Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Agnès Maillot, L’IRA et le conflit nord-irlandais

Michel Savaric
p. 160-162
Référence(s) :

Agnès Maillot, L’IRA et le conflit nord-irlandais, Caen, Presses universitaires de Caen, 2018, 346 p.

Texte intégral

1L’autrice, enseignante-chercheuse à Dublin City University, avait déjà publié un ouvrage sur le même sujet en 2001 (IRA : les républicains irlandais aux Presses universitaires de Caen). Or, depuis cette époque, des changements considérables sont survenus : l’IRA a officiellement déposé les armes et le processus de paix est entré dans une nouvelle phase. En 2007, les unionistes du parti de Ian Paisley ont accepté de gouverner avec Sinn Féin et les institutions prévues par l’accord de 1998 ont pu fonctionner sans interruption pendant dix ans. Cette page tournée a permis de réinterroger le passé. Des témoignages sont apparus, des révélations ont émergé, des investigations ont été menées, si bien qu’on en sait beaucoup plus aujourd’hui sur cette organisation politique, violente et secrète. Ce deuxième ouvrage sur l’IRA était donc pleinement justifié ; il ne s’agit pas d’une redite du premier.

2Agnès Maillot retrace l’histoire de l’Irlande en même temps que celle de l’armée républicaine irlandaise. Elle rappelle la longue lignée d’organisations qui l’ont précédée dans la lutte pour une république irlandaise indépendante. L’armée de guérilla fondée en 1919 n’a pas réussi à obtenir cette complète indépendance du gouvernement britannique. Puis elle a perdu la guerre civile mais n’a pas cessé d’exister pour autant. Elle est devenue une armée de l’ombre. L’exposé de l’autrice sur la période allant de la fin de la guerre civile au début de la Deuxième Guerre mondiale, notamment sur les relations ambiguës et changeantes entre l’IRA et de Valera, est d’autant plus intéressant que cet épisode est peu connu.

3L’IRA renaît une première fois de ses cendres après la guerre, lors de la campagne de la frontière de 1956 à 1962. Ces attaques, menées dans le nord à partir du sud, prennent fin dans le désintérêt général et l’absence totale de soutien populaire. L’essentiel de cet ouvrage est surtout consacré aux cinquante dernières années de l’existence de cette organisation, et à la fraction qui est devenue dominante après la scission de 1970 : l’IRA provisoire (PIRA), plus présente dans le nord que dans le sud. On peut peut-être regretter, à ce sujet, le peu de place accordé à l’IRA officielle (OIRA), notamment pendant les deux années riches en événements de 1970 à 1972. Ainsi, il se pourrait que la mention de graffiti « IRA = I Ran Away », soi-disant apparus sur les murs des quartiers catholiques après l’été 1969 (voir p. 65), soit une création des historiographes de l’IRA provisoire pour justifier la scission. De même, l’autrice évoque la trajectoire de fondateurs de la PIRA comme Seán Mac Stíofáin, Ruairí Ó Brádaigh et Dáithí Ó Conaill mais ne mentionne pas des personnages marquants de l’OIRA comme Joe McCann, tué par les parachutistes le 15 avril 1972, dont les funérailles donnèrent lieu à un cortège de 5 000 personnes et dont le souvenir n’est évidemment pas entretenu par l’actuel Sinn Féin.

4Mais on ne peut faire à cet ouvrage le reproche d’être un plaidoyer pour l’IRA. Il se démarque des récits quasiment hagiographiques que l’on peut lire parfois comme certaines biographies de Bobby Sands ou certains articles d’anciens journalistes français. La façon dont les républicains ont su habilement négocier la fin de leur violence contre une intégration dans l’establishment britannique n’a pas été éludée. Les vingt-cinq dernières années et les controverses qui les ont émaillées – la question des disparus, ces personnes tuées en secret par l’IRA, et la possible implication de Gerry Adams, les expéditions punitives – ne sont pas oubliées.

5L’avenir semble désormais appartenir à Sinn Féin même si, comme le rappelle l’autrice en introduction, l’IRA existe toujours (de même que toutes les autres organisations paramilitaires qui ont alimenté la chronique des Troubles). Le chapitre de la violence armée républicaine irlandaise semble clos mais on ne manquera pas de noter que le chapitre du Brexit semble ouvrir une nouvelle période d’incertitude quant à l’avenir constitutionnel de l’Irlande du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Savaric, « Agnès Maillot, L’IRA et le conflit nord-irlandais », Études irlandaises, 44-1 | 2019, 160-162.

Référence électronique

Michel Savaric, « Agnès Maillot, L’IRA et le conflit nord-irlandais », Études irlandaises [En ligne], 44-1 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/7415

Haut de page

Auteur

Michel Savaric

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals