Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien

Yvonneau J. (éd.), La Muse au long couteau. Critias, de la création littéraire au terrorisme d'État

Jean-François Pradeau
Référence(s) :

Jean Yvonneau (éd.), La Muse au long couteau. Critias, de la création littéraire au terrorisme d'État, Bordeaux, éditions Ausonius, coll. « Scripta antiqua », 107, 2018, 216 pp.

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble les actes d’un colloque qui s’était tenu en 2009 à l’Université de Bordeaux. Il comprend huit études consacrées à la personne de Critias. Aristocrate athénien, « tyran » parmi les Trente, criminel et poète, sophiste, peu probablement, et auteur d’une œuvre variée où semblent avoir figuré aussi bien des Constitutions (politeiai) que des tragédies, des recueils d’aphorismes ou des traités sur les passions humaines. Ce que la tradition nous a laissé de lui, une petite centaine de fragments, ne permet guère de nous faire une idée ferme de ce que s’était proposé de faire l’auteur Critias, celui dont Platon avait fait l’un de ses personnages récurrents les plus éminents, sur le terrain des affaires humaines. Le volume s’intéresse donc à différents aspects de son œuvre. De son œuvre poétique, avec les études de G. Burzacchini, sur l’œuvre élégiaque de Critias, puis d’A. Boschi, sur son œuvre dramatique, tous deux s’efforçant de tirer les quelques informations que veulent bien donner des fragments trop rares ou une tradition indirecte assez maigre. Les lecteurs, avec cette œuvre parfaitement évanouie et quelques témoignages (pour l’essentiel Xénophon, puis Lysias et Platon) en sont souvent réduits à des hypothèses. Le contexte politique est peut-être plus facile d’accès, pour cerner le Tyran sur lequel nous sommes mieux renseignés que sur le poète. C’est ce que suggère l’étude conjointe de P. Brulé et J. Wilgaux, sur le contexte idéologique et politique au sein duquel Critias mena sa vie politique.  A. Powell, pour sa part, s’intéresse aux ambiguïtés du rapport de Critias à Sparte. Lisant ces études, on regrettera peut-être qu’elles n’ajoutent guère à quelques-unes des synthèses antérieures (notamment à l’étude qu’Edmond Lévy avait consacré en 2001 à « Critias, ou l’intellectuel au pouvoir », Cahiers philosophiques de Strasbourg, 12, 2001, p. 231-251, qui ne semble connu ici que d’E. Caire).

2La bibliographie et les sources du volume ne sont pas toujours homogènes. La dernière traduction en langue française de Critias n’est pas connue de tous les contributeurs (en 2009, Luc Brisson avait introduit, traduit et annoté les fragments de Critias : Les sophistes, présentations et traductions sous la dir. de J.-F. Pradeau, Paris, Flammarion, 2009, vol. I, p. 391-442). En langue anglaise, John Dillon et Tania Gergel avaient donné également une anthologie en 2003 (The Greek Sophists, Penguin classics). Certaines des contributions du présent volume sont avisées de l’existence de ces traductions commentées, qu’elles discutent et disputent, d’autres non. C’est une lacune bibliographique que souligne l’absence de bibliographie d’ensemble harmonisée : chaque contribution est suivie de sa bibliographie, avec des manières de citer parfois discordantes. La cohérence des études réunies n’est pas non plus assurée en termes de précision. La longue, si longue introduction de l’éditeur du volume, J. Yvonneau, passe en revue la plupart des jugements contemporains (XIXe et XXe siècles) relatifs à Critias, les opinions paradoxales qu’il a pu susciter, tant le personnage et son œuvre sont difficiles à situer et tant les jugements anciens sur son compte sont distincts les uns des autres. L’étude finale sur la place de S. Gotteland dans la seconde sophistique le montre également.

3Rassemblées sous des rubriques thématiques (le poète, la pensée, l’homme politique, la postérité), les huit études n’ont pas du tout le même niveau de précision, pas plus qu’elles ne s’interdisent de traiter différemment de mêmes fragments. Dans les deux études centrales du volume, F.-G. Herrmann propose une étude sur « Plato and Critias » qui multiplie de longues citations des textes anciens pour proposer essentiellement quelques remarques sur la formule platonicienne to ta heautou prattein, utilisée pour définir la sophrosunè dans le Charmide, en expliquant que Platon l’avait emprunté à son parent Critias, pour la transformer. Le débat est ancien, la contribution de Hermann n’en change pas considérablement les leçons. Il en va tout autrement, toujours sur ce même rapport de Platon et de Critias, de la réflexion d’Emmanuelle Caire sur l’excellence selon Critias : « Du superlatif au comparatif : l’excellence selon Critias » (p. 117-136). C’est avec cette spécialiste de Critias que le lien est précisément établi entre ce que nous avons conservé de ses écrits et ce que nous pouvons reconstituer de son action politique.

4Un index des notions et un index locorum des sources achèvent ce recueil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Pradeau, « Yvonneau J. (éd.), La Muse au long couteau. Critias, de la création littéraire au terrorisme d'État », Études platoniciennes [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/1380

Haut de page

Auteur

Jean-François Pradeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals