Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

John Crowley, Donal Ó Drisceoil and Mike Murphy (eds), Atlas of the Irish Revolution

Christophe Gillissen
Référence(s) :

Ó Drisceoil and Mike Murphy (eds), Atlas of the Irish Revolution, Cork, Cork UP, 2017, xx + 964 p., ISBN: 9781782051176

Texte intégral

1En cette décennie des commémorations en Irlande (2012-2022), la publication d’un atlas de la Révolution irlandaise est bienvenue. Il couvre en effet la période des événements qui se sont succédé entre la crise du Home Rule de 1912 jusqu’à la fondation de l’Etat libre d’Irlande en 1922, c’est-à-dire celle d’une révolution qui a abouti à la création d’un Etat irlandais, amputé des six comtés du nord-ouest de l’île. L’amplitude chronologique de l’atlas est même plus large, puisqu’il évoque aussi la guerre civile de 1922-1923.

2L’atlas de la Grande Famine (2012) avait déjà démontré le savoir-faire des Presses universitaires de Cork en ce domaine. On trouve dans celui-ci les ingrédients qui avaient fait le succès du précédent : une approche encyclopédique, une grande richesse cartographique et iconographique – il propose plus de 350 cartes et 700 illustrations –, ainsi qu’une centaine de contributions de spécialistes, précédées d’une préface du président Michael D. Higgins.

3L’ouvrage est organisé en dix chapitres qui suivent une trame chronologique : les crises politiques et syndicales de 1912 et 1913, le début de la Grande Guerre et le soulèvement de Pâques 1916, la montée en puissance du mouvement nationaliste, la guerre d’indépendance – abordée successivement sous ses angles militaires, politiques et sociales, ainsi que régionales –, et le Traité anglo-irlandais et la guerre civile. Les deux derniers chapitres sont consacrés aux retombées de la révolution et à ses enjeux mémoriels, historiographiques et culturels.

4L’ambition de l’atlas est considérable, car il cherche à synthétiser l’état de l’art sur un épisode historique dense, à ouvrir de nouvelles pistes de recherche, et à conjuguer histoires nationale et locale, sans négliger les aspects internationaux. L’approche est en outre pluridisciplinaire, la révolution irlandaise étant abordée sous toutes ses facettes : histoire politique, géographie, histoire sociale, histoire culturelle, etc.

5Tous les grands noms sont présents au rendez-vous – Mary Daly, Ronan Fanning, Roy Foster, Michael Laffan, J.J. Lee, Martin Mansergh, Clair Wills, etc. –, ainsi que les nouvelles générations de chercheurs. On notera par ailleurs les contributions de trois membres de la Sofeir – Jérôme aan de Wiel, Grace Neville et Frank Rynne – qui apportent des éclairages précieux sur la couverture du soulèvement de 1916 par la presse française, le contexte européen de la participation irlandaise à la Grande Guerre et du soulèvement, et les arrestations effectuées dans le cadre de la loi de 1881 (Persons and Property Act).

6Il s’agit en somme d’un ouvrage de référence essentiel, tant par son exhaustivité que par sa qualité et, cerise sur le gâteau, le prix de l’atlas (59€ sur le site du CUP) ne limite pas son acquisition aux seules bibliothèques. De fait, la demande fut telle que les Presses universitaires de Cork furent brièvement en rupture de stock.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Gillissen, « John Crowley, Donal Ó Drisceoil and Mike Murphy (eds), Atlas of the Irish Revolution », Études irlandaises [En ligne], 43-1 | 2018, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5548

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page