Navigation – Plan du site

Performative Self-Portraiture, Femmage, and Feminist Histories of Irish Art: Amanda Coogan’s Snails, after Alice Maher (2010)

Fionna Barber

Résumés

En 2010, l’œuvre Snails: After Alice Maher d’Amanda Coogan a été présentée au public dans une des salles du Musée irlandais d’Art Moderne. Cette performance d’une durée de deux heures, durant lesquelles une série d’escargots explorent le visage, le corps et les cheveux de l’artiste qui demeure imperturbablement figée, aborde un ensemble de thématiques familières chez Coogan : le spectaculaire, l’abjection et l’identité féminine. L’artiste a explicitement reconnu l’existence d’un lien entre autoportrait et usage du corps dans les arts performatifs ; Snails balise ce territoire selon deux dimensions : d’une part la mise en scène de la performance ; d’autre part, la documentation qui vient à l’appui de l’œuvre. Toutefois, une autre dimension signifiante de cette performance tient à sa filiation assumée avec le travail d’Alice Maher, que ce soit en termes de thématique (l’abjection, la question de l’identité) ou d’influence (notamment celle du canon artistique et celle de la tradition de la représentation de soi). Dans cet article, nous étudierons la référence à un précédent féministe à travers la notion de femmage, utilisé ici au sens de reconnaissance de l’influence de plusieurs générations de performeuses, mais aussi identifié comme appartenant à l’histoire de la politique du corps féminin irlandais depuis les années 1980. Ces éléments cadrent la discussion sur la signification de l’autoportrait dans toute la pratique performative de Coogan, y compris pour deux œuvres antérieures : Medea (2001) et Self-Portrait as David (2003). Sa pratique est ensuite envisagée en relation avec une critique féministe du rôle de l’art de l’autoportrait dans le développement du canon artistique pour revenir à une lecture de Snails en lien avec d’autres pratiques artistiques antérieures, notamment celles de Frida Kahlo et Hannah Wilke qui ont l’une et l’autre procédé à une déconstruction féministe du corps féminin idéalisé dans leurs autoportraits. Enfin, notre propos renvoie à la notion de « temps des femmes » décrit par Julia Kristeva et propose une redéfinition des facteurs d’affirmation et d’influence entre les artistes féminines, facteurs qui ne peuvent être reconnus dans le cadre du canon artistique traditionnel. Nous concluons enfin sur une analyse des œuvres d’Alice Maher comme « précédents » aux autoportraits performatifs de Coogan, opérant dans un espace de signification tel que défini par Kristeva. Une telle approche suggère des perspectives nouvelles pour l’écriture des histoires de l’art féministe irlandais.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2020.

Plan

Snails and femmage
Performance, self-portraiture and abjection
The Self-Portrait as Critique of the Canon
The unknowable self and the politics of the female body
Women’s Time and Irish Women Artists
Alice Maher – Snail Chronicles and Portraits
Conclusion: the space between then and now

Aperçu du texte

In 2010 Amanda Coogan’s Snails, after Alice Maher was performed in front of an audience at the Irish Museum of Modern Art (IMMA) in Dublin.

Amanda Coogan, Snails, after Alice Maher, performance still, Irish Museum of Modern Art (IMMA) Dublin 16 June 2010

Amanda Coogan, Snails, after       Alice Maher, performance still, Irish Museum of Modern Art (IMMA)       Dublin 16 June 2010

For two hours the artist stood motionless behind a screen within which a window had been cut to reveal her upper torso and head, deliberately framing the artist’s body in the manner of a self-portrait. Throughout the long duration of the performance, Coogan’s skin and hair became the ground on which the snails left trails of slime, glistening even more where they had picked up traces of the gold paint across her upper chest.

Alice Maher, Double Drawing from The Snail Chronicles, 2005

Alice Maher, Double       Drawing from The Snail Chronicles, 2005

Intaglio print 53 x 49.5 cm. Collection South Tipperary County Council.

Displayed on the opposite wall of the gallery, how...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fionna Barber, « Performative Self-Portraiture, Femmage, and Feminist Histories of Irish Art: Amanda Coogan’s Snails, after Alice Maher (2010) », Études irlandaises [En ligne], 43-1 | 2018, mis en ligne le 30 mai 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5531 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.5531

Haut de page

Auteur

Fionna Barber

Manchester School of Art. Fionna Barber is Reader in Art History and Art Research Hub Leader in the Manchester School of Art. She is the author of Art in Ireland since 1910 (Reaktion 2013), co-curator with Laura McAtackney and Katherine O’Donnell of the touring exhibition Con and Eva: Gendering Revolution produced for the Public Records Office of Northern Ireland (2016 onwards) and editor in chief of the forthcoming collection Ireland and the North (Peter Lang 2017). In addition to a focus on the role of women artists in Irish art history she has been writing about women’s art practice and the politics of the Irish female body since the 1980s, and is currently researching a monograph on Irish women artists after 1916.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page