Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47-1Comptes rendusÉmilie Berthillot, Les espions de...

Comptes rendus

Émilie Berthillot, Les espions de Sa Majesté. Une histoire de l’espionnage britannique

Marie-Catherine Villatoux
p. 137-138
Référence(s) :

Émilie Berthillot, Les espions de Sa Majesté. Une histoire de l’espionnage britannique, Paris, Ellipses (Biographies et mythes historiques), 2021, 384 p.

Texte intégral

1Dans un XXIe siècle où la technologie rend désormais la vie de chacun des habitants de cette planète de plus en plus transparente, l’ouvrage d’Émilie Berthillot Les espions de Sa Majesté. Une histoire de l’espionnage britannique nous entraîne vers ce monde de l’ombre qui fascine les hommes depuis des temps immémoriaux, celui de l’espionnage. Dans un livre grand public couvrant une période allant de l’aube des temps modernes jusqu’à nos jours, Émilie Berthillot parvient à tenir son lecteur en haleine en dévoilant par le biais de multiples anecdotes les secrets et techniques employés par les agents des souverains britanniques, formés au recueil de l’information, plus communément qualifié de renseignement, mais aussi à des activités moins avouables pouvant les conduire à l’exécution d’individus considérés comme dangereux pour la sécurité du pays. Cette exploration du monde de l’espionnage s’achève dans une actualité brûlante où l’emploi des drones et l’hyper-surveillance posent des questions majeures aux sociétés occidentales confrontées à un terrorisme de plus en plus endogène. L’ouvrage, organisé en neuf chapitres dont le dernier s’interroge sur l’image de l’espion, entre mythe et réalité, au prisme des films et des séries, expose, tout en suivant une chronologie classique, quelques grandes opérations secrètes au fil des siècles. Le lecteur découvre ainsi la mise en place de diverses techniques, depuis l’encre sympathique en passant par les codes et chiffrages multiples avant que la science et la technologie ne viennent révolutionner les multiples objets gadgets dont dispose désormais l’agent envoyé en mission. C’est à chaque chapitre tout un monde qui se dévoile avec les complots multiples des temps modernes déjoués par Francis Walsingham au XVIe siècle, les aventures du célèbre espion Daniel Defoe au XVIIIe, plus connu pour ses romans, ou celles de l’agent double Dudley Bradstreet aux prises avec les Jacobites. Par petites touches, l’auteure expose la lente construction d’une organisation complexe du renseignement, tant civil que militaire, dont de multiples aspects restent encore à ce jour largement méconnus, faute souvent d’archives consultables ou de documents. Ce renseignement, conçu à l’origine pour protéger le monarque de multiples complots ou d’agressions sur son territoire de la part d’un ennemi extérieur, se complexifie au XIXe siècle avec la naissance du terrorisme auquel la découverte de la dynamite en 1867 avec ses terribles potentialités de destruction apporte une importante résonance médiatique. Émilie Berthillot présente ainsi la mise en place des méthodes de surveillance, d’infiltration et bien sûr de contre-insurrection alors que les célèbres MI5 et MI6 voient le jour en 1909. La lutte contre le terrorisme – en particulier irlandais – demeure en effet le fil rouge de cet ouvrage, qu’il s’agisse de la guerre anglo-irlandaise (1919-1921), du conflit nord-irlandais (1969-1998), et du terrorisme islamiste d’Al-Qaïda et de Daech. L’auteure consacre ainsi trois chapitres très pertinents à la question du terrorisme, illustrée par des cas concrets qui permettent au lecteur de comprendre tant les difficultés rencontrées par les agents infiltrés, qualifiés d’espions par leurs adversaires, que les enjeux des missions qui leur sont confiées. La place des femmes dans ce monde de virilité n’est pas oubliée par l’auteure qui leur consacre un chapitre au nom évocateur : « Aguicheuses ou Amazones : les femmes et l’espionnage (1903-2020) » ; celui-ci présente quelques grandes figures féminines des deux grands conflits mondiaux, de la guerre froide et des années ultérieures auxquelles les mythiques James Bond girls et la célèbre Miss Moneypenny viennent répondre en miroir sur grand écran. Le monde de la cryptographie et des déchiffreurs, plus particulièrement les hommes de Bletchley Park, mais aussi celui de l’intoxication dans le cadre de l’opération Fortitude, sont exposés avec clarté et permettent de comprendre l’évolution vers le monde actuel.

2Ce livre à la fois précis et passionnant, qui a pour fil rouge la construction du mythe de l’espion au cinéma ou dans de multiples séries, s’achève sur un glossaire précieux pour qui ignore les spécificités terminologiques en termes de renseignement, enrichi par des éléments plus techniques accompagnant chaque chapitre. Une importante bibliographie, qu’il s’agisse d’ouvrages ou d’articles scientifiques, ainsi qu’un bel index permettent à qui veut compléter cette incursion dans le monde des « espions de Sa Majesté » d’aller plus loin ou d’en éclairer des périodes ou des aspects bien particuliers. Ce livre est une vraie réussite sur un sujet peu abordé par les auteurs français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Catherine Villatoux, « Émilie Berthillot, Les espions de Sa Majesté. Une histoire de l’espionnage britannique »Études irlandaises, 47-1 | 2022, 137-138.

Référence électronique

Marie-Catherine Villatoux, « Émilie Berthillot, Les espions de Sa Majesté. Une histoire de l’espionnage britannique »Études irlandaises [En ligne], 47-1 | 2022, mis en ligne le 17 mai 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/12614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesirlandaises.12614

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Villatoux

Centre de recherche de l’école de l’Air, Salon-de-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search