Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Asier Altuna-García de Salazar (dir.), Ireland and Dysfunction. Critical Explorations in Literature and Film. Cambridge Scholars Publishing, 2017

Isabelle Le Corff
p. 163-164

Texte intégral

1Ireland and Dysfunction : Critical Explorations in Literature and Film est issu du colloque de l’association espagnole d’études irlandaises (AEDEI) qui s’est déroulé à l’université de Bilbao en 2014. Asier Altuna-García de Salazar réunit dans cet ouvrage une collection d’essais qui sont autant d’occasions d’interroger les aspects dysfonctionnels de la société irlandaise dans la littérature, le théâtre et le cinéma. Les références bibliographiques sont spécifiques à chaque chapitre mais un index permet une circulation aisée dans le livre, celui-ci se divisant en cinq sections. La première, consacrée au cinéma, est composée de deux chapitres, l’un dévolu au cinéma documentaire et l’autre à la fiction. Cinematic Representations of Immigrants in Irish Ethnographic Films : Alan Grossman and Aine O’Brien’s Documentary Work met en évidence la richesse des styles documentaires des films analysés, films qui visent à relater la complexité de l’exil pour des populations migrantes dont les représentations de l’étranger restent trop souvent hégémoniques.

2Dans un deuxième chapitre c’est la notion d’anomie de Durkheim que Rosa González-Casademont choisit d’explorer dans les films à thématique irlandaise de Kirsten Sheridan.

3La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Dysfunction, Dislocation and Space » rassemble deux chapitres sur les écrits de Kate O’Brien et un troisième chapitre sur la représentation de Belfast dans le texte et l’image. Aintzane Legarreta-Mentxaka s’interroge sur les occurrences dysfonctionnelles de l’émotion et de la sexualité dans l’œuvre de Kate O’Brien. Eibhear Walshe se penche quant à elle sur le rôle qu’a joué l’Espagne dans les écrits d’O’Brien. Dans le cinquième chapitre, c’est la représentation négative de Belfast dans les films, les romans, les nouvelles et les séries TV, qui est au centre de l’étude de Stephanie Schwerter. La troisième section du livre, « Dysfunction: Family, Home And Memory » se compose de 4 chapitres. Dans « Family, Dysfunctionality and New Ireland in Colm Tóibín’s Mothers and Sons », José M. Yebra montre que le romancier offre une nouvelle vision de l’Irlande et des valeurs traditionnelles de la famille et de la religion. Le chapitre 7 est consacré à l’étude de la famille dysfonctionnelle dans A Pagan Place de Edna O’Brien. Sara Martín-Ruiz y définit les différents niveaux de relations au sein de la famille avant d’éclairer les circonstances de telles origines dysfonctionnelles. Dans « The Dysfunction of Memory : Glimpses of Childhood in John McGahern’s Memoir and Edna O’Brien’s Country Girl », Inès Praga-Terente revient elle aussi sur l’Irlande répressive des années 1940 et dresse un parallèle entre les exils traumatiques des deux auteurs. Le chapitre 9, « The Silent Mother of the Dysfunctional Family: A Feminist Approach to Roddy Doyle’s Paddy Clarke Ha Ha Ha » examine comment à travers le récit de Paddy, Doyle permet au lecteur de comprendre l’expérience intime d’une ménagère nord-Dublinoise à la fin des années 1960.

4La quatrième section du livre est consacrée aux luttes et quêtes. Maria Gaviña-Costero met en évidence le caractère introspectif du théâtre de Brian Friel dans « In the Beginning was Silence : Brian Friel’s Revisitation of the Artist », et Maria José Carrera montre que l’essai de Samuel Beckett From an Abandoned Work est un exemple de narration dysfonctionnelle. Dans le chapitre 12, Olga Fernández-Vicente interroge parallèlement les relations dysfonctionnelles de James Joyce et de Pio Baroja avec leurs pays respectifs.

5Une toute dernière section est composée d’un entretien avec Billy O’Callaghan, auteur de trois recueils de nouvelles. O’Callaghan y parle de sa manière d’écrire, des paysages qui l’inspirent ainsi que de sa volonté constante de créer des personnages réalistes. Bien que les questions ne portent pas exclusivement sur le thème de l’ouvrage, l’entretien constitue une richesse indéniable.

6Le choix de regroupement des articles en sections est parfois artificiel. De même, on peut regretter un déséquilibre entre le nombre important de chapitres dévolus à la littérature en comparaison des deux chapitres réservés au cinéma et des deux chapitres consacrés au théâtre. Malgré ces défauts inhérents au caractère d’ouvrage collectif du livre, l’ensemble traite de manière intellectuellement très stimulante, à l’intersection des études culturelles, littéraires et cinématographiques, des aspects dysfonctionnels de la société irlandaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Le Corff, « Asier Altuna-García de Salazar (dir.), Ireland and Dysfunction. Critical Explorations in Literature and Film. Cambridge Scholars Publishing, 2017 », Études irlandaises, 42-2 | 2017, 163-164.

Référence électronique

Isabelle Le Corff, « Asier Altuna-García de Salazar (dir.), Ireland and Dysfunction. Critical Explorations in Literature and Film. Cambridge Scholars Publishing, 2017 », Études irlandaises [En ligne], 42-2 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5404

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page