Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Erick Falc’her-Poyroux, Histoire sociale de la musique irlandaise : du dadga au DADGAD

Jérémy Tétrault-Farber
p. 150-151
Référence(s) :

Erick Falc’her-Poyroux, Histoire sociale de la musique irlandaise : du dadga au DADGAD, Oxford – New York – Vienne, P. Lang, 2018, 580 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage décrit l’évolution de la musique irlandaise dans ses contextes sociaux, politiques, culturels et économiques au fil des siècles. Erick Falc’her-Poyroux atteint avec brio son objectif de présenter « une somme résumée des connaissances actuelles en matière de musique irlandaise » (p. xix). Il expose avec rigueur et souci du détail l’impact des aléas de l’histoire de l’Irlande sur la musique qui y était jouée, soulignant tout au long de l’œuvre le thème de l’adaptation de cette musique. L’ouvrage est organisé en chapitres alliant thématiques communes et chevauchements d’époques (prenons, par exemple, chapitre II : « Les traditions musicales populaires, 1600-1850 », et chapitre III : « À la recherche d’une musique nationale, 1700-1920 »). Bien que le caractère strictement thématique du dernier chapitre, « Un univers de musiciens et de danseurs », déteigne face aux chapitres précédents, la structure du livre est néanmoins particulièrement bien choisie, puisqu’elle permet un étalement ordonné de connaissances tirées d’un éventail prodigieux de sources en plusieurs langues. L’auteur aborde également avec délicatesse et précision des sujets aussi controversés que le « celticisme » de la musique irlandaise, et les enjeux identitaires se rattachant à cette musique jouée de plus en plus hors que son contexte d’origine : l’Irlande rurale.

2Dans une œuvre de cette ampleur, il est inévitable que certains sujets soient traités avec plus d’attention que d’autres. Bien que l’auteur aborde la grande cornemuse (Highland bagpipes) à quelques reprises, j’ai trouvé surprenant qu’il n’ait présenté qu’une discussion très sommaire des concours de pipe bands auxquels participent plusieurs groupes irlandais. L’auteur indique effectivement que les All-Ireland Pipe Band Championships (championnats de pipe bands de toute l’Irlande) se tiennent en alternance en Irlande du Nord et en République d’Irlande depuis 1946, mais ne souffle mot sur les concours de grande cornemuse depuis ce temps (p. 277-278). Or, deux pipe bands irlandais – Field Marshal Montgomery, de Lisburn, en Irlande du Nord, et Saint Laurence O’Toole, de Dublin – figurent parmi les meilleurs pipe bands de compétition au monde depuis le début des années 2000. Ces groupes incluent d’ailleurs dans leur répertoire plusieurs pièces traditionnelles irlandaises adaptées pour la grande cornemuse. Notons aussi l’apport important de musiciens natifs d’Irlande et d’Irlande du Nord – tels Ryan Canning, Stephen Creighton, et Steven McWhirter – à l’univers de la grande cornemuse et des pipe bands.

3Outre ce détail, certaines affirmations de passage font sourciller. L’auteur affirme qu’il n’existe pas de somme résumée des connaissances en musique irlandaise en français, ni en anglais (p. xix). Bien que ce livre soit le plus récent – et assurément un des plus exhaustifs – à traiter de la musique irlandaise autant en anglais qu’en français, il existe bel et bien des ouvrages que l’on pourrait considérer de telles sommes résumées. L’auteur cite, entre autres, A Short History of Irish Traditional Music, de Gearóid Ó hAllmhuráin, et The Companion to Irish Traditional Music, de Fintan Vallely. Aussi il semble étrange de décrire le XVIIe siècle (avec la venue d’Oliver Cromwell) comme le plus cruel qu’ait connu l’Irlande (p. 69). Vu l’impact dévastateur de la Grande Famine, le XIXe siècle mériterait peut-être plus cette appellation. Mais il s’agit là d’une pente glissante qu’il vaut mieux éviter.

4Somme toute, il s’agit ici d’un tour de force de la part d’Erick Falc’her-Poyroux. Ce livre intéressera ceux cherchant autant un ouvrage de référence qu’un récit narratif sur l’adaptation de la musique irlandaise au fil du temps. Il mériterait d’être traduit en anglais et d’atteindre ainsi un plus grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Tétrault-Farber, « Erick Falc’her-Poyroux, Histoire sociale de la musique irlandaise : du dadga au DADGAD », Études irlandaises, 44-1 | 2019, 150-151.

Référence électronique

Jérémy Tétrault-Farber, « Erick Falc’her-Poyroux, Histoire sociale de la musique irlandaise : du dadga au DADGAD », Études irlandaises [En ligne], 44-1 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/7373

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals