-catégorisations sont assez différentes dans les deux régions, nous les traitons tout d’abord à part pour ensuite en venir à une comparaison. Nous commençons par les Antilles où la situation semble légèrement moins complexe. On peut noter d’emblée que la différence majeure entre les deux territoires est la suivante, aux Antilles, le groupe largement majoritaire est celui des ‘Noirs’, c’est-à-dire les descendants d’esclaves, en partie avec des influences d’autres groupes (‘métis’) ; à Maurice, ce sont les ‘Indiens’, descendants des immigrés du XIXe siècle (cf. section 2).

3.1 Antilles

  • 10 « Cette expression péjorative, formée sur le préfixe négro- ‘noir’ et le suffixe -politain, en réfé (...)

14Aux Antilles, les catégorisations populaires distinguent les ‘Noirs’ et les ‘métis’ de plusieurs groupes de ‘Blancs’, ‘Mulâtres’ et ‘Négropolitains’10 ainsi que des ‘Indiens’ (catégorie sur laquelle nous reviendrons par la suite). À la fin du XIXe siècle arrivent deux groupes de commerçants, les ‘Syro-Libanais’ et les ‘Chinois’. À partir des années 1990, on y trouve aussi trois groupes d’immigrés récents créolophones des îles voisines d’Haïti, de la Dominique et de Sainte-Lucie, ainsi que des immigrés dominicains hispanophones (cf. Calvet/Chaudenson 1998, Schnepel 2004, Pustka 2007, Pustka/Bellonie 2017). Il faut préciser ici que la France, contrairement à Maurice (cf. section 3.2) ne pratique pas de recensements en fonction de l’origine ethnique. Le Quid 2006 fournit cependant les estimations suivantes pour la Guadeloupe : env. 86% de Noirs, 9% d’Indiens, 5% de Blancs.

  • 11 Nous faisons abstraction ici de la situation à Saint-Barthélemy qui faisait partie jusqu’en 2007 d (...)
  • 12 ‘Colline’ en français antillais (TLFi).

15Parmi les ‘Blancs’, on distingue tout d’abord ceux originaires de l’île depuis des générations (‘Blancs-pays’) et les nouveaux venus (‘Blancs-France’ ou ‘métros’ ; env. 2%). Dans la première catégorie, il faut encore différencier entre les familles descendantes des colons soit aisées (‘Békés’ en Martinique, ‘Grands-blancs’ en Guadeloupe) soit pauvres (‘Petits-blancs’), le taux de présence de chaque groupe s’élevant à peu près à 1–2% de la population. Parmi ces derniers, deux sous-groupes différents, implantés dans deux isolats, sont documentés en Guadeloupe11 (cf. Fig. 2) : les ‘Blancs-Matignon’ dans les mornes12 des Grand-Fonds de la Grande-Terre (cf. Michaux-Vignes 1995) et les ‘Saintois’ dans le mini-archipel des Saintes (cf. Bonniol 1981, Glose/Pustka 2014). La question de l’existence d’un groupe de ‘Petits-blancs’ se pose aussi en Martinique. Une autre différence entre les deux îles concerne les Blancs aisés. Comme la Révolution française s’est terminé, en Martinique, au bout de quelques mois seulement, par la conquête de l’île par les Anglais, les ‘Békés’ échappèrent à la guillotine. En Guadeloupe, en revanche, fut condamné un nombre important de ‘Grands-Blancs’. Ainsi, ce groupe est-il aujourd’hui beaucoup plus nombreux et puissant en Martinique (cf. Pustka/Bellonie 2017, 627).

16La Figure 1 confronte les catégorisations en Martinique et en Guadeloupe.

Figure 1 : Catégorisations populaires des ‘Blancs’ en Martinique et en Guadeloupe

Figure 1 : Catégorisations populaires des ‘Blancs’ en Martinique et en Guadeloupe

17Pour ce qui est des ‘Grands-Blancs’ en Guadeloupe, bien que dispersés partout dans l‘île (comme les plantations), on peut, tout de même, identifier des zones de concentration de cette population. Traditionnellement, ils avaient leurs maisons secondaires dans les hauts de Saint-Claude pour se protéger de la chaleur ; aujourd’hui, on les trouve beaucoup dans des résidences près de la marina du Gosier (cf. Pustka 2015). Comme le montre la carte dans la Figure 2, ces quatre zones ne se chevauchent pas.

Figure 2 : Centres de populations blanches.

Figure 2 : Centres de populations blanches.

18Alors que les ‘Blancs-pays’ constituent de véritables groupes sociaux avec des réseaux de connaissances et d’interaction très denses, les termes de ‘Blancs-France’ ou ‘Métros’ représentent plutôt des catégories ethniques regroupant des personnes arrivées plus récemment de métropole et résidant sur le territoire parfois de manière transitoire ou intermittente. Ces termes englobent aussi les touristes de passage ainsi que de plus en plus de retraités séjournant régulièrement aux Antilles pendant plusieurs mois. Une catégorie particulière d’immigrants et de touristes venant de France est à signaler : ce sont les ‘négropolitains’. Il s’agit des Antillais ou enfants d’origine antillaise vivant ou ayant vécu en France avec leurs mentalités, comportements et variétés hexagonales. Ils sont concentrés en région parisienne, raison pour laquelle l’Île-de-France est aussi appelée la « troisième île » (Anselin 1990, 117) car y habitent autant d’Antillais qu’en Martinique et en Guadeloupe (cf. aussi Pustka 2007, Bellonie 2010, Pustka/Bellonie 2017).

  • 13 On trouve aussi dans les descriptions les termes synonymes « gens de couleur » ou « sang-mêlés » (B (...)

19La catégorie de ‘Mulâtres’ aux Antilles, évoquée plus haut, est ambigüe. Zander (2013, n.p.), s'appuyant notamment sur les travaux de Bonniol (1992), précise d’ailleurs que : « il semble difficile de dessiner avec précision les contours de ce groupe ‘socio-racial’ ». Le terme mulâtre, qui est toujours d’usage en Martinique, renvoie à une ancienne classification ethno-raciale et à une position sociale, toutes deux héritées de la société esclavagiste et post-esclavagiste. Ainsi, était clairement identifié et enregistré comme ‘mûlatre’13 tout individu issu d’une union noir-blanc fondée « essentiellement sur l’exploitation sexuelle de la femme esclave noire par le maître blanc » (Zander 2013, n.p.), certaines familles mulâtres ont pu accéder à certaines professions (l’agriculture de plantation, le grand commerce ou l’industrie), sans pour autant menacer le pouvoir économique détenu aujourd’hui encore par des familles Békés. En outre, s’est développée une élite culturelle et politique, domaines que n'avaient pas investi les Békés (cf. Zander 2013). Il reste à creuser la question de savoir quel rôle joue ce groupe ou au moins cette catégorie depuis la fin de l’esclavage.

20Un autre groupe socio-ethnique antillais qui attire particulièrement l’attention, comparativement à la situation à Maurice, est celui des ‘Indiens’ qui sont tous ‘Hindous’ (cf. Nègre 1964, 34). Il faut souligner que l’immigration indienne a été beaucoup plus importante pour la Guadeloupe (1854–1888) que pour la Martinique (1853–1900). Aujourd’hui, environ 9% de la population guadeloupéenne sont considérés comme ‘Indiens’, alors qu’il ne s’agit que de 1,5% à 5% de la population martiniquaise (cf. aussi Tableau 1). En comparaison, à Maurice, la proportion d’‘Indo-Mauriciens’ est estimée entre 48 et 70% de la population, avec une majorité d’‘Hindous’.

3.2 Maurice

21Contrairement à la France, la constitution mauricienne de 1968 distingue quatre ‘communautés’ :

« (…) la population de Maurice est considérée comme comprenant une communauté hindoue, une communauté musulmane et une communauté sino-mauricienne ; toute personne qui, par son mode de vie, ne peut être considérée comme appartenant à l'une de ces trois communautés, est réputée appartenir à la population générale, laquelle forme elle-même une quatrième communauté. » (Annexe I, Constitution)

22Jusqu’en 1972, chaque habitant était obligé de se déclarer comme appartenant à l’une d’entre elles lors du recensement. En 1972, les ‘Hindous’ représentaient le groupe majoritaire avec un taux de 52% de la population tandis que 17% de la population se déclaraient ‘Musulmans’ et seulement 3% ‘Sino-Mauriciens’. Le pourcentage de la ‘Population générale’ avec les personnes n’appartenant pas aux catégories précédentes s’élevait à 29% (cf. Stein 2017, 77).

  • 14 Il faut également noter que cette catégorisation imposée par le système ne satisfaisait pas non plu (...)

23Ces catégorisations soulèvent bien évidemment quelques problèmes. Premièrement, elles se basent sur des critères différents, les ‘Hindous’ et ‘Musulmans’ étant des catégories d’ordre religieux14, les ‘Sino-Mauriciens’ se définissant par le pays d’origine et/ou l’ethnie et la ‘Population générale’ regroupant le reste de la population, avec toutes les personnes ne se retrouvant pas dans les trois premières catégories. Cette catégorie est très hétérogène, comprenant à la fois les ‘Franco-Mauriciens’/‘Blancs’ (descendants de colons), les ‘Gens de couleur’ (descendants de ‘métis’ libres) et les ‘Créoles’ (descendants d’esclaves) – tous généralement catholiques – ainsi que les Mauriciens d’origine indienne et chinoise de religion catholique, etc. Troisièmement, on oblige les enquêtés à s’auto-catégoriser dans une seule communauté même s’ils sont issus d’une famille ‘mixte’ (cf. Baggioni/de Robillard 1990, 8, Baker 2007, 326–327, Carpooran 2003, 85–86, 94–95).

24Dans le dernier recensement de 2011, on ne trouve plus que les critères de religion et de langue. Selon ce recensement, 51 214 des 1 236 817 enquêtés (4%) déclarent que le français est la langue « usually spoken at home » (Central Statistics Office 2011). En comparaison : c’est le créole pour 87%, le bhojpouri pour 5% et l’anglais pour seulement 0,5% de la population. On constate une différence importante entre les zones urbaines et les zones rurales, le français étant régulièrement parlé à la maison par 7% des citadins, mais seulement par 3% des ruraux. Ces chiffres ne devraient pas laisser oublier que la plupart des Mauriciens pratique régulièrement plusieurs langues. Dans l’enquête d’Atchia-Emmerich (2005, 90), 90% des Mauriciens déclarent avoir une bonne connaissance du français. En ce qui concerne les ‘Franco-Mauriciens’/‘Blancs’, Baggioni/de Robillard (1990, 44) évoquent « un bilinguisme très précoce » avec le créole qui est surtout utilisé par les hommes (cf. Stein 2017, 80).

25Traditionnellement, le français est la L1 seulement des ‘Franco-Mauriciens’/‘Blancs’ et des ‘Gens de couleurs’ qui représentent d’après des estimations environ 2% et 3% de la population mauricienne (cf. Carpooran 2013, 76) :

« (…) le sens commun mauricien associe toujours étroitement le français aux ‘Blancs’ (descendants des ‘colons’) et aux ‘Gens de couleur’ (population métissée de teint généralement clair, en général chrétienne et culturellement proche des ‘Blancs’) (…). » (Carpooran 2013, 76)

26Regardons alors de plus près ces deux groupes de population. Les ‘Blancs’ ou ‘Franco-Mauriciens’ sont généralement considérés comme le groupe socialement dominant : en variant la terminologie, on parle au niveau scientifique de « classe dominante blanche », « couche dominante franco-mauricienne » ou « oligarchie terrienne ». Il existe aussi des désignations populaires plus péjoratives et insultantes comme « blanc-bec » et « lérat-blanc » (Baggioni/de Robillard 1990, 38). Ce groupe est localisé à Curepipe, « l’ancienne citadelle blanche » (Baggioni/de Robillard 1990, 30), à 25 kilomètres de la capitale Port-Louis. Carpooran (2003, 95) mentionne aussi une distinction entre « Grand-Blanc » et « Petit-Blanc » (pour « petit blanc » cf. aussi Baggioni/de Robillard 1990, 8), ce qui rappelle la Guadeloupe (cf. section 3.1), en faisant référence aux travaux d’Eriksen :

« The Franco-Mauritians form socially distinctive groups. Those of real or fictitious aristocratic descent have until recently been strongly endogamous ; among the ‘commoners’, further, anybody who marries a non-white person (usually a Coloured) risks the loss of social rank, despite undeniable cultural similarities between the Francos and the Coloureds. » (Eriksen 1992, 110–111)

On ne trouve quasiment pas d’informations sur les ‘Blancs’ moins aisés à Maurice.

27Salverda 2015 précise que la catégorie de ‘Blancs’ ne se définit pas uniquement par la couleur de peau, mais aussi par le nom de famille (témoignant de l’ascendance) et la fortune :

« There is a long history of intermarriage between whites and gens de couleur. As a result, members of the gens de couleur community have a variety of skin colour shades, ranging from dark to as white as Franco-Mauritians. (…) Many are probably aware of the inconsistency that, in certain cases, money ‘whitens’, this fuelling the potential for gossip. Families who are nowadays part and parcel of the Franco-Mauritian elite were in the past not considered completely white. » (Salverda 2015, 31–32)

  • 15 Le terme ‘Libre de couleur’ est peu usité de nos jours.

28Les ‘Gens de couleur’ pour leur part sont définis comme « ‘mulâtres’ c’est-à-dire l’élite cultivée issue des ‘libres de couleur’ » Baggioni/de Robillard 1990, 29), comme en Martinique (cf. section 3.1). Carpooran (2003, 88–89), pour sa part, distingue encore entre ‘Libres de couleur’15 et ‘Mulâtres’, caractérisant ces derniers comme « ceux qui, issus d’unions ou de lignées mixtes, présentent néanmoins des phénotypes proches du Blanc ». Une désignation populaire est celle de « faire/fer-blanc » (‘faire comme les blancs’) (Baggioni/de Robillard 1990, 127).

29Selon le recensement de 2011 (cf. Central Statistics Office 2011), les Village Council Areas (VCA) avec le pourcentage le plus élevé de francophones sont Tamarin (36%), Albion (34%), Flic-en-Flac (28%) et Grande Rivière Noire (27%), toutes les quatre situées sur la côte ouest au Sud de Port-Louis. Dans le Nord de l’île, on trouve des chiffres assez élevés à Grande Baie (22%) et Cap Malheureux (12%). La troisième agglomération se trouve enfin autour de Beau Bassin/Rose Hill (avec des pourcentages montant jusqu’à 10–14%), Curepipe (10%) et Quatre Bornes (11–13%). Bosquet-Ballah (2017, 253) parle dans ce contexte d’« îlots francophones » :

« Si on se fie aux chiffres relatifs aux régions urbaines, force est de constater qu’il faut donner raison à Baggioni et Robillard (op. cit.) en admettant que le français est une langue urbaine, mais les chiffres relatifs aux espaces marqués par la rurbanisation illustrent d’une dynamique francophone émanant des zones traditionnellement qualifiées de rurales. (…) Plus que le reflet de cette urbanisation le français est un symbole que l’on érige tout autant que sa richesse sociale, pour signaler un mode de vie valorisant qui semble être caractérisé de la rurbanisation. » (Bosquet-Ballah 2017, 251, 253)

30Il faudrait finalement souligner qu’en plus de ces deux groupes de francophones traditionnels, il existe au moins depuis les années 1980 de plus en plus de néofrancophones, donc des locuteurs ayant le français comme L1 dont les parents le parlent comme L2 ou L3 (cf. section 4.2).

3.3 Comparaison

31Quand on compare la composition socio-ethnique des deux régions (cf. Tableau 2), on constate tout d’abord que les ‘Noirs’, descendants d’esclaves, sont majoritaires aux Antilles, alors que le groupe le plus important à Maurice est celui des ‘Indo-Mauriciens’. Les ‘Blancs’, descendants de colons ayant transmis le français de génération en génération, en revanche, ne représentent qu’environ 1–2% de la population (cf. supra).

Tableau 2 : Les groupes socio-ethniques en comparaison

  • 16 Tamouls, Telugus, Marathis, etc. Comme explicité précédemment, la catégorie ‘Indo-mauriciens’ qui é (...)

Antilles

Maurice

Martinique

Guadeloupe

Descendants de colons

‘Békés’

‘Grands-Blancs’

‘Petits-Blancs’ : Saintois, ‘Blancs-Matignons’

‘Franco-Mauriciens’/‘Blancs’ :

‘Grands-Blancs’

‘Petits-Blancs’ (?)

Descendants d’esclaves

‘Noirs’

‘Créoles’

Descendants de métis libres

‘Mulâtres’

---

‘Gens de couleur’

Descendants d’immigrés indiens

‘Indiens’ (hindous)

‘Indo-Mauriciens’ :

‘Hindous’

‘Musulmans’

autres16

Descendants d’autres immigrés

‘Syriens-Libanais’, ‘Chinois’, Dominicains, etc.

‘Sino-Mauriciens’

Immigrés créolophones

Haïtiens, Dominiquais, Sainte-Luciens, etc.

Rodriguais, Seychellois, Réunionnais

Immigrés francophones

Expatriés et retraités de France venant s’établir (appelés Métro(politains) aux Antilles et expats à Maurice)

32La comparaison systématique des deux régions étudiées mène ainsi aux questions ouvertes suivantes :

  • Existe-t-il en Martinique et à Maurice à côté des ‘Blancs’ de niveau social élevé également des ‘Petits-Blancs’, comme en Guadeloupe ?

  • Que sont devenus les ‘Mulâtres’ en Guadeloupe ?

  • Quel rôle jouent les touristes et immigrés créolophones d’autres régions à Maurice (notamment les Rodriguais, les Seychellois et les Réunionnais) ? Quel rôle jouent les immigrés francophones à Maurice (notamment les 11 524 Français17 ‘expats’) ?

33Après avoir comparé les compositions socio-ethniques entre les Antilles et Maurice et exposé leur complexité, nous allons aborder dans la section suivante la question des variétés de français et de leurs rapports avec les groupes respectifs.

4. Les variétés de français aux Antilles et à Maurice

4.1 Antilles

34En ce qui concerne les variétés de français, les publications sur les Antilles distinguent principalement le français L1 et le français L2. Parmi les points qui font débat, la question se pose de savoir si le français L1 des Grands-Blancs de la Guadeloupe (cf. Pustka 2015) et celui des ‘Petits Blancs’ aux Saintes (cf. Bonniol 1981, Glose/Pustka 2014) se distinguent de celui du reste de la population (Pustka 2007). Cela n’a été montré que par des tests perceptifs pour la variété de créole parlée par les Saintois qui, notamment par ses voyelles antérieures arrondies, est bien différencié du créole guadeloupéen (cf. Glose/Pustka 2014). Concernant les ‘Békés’ martiniquais et les ‘Blancs-Matignon’ en Guadeloupe (cf. section 3.1), il n’existe jusqu’à présent que des enquêtes ethnographiques (cf. Kováts-Beaudoux 2002, Michaux-Vignes 1995) ; les variétés de français et de créole de ces groupes ne sont pas documentées. Les ‘Mulâtres’ martiniquais pour leur part n’ont jamais fait objet d’une étude linguistique.

35Alors que les premiers travaux sur le français aux Antilles se concentraient sur les « erreurs de français » des locuteurs L2, notamment en milieu scolaire (cf. Oliel 1979, Lauriette 1980), les travaux sur le français régional émergent font leur apparition à partir des années 1980 (Prudent 1981, Hazaël-Massieux/Hazaël-Massieux 1996, Telchid 1997, Romani 2000, Ludwig/Poullet/Bruneau-Ludwig 2006). Comme nous l’avons précisé dans la section 2, presque tous les jeunes adultes en 2020 ont le français comme L1. Il s’agit là d’un français régional issu du contact du français scolaire et de la langue dite ‘régionale’ (ici le créole) comme dans la plupart des régions de la France hexagonale (p. ex. français du Midi issu du contact avec l’occitan). Pour ce qui est de la Martinique et de la Guadeloupe, en revanche, le schibboleth de l’affrication permet facilement de différencier les deux îles. Martinique p. ex. est prononcé [matinik] en français guadeloupéen, mais [matʃinik] en français martiniquais (cf. Hazaël-Massieux/Hazaël-Massieux 1996, Pustka 2007, Pustka/Bellonie 2017).

36Étant donné que le français des descendants de colons ne joue pas un rôle spécifique dans la conscience sociolinguistique des Antillais, celui-ci ne joue certainement pas le rôle d’une norme régionale. Vu le contact permanent avec les variétés françaises de l’hexagone par les migrations et les médias de masse, celles-ci semblent avoir exercé une influence permanente (cf. Pustka/Bellonie 2017). En outre, le français régional émergent présente de plus en plus une norme régionale pour les jeunes générations (cf. Pustka et al. 2019, 43).

4.2 Maurice

37A Maurice, Baggioni/de Robillard (1990, 63) distinguent également entre les locuteurs de français L1 (qu’ils appellent « locuteurs endolingues ») et les locuteurs de français L2 (« locuteurs exolingues »). Au sein des locuteurs L1, ils font encore la différence entre les « variétés endogènes » des ‘Blancs’ et des ‘Gens de couleur’, transmises de génération en génération depuis l’époque coloniale, et les « variétés exogènes », appelées « français standardisant » et « français branché » (des jeunes). Au sein des « variétés endogènes », le schibboleth qui distingue la variété prestigieuse des ‘Blancs’ de la variété non-prestigieuse des Gens de couleur est la prononciation du /a/, « le français de ceux qui pèrlent » (cf. aussi Ledegen/Lyche 2012) étant attribué aux ‘Blancs’, « le français de ceux qui porlent » aux ‘Gens de couleur’. En ce qui concerne le groupe des ‘Créoles’ finalement, on constate que Baggioni/de Robillard (1990, 63) le range parmi les locuteurs « endolingues » alors qu’on les retrouve parmi les locuteurs L2/L3 chez Carpooran 2013. On peut se demander ici si la réalité a changé au cours de presque un quart de siècle entre les deux publications ou bien si les estimations des auteurs diffèrent. Une autre catégorisation à remettre en question est celle des néofrancophones parmi les locuteurs de « français exogène », bien qu’il ne s’agisse explicitement pas d’un français L2, mais L1 (Baggioni/de Robillard 1990, 65).

38Il faut souligner que cette association schématique entre variétés et groupes socio-ethniques avait déjà été qualifiée de « caricaturale » par Baggioni/de Robillard (1990, 62) et qu’ils considèrent les variétés ainsi définies plutôt comme des pôles sur un continuum. Ils notent que le français de certains non-blancs, notamment de femmes peut aussi s’approcher du « français ‘des blancs’ ». C’est la raison pour laquelle Baggioni/de Robillard (1990, 34) parlent d’un processus de « désethnicisation » du français. De plus, il faut noter qu’un locuteur mauricien n’est pas fixé sur une langue dans une situation donnée, mais que les alternances codiques sont fréquentes (cf. Chady 2018). Pour sa part, Fon Sing (2020) dresse dans son étude un inventaire de quelques traits morphosyntaxiques extraits d’un corpus écrit de sketches parodiques en français régional mauricien parus dans la presse écrite. Son postulat de départ est qu’à la différence de certains traits phonétiques et prosodiques qui peuvent être des indices sociolinguistiques, les particularités morphosyntaxiques peuvent quant à elles se retrouver dans toutes les variétés de français régional mauricien.

39Pour ce qui est de la question de la norme, Carpooran (2013, 77) suppose que le français standard de l’hexagone semble avoir joué au moins jusqu’aux années 1960 le rôle d’une norme de référence également à Maurice, et ceci malgré l’indépendance vis-à-vis de la France depuis 1810. Tsang Mang Kim 1977, en revanche, présume que le français s’est autonomisé à Maurice, appelant cette variété franglien (mot valise composé de franglais et mauricien) :

« Héritiers d'une langue française coupée de l'hexagone, les Mauriciens se sont vus en présence d'un vocabulaire qui avait cessé d'être fécondé ou enrichi par de nouveaux apports et qui n'évoluait plus ni au même rythme, ni dans la même direction que le français de France. » (Tsang Mang Kim 1977, 75)

40Contrairement aux Antilles, le français des ‘Blancs’ y est considéré comme prestigieux. A l’heure actuelle, on peut de plus se poser la question de l’émergence d’une nouvelle norme régionale compte tenu de l’augmentation du nombre de néofrancophones.

41Pour notre comparaison avec les Antilles françaises, il est intéressant de se pencher sur la comparaison que Baggioni (1993, 155–156) avait déjà proposée avec La Réunion : alors qu’il constate qu’il existe des « francophones autochtones endolingues » dans les deux îles, seule Maurice possède d’après lui une « norme endogène » légitime. Si une telle norme n’a jamais existé à la Réunion, elle a été repoussée par le « français standard », représenté par les zoreils (‘métropolitains’). L’auteur souligne que les « grands blancs » réunionnais n’ont jamais été aussi puissants que les Franco-Mauriciens et qu’en revanche le nombre de néofrancophones est plus important à la Réunion qu’à Maurice.

4.3 Comparaison

  • 18 Terme peu usité aujourd’hui.

42En contrastant les publications sur le français parlé aux Antilles et à Maurice, on constate d’abord un grand nombre de similitudes (cf. Tableau 3) : tout d’abord, on fait la différence entre français L1 et L2. Ensuite, à l’intérieur du français L1, on considère à Maurice qu’il existe des différences entre les ‘Blancs’, les ‘Gens de couleur’18 et les néofrancophones, le français des ‘Blancs’ étant considéré comme prestigieux par certains. Ces mêmes distinctions de locuteurs existent aussi aux Antilles ; or, aucune étude ne permet de savoir si le français parlé par ces trois groupes peut être distingué de façon perceptive. De plus, on constate une différence par rapport à la norme : alors que le français des ‘Blancs’ bénéficie probablement encore d’un certain prestige à Maurice – à côté du français ‘standard’ diffusé par les médias et les variétés hexagonales du français adoptées au contact des locuteurs de France –, un tel prestige n’a jamais été noté aux Antilles. De plus, on constate aux Antilles l’émergence d’une norme régionale, à côté de la norme parisienne (nationale et internationale) (cf. Pustka et al. 2019). A Maurice, cette question demande encore à être étudiée empiriquement (voir le concept de ‘français standardisant’ des néofrancophones chez Baggioni/de Robillard 1990).

Tableau 3 : Les variétés de français en comparaison

Ordre d’acquisition

Groupe socio-ethnique

Antilles

Maurice

L1

Descendants de colons riches

Une variété ou plusieurs ?

Français des ‘Blancs’ (« ceux qui pèrlent »)

Descendants de colons pauvres

(manque d’informations)

Descendants de métis libres

Français des ‘Gens de couleur’

(« ceux qui porlent »)

Autres groupes de la population

néofrancophones

L2/L3

Interlangue

43Encore une fois, la comparaison des deux régions révèle ainsi un certain nombre de questions ouvertes :

  • Existe-t-il aujourd’hui une seule variété de français L1 aux Antilles ou les locuteurs-auditeurs antillais peuvent-ils en distinguer plusieurs ?

  • Les locuteurs-auditeurs mauriciens perçoivent-ils de la variation sociale au sein du français des ‘Blancs’ ?

  • La différence entre le français des ‘Blancs’ et des ‘Gens de couleur’ à Maurice est-elle vraiment perceptible dans des tests avec des stimuli auditifs anonymes ?

  • Quelle variété est considérée comme la plus prestigieuse et comme norme de référence à Maurice : la norme hexagonale, le français des ‘Blancs’ ou le français des néofrancophones ?

44Afin de répondre à ces questions, il faudrait mettre en place de larges études parallèles. Quelques premières pistes peuvent cependant déjà être esquissées sur la base d’une comparaison des caractéristiques internes des français des deux régions créolophones en question.

5. Caractéristiques internes des français antillais et mauricien

5.1 Phonologie

  • 19 Nous faisons abstraction ici des phénomènes notés par Baggioni/de Robillard 1990 et Carpooran 2013 (...)

45Au niveau phonologique, les deux français régionaux se caractérisent par les traits communs suivants (pour Maurice cf. Chaudenson 1979, Baggioni/de Robillard 1990 et Carpooran 2013, pour les Antilles Pustka 2007 et Pustka/Bellonie 2017)19 : l’affaiblissement du /r/ (1), la loi de position des voyelles moyennes (2), la réalisation de consonnes finales (3) et la palatalisation de [t] et de [d] devant [i], [y] et [j] (uniquement en Martinique ; voir plus bas notre exemple (4)).

46L’affaiblissement du /r/ est considéré comme schibboleth de l’accent antillais en français : « Si l’on demande à un Français ‘métropolitain’ de caractériser le français parlé aux Antilles, il répond généralement que les Antillais ne prononcent pas les r. » (Walter 1988 : 225). Ce schibboleth ne se limite pas aux Antillais de couleur, comme le pirate Baba caricaturé dans les bandes dessinées d’Astérix (cf. Pustka 2012, 272). Il était particulièrement attribué à Joséphine de Beauharnais, première femme de Napoléon, qui était une Blanche créole :

« Créole. [...] Personne de pure race blanche née aux colonies : Joséphine de Beauharnais était une créole de la Martinique. Accent créole : accent des créoles (prononçant à peine le r). » (Petit Larousse illustré 1952, cité d’après Hazaël-Massieux 1977, 261)

47Aujourd’hui, l’affaiblissement du /r/ possède un prestige latent en français antillais : les ‘négropolitains’ (cf. section 3.1) ne présentant pas ce trait sont considérés comme ‘roulant’ les /r/ bien que leurs variantes n’incluent pas de [r] ou [ʀ] ‘roulé’ (cf. Pustka/Bellonie 2017, 634).

48Concernant Maurice, Chaudenson (1979, 578) cite Pudaruth (1972, 61) qui cite le même trait comme « un des traits les plus saillants » du créole mauricien et ainsi également de l’accent mauricien en français :

« La prononciation du /r/ en créole est un des traits les plus saillants de cette langue, et lorsque les Mauriciens parlent français, c’est sans doute le trait qui caractérise le plus ce que l’on pourrait appeler l’accent mauricien. » (Pudaruth 1972, 61 ; cité dans Chaudenson 1979, 578)

49Bien que la terminologie et les symboles phonétiques utilisés diffèrent non seulement en fonction de la région étudiée, mais aussi en fonction de la publication (cf. exemples sous (1)), on peut supposer qu’il s’agit du même phénomène décrit – hypothèse à vérifier dans des études empiriques.

(1)

(a)

« vocalisation du [R] + allongement : [pɔː] = port »
(Maurice ; Baggioni/de Robillard 1990, 86)

(b)

variantes de /r/ : [ʁ], [ʀ], [χ], [ɣ], [ɰ], [w], [ə], [ɐ] + élision
p. ex. terre [tɛw]/[tɛɐ] ou [tɛ] au lieu de [tɛʁ]
(Guadeloupe : Noirs, Saintois, Grands-Blancs ; Pustka 2012, 288 ; Pustka 2015, 269–274)

50Bien que l’élision du /r/ se trouve aussi en créole (p. ex. cr. mau. fer [feːr] / cr. ant. ‘fer’), il ne s’agit probablement pas d’un créolisme, mais d’une survivance du français de l’époque de la colonisation. La vocalisation, en revanche, est une innovation – du créole comme du français – qu’on trouve également à la Réunion et au Québec (cf. Pustka/Bellonie 2017, 634).

51Le deuxième trait phonique commun entre les Antilles et Maurice est la tendance à la distribution complémentaire des voyelles moyennes suivant la loi de position (2). Ce phénomène est bien connu pour être systématique dans le français du Sud de la France (cf. Pustka 2007, 132). Dans les aires créolophones étudiées, il semble être soumis à la variation lexicale (2a) ou intra-locuteur (2b).

(2)

(a)

« Ouverture du [o] devant [z], [n], [v] (dans certains désignatifs de couleur). »
rose [ʁɔz], jaune [ʒɔn], mauve [mɔv] (Maurice ; Carpooran 2013, 82 ; voir aussi Bullier 1981)

(b)

chose [ʃɔz] au lieu de [ʃoz], mais aussi [ʃoz] ~ [ʃɔz] chez le même locuteur (Guadeloupe ; Pustka 2007, 108)

52De plus, on observe dans les deux territoires une assimilation des plosives antérieures aux nasales après une voyelle nasalisée :

(3)

(a)

la jambe [laʒãm] (Chaudenson 1979, 578)

(b)

la jambe [laʒɑ̃m] (Pustka 2007, 111)

53Le quatrième trait phonique commun des deux régions est la réalisation de consonnes finales. On la trouve également au Québec et dans le Sud de la France (cf. Pustka 2007, 135–136). Alors que les publications sur le français de Maurice ne mentionnent que le /t/ final, on note particulièrement le /s/ de moins aux Antilles.

(4)

(a)

« t final prononcé dans certaines mots (canot, fouet), et prononciation archaïsante de certains patronymes avec t en finale : Marot, Rousset, etc. » (Maurice ; Baggioni/de Robillard 1990, 86 ; cf. aussi Chaudenson 1979, 578)

(b)

moins [mwε̃s] (Antilles ; Pustka/Bellonie 2017, 634)

54La dernière caractéristique de prononciation que nous présentons ici constitue une ressemblance entre le français mauricien et le français martiniquais ; elle est cependant absente du français guadeloupéen. Il s’agit de la palatalisation. Alors que Baggioni/de Robillard (1990, 86) rapportent des insertions de /s/ entre les obstruantes et les voyelles hautes, il s’agit de /ʃ/ chez Carpooran (2013, 82) – comme en français martiniquais.

(5)

(a)

« tsuer = tuer, partsir = partir » (Maurice ; Baggioni/de Robillard 1990, 86 ; cf. aussi Chaudenson 1979, 578)

(b)

« Palatalisation de [t] et de [d] devant [i], [y] et [j] »
petit [pətʃi] (Maurice ; Carpooran 2013, 82)

(c)

Martinique [matʃinik] (Martinique ; Hazaël-Massieux/Hazaël-Massieux 1996, 672)

4.2 Morphosyntaxe

55Au niveau morphosyntaxique, on constate également des ressemblances. Dans les deux régions, les locuteurs L2/L3 omettent plus souvent p. ex. des déterminants (cf. exemples sous (6), (7)) et des pronoms (6) et confondent les pronoms d‘objet direct et indirect (7) ainsi que des formes verbales (8) – toutes ces particularités s’expliquent par l’absence de ces catégories dans les créoles (cf. Baggioni/de Robillard 1990, Carpooran 2013 ; Pustka 2017, Fon Sing 2020).

(6)

(a)

il y a Ø bhojpouri qui va venir comme ça (Maurice ; Kriegel 2017, 618)

(b)

Au marché, c’est Ø créole. Ts. À la poste, c’est Ø français. (Guadeloupe ; Pustka 2007, 123)

  • 20 Notons que cette omission se produit surtout avec des lexèmes dont les formes correspondantes en cr (...)

56L’omission est particulièrement fréquente dans le cas de l’article partitif20 :

(7)

(a)

Je crois que c'est ta maman qui a besoin de boire aspirine (Maurice ; Corpus Fon Sing, JCA, WE 20/07/2008)

(b)

J’ai bu jus. (Martinique ; Damoiseau 1999, 45)

57De plus, les pronoms personnels d’objet direct et indirect se voient omis ou confondus :

(8)

(a)

Non, j’ai pas fait (Maurice ; Baggioni/de Robillard 1990, 94)

(b)

il y Ø a plein là-dedans sans en (Martinique ; Bellonie 2008, 292)

(9)

(a)

je vais la dire (au lieu de lui ; Maurice, Chaudenson 1979, 579)

(b)

Nos parents nous parlent en créole, mais nous on doit les répondre en français. (au lieu de leur ; Guadeloupe ; Pustka 2007, 128)

58Au niveau des verbes, on constate dans les deux territoires des confusions des auxiliaires être et avoir :

(10)

(a)

J’ai passé chez toi hier soir (au lieu de suis ; Maurice ; Baggioni/de Robillard 1990, 91)

(b)

j’ai resté chez mes parents. (au lieu de je suis) (Guadeloupe ; Pustka 2007, 127)

59Un parallèle frappant s’observe au niveau de l’emploi non-standard des prépositions (cf. exemples sous (1)) :

(11)

(a)

Mets tes souliers dans tes pieds. (Maurice ; Baggioni/de Robillard 1990, 95 ; cf. déjà Chaudenson 1979, 580 qui cite pour cet exemple Desmarais 1969, 33)

(b)

Tu vas voir des gens avec des Sébago dans leurs pieds. (Martinique ; Bellonie 2007, 139)

60Chaque langue (français et créole) marque différemment l’expression sémantique de la spatialisation, et Martinet (1979, 181) rappelle qu'en français il n'existe pas de distinction : « […] entre des fonctions ‘allatives’ qui marqueraient le déplacement, et des fonctions ‘locatives’ qui indiqueraient la présence en un lieu ». En français des Antilles, il existe un emploi régional des prépositions probablement influencé par l’absence en créole de à et de. Ce sont des marqueurs grammaticaux atones et désémantisés qui n’ont pas été conservés en créole. La préposition dans semble être polyfonctionnelle, et peut notamment permettre d’indiquer le lieu d’où l’on vient, parallèlement aux emplois qu’on retrouve en français standard (Martinique ; cf. Romani 1997 ; Bellonie 2007, 2012 ; Jeannot-Fourcaud 2015).

61Au niveau de la formation des mots, la composition par juxtaposition a été notée dans les deux régions (cf. exemples sous (2)) :

(12)

(a)

un gâteau-coco, un gâteau-piment, un poisson-gingembre
(Maurice ; Baggioni/de Robillard 1990, 96)

(b)

brède cresson, pied banane ‘bananier’, gâteau patate, carri-poule
(Maurice ; Tsang Mang Kim 1977, 76)

(c)

hypercorrections : le carri de poisson, un pied de banane
(Maurice ; Tsang Mang Kim 1977, 77)

(d)

blanc manger coco, punch coco, sauce chien (Antilles21) ; tablette-coco, farine France (Antilles ; Telchid 1997).

62Ces constructions ne sont pas surprenantes quand on pense au fait que les créoles possèdent aussi des compositions par juxtaposition (p. ex. cr. mart. an soup pwason ‘une soupe de poisson’, an sandwich lanmori ‘un sandwich de morue’; Damoiseau 1999, 42) et non à l’aide d’une préposition vide de sens comme fr. à, p. ex. tarte au citron, lapin à la moutarde. Tout de même, ce procédé n’est pas inconnu en français hexagonal, p. ex. sandwich jambon fromage.

63La présence de ces formes dans le français mauricien endolingue met également en question l’hypothèse du créolisme :

« Reste toujours la question de savoir si les divergences par rapport au FS [français standard ; les auteur.e.s] sont dues à des survivances en FRM [français régional mauricien ; les auteur.e.s], dès le début de la colonisation, de survivances maintenues en créole, qui servirait de conservatoire de formes anciennes, dont il réinséminerait par un contact permanent le FRM (par ailleurs en contact avec le FS), ou d’innovations du créole qui passeraient ensuite en FRM. » (Baggioni/de Robillard 1990, 98)

4.3 Lexique

64Pour ce qui est du lexique, l’identification de caractéristiques des français régionaux parlés dans les aires créolophones est encore plus épineuse que celles aux niveaux phonologique et morphosyntaxique. Cette difficulté est due à la perméabilité du lexique dans les situations de contact de langue : « words first, grammar later (if at all) » (Thomason 2001, 64). Une deuxième difficulté tient aux types de publications sur lesquelles on peut s’appuyer : il n’existe à l’heure actuelle pas d’étude systématique du lexique des français régionaux en question, basée par exemple sur des corpus ou des questionnaires auprès d’un nombre important de locuteurs, mais uniquement des dictionnaires. Or, il est bien connu que l’approche différentielle adoptée par les auteurs des dictionnaires de français régionaux, réside dans « les conditions de collectes, les représentations des locuteurs (que sont les rédacteurs), l’origine de ces parlers comme leurs usages simultanés dans la communication » (Hazaël-Massieux 2000, 334).

65Dans le cadre de cet article, nous souhaitions tout de même proposer un aperçu de certaines particularités lexicales communes aux français de Martinique et de Maurice, à partir de la comparaison de certains lexèmes relevés dans les dictionnaires et quelques autres publications qui existent actuellement. Nous avons complété ces données, quand cela était possible, par une comparaison avec des corpus oraux et écrits. Ce faisant, nous nous sommes appuyés sur les sources suivantes : pour les Antilles, Telchid 1997 et la BDLP Antilles22, ainsi que sur nos propres corpus (corpus Pustka 2004 pour la Guadeloupe et Bellonie 2009 pour la Martinique) ; pour Maurice, sur Robillard (1993), Nallatamby (1995) et sur la BDLP Maurice23 ainsi que sur le corpus de Chady (2018)24 et le corpus JCA-WE (2004–2020) de G. Fon Sing25.

66Nous fournissons tout d’abord quelques précisions sur les choix méthodologiques variés des différentes sources sur lesquelles nous nous sommes appuyés.

67S’agissant des Antilles, le dictionnaire de l’enseignante, traductrice et auteure guadeloupéenne Sylviane Telchid (1997) donne uniquement les informations sommaires suivantes quant à sa méthodologie de recueil des données :

« Ce dictionnaire concerne le français régional de la Guadeloupe et de la Martinique, c’est à dire les mots, les expressions, les locutions utilisés par les personnes de tous âges et appartenant à tous niveaux sociaux, à tous les corps de métiers (ouvriers, artisans, employés, fonctionnaires, professions libérales, élèves, étudiants, chômeurs, sans profession) (…). » (Telchid 1997, 5)

68Quand on consulte la bibliographie de l’ouvrage, on s’aperçoit que celle-ci est composée de dictionnaires de français et créole, d’un dictionnaire encyclopédique sur les Antilles et la Guyane, d’ouvrages littéraires et d’une méthode Assimil d’apprentissage du créole guadeloupéen.

69La deuxième source sur laquelle nous nous appuyons dans le cadre de cet article pour le français régional antillais est la BDLP (Banque de données lexicographiques panfrancophones). Son objectif est selon l’auteur, le linguiste d’origine québécoise André Thibault, de « faire ressortir les liens de parenté génétique qui unissent les différents sous-ensembles de la francophonie » (Thibault 2012, 361). Dans son volet « Antilles », qui est basé sur un corpus littéraire, Thibault (2012, 361) précise qu’il s’agit de proposer « [des] particularités lexicales du français des auteurs antillais, lesquelles pour des raisons historiques se retrouvent souvent aussi dans d’autres zones de la francophonie ».

70Du côté de Maurice, nous nous sommes appuyés sur Robillard (1993) qui propose une réflexion méthodologique très poussée sur les choix de sélection, considérant comme « (...) particularités lexicales des éléments : 1. soit spécifiques à la variété concernée, et perçus comme tels ; 2. soit perçus comme spécifiques, mais objectivement non-spécifiques ; 3. soit spécifiques, mais non perçus comme tels » (Robillard 1993, 36). Son approche est anthropologique et sociolinguistique, et il précise qu’il a opté pour une méthode d’enquête de type ethnographique avec prise de notes à partir de données orales. Son corpus initial date de 1984, mais il l’a enrichi au fil des années et soumis au jugement linguistique de divers informateurs avant la publication. Il faut préciser que l’auteur de ce recueil, Didier de Robillard, est lui-même Mauricien, appartient au groupe de ‘Franco-Mauriciens’ blancs de L1 français (cf. section 3.2) et que sa collection de mots est fortement influencée par ce milieu (cf. Robillard 1993, 28).

71Le deuxième ouvrage de référence pour le français mauricien est Nallatamby (1995). L’auteure de ce dictionnaire s’est inspirée de Robillard (1993) et a opté pour une approche sociolinguistique, selon une perspective non normative avec la recherche des écarts par rapport à la norme du français. Elle fait la distinction entre lexies créoles et non créoles en faisant appel à son intuition linguistique, en tant qu’‘Indo-Mauricienne’, ainsi qu’à celle de ses informateurs locaux ayant tous le créole comme L1, comme elle. L’auteure s’appuie sur des sources écrites (presse écrite, manuels scolaires et littérature) et sur des sources orales très variées : interviews, émissions radiophoniques et télévisées (cf. Nallatamby 1995, 23 sqq.).

72La dernière source est la BDLP Maurice dont les premières fiches ont été constituées à partir des inventaires proposés dans Robillard (1993) et Nallatamby (1995).

73Ces précisions méthodologiques étant posées, nous proposons ci-dessous un tableau présentant des particularismes lexicaux communs aux deux aires étudiées et qui ont été recensés dans les travaux que nous avons présentés en amont. Il s’agit d’une liste non-exhaustive, le but étant de présenter quelques similarités entre ces français régionaux à titre illustratif.

Tableau 4 (partie 1) :

  • 26 https://mauricianismes.wordpress.com/la-ma-liste-de-mauricianismes/.
  • 27 « Tu sais que quand on est dans une alliance on a les mains amarrées » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 06 (...)
  • 28 « Au moins dans les boutiques de la campagne, tu n’as pas besoin de payer le boutiquier pour qu’il (...)
  • 29 « De toutes les viandes ? D’après ce que j’ai compris, il a annoncé la baisse du bœuf, du mouton et (...)
  • 30 « Mais ces responsables d’AML là, ils étaient de grands capons ou tout simplement des complices de (...)
  • 31 « Notre voisin a un carreau à la campagne où il plante » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 11/04/2014).
  • 32 « Là on dirait que tu es en train de causer latin ancien. Je ne comprends rien » (Corpus Fon Sing, (...)
  • 33 « Elle est loin d’être couillonne, toi. On ne commence pas comme marchande de cotomili pour finir m (...)
  • 34 « Mais enfin, toi. Tout le monde sait que les députés ne font que couillonner ceux qui ont voté pou (...)
  • 35 « Arrête de dire des couillonnades donc ! » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 11/03/2019).
  • 36 « Un des responsables avait des problèmes pour payer les fees de l’écolage de ses enfants » (Corpus (...)
  • 37 « C’est aussi ce que mon bonhomme me dit. Il me dit qu’il m’aime comme je suis et qu’il préfère avo (...)
  • 38 « Quand on est parti, on n’avait emmené que deux, trois linges, juste le nécessaire et beaucoup de (...)
  • 39 « Manman, on dirait que tu es bien révoltée, toi ! » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 13/03/2016).
  • 40 « Eux, ils regardent le cinéma et mangent les pistaches en rigolant » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 10/ (...)
  • 41 « Tu es en train d’envoyer une roche dans mon jardin là ? » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 22/11/2015).
  • 42 « C’est à ce moment-là que le jeune homme, qui était sans souliers, a réussi à se sauver pour aller (...)

Mot

Maurice

 

Robillard (1993)

Nallatamby (1995)

BDLP

Maurice

Site web 'mauricianismes'26

Corpus

amarrer ‘attacher’

Robillard (1993, 50)

X

O

O

O27

bécune ‘barracuda’

X

Nallatamby (1995, 65)

X

O

X

boutique ‘épicerie’

Robillard (1993, 65)

Nallatamby (1995, 75)

O

O

O28

cabri ‘chèvre’

X

X

X

O

O29

capon ‘lâche, peureux, poltron’

X

X

X

O

O30

carreau 1.‘fer à repasser’, 2.‘champ’

Robillard (1993, 71)

Nallatamby (1995, 90)

X

O

O31

causer ‘parler’

X

X

O

O

O32

couillon(ne) ‘imbécile’

Robillard (1993, 84)

X

X

X

O33

couillonner ‘tromper, duper’

Robillard (1993, 84)

X

X

X

O34

couillonnade ‘truc, machin’

Robillard (1993, 84)

X

X

X

35

couillonneur ‘escroc, arnaqueur’

Robillard (1993, 85)

X

X

X

X

dévider ‘vider’

X

X

X

O

X

écolage ‘frais de scolarité’

Robillard (1993, 90)

X

X

O

O36

fruit-à-pain ‘fruit de l’arbre à pain’

X

Nallatamby (1995, 148)

X

X

X

gaulette ‘gaule, canne à pêche’

Robillard (1993, 98, voir gale)

Nallatamby (1995, 154)

X

O

O37

giraumon / giromon ‘citrouille’

X O

Robillard (1993, 98

X

O

O

X

linge ‘vêtements, habits’

Robillard (1993, 110)

X

X

O

O38

manman (interj.)

X

Nallatamby (1995, 196)

X

X O

O39

pistaches ‘arachides’

Robillard (1993, 127)

Nallatamby (1995, 226)

O

O

O40

roche ‘caillou’

Robillard (1993, 133)

Nallatamby (1995, 244-245)

X

O

O41

soulier ‘chaussure’

Robillard (1993, 117)

X

X

X O

O42

Tableau 4 (partie 2) :

  • 43 « mes parents:: euh:: s’expriment pas très bien enfin ils s’expriment en français mais i::ls comme (...)
  • 44 E1 : j’ai oublié quelque chose. / E2 : manman. / Enq : quoi donc ? (Corpus Martinique p. 88).

Mot

Antilles

 

Telchid (1997)

BDLP

Antilles

Corpus

amarrer ‘attacher’

Telchid (1997 : 9)

O

X

bécune ‘barracuda’

Telchid (1997, 20)

X

X

boutique ‘épicerie’

Telchid (1997, 28)

O

X

cabri ‘chèvre’

Telchid (1997, 30)

X

X

capon ‘lâche, peureux, poltron’

Telchid (1997, 33)

X

X

carreau 1.‘fer à repasser’, 2.‘champ’

Telchid (1997, 34)

O

O43

causer ‘parler’

Telchid (1997, 35)

X

X

couillon(ne) ‘imbécile’

Telchid (1997, 50)

X

X

couillonner ‘tromper, duper’

Telchid (1997, 50)

X

X

couillonnade ‘truc, machin’

Telchid (1997, 50)

X

X

couillonneur ‘escroc, arnaqueur’

Telchid (1997, 51)

X

X

dévider ‘vider’

Telchid (1997, 50)

X

X

écolage ‘frais de scolarité’

Telchid (1997, 65)

X

X

fruit-à-pain ‘fruit de l’arbre à pain’

Telchid (1997, 88)

O

X

gaulette ‘gaule, canne à pêche’

Telchid (1997, 90)

X

X

giraumon / giromon ‘citrouille’

Telchid (1997, 91)

X

X

linge ‘vêtements, habits’

Telchid (1997, 108)

O

X

manman (interj.)

Telchid (1997, 115)

X

O44

pistaches ‘arachides’

Telchid (1997, 138)

X

 

roche ‘caillou’

Telchid (1997, 155)

O

 

soulier ‘chaussure’

Telchid (1997, 165)

X

 

Quelques particularismes lexicaux communs aux français régionaux de Maurice et des Antilles (Légende : X = entrée absente ; O = entrée présente ; X O = entrée absente, mais attestation présente dans le recueil).

74Après ce survol des intersections entre les dictionnaires des français régionaux parlés aux Antilles et à Maurice, nous nous proposons d’analyser ci-après quatre cas : linge ‘vêtements, habits’, cabri ‘chèvre’, giraumon/giromon ‘citrouille’ et fruit-à-pain ‘fruit de l’arbre à pain’. Les deux premiers mots existent aussi en français de France et ce depuis l’époque coloniale ; ils ont changé de sens en créole et dans le français des îles (il est impossible de déterminer dans laquelle des deux langues le nouveau sens a existé en premier). Le mot linge a subi une extension hyperonymique : de ‘vêtements de corps (en lin)’ à ‘vêtements’ en général (ce qui s’explique éventuellement par le peu de vêtements qu’on porte dans un climat chaud ; cf. RChLex 790, Thibault 2008, 124). Le mot cabri ‘chèvre’ pour sa part suit un changement co-hyponymique : du ‘chevreau’ (du provençal cabrit ; cf. TLFi) à la ‘chèvre adulte’ (désignant une race de petite taille adaptée au climat tropical, typique des îles ; APLA 88). Les deux autres mots constituent des innovations : une composition à partir de trois mots français dans le cas de fruit-à-pain et un emprunt au tupi-guaraní, transmis par le portugais brésilien au français dans le cas de giraumon/giromon.

75Nous reproduisons ci-dessous des extraits de corpus contenant ces quatre mots. L’utilisation de ces mots dans des énoncés français montre clairement qu’il s’agit de mots du français régional en question et non pas d’alternances codiques sporadiques avec le créole, même si des mots correspondants existent en créole.

(13)

linge ‘vêtements, habits’

(a)

« Bon, les vêtements... non, les vêtements, il y a pas de traditions vêtement hein. Les traditions vêtement, c’est par exemple on va sortir, on va sortir et bon, on va faire un effort. On va mettre un petit linge madras mais, ça sera peut-être un, ce sera pas le madras même, ça va ressembler au madras, un truc comme ça, parce que maintenant les gens sont très américains en fait. C’est très américain, les linges, c’est très américain. » (corpus Guadeloupe ; Pustka 2004)

(b)

« mon chat a déchiré le linge » (corpus Martinique ; Bellonie 2009, 108)

(c)

« chaussures neufs/ linge neuf/ boule/ + tous mes trucs neufs\ ++ ça i' va me donner\ » (corpus Maurice ; Chady 2018)

(d)

« On ne va pas à un enterrement pareil habillé n'importe comment. Il faut mettre un linge sobre mais chic » (corpus Maurice ; Fon Sing, JCA, WE 19/07/2009)

(14)

cabri ‘chèvre’

(a)

« Donc on peut préparer du colombo de poulet, de cochon, ou de cabri. Voilà. Donc euh c'est les, les indiens qui font le colombo de cabri. » (corpus de recettes de colombo non publié, Guadeloupe, cf. Pustka 2009)

(b)

« chaque mois (..) (c’était) un cochon (.) euh un mouton (.) un cabri (..) et puis euh des fois il restait là il tuait des poules (..) c’était des poules » (corpus Martinique ; Bellonie 2009, 145)

(c)

« De toutes les viandes ? D’après ce que j’ai compris, il a annoncé la baisse du bœuf, du mouton et du cabri”. (corpus Maurice, Fon Sing, JCA, WE 06/12/2015)

(d)

« Quand je lui ai dit ça, il a dit que c’était à cause de moi, que j’avais une bouche cabri, toi » (corpus Maurice ; Fon Sing, JCA, WE 16/06/2018)

(15)

giraumon/giromon ‘citrouille’

(a)

« le migan oui c’est vrai parfois il peut être un peu liquide + hein puisque il y a beaucoup d’eau + on met du giraumon aussi ++ ce qui est solide dans le migan c’est:: ++ le r/ la p/ la salaison » (corpus Martinique ; Bellonie 2009, 18)

(b)

« Une fois que le giraumon s’écrase facilement avec le dos d’une cuillère » (Maurice45)

6. Conclusion

76A l’issue de ce tour d’horizon de la situation sociolinguistique aux Antilles comparativement à celle de Maurice, nous pouvons retenir un certain nombre de traits communs, mais aussi des différences. Tout d’abord, l’étude de la composition socio-ethnique des deux régions (basée sur les auto- et hétéro-catégorisations) nous apprend que les Noirs, descendants d’esclaves, et les métis, sont majoritaires aux Antilles, tandis qu’à Maurice, le groupe le plus important est celui des Indo-Mauriciens. Les Blancs, descendants de colons ne représentent pour leur part qu’environ 1 à 2% de la population. Ensuite, lorsqu’on s’attarde sur la revue de la littérature sur le français parlé dans les deux zones, de nombreuses similitudes apparaissent. Par exemple, la question des compétences de français L1 et L2, et à l’intérieur du français L1, celle des variétés et de leur éventuelle association aux différents groupes socio-ethniques. Il est à noter cependant une différence dans le rapport à la norme aux Antilles et à Maurice : en effet, les rares études laissent penser que le français endogène des Blancs bénéficie probablement encore d’un certain prestige à côté de différentes variétés de français exogènes, ce qui n’est pas le cas aux Antilles. En outre, on assiste aux Antilles à l’émergence d’une norme régionale à côté de la norme parisienne alors qu’à Maurice, l’absence de données empiriques sur le ‘français standardisant’ des néofrancophones ne permet pas encore de l’affirmer.

77Du point de vue de la description linguistique, on observe plusieurs ressemblances : au niveau phonologique, les deux français régionaux se caractérisent par l’affaiblissement du /r/, la loi de position des voyelles moyennes, la réalisation de consonnes finales et la palatalisation de [t] et [d] devant [i], [y] et [j]. Au niveau morphosyntaxique, dans les deux régions, on observe des omissions fréquentes notamment des déterminants et des pronoms, et une confusion entre les pronoms d‘objet direct et indirect ainsi que des formes verbales (influencée par l’absence de ces catégories dans les créoles). Quant aux prépositions, elles sont souvent employées de façon non-standard. Au niveau lexical enfin, l’étude de quelques dictionnaires des français régionaux parlés aux Antilles et à Maurice nous a permis de proposer une analyse et un relevé non exhaustif de lexèmes communs aux deux variétés de français.

78Suite à cette comparaison, plusieurs questions ouvertes ont émergé et concernent des groupes socio-ethniques repérés dans certains territoires et pas dans d’autres : existe-t-il en Martinique et à Maurice, à côté des Blancs de niveau social élevé, des Petits-Blancs, comme en Guadeloupe ? Quel rôle jouent les immigrés francophones à Maurice ? D’autres questions ouvertes concernent l’évolution des pratiques linguistiques : existe-t-il aujourd’hui une seule variété de français L1 aux Antilles ? Les locuteurs-auditeurs antillais peuvent-ils en distinguer plusieurs ? Quelle variété est considérée comme la plus prestigieuse et comme norme de référence à Maurice : la norme hexagonale, le français des Blancs ou le français des néofrancophones ?

79Force est de constater que notre article met en exergue des défis très similaires. Comme le rappelle Chaudenson 1979 :

« La comparaison des français des diverses régions du monde fait apparaitre que des traits linguistiques qu’on pouvait croire spécifiques d’une zone ou d’un parler apparaissent ailleurs et qu’il faut donc supposer soit des évolutions convergentes, soit l’existence d’une origine commune inconnue dans des parlers populaires français anciens (…). » (Chaudenson 1979, 585)

80En plus de la difficulté à différencier créolismes et survivances d’anciennes formes dialectales du français colonial, se pose également le problème d’isoler des variétés de français régional et de les distinguer des alternances codiques en créole.

Haut de page

Bibliographie

Anselin, Alain (1990) L’émigration antillaise en France : la troisième Ile, Paris : Karthala.

Atchia-Emmerich, Bilkiss (2005) La situation linguistique de l'île Maurice : Les développements récents à la lumière d'une enquête empirique, Thèse de doctorat, Universität Erlangen, 244 p.

Baggioni, Daniel (1993) « Les distinctions ‘français endolingue/exolingue’ ‘francophones endolingues/néofrancophones’ », in Baggioni, Daniel & al. (éds.) Multilinguisme et développement dans l’espace francophone, Didier Érudition, p. 154–159.

Baggioni, Daniel & Robillard de, Didier (1990) Ile Maurice – une francophonie paradoxale, Paris : L’Harmattan.

Baker, Philip (2007) « Elements for a sociolinguistic history of Mauritius and its Creole», in Baker, Philip & Fon Sing, Guillaume (éds.) The making of Mauritian Creole : analyses diachroniques à partir des textes anciens, Londres : Battlebridge, p. 307–333.

Baker, Philip & Corne, Chris (1982) Isle de France Creole. Affinities and Origins. Ann Arbor (MI) : Karoma Publishers.

Barreteau, Daniel & Heeroma, David J.H. (2003) « Des élèves de troisième s’expriment sur le français et le créole en Martinique », http://www.manioc.org/recherch/HASH952f1810b0d88fa1654dc3 (22/07/2020).

BDLP = Claude Poirier et al. (éds.) (2001−2014) Base de données lexicographiques panfrancophone, Québec/Paris : TLFQ/AUF, http://www.bdlp.org (22/07/2020).

Bellonie, Jean-David (2007) « La variation en syntaxe dans le cadre de l’enseignement de la langue en Martinique », Linx, 57, p. 133−143.

Bellonie, Jean-David (2008) « De l’intérêt de corpus diversifiés pour la réflexion sociolinguistique et la didactique du FLM en Martinique... et ailleurs », Verbum, 30/4, p. 287–298.

Bellonie, Jean-David (2009) Ce que la didactique du français langue maternelle en Martinique peut tirer d’une étude sociolinguistique, thèse de doctorat, Université de Paris 10/LMU Munich.

Bellonie, Jean-David (2010) « Repräsentationen des « accent antillais » und des « accent parisien » in Martinique », in Thomas Krefeld & Pustka, Elissa (éds.) Perzeptive Varietätenlinguistik, Frankfurt am Main et al. : Lang, p. 265–287.

Bellonie, Jean-David (2011) « Évolution du bilinguisme en Martinique : ce que nous apprennent les déclarations et les pratiques langagières des élèves du primaire », Recherches Haïtiano-Antillaises, 7, p. 113-130.

Bellonie, Jean-David (2012) « Éléments de réflexion pour une didactique du français adaptée aux situations de créolophonie : le cas de la Martinique », Le français aujourd’hui, 176, p. 113-122.

Bellonie, Jean-David & Pustka, Elissa (2017) « Guadeloupe, Martinique », in Reutner, Ursula (éd.) Manuel des Francophonies, Berlin/Boston : de Gruyter, p. 625–646.

Bellonie, Jean-David & Pustka, Elissa (2019) « Représentations des « mélanges » linguistiques en Martinique : des créolismes au français régional », Études Créoles, vol. XXXVI n°1 & 2. http://www.lpl-aix.fr/productions/edition/revue-etudes-creoles/.

Benoist, Jean (1963) « Les Martiniquais. Anthropologie d’une population métissée », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 4.2, p. 241−432.

Biondi, Carminella (2003) « Le problème des gens de couleur aux colonies et en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Cromohs, 8, p. 1−12.

Bolus, Mirna (2003) Enquête sociolinguistique menée auprès de collégiens de Langues et Cultures Régionales-Créole en Guadeloupe, Potomitan, http://www.potomitan.info/linivesite/sociolinguistique.html (30/11/2020).

Bonniol, Jean-Luc (1981) « Particularisme ethnique et culture créole dans la Caraïbe. Le cas des ‘Petits-Blancs’ », Études créoles, vol. III n°1, p. 15−33.

Bonniol, Jean-Luc (1992) La couleur comme maléfice, Paris : Albin Michel.

Bosquet-Ballah, Yannick (2017) « Une relecture de l’espace des langues en contexte mauricien », Cahiers internationaux de sociolinguistique, 12, p. 227–255.

Bullier, Antoine (1981) Le parler franco-mauricien au Natal. Une enclave francophone en Afrique du Sud, éléments d'une phonologie, Paris : L’Harmattan.

Calvet, Louis-Jean & Chaudenson, Robert (1998) Saint-Barthélemy : une énigme linguistique, Paris : Didier Erudition.

Carpooran, Arnaud (2003) Île Maurice : des langues et des lois, Paris : L’Harmattan.

Carpooran, Arnaud (2013) « Quelques variétés sociolectales du français de Maurice », in Ledegen, Gudrun (éd.) La variation du français dans les espaces créolophones et francophones, Paris : L’Harmattan, tome 2, p. 73−96.

Central Statistics Office (2011) Population Census, Main Results, Ministry of Finance and Economic Development, Republic of Mauritius, Mauritius.

Chady, Shimeen-Khan (2018) Des marqueurs aux mouvements discursifs dans des interactions entre jeunes mauriciens plurilingues, Thèse de doctorat, Université Paris Descartes, 368 p.

Chaudenson, Robert (1979) « Le Français dans les Îles de l’océan Indien (Mascareignes et Seychelles) », in Valdman, Albert (éd.) Le Français hors de France, Paris : Champion.

Chaudenson, Robert (1989) Créoles et enseignement du français, Paris : L’Harmattan.

Chaudenson, Robert (2003) La créolisation : théorie, applications, implications, Paris : L’Harmattan.

Constitution française : https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur.

Constitution mauricienne (traduction française) : Favoreu, Louis (ed.) (1993) La Constitution de la République de Maurice en versions anglaise et française, avec un répertoire par article de la jurisprudence en matière constitutionnelle, Port Louis : Best Graphics Ltd.

Damoiseau, Robert (1999) Eléments de grammaire comparée Français Créole martiniquais, PUC-G / Ibis Rouge Editions.

Desmarais, Nadia (1969) Le français à l’Ile Maurice, Dictionnaire des termes mauriciens, Port-Louis : Coquet.

Eriksen, Thomas Hylland (1992) « Containing Conflict and Transcending Ethnicity in Mauritius », in Rupesinghe, Kumar (éd.) Internal Conflict and Governance, London : Macmillan, p. 103–129.

Fon Sing, Guillaume (2020) « Quelques particularités grammaticales du français régional de Maurice », L’Information Grammaticale, 166, p. 48−55.

Fon Sing, Guillaume & Véronique, Daniel (2020) « Indian Ocean Creoles », in Ansaldo, Umberto & Meyerhoff, Miriam (éds.) The Routledge Handbook of Pidgin and Creole Languages, Routledge, p. 52−73.

Gadet, Françoise & Ludwig, Ralph (2015) Le français au contact d’autres langues, Paris : Ophrys.

Glose, Evelyn & Pustka, Elissa (2014) « Kreolisch und Französisch auf Les Saintes (Guadeloupe) : Repräsentationen – Produktionen – Perzeptionen », in Krefeld, Thomas & Pustka, Elissa (éds.) Perzeptive Linguistik, Stuttgart : Steiner, p. 87–116.

Hazaël-Massieux, Guy (1977) « Description des personnes et classement ethnique en Guadeloupe », Recherches sur le français parlé, 1, p. 261–273.

Hazaël-Massieux, Guy & Hazaël-Massieux, Marie-Cristine (1996) « Quel français parle-t-on aux Antilles ? », in Didier de Robillard & Beniamino, Michel (éds.) Le français dans l’espace francophone, Paris : Champion, p. 665–687.

Hazaël-Massieux, Marie-Christine (2000) « A propos de la nomenclature de quelques dictionnaires des Petites Antilles », in Latin, Danièle & Poirier, Claude (éds.) Contacts de langues et identités culturelles, Québec : Les Presses de l’Université Laval / Agence universitaire de la francophonie, p. 333–352.

Holm, John (2001) « Semi-creolization », in Neumann-Holzschuh, Ingrid & Schneider, Edgar W. (éds.) Degrees of Restructuring in Creole Languages, Amsterdam : John Benjamins, p. 19−40.

Houdaille, Jacques (1974) « Le peuplement de la Guadeloupe au XVIIIe siècle », Population, 29.1, p. 144−146.

Jeannot-Fourcaud, Béatrice (2015) « Approche systémique et multifactorielle des interférences en didactique des langues en contact », in Sun Fang Nie Yunmei (éd.) L’Écho du Yunnan, Kunming : Yunnan Minzu Chubanshe, p. 167–186.

Kováts-Beaudoux, Édith [1969] (2002) Les Blancs Créoles de la Martinique. Une minorité dominante, Paris : L’Harmattan.

Kriegel, Sibylle (2017) : La Réunion, Maurice et Seychelles », in Reutner, Ursula (éd.) Manuel des francophonies, Berlin/Boston : de Gruyter, p. 686−703.

Kriegel, Sibylle & Ludwig, Ralph (2018) « Le français en espace créolophone – Guadeloupe et Seychelles », Romanistisches Jahrbuch, 69, p. 56–95. 

Lauriette, Gérard (1980) Le créole de la Guadeloupe. Enseignement du français à partir du créole, Pointe-à-Pitre : CDDP.

Ledegen, Gudrun & Lyche, Chantal (2012) « À la recherche du 'pe(r)ler' du 'Meurice' : une étude sociophonologique en zone créolophone », Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 2012, p. 2191–2201.

Lefebvre, Gilles (1976) « Français régional et créole à Saint-Barthélemy (Guadeloupe) », in Snyder, Émile & Valdman, Albert (eds.) Identité culturelle et francophonie dans les Amériques, Québec : Presses de l’Université Laval, p. 122−146.

Ludwig, Ralph, Poullet, Hector & Bruneau-Ludwig, Florence (2006) « Le français guadeloupéen », in Confiant, Raphaël & Damoiseau, Robert (éds.) À l’arpenteur inspiré. Mélanges offerts à Jean Bernabé, Matoury : Ibis Rouge Éditions, p. 155–173.

Maher, Julianne (1990) « Créole et patois à Saint-Barthélemy : diversité linguistique dans une population homogène », Études créoles, 13.1, p. 45−55.

March, Christian (1996) Le discours des mères martiniquaises. Diglossie et créolité : un point de vue sociolinguistique, Paris : L’Harmattan.

Martinet, André (éd.) (1979) Grammaire Fonctionnelle du Français, Paris : Crédif/Didier.

Michaux-Vignes, Gustave (1995) Couleur de peau et parenté chez les « Blancs-Matignon » de la Guadeloupe : entre réel et imaginaire, mémoire de maîtrise, Université de Paris 10, http://www.lameca.org/dossiers/matignon/.

Mufwene, Salikoko (2008) Language evolution. Contact, competition and change, Londres, New York : Continuum International Publishing Group.

Nallatamby Pravina (1995) Mille mots du français mauricien : réalités lexicales et francophonie à l'île Maurice, Paris : CILF.

Natchoo, Nicholas (2018) « Établissement d’un corpus écrit en Kreol morisien dans la série Ki pase la ? : principes méthodologiques et enjeux épistémologiques », Études Créoles, vol. XXXVI n°1 & 2 – 2018 [En ligne], consulté le 23 août 2020, URL : http://www.lpl-aix.fr/wp-content/uploads/Etudes_cr%C3%A9oles/natchoo.pdf.

Nègre, André (1964) « Les ‘Indiens’ de la Guadeloupe et leurs rites religieux », Bulletin de la Société d'Histoire de la Guadeloupe, 1, p. 33–43.

Oliel, Jacob (1979) Le Bilinguisme franco-créole ou la difficulté d’enseigner le français en milieu créolophone, Pointe-à-Pitre : C.D.D.P. Guadeloupe.

Prudent, Lambert-Félix (1981) « Diglossie et interlecte », Langages, 61, p. 13–38.

Pudaruth, B. Beehary L. (1972) Le créole mauricien : phonétique et phonologie, Thèse de 3e cycle, Université Paul-Valéry, Montpellier.

Pustka, Elissa (2007) Phonologie et variétés en contact. Aveyronnais et Guadeloupéens à Paris, Tübingen : Narr.

Pustka, Elissa (2009) « Französisch-Kreol-Kontinuum in Guadeloupe ? – eine Analyse von 82 Colombo-Rezepten », in Jansen, Silke & Symeonidis, Haralambos (éds.) Dynamik romani-scher Varietäten außerhalb Europas. Alte und Neue Romania im Dialog, Francfort-sur-le Main : Lang, p. 47–65.

Pustka, Elissa (2012) « Le caméléon dans la jungle sonore : variations du ‘r’ en Guadeloupe », in Thibault, André (éd.) Le français dans les Antilles : études linguistiques, Paris : L’Harmattan, p. 271–311.

Pustka, Elissa (2015) « Les ‘Grands-Blancs’ de la Guadeloupe : histoire des langues, sociolinguistique et phonologie », in Thibault, André (éd.) Du français aux créoles : phonétique, lexicologie et dialectologie historiques dans les Antilles, Paris, Garnier, p. 353–424.

Pustka, Elissa, Bellonie, Jean-David, Chalier, Marc & Jansen, Luise (2019) : « C’est toujours l’autre qui a un accent : le prestige méconnu des accents du Sud, des Antilles et du Québec », Glottopol, 31 (janvier 2019), URL : http://glottopol.univ-rouen.fr/numero_31.html#sommaire.

Robillard, Didier de (1993) Contribution à un inventaire des particularités lexicales du français de l'île Maurice, Vanves : ÉDICEF / AUPELF.

Romani, Jean-Paul (2000) L’interlecte Martiniquais. Approches sociolinguistiques des rapports langue/idéologie dans une communauté antillaise, Thèse de Doctorat, Université de Rouen.

Romani, Jean-Paul (1997) « La langue de l’école et la langue de l’élève : l’exemple de l’expression de la destination de personne en français martiniquais ou ‘Il récite ses leçons pour sa manman’ », Études créoles, vol. XX n°2, p. 13–37.

Rughoonundun-Chellapermal, Nita (2017) « Autopsie de l’échec d’un projet d’éducation multilingue », Cahiers internationaux de sociolinguistique, 12, p. 155–177.

Salverda, Tijo (2015) The Franco-Mauritian Elite: Power and Anxiety in the Face of Change, New York : Berghahn Books.

Schnepel, Ellen (2004) In Search of a National Identity: Creole and Politics in Guadeloupe, Hamburg : Buske.

Stein, Peter (2017) « Le multilinguisme mauricien et son évolution sur quatre décennies », Cahiers Internationaux de Sociolinguistique, 12, p. 71−96.

Telchid, Sylviane (1997) Dictionnaire du français régional des Antilles – Guadeloupe, Martinique, Bonneton.

Thibault, André (2008) « Français des antilles et français d’Amérique : les diatopismes de Joseph Zobel, auteur martiniquais », RLiR, 72, p. 115−156.

Thibault, André (2012) « La nouvelle BDLP-Antilles », in André Thibault (éd.) Le français dans les Antilles : études linguistiques, Paris : L’Harmattan, p. 361−372.

Thomason, Sarah (2001) Language contact. An introduction, Washington : Georgetown University Press.

TLF = Paul Imbs et al. (éd.) (1971–1994) Trésor de la langue française : dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789–1960), 16 vol., Paris : CNRS, http://atilf.atilf.fr/tlf.htm (22/07/2020).

Toussaint, Auguste (1969) Early Printing in Mauritius, Réunion, Madagascar and the Seychelles, Amsterdam : van Gendt.

Tsang Mang Kim, Joseph (1977) « La langue française et les Mauriciens », Équivalences, 8/2–3, p. 63–83, www.persee.fr/doc/equiv_0751-9532_1977_num_8_2_1001.

Véronique, Georges Daniel (2013) « Créolisation et créoles », in Simonin, Jacky & Wharton, Sylvie (éds.) Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts, Lyon : ENS Editions, p. 143−178.

Walter, Henriette (1988) Le français dans tous les sens, Paris : Robert Laffont.

Zander, Ulrike (2013) « La hiérarchie ‘socio-raciale’ en Martinique. Entre persistances postcoloniales et évolution vers un désir de vivre ensemble », Asylon(s), 11, http://www.reseau-terra.eu/article1288.html.

Corpus

Corpus Pustka 2004 Guadeloupe

Corpus Bellonie 2009 Martinique

Corpus JCA-WE Fon-Sing 2004–2020 Maurice

Corpus Chady 2018 Maurice

Sitographie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Français_établis_hors_de_France (consulté le 15 octobre 2021).

http://www.bdlp.org/accueil.asp?base=AN (consulté le 15 octobre 2021).

http://www.bdlp.org/accueil.asp?base=IM (consulté le 15 octobre 2021).

https://mauricianismes.wordpress.com/la-ma-liste-de-mauricianismes/ (consulté le 15 octobre 2021).

http://www.cuizinemaurice.com/2015/05/fricasse-de-giraumon (consulté le 15 octobre 2021).

Haut de page

Notes

1 Comme le rappellent Gadet/Ludwig (2015 : 103) : « Cette situation de contact a été complexe, car d’autres groupes linguistiques ont aussi laissé des traces [mais] la langue du colonisateur européen a fourni la base lexicale, alors que l’héritage grammatical semble plus incertain ».

2 Pour une synthèse récente, voir Fon Sing/Véronique (2020).

3 Nous tenons à souligner que les désignations des groupes de population entre guillemets simples sont celles que l’on retrouve dans les publications scientifiques contemporaines et qu’elles ne reflètent pas forcément les désignations par les locuteurs de l’époque.

4 Cf. Holm (2001), Glose/Pustka (2014). Cette notion reste cependant problématique comme le soulignent Chaudenson (2003) et Véronique (2013). Selon L.-F. Prudent (c.p.), il s’agit d’un terme savant qui peut être interprété comme dévalorisant. Il fait remarquer que des expressions utilisées par les locuteurs eux-mêmes seraient plus adaptées, comme baragouin, jargon, etc.

5 Cf. Chaudenson (2003).

6 Pour le détail, voir par ex. Baker (2007 : 308 sqq.).

7 En Martinique par ex., la radio locale APAL (Asé Pléré Annou Lité – littéralement ‘assez pleurer partons au combat’) et la chaine télévisée KMT (Kanal Martinique Télévision).

8 Le français est obligatoire jusqu’à la 5e année du secondaire (16 ans) et l’anglais jusqu’au bac (HSC : Higher School Certificate; 18 ans).

9 Comme d’autres langues dites ‘ancestrales’ (cf. Tableau 1) ou leurs variétés standardisées : hindi, arabe standard.

10 « Cette expression péjorative, formée sur le préfixe négro- ‘noir’ et le suffixe -politain, en référence au métropolitain, se réfère à un originaire des Antilles qui en aurait perdu les traits caractéristiques (caractère, attitudes ou accent par exemple) et qui imiterait les Européens (cf. Lanthier 2013) » (Bellonie/Pustka 2017 : 630). Il convient de souligner que nous n’avons pas à faire à une catégorie discrète et stable. Comme tous les concepts cognitifs des locuteurs non-experts, le concept ‘négropolitain’ ne dispose pas d’une définition précise, mais se caractérise plutôt par des usages et des interprétations aux contours flous et fluctuants qui varient en fonction du locuteur et de son groupe d’appartenance.

11 Nous faisons abstraction ici de la situation à Saint-Barthélemy qui faisait partie jusqu’en 2007 du département d’outre-mer de la Guadeloupe, mais qui constitue depuis une collectivité d’outre-mer indépendante (pour la situation linguistique à Saint-Barthélemy cf. Lefebvre 1976, Maher 1990, Calvet/Chaudenson 1998).

12 ‘Colline’ en français antillais (TLFi).

13 On trouve aussi dans les descriptions les termes synonymes « gens de couleur » ou « sang-mêlés » (Biondi, 2003).

14 Il faut également noter que cette catégorisation imposée par le système ne satisfaisait pas non plus les minorités indo-mauriciennes qui ne se reconnaissent pas dans ces catégories, notamment les ‘Tamouls’.

15 Le terme ‘Libre de couleur’ est peu usité de nos jours.

16 Tamouls, Telugus, Marathis, etc. Comme explicité précédemment, la catégorie ‘Indo-mauriciens’ qui était utilisée dans les recensements officiels n’est pas homogène et il existe des revendications identitaires internes à cette communauté.

17 https://fr.wikipedia.org/wiki/Français_établis_hors_de_France (2019).

18 Terme peu usité aujourd’hui.

19 Nous faisons abstraction ici des phénomènes notés par Baggioni/de Robillard 1990 et Carpooran 2013 qui sont bien répandues dans de nombreuses variétés de français comme l’homophonie de pattes et pâtes, la réalisation du schwa et de consonnes suivant l’orthographe (spelling pronunciation) ainsi que la réduction de groupes consonantiques.

20 Notons que cette omission se produit surtout avec des lexèmes dont les formes correspondantes en créole ne possèdent pas un article partitif agglutiné (diri ‘du riz’). L’exemple mauricien suivant de Tsang Mang Kim (1977 : 77) nous apparait à cet égard comme douteux : Tu veux pain ? (cf. cr. mau. dipen ‘du pain’).

21 Cf. p. ex. https://www.tatiemaryse.com.

22 http://www.bdlp.org/accueil.asp?base=AN.

23 http://www.bdlp.org/accueil.asp?base=IM.

24 Nous tenons à remercier Shimeen Kahn Chady pour les exemples issus de son corpus de thèse (Chady 2018).

25 Le corpus JCA-WE regroupe des textes écrits par le journaliste mauricien Jean-Claude Antoine qui sont parus dans le journal hebdomadaire Week-End depuis 2004.

26 https://mauricianismes.wordpress.com/la-ma-liste-de-mauricianismes/.

27 « Tu sais que quand on est dans une alliance on a les mains amarrées » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 06/05/2012).

28 « Au moins dans les boutiques de la campagne, tu n’as pas besoin de payer le boutiquier pour qu’il te vende des commissions » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 08/01/2012).

29 « De toutes les viandes ? D’après ce que j’ai compris, il a annoncé la baisse du bœuf, du mouton et du cabri » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 06/12/2015).

30 « Mais ces responsables d’AML là, ils étaient de grands capons ou tout simplement des complices de la Soonook ? » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 12/04/2015).

31 « Notre voisin a un carreau à la campagne où il plante » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 11/04/2014).

32 « Là on dirait que tu es en train de causer latin ancien. Je ne comprends rien » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 29/09/2013).

33 « Elle est loin d’être couillonne, toi. On ne commence pas comme marchande de cotomili pour finir multimillionnaire en quelques années sans avoir une tête bien faite » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 18/09/2016)

34 « Mais enfin, toi. Tout le monde sait que les députés ne font que couillonner ceux qui ont voté pour eux » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 25/09/2011).

35 « Arrête de dire des couillonnades donc ! » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 11/03/2019).

36 « Un des responsables avait des problèmes pour payer les fees de l’écolage de ses enfants » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 24/06/2012).

37 « C’est aussi ce que mon bonhomme me dit. Il me dit qu’il m’aime comme je suis et qu’il préfère avoir une femme avec de la pangue qu’une gaulette casse-maçon avec seulement des os » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 17/04/2016).

38 « Quand on est parti, on n’avait emmené que deux, trois linges, juste le nécessaire et beaucoup de bouteilles pour les fêtes » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 07/01/2019).

39 « Manman, on dirait que tu es bien révoltée, toi ! » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 13/03/2016).

40 « Eux, ils regardent le cinéma et mangent les pistaches en rigolant » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 10/07/2011)

41 « Tu es en train d’envoyer une roche dans mon jardin là ? » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 22/11/2015).

42 « C’est à ce moment-là que le jeune homme, qui était sans souliers, a réussi à se sauver pour aller à la police. » (Corpus Fon Sing, JCA, WE 07/08/2016).

43 « mes parents:: euh:: s’expriment pas très bien enfin ils s’expriment en français mais i::ls comme on dit chez nous il y a beaucoup de carreaux » (Corpus Martinique p. 143).

44 E1 : j’ai oublié quelque chose. / E2 : manman. / Enq : quoi donc ? (Corpus Martinique p. 88).

45 http://www.cuizinemaurice.com/2015/05/fricasse-de-giraumon/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Catégorisations populaires des ‘Blancs’ en Martinique et en Guadeloupe
URL http://journals.openedition.org/etudescreoles/docannexe/image/355/img-1.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 2 : Centres de populations blanches.
URL http://journals.openedition.org/etudescreoles/docannexe/image/355/img-2.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elissa Pustka, Jean-David Bellonie et Guillaume Fon Sing, « Les variétés de français dans les aires créolophones : une comparaison entre la situation à Maurice et aux Antilles »Études créoles [En ligne], 38 | 1-2 | 2021, mis en ligne le 31 mai 2022, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescreoles/355 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescreoles.355

Haut de page

Auteurs

Elissa Pustka

(Université de Vienne), elissa.pustka[at]univie.ac.at

Articles du même auteur

Jean-David Bellonie

(Université des Antilles), jean-david.bellonie[at]univ-antilles.fr

Articles du même auteur

Guillaume Fon Sing

(Université de Paris), guillaume.fonsing[at]linguist.univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search