Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33 | 2Les particularités morphosyntaxiq...

Les particularités morphosyntaxiques du créole réunionnais

Jean-Philippe Watbled

Résumés

Cet article propose une analyse du créole réunionnais sur les points suivants : la flexion verbale, l’auxiliation, les particules préverbales, avec un intérêt particulier pour la particule /i/. Il tente de répondre à quelques questions cruciales :
- Est-il fondé de postuler une flexion verbale ?
- Quels sont les marqueurs flexionnels verbaux ?
- Quelles sont les catégories flexionnelles verbales ?
- Sur la base de quels critères distingue-t-on auxiliaires et particules préverbales ?
Je défends l’idée que la particule /i/ ne véhicule pas de valeur sémantique, mais joue le rôle de marqueur prédicatif signalant que la forme verbale qu’elle précède est tensée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Comme toutes les langues, le créole réunionnais connaît une forte variation, et l’étude que je prés (...)
  • 2 Sur les créoles en général, on pourra consulter (entre autres) Chaudenson (2003) et Mufwene (2005).
  • 3 Pour une présentation générale de la question du /i/ dans les créoles de l’océan Indien, voir Corne (...)

1L’objectif de cette contribution est de montrer que le créole réunionnais1 se démarque assez nettement des autres créoles à base française sur le plan morphosyntaxique2. La différence concerne deux points principaux : le réunionnais possède d’une part une flexion verbale, dont l’importance est souvent minimisée ou ignorée, et d’autre part une particule préverbale caractéristique, /i/, dont il convient de déterminer le rôle grammatical exact. En particulier, on se demandera si cette particule a une valeur sémantique (plus précisément : aspectuo-temporelle ou modale), ou si elle joue un rôle purement syntaxique dans la structuration et l’organisation de la phrase3.

1. Expression grammaticale du temps, de l’aspect et de la modalité

2A priori, on peut envisager les moyens suivants d’expression grammaticale du temps, de l’aspect et de la modalité :

  • la flexion verbale ;

  • l’auxiliation et, plus généralement, l’emploi de verbes aspectuels ou modaux spécialisés ;

  • l’emploi de particules invariables.

  • 4 C’est le cas du mauricien et du seychellois, par exemple, pour ne parler que des créoles voisins du (...)
  • 5 La suite de ce travail montrera, je l’espère, que la morphosyntaxe du créole réunionnais requiert u (...)

3Bon nombre de créoles ont recours exclusivement à des particules préverbales invariables4. Or le créole réunionnais ne possède que deux particules préverbales : /te/ et /i/, tandis qu’il dispose d’une flexion verbale, ainsi que d’auxiliaires, connaissant eux-mêmes la flexion5.

  • 6 Une remarque est nécessaire afin d’éviter tout malentendu : l’absence de règles d’accord en créole, (...)
  • 7 Voir par exemple Cellier (1985, 94).

4Certains linguistes ont tendance à faire de l’absence de flexion – verbale et autre – un trait typologique des langues créoles. C’est sans doute l’une des raisons qui font que le créole réunionnais a toujours été l’objet de débats au sujet de la flexion6, dont on répugne parfois à reconnaître l’existence dans cette langue, ou que l’on a tendance à réserver (à tort) à ses variétés dites acrolectales ou « francisées »7.

5Ce débat n’ayant de sens qu’au sein d’un cadre théorique donné, je vais d’abord proposer quelques définitions.

  • 8 La différence entre auxiliaire et particule est évidemment plus nette dans les langues connaissant (...)

6Il y a flexion quand la structure morphologique du mot est affectée par l’attribution de propriétés grammaticales, dans le sens où les modifications morphologiques que ce mot subit servent de marqueurs aux propriétés grammaticales en question. Un auxiliaire est un verbe spécialisé dans l’expression grammaticale du temps, de l’aspect ou de la modalité, ou encore de la voix, identifiable par des propriétés spécifiques le distinguant des verbes non auxiliaires. Dans une langue connaissant la flexion verbale, les auxiliaires sont normalement eux-mêmes sujets à la flexion. Une particule est une forme non verbale invariable8, également spécialisée dans l’expression grammaticale du temps, de l’aspect ou de la modalité.

  • 9 On distingue le temps flexionnel (ou plus généralement formel) et le temps sémantico-référentiel.
  • 10 Sur ce point, voir Watbled (2013b). Les termes utilisés sont volontairement des calques de l’anglai (...)

7Une fois ces définitions posées, il est possible de démontrer qu’il existe en créole réunionnais une flexion non négligeable, ainsi qu’une subdivision entre formes verbales tensées, c’est-à-dire possédant un temps flexionnel9, et formes verbales non tensées10, en l’occurrence infinitif et participe. Cette bipartition va permettre d’éclairer le fonctionnement de la particule préverbale /i/.

2. La flexion verbale

  • 11 J’ai sélectionné dans mon corpus des données authentiques et attestées, mais relativement simples, (...)
  • 12 On a coutume de prendre comme lemme (i.e. forme de citation) la base verbale.
  • 13 Les termes présent, imparfait, futur, conditionnel, infinitif, participe renvoient au plan formel e (...)
  • 14 Pour une description assez proche, voir Holm (1989, 395) ; l’auteur a recours aux mêmes exemples qu (...)

8Examinons les données11. Je commencerai par la flexion d’un verbe régulier comme /mãž/ (« manger »)12. Ce verbe possède quatre formes tensées13 : le présent (non marqué) /mãž/, l’imparfait /mãže/, le futur /mãžra/, le conditionnel /mãžre/, ainsi qu’une forme non tensée : /mãže/14. Il est à noter que cette forme non tensée /mãže/ est homophone de l’imparfait. Voici des exemples :

  • 15 En créole réunionnais /zot/ correspond soit à « vous » (pluriel), soit à « ils/elles », « eux/elles (...)
  • 16 Sur la relation entre l’expression du futur et la négation, voir plus loin.

(1)

présent :

/zot i mãž kabri/15 (« ils mangent du cabri ») ;

(2)

imparfait :

/zot i mãže kabri/ (« ils mangeaient du cabri ») ;

(3)

futur :

/si zot i travaj pa zot i mãžra pa/
(« s’ils ne travaillent pas, ils ne mangeront pas »)16 ;

(4)

conditionnel :

/zot i mãžre bjẽ ẽ salad/ (« ils mangeraient bien une salade ») ;

(5)

infinitif :

/kosa zot va mãže/ (« que mangerez-vous ? ») ;

(6)

participe :

/kosa zot la mãže/ (« qu’avez-vous mangé ? »).

  • 17 J’entends par « flexif » (cf. flexion) tout marqueur flexionnel, ce qui exclut de cette définition (...)

9Il est clair que du point de vue formel, l’observation du paradigme flexionnel permet de poser une base verbale invariante /mãž/, et par conséquent tous les segments qui s’ajoutent à cette base devront être considérés comme des morphèmes flexionnels, ou flexifs17. On peut dégager les flexifs suivants :

    • 18 Dans les transcriptions des formes créoles, les traits d’union symbolisent les frontières de morphè (...)

    le flexif d’imparfait /-e/, dans /mãž-e/18 ;

  • le flexif de futur /-ra/, dans /mãž-ra/ ;

  • le flexif de conditionnel /-r-e/, dans /mãž-r-e/ ;

    • 19 Le fait que la base verbale soit /mãž/ (forme tensée non marquée, présent) suffit à reconnaître la (...)

    le flexif /-e/, propre à la forme non tensée, dans /mãž-e/19.

  • 20 Il est très fréquent dans les langues que la combinaison d’un marqueur de futur avec un marqueur de (...)

10Le flexif de conditionnel est analysable comme une combinaison constituée de /‑r‑/, allomorphe du marqueur de futur /-ra/, et du marqueur d’imparfait /-e/20.

  • 21 La troisième personne du singulier, non marquée, s’est généralisée à l’intégralité de tous les tiro (...)

11Il est manifeste que les formes du verbe réunionnais régulier sont directement héritées de celles du verbe français, plus précisément de la troisième personne du singulier21 pour les formes tensées (mange > /mãž/, mangeait > /mãže/, mangera > /mãžra/, mangerait > /mãžre/), et de l’infinitif/participe passé pour la forme non tensée (manger, mangé > /mãže/).

  • 22 L’on m’a parfois avancé comme objection des séquences dans lesquelles le /i/ ne serait pas présent (...)

12Du point de vue syntaxique, on observe dans les exemples (1, 2, 3, 4) ci-dessus la présence obligatoire de la particule préverbale /i/ avant les formes tensées du verbe /mãž/. En revanche, le /i/ n’apparaît jamais avant les auxiliaires /va/ et /la/22, comme en (5, 6).

13L’emploi de la forme fléchie d’imparfait (/mãž-e/) est en concurrence avec celui de la particule préverbale /te/ :

  • 23 Les parenthèses signalent que l’emploi de /i/ est facultatif dans ce contexte.

(7) /zot te (i)23 mãž kabri/ (« ils mangeaient du cabri »).

  • 24 En créole réunionnais, le passé imperfectif s’oppose au passé perfectif, qui est exprimé par l’auxi (...)

14Cette particule /te/ exprime le passé imperfectif24, tout comme le flexif /-e/ (cf. /zot i mãž‑e kabri/) ; la valeur sémantique du flexif /-e/ (forme tensée) et celle de la particule /te/ étant parfaitement identiques, nous pouvons parler d’imparfait dans les deux cas : flexionnel dans /zot i mãže/ (« ils mangeaient ») et périphrastique dans /zot te (i) mãž/ (id.).

15Pour presque tous les verbes autres que /le/ (« être ») et /la/ (« avoir »), l’imparfait flexionnel est caractéristique des variétés de créole plus proches du français, alors que l’imparfait périphrastique est nettement plus courant et seul possible, semble-t-il, en créole dit basilectal.

  • 25 Cette forme /te/ est issue de la réinterprétation comme particule préverbale invariable de la forme (...)
  • 26 La forme /mãž/ est certes la forme de base du verbe, mais elle est ici tensée : c’est plus précisém (...)

16Dans /zot te (i) mãž kabri/, on a dans l’ordre, après le sujet : la particule préverbale /te/25, la particule préverbale /i/ (facultativement, alors qu’elle est obligatoire avant l’imparfait flexionnel : /zot i mãže kabri/), et la forme de présent ; c’est en effet la même forme invariante /mãž/26 que l’on trouve au présent et à l’imparfait périphrastique, que l’on ait ou non un complément à droite du verbe :

(8)  /zot i mãž kabri/ (« ils mangent du cabri ») ;
(9)  /zot i mãž/ (« ils mangent ») ;
(10) /zot te (i) mãž kabri/ (« ils mangeaient du cabri ») ;
(11) /zot te (i) mãž/ (« ils mangeaient »).

17En revanche, dans les exemples ci-dessous, on observe pour la forme non tensée une alternance entre une variante longue (/mãže/) et une variante courte, tronquée (/mãž/) :

18(12) /zot i sava mãže/ (« ils vont manger ») ;
(13) /zot i sava mãž kabri/ (« ils vont manger du cabri ») ;
(14) /kosa zot la mãže/ (« qu’ont-ils mangé ? ») ;
(15) /zot la mãž kabri/ (« ils ont mangé du cabri »).

  • 27 La précision sur le groupe rythmique est cruciale (Watbled, 2013a). Observons en effet les exemples (...)

19La variante courte apparaît avant un complément placé à sa droite dans le même groupe rythmique27, mais cette alternance n’affecte que la forme non tensée (infinitif/participe).

20Pour s’en convaincre, il suffit d’observer que le flexif /-e/ de la forme non tensée /mãže/ s’efface avant un complément dans les exemples ci-dessus, alors que le flexif homophone /-e/ de l’imparfait flexionnel, forme tensée, est quant à lui non effaçable :

(16) /zot i mãže/ (« ils mangeaient ») ;
(17) /zot i mãže kabri/ (« ils mangeaient du cabri »).

  • 28 Sur ce point, voir Corne (1999, 80), qui parle de deux types de « variation Ø/‑e » (« the Ø/‑e vari (...)

21Il est donc crucial de poser deux flexifs /-e/ homophones : l’un est le marqueur des formes non tensées qui subissent la troncation, comme le montrent les exemples (12, 13, 14, 15) ; l’autre est le marqueur de l’imparfait, qui ne subit pas la troncation28, comme le montrent les exemples (16, 17). Cette importante différence morphosyntaxique suffit à justifier la distinction entre deux /-e/, malgré leur homophonie.

22La confrontation avec certains verbes irréguliers confirme la validité de l’analyse, comme l’atteste le verbe /vø/ (« vouloir »), par exemple :

(18) /zot te (i) vø laržã/ (« ils voulaient l’argent ») ;
(19) /zot i vule laržã/ (id.) ;
(20) /zot va vulwar laržã/ (« ils voudront l’argent ») ;
(21) /zot la vuly laržã/ (« ils ont voulu l’argent »).

  • 29 Concernant le métalangage, un verbe irrégulier représentatif comme /vø/ (« vouloir »), ayant dans s (...)

23La forme de présent (/mãž/) a comme homologue /vø/ ; la forme d’imparfait flexionnel (/mãže/) a comme homologue /vule/ ; enfin, la forme non tensée, qu’elle soit longue (/mãže/), ou courte (tronquée : /mãž/), a comme homologues (a) /vulwar/ et (b) /vuly/29, selon la catégorie flexionnelle sous-jacente (infinitif et participe, respectivement).

24Le verbe /vø/ révèle donc que l’on a en réalité au niveau catégoriel non pas une seule forme non tensée, mais deux, ce qui va dans le sens de l’existence d’un système flexionnel élaboré en créole réunionnais. Cela implique que les verbes réguliers comme /mãž/ connaissent le syncrétisme entre infinitif et participe (forme unique /mãže/), exactement comme en français oral.

3. L’auxiliation

3.1 Antériorité

25Après la flexion verbale et la particule préverbale /te/, on a comme expression aspectuo-temporelle l’auxiliaire /la/ (« avoir ») :

(22) /kosa zot la mãže/ (« qu’ont-ils mangé ? »).

  • 30 L’explication est donnée plus loin.

26Cet auxiliaire, qui est incompatible avec le /i/30, possède une flexion complète (voir infra). Il exprime l’antériorité associée à l’aspect perfectif, en opposition avec l’imparfait (préverbal ou flexionnel), qui exprime le passé imperfectif.

3.2. Futurité

27Passons à l’expression périphrastique du futur. Au futur flexionnel (flexif /-ra/ : voir supra) s’ajoutent deux auxiliaires de renvoi à l’avenir :

  • 31 Cette limitation va de pair avec le fait que /va/ ne peut exprimer la futurité que par rapport au m (...)

- /va/, qui n’existe que sous la forme tensée de présent flexionnel31 ;
‑ /sa(va)/, qui connaît plusieurs variantes (indépendantes du contexte morphosyntaxique) : /sava/, /saa, /sar/, /sa/, et qui existe aussi à l’imparfait : /ale/ pour l’imparfait flexionnel, et /te (i) sa(va)/ pour l’imparfait périphrastique.

28Exemples :

(23) /zot va mãž rugaj la mory/ (« ils mangeront du rougail de morue ») ;
(24) /zot i sa mãž rugaj la mory/ (« ils vont manger du rougail de morue ») ;
(25) /zot i alé mãž rugaj la mory/ (« ils allaient manger du rougail de morue »).
(26) /zot te (i) sa mãž rugaj la mory/ (id.).

  • 32 Corne (1999, 82-83), Chaudenson (2003, 356-359).

29L’auxiliaire /va/ peut se présenter sous la variante abrégée /a/ amalgamée à certains pronoms sujets à finale vocalique32. C’est ainsi, par exemple, que la séquence /mwẽ/ (première personne du singulier) + /va/ donne la forme contractée /ma/ :

  • 33 La variante sans amalgame de cette phrase est plus rare, mais néanmoins attestée : /mwẽ va mãž ruga (...)

(27) /ma mãž rugaj la mory/33 (« je mangerai du rougail de morue »).

  • 34 Voir Chaudenson (2003, 358-359). Notons au passage que cette question est souvent présentée de mani (...)

30Pour la majorité des verbes, mais pas tous – en tout cas pas pour /le/ (« être »), /la/ (« avoir ») et quelques autres –, l’expression du futur avec /va/ est nettement préférée au futur flexionnel sauf lorsque l’énoncé est négatif, contexte dans lequel le futur flexionnel est mieux accepté34 :

  • 35 On entend aussi une variante avec métathèse : /mãžar pa/.

(28) /le syr zot i mãžra pa rugaj la mory/35
      (« c’est sûr qu’ils ne mangeront pas de rougail de morue »).

31Les verbes /le/ et /la/ acceptent quant à eux aussi facilement l’une ou l’autre expression :

(29) /zot i sra kõtã/ (« ils seront contents ») ;
(30) /zot va et kõtã/ (id.) ;
(31) /zot nora ẽ grã kaz/ (« ils auront une grande maison »).

32Le verbe impersonnel /fo/ (« falloir ») accepte également le futur flexionnel, même dans un énoncé assertif :

(32) /i fodra bjẽ ale travaj/ (« il faudra bien aller travailler »).

33Pour tout verbe, le futur flexionnel, même sans négation, est apte à exprimer une injonction :

(33) /u fra sak mi di au/ (« tu feras ce que je te dis »).

34En cas de certitude concernant l’avenir, le futur flexionnel peut aussi s’employer sans négation :

(34) /le syr zot i fra sa dømẽ/ (« c’est sûr qu’ils feront ça demain »).

35Observons aussi que /va/ n’est jamais précédé de /i/, alors que /sa(va)/ l’est systématiquement, tout comme le futur flexionnel :

(35) /zot va et malad/ (« ils seront malades ») ;
(36) /zot i sra malad/ (id.);
(37) /zot i sa et malad/ (« ils vont être malades »).

36On relève finalement trois expressions du renvoi à l’avenir : le flexif /-ra/ ; l’auxiliaire /va/ ; l’auxiliaire /sa(va)/. Les formes /va/ et /sa(va)/ sont deux unités distinctes ; en effet, elles n’ont ni les mêmes propriétés flexionnelles, ni les mêmes propriétés syntaxiques : /va/ n’existe que sous cette forme de présent flexionnel et n’est jamais précédé de /i/, alors que /sa(va)/ existe aussi à l’imparfait (flexionnel ou périphrastique : voir supra) et qu’il est précédé de /i/.

37Le sémantisme de /va/ et celui de /sa(va)/ sont distincts : /va/ exprime la futurité sans imminence par rapport au moment de l’énonciation ; /sa(va)/, dont la valeur première est le déplacement spatial (« aller »), exprime l’imminence, que ce soit par rapport au moment de l’énonciation ou à un repère passé.

38Mais le point le plus important est que l’auxiliaire /va/ exprime exactement le même type de renvoi à l’avenir que le marqueur flexionnel /-ra/. Ainsi les énoncés (35, 36) ci-dessus sont strictement équivalents sur le plan sémantique. De ce point de vue, il convient de regrouper /va/ et le futur flexionnel en /-ra/, qui s’opposent ensemble à /sa(va)/, lequel exprime l’imminence, alors que cette composante est absente du sémantisme de /va/ et du futur flexionnel. Notons enfin que de toutes les unités verbales, seul /va/ fonctionne exclusivement comme auxiliaire.

4. Distinction entre auxiliaires et particules préverbales : critères distributionnels

39Les définitions données en préambule permettent en principe de distinguer les auxiliaires et les particules préverbales. Cette distinction est confirmée par des critères distributionnels, ce qui est important : en effet, dans la mesure où /va/ n’existe que sous cette forme unique (voir supra), on pourrait a priori hésiter pour cette unité entre le statut d’auxiliaire (sous forme tensée non marquée) et celui de particule invariable.

40Contrairement aux auxiliaires, les particules préverbales /te/ et /i/ ne peuvent pas être séparées des verbes auxquels elles sont reliées, que ce soit par la négation ou par un quelconque autre élément :

(38) /zot i dor pa/ (« ils ne dorment pas ») ;
(39) /zot la pa dormi/ (« ils n’ont pas dormi ») ;
(40) /zot te (i) dor pa/ (« ils ne dormaient pas ») ;
(41) /u va pa fe sa/ (« tu ne feras pas ça » / « tu ne vas pas faire ça ») ;
(42) /zot te (i) sava pa mãž la/ (« ils n’allaient pas manger là »).

41Alors que la négation /pa/ sépare l’auxiliaire et le verbe suivant en (39, 41, 42), elle ne peut pas s’insérer entre la particule préverbale et le verbe en (38, 40, 42).

  • 36 À cet égard, l’homophonie du flexif /‑e/ de la forme non tensée /mãže/ (« manger », « mangé ») et d (...)

42Dans ces exemples, la distribution de la négation se ramène à une règle simple : elle est placée après le verbe à forme tensée : /dor/ en (38, 40), /la/ en (39), /va/ en (41), /sava/ en (42). Par ailleurs, les particules préverbales /te/ et /i/ sont suivies de formes verbales tensées, alors que les auxiliaires régissent des formes verbales non tensées, ce qui constitue une autre différence36.

43Deux points importants découlent de ces observations. Le premier est que les particules et les auxiliaires appartiennent à des paradigmes différents ; ainsi, l’hypothèse de l’appartenance de /i/ et /la/ (par exemple) à une même série est invalidée. Le second est que /va/ est bien un auxiliaire, malgré une flexion limitée à la forme tensée de présent : le test de la place de la négation est à cet égard crucial, car les définitions ne suffisent pas en cas de forte défectivité.

5. Les verbes « être » et « avoir »

44Nous allons maintenant examiner la syntaxe des deux verbes qui ont apparemment les comportements les plus idiosyncratiques : /le/ (« être ») et /la/ (« avoir »). Ces idiosyncrasies vont nous fournir des indices majeurs du fonctionnement profond de la langue.

5.1. Le verbe « être »

  • 37 Dans cette forme /et-e/, le flexif /-e/ est évidemment le marqueur du participe, comme dans la form (...)

45Le verbe copule /le/ (« être ») possède quatre formes tensées, qui sont : le présent /l-e/, l’imparfait /l-et-e/, le futur /s-ra/ et le conditionnel /s-r-e/, ainsi que deux formes non tensées : l’infinitif /et/ et le participe /et-e/37. Voici des exemples avec les formes tensées :

(43) /zot le malad/ (« ils sont malades ») ;
(44) /zot lete malad/ (« ils étaient malades ») ;
(45) /zot i sra malad/ (« ils seront malades ») ;
(46) /zot i sre malad/ (« ils seraient malades »).

  • 38 Cette forme réduite /t-e/ ne doit pas être confondue avec la particule préverbale /te/ vue plus hau (...)

46Le radical de ce verbe connaît la supplétion, avec d’une part les deux allomorphes /e-/ et /et-/, et d’autre part la forme /s-/. Il est à noter aussi que l’imparfait /l-et-e/ possède une forme réduite /t-e/ : /zot te malad/38. Contrairement à ce qui se passe pour les autres verbes, l’imparfait flexionnel du verbe /le/ est presque toujours le seul possible et son futur flexionnel /sra/ est tout à fait courant, même s’il est en concurrence avec /…va et…/ : voir (35, 36) supra.

  • 39 Dans « tensée non future », chaque terme est important : « tensée », parce que le préfixe est absen (...)

47Je postule par ailleurs un préfixe /l-/, qui signale que dans les formes /l-e/ et /l-et-e/ l’on a affaire à une forme tensée non future39 : nous verrons plus loin l’importance de cette hypothèse. Notons dès maintenant que les formes non tensées de /le/ (l’infinitif /et/ et le participe /ete/) ne sont justement pas préfixées :

(47) /zot va et malad/ (« ils seront malades ») ;
(48) /zot la ete malad jer/ (« ils ont été malades hier »).

5.2. Le verbe « avoir »

  • 40 Dans ses autres emplois, son fonctionnement est analogue.

48Passons au verbe /la/ (« avoir »), qui fonctionne d’une manière proche de /le/. Nous nous concentrerons ici surtout sur son emploi comme auxiliaire, qui suffit à la démonstration40.

  • 41 Dans les emplois non auxiliaires, on a aussi les variantes /n‑a/ (avec réduplication, libre ou en f (...)
  • 42 Variantes: /l‑o‑ra/, /l‑o‑r‑e/.
  • 43 Ce participe /y/ a une gamme d’emplois globalement beaucoup plus réduite que son homologue français (...)

49Ce verbe possède quatre formes tensées : le présent /l-a/, l’imparfait /l-av-e/41, le futur /n-o-ra/ et le conditionnel /n-o-r-e/42, et deux formes non tensées : l’infinitif /a(v)-war/ et le participe /y/43.

50Voici des exemples avec les formes tensées :

(49) /kosa zot la mãže/ (« qu’ont-ils mangé ? ») ;
(50) /kosa zot lave mãže/ (« qu’avaient-ils mangé ? ») ;
(51) /ẽkjet pa zot nora fini avã u ariv/ 
      (« ne t’inquiète pas, ils auront fini avant que tu arrives ») ;
(52) /zot nore pa di sa/ (« ils n’auraient pas dit ça »).

51Cet auxiliaire régit la forme participiale du verbe suivant. Tout comme celui de /le/, le radical de /la/ connaît la supplétion, avec d’une part les allomorphes /a/ (comme dans /l-a/), /av-/ (comme dans /l-av-e/), et d’autre part /o-/ avant le morphème de futur/conditionnel (/n-o-ra/, /n-o-r-e/).

  • 44 Ou /n‑/ pour les variantes des emplois non auxiliaires (voir la note 41 ci-dessus).

52Comme pour /le/, je postule une préfixation, avec /l-/ pour une forme tensée non future44, et /n-/ ou /l-/ (en variation) pour une forme tensée de futur/conditionnel, alors que le verbe /le/ n’a pas de préfixe au futur/conditionnel (voir supra).

53Pour ce qui est des formes non tensées, voici deux exemples dans lesquels elles ne sont pas auxiliaires :

(53) /i fo travaj pu a(v)war laržã/ (« il faut travailler pour avoir de l’argent ») ;
(54) /li la y pør/ (« il a eu peur »).

54À nouveau, comme pour le verbe /le/, les formes non tensées (/a(v)-war/, /y/) ne sont pas préfixées, ce qui est en accord avec mon hypothèse.

55L’auxiliaire /la/ peut être lui-même suivi de l’auxiliaire /fin(i)/ :

(55) /zot la fin bwar/ (« ils ont déjà bu ») ;
(56) /zot la fin dãse/ (« ils ont déjà dansé »).

  • 45 Voir Watbled (2013a ; 2013b).

56Cette forme /fin(i)/ exprime l’existence de l’occurrence de l’événement dans une période ayant commencé avant un repère (le moment de l’énonciation dans les deux exemples ci-dessus), en même temps que le positionnement mental de l’énonciateur au-delà de la borne droite de l’événement45. Il peut s’y ajouter une valeur expérientielle due au contexte :

(57) /zot la fin aprãn koz morisjẽ/ (« ils ont appris à parler mauricien »).

57L’auxiliaire /fin(i)/ peut suivre toutes les formes tensées de l’auxiliaire de l’antériorité perfective, le présent comme dans les exemples déjà donnés, mais aussi les autres :

  • 46 Dans la variante surauxiliée /zot nore te fin dãse/, la forme tensée /nore/ est en fait suivie du p (...)

(58) /zot (le)te fin dãse/ (« ils avaient déjà dansé ») ;
(59) /zot i sra fin dãse/ ~ /zot nora fin dãse/ (« ils auront déjà dansé ») ;
(60) /zot i sre fin dãse/ ~ /zot nore (te) fin dãse/ (« ils auraient déjà dansé »)46.

58On a l’imparfait de l’auxiliaire en (58), son futur en (59) et son conditionnel en (60). On peut faire deux observations concernant l’auxiliaire tensé qui précède /fin(i)/ (ce dernier étant lui-même employé comme auxiliaire) : en (58), on a l’imparfait de /le/ (/(le)te/), et non celui de /la/ ; en (59, 60), au futur et au conditionnel, /la/ et /le/ alternent librement (/sra/ ~ /nora/, /sre/ ~ /nore/). Nous allons voir ci-après l’importance de cette alternance à propos de /i/.

6. L’épineuse question du /i/

59Nous abordons maintenant la question cruciale de la valeur de /i/ : cette valeur est-elle sémantique (temporelle et/ou aspectuelle) ou syntaxique ? Les exemples suivants invalident l’hypothèse temporelle :

(61) /zot i dor/ (« ils dorment ») ;
(62) /zot i dorme/, /zot te (i) dor/ (« ils dormaient ») ;
(63) /zot i fra pa sa/ (« ils ne feront pas ça »).

60Dans ces trois exemples, on a en effet le /i/, avec référence au présent, au passé et au futur, respectivement : il est clair que l’attribution de la valeur de présent ne tient pas et, plus généralement, que /i/ n’est associé à aucun temps en particulier. On pourrait alors être tenté de penser qu’il exprime l’aspect imperfectif, en opposition avec l’auxiliaire /la/, qui exprime effectivement le passé perfectif :

(64) /zot te i peš dã la rivjer/ (« ils pêchaient dans la rivière ») ;
(65) /zot la peš dã la rivjer/ (« ils ont pêché dans la rivière »).

61Mais dans ce cas, on est amené à se demander pourquoi on n’a pas de /i/ dans l’énoncé suivant, qui est pourtant imperfectif :

(66) /zot le malad/ (« ils sont malades »).

62En réalité, en (64), c’est tout simplement la particule préverbale /te/ qui exprime l’imperfectif (associé au renvoi au passé), et non le /i/. En outre, si /i/ avait une valeur aspectuelle, on se demanderait comment expliquer sa distribution dans le cas des références au futur :

(67) /zot va et ã koler/ (« ils seront en colère ») ;
(68) /zot i sra ã koler/ (id.);
(69) /zot i sava et ã koler/ (« ils vont être en colère »).

63La référence à l’avenir se combine avec l’aspect non-imminent en (67, 68) et avec l’aspect imminent en (69). Ces expressions de référence au futur sont la preuve la plus nette que la valeur de /i/ n’est pas aspectuelle : on voit bien que ce n’est pas l’imminence ou la non-imminence qui est ici la ligne de partage, puisque les exemples (67) et (68) sont sémantiquement équivalents et s’opposent de ce point de vue à (69), tandis que le /i/ est interdit en (67), mais requis en (68) et (69). Il est clair que la piste sémantique doit être abandonnée.

7. Marqueur prédicatif

  • 47 Ma théorie est très proche de celle de Michaelis (2001), qui considère le /i/ réunionnais comme un (...)

64Il ressort de l’examen qu’il vaut mieux postuler que le /i/ joue le rôle syntaxique de marqueur prédicatif47 d’une proposition tensée. Dans cette hypothèse syntaxique, le /i/ possède les propriétés suivantes : il joue un rôle démarcatif en séparant le sujet du prédicat ; il signale que le syntagme prédicatif est tensé ; il indique que ce qui est à sa gauche est le sujet d’une proposition finie.

65Ainsi, par exemple, la phrase /zot i dor pa/ s’analysera comme suit : [zot] [[i dor] [pa]], avec d’un côté le sujet, /zot/, et de l’autre le prédicat, /i dor pa/, ce dernier pouvant être défini classiquement comme ce qui est dit du sujet : ici, /i dor pa/ est dit du sujet /zot/.

66Voyons à présent dans quels cas on n’a pas la particule préverbale /i/, alors qu’elle serait attendue en vertu des principes que nous venons de poser, ce qui pourrait sembler problématique.

67Je commencerai par les effacements après une autre voyelle, comme après le pronom personnel /li/ (troisième personne du singulier), en raison de la finale vocalique /i/ de celui-ci :

(70) /li dãs/ (« il/elle danse »).

  • 48 Les formes /vu/ et /u/ sont des variantes du pronom de deuxième personne du singulier.

68Après les pronoms /(v)u/48 (deuxième personne du singulier) et /nu/ (première personne du pluriel), l’effacement est fréquent, mais on observe une variation entre effacement et contraction :

(71) /u dãs/ ~ /vi dãs/ ~ /wi dãs/ (« tu danses ») ; /nu dãs/ ~ /ni dãs/ (« nous dansons »).

69Les formes /vi/, /wi/, /ni/ résultent des règles suivantes : /vu + i/ → /vi/ ; /u + i/ → /wi/ ; /nu + i/ → /ni/. Le pronom /mwẽ/ (première personne du singulier) et le /i/ s’amalgament :

(72) /mi dãs/ (« je danse »).

70La règle est dans ce cas : /mwẽ/ + i/ → /mi/.

71Mais après un pronom personnel à finale consonantique, le /i/ se maintient :

(73) /el i dãs/ (« elle danse ») ; /zot i dãs/ (« vous dansez/ils dansent »).

  • 49 Rappelons que le sandhi externe consiste en modifications phonologiques aux frontières de mots.

72Les quelques cas de non-occurrence de /i/ que nous venons d’observer (/li dãs/, /u dãs/) relèvent manifestement de conditionnements phonologiques : syntaxiquement, le /i/ est requis, et il est effacé dans certains contextes par des règles de sandhi externe49.

73Examinons maintenant les cas de non-occurrence de /i/ qui n’ont rien à voir avec la phonologie. Le /i/ est absent avant les formes de /le/ commençant par /l-/ et toutes les formes tensées de /la/ :

  • 50 Sur la réinterprétation de /mi/ comme monomorphémique et sur son emploi avant /le/ ou /lete/ (entre (...)

(74) /mwẽ le kõtã/50 (« je suis content ») ;
(75) /zot le kõtã/ (« ils sont contents ») ;
(76) /zot la fin dãse/ (« ils ont déjà dansé »).

74Notons que l’on retrouve le /i/ avant le verbe « être » au futur ou au conditionnel :

(77) /zot i sra kõtã/ (« ils seront contents ») ; /zot i sre kõtã/ (« ils seraient contents »).

  • 51 À ceux qui seraient tentés de considérer que l’hypothèse des préfixes /l‑/ et /n‑/ est ad hoc (voir (...)
  • 52 Dans la forme de futur /s-ra/ (/zot i sra kõtã/, « ils seront contents »), la base verbale est rédu (...)

75Je propose l’hypothèse explicative suivante : le /i/ est interdit avant le préfixe /l-/ ou /n-/ des verbes « être » et « avoir ». La raison profonde est à mon sens celle-ci : les préfixes en question assurent la même fonction de marqueur prédicatif de proposition tensée que /i/, qui serait alors redondant51. C’est pourquoi l’on a /i/ avant le futur et le conditionnel du verbe « être » : dans ce contexte, ce verbe n’a pas de préfixe52.

76On comprend mieux l’illusion qui pourrait laisser penser à tort que /i/ et /la/ s’opposent au sein d’un même paradigme. Je renvoie à des exemples déjà donnés :

(38) /zot i dor pa/ (« ils ne dorment pas ») ;
(39) /zot la pa dormi/ (« ils n’ont pas dormi »).

77En fait, l’absence de /i/ au passé perfectif est due non au sémantisme de l’auxiliaire, mais au préfixe de ce dernier. Cette analyse est confirmée par la variation observée dans des exemples présentés plus haut, et que je reproduis ici :

78(59) /zot i sra fin dãse/ ~ /zot nora fin dãse/ (« ils auront déjà dansé ») ;
(60) /zot i sre fin dãse/ ~ /zot nore (te) fin dãse/ (« ils auraient déjà dansé »).

79On a là des couples de paraphrases parfaites, et pourtant dans un cas on a /i/, quand l’auxiliaire n’est pas préfixé, et dans l’autre on ne l’a pas, avant un préfixe assurant la même fonction que lui. Les règles posées rendent parfaitement compte de la distribution de /i/, qui ne véhicule donc manifestement ni une valeur aspectuelle ni une valeur temporelle.

80Le cas suivant est l’absence du /i/ avant l’auxiliaire /va/, comme dans cet exemple :

(78) /zot va di sak zot i vø/ (« ils diront ce qu’ils voudront »).

  • 53 Sur la raison des (rares) occurrences de /mi/ avant /va/, voir la note 22.

81Cet auxiliaire /va/ ne possède pas de préfixe ni d’autre élément signalant sa valeur tensée, et pourtant il n’est jamais précédé de /i/53. Je propose l’explication suivante : comme /va/ existe sous une forme unique et tensée (le présent flexionnel), et qu’il est donc toujours, de manière inhérente, associé au temps (au sens formel), il rend le /i/ inutile, puisque par lui-même il signale que la prédication est nécessairement tensée. Par son invariance et son caractère toujours tensé, /va/ cumule plusieurs rôles : auxiliaire de futurité, indice du caractère tensé du prédicat, marqueur prédicatif.

82Il existe un dernier cas de non-occurrence de /i/, optionnellement cette fois, après la particule préverbale /te/ :

(79) /zot te (i) dãs/ (« ils dansaient »).

  • 54 Le caractère simplement optionnel de /i/ après /te/ confirme la réinterprétation de /te/ comme part (...)

83L’explication est simple : en dehors de /i/, /te/ est la seule particule préverbale du créole réunionnais ; exprimant le temps (en l’occurrence, l’imparfait) à gauche du verbe, /te/ signale (comme /i/) le caractère tensé de la prédication et il sert par lui-même de frontière entre le sujet et le prédicat : on peut donc se passer optionnellement de /i/ dans ce cas, puisque /te/ est apte à cumuler l’expression de l’imparfait et le rôle de marqueur prédicatif54.

84Finalement, les différents cas de non-occurrence de /i/ se ramènent soit à des effacements par des règles de sandhi, soit à l’application d’un principe d’économie morphosyntaxique consistant à éviter ou à bloquer toute redondance.

8. Conclusion

85L’analyse que j’ai proposée du système verbal du créole réunionnais révèle la liaison forte entre, d’une part, la flexion verbale et sa bipartition entre formes tensées et formes non tensées et, d’autre part, le fonctionnement du /i/. Ce /i/ signale le prédicat, ainsi que le caractère tensé de la prédication dans laquelle il apparaît, en étant placé en tête du prédicat et en étant attaché au verbe tensé de la proposition.

86L’examen des données et les hypothèses proposées révèlent que les langues créoles n’entrent pas toutes dans le même moule typologique, qu’elles aient ou non une origine commune. Plutôt que de se mettre en quête de propriétés générales invariantes ou dominantes des créoles, sans doute vaut-il mieux les considérer comme les autres langues, les comparer entre elles, mais aussi les comparer avec des langues non créoles. Il n’y a là rien que de très normal, si les créoles n’ont comme principales particularités que les conditions sociales et historiques de leur genèse. S’il existe bien des principes organisateurs récurrents observables dans les différentes langues de la planète, il n’en reste pas moins que chacune, créole ou non, possède sa propre dynamique interne qu’il convient de mettre au jour. C’est ce que j’ai essayé de contribuer à faire ici pour le créole réunionnais.

Haut de page

Bibliographie

Baker, Philip (1972) Kreol, A Description of Mauritian Creole, Londres: C. Hurst & Company.

Caïd, Leila (2000) Étude comparée des systèmes verbaux en créole réunionnais et mauricien, Lille : Atelier national de reproduction des thèses.

Cellier, Pierre (1985) Comparaison syntaxique du créole réunionnais et du français, Université de la Réunion.

Chaudenson, Robert (1974) Le lexique du parler créole de la Réunion, Paris : Champion.

Chaudenson, Robert (2003) La créolisation : théorie, applications, implications, Paris : L’Harmattan.

Corne, Christian (1977) Seychelles Creole Grammar, Tübingen: TBL Verlag Gunter Narr.

Corne, Christian (1999) From French to Creole. The development of new vernaculars in the French colonial world, Londres : University of Westminster Press.

Corne, Christian & Moorghen, Pierre-Marie (1978) « Proto-créole et liens génétiques dans l’Océan Indien », Langue française, vol. 37, n° 1, p. 60-75.

Damoiseau, Robert (2012) Syntaxe créole comparée : Martinique, Guadeloupe, Guyane, Haïti, Paris : Karthala.

Holm, John (1989) Pidgins and Creoles, Cambridge: Cambridge University Press.

Michaelis, Susanne (1993) Temps et aspect en créole seychellois : valeurs et interférences, Hambourg : Buske.

Michaelis, Susanne (2001) « The fate of subject pronouns : Evidence from creole and non-creole languages », in Neumann-Holzschuh Ingrid & Schneider Edgar W. (éd.), Degrees of Restructuring in Creole Languages, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins, p. 163-184.

Mufwene, Salikoko S. (2005) Créoles, écologie sociale, évolution linguistique, Paris : L’Harmattan.

Ramassamy, Ginette (1985) Syntaxe du créole réunionnais. Analyse de corpus d’unilingues créolophones, Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Paris V Sorbonne, 405 p.

Staudacher-Valliamée, Gillette (2004) Grammaire du créole réunionnais, Paris : sedes.

Véronique, Daniel (2001) « Temps, Aspect et Mode en mauricien », L’information grammaticale, vol. 89, n° 1, p. 38-42.

Watbled, Jean-Philippe (2013a) « Le système verbal du créole réunionnais : principes syntaxiques et prosodiques », in Pourchez, Laurence (dir.), Créolité, créolisation : regards croisés, Paris : Éditions des archives contemporaines, p. 79-96.

Watbled, Jean-Philippe (2013b) « Principes et contraintes dans la construction des langues de contact : l’exemple des créoles de l’océan Indien », Travaux du CLAIX, revue de l’université de Provence, n° 24, Contacts de langues, langues en contact, p. 229-252.

Haut de page

Notes

1 Comme toutes les langues, le créole réunionnais connaît une forte variation, et l’étude que je présente s’applique à une variété du nord de l’île (Saint-Denis et ses environs) que l’on peut qualifier de créole standard, mais de toute façon les différences avec les autres variétés sont sans conséquence pour ce qui nous concerne ici.
Les énoncés cités le seront entre barres obliques et en graphie phonémique. J’ai recours aux symboles de l’Alphabet Phonétique International (A.P.I.) pour tous les phonèmes sauf les chuintantes, que je note /š/, /ž/ pour des raisons pratiques de proximité phonétique et phonologique avec les sifflantes /s/, /z/. Par ailleurs, il existe deux systèmes en créole réunionnais : l’un, maximal, comprenant les chuintantes /š/, /ž/ et les voyelles antérieures arrondies /y/, /ø/, et l’autre, minimal, dans lequel les chuintantes sont confondues avec les sifflantes /s/, /z/, et les voyelles antérieures arrondies sont confondues avec les non-arrondies /i/, /e/ (certains /ø/ donnant aussi /o/). J’ai choisi ici de transcrire les exemples en système maximal (ce qui n’a aucune incidence sur l’argumentation grammaticale) : on peut en effet plus facilement lire les énoncés en système minimal à partir d’une transcription en système maximal que l’inverse.

2 Sur les créoles en général, on pourra consulter (entre autres) Chaudenson (2003) et Mufwene (2005).

3 Pour une présentation générale de la question du /i/ dans les créoles de l’océan Indien, voir Corne & Moorghen (1978, 63-70). Pour des études plus récentes centrées sur le créole réunionnais, voir Watbled (2013a ; 2013b).

4 C’est le cas du mauricien et du seychellois, par exemple, pour ne parler que des créoles voisins du réunionnais dans le sud-ouest de l’océan Indien : voir, par exemple, Baker (1972) pour le mauricien et Corne (1977) pour le seychellois.

5 La suite de ce travail montrera, je l’espère, que la morphosyntaxe du créole réunionnais requiert un examen très attentif et minutieux, car elle est particulièrement complexe en dépit des apparences.

6 Une remarque est nécessaire afin d’éviter tout malentendu : l’absence de règles d’accord en créole, souvent invoquée, avec une malheureuse confusion entre accord et flexion – alors que la seconde n’implique absolument pas le premier – ne saurait constituer un argument contre la reconnaissance d’une flexion en créole réunionnais.

7 Voir par exemple Cellier (1985, 94).

8 La différence entre auxiliaire et particule est évidemment plus nette dans les langues connaissant la flexion verbale, ce qui est le cas du créole réunionnais : on peut en effet y distinguer les auxiliaires, qui connaissent la flexion, des particules, qui sont invariables. En outre, certains critères distributionnels confirment la répartition des formes en auxiliaires et particules préverbales (voir infra).

9 On distingue le temps flexionnel (ou plus généralement formel) et le temps sémantico-référentiel.

10 Sur ce point, voir Watbled (2013b). Les termes utilisés sont volontairement des calques de l’anglais tense, tensed, nontensed. On ne saurait parler de formes verbales « personnelles » pour le créole, puisqu’il ne connaît pas l’accord du verbe, qui est dépourvu de marqueurs de personne.

11 J’ai sélectionné dans mon corpus des données authentiques et attestées, mais relativement simples, étant donné l’objectif de l’étude.

12 On a coutume de prendre comme lemme (i.e. forme de citation) la base verbale.

13 Les termes présent, imparfait, futur, conditionnel, infinitif, participe renvoient au plan formel et non au plan sémantico-référentiel (voir la note 9 ci-dessus). Ainsi, par exemple, l’imparfait (plan formel) exprime le passé imperfectif (plan sémantico-référentiel).

14 Pour une description assez proche, voir Holm (1989, 395) ; l’auteur a recours aux mêmes exemples qu’ici, et mentionne les formes de présent (« present tense »), d’imparfait (« past tense »), de futur (« future »), d’infinitif (« infinitive ») et de participe (« past participle »), omettant toutefois le conditionnel.

15 En créole réunionnais /zot/ correspond soit à « vous » (pluriel), soit à « ils/elles », « eux/elles ».

16 Sur la relation entre l’expression du futur et la négation, voir plus loin.

17 J’entends par « flexif » (cf. flexion) tout marqueur flexionnel, ce qui exclut de cette définition les auxiliaires et les particules (les auxiliaires, connaissant la flexion, sont dotés de flexifs, mais ne sont pas eux-mêmes des flexifs).

18 Dans les transcriptions des formes créoles, les traits d’union symbolisent les frontières de morphèmes (leur emploi ne sera pas systématique).

19 Le fait que la base verbale soit /mãž/ (forme tensée non marquée, présent) suffit à reconnaître la segmentation /mãž-e/ pour la forme non tensée, et par conséquent le flexif /-e/ pour cette forme verbale. Pour les verbes réguliers, ce flexif /-e/ est le marqueur commun de l’infinitif et du participe, qui connaissent le syncrétisme. Un verbe irrégulier comme /vø/ (« vouloir ») distingue quant à lui l’infinitif : /vul‑war/, et le participe : /vul‑y/ (voir infra). La confrontation entre les formes non tensées /mãž-e/ et /vul‑war/ (par exemple) confirme la validité de la segmentation postulée ici.

20 Il est très fréquent dans les langues que la combinaison d’un marqueur de futur avec un marqueur de passé exprime non seulement le futur dans le passé, mais aussi la modalité d’hypothèse : c’est le cas en créole réunionnais (tout comme en français et dans les autres langues romanes, en anglais, en mauricien, etc.).

21 La troisième personne du singulier, non marquée, s’est généralisée à l’intégralité de tous les tiroirs verbaux tensés.

22 L’on m’a parfois avancé comme objection des séquences dans lesquelles le /i/ ne serait pas présent dans la production d’énoncés comme (1, 2, 3, 4), alors qu’il l’est dans mes exemples : en réalité, l’absence de /i/ dans de tels cas caractérise des variantes réduites, qui plus est chez une minorité de locuteurs. J’ajoute à ce propos qu’en grammaire, il vaut mieux ne pas prendre en compte les variantes avec réduction articulatoire due à un tempo rapide ou à un style relâché. En revanche, le /i/ est régulièrement absent dans les énoncés de type (5, 6) (i.e. avant les formes /va/ et /la/), même en style très relevé : je n’ai jamais relevé d’occurrence de /i/ avant /va/ ou /la/ produite par un locuteur authentiquement créolophone ; ces séquences sont totalement absentes de mon corpus, cette absence étant corroborée par les jugements des locuteurs, qui les rejettent sans hésitation lorsqu’on les leur soumet. Par ailleurs, l’apparition de la forme pronominale /mi/ avant /va/ ne saurait être invoquée contre l’analyse présentée ici ; en effet, cette forme /mi/, qui résulte régulièrement de la contraction de /mwẽ + i/ dans la variété standard, tend dans certaines variétés avancées à être réinterprétée comme monomorphémique et à supplanter la forme /mwẽ/ (non suivie de /i/), par exemple dans /mi le malad/ (« je suis malade »), au lieu de la forme standard attendue /mwẽ le malad/ (voir infra : en créole standard, le /i/ ne peut apparaître dans ce contexte, avant le verbe /le/). Il s’agit là d’une extension analogique qui s’explique par la fréquence de /mi/. Malgré cela, la séquence /mi + va/ reste très rare, car les locuteurs qui emploient /mi/ (au lieu de /mwẽ/) pratiquent en général la contraction /mi + va/ → /ma/, qui donne le même résultat que la contraction /mwẽ + va/ → /ma/ appliquée par les locuteurs du créole standard. Il résulte de ces observations que pour analyser correctement les données, il vaut mieux s’appuyer sur des énoncés avec en position de sujet un pronom à finale consonantique, /zot/ par exemple, la séquence */zot i va.../ étant agrammaticale dans toutes les variétés. Les séquences /mi va/ présentées par Caïd (2000, 521) n’invalident donc pas la règle interdisant /i/ avant /va/. Quant à la séquence */mi + la/, elle est également agrammaticale dans toutes les variétés, même dans celles où la forme /mi/ est réinterprétée comme monomorphémique.

23 Les parenthèses signalent que l’emploi de /i/ est facultatif dans ce contexte.

24 En créole réunionnais, le passé imperfectif s’oppose au passé perfectif, qui est exprimé par l’auxiliaire /la/ : /kosa zot la mãže/ (« qu’avez-vous mangé ? », passé perfectif) ~ /kosa zot te (i) mãž/ (« que mangiez-vous ? », passé imperfectif) ; à ce sujet, voir Corne (1999, 81-82). Il va de soi qu’en réunionnais la valeur de /te/, comme celle de toute unité, ne peut se comprendre qu’au sein des réseaux d’opposition propres à cette langue, et il n’y a pas lieu de s’étonner que, sur le plan sémantique, la particule /te/ du réunionnais se distingue partiellement des particules qui lui « ressemblent » dans les autres créoles à base française : le /te/ réunionnais véhicule en effet une valeur aspectuo-temporelle (passé imperfectif), alors que le /te/ des créoles de l’Atlantique et le /ti/ mauricien et seychellois expriment une valeur d’antériorité pure, non aspectuelle. À cet égard, les « ressemblances » sont trompeuses et superficielles, ce qui motive sans doute la prudence dont fait preuve Holm (1989, 395/399) à juste titre. Sur l’expression du temps et de l’aspect, on pourra consulter Damoiseau (2012, 87-122) pour les créoles de l’Atlantique, Véronique (2001) pour le mauricien, et Michaelis (1993) pour le seychellois.

25 Cette forme /te/ est issue de la réinterprétation comme particule préverbale invariable de la forme réduite /te/ de l’imparfait (/lete/) du verbe /le/ (« être ») : voir Corne (1999, 82). Historiquement, on a en effet commencé par une périphrase imperfective progressive avec une relative enchâssée au présent : /zot lete ki mãž/ > /zot lete i mãž/ > /zot te (i) mãž/. Actuellement, l’énorme majorité des locuteurs ne sont pas conscients de la relation (diachronique) entre la particule /te/ et la séquence /lete (k)i/, qui appartient désormais à l’histoire de la langue : il serait donc totalement injustifié de postuler que le /te/ impliqué dans l’imparfait périphrastique est encore une forme réduite de /lete/ dans une analyse synchronique (je remercie Carpanin Marimoutou, qui a confirmé le bien-fondé de ce point de vue lors de nos discussions à ce sujet). À l’issue de cette réinterprétation, la particule /te/ ne peut évidemment pas être considérée comme une forme fléchie.

26 La forme /mãž/ est certes la forme de base du verbe, mais elle est ici tensée : c’est plus précisément la forme tensée non marquée (présent). Son caractère tensé est révélé par l’impossibilité de l’avoir dans un énoncé comme /zot i sa mãže/ (« ils vont manger »), qui exige l’infinitif /mãže/ : */zot i sa mãž/ est agrammatical, et dans /zot i sa mãž kabri/ (« ils vont manger du cabri »), on a la forme tronquée de l’infinitif, et non la forme de présent.

27 La précision sur le groupe rythmique est cruciale (Watbled, 2013a). Observons en effet les exemples suivants : /zot la fin mãž la kaz ut matɑ̃t/ (« ils ont déjà mangé chez ta tante ») ; /zot la fin mãže bonør komsa/ (« ils ont déjà mangé, si tôt ? »). Dans le premier exemple, la forme /mãže/ a subi la troncation du flexif /-e/, alors que le complément qui le suit, non seulement n’est pas un objet direct, mais n’est même pas gouverné par ce verbe, puisque c’est un circonstant. Or dans le second exemple, le circonstant n’entraîne pas la troncation. L’explication est d’ordre prosodique (et non pas simplement syntaxique) : le flexif n’est (optionnellement) effacé que si le verbe n’est pas en position finale de groupe rythmique.

28 Sur ce point, voir Corne (1999, 80), qui parle de deux types de « variation Ø/‑e » (« the Ø/‑e variation appears in two guises »). En réalité, pour les formes tensées, il ne s’agit pas de « variation » stricto sensu, mais d’une opposition indépendante du contexte entre le présent /mãž/ et l’imparfait /mãže/, alors que pour la forme non tensée /mãže/ (dont la variante tronquée est /mãž/), il s’agit d’une alternance conditionnée par le contexte syntaxique et prosodique.

29 Concernant le métalangage, un verbe irrégulier représentatif comme /vø/ (« vouloir »), ayant dans son paradigme flexionnel deux formes distinctes pour son infinitif (/vulwar/) et pour son participe (/vuly/), justifie pleinement le recours à ces deux termes pour les formes non tensées, même si certains créolistes, sans doute animés par leur désir d’éloigner le plus possible l’analyse du réunionnais de celle du français, manifestent à cet égard une certaine réserve. Les termes infinitif et participe sont pourtant courants en linguistique théorique, y compris en créolistique : Holm (1989, 395), par exemple, les emploie à propos du créole réunionnais (voir la note 14 supra).

30 L’explication est donnée plus loin.

31 Cette limitation va de pair avec le fait que /va/ ne peut exprimer la futurité que par rapport au moment de l’énonciation. L’utilisation de la séquence /te va/ (particule invariable /te/ + présent flexionnel /va/) pour le futur dans le passé est rarissime (une seule occurrence dans mon corpus) et n’est acceptable qu’en discours rapporté de type indirect.

32 Corne (1999, 82-83), Chaudenson (2003, 356-359).

33 La variante sans amalgame de cette phrase est plus rare, mais néanmoins attestée : /mwẽ va mãž rugaj la mory/.

34 Voir Chaudenson (2003, 358-359). Notons au passage que cette question est souvent présentée de manière caricaturale, en laissant entendre à tort que le futur flexionnel serait strictement réservé aux énoncés négatifs et qu’il serait en distribution complémentaire avec /va/. J’essaie de montrer ici que la réalité est plus subtile et moins rigide que cela. Ajoutons que ceux qui tiennent à nier ou simplement à minimiser le rôle de la flexion en créole réunionnais ont « intérêt » à marginaliser le futur flexionnel.

35 On entend aussi une variante avec métathèse : /mãžar pa/.

36 À cet égard, l’homophonie du flexif /‑e/ de la forme non tensée /mãže/ (« manger », « mangé ») et de la forme tensée /mãže/ (imparfait) n’est pas gênante, puisque l’on dispose du test de commutation avec des verbes irréguliers : voir les exemples (19, 20, 21). En outre, comme nous l’avons constaté, la troncation n’affecte que le flexif /‑e/ de la forme non tensée, et jamais le flexif d’imparfait (voir supra).

37 Dans cette forme /et-e/, le flexif /-e/ est évidemment le marqueur du participe, comme dans la forme non tensée /mãž-e/ (cela s’explique par les origines françaises : cf. été, mangé).

38 Cette forme réduite /t-e/ ne doit pas être confondue avec la particule préverbale /te/ vue plus haut ; on pourrait penser que la segmentation serait /le-te/, avec une base /le-/ suivie d’un marqueur /-te/, mais il n’en est rien : la réduction articulatoire (/lete/ → /te/) est indifférente à la segmentation morphologique, et le verbe /le/ a le même marqueur d’imparfait flexionnel /-e/ que tous les autres verbes, d’où la segmentation proposée ici (/l‑et‑e/). Cette analyse est confirmée par le fait que le /t/ du radical dans /l‑et‑e/ se retrouve dans les deux formes non tensées : l’infinitif /et/ et le participe /et-e/.
Il existe au moins deux raisons de ne pas confondre la variante réduite /te/ de /lete/ avec la particule préverbale /te/ : la première est que la forme /(le)te/ dans /zot (le)te malad/ est clairement l’imparfait flexionnel de la copule /le/ (« être »), alors que la particule préverbale /te/ n’est absolument pas une copule dans une analyse synchronique du créole réunionnais contemporain ; la seconde est que la variante « normale » de l’imparfait de la copule est la forme pleine /lete/ (et non /te/, qui est clairement le produit d’une réduction), tandis que la seule forme de la particule en créole contemporain est /te/.

39 Dans « tensée non future », chaque terme est important : « tensée », parce que le préfixe est absent des formes non tensées /et/ et /et‑e/ ; « non future », car il ne se trouve que dans deux des formes tensées, le présent /l‑e/ et l’imparfait /l‑et‑e/, et il est absent quand on a le flexif de futur /‑r(a)/, dans /s‑ra/ et /s‑r‑e/. La segmentation proposée et l’hypothèse du préfixe /l‑/ ne sont donc absolument pas ad hoc, d’autant plus que le préfixe permet d’expliquer la distribution de /i/ (voir infra).

40 Dans ses autres emplois, son fonctionnement est analogue.

41 Dans les emplois non auxiliaires, on a aussi les variantes /n‑a/ (avec réduplication, libre ou en fonction du contexte : /nana/, /nena/) pour le présent et /n‑av‑e/ pour l’imparfait.

42 Variantes: /l‑o‑ra/, /l‑o‑r‑e/.

43 Ce participe /y/ a une gamme d’emplois globalement beaucoup plus réduite que son homologue français et ne peut pas être auxiliaire.

44 Ou /n‑/ pour les variantes des emplois non auxiliaires (voir la note 41 ci-dessus).

45 Voir Watbled (2013a ; 2013b).

46 Dans la variante surauxiliée /zot nore te fin dãse/, la forme tensée /nore/ est en fait suivie du participe /ete/ du verbe /le/ (voir supra), dont le /e/ initial se contracte avec le /e/ final de /nore/. La forme résultante /te/ ne doit être confondue ni avec la particule invariable /te/, ni avec la forme réduite /te/ de l’imparfait /lete/.

47 Ma théorie est très proche de celle de Michaelis (2001), qui considère le /i/ réunionnais comme un marqueur prédicatif. Corne (1999) avançait une proposition analogue en qualifiant le /i/ de « finite verb marker » (marqueur de verbe fini), mais pour évoquer ensuite l’idée que ce pourrait être un « present tense marker » (marqueur de présent), hypothèse dont je montre ici qu’elle est invalidée. Le point de vue syntaxique est soutenu par Cellier (1985, 86) : pour lui, /i/ est un « indice verbal » qui « est devenu en créole un support du verbe, avec une fonction neutre vis-à-vis de la personne ou de la temporalité ou de l’aspectivité ».
Plusieurs créolistes privilégient des explications d’ordre sémantique. Ainsi, pour Chaudenson (1974, 333), /i/ « est le morphème de présent », hypothèse contredite par de nombreux exemples : ici-même, (2, 3, 4, 19, 25, 28, 29, 32, 33, 34, 36, etc.). Pour Caïd (2000, 451), « le morphème verbal /i/ n’est pas sémantiquement vide », il exprimerait entre autres une « valeur d’inaccompli », mais cela oblige à faire entrer /i/ dans le paradigme des auxiliaires : « [...] il semble que le morphème verbal /i/ peut être considéré comme un auxiliaire et non comme un simple indice verbal » (2000, 450) : le problème est que nous avons affaire à une particule et non à un auxiliaire, puisque /i/ est invariable alors que les auxiliaires connaissent la flexion (nous avons vu également que la place de la négation montre que /i/ et /la/ entrent dans deux paradigmes différents). Plus généralement, l’hypothèse sémantique de Caïd n’est pas conciliable avec l’hypothèse syntaxique défendue ici (/i/ marqueur prédicatif) : Caïd (2000, 451) considère en effet que /i/ exprime des « valeurs aspectuelles », alors que mon analyse entend démontrer que ce n’est pas le cas. Staudacher-Valliamée (2004, 87) propose une valeur sémantique abstraite de type aspectuel : /i/ « indique l’entrée en procès ». Pour Ramassamy (1985, 56), « /i/ est hors aspect et hors temps », mais elle oppose prédicats « processifs » et prédicats « non processifs », ce qui revient à une approche sémantique ; en outre, elle pose « l’existence de /i/ en structure profonde de tout énoncé à prédicat processif », avec une règle d’effacement « lorsque sa présence n’est pas nécessaire » (1985, 57), par exemple avant /la/ ou /va/ : cette hypothèse n’est pas convaincante, puisqu’elle revient à postuler la présence de /i/ aussi bien quand il apparaît que quand il n’apparaît pas, avec une règle réparatrice ad hoc permettant de retrouver les bonnes données en structure de « surface » (l’influence d’anciennes théories transformationnelles est évidente).

48 Les formes /vu/ et /u/ sont des variantes du pronom de deuxième personne du singulier.

49 Rappelons que le sandhi externe consiste en modifications phonologiques aux frontières de mots.

50 Sur la réinterprétation de /mi/ comme monomorphémique et sur son emploi avant /le/ ou /lete/ (entre autres), voir la note 22 (cela donnerait ici /mi le kõtã/ au lieu de /mw le kõtã/). Par ailleurs, autre problème, on rencontre le /i/ avant /le/ dans certains contextes même en créole standard, comme par exemple dans /usa zot i le/ (« où êtes-vous ? »), mais dans ce cas, il s’agit de ce que j’appelle le « /i/ prosodique » (Watbled 2013a), dont la présence sert à assurer une structure dissyllabique (/i le/) : comparez /usa zot i le/ avec /usa zot lete/ (« où étiez-vous ? »), séquence ne requérant pas le /i/, puisque l’on a déjà deux syllabes (/lete/).

51 À ceux qui seraient tentés de considérer que l’hypothèse des préfixes /l‑/ et /n‑/ est ad hoc (voir la note 39), il peut être répondu que, de toute façon, il faut bien constater que le /i/ n’apparaît pas avant les formes des verbes /le/ (« être ») et /la/ (« avoir ») commençant par un /l/ ou un /n/ : ce qui serait ad hoc, ce serait de se contenter d’énoncer ce fait sans l’expliquer.

52 Dans la forme de futur /s-ra/ (/zot i sra kõtã/, « ils seront contents »), la base verbale est réduite au /s-/ et ne peut être préfixée.

53 Sur la raison des (rares) occurrences de /mi/ avant /va/, voir la note 22.

54 Le caractère simplement optionnel de /i/ après /te/ confirme la réinterprétation de /te/ comme particule en créole réunionnais contemporain (voir les notes 25 et 38), la tendance récente consistant à ne pas faire se suivre les deux particules.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Watbled, « Les particularités morphosyntaxiques du créole réunionnais »Études créoles [En ligne], 33 | 2 | 2016, mis en ligne le 27 octobre 2016, consulté le 26 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudescreoles/681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescreoles.681

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Watbled

Université de la Réunion
jphwatbled[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Aix-Marseille université
  • Logo APRODEC
  • Logo Laboratoire Parole et Langage
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search