Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien

Ilsetraut Hadot, Athenian and Alexandrian Neoplatonism and the Harmonization of Aristotle and Plato

Alexandra Michalewski
Référence(s) :

Ilsetraut Hadot, Athenian and Alexandrian Neoplatonism and the Harmonization of Aristotle and Plato, translated by Michael Chase, Leiden, Boston, Brill, 2015, 188 p.

Texte intégral

1Avec cette monographie, Ilsetraut Hadot (IH) apporte une nouvelle contribution à l’appui de la thèse exposée dans son ouvrage de 1978, Le problème du néoplatonisme alexandrin, prenant le contre–pied des théories de Karl Praechter qui isolaient au sein du néoplatonisme trois courants distincts : l’un « rationaliste », celui de Plotin et Porphyre, l’autre « théurgique », celui de Jamblique et Proclus, le dernier influencé par le christianisme et l’aristotélisme, qui se développe dans l’école d’Alexandrie. Le livre d’IH a au contraire pour ambition de montrer l’unité profonde du néoplatonisme, porté par la permanence d’une « tendance » consistant à intégrer Aristote au platonisme. Cette caractéristique exégétique, dont on peut déceler les premières traces dans le médioplatonisme, se poursuit et s’amplifie, de Porphyre jusqu’à la fin du néoplatonisme païen, « sans exception connue, mais avec quelques nuances » (p. IX). Aussi, le volume se donne–t–il explicitement comme la suite de l’ouvrage de G. Karamanolis (GK, Plato and Aristotle in Agreement ? Platonists on Aristotle from Antiochus to Porphyry, Oxford, Clarendon Press, 2006) qui étudiait la manière dont les platoniciens de l’époque impériale s’étaient, à des degrés divers, appropriés une certaine lecture d’Aristote, jusqu’à voir en lui une figure d’autorité. L’ouvrage comprend une courte préface, deux parties, un petit épilogue et une bibliographie. La seconde partie (p. 54–172) expose, en suivant l’ordre chronologique, les visages successifs du concordisme néoplatonicien, de Porphyre à Simplicius inclus. Les analyses consacrées à ces multiples représentants viennent à l’appui de plusieurs thèses sur le néoplatonisme exposées dans la première partie (p. 1–53), nommée « introduction » – la principale étant la défense d’une continuité réelle entre les diadoques athéniens et les professeurs d’Alexandrie qui furent leurs disciples.

2Selon IH, l’harmonie (symphônia) est une perspective doctrinale consistant à admettre – au sein d’un projet de systématisation qui fait toujours de Platon l’instance primordiale d’autorité – la compatibilité générale de Platon et d’Aristote. La définition de ce concept est un point tout aussi délicat que crucial qui a suscité de nombreuses discussions selon le degré de « non désaccord » doctrinal que l’on accepte pour commencer à parler de symphônia. La définition d’IH se dégage en creux, notamment à travers la critique vive de définitions de la symphônia plus restrictives que la sienne, impliquant un degré avancé de compatibilité entre platonisme et aristotélisme. En donnant un sens large à ce concept, elle étend le champ de la concorde entre Platon et Aristote, champ au sein duquel les points de divergence sont minorés. Partant du fait que tous les néoplatoniciens, à des degrés divers, reconnaissent l’existence de différences entre Platon et Aristote, elle refuse avec force une définition de l’harmonisation comme supposant l’« identité » doctrinale du platonisme et de l’aristotélisme qu’elle impute à certains collègues, par exemple à Ch. Helmig (p. 42). Or, ce dernier, dans l’article visé par IH, ne le fait pas explicitement ; il émet en revanche des réticences à parler de concordisme à propos du projet exégétique de Syrianus qui, dans le commentaire à la Métaphysique, relève et combat les critiques d’Aristote contre les Formes platoniciennes séparées.

  • 1 Comme cela est rapporté par Asclépius dans son commentaire apo phônès à la Métaphysique, par exempl (...)
  • 2 Dans le commentaire de sa traduction du Commentaire aux Catégories de Simplicius en 1990, IH notait (...)

3Parmi les éléments de continuité entre Athènes et Alexandrie soulignés par l’auteur, on peut mentionner la place dévolue au commentaire d’Aristote, IH soutenant que le néoplatonisme alexandrin ne favorise pas davantage l’aristotélisme que ne le fait le néoplatonisme athénien. IH mentionne ainsi que s’il est exact qu’Ammonius, fils d’Hermias, renforce la place donnée aux commentaires aristotéliciens (sans doute parce que ce type de cours était davantage demandé par les étudiants, notamment chrétiens), il serait erroné de croire qu’Ammonius abandonne la conviction en la supériorité de Platon. IH rappelle à cette occasion le témoignage de Damascius indiquant que son maître Ammonius, connu pour son excellence en mathématiques, lui expliqua les écrits de Platon et l’instruisit en astronomie (p. 15). Contre la lecture de K. Verrycken qui voit dans la simplification des hiérarchies néoplatoniciennes opérée dans le Commentaire à la Métaphysique (in Met.) d’Ammonius, un abandon partiel des thèses de son maître Proclus, IH objecte qu’il faut prendre en compte l’importance du skopos (but) du commentaire : la simplification ammonienne est tributaire d’un certain contexte exégétique. Aussi, à ses yeux, le commentaire de la Métaphysique n’a-t-il pas pour ambition de livrer déjà aux étudiants toutes les subtilités d’un système théologique qui culmine avec le Parménide, mais plutôt d’accorder les grandes lignes théologiques d’Aristote avec la noétique platonicienne. Tout au long de l’ouvrage, IH insiste sur l’importance de la prise en compte de la place et du but des commentaires, aristotéliciens comme platoniciens. Corrélativement à ces analyses, IH expose l’importance de l’utilisation des Oracles Chaldaïques dans le néoplatonisme alexandrin. Elle en conclut que le milieu d’Alexandrie ressemble beaucoup à celui d’Athènes, notamment en raison des relations permanentes unissant les maîtres aux étudiants qui continuent de développer les pratiques exégétiques et religieuses de leurs prédécesseurs. Plutôt que de dresser une opposition entre Athènes et Alexandrie, IH indique qu’au sein de l’ensemble du projet concordiste, deux lignes se dessinent (p. 153) : l’une représentée par les disciples de Plutarque et de Jamblique, qui accentue fortement les points d’accord entre Platon et Aristote, l’autre par le binôme Syrianus–Proclus professant un concordisme limité. Entre ces deux tendances, elle distingue la figure d’Ammonius qu’elle situe dans une sorte d’entre–deux. Il semble toutefois que, si Ammonius tient une position médiane entre ces deux lignes, il se rapproche peut-être davantage de l’héritage de Jamblique que de celui de Proclus. Ainsi, sur la question de l’interprétation par Aristote des Formes platoniciennes, Ammonius s’écarte de Proclus et Syrianus en soutenant qu’Aristote s’est opposé non à Platon mais à une mauvaise interprétation de sa doctrine, puisqu’Aristote lui aussi admettrait l’existence des Formes au sein de l’intellect divin1. Dans le cadre du présent ouvrage IH n’aborde pas directement ce point de divergence entre Ammonius et son ancien maître – ce que l’on peut regretter, car cela aurait permis à l’auteur de se situer plus nettement par rapport à ses analyses antérieures sur cette même question2.

  • 3 Comme l’indiquait déjà C. D’Ancona Costa à propos des travaux antérieurs de Mme Hadot dans son arti (...)

4Destinée à continuer d’inverser la perspective induite par la lecture de Karl Praechter, la démarche d’IH – qui a ouvert la voie à d’importantes recherches menées ces dernières décennies –, développe une définition très large de l’harmonisation. Or en privilégiant les éléments de continuité et d’unité du néoplatonisme, l’auteur finit regrouper sous l’unité d’une même appellation des attitudes exégétiques assez variées3. Il n’en reste pas moins que ce livre, qui donne à voir l’unité des écoles néoplatoniciennes, mais aussi l’unité et la continuité du parcours de recherche de son auteur – l’une des grandes spécialistes de l’Antiquité tardive – a plusieurs grands mérites, comme celui de rappeler constamment au lecteur la nécessité de prendre en compte la place des commentaires dans le cursus néoplatoniciens et de tracer avec force l’unité de la tradition exégétique platonicienne.

Haut de page

Notes

1 Comme cela est rapporté par Asclépius dans son commentaire apo phônès à la Métaphysique, par exemple, en in Met., 69, 18–20 ; 167, 30–31.

2 Dans le commentaire de sa traduction du Commentaire aux Catégories de Simplicius en 1990, IH notait, p. 129, qu’« Asclépius défend clairement la doctrine des Idées contre Aristote, en reprenant en partie les arguments de Syrianus qui a probablement été le premier à s’opposer sur ce point à Jamblique ».

3 Comme l’indiquait déjà C. D’Ancona Costa à propos des travaux antérieurs de Mme Hadot dans son article « Il neoplatonismo alessandrino : alcune linee della ricerca contemporanea », Adamantius 11, 2005, p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Michalewski, « Ilsetraut Hadot, Athenian and Alexandrian Neoplatonism and the Harmonization of Aristotle and Plato », Études platoniciennes [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/1240

Haut de page

Auteur

Alexandra Michalewski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals