Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Oliver P. Rafferty, S.J., Violence, Politics and Catholicism in Ireland

Christophe Gillissen
Référence(s) :

Oliver P. Rafferty, S.J., Violence, Politics and Catholicism in Ireland, Dublin, Four Courts Press, 2016, 247 p., ISBN 978-1-84682-583-5

Texte intégral

1Ce recueil de dix chapitres, rédigés par l’auteur entre 1999 et 2015, couvre l’histoire irlandaise depuis le soulèvement des Irlandais Unis en 1798 jusqu’aux accords de paix de 1998, soit deux siècles caractérisés par des interactions complexes entre l’Eglise catholique, les Etats britannique et irlandais, et la population majoritairement catholique de l’île, dont une frange radicale parfois révolutionnaire.

2Ces interactions sont étudiées à l’aune d’événements ou d’enjeux spécifiques, tels la participation irlandaise à l’Empire britannique, la Grande Famine (1845-1851), le mouvement Fenian aux Etats-Unis, les réformes lancées par l’archevêque Paul Cullen, les rapports entre la revue jésuite Studies et le modernisme au début du xxe siècle, les aumôniers catholiques dans l’Armée britannique lors de la Première Guerre mondiale, les positions de la hiérarchie de l’Eglise catholique pendant la Seconde Guerre mondiale, ou encore les relations entre l’Eglise et la communauté nationaliste en Irlande du Nord depuis les années 1960. Un chapitre de conclusion s’interroge sur la contribution des Eglises à la mémoire collective en Irlande. Deux chapitres – « God in the Famine » et « The Catholic Church in Ireland and the Second World War » – ont été écrits spécialement pour ce livre, tandis que les autres ont été publiés dans diverses revues et ouvrages.

3Pendant toute la période de l’Union, il convenait du point de vue de l’épiscopat catholique, conformément à une longue tradition remontant au « Rendez à César ce qui appartient à César » de l’Evangile et aux épitres de Saint Paul, de reconnaître l’autorité établie, c’est-à-dire l’Etat britannique, d’autant plus que l’Empire britannique ouvrait à l’Eglise catholique irlandaise des perspectives missionnaires immenses. Le cardinal Paul Cullen a ainsi soutenu l’anglicisation de l’Eglise en Irlande et s’est montré favorable à l’émigration, afin de renforcer la présence catholique au sein de l’Empire et aux Etats-Unis. Au cours du xixe siècle, l’influence de l’épiscopat catholique irlandais connut ainsi une expansion remarquable et un rayonnement mondial, comme en atteste la forte présence d’évêques irlandais ou d’origine irlandaise au Concile Vatican I en 1870.

4Mais cette reconnaissance de la légitimité de l’autorité britannique supposait de contenir les débordements révolutionnaires de catholiques irlandais, dont les opinions politiques étaient partagées par certains prêtres et évêques. On note à cet égard des divergences entre l’ancien et le nouveau monde, les ecclésiastiques américains se montrant mieux disposés à l’égard des Fenians que leurs homologues irlandais ; les luttes d’influence à Rome visaient entre autres à départager ces deux attitudes vis-à-vis des fidèles révolutionnaires. L’équation devenait particulièrement difficile à résoudre lorsque l’obéissance aux pouvoirs en place portait atteinte à la crédibilité de la hiérarchie ecclésiastique par rapport à ses ouailles.

5On ne saurait résumer un ouvrage aussi riche en quelques paragraphes, d’autant que l’érudition de l’auteur force le respect : outre les archives officielles et ecclésiastiques, elle s’appuie sur une connaissance approfondie de l’historiographie. Que ce soit sur la Grande Famine ou la Seconde Guerre mondiale par exemple, O. P. Rafferty est en mesure d’apporter des éclairages nouveaux et fertiles grâce notamment à cette connaissance intime des sources, qui nourrissent des analyses fines, pondérées et convaincantes. Il s’agit sans aucun doute d’un ouvrage indispensable pour quiconque s’intéresse au rôle joué par l’Eglise catholique dans l’histoire irlandaise depuis 1798 – ou devrait-on dire au vu du poids de l’Eglise en Irlande pendant cette période, pour quiconque s’intéresse à l’histoire irlandaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Gillissen, « Oliver P. Rafferty, S.J., Violence, Politics and Catholicism in Ireland », Études irlandaises [En ligne], 43-1 | 2018, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5560

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page