Navigation – Plan du site
Études d'histoire et de civilisation

Perceptions of the mentally ill Irish population during the nineteenth and early twentieth centuries

Michael Robinson
p. 59-71

Résumés

Les analyses des perceptions discriminatoires des Britanniques envers la population irlandaise au cours des xixe et xxe siècles sont bien ancrées dans l'historiographie. De précédents travaux ont démontré que les membres de la population migrante irlandaise étaient perçus comme des ivrognes et des voleurs, agressifs et sales. Pourtant, en comparaison, le discours psychiatrique a reçu beaucoup moins d’attention de la part des historiens. Cet article tente de remédier à ce déséquilibre. En plus de démontrer que le trouble mental était un des éléments des sentiments anti-irlandais, il suggérera également que les descriptions de l’Irlandais comme étant mentalement instable constituaient aussi une « psychiatrie en faveur de l'Union ». Afin de délégitimer les positions politiques irlandaises et les revendications d'autonomie législative, les Britanniques représentaient les Irlandais comme étant infantiles, instables et mentalement déséquilibrés et par conséquent incapables de se gouverner eux-mêmes, légitimant ainsi l’Union. La force de cette psychiatrie anti-irlandaise survécut à la Première Guerre mondiale et persista durant l’Entre-deux-guerres. Cette recherche a pour but de contribuer à l’historiographie des perceptions anti-irlandaises et d’étendre la recherche émergente qui explore les relations intrinsèques entre l’impérialisme et les diagnostics psychiatriques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Anti-Irish Racism before the First World War
The Irish in the Asylum, 1820-1913
The First World War and the Inter-War Period
Conclusion

Aperçu du texte

Analyses of British discriminatory perceptions of the Irish population during the nineteenth and twentieth centuries are well versed in the historiography. In particular, the Irish were perceived to be drunkards, thieves, aggressive and unhygienic. Yet, in comparison, psychiatric discourse has received far less attention from historians. This article is an attempt to redress this imbalance. In addition to demonstrating that mental ill-health was an ingredient of anti-Irish perceptions, it will also suggest that descriptions of the mentally unstable Irishman also constituted a “pro-union psychiatry” where, in an attempt to delegitimise Irish political positions and demands for self-rule, Britons portrayed the Irish as childlike, volatile and mentally unwell. The strength of anti-Irish psychiatry survived the First World War. Thus, this research aims to contribute towards the historiography of anti-Irish per...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Robinson, « Perceptions of the mentally ill Irish population during the nineteenth and early twentieth centuries », Études irlandaises, 42-2 | 2017, 59-71.

Référence électronique

Michael Robinson, « Perceptions of the mentally ill Irish population during the nineteenth and early twentieth centuries », Études irlandaises [En ligne], 42-2 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2019, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5306 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.5306

Haut de page

Auteur

Michael Robinson

University of Liverpool

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page