Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35La fabrique de l'information visu...Le marché transnational des image...

Le marché transnational des images politiques

Le Secours ouvrier international dans le contexte des agences photographiques soviétiques (1924-1933)
The transnational market for political images. The Workers International Relief in the context of the Soviet photographic agencies (1924-1933)
Christian Joschke

Résumés

La question de la diffusion des images soviétiques à l’étranger dans l’entre-deux-guerres n’a guère été posée par les historiens de la presse illustrée, alors même que l’approvisionnement en matériel iconographique de première main était une étape essentielle dans la fabrique de l’information visuelle. Cet article aborde cette question en mettant en évidence l’histoire parallèle de deux stratégies a priori divergentes et concurrentielles : celle d’Olga Kameneva, directrice de la VOKS et fondatrice de l’agence Russ-Foto, tend vers une professionnalisation de la circulation des images soviétiques à l’étranger, privilégiant la structure d’une société anonyme analogue aux agences occidentales ; celle de Willy Münzenberg, chef du Secours ouvrier international à Berlin et directeur du célèbre journal Arbeiter Illustrierte Zeitung, s’appuie sur l’idée d’une agence prolétarienne qui rassemble les photographies amateurs et professionnelles documentant le monde ouvrier et les mouvements sociaux. Je montrerai ainsi que l’économie des images politiques de l’entre-deux-guerres était bien éloignée de l’idée qu’on se fait aujourd’hui de la propagande politique d’entre-deux-guerres, comme système centralisé et pyramidal de contrôle politique ; qu’elle empruntait des formes et des circuits divers voire divergents, avant que ne s’abattît la foudre stalinienne, forçant la concentration à marche forcée de la propagande soviétique au début des années 1930.

Texte intégral

Ce texte n’aurait pas pu être écrit sans le soutien de l’université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, l’université Paris 8 Saint-Denis et du Labex Arts H2H. Grâce au projet sur la photographie documentaire et sociale des années 1930 financé par ce Labex et mené conjointement avec le Cabinet de la photographie du Centre Pompidou, en particulier Clément Chéroux et Damarice Amao, j’ai pu financer une mission de recherche à Moscou. J’ai été reçu et aidé par le Centre d’études franco-russes et j’ai bénéficié avec Yulia Mineeva d’une précieuse aide linguistique. Les conseils d’Ursula Schlude ont été déterminants pour trouver les sources et orienter ma recherche. Je suis aussi très reconnaissant envers Jean-François Fayet, Wolfgang Hesse et Andrés Mario Zervigón pour leurs conseils amicaux. Une première version allemande de ce texte sera publiée dans les actes du colloque tenu à Dresde en mai 2015.

1La circulation transnationale des images d’actualité est devenue au cours des années 1920 un enjeu majeur pour la construction des opinions politiques. Avec l’essor de la presse illustrée, l’accès au matériau visuel se révéla être une donnée indispensable au travail des rédacteurs pour qui le choix des images déterminait la fabrication des sujets et leur traitement médiatique. Que ce marché transnational devînt un enjeu politique n’a rien d’étonnant si l’on comprend que toute image présente un point de vue et qu’à la politisation des organes de presse devait répondre la politisation des agences. Rien d’étonnant non plus à voir ici l’Union soviétique s’engager pour structurer ce marché, en offrant aux rédactions un matériau différent des grandes agences « bourgeoises », qui devait refléter tant l’évolution du système soviétique que la révolution en Chine, les luttes sociales en Allemagne, en France et aux États-Unis et bien d’autres sujets appelés à former la conscience des lecteurs communistes du monde entier.

Fig. 1. Nos regards, vol. 2, no 11, 1929, p. 1, Service des Archives du PCF.

  • 1 Jean-François FAYET, VOKS : le laboratoire helvétique. Histoire de la diplomatie culturelle soviéti (...)

2Or, l’étude de la fabrique de l’information visuelle a souffert de l’usage d’une notion qui, par son effet de simplification, a empêché l’analyse de son fonctionnement organique : « propagande ». Cette notion fut certes théorisée à l’époque et employée par ceux-là mêmes qui prétendaient en faire usage pour éduquer la conscience politique de leurs lecteurs. Mais elle rend difficilement compte des tensions et tiraillements de cette économie visuelle, et l’historien cède souvent à la facilité quand il qualifie le système de « propagande » sans s’interroger sur ses rythmes, ses flux, ses institutions régulatrices. L’idée d’une intentionnalité politique, d’une verticalité de la décision, d’une systématicité de la censure a longtemps dominé les représentations courantes de la « propagande » comme organisation politique. La réalité est plus complexe, comme l’ont montré récemment les travaux de Jean-François Fayet sur la VOKS (Vsesojuznoe Obščestvo Kul´turnoj Svjazi s zagranicej), agence de diplomatie culturelle soviétique, et ceux d’Hélène Melot-Henry sur la photographie soviétique1. Ils révèlent les subtilités d’une histoire où, avant que Staline ne parvienne à monopoliser l’information et la culture, les organisations se faisaient concurrence pour la gestion du pouvoir symbolique au sein d’une économie capitaliste de l’image soviétique.

  • 2 A. MELOT-HENRY, La Photographie soviétique de 1917 à 1945, op. cit., p. 28-31.
  • 3 « Reichskonferenz der Arbeiter-photographen. Ein Bildarchiv und eine Lichtbildzentrale gegründet », (...)

3Il reste toutefois à éclaircir les rapports entre les différentes organisations médiatiques et culturelles. L’une d’elles joua un rôle central pour le système international de presse communiste et la diffusion des images politiques, bien qu’elle soit implantée non à Moscou mais à Berlin : le Secours ouvrier international (SOI), géré par Willi Münzenberg et Babette Groß, publiait l’Arbeiter Illustrierte Zeitung (Journal illustré des travailleurs) et possédait notamment l’une des plus importantes sociétés de production de cinéma du monde soviétique – Mejrabpom Rus. Comment comprendre que le SOI, en dépit de ses besoins et des velléités de Münzenberg, n’avait pas créé d’agence photographique et s’est contenté d’organiser de façon artisanale des fonds iconographiques improvisés, tandis qu’en Union soviétique, la professionnalisation du métier de photographe remontait à 1919 et aux toutes premières mesures d’Anatoli Lounatcharski2 ? Il disposait certes d’une « banque d’images prolétarienne3 » afin de diffuser des images de propagande, mais rien de semblable à une agence photographique susceptible d’approvisionner quotidiennement la presse illustrée internationale. Ce retard ne s’explique pas par le manque de motivation des camarades du SOI ou des collaborateurs de Münzenberg : dans les congrès, on rappelait invariablement l’urgence de voir distribuer des images de qualité. Pour celui qui dirigeait l’une des plus importantes sociétés de production de films du monde soviétique et publiait un journal illustré à grand tirage, il aurait été aisé de fonder une agence d’images de presse efficace, pour compenser le coût de l’achat du matériel visuel. Cela n’arriva pourtant que tardivement, sous l’impulsion des agences soviétiques : en 1930 fut créée à Berlin une agence sous le nom d’Union-Bild, comme antenne étrangère d’une centrale fondée à Moscou sept années auparavant. Observée du point de vue international, l’absence d’une telle infrastructure prend un sens nouveau. Ce qui empêcha les velléités de Babette Groß et de Willi Münzenberg – telle est mon hypothèse – tient en effet à la situation stratégique qui vit Moscou mettre la main progressivement sur la production et la diffusion de photographies communistes, plaçant de fait les médias communistes allemands dans une sorte de dépendance.

  • 4 Diethart KERBS, Walter UKA (dir.), Fotografie und Bildpublizistik in der Weimarer Republik, Bönen / (...)
  • 5 A. MELOT-HENRY, La Photographie soviétique de 1917 à 1945, op. cit., p. 33-38.
  • 6 Ursula SCHLUDE, « Fundstellen in Moskau. Zur Überlieferung der kommunistischen Fotoamateurbewegung (...)
  • 7 J.-F. FAYET, VOKS : le laboratoire helvétique, op. cit., chap. 20, en particulier p. 425-430.

4Les questions liées à la production et à la diffusion des images apparaissent peu dans les travaux sur la presse communiste. L’histoire des agences photographiques internationales, dont les prémices remontent aux études menées en particulier par Diethart Kerbs et par Herbert Molderings4, connaît assurément aujourd’hui un essor, mais nous manquons encore cruellement d’informations sur la problématique soviétique. En introduction de son ouvrage déjà cité, Annette Melot-Henry a esquissé le système des agences photographiques5. Elle aborde la bureaucratisation des agences et la concentration du pouvoir de la presse dans l’Union soviétique des années 1930. Ursula Schlude renvoie à la monopolisation des agences avec la fondation de Soyouz-Foto, qui devint « bientôt la seule agence de l’Union soviétique », mais la question de savoir pourquoi Münzenberg ne contrôlait pas d’agence photo avant ce moment reste sans réponse6. Quant au livre mentionné plus haut de Jean-François Fayet, il évoque l’agence photo soviétique Russ-Foto dont la mission était de proposer de la documentation visuelle à la presse étrangère7. Il insiste sur le rôle de la VOKS et du Komintern quoique ces deux organisations se soient engagées de manière inégale. Certes, le Komintern soutenait financièrement les organes de presse helvétiques, mais c’est la VOKS qui assumait la responsabilité logistique, notamment pour la diffusion des images. C’est précisément là le point d’accroche de ma problématique sur la division du travail entre les différents organes de l’Union soviétique pour la diffusion internationale des images. Les archives de l’ancienne Union soviétique conservent d’importants documents susceptibles d’éclaircir les relations entre le Komintern, le SOI et la VOKS.

Fig. 2. Anonyme, Le canal de la mer blanche, recto, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].

Fig. 3. Anonyme, Le canal de la mer blanche, verso, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].

« Nous avons besoin d’images » – le SOI et sa collection iconographique

5Willi Münzenberg, qui était entré en politique à Zurich dans les années 1910 par le biais du mouvement de jeunesse socialiste international Freie Jugend, avait connu Lénine en 1916, s’était rapproché du cercle de Zimmerwald et était allé jusqu’à rejoindre Lénine à Stockholm en 1917 avant de regagner Zurich. Cette proximité avec le leader bolchevique, qu’il cultiva par de fréquents voyages à Moscou, lui valut la considération des élites communistes russes et allemandes tout au long de sa vie et explique en partie son succès au sein du Komintern, dont il était membre, et de son organisation, le Secours ouvrier international. Il créa le SOI en 1921 à la demande de Lénine pour organiser l’acheminement de l’aide des pays occidentaux dans les régions de Russie touchées par la famine. Mais il en fit rapidement évoluer les missions pour lui donner, aux côtés de la section agit-prop du parti communiste allemand (KPD), un rôle majeur pour la propagande soviétique en Allemagne et dans d’autres pays.

  • 8 Sean MCMEEKIN, The Red Millionaire. A Political Biography of Willi Münzenberg, Moscow’s Secret Prop (...)

6L’organisation de Münzenberg réunissait un nombre incalculable d’associations culturelles et sportives et pilotait un important consortium de presse et de production de cinéma. Selon Sean McMeekin, le SOI dépensait plus d’argent qu’il n’en recevait et servait moins la solidarité internationale prolétarienne que la propagande des intellectuels8. Les financements émanaient du Comité exécutif de l’Internationale communiste (CEIC). Grâce à ses talents d’agitateur et aux bonnes relations qu’il entretenait avec Moscou, Münzenberg fut en mesure de surmonter plusieurs crises financières internes à l’organisation et de poursuivre son travail de diffusion et d’information pro-soviétique. Les archives de la police secrète de Weimar, le Reichskommissar für Überwachung der Öffentlichen Ordnung, documentent bien les missions du SOI. À la fin du rapport du 15 juillet 1927, il est écrit :

  • 9 Bundesarchiv Berlin, R 1507, Reichskomissar für Überwachung der öffentlichen Ordnung, SAPMO-BArch, (...)

« Ces faits suffisent à montrer le rôle éminemment politique que joue le SOI dans le cadre de la propagande communiste. La lecture des conclusions du congrès d’Erfurt [Congrès du SOI et premier congrès des photographes ouvriers allemands] montre que le SOI [...] va se consacrer à l’avenir, à la propagande des intellectuels. [...] On y encourage particulièrement des réunions publiques avec les organisations d’enseignants et de médecins à propos de la construction culturelle de l’Union soviétique, le combat contre la réaction culturelle, pour la suppression du paragraphe 218 du Code pénal [qui interdit l’avortement]. Sont encouragés plus fortement qu’auparavant les rassemblements de cercles d’intellectuels à propos de l’hygiène sociale et politique et les questions internationales9. »

  • 10 À la fin du congrès du SOI fut créée l’Union des photographes ouvriers d’Allemagne; Willi Münzenber (...)

7Focalisé sur le lien avec le parti, le rapport est cependant muet sur l’autonomie du SOI par rapport au KPD et sur la mission qu’il se donne pour le rassemblement de la classe ouvrière au-delà du parti communiste10.

  • 11 Internationale Arbeiterhilfe (Secours ouvrier international), circulaire no 37 b, Berlin, 19/8/1922 (...)
  • 12 Babette GROSS, Willi Münzenberg. Eine politische Biographie, coll. Schriftenreihe der Vierteljahres (...)
  • 13 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce S (...)
  • 14 Je remercie Ursula Schlude de m’avoir indiqué la collection iconographique de l’ancien musée de la (...)

8Le projet politique et médiatique du SOI était de développer la propagande par tous les moyens. En plus d’encourager la solidarité ouvrière, son objectif prioritaire était de rehausser l’image de l’Union soviétique à l’étranger et de la faire passer pour une victime des pays capitalistes, accusés d’avoir amplifié, sinon tout bonnement organisé la famine consécutive à la révolution et à la guerre civile. Pour ces deux missions – solidarité et propagande –, il était important de rassembler le plus de matériau visuel possible, comme le confirme une circulaire à tous les comités locaux du SOI datant du 19 août 1922, soit à peine un an après sa fondation : elle parle d’une « section image » du comité étranger, dont la tâche est de proposer des photographies pour 3 Mark par pièce, et de produire des cartes postales à partir de clichés de victimes de la faim11. Ces images documentaient la famine tout comme la « construction de l’État soviétique ». Babette Groß évoque le souvenir d’« archives désordonnées avec des milliers d’images des zones touchées par la famine, de la révolution et de la guerre civile en Russie et des actions nombreuses du SOI. De là étaient envoyées des montagnes de cartes postales dans le monde entier12 ». Elles n’avaient pas pour seul but d’enrichir les conférences illustrées, mais aussi la presse, comme on peut le voir dans les rares archives iconographiques de journaux communistes – comme, à Paris et Bobigny, Ce Soir et L’Humanité13 ou à Moscou le musée d’Histoire russe, dans le fonds iconographique de l’ancien musée de la Révolution14. Pourtant, on se plaignait souvent de la médiocre qualité des images et du manque de moyens nécessaires pour constituer une véritable agence photographique. Une petite brochure de janvier 1925 lance un appel à envoyer des images susceptibles de servir aux conférences illustrées du SOI :

  • 15 Brochure d’information pour les fonctionnaires du cercle des amis du SOI, no 1, janvier 1925, in Bu (...)

9« Attention, nous avons besoin de photos !
Nous voulons constituer du matériel pour des conférences illustrées. Notre antenne moscovite nous procure deux séries d’images des usines russes : “Travail et repos” et “travail en entreprise”.
Nous voulons compléter ces séries par des images analogues en Allemagne ou en France.
Qui peut livrer des images appropriées ?
Ce que doivent montrer les images :
Dans quelles conditions matérielles doit trimer l’ouvrier allemand ? À quoi ressemblent les ateliers dans les fabriques, les logements des travailleurs à domicile ?
Que font les conseils d’entreprises dans les entreprises allemandes? Appliquent-ils les règles de sécurité dans les usines ? Montrez des accidents et des dangers dans les images, là où manquent ces dispositifs de sécurité !
Les bonnes images seront bien récompensées ! Faites appel à un photographe professionnel quand le sujet le mérite !
Matériel à envoyer au comité national15 ! »

10Au congrès du SOI de 1925 à Paris, Francesco Misiano, socialiste italien qui travaillait surtout dans le domaine du cinéma, prit la Émile Dutilleul, le responsable du SOI en France, lui avait promis des clichés de l’action du SOI dans le Midi. Dans la lettre suivante, il devait néanmoins reconnaître son échec :

11« Vous trouverez ci-joint tout le matériel relatif à l’action engagée par le SOI dans le Midi, malheureusement il nous a été impossible d’ajouter des photographies comme vous l’aviez demandé, car nous n’avons nous-mêmes pas reçu de photographies. Notre camarade Onof qui avait acheté un appareil photographique pour Nos Regards avant de partir dans le Midi, a essayé de le manier, sans succès; au lieu de photographies du SOI, nous parole : il demanda plus de photographies et disait vouloir internationaliser la revue Russie Nouvelle ; pour cela, on avait besoin de matériau visuel venu du monde entier, une agence photo du SOI était absolument nécessaire.

  • 16 Congrès du SOI à Paris, assemblée du 14 avril 1925 après-midi, in RGASPI, Fonds 538, opis 1, no 6, (...)

« Nous sommes d’accord d’en échanger beaucoup pour renseigner toutes les organisations. Nous faisons ce travail maintenant. Combien de photographies choisies nous avons à votre disposition. Mais il faut que les services se développent avec l’effort des Comités Nationaux car il faut tenir compte des grandes difficultés de la CENTRALE de BERLIN. Il faut de l’argent, si on n’en a pas, on ne peut pas envoyer toujours des photographies16. »

  • 17 Bundesarchiv Berlin, I 2/707/132, fol. 44. Merci à Andrés Mario Zervigón pour cette indication.
  • 18 S. MCMEEKIN, « Le secours ouvrier international : histoire d’une légende », Communisme, vol. 65-66, (...)
  • 19 Lettre de Dutilleul à Münzenberg du 11 février 1930, in RGASPI, Fonds 538, opis 2, no 59, p. 229. M (...)

12À partir de janvier 1926, la revue Russie Nouvelle fut en effet soutenue financièrement par le Neuer Deutscher Verlag17. On sait également qu’à partir de 1928, le SOI contribua à la fondation et au financement du magazine Nos Regards, appelé plus tard Regards sur le monde du travail18 (fig. 1-3). Mais rien n’avait changé cinq ans plus tard en ce qui concerne l’échange international de photographies. Dans des remarques marginales ajoutées à une lettre qui lui était adressée, Münzenberg s’étonne de la manière si peu professionnelle des Français. Le 11 février 1930, nous sommes aperçus au développement des films que ces derniers contenaient des clichés de distributions officielles ou de l’Église, autrement dit des choses très mates qui ne peuvent que discréditer le SOI. Nous essaierons de corriger cet insuccès à l’aide d’un photographe professionnel [...] P.S. Dans une enveloppe ci-jointe des photographies à transmettre immédiatement à l’Arbeiterfoto19. »

Fig. 4.
Anonyme, Unfallgefahren und Unfallschutz in
der Holzindustrie. Verhandlungen
der Konferenz der Maschinenarbeiter, Scheidemüller
und Säger am 12., 13. u. 14. Nov. 1911 in München, Bibliothèque d'État de Berlin, Fondation du patrimoine culturel prussien (Staatsbibliothek
zu Berlin, Stiftung Preußischer Kulturbesitz,
SBB SPK).

Fig. 5. « Bilder vom Tage », Sichel und Hammer, vol. 3, no 2, 1923, p. 15. Deutsches Historisches Museum, Berlin/I. Desnica.

  • 20 Andrés Mario ZERVIGÓN, John Heartfield and the Agitated Image. Photography, Persuasion, and the Ris (...)
  • 21 George DIMOCK, « Children of the Mills : Re-Reading Lewis Hine’s Child-Labour Photographs », Oxford (...)

13De semblables tentatives de collecter des photographies relayées par les comités nationaux visent toutefois la documentation des actions du SOI, non une agence de presse au sens strict. Les images étaient considérées ici comme des preuves de la misère ouvrière que l’intervention du SOI devait soulager. Le SOI s’appropriait une tradition plus ancienne : la promotion des réformes sociales ou de meilleures conditions de travail avait déjà fait l’objet d’un discours en images qui renvoyait à la période d’avant guerre. Ainsi, en Allemagne, les institutions sociales et les syndicats avaient défendu des mesures de sécurité pour les travailleurs et développé un langage visuel propre. Comme l’a mis en évidence Andrés Mario Zervigón, lors d’un congrès des ouvriers de l’industrie du bois en 1911 par exemple, on publia une brochure dans laquelle les travailleurs étaient sensibilisés aux accidents du travail à l’aide de documents visuels20. Ils montrent de la manière la plus brutale les conséquences de tels accidents du travail, comme sur la couverture de la brochure, deux mains dont quatre doigts ont été amputés par la scie (fig. 4). Il en allait de même aux États-Unis, où le discours visuel était la composante essentielle des actions philanthropiques, comme on peut le voir dans les photographies de Lewis Hine21.

  • 22 S. MCMEEKIN, « Le secours ouvrier international : histoire d’une légende », art. cit.
  • 23 A. M. ZERVIGÓN, « Persuading with the Unseen ? Die Arbeiter-Illustrierte-Zeitung, Photography, and (...)

14En plus des actions de solidarité, les campagnes de promotion du SOI révélaient régulièrement la situation en Union soviétique et produisaient ainsi une propagande politique selon une mission énoncée dès la création du SOI22. À cette fin furent édités des rapports sur des feuilles volantes, des brochures et les journaux illustrés Sowjetrussland im Bild (La Russie soviétique en images, 1921) qui devint plus tard Sichel und Hammer (La Faucille et le marteau, 1922-1924). On y trouvait des images de la Russie soviétique, de la maladie et de la « guérison » de Lénine, de l’histoire du mouvement révolutionnaire international, comme d’ailleurs une page consacrée aux « images du jour » (fig. 5). Il est dès lors indéniable que le SOI a joué le rôle d’éditeur de journaux illustrés chargés de publier les nouvelles les plus fraîches de la révolution. Lorsque, en 1924, un rapport de la commission de révision du Komintern enjoignit Münzenberg de sécuriser les finances du SOI, on décida d’autonomiser l’activité éditoriale. Officiellement, on arguait que sur le SOI planait le danger d’une interdiction et qu’il était plus sûr de séparer institutionnellement les activités de propagande et les actions de solidarité. Münzenberg racheta l’éditeur Neuer Deutscher Verlag créé en 1911, Babette Groß en fut nommée directrice et le journal Sichel und Hammer céda la place à l’Arbeiter Illustrierte Zeitung (AIZ)23. Des journaux quotidiens furent également repris ou fondés, comme Die Welt am Abend (Le Monde du soir). La production de l’AIZ profita alors d’une longue expérience du travail avec les images. Il est probable que les archives photographiques du SOI ont été utilisées, mais on peut aussi bien imaginer qu’il existait deux archives photographiques séparées. L’AIZ emménagea au numéro 48 de la Wilhelmstrasse et le SOI resta dans l’immeuble de la représentation soviétique, au numéro 11 Unter den Linden.

Fig. 6. Anonyme,
Premier mai à Moscou, recto avec le tampon de l’AIZ, BnF, département des Estampes et
de la Photographie, fonds Ce Soir L’Humanité [1935-1939].

Fig. 7. Anonyme,
Premier mai à Moscou, verso avec le tampon de l’AIZ, BnF, département des Estampes et
de la Photographie, fonds Ce Soir L’Humanité [1935-1939].

15Les journaux illustrés étaient jusqu’alors dépendants de la manière « non professionnelle » d’organiser la circulation des images entre les comités nationaux. Or, avec la refondation du Neuer Deutscher Verlag et la création de l’AIZ, la chaîne de production dut être révisée. Il ne reste aujourd’hui aucune trace des archives iconographiques de l’AIZ, même si quelques images, dont le dos est marqué du tampon AIZ, renvoient à un service de photographies de presse plus ou moins bien organisé (fig. 6 et 7).

  • 24 Lilly Becher (nom de jeune fille Lilly Korpus), Préface, in Heinz Willmann, Geschichte der Arbeiter (...)

16À en croire les témoignages d’anciens employés de l’AIZ, c’est Ernst Thormann qui était responsable du fonds iconographique – il était en outre Reichsbildwart (responsable de l’Union des photographes ouvriers) –, quoique la rédactrice en chef Lilly Corpus fût également très active dans ce domaine. « Nous avons déjà parlé des difficultés rencontrées dans la recherche d’un matériau visuel adapté à nos besoins. Nous nous aidâmes de séries constituées à partir des photographies d’agences bourgeoises, par un travail patient et laborieux, qui durait parfois plusieurs mois. Nous découvrions l’actualité saisissante d’images historiques, d’anciennes gravures sur cuivre, de documents oubliés, de relations de voyages d’une autre époque. Nous compulsions de grands livres illustrés, fouillions dans les archives, nos esprits bouillonnaient d’idées faciles à transposer dans la langue des images accessible à nos lecteurs24. » L’idée d’un service de photographies de presse de l’AIZ refaisait régulièrement apparition, mais il n’en sortit rien de concret. Babette Groß et Willi Münzenberg placèrent leur énergie ailleurs que dans une agence professionnelle : dans l’organisation du mouvement des photographes ouvriers.

Les agences soviétiques et la lutte pour l’hégémonie culturelle

  • 25 J.-F. FAYET, VOKS : le laboratoire helvétique : histoire de la diplomatie culturelle soviétique dur (...)
  • 26 Lettre d’Olga Kameneva à V. M. Molotov, 8 octobre 1924, in RGASPI, Fonds 495, Opis 99, no 95, p. 13 (...)

17Si l’on veut comprendre comment s’organisait la diffusion du matériau visuel communiste à l’échelle internationale, il faut se donner un aperçu des organisations culturelles soviétiques. En plus du Secours ouvrier international créé par Münzenberg en 1921, une organisation vit le jour en septembre 1923 avec des missions similaires : l’OBI-KZP était le bureau d’information unifié de la Commission pour l’aide étrangère à la Russie et avait pour mission, comme le rappelle Jean-François Fayet25, de coordonner les informations sur le secours étranger à la Russie. Si le SOI était administré depuis Berlin, l’OBI était dirigé quant à lui depuis Moscou par Olga Kameneva (fig. 8), qui en fit rapidement la principale agence de diplomatie culturelle soviétique. Son but était d’attirer les couches intellectuelles occidentales vers le communisme et de les intéresser à la Russie. Comme pour le SOI, c’est la campagne de lutte contre la famine de 1921 qui fut déterminante pour la diffusion d’informations sur l’évolution politique de la nouvelle République soviétique : la Croix-Rouge soviétique, plus tard l’OBI organisèrent dans les pays occidentaux des projections de films, des conférences et des campagnes de communication sur la famine en Russie. En octobre 1924, Kameneva résumait le rôle de l’organisation dont elle avait la charge : « La tâche générale de l’OBI peut être résumée ainsi : propagande à l’étranger sur les réalisations culturelles de l’URSS et assistance au rapprochement culturel de notre République avec d’autres pays26. » L’OBI se tournait vers l’intelligentsia occidentale, organisait des voyages d’artistes à l’étranger, des expositions et des projections de films. Dès 1923, l’activité de l’OBI fut encouragée par le Commissariat du peuple aux affaires étrangères (NKID) et par le Komintern, à tel point que le 8 août 1925, il fut décidé d’autonomiser l’OBI et de lui donner un nouveau nom – la VOKS.

Fig. 8.
Anonyme,
Portrait d’Olga Kameneva, sœur
de Trotsky et femme de Kamenev, ambassadeur à Rome, BnF,
Agence Meurisse.

  • 27 Comme en 1925 au congrès mondial du SOI à Paris, cf. les sténogrammes de l’assemblée du 14 au 17 av (...)
  • 28 Edward HALLET CARR, The Twilight of the Comintern, 1930-1935, Londres, Macmillan Press, 1983.

18Toutefois, même si les occasions de coopérer étaient nombreuses, l’OBI (1923-1925) et plus tard la VOKS (1925-années 1930) gardaient leur distance par rapport au SOI. Olga Kameneva prenait certes part aux congrès du SOI et participait aux discussions des commissions27, mais Münzenberg ne renonça jamais à sa liberté d’action, agissant en pleine autonomie. La séparation géographique des deux organisations aurait pu inspirer une nette distinction des tâches, mais les deux agences cultivaient leurs propres réseaux dans le monde entier et toutes deux se recommandaient de Moscou. Elles jouaient ainsi un rôle important dans ce qu’Edward Hallet Carr a appelé la « double politique » de l’Union soviétique28 – en particulier dans les États qui n’avaient pas établi de relations diplomatiques avec Moscou. Il n’y a guère de pays investis par le SOI où la VOKS n’avait pas ses délégués. Aussi une concurrence, une lutte d’influence sur le plan culturel, se développa-t-elle.

  • 29 S. MCMEEKIN, The Red Millionaire. A Political Biogrpahy of Willi Münzenberg, Moscow’s Secret Propag (...)
  • 30 Lettre du comité central du parti communiste allemand à la section Agit-prop du comité exécutif du (...)
  • 31 Une lettre de Roman Weller (Veller) à Babette Groß y fait référence, cf. note 36.

19Ce combat supposait de part et d’autre une intelligence stratégique. Le théâtre des opérations se déployait sur trois niveaux : le niveau de l’économie culturelle, le niveau politique et le niveau opératoire. Au niveau de l’économie culturelle, Münzenberg avait du succès – bien que le tirage du magazine AIZ restât loin derrière les illustrés bourgeois et que, comme cela a déjà été montré, les sociétés de production de films n’étaient pas une réussite financière29. Pour certains films soviétiques, il avait obtenu de facto une sorte de monopole de la diffusion. Lorsque pour le 10e anniversaire de la révolution bolchevique, en 1927, la section d’agitation-propagande du parti communiste allemand (KPD) entreprit de commander une copie du Cuirassé Potemkine, elle dut se tourner vers Prometheus-Film. Jaloux et défiant vis-à-vis de Münzenberg, le parti n’eut pas d’autre recours que de se plaindre de cette situation à la section d’agit-prop du Komintern30. Au niveau politique, Münzenberg menait une lutte discrète contre l’OBI, plus tard la VOKS. Contesté au sein du KPD, Münzenberg dut affronter également à Moscou quelques tentatives de conspiration contre lui. Il importait à la VOKS de maintenir une avance sur le SOI. Aussi essaya-t-on d’influencer les décisions du Komintern afin que le SOI se soumît à la VOKS31. Au niveau opératoire enfin, la VOKS tenta de toucher le SOI au cœur, en s’en prenant à ses fonctionnaires. Elle essaya de débaucher des employés du SOI à Moscou pour leur offrir une position au sein de la VOKS, par exemple dans le secteur technique ou administratif. Malgré la puissance de l’organisation de Münzenberg et ses soutiens à Moscou, la VOKS remporta quelques victoires dans cette discrète lutte d’influence conduite entre 1924 et 1930.

20Tandis qu’après la crise interne de 1923, Münzenberg s’escrima à consolider le SOI et racheta par la même occasion le Neuer Deutscher Verlag, l’OBI avait pris une grande avance : il était sur le point de constituer une agence photographique – Russ-Foto. Cette nouvelle agence soviétique devait ainsi organiser la distribution des photographies à l’étranger. Pour remplir cet objectif, Russ-Foto s’orienta sur le modèle des agences photographiques « bourgeoises ». Les images étaient envoyées aux abonnés et chaque image publiée faisait l’objet d’une facture supplémentaire. Aussi des contrats étaient-ils signés avec des agences locales à l’étranger, quoiqu’on appliquât une tarification spéciale pour les publications communistes.

  • 32 Procès-verbaux de l’assemblée du KZP en 1924, in GARF, P3385, 3, 852, fol. 1-3.

21La création de cette agence remonte au 8 avril 1924. Après avoir écrit à différentes institutions culturelles étatiques et organes de presse soviétiques, Olga Kameneva présida une réunion le 10 avril au Kremlin. Parmi les présents, on comptait Zozoulya et Koltsov pour représenter le journal Ogonek, Goldobin pour la société de production de cinéma Goskino, Tchijinskiy pour la section agit-prop du Komintern et Thomson
pour le SOI32. Notons que la
première lettre n’a pas été adressée au SOI et que Thomson, le
collaborateur de Münzenberg
à Moscou, réussit tout de
même à siéger dans cette petite
assemblée. Au cours de cette
réunion, Olga Kameneva sou-
ligna la nécessité de créer un
bureau pour la distribution et
l’échange de photographies
avec l’étranger. Bien qu’il rappelât la présence de correspondants d’Ogonek à l’étranger,
Koltsov acquiesça. Goldobin fit
de même. Thomson proposa de
placer ce nouveau bureau sous
la tutelle du SOI (Mejrabpom en russe). Le procès-verbal reste néanmoins muet sur la discussion de cette proposition. Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne fut pas prise au sérieux. On prit les résolutions suivantes : 1) création d’un bureau central ; 2) envoi du procès-verbal de la réunion aux divers organes de presse et éditeurs, avec prière d’y répondre ; 3) demande à Goskino, Ogonek et Projektor d’envoyer tous les mois dix exemplaires des photographies les plus intéressantes. L’OBI organise la distribution à l’étranger.

Fig. 9.
Verso du portrait du président mexicain General Lazaro Cardenas avec le tampon d’Henri Daniel – Union-Foto, BnF, département des Estampes et de
la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].

  • 33 Résolutions du OBI du KZP 1924, in GARF, P3385, 3, 852, p. 4.

22Le SOI avait essuyé ici une petite défaite. Non seulement il échoua à prendre l’initiative pour la création d’une telle agence, mais, qui plus est, il ne parvint pas à se placer au centre de cette organisation. Quelques jours plus tard, l’OBI envoya de nouvelles résolutions : 1) tous les magazines illustrés peuvent décider s’ils prennent part à ce nouveau service de presse ; 2) les membres actionnaires doivent apporter une contribution financière; 3) ce service n’est pas financé, autrement dit, il doit se financer par l’import-export des photographies et les images ne sont envoyées qu’aux membres actionnaires ; 4) les photographies sont choisies non pour leur sensationnalisme ou leur valeur économique, mais en fonction de leur valeur politique ; 5) ce service est non lucratif, son objectif est l’amélioration de la distribution des photographies à l’étranger ; 6) les profits sont redistribués aux membres actionnaires ; 7) les journaux doivent formuler clairement leurs souhaits33.

  • 34 À propos de Graudenz, cf. H. MOLDERINGS, Die Moderne der Fotografie, op. cit., p. 316-320.

23Peu de temps après sa fondation, Russ-Foto prit contact avec le représentant étranger de la Commission pour l’aide étrangère à la Russie (KZP) pour solliciter son aide afin d’établir des contacts internationaux : l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Autriche, la Suède, les Pays-Bas et les États-Unis. En l’espace de trois mois, l’agence obtint l’autorisation pour l’exportation de 13 300 et pour l’importation de 6 800 photographies. Dès août 1924, l’agence recevait de nombreuses photographies : Press Photo News envoyait 40 pièces par mois depuis l’Allemagne, la France et l’Autriche, Keystone également 40 images de la Grande-Bretagne et John Graudenz envoyait 10 pièces depuis l’Allemagne, l’Autriche et les Balkans34. Russ-Foto de son côté proposait aux journaux étrangers communistes et non communistes des thèmes comme la vie politique, les rues, le mouvement ouvrier, l’armée rouge, la science, les institutions culturelles, des illustrations de la vie quotidienne, des portraits de personnalités, du sport et des organisations de jeunesse, des expositions et des musées, des congrès et des manifestations, du théâtre et de la danse, de l’histoire de la révolution, de l’ethnographie et de la nature. Les clichés étaient vendus 0,5 US$ par tirage et 2,5 US$ pour chaque image publiée. Le laboratoire photographique avec ses trois collaborateurs était partagé avec le journal Ogonek. Les employés étaient Tules et Minukin, la secrétaire technique s’appelait Tatiana Sergeevna Black. Le fait que l’on nomma Thomson à la direction de Russ-Foto, celui-là même qui représentait le SOI quelques mois auparavant, montre comment Olga Kameneva réussit à se débarrasser du SOI en débauchant ses fonctionnaires.

24Le 29 juin 1924, un certain « Weller » – il s’agit sans doute de Roman Veller, l’assistant de Kameneva à l’OBI, responsable des relations avec les éditeurs étrangers et qui se présentait comme le président de Russ-Foto – écrivit à Babette Groß, directrice des éditions Neuer Deutscher Verlag, de Moscou à Berlin :

  • 35 Roman Weller (Veller) à Babette Groß le 29 juin 1924, in GARF, P3385, 3, 852, fol. 34. Traduction d (...)

« Chère Babette,
Comme tu peux le constater à l’en-tête du papier à lettres, ce bureau photo, que j’ai proposé il y a déjà longtemps et auquel le SOI n’a pas voulu participer pour des raisons que j’ignore, a finalement vu le jour et, dans les quatre prochaines semaines, nous allons prouver que nous allons tenir nos promesses évoquées dans le programme que je t’envoie en annexe.
J’ai déjà donné plusieurs images à Oehring [Walter Oehring], je lui porterai des images mardi prochain et tu verras au cachet de notre organisation que nous avons de nombreuses et diverses photographies. Si tu as besoin de quelque chose que nous pourrions selon toi te faire parvenir, je te prie de dire à Oehring que je dois te le procurer. Oehring m’en parlera, je le rencontre très souvent.
Et maintenant, j’ai un grand service à te demander. Je te prie de nous envoyer les photographies originales parmi celles dont vous n’avez éventuellement plus besoin pour Sichel und Hammer, ou celles qui sont déjà parues et sont liées au mouvement ouvrier. Je te serais aussi très reconnaissant pour des photographies relatives aux tableaux envoyés par l’aide aux artistes, en priorité des images au contenu prolétarien. Il est très important pour nous que tu répondes à cette demande et je te promets de mettre à votre disposition quelques images sensationnelles, si vous soutenez notre travail (la section d’agitation et propagande a déjà pris une résolution selon laquelle toutes les institutions doivent nous fournir leur aide).
Tu seras bien aimable de me dire ce qu’il en est de la photographie russe et si vous êtes encore intéressés.
Meilleures salutations, ton Weller35 ».

25Le ton employé est d’une étonnante assurance. La lettre ne se contente pas d’informer Babette Groß de la création de Russ-Foto, mais, qui plus est, l’enjoint à déposer gratuitement ses images tandis qu’en même temps, il demande du « soutien » – en se fondant sur une « résolution de la section agit-prop » du Komintern. Il ne dit rien du fait que Thomson a proposé au nom du SOI de placer ce service de presse sous la tutelle de l’organisation de Münzenberg. Le SOI et le Neuer Deutscher Verlag pouvaient dès lors renoncer à créer une agence photographique. En conséquence, Babette Groß et plus tard Franz Höllering et Lilly Korpus, respectivement rédacteurs en chef de l’AIZ de 1925 à 1928 et de 1928 à 1933, ainsi que d’autres collaborateurs du magazine AIZ, étaient dépendants des envois de Russ-Foto. On ignore encore si l’AIZ devait payer pour ces images. Deux mois plus tard, Thomson disparut – il serait parti à l’étranger – et Kameneva proposa au journal Ogonek de le remplacer par Grigoriy Davydovitch Salomonovitch comme secrétaire exécutif, qui, trois semaines auparavant, était encore sous l’autorité de Thomson. En 1926, un certain Beloff apparaît comme directeur de Russ-Foto et, plus tard dans la même année, Nironov.

26Entre 1924 et 1930, Russ-Foto développa un important réseau international d’agences étrangères, principalement des agences « bourgeoises » et elle justifiait son indépendance à l’égard du comité exécutif du parti et du commissariat du peuple aux affaires étrangères (NKID) par la doctrine de la « double politique » : elle distribuait des images dans les pays qui interdisaient toute représentation soviétique, comme la Roumanie, l’Espagne, les Pays-Bas ou la Suisse. En 1930, cet argument fut encore utilisé pour éviter la reprise par la Société télégraphique soviétique officielle TASS. Olga Kameneva s’opposa très fermement à une fusion des deux agences en dépit des raisons financières mises en avant.

  • 36 En 1926 par exemple, les images étaient vendues pour 3 à 5 roubles la pièce (Stück), cf. lettre de (...)
  • 37 Lettre de Beloff à Rapoport, le 2 juin 1926, in GARF P5283, 1, 74, fol. 138.

27La diffusion des images faisait l’objet de négociations avec des agences commerciales étrangères ou directement avec les clients, et les journaux communistes profitaient d’une tarification spéciale. Il en résultait une correspondance abondante sur la question des tarifs entre ces agences et Russ-Foto36. Le secrétariat de Russ-Foto correspondait avec City Sale and Exchange (Londres), Mannensha Advertising (Tokyo), Irene Advertising Servjoce (Irlande), George A. Adib (Alexandrie), Photographic Stores & Agency (Calcutta), Gordon & Gosh (Melbourne), Bekes & Cie (Constantinople), M. Louis Brodsky (Syndey), M. Fisher, National Geographic Magazine (Washington), Ernestine Evans (New York), Olena Muehlenfeld de la bibliothèque Te Hilversum (Pays-Bas). Mais c’est en Allemagne (Loewenstein) et en France (Photo-Rap, Rapoport) qu’étaient vendues la plupart des images. De son côté, Rapoport envoya par exemple en 1926 une série sur « Les bas-fonds », des photographies de l’assassin de Simon Petlioura, Joseph Paul-Boncourt, ou des portraits de Léon Blum37. Dès 1926, Russ-Foto essaya d’ouvrir des annexes dans d’autres pays. Mais comme la VOKS diffusait des images parallèlement à l’agence Russ-Foto et quoiqu’elle en fût la tutelle, les occasions de réclamation de la part des agences partenaires qui demandaient l’exclusivité ne manquaient pas.

Fig. 10. Anonyme, Intervention française dans
la Russie du Sud : une troupe française dans la rue Feldsmann
à Odessa, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].

Fig. 11. Anonyme, Intervention française dans
la Russie du Sud : une troupe française dans la rue Feldsmann
à Odessa, verso avec le tampon Russ-Foto
et Union-Bild, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].

  • 38 U. SCHLUDE, « Fundstellen in Moskau », art. cit., p. 12.
  • 39 Memorandum pour les agences partenaires, par Meerovitch, avant octobre 1926, in GARF, P5283, 1, 75, (...)
  • 40 Ernst GLAESER, Franz Carl WEISKOPF, Der Staat ohne Arbeitslose, Berlin, Universum Bücherei für alle (...)

28Au plus tard en 1930 – sans doute dès novembre 192938 –, Russ-Foto et ses branches à l’étranger prirent le nom d’Union-Foto et dépendaient toujours de la VOKS. Le fait que de nombreuses images portent deux tampons, Russ-Foto et Union-Foto, s’explique par la reprise du fonds de Russ-Foto par Union. À la différence des partenaires commerciaux, les branches étrangères de l’agence devaient proposer exclusivement des photographies de Russ-Foto, plus tard Union-Foto, garantir une comptabilité claire et en informer Russ-Foto deux fois par mois39. Aussi créa-t-on à Berlin Union-Bild et à Paris Union-Photo, Henri Daniel, 78, avenue des Champs-Élysées, non loin de l’adresse des locaux du magazine VU situés au 65-67 de la même avenue (fig. 9). Il est notable que même des images des troupes françaises à Odessa en janvier 1919 furent envoyées à Paris au journal L’Humanité ou au magazine Ce Soir par Moscou via Union-Foto Berlin (fig. 10 et 11). Et lorsqu’en Allemagne un important livre de photographies sur l’Union soviétique, Der Staat ohne Arbeitslose40 (L’État sans chômeurs) fut publié par Alfred Kurella aux éditions de

29Münzenberg Universum-Bucherei sous l’égide du Komintern, les auteurs Ernst Gläser et Franz Carl Weiskopf utilisèrent les images d’Union-Bild (Berlin, Zimmerstrasse 70, SW 68) et d’Ogonek : une propagande soviétique officielle sur le sol allemand (fig. 12).

Fig. 12. Première et quatrième de couverture du livre Der Staat ohne Arbeitslose de Ernst Glaeser et F. C. Weiskopf, Berlin, 1931, Sächsische Landes–, Staats– und Universitäts- bibliothek.

  • 41 Cf. Martin Guntau, « Stammberger, Friedrich », in Helmut Müller-Enbergs, Jan Wielgohs, Dieter Hoffm (...)

30En juin 1930, dans le cours de la restructuration de la politique photographique de l’Union soviétique, Union-Foto fut séparée de la VOKS. Cette réorganisation était liée à la fusion de Russ-Foto avec différentes organisations – pour partie déjà membres-actionnaires, comme le journal Ogonek ou la section photographique du musée de la Révolution. Ainsi fut créée Soyouz-Foto, dont les branches à l’étranger conservèrent le nom d’Union-Foto, Union-Photo ou Union-Bild. En 1932, Friedrich Stammberger, employé du Neuer Deutscher Verlag et fondateur des éditions Universum-Bücherei fut nommé directeur d’Union-Bild à Berlin41. Mais en 1933, il partit en exil à Moscou, en passant par Paris et Amsterdam, et y fut directeur adjoint de la section internationale de Soyouz-Foto, avant d’être arrêté en 1937 et déporté au camp de Norilsk.

Union-Bild – Une agence photographique prolétarienne allemande ?

31Avec la fondation d’Union-Bild comme branche allemande de l’ex-Russ-Foto – nommée après juin 1930 Soyouz-Foto –, les éditions Neuer Deutscher Verlag de Babette Groß et Willi Münzenberg retrouvèrent une place, certes non officielle mais bien réelle, dans le jeu médiatique. Le numéro d’avril 1930 de la revue Der Arbeiter-Fotograf (Le Photographe ouvrier) reproduit une lettre du bureau de l’Union des photographes ouvriers d’Allemagne, qui évoque non sans fierté cette nouvelle agence :

32« À tous les photographes amateurs
Nous sommes enfin en mesure de faire un pas décisif dans l’utilisation de l’abondant matériel visuel produit par les photographes ouvriers d’Allemagne et du monde entier. Jusqu’à présent, les photographes amateurs prolétariens envoyaient leurs photographies à la rédaction de Der Arbeiter-Fotograf, à l’AIZ, à quelques autres journaux illustrés prolétariens et à la presse ouvrière locale. La plus grande partie de cette production n’était pourtant pas utilisée, car le marché était trop petit et que les journaux illustrés ne pouvaient faire usage de toutes ces images et les payaient trop peu. Le bureau national de l’Union des photographes ouvriers d’Allemagne ne pouvait guère exaucer le vœu maintes fois exprimé d’une centrale dont la mission aurait été de concentrer et de distribuer les images, faute de moyens financiers et de force de travail.
Cela va changer. Selon les accords passés par la plus grande agence photographique d’Union soviétique, Russ-Foto, avec le secrétariat général des photographes amateurs soviétiques et les plus grandes maisons d’éditions, au 1er mai, à Berlin, sera mise sur pied une agence photographique prolétarienne internationale qui prendra en charge la distribution de matériel photographique en Union soviétique et dans le monde entier – et qui, d’autre part, concentrera l’ensemble du matériel visuel des pays capitalistes et le vendra aux intéressés. Une telle agence photographique était devenue indispensable depuis longtemps. Elle est désormais en mesure d’offrir la juste valorisation, au sens prolétarien, aux nombreux clichés produits par des photographes amateurs, et de faire en sorte que leurs auteurs soient dédommagés de façon avantageuse. Avec cette centralisation, qui sera saluée sans doute par tous les photographes prolétariens actifs, aucune image ne devra être envoyée à n’importe quel bureau de deuxième ordre. Ni à l’AIZ, ni au service photo communiste, ni à aucune autre rédaction ou agence photographique. Il faudra arrêter aussi en particulier l’envoi à Press-Cliché Moscou. La seule exception sera les images d’importance et de signification actuelle pour les journaux locaux et qui seront, comme auparavant, mises à disposition de ces journaux.

  • 42 Je remercie Wolfgang Hesse de m’avoir indiqué ce passage. Der Arbeiter-Fotograf, vol. 4, no 4, avri (...)

33Nous communiquerons dans le prochain numéro de Der Arbeiter-Fotograf l’adresse de l’agence photo internationale prolétarienne, qui sera une société anonyme.
Berlin, le 19 mars 1930 42 »

  • 43 Der Arbeiter-Fotograf, vol. 4, no 5, mai 1930, p. 100. Traduction de l’auteur.

34En effet, le numéro suivant publia l’adresse de cette nouvelle « agence photo internationale prolétarienne » avec un appel à tous les lecteurs (fig. 13) : « Nous cherchons des photographies de la vie ouvrière et paysanne, de manifestations récentes, d’assemblées et de grèves, des reportages sociaux43. » Ainsi les photographes amateurs et les professionnels furent mis sous le même toit.

  • 44 Anonyme, « Gründung der Vereinigung der Arbeiterfotografen Deutschlands », Der Arbeiter-Fotograf, v (...)

35Pendant la période au cours de laquelle la VOKS fonda Russ-Foto, soit entre 1924 et 1930, Willi Münzenberg et Babette Groß avaient suivi une autre voie que leurs homologues russes. Les moyens financiers et l’appui politique faisant défaut pour créer une agence de photographies de presse internationale pilotée depuis l’Allemagne, ils profitèrent du soutien vigoureux du député communiste Erwin Hoernle, également membre du comité exécutif et délégué du Komintern, pour agir au sein du mouvement ouvrier et mettre en branle un mouvement de photographes amateurs qui, sur le modèle des correspondants ouvriers du journal officiel du KPD, Die Rote Fahne (Le Drapeau rouge), étaient chargés d’abonder en matériau visuel. Cette partie de l’histoire est connue. En septembre 1926 fut créée la revue mensuelle Der Arbeiter-Fotograf (Le Photographe ouvrier) et, le 16 du même mois, le « bureau national de l’Union des photographes ouvriers d’Allemagne » fut constitué sous la direction de Babette Groß, « après que dans un grand nombre de villes allemandes, notamment à Berlin, Dresde, Francfort, Stuttgart, Leipzig, Hambourg, Halle etc., des groupes de photographes ouvriers ont vu le jour44 ».

Fig. 13.
Annonce pour Union-Foto dans Der Arbeiter-Fotograf,
vol. 4, no 5, mai 1930, p. 100. p. 100. Dresde, Sächsische Landes–, Staats– und Universitätsbibliothek Dresden.

36Que, dès l’origine, les photographes ouvriers dussent se rendre utiles afin d’alimenter en matériel visuel la presse ouvrière nationale est prouvé par le seul fait que l’on fasse allusion aux les « photographes ouvriers correspondants » dans un numéro de Die Rote Fahne am Montag (Le Drapeau rouge du lundi) en août 1926 :

  • 45 Anonyme, « Neue Aufgaben der Arbeiter-Photographen », Die Rote Fahne am Montag, no 31, 23 août 1926 (...)

« Le développement de la presse vous donne aujourd’hui le devoir, comme photographe ouvrier, d’envoyer vos photos des masses ouvrières. Notre presse dispose de deux grands journaux illustrés ; le Rote Stern (L’Étoile rouge), supplément illustré de la presse du parti communiste, et l’Arbeiter Illustrierte Zeitung (Journal illustré des travailleurs). Il s’agit pour ces journaux de trouver du matériel visuel adéquat. De même que la véritable presse ouvrière ne peut plus travailler sans les correspondants ouvriers (plus de la moitié des journaux russes sont écrits par les travailleurs), les journaux illustrés ne peuvent exister sans l’aide du peuple producteur (schaffendes Volk). Car les bureaux de photographies de presse bourgeois ne sortent évidemment que ce qui sied à la société bourgeoise. Ils font silence sur tout ce qui intéresse les travailleurs. Il s’agit d’opposer aux correspondants photo bourgeois une puissante organisation de photographie ouvrière45... »

  • 46 Rapport de Münzenberg à la centrale du KPD, été 1926, in Bundesarchiv Berlin, RY 1 Kommunistische P (...)
  • 47 [Fritz] GLOBIG, « Reichskonferenz der Arbeiterphotographen. Ein Bildarchiv und eine Lichtbildzentra (...)
  • 48 Rainer KNAPP, Ernst Thormann, Leipzig, VEB Fotokinoverlag, 1981, p. 16 ; Erich

37Cela n’allait pas sans la constitution de structures archivistiques. Aussi Münzenberg écrit-il dans un rapport, Zwei Jahre Neuer Deutscher Verlag, à propos du mensuel Der Arbeiter-Fotograf et il évoque un service de photo de presse46. En avril 1927, Fritz Globig de Stuttgart mentionne publiquement la fondation d’archives des photographes ouvriers et d’une centrale photographique47. On sait par ailleurs, grâce aux témoignages d’Ernst Thormann et d’Erich Rinka, que les liens étaient étroits quoique informels entre le bureau national de l’Union des photographes ouvriers et la rédaction de l’AIZ. Certes, les fonctions du Reichsbildwart autrement dit le responsable national et du 2. Reichstechniker, deuxième technicien national, étaient plutôt orientées vers la préparation d’expositions, la discussion des images dans les pages du journal Der Arbeiter-Fotograf et le soutien aux groupes locaux que vers l’organisation systématique d’une archive photographique, mais il n’était pas rare que l’on rendît visite à la rédaction de l’AIZ pour proposer des images des derniers événements48. Les amateurs envoyaient aussi leurs images à l’AIZ et recevaient des dédommagements lorsque celles-ci étaient publiées. Mais il n’y avait ni catalogue, ni procédure systématique. Comme le rapporte Theo Pinkus, responsable de la diffusion de l’AIZ à partir de 1930, les conditions de travail se transformèrent avec la création d’Union-Bild :

38« L’approvisionnement en matériel visuel n’était pas toujours simple pour la rédaction de l’AIZ. Il fallait pouvoir trouver des images de l’étranger sans se rendre dépendants des agences de presse bourgeoises qui avaient le monopole. Or Union-Bild avait alors déjà été créée, une agence de l’Union soviétique qui livrait beaucoup d’images à l’AIZ et proposait quantité de clichés de la construction socialiste en Union soviétique.

  • 49 Eberhard KNÖDLER-BUNTE, « Fragen an Theo Pinkus über seine Arbeit bei der AIZ », Ästhetik und Kommu (...)

39De plus, l’Union soviétique avait beaucoup de reporters et journalistes photo dans de nombreux pays, de sorte que l’AIZ avait accès à un vaste ensemble de matériel visuel. L’AIZ utilisait bien sûr aussi le matériel visuel de la presse bourgeoise et de ses agences, mais il plaçait souvent ces images dans un contexte différent49. »

Fig. 14. Union-Foto-Modotti [Tina Modotti], Travailleur mexicain, AIZ, vol. 9, no 22, 1930, p. 429. Deutsches Historisches Museum, Berlin/I. Desnica.

  • 50 U. SCHLUDE, « Fundstellen in Moskau », art. cit.

40Avec la création d’Union-Bild, un pas était franchi dans la professionnalisation de l’approvisionnement et de la distribution des images : après des années de travail improvisé, un service de presse systématique et professionnel avait vu le jour, qui ne rassemblait pas uniquement des photographies documentant l’Allemagne mais proposait du matériel du monde entier. On y trouvait des images de grande qualité, comme on peut le voir à ces images créditées Union-Bild – Tina Modotti (fig. 14). Toutefois, ce n’était pas là le résultat d’une activité militante de base mais d’une évolution orientée et contrôlée politiquement par Moscou. Le Neuer Deutscher Verlag fut à nouveau invité aux négociations avec les agences de presse moscovites. Peut-être cela est-il lié au renvoi d’Olga Kameneva de ses fonctions de directrice de la VOKS. Ce qui n’apparaît pas au premier coup d’œil, c’est à quel point cette décision fut fatale pour le mouvement des photographes ouvriers. Sans le dire, sans s’en apercevoir vraiment, le SOI, et notamment l’Union des photographes ouvriers d’Allemagne, s’étaient placés en retrait de cette « professionnalisation » et se rendirent ainsi impuissants face à la monopolisation et à la bureaucratisation de la production visuelle soviétique. L’étape suivante fut menée en Union soviétique avec la fusion entre les photographes amateurs et l’association professionnelle, placée désormais sous le contrôle politique de Moscou50. En Allemagne, le KPD et avec lui la presse de parti, de même que l’Union des photographes ouvriers, s’étaient liés si étroitement au destin soviétique qu’ils ne pouvaient et ne voulaient offrir de résistance à la monopolisation de la presse soviétique : dès avant 1933, ils avaient renoncé à leur autonomie.

Notes

1 Jean-François FAYET, VOKS : le laboratoire helvétique. Histoire de la diplomatie culturelle soviétique durant l’entre-deux-guerres, Chêne-Bourg, Georg, 2014 et Annette MELOT-HENRY, La Photographie soviétique de 1917 à 1945, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « Sources et travaux de la BDIC », 2012.

2 A. MELOT-HENRY, La Photographie soviétique de 1917 à 1945, op. cit., p. 28-31.

3 « Reichskonferenz der Arbeiter-photographen. Ein Bildarchiv und eine Lichtbildzentrale gegründet », Klassenkampf (Halle-sur-la-Saale), vol. 7, no 94, 22 avril 1927, s. p.

4 Diethart KERBS, Walter UKA (dir.), Fotografie und Bildpublizistik in der Weimarer Republik, Bönen / Westfalen, Kettler, 2004 ; Herbert MOLDERINGS, Die Moderne der Fotografie, Hambourg, Philo Fine Arts, 2008 ; Herbert MOLDERINGS, Umbo : Otto Umbehr, 1902-1980, Düsseldorf, Richter, 1995.

5 A. MELOT-HENRY, La Photographie soviétique de 1917 à 1945, op. cit., p. 33-38.

6 Ursula SCHLUDE, « Fundstellen in Moskau. Zur Überlieferung der kommunistischen Fotoamateurbewegung in russischen Archiven », Fotogeschichte, no 127, 2013, p. 5-16.

7 J.-F. FAYET, VOKS : le laboratoire helvétique, op. cit., chap. 20, en particulier p. 425-430.

8 Sean MCMEEKIN, The Red Millionaire. A Political Biography of Willi Münzenberg, Moscow’s Secret Propaganda Tsar in the West, New Haven / Londres, Yale University Press, 2003.

9 Bundesarchiv Berlin, R 1507, Reichskomissar für Überwachung der öffentlichen Ordnung, SAPMO-BArch, alt 134, Nr. 2034 : Lageberichte Nr. 122, 1927, fol. 54-55.

10 À la fin du congrès du SOI fut créée l’Union des photographes ouvriers d’Allemagne; Willi Münzenberg fut nommé président.

11 Internationale Arbeiterhilfe (Secours ouvrier international), circulaire no 37 b, Berlin, 19/8/1922, in Bundesarchiv Berlin, RY 9 Internationale Arbeiterhilfe, no I 6/7/1, fol. 62.

12 Babette GROSS, Willi Münzenberg. Eine politische Biographie, coll. Schriftenreihe der Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, nos 14-15, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1967, p. 144.

13 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité Q 363.

14 Je remercie Ursula Schlude de m’avoir indiqué la collection iconographique de l’ancien musée de la Révolution au musée d’Histoire russe. Je suis également reconnaissant aux conservateurs du musée de m’avoir donné accès à cette documentation.

15 Brochure d’information pour les fonctionnaires du cercle des amis du SOI, no 1, janvier 1925, in Bundesarchiv Berlin, RY9 I 6/7/ fol.1-18, hier fol. 16. Traduction de l’auteur.

16 Congrès du SOI à Paris, assemblée du 14 avril 1925 après-midi, in RGASPI, Fonds 538, opis 1, no 6, p. 9. Original en français.

17 Bundesarchiv Berlin, I 2/707/132, fol. 44. Merci à Andrés Mario Zervigón pour cette indication.

18 S. MCMEEKIN, « Le secours ouvrier international : histoire d’une légende », Communisme, vol. 65-66, 2001, p. 117-133.

19 Lettre de Dutilleul à Münzenberg du 11 février 1930, in RGASPI, Fonds 538, opis 2, no 59, p. 229. Münzenberg a marqué ce passage d’un épais point d’interrogation sur la traduction allemande de la lettre. L’original français n’ayant pas été conservé, traduction à nouveau de l’auteur vers le français.

20 Andrés Mario ZERVIGÓN, John Heartfield and the Agitated Image. Photography, Persuasion, and the Rise of Avant-garde Photomontage, Chicago, University of Chicago Press, 2012, p. 15.

21 George DIMOCK, « Children of the Mills : Re-Reading Lewis Hine’s Child-Labour Photographs », Oxford Art Journal, vol. 16, no 2, 1993, p. 37-54.

22 S. MCMEEKIN, « Le secours ouvrier international : histoire d’une légende », art. cit.

23 A. M. ZERVIGÓN, « Persuading with the Unseen ? Die Arbeiter-Illustrierte-Zeitung, Photography, and German Communism’s Iconophobia », Visual Resources, vol. 26, no 2, 2010, p. 147-164.

24 Lilly Becher (nom de jeune fille Lilly Korpus), Préface, in Heinz Willmann, Geschichte der Arbeiter-Illustrierten Zeitung 1921-1938, Berlin, Dietz Verlag, 1974, p. 9. Traduction de l’auteur.

25 J.-F. FAYET, VOKS : le laboratoire helvétique : histoire de la diplomatie culturelle soviétique durant l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 52.

26 Lettre d’Olga Kameneva à V. M. Molotov, 8 octobre 1924, in RGASPI, Fonds 495, Opis 99, no 95, p. 132-147. Cité par J.-F. FAYET, VOKS : le laboratoire helvétique : histoire de la diplomatie culturelle soviétique durant l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 52.

27 Comme en 1925 au congrès mondial du SOI à Paris, cf. les sténogrammes de l’assemblée du 14 au 17 avril 1925, in RGASPI, Fonds 538, opis 3, no 6, p. 9.

28 Edward HALLET CARR, The Twilight of the Comintern, 1930-1935, Londres, Macmillan Press, 1983.

29 S. MCMEEKIN, The Red Millionaire. A Political Biogrpahy of Willi Münzenberg, Moscow’s Secret Propaganda Tsar in the West, op. cit., p. 208.

30 Lettre du comité central du parti communiste allemand à la section Agit-prop du comité exécutif du Komintern du 23 mai 1927, in Bundesarchiv Berlin, RY 5 Kommunistische Internationale, no I 6/3 fol. 365.

31 Une lettre de Roman Weller (Veller) à Babette Groß y fait référence, cf. note 36.

32 Procès-verbaux de l’assemblée du KZP en 1924, in GARF, P3385, 3, 852, fol. 1-3.

33 Résolutions du OBI du KZP 1924, in GARF, P3385, 3, 852, p. 4.

34 À propos de Graudenz, cf. H. MOLDERINGS, Die Moderne der Fotografie, op. cit., p. 316-320.

35 Roman Weller (Veller) à Babette Groß le 29 juin 1924, in GARF, P3385, 3, 852, fol. 34. Traduction de l’auteur.

36 En 1926 par exemple, les images étaient vendues pour 3 à 5 roubles la pièce (Stück), cf. lettre de Nironov à Rapoport (Paris), le 16 juillet 1926, in GARF P5283, 1, 74, p. 307.

37 Lettre de Beloff à Rapoport, le 2 juin 1926, in GARF P5283, 1, 74, fol. 138.

38 U. SCHLUDE, « Fundstellen in Moskau », art. cit., p. 12.

39 Memorandum pour les agences partenaires, par Meerovitch, avant octobre 1926, in GARF, P5283, 1, 75, fol. 137.

40 Ernst GLAESER, Franz Carl WEISKOPF, Der Staat ohne Arbeitslose, Berlin, Universum Bücherei für alle, 1931.

41 Cf. Martin Guntau, « Stammberger, Friedrich », in Helmut Müller-Enbergs, Jan Wielgohs, Dieter Hoffmann (dir.), Wer war wer in der DDR ? Ein biographisches Lexikon, Bonn, Sonderausgabe. Bundeszentrale für politische Bildung, 2000, p. 814 et suivantes. Base de données de la Bundesstiftung Aufarbeitung der SED-Diktatur : http://www.bundesstiftung-aufarbeitung.de/wer-war-wer-in-der-ddr-%2363%3B-1424.html?ID=3363 (consulté le 19 janvier 2016).

42 Je remercie Wolfgang Hesse de m’avoir indiqué ce passage. Der Arbeiter-Fotograf, vol. 4, no 4, avril 1930, p. 90. Traduction de l’auteur.

43 Der Arbeiter-Fotograf, vol. 4, no 5, mai 1930, p. 100. Traduction de l’auteur.

44 Anonyme, « Gründung der Vereinigung der Arbeiterfotografen Deutschlands », Der Arbeiter-Fotograf, vol. 1, no 2, 1926/1927, p. 13. Traduction de l’auteur.

45 Anonyme, « Neue Aufgaben der Arbeiter-Photographen », Die Rote Fahne am Montag, no 31, 23 août 1926. Traduction de l’auteur.

46 Rapport de Münzenberg à la centrale du KPD, été 1926, in Bundesarchiv Berlin, RY 1 Kommunistische Partei Deutschlands, Nr. 2/707/132, fol. 61. Merci à Andrés Mario Zervigón pour cette indication.

47 [Fritz] GLOBIG, « Reichskonferenz der Arbeiterphotographen. Ein Bildarchiv und eine Lichtbildzentrale gegründet », Klassenkampf (Halle-sur-la-Saale), no 94, 22 avril 1927.

48 Rainer KNAPP, Ernst Thormann, Leipzig, VEB Fotokinoverlag, 1981, p. 16 ; Erich

RINKA, Fotografie im Klassenkampf. Ein Arbeiterfotograf erinnert sich, Leipzig, VEB Fotokinoverlag, 1981.

49 Eberhard KNÖDLER-BUNTE, « Fragen an Theo Pinkus über seine Arbeit bei der AIZ », Ästhetik und Kommunikation, vol. 3, no 3, 1973, p. 69-80, ici p. 76. Traduction de l’auteur.

50 U. SCHLUDE, « Fundstellen in Moskau », art. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Nos regards, vol. 2, no 11, 1929, p. 1, Service des Archives du PCF.
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 2. Anonyme, Le canal de la mer blanche, recto, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 3. Anonyme, Le canal de la mer blanche, verso, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4.
Anonyme, Unfallgefahren und Unfallschutz in
der Holzindustrie. Verhandlungen
der Konferenz der Maschinenarbeiter, Scheidemüller
und Säger am 12., 13. u. 14. Nov. 1911 in München, Bibliothèque d'État de Berlin, Fondation du patrimoine culturel prussien (Staatsbibliothek
zu Berlin, Stiftung Preußischer Kulturbesitz,
SBB SPK).
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 5. « Bilder vom Tage », Sichel und Hammer, vol. 3, no 2, 1923, p. 15. Deutsches Historisches Museum, Berlin/I. Desnica.
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 6. Anonyme,
Premier mai à Moscou, recto avec le tampon de l’AIZ, BnF, département des Estampes et
de la Photographie, fonds Ce Soir L’Humanité [1935-1939].
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7. Anonyme,
Premier mai à Moscou, verso avec le tampon de l’AIZ, BnF, département des Estampes et
de la Photographie, fonds Ce Soir L’Humanité [1935-1939].
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 8.
Anonyme,
Portrait d’Olga Kameneva, sœur
de Trotsky et femme de Kamenev, ambassadeur à Rome, BnF,
Agence Meurisse.
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 9.
Verso du portrait du président mexicain General Lazaro Cardenas avec le tampon d’Henri Daniel – Union-Foto, BnF, département des Estampes et de
la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 10. Anonyme, Intervention française dans
la Russie du Sud : une troupe française dans la rue Feldsmann
à Odessa, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 11. Anonyme, Intervention française dans
la Russie du Sud : une troupe française dans la rue Feldsmann
à Odessa, verso avec le tampon Russ-Foto
et Union-Bild, BnF, département des Estampes et de la Photographie, fonds Ce Soir – L’Humanité [1935-1939].
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 12. Première et quatrième de couverture du livre Der Staat ohne Arbeitslose de Ernst Glaeser et F. C. Weiskopf, Berlin, 1931, Sächsische Landes–, Staats– und Universitäts- bibliothek.
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 13.
Annonce pour Union-Foto dans Der Arbeiter-Fotograf,
vol. 4, no 5, mai 1930, p. 100. p. 100. Dresde, Sächsische Landes–, Staats– und Universitätsbibliothek Dresden.
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 14. Union-Foto-Modotti [Tina Modotti], Travailleur mexicain, AIZ, vol. 9, no 22, 1930, p. 429. Deutsches Historisches Museum, Berlin/I. Desnica.
URL http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/docannexe/image/3691/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Joschke, « Le marché transnational des images politiques »,  Études photographiques [En ligne], 35 | Printemps 2017, mis en ligne le 31 mai 2017, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/3691

Auteur

Christian Joschke

Christian Joschke est maître de conférences à l’université Paris Nanterre et chargé de cours à l’Université de Genève. Il a occupé les postes de maître de conférences à l’université Lumière Lyon 2 de 2007 à 2012 et de professeur suppléant à l’Université de Lausanne en 2009 et 2010 et à nouveau en 2016-2017. Il a été reçu comme fellow dans plusieurs instituts de recherche, notamment le Centre allemand d’histoire de l’art (Paris), Centre Marc Bloch (Berlin), l’INHA (Paris) et l’IFK (Vienne) et a publié récemment Les yeux de la nation. Photographie amateur dans l’Allemagne de Guillaume II, Dijon, Les Presses du Réel, 2013 et La Guerre 14 - 18, Photopoche, 2014.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search