Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Vincent Morley, The Popular Mind in Eighteenth-century Ireland, Cork University Press, 2017

Thierry Robin
p. 168-170

Texte intégral

1Vincent Morley est un historien irlandais, spécialiste du xviiie siècle –the « long 18th century » de 1691 à 1830, depuis la conquête de l’Irlande par Guillaume III d’Orange jusqu’aux débuts de la campagne pour l’abrogation de l’Acte d’Union menée par Daniel O’Connell. Néanmoins l’ouvrage de Morley ne se donne pas comme objet d’étude les grands personnages de l’histoire irlandaise. Il entend en revanche mieux cerner la culture populaire irlandaise de l’époque par le biais d’un corpus de huit textes originaux. L’auteur en traduit sept pour la toute première fois en anglais. Que faire de l’encombrante langue de l’ancienne puissance coloniale ? Comment rendre compte fidèlement du point de vue du « colonisé », véhiculé par une oralité labile et fuyante en gaélique ? La gageure et la prémisse pour cet ouvrage sont résumables ainsi : dans un souci de fidélité historique, on peut et on doit donner un accès aux non-irlandophones à ce que Morley appelle « l’esprit populaire irlandais », ou autrement dit l’esprit des masses. Le paradoxe est alors triple : c’est par l’écrit et par l’anglais et enfin au xxie siècle que l’auteur souhaite réévaluer et recentrer une culture gaélique orale du xviiie siècle. Les 8 textes présentés s’organisent autour de deux pôles: la poésie entre élégie et poèmes historiques pour la première partie et les chansons pour la seconde – pour certaines anonymes (chapitres 5 et 6). La qualité littéraire de l’ensemble du corpus peut laisser perplexe, comme l’avoue l’auteur lui-même en qualifiant un aisling censé éclairer le texte final sur la période O’Connellienne de « doggerel in both languages » (p. 305). L’aisling est cette forme poétique ou chantée, qui signifie en gaélique « vision » ou « rêve » – selon la définition rappelée dans un glossaire bienvenu constitué par l’auteur, p. viii. On notera enfin que l’auteur a organisé l’ouvrage autour de 8 thèmes présents dans les 8 textes rassemblés, thèmes pour la plupart déjà abordés dans ses recherches ou articles préalables : le royaume, la foi, la mémoire, la guerre, les patriotes, la terre, la rébellion et enfin en 1830, « Union ? », suivie d’un point d’interrogation évocateur. Au-delà du littéraire donc, le livre vaut en soi par l’ampleur de sa traduction du gaélique et la période couverte.

2On remarquera aussi que l’entreprise de Morley fait écho de façon assumée à celle de Daniel Corkery dont l’ouvrage The Hidden Ireland (1924) citée dans l’introduction (pp.1-8) fournit ainsi le point de départ de l’analyse. Corkery souhaitait restituer une place à la poésie populaire irlandaise en gaélique. Son ouvrage était censé permettre la reconstruction de la vision du monde de la majorité irlandaise catholique. Celle-ci était dépeinte comme essentiellement pour ne pas dire exclusivement opprimée, rurale et dépossédée au xviiie siècle. Selon Patrick Walsh, l’œuvre de Corkery fournit en son temps une forme de doxa au régime nationaliste irlandais après 1922. Morley, dans son ouvrage plus nuancé, vient souligner l’importance cruciale de la continuité et de la tradition portées par les masses au cours de l’histoire. On discerne là en filigrane l’influence de l’école historique du temps long portée en France naguère par Fernand Braudel. En Irlande pour Morley, ce temps long se fait linguistique et gaélique. Les masses irlandaises étaient majoritairement irlandophones avant 1800 dans l’île, fait généralement admis par les chercheurs mais insuffisamment pris en compte dans l’historiographie de l’Irlande.

3Si l’on ne peut que louer l’effort de réhabilitation objective de l’oralité illustré par l’ouvrage dans la propagation des idées dans une Irlande majoritairement analphabète, catholique et gaélique avant 1800, on peut en revanche être plus sceptique à d’autres égards. Notamment quand l’auteur relègue le discontinu événementiel à une forme d’élitisme précisément et paradoxalement traditionnelle: « Far from being a mark of maturity, the historian’s interest in highlighting apparent discontinuities is characteristic of a very traditional top-down approach to the Irish past » (p. 309). Ce qui est posé comme une évidence conservatrice par l’auteur : « Continuity is invariably more important than change for the great majority of people in any society » mériterait tout autant d’être questionné en nuance que la primauté supposée du discontinu.

  • 1 Declan Kiberd, “The Popular Mind in Eighteenth-century Ireland review: An elegant and luminou (...)

4C’est pourquoi au-delà des mérites indéniables d’un livre qui met en avant des sources méconnues, à une époque trop peu documentée dans la langue gaélique – et pour cause –, on pourra comme Declan Kiberd émettre quelques réserves quant à la critique frontale opérée par Morley contre la pensée de Jürgen Habermas sur la culture de l’imprimé dans l’espace public (p. 311). Comme le rappelle Declan Kiberd1 à juste titre, la tradition orale fait souvent écho à la culture de l’imprimé : « any reader might be struck by the ways in which oral tradition can mimic print culture ». C’est ainsi souvent dans l’entre-deux et le mouvement dialectique plus que dans l’essence supposément stable, fût-elle méprisée, que l’on trouve des clefs en histoire. Mais ce serait ne pas rendre justice à l’originalité du propos de Morley que de le réduire à une pensée monologique. Ainsi le traitement de la religion catholique dans le chapitre 3 offre des analyses aussi riches et nouvelles que nuancées. Enfin, le livre est d’une clarté exemplaire sur la période considérée.

Haut de page

Notes

1 Declan Kiberd, “The Popular Mind in Eighteenth-century Ireland review: An elegant and luminous study”, The Irish Times, [http://www.irishtimes.com/culture/books/the-popular-mind-in-eighteenth-century-ireland-review-an-elegant-and-luminous-study-1.3032259], 15 avril 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Robin, « Vincent Morley, The Popular Mind in Eighteenth-century Ireland, Cork University Press, 2017 », Études irlandaises, 42-2 | 2017, 168-170.

Référence électronique

Thierry Robin, « Vincent Morley, The Popular Mind in Eighteenth-century Ireland, Cork University Press, 2017 », Études irlandaises [En ligne], 42-2 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5416

Haut de page

Auteur

Thierry Robin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page