Navigation – Plan du site

AccueilLa revueInstructions aux auteurs

Instructions aux auteurs

La soumission d’un article pour publication dans un numéro de la revue implique l’acceptation par l’auteur des conditions suivantes :

  • l’auteur cède gracieusement à UGA Éditions les droits d’exploitation relatifs à son œuvre ou sa contribution à titre non exclusif et autorise la diffusion de la version finale publiée de sa contribution en accès ouvert sous la licence Creative Commons CC‑BY‑SA 4.0 (ou le cas échéant une version plus récente de cette licence) : un contrat de cession de droits à titre non exclusif lui sera adressé si la publication est acceptée ;

  • en cas d’emprunt (texte, photographie, croquis…) fait à un ouvrage ou à un article, l’auteur doit obtenir préalablement les autorisations nécessaires et les remettre en même temps que son tapuscrit.

1. Éléments à fournir par les auteurs

— Deux versions numériques de l’article (une au format Word et une autre au format PDF) doivent être remises au(x) coordinateur(s) du numéro ou au directeur de publication Cyril Besson : <cyril.besson@univ-grenoble-alpes.fr>.

— L’auteur indiquera en début de texte ses nom et prénom ainsi que son affiliation institutionnelle (en respectant la charte de signature normalisée des publications scientifiques telle que définie par son établissement de tutelle).

— Un résumé (au moins 1000 caractères, espaces comprises) et 5 à 10 mots‑clés en français et en anglais (et éventuellement dans une autre langue) doivent être systématiquement fournis par l’auteur. Le titre de l’article doit aussi être traduit en anglais (et dans l’autre langue éventuellement retenue). Ces données sont utiles pour optimiser le référencement de l’article sur Internet et faciliter son accessibilité.

— Toutes les illustrations, quelle que soit leur nature (figures, tableaux), seront numérotées et remises sous forme de fichiers séparés, en haute résolution (300 dpi). Les polices de caractères spécifiques seront jointes aux documents fournis. Chaque illustration devra être accompagnée d’un titre (éventuellement d’une légende) et annoncée dans le texte par un numéro d’appel entre parenthèses.
Il est recommandé de fournir des images (ou captures d’écran) pour les tableaux complexes (ou des éléments textuels nécessitant un alignement spécifique) susceptibles d’entraîner des erreurs de retranscription lors de la préparation de copie ou des problèmes d’affichage à l’écran de la version électronique sur la plateforme OpenEdition Journals.

— Toutes les citations en langue étrangère (autre que l’anglais) doivent être accompagnées de leur traduction.

2. Consignes générales pour la présentation des textes

— Pour la mise en forme de leur article, il est demandé aux auteurs d’utiliser le modèle de stylage sous Word téléchargeable à l’adresse suivante : <https://objs-fr.hypotheses.org/698> sur PC ou <[…]/697> sur Mac.

La procédure d’installation des modèles de document Word est également consultable à cette même adresse.

Un modèle définit la structure de base d’un document et permet sa mise en forme par l’emploi de feuilles de style prédéfinies. Il permet de structurer les textes saisis sous le logiciel Microsoft Word et faciliter leur traitement avant importation dans le logiciel Lodel pour une mise en ligne sur le site web de la revue.

— La longueur de l’article est au maximum de 50 000 signes, espaces comprises.

— Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Si un auteur souhaite soumettre un article dans une autre langue, il doit consulter le directeur de publication.

— L’article est à rédiger en Times New Roman 12 pt et doit être paginé. Ne pas sauter de ligne entre les paragraphes. Les éventuelles polices de caractères spécifiques seront jointes aux documents fournis.

— Les règles de ponctuation de chaque langue doivent être scrupuleusement respectées, tant dans un article intégralement écrit en langue étrangère que dans une citation.

— Intertitres et sous-titres : la hiérarchie doit en être clairement indiquée à l’aide des feuilles de style « Titre 1 » (titre de rang 1), « Titre 2 » (titre de rang 2), etc. L’introduction et la conclusion devront également être clairement indiquées. Éviter dans le texte courant les renvois vers les intertitres et sous-titres.

— Le titre et les résumés d’un article ne doivent pas comporter d’appel de note. Dans l’éventualité où une note est nécessaire, il est préférable de l’indiquer dans le corps du texte ou en note de l’auteur (par l’emploi de la feuille de style « NDLA [notes de l’auteur] »).

— Les notes de bas de page seront numérotées en chiffres arabes. Elles doivent servir à éclairer le texte : éviter les notes trop nombreuses et trop longues. Ne pas y introduire de tableaux ni de citations longues.

— Ne pas abuser des signaux visuels à l’adresse du lecteur. Seul l’usage de l’italique est généralement admis typographiquement : éviter d’utiliser le souligné, les capitales et les caractères gras.

3. Citation dans le texte des références bibliographiques

Pour insérer des références bibliographiques (associées à des extraits cités ou appuyant simplement les propos de l’auteur) dans le texte courant ou dans les notes de bas de page le cas échéant, on utilise le système de référence Auteur + date de publication qui renvoie à une bibliographie en fin d’article. L’indication dans le texte est placée entre parenthèses ; elle comprend le nom de l’auteur et l’année de publication séparés par une virgule, ainsi que la ou les pages concernées, le cas échéant. Un suffixe (a, b, c…) est éventuellement accolé à l’année si la bibliographie contient plusieurs publications de l’auteur pour une même année, le suffixe étant attribué selon l’ordre d’apparition dans la bibliographie.

Le système de référence Auteur + date permet de réserver l’usage des notes de bas de page à des explications, des commentaires, des informations complémentaires.

Dans le texte, la règle générale est de ne citer que le nom des auteurs et pas le prénom ; on indiquera l’initiale du prénom uniquement dans le cas où deux auteurs portent le même nom.

Formes des références inscrites entre parenthèses

(Scott, 1843)
(Craig, 1996, 1999b)
(Maclean, 1981a, p. 110-113)

  • Lorsqu’une référence comporte deux auteurs, les noms des auteurs sont séparés par le signe « & » :

(Murdoch & Mackillop, 2002)

  • Si une référence comporte plus de 2 auteurs, on ne citera que le premier auteur suivi de la mention « et coll. » (pour « collaborateurs ») et de la date de publication :

(Garnham et coll., 2001)

[Dans les articles en anglais 🇬🇧, on utilisera la locution « et al. » (pas d’italique en anglais).]

  • Pour indiquer les dates et les numéros de pages, respecter les règles typographiques spécifiques à la langue de l’article :

« 1995-1998 » en français
« 1995–98 » en anglais 🇬🇧 (avec un tiret demi-cadratin)

« p. » pour pages en français : « p. 141-149 »
« pp. » pour pages en anglais 🇬🇧 : « pp. 141–9 »

  • Pour un renvoi bibliographique, ne pas utiliser « cf. » mais « voir ». Remplacer « in » par « dans », « sq. » par « et suiv. », « op. cit. » par « art. cité » ou « ouvr. cité ».

4. Citation d’un extrait de texte

Les citations doivent correspondre exactement au texte original. L’auteur est responsable de leur exactitude. Les citations courtes (moins de 40 mots) sont intégrées au texte courant, en romain entre guillemets si elles sont en français ou en italique et toujours entre guillemets pour les citations en langue étrangère. Les citations longues (trois lignes et plus, ou plus de 40 mots) sont séparées du texte par des espaces avant et après, sans guillemets, avec un retrait à gauche et à droite (utiliser de préférence la feuille de style « citation » du modèle Word téléchargeable à l’adresse <https://objs-fr.hypotheses.org/698> sur PC ou <[…]/697> sur Mac). Les interventions de l’auteur dans le texte d’une citation (suppressions, ajouts ou substitutions de mots ou de lettres) sont indiquées entre crochets. S’il introduit des italiques ou des soulignements pour attirer l’attention du lecteur sur un passage particulier, il l’indiquera en note par des locutions comme « je souligne », « c’est moi qui souligne » ou « l’italique est de moi ». Les ellipses narratives ou omissions d’un ou de plusieurs mots dans un extrait de texte cité sont signalées par des points de suspension insérés entre crochets […] et jamais en italique (même dans un texte en anglais). Ne pas oublier la ponctuation, avant ou après la coupure. Toujours mentionner la référence de la citation, insérée en note de bas de page en utilisant l’appel de note.

1. La citation est fondue dans le texte ; elle ne comporte que quelques mots et ne constitue pas une phrase complète :

Descartes affirme que la honte est « une espèce de modestie ou d’humilité » voire « une espèce de défiance de soi-même » (1649, p. 73, art. 205).

Descartes affirme dans son Traité des passions de l’âme que « la honte […] vient de l’opinion ou de la crainte qu’on a d’être blâmé » (1649, p. 73, art. 205).

Noter que le point final est situé à l’extérieur des guillemets et que la référence de la citation est indiquée entre parenthèses avant le point final.

2. La citation est introduite par un deux-points et constitue une phrase entière :

Bachelard affirme : « L’imaginaire ne trouve pas ses racines profondes et nourricières dans les images ; il a d’abord besoin d’une présence plus prochaine, plus enveloppante, plus matérielle. » (1971, p. 164)

Noter que le premier mot est inscrit avec une capitale initiale et que le point final est situé à l’intérieur des guillemets. On indique la référence de la citation entre parenthèses à la suite de la citation.

NB. – Toutes les citations en langue étrangère (autre que l’anglais) doivent être accompagnées de leur traduction. La traduction en français peut être placée à la suite entre parenthèses et entre guillemets ou renvoyée en note de bas de page par un appel de note.

5. Bibliographie en fin d’article

La bibliographie figurant en fin d’article a pour but de permettre au lecteur d’identifier et de retrouver uniquement les documents originaux effectivement consultés et cités explicitement dans le texte de l’article (avec ou sans extrait).

Les références bibliographiques sont listées par ordre alphabétique des noms d’auteurs, puis dans l’ordre chronologique de l’année de publication. On indiquera les prénoms en toutes lettres. S’il existe plusieurs auteurs pour une même référence, on placera le signe « & » avant le dernier nom d’auteur.

Formes générales des notices bibliographiques1

    • 1 L’utilisation du gras dans les exemples de références a pour but d’attirer l’attention sur le place (...)

    Pour un ouvrage (monographie) :

Faulkner William, 1972, Le bruit et la fureur [1929], traduit de l’anglais par M.‑E. Coindreau en 1938, Paris, Gallimard, coll. « Folio », no 162.

Curtice John, McCrone David, McEwen Nicola, Marsh Michael & Ormston Rachel, 2009, Revolution or Evolution? The 2007 Scottish Elections, Édimbourg, Edinburgh University Press.

  • Pour une contribution à un ouvrage collectif :

Kassem Lina M., Talbott Anthony N. & Snarr Michael T., 2012, « Nationalism », dans M. T. Snarr et D. N. Snarr (éds), Introducing Global Issues, 5e éd., Boulder, CO [Colorado], ‎Lynne Rienner Publishers, p. 37‑58.

  • Pour un article dans un périodique (disponible ou non en ligne) :

  • 2 Indiquer de préférence le DOI (Digital Object Identifier).

Amblard Marion, 2015a, « Ramsay, Thomson, Burns et les peintres écossais », Études écossaises, no 17, La poésie écossaise, p. 47‑66. Disponible sur <https://doi.org/10.4000/etudesecossaises.946>2.

Kidd Colin, 2003, « Race, Empire, and the Limits of Nineteenth-Century Scottish Nationhood », The Historical Journal, vol. 46, no 4, p. 873‑892.

  • Pour un article dans un journal de presse [quotidien, hebdomadaire] (disponible ou non en ligne) :

Itzkoff Dave, 2022 (28 janvier), « Watch the Throne: How Joel Coen Came to Make “The Tragedy of Macbeth” », The New York Times. Disponible sur <www.nytimes.com/2022/01/28/movies/joel-coen-tragedy-of-macbeth.html> (consulté le 31 janvier 2022).

  • Pour une thèse ou un mémoire :

Brims John D., 1983, The Scottish Democratic Movement in the Age of the French Revolution, thèse de doctorat, université d’Édimbourg.

  • Pour une contribution à des actes de colloque (publiés) :

González Fernández Francisco, 2001, « Le cliché du pamphlet », dans L. Dumasy et C. Massol (éds), Pamphlet, utopie manifeste (xixexxe siècles) (actes du colloque de Grenoble, 26‑26 novembre 1997), Paris, L’Harmattan, p. 107‑120.

  • Pour une communication présentée lors d’une conférence ou d’un colloque (en l’absence d’actes de colloque) :

Genin Christophe, 2017, Le devenir kitsch : un modèle global pour nos sociétés ?, communication présentée lors du colloque « Le kitsch : définitions, poétiques, valeurs » (Centre culturel international de Cerisy, 21‑28 août 2017).

NB. – Dans un article en français uniquement, le lieu de publication sera toujours indiqué dans sa forme francisée.

Londres et pas London / Gênes et pas Genova

6. Rappel de quelques règles typographiques

Appel de note

L’appel de note dans un texte en français précède toujours la ponctuation, contrairement à la tradition anglo-américaine qui le place toujours après. Dans le cas d’une citation, il est placé avant le guillemet fermant.

NB. – Si la phrase citée est complète, le point final se place également avant le guillemet fermant.

Comment dois-je placer cet appel de note1 ?

On peut aussi placer cet appel de note comme cela2

L’appel se place toujours avant le signe de ponctuation3.

Le professeur leur dit : « Placez correctement cet appel4. »
[Notons que lorsque la citation est introduite par un deux-points et débute par une phrase complète, le premier mot prend une capitale initiale.]

Le professeur leur a demandé de « place[r] correctement cet appel5 ».

Le professeur dit que l’« appel de note6 » est bien placé.

L’appel se place directement après le mot7 auquel il se rapporte.
[Notons qu’il n’est jamais inscrit en italique (ou en gras) lorsqu’il suit un mot mis en italique (ou en gras).]

NB. – L’appel de note sera suivi d’un point final en fin de phrase, même s’il est précédé du point accompagnant un mot abrégé.

etc.8. / J.-C.9.

🇬🇧 En anglais, l’appel de note se place toujours après le signe de ponctuation (. , ; : ! ? ).

Guillemets

Dans un texte français, on emploie les guillemets typographiques en forme de chevrons (« ») pour une citation de premier rang et les guillemets anglais doubles (“ ”) pour une citation de deuxième rang.

🇬🇧 Dans un texte anglais, on utilisera les guillemets doubles (“ ”) pour marquer une citation de premier rang et les guillemets simples (‘ ’) pour une citation de deuxième rang.

Espace insécable

En français, il convient de mettre une espace insécable après le guillemet ouvrant («) et avant le guillemet fermant (»), contrairement à l’anglais 🇬🇧 où les guillemets (“ ”) sont accolés aux mots qu’ils encadrent.

En français, les deux-points, le point-virgule, le point d’exclamation, le point d’interrogation, les signes %, et °C sont précédés d’une espace insécable, contrairement à l’anglais 🇬🇧 qui n’en requiert pas.

Points de suspension

En français les points de suspension sont accolés à la dernière lettre du mot qui les précède et suivis d’une espace normale.

Je rêve

🇬🇧 En revanche, en anglais, les points de suspension sont séparés du mot qui les précède par une espace insécable.

I’m dreaming …

NB. – Pour indiquer une ellipse narrative (omission d’un ou plusieurs mots dans un extrait de texte cité), on privilégie les points de suspension mais insérés entre crochets « […] ».

Trait d’union et tirets

En français, on utilise le trait d’union pour indiquer des intervalles.

1914-1918 ; p. 154-158.

🇬🇧 En anglais, on utilise le tiret court (i.e. demi-cadratin).

The war of 19141918 ; pp. 1548.

On emploie le tiret long (i.e. tiret cadratin) pour signaler une incise — comme celle-ci — au sein d’une phrase, suivi d’une espace insécable après le premier tiret et suivi d’une espace insécable avant le second. Le second tiret est supprimé avant un signe de ponctuation final.

🇬🇧 En anglais (usage américain 🇺🇸 ici préféré), il est d’usage de ne pas introduire d’espacement avant et après le tiret long :

The English examplethough it is usefulwon’t be translated like that.

Énumération

Tous les éléments d’une énumération sont séparés par des virgules, sauf les deux derniers éléments qui sont séparés par la conjonction de coordination « et ».

A, B et C.

🇬🇧 En anglais, l’usage veut que l’on conserve la virgule après l’avant-dernier élément tout en utilisant la conjonction de coordination « and ».

A, B, and C.

Majuscules

Limiter l’emploi des majuscules : la plupart des mots en français n’en prennent pas. Ne jamais écrire des mots entiers, des phrases, des titres en majuscules ou des noms propres en lettres capitales. N’utiliser les capitales que pour les sigles. Ne pas mettre de points entre les lettres des sigles.

CNRS et non C.N.R.S.

NB. – Pour les titres d’articles et d’ouvrages anglais 🇬🇧, on inscrira : en majuscules la première lettre des premier et dernier mots d’un titre, de tous les noms, pronoms, adjectifs, verbes, adverbes et conjonctions de subordination (If, Because, That…), ainsi que du premier mot d’un sous-titre ; en minuscules les articles (a, an, the), conjonctions de coordination (and, but, or, for, nor) et prépositions (about, at, before, between, by, from, in, on…), quelle que soit leur longueur, sauf quand il s’agit du premier ou du dernier mot du titre ou du sous-titre.
Pour composer ou vérifier la composition des titres anglais, vous pouvez utiliser l’outil disponible en ligne sur <https://capitalizemytitle.com> (la norme privilégiée ici est celle du Chicago Manual of Style).

Abréviations courantes

En français

  • 3 Le symbole degré « ° » est à proscrire : inscrire le « o » en exposant.

p. pour page(s)
et suiv. pour et [pages] suivante(s)
v. pour vers [singulier et pluriel]
vol. pour volume(s)
no3, nos pour numéro, numéros
chap. pour chapitre(s)
fig. pour figure(s)
éd. pour éditeur(s) [voire éds pour éditeurs]
p. ex. pour par exemple, e. g. pour exempli gratia
prof. pour professeur
Dr pour docteur
St- / Ste- pour Saint- / Sainte- [nom propre]
M., MM. pour Monsieur, Messieurs
Mme, Mmes pour Madame, Mesdames
Mlle, Mlles pour Mademoiselle, Mesdemoiselles
Mgr pour Monseigneur
av. J.-C. pour avant Jésus-Christ
apr. J.-C. pour après Jésus-Christ
c.-à-d. pour c’est-à-dire, i. e. pour id est
ibid. pour ibidem
1er, 1re, 2e… pour premier, première, deuxième

  • 4 Il est d’usage au Royaume-Uni de mettre un point à la fin des mots uniquement lorsqu’ils sont abrég (...)

🇬🇧 En anglais4

p., pp. pour page, pages
f. / ff. pour and following page / pages
v., vv. pour verse, verses
vol., vols pour volume, volumes
no., nos pour number, numbers
chap., chaps pour chapter, chapters
fig. pour figure(s)
ed., eds pour editor, editors
e.g. pour exempli gratia [for example]
Prof. pour Professor
Dr pour Doctor
St pour Saint
Mr, Messrs pour Mister, Messieurs
Mrs, Mmes pour Mistress, Mesdames
Ms, Mss pour Miss, Misses
Mgr pour Monsignor
b.c. ou bc pour before Christ
a.d. ou ad pour anno domini
i.e. pour id est [that is (to say)]
ibid. pour ibidem
1st, 2nd, 3rd, 4th pour first, second, third, fourth

Chiffres et dates

En français

Les nombres sont écrits en tranches de trois chiffres en partant de la droite, séparées par une espace insécable. Ex. : 850 753
Le séparateur décimal est une virgule. Ex. : 8 750,54
Pour indiquer une date, le mois devra être inscrit en toutes lettres.
Ex. : le 15 janvier 2015
(et non sous la forme suivante : 15/01/2015).
Les siècles sont inscrits en chiffres romains et en petites capitales, avec un e (en exposant) pour le suffixe « ième » et er (en exposant) pour le suffixe « ier ». Ex. : xixe siècle, ier siècle

🇬🇧 En anglais

Les nombres sont écrits en tranches de trois chiffres en partant de la droite, séparées par une virgule. Ex. : 850,753
Le séparateur décimal est un point. Ex. : 8,750.54
Les mois et les jours de la semaine commencent par une majuscule.
On indiquera les dates selon l’usage britannique.
Ex. : Thursday, 15 January 2015
(et non selon l’usage américain : Thursday, January 15, 2015).
Les siècles sont inscrits en chiffres arabes et sans exposant. Ex. : 19th century

Notes

1 L’utilisation du gras dans les exemples de références a pour but d’attirer l’attention sur le placement de certains éléments dans les différentes formes de notices bibliographiques.

2 Indiquer de préférence le DOI (Digital Object Identifier).

3 Le symbole degré « ° » est à proscrire : inscrire le « o » en exposant.

4 Il est d’usage au Royaume-Uni de mettre un point à la fin des mots uniquement lorsqu’ils sont abrégés avant la dernière lettre, contrairement à l’usage américain qui place systématiquement un point à la fin de tous les mots abrégés (à l’exception des abréviations d’unités de mesure).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search