Navigation – Plan du site
Arts visuels

Mind the Gap: The Big House in Cinematic Representations of the Anglo-Irish War

Shannon Wells-Lassagne
p. 79-90

Résumés

La Big House irlandaise avait bien évidemment une valeur hautement symbolique : comme plusieurs critiques l’ont signalé, ces maisons n’étaient vraiment “grandes” que par rapport à la pauvreté des structures qui les entouraient. Ils étaient conçus comme un siège culturel britannique et anglo-irlandais, le lieu d’échanges sociaux et administratifs. Dans ce sens, ils rapprochent les grandes villes comme Dublin et Londres, d’où vient ce pouvoir, des villages auxquels ils administrent: ce n’est pas un hasard que ces remparts du pouvoir britannique ont été un cible de choix de la colère républicaine pendant les Troubles de 1919-1921. Analyser deux des rares films à traiter de la Guerre d’Indépendance du point de vue de l’Irlande rurale (The Wind that Shakes the Barley, Ken Loach 2006, The Last September, Deborah Warner 1999) permet d’examiner la représentation de la Big House et de sa place entre le village irlandais et la ville sous emprise britannique. Le film de Loach, qui accentue les implications socialistes de la guerre anglo-irlandaise et présente la brutalité de la règne britannique sans broncher, souligne la capacité des républicains de se fondre dans le paysage, passant de l’activité du village aux collines de la campagne ; la Big House, toutefois, est accessible uniquement par jeep (rempli de Black et Tans), et si le propriétaire Sir John Hamilton connaît ses propres domestiques, il ne sait reconnaître les membres républicains de la communauté. The Last September de Deborah Warner se situe dans une veine plus explicitement révisionniste, et rajoute des personnages irlandais et britanniques à la trame de l’adaptation du roman d’Elizabeth Bowen qui traite d’une famille anglo-irlandaise qui habite la Big House Danielstown pendant la guerre. Ce faisant, les Naylor se retrouvent tiraillés entre les Black et Tans et les républicains pendant ce conflit, les deux groupes étant associés de nouveau à la ville et à la campagne, respectivement. Ainsi, les films soulignent la faille entre les deux lieux en focalisant l’attention sur la Big House, qui domine le paysage irlandais, mais qui symbolise finalement l’absence de terrain d’entente entre les deux factions.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Aperçu du texte

As my title indicates, this article will be focusing on “the gap” – between Ireland, Anglo-Ireland and Britain, as well as the gaps implicit in these and indeed any representations of the War of Independence. These gaps, I suggest, are manifested in the very nature of the Big House. As both a concrete object and a symbol, the Big House is fraught with meanings. It is of course the focal point for Ascendancy power, a manifestation of Anglo-Irish occupation of the country, but also, as Elizabeth Bowen insists, a promise of civility. As the owner of a Big House herself, she argued that these structures were in fact the incarnation of Anglo-Irish hopes of civility, and as such were perhaps even more necessary after the trauma of the War of Independence and the Civil War than they were before it.

There was a true bigness, a sort of impersonality, in the manner in which these houses were conceived. After an era of greed, roughness, and panic, after an era of camping in charred or desolate ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shannon Wells-Lassagne, « Mind the Gap: The Big House in Cinematic Representations of the Anglo-Irish War », Études irlandaises, 43-2 | 2018, 79-90.

Référence électronique

Shannon Wells-Lassagne, « Mind the Gap: The Big House in Cinematic Representations of the Anglo-Irish War », Études irlandaises [En ligne], 43-2 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/5686 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.5686

Haut de page

Auteur

Shannon Wells-Lassagne

Shannon Wells-Lassagne est professeure à l’Université de Bourgogne, et spécialiste de l’adaptation filmique et cinématographique. Elle est l’auteur de Television and Serial Adaptation (Routledge, 2017) et Étudier l’adaptation filmique (PUR, 2010), et éditrice de De la page blanche aux salles obscures (PUR, 2011), Screening Text (McFarland, 2013), et L’adaptation cinématographique: Premières pages, premiers plans (Mare et Martin, 2014), ainsi que des numéro spéciaux des journaux GRAATThe Journal of ScreenwritingInterfaces, et TV/Series, et un dossier spécial dans Screen. Ses articles sont parus dans Études Irlandaises, Études AnglaisesIrish Studies ReviewCritical Studies in Television, The Journal of Adaptation in Film and PerformanceAnglesCinémactionJournal of the Short Story in English,  et Screen.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page