Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-2Comptes rendusReading Brendan Behan, John McCou...

Comptes rendus

Reading Brendan Behan, John McCourt (dir.)

Chiara Rustici
p. 208-210
Référence(s) :

Reading Brendan Behan, John McCourt (dir.), Cork, Cork University Press, 2019, x + 250 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de John McCourt, Reading Brendan Behan, ne peut qu’être salué avec enthousiasme car il constitue une nouvelle, très attendue, contribution sur l’œuvre de l’un des auteurs irlandais les plus éclectiques, mais aussi l’un des moins étudiés. En effet, exception faite pour la monographie publiée en 2002 par John Brannigan, Brendan Behan : Cultural Nationalism and the Revisionist Writer (Dublin, Four Courts Press), Behan n’a pas fait l’objet d’études approfondies depuis près de vingt ans.

2Certes, la critique doit faire face à quelques difficultés. On pense notamment à l’absence d’un corpus complet et définitif. La question de la collaboration ou de la coécriture d’un certain nombre de textes ainsi que l’absence d’une anthologie complète compliquent la tâche. De plus, la réputation de Behan et ses problèmes avec l’alcool ont souvent fait passer son rôle d’artiste au second plan. Pourtant l’œuvre de Behan mériterait plus d’attention.

3McCourt part de ce postulat et cherche à rendre à Behan sa place d’auteur moderniste et expérimental. Reading Brendan Behan est bien organisé et les contributeurs sont éminents. On regrettera seulement que les contributions se concentrent, pour la plupart, sur les œuvres majeures de Behan, d’autant plus que McCourt rappelle en introduction la mise en circulation de matériel inédit en 2017 (p. 1).

4En effet, les cinq premiers essais (sur les onze qui constituent le recueil) concernent principalement Borstal Boy. Bien que ces articles analysent le texte sous différents angles, on retrouve une volonté commune d’inscrire l’œuvre de Behan dans le courant moderniste, notamment en comparaison avec d’autres auteurs contemporains.

5Brannigan, par exemple, refuse de lire l’œuvre de Behan exclusivement en relation au contexte politique irlandais et souligne les connexions et les affinités avec Joyce, Beckett, Genet ou encore Camus et Sartre. C’est notamment lors de ses séjours à Paris que Brendan Behan a pu retrouver la liberté intellectuelle nécessaire pour développer « les formes de son art » (p. 58) et s’interroger, entre autres, sur le rapport entre art et politique (p. 57).

6Deirdre McMahon cherche également à souligner la modernité de Behan à travers une comparaison entre Borstal Boy et Molloy de Beckett. Alors que Derek Hand et Maria DiBattista questionnent les aspects de l’identité et de l’autobiographie, Michael G. Cronin étudie, quant à lui, les thématiques de l’éros et de l’homosexualité et démontre comment l’espace prison devient, paradoxalement, un espace de liberté.

7Concernant les six autres essais, deux explorent la question du bilinguisme. À travers un corpus de treize poèmes en gaélique, publiés entre 1946 et 1952 dans la revue Comhar, Rióna Ní Fhrighil s’interroge sur le choix de Behan d’utiliser le gaélique, choix qui s’avère moins lié à des raisons politiques qu’à la recherche artistique (p. 94) et qui est essentiel dans l’exploration de nouvelles formes d’expression (p. 115).

8Clíona Ní Ríordáin se pose la question de la traduction, ou adaptation, de An Giall, et cherche à sortir de l’impasse où mènent les notions de pureté, infidélité et hybridité (p. 125) en assumant l’hypothèse d’une coécriture Behan-Littlewood pour la production de la version anglaise, The Hostage. Dépasser l’idée d’une hiérarchie entre les deux textes est aussi la préoccupation de Mícheál Mac Craith qui préfère élargir le spectre de lecture de la pièce en dehors du contexte irlandais à travers une étude comparative avec L’aube d’Elie Wiesel.

9Dans les deux essais qui suivent, signés respectivement par John McCourt et Paul Fagan, il est question des rapports entre Behan et deux figures majeures de la littérature irlandaise : James Joyce et Brian O’Nolan. Le premier s’appuie sur le texte d’une conférence donnée par Behan à New York en 1962 pour « explorer l’importante influence de Joyce sur Behan tant dans son rôle de chroniqueur de Dublin que d’auteur moderniste » (p. 12). Fagan, quant à lui, analyse la manière dont O’Nolan présente Behan, le personnage, dans les chroniques écrites sous le pseudonyme de Myles na Gopaleen dans les années 1950.

10Pour terminer, Michael Pierse s’attaque à la dernière pièce de Behan, Richard’s Cork Leg. Pierse est courageux car, comme pour d’autres textes de Behan, l’approche critique est problématique, la pièce ayant été reconstituée par Alan Simpson à partir des notes écrites par Behan entre décembre 1960 et juin 1961. Cette dernière contribution est peut-être la plus intéressante dans ce qu’elle soulève comme interrogation. Comment recevoir les derniers textes de Behan, incomplets ou altérés par l’intervention d’un tiers, mais qui peuvent apporter des clés nouvelles pour une plus ample compréhension de l’auteur ?

11McCourt le dit en introduction, beaucoup reste à dire sur Behan (p. 2) et cet ouvrage, à lui seul, ne pourrait combler le vide. Il est néanmoins inspirant et on y trouve aussi une bibliographie complète. La promesse de l’éditeur d’apporter une lumière nouvelle sur le travail de Behan est tenue, et nous partageons avec McCourt l’espoir qu’il puisse montrer le chemin et susciter un regain d’intérêt de la part de la critique (p. 14).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Rustici, « Reading Brendan Behan, John McCourt (dir.) »Études irlandaises, 45-2 | 2020, 208-210.

Référence électronique

Chiara Rustici, « Reading Brendan Behan, John McCourt (dir.) »Études irlandaises [En ligne], 45-2 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/10413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesirlandaises.10413

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search