Navigation – Plan du site

Présentation

Les Études platoniciennes sont entièrement consacrées à l'actualité de la recherche sur Platon et la tradition platonicienne. Elles rassemblent : un choix d'études pertinentes sur un thème ou une œuvre particulièrement significatifs pour la recherche contemporaine, la livraison annuelle du « Bulletin Platonicien », avec ses comptes rendus sur les livres récents consacrés à Platon et à la tradition platonicienne, et la « Bibliographie Platonicienne », qui recense toutes les publications dans ce domaine. Les Études platoniciennes favorisent le pluralisme des langues, des disciplines et des méthodes de lecture.

Dernier numéro en ligne
15 | 2019
Le Parménide de Platon

Dans la perspective du Symposium Platonicum qui se tiendra à Paris du 15 au 19 juillet 2019 qui porte sur le Parménide de Platon, la Société d’Études Platoniciennes co-organisait avec le Trinity Plato Centre à Dublin, deux journées d’études portant sur le Parménide de Platon (24 et 25 mars 2018 : « Plato’s Parmenides in relation to Plato’s other Dialogues », et les 29 et 30 mai 2018 : « La cosmologie dans le Parménide de Platon »). Ce numéro des Études Platoniciennes publie le texte de dix des communications qui y furent présentées.

Dans les deux parties de son Parménide, Platon nous décrit un Parménide qui se donne pour objet l’être comme totalité des choses qui nous entourent, c’est-à-dire le monde comme ensemble de tous les ensembles des choses, un monde qui peut être aussi bien pensé que perçu. En cela, il n’est pas infidèle à une lecture possible du Poème du Parménide historique : les fragments I à VIII (1 à 50, décrivant l’être saisi par la pensée, se trouvent du côté de la vérité, alors que les fragments suivants (VIII 51-61) à XIX), qui décrivent l’être saisi par les sens, se situent du côté de l’illusion, et donc de l’erreur. Platon, lui, reprend pour son propre compte cette opposition entre l’être saisi par la pensée et l’être saisi par les sens, qui est un mélange d’être et de non-être, c’est-à-dire le devenir, mais il reconfigure cette opposition en la situant à deux niveaux de réalité séparés, ce faisant reconnaissant une certaine réalité aux êtres que la seconde partie du Poème rejetait dans l’illusion. Chez Platon, l’être devient la réalité véritable qui se situe en un lieu accessible au seul intellect, et le devenir qui caractérise notre monde devient l’objet des sens qui ne perçoivent une réalité qui ne consiste qu’en images de la réalité véritable, et se trouve du côté de l’opinion qui dérive de la sensation. On comprend dès lors que, dans ce contexte, le problème devienne celui de la participation du sensible à l’intelligible. En en confiant l’exploration au personnage de Parménide, Platon invite le maître d’Elée à reprendre à nouveau frais la question de leur articulation.

Notes de la rédaction

Conformément à ses statuts, la rédaction des Études Platoniciennes a confié au secrétariat éditorial le soin de regrouper ici les articles pour ce volume consacré au Parménide de PlatonNous adressons nos remerciements à Olivier Renaut qui a mené à bien ce travail éditorial. 

Actualités

Appels en cours

Séminaires, colloques et journées d'étude en philosophie ancienne

Calenda > Philosophie

Calenda > Histoire grecque

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals