Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Jean Viviès, Revenir/Devenir, Gulliver ou l’autre voyage

Claude Fierobe
Référence(s) :

Jean Viviès, Revenir/Devenir, Gulliver ou l’autre voyage, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2016, 142 p., ISBN 978 2 7288 0555 6

Texte intégral

1D’entrée de jeu, une question : « Comment écrire sur les Voyages de Gulliver après tant d’éminents annotateurs, commentateurs et critiques, après tant d’exégètes perspicaces, anciens et récents ? » Pour Jean Viviès la réponse est simple ; il reste un angle mort de la réflexion critique : « les retours du voyageur, son retour comme problème. » Six chapitres pour éclairer cette zone obscure.

2La mise en regard de Robinson et de Gulliver permet de saisir ce dernier comme « une mise en scène » de cheminements textuels mutiples qui consomme la déroute de toute tentative d’emprisonnement dans un genre. L’espace blanc des cartes permet le déploiement de l’imaginaire qui, dans le 4e voyage, creuse un écart maximal avec le réel.

3D’où les détours – pour brouiller les repères – et les retours de plus en plus difficiles : Gulliver s’est aliéné, par rapport à son propre pays et par rapport à lui-même ; le moi ne s’est pas construit mais fragmenté : Swift n’a pas écrit un récit de formation, mais un « récit de déformation » où, en fin de compte, le retour vers soi est devenu impossible. C’est l’idée-force de la rigoureuse argumentation de Jean Viviès : les pérégrinations du héros s’achèvent en effet par « un voyage au bout de l’inouï. » Don Pedro de Mendez est le premier lecteur du dernier récit, celui d’un séjour dans un pays où règne une seule vérité, et où le seul sujet de débat est de « savoir si les Yahoos devaient être exterminés de la surface de la terre. » S’abstenant volontairement de toute lecture « irlandaise », Jean Viviès rejoint Orwell pour montrer comment se trouve anticipé ici le cauchemar nazi. Puis il évoque le peu de cohérence du personnage de Gulliver, personnage sans identité, aux qualités changeantes : c’est une simple voix qui relégue aux oubliettes le postulat réaliste de l’incipit, et ouvre peu à peu le chemin de la déraison.

4Jean Viviès nous conduit ainsi vers un « cinquième voyage », voyage de retour ambivalent – quiétude et inquiétude mêlées – en se demandant si Gulliver, comme l’Ulysse de Giono, n’a pas tout inventé ; si Swift n’avait pas entraîné son lecteur « dans un vertige fictionnel borgésien. » Alors Gulliver devient « une histoire philosophique » qui rejette stase et sécurité et postule l’existence d’un lecteur en état d’alerte permanent. Remarque : N’est-ce pas, déjà, le « Qui vive ? » du vieux Danielo (Le Rivage des Syrtes) ? Au-delà du Grand Tour, Gulliver s’est aventuré dans le pays du chamboulement des catégories (naturelles et littéraires) et, en corollaire, dans celui d’un texte déstabilisé à mesure qu’il s’édifie ; une fable pleine d’énigmes, ne dictant pas de loi, n’affirmant rien, en perpétuelle révolte, et d’abord contre elle-même.

5L’ouvrage savant et alerte de Jean Viviès (avec bibliographie, filmographie et index) fait honneur à son sujet. Avec lui, avec « le cinquième voyage », la critique swiftienne aborde un nouveau rivage. Sommes-nous au bout de nos surprises ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Fierobe, « Jean Viviès, Revenir/Devenir, Gulliver ou l’autre voyage », Études irlandaises [En ligne], 43-1 | 2018, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5575

Haut de page

Auteur

Claude Fierobe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page