Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien

Morel P.-M., Plotin. L’Odyssée de l’âme

Camille Guigon
Référence(s) :

Pierre-Marie Morel, Plotin. L’Odyssée de l’âme, Paris, Armand Colin, 2016, 1 vol. 15x19, 224 pp., ISBN 978-2-200-29117-4

Texte intégral

1Plotin. L’Odyssée de l’âme couvre, comme le titre l’indique, tout le parcours de l’âme de sa venue dans le sensible (première partie, « L’âme et l’attrait du sensible », pp. 33-90) à son retour dans l’intelligible (troisième partie, « L’âme et l’Intelligible : une ontologie du retour », pp. 153-212), en passant par l’examen des facultés qui rendent possible l’incorporation (deuxième partie, « L’âme et ses facultés », pp.91-151). On trouve d’abord une introduction qui vise à expliciter le titre L’Odyssée de l’âme (pp. 9-13), à montrer ce que peut être la philosophie pour Plotin (pp. 15-23) et qui donne des éléments biographiques ainsi que des indications sur l’organisation des Ennéades par Porphyre (pp. 25-32). La première partie débute par un commentaire du traité 1 (qui expose, à partir d’une réflexion sur le beau, l’origine intelligible de l’âme) afin de montrer l’appel abondant au retour dans les Ennéades (pp. 35-51), appel qui se heurte à l’attirance de l’âme pour le sensible (pp. 53-64). P.-M. Morel prend soin d’expliquer que la descente de l’âme n’est pas qu’une histoire d’éthique, mais qu’elle obéit aussi à la nécessité (p. 84-85) et que le principe fondamental du mal reste la matière (pp.75-90). À partir de là, on peut s’intéresser au mécanisme de l’incorporation de l’âme, non seulement du point de vue des facultés (pp. 131-150), mais aussi de la manière dont l’âme se perçoit elle-même et comprend son identité individuelle (pp. 115-130). Ce chapitre sur « L’âme et le soi » aborde notamment un sujet d’actualité du point de vue de la recherche sur Plotin et met en avant des éléments importants pour tenter de comprendre cet aspect très complexe de la psychologie, comme par exemple le fait que la nature de l’âme humaine dépende de ses actions passées et de ses souvenirs, ce qui donne à chacune son caractère particulier (p. 118 ; p. 120). La dernière partie met plus en avant le dynamisme cosmologique et ontologique qui forme le cœur de la pensée plotinienne. On y retrouve le couple fondamental de la contemplation et de la production (pp. 160-169), ainsi que le rôle du concept d’image et de participation (pp. 173-187). Enfin, les deux derniers chapitres traitent respectivement de l’Intellect (pp. 189-204) et de l’Un (pp. 205-212).

2Cet ouvrage joue donc bien son rôle d’introduction en livrant non seulement les éléments fondamentaux et nécessaires à la compréhension de la nature et du rôle de l’âme plotinienne, mais aussi en ouvrant un champ de réflexion pour ceux qui souhaitent aller plus loin. En effet, la psychologie plotinienne est un sujet difficile et complexe, avec de nombreux points qui font encore débat. Si l’on prend par exemple le sens que donne l’auteur à la distinction entre l’âme inférieure (p. 117) et l’âme supérieure (p. 121), il présente l’intellect non-descendu comme étant la partie supérieure de l’âme et les facultés incorporées comme la partie inférieure. Mais on trouve également d’autres passages des Ennéades où l’âme supérieure correspond à l’âme dite descendue et l’âme inférieure à l’âme végétative (cf. 2 (IV, 7), 14, 3-6 ; 10 (V, 1), 3, 17-20 ; 15 (III, 4), 2, 14-16 ; 27 (IV, 3), 32, 6-11 ; 33 (II, 9), 2, 6-9). On peut donc légitimement se demander à partir de là si Plotin avait une conception claire des différentes fonctions et parties de l’âme, ce qui est encore une vraie question pour les spécialistes. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais cela montre que la recherche sur Plotin est toujours vivace et le restera probablement encore longtemps.

3Cependant, comme dans le cas de toute introduction, certains points ne peuvent pas être abordés par manque de place. Il ne faut pas hésiter alors à se référer à la bibliographie (pp. 219-224), qui couvre l’essentiel d’une littérature secondaire abondante, que l’on veuille par exemple approfondir cette question compliquée du rapport entre l’âme et son soi, ou encore avoir une idée du rôle que jouent les organes dans la sensation et l’incorporation. Plotin. L’Odyssée de l’âme apporte donc tous les outils dont on peut avoir besoin quand on découvre ce domaine vaste, compliqué, mais aussi passionnant, qu’est la psychologie plotinienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Guigon, « Morel P.-M., Plotin. L’Odyssée de l’âme », Études platoniciennes [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/1405

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals