Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien

Boys-Stones G., Platonist Philosophy 80 BC to AD 250. An Introduction and Collection of Sources in Translation

Angelo Giavatto
Référence(s) :

Boys-Stones G., Platonist Philosophy 80 BC to AD 250. An Introduction and Collection of Sources in Translation, Cambridge, Cambridge University Press, « Cambridge Source Books in Post-Hellenistic Philosophy », 2018, xiv et 648 p.

Texte intégral

1Les deux dernières décennies ont connu des efforts importants dans la diffusion des textes du mouvement que l’on a coutume d’appeler « moyen-platonisme ». On regroupe ainsi des philosophes, ayant vécu entre le premier siècle avant J.-C. et la moitié du troisième siècle de notre ère, qui revendiquent une fidélité à la philosophie platonicienne ainsi qu’un engagement exégétique vis-à-vis du corpus de Platon. Par rapport aux recueils qui ont été publiés, partiels (A. Gioè, Filosofi medioplatonici del II secolo D.C. Testimonianze e frammenti. Gaio, Albino, Lucio, Nicostrato, Tauro, Severo, Arpocrazione, Naples, Bibliopolis, 2002 et R. C. Fowler, Imperial Platon : Albinus, Maximus, Apuleius. Text and Translation, with an Introduction and Commentary, Las Vegas, Zurich et Athènes, Parmenides Publishing, 2016) ou exhaustifs (E. Vimercati, Medioplatonici. Opere, frammenti, testimonianze, Milan, Bompiani, 2015 et M.-L. Lakman, Platonici minores 1. Jh.v.Chr. – 2. Jh.n.Chr. Prosopographie, Fragmente und Testimonien mit deutscher Übersetzung, Leiden et Boston, Brill, 2017), cet important volume proposé par G. Boys-Stones (ci-après GBS) fournit à la communauté scientifique une anthologie critique de textes des auteurs et des sources du courant en question. En d’autres termes, si les publications listées ci-dessus sont organisées, mutatis mutandis, comme les volumes des stoïciens et des épicuriens de la Pléiade (respectivement E. Bréhier, 1960 et D. Delattre et J. Pigeaud, 2010), le recueil de GBS s’inspire plutôt de celui de Long and Sedley portant sur l’ensemble de la philosophie hellénistique (The Hellenistic Philosophers, Cambridge, Cambridge University Press 1987, traduit en français par J. Brunschwig et P. Pellegrin chez Flammarion en 2001) : GBS fait le choix de présenter les textes qui nous renseignent sur la philosophie des médio-platoniciens sous forme d’extraits organisés selon un critère thématique (deux extraits qui se suivent immédiatement dans le texte ancien peuvent donc se trouver dans deux chapitres différents du recueil, par exemple le texte 17A suit dans l’original du Didaskalikos d’Alcinoos le texte 12H du recueil), accompagnés par un commentaire et par des notes qui fournissent au lecteur des indications bibliographiques et des renseignements sur les débats scientifiques autour du thème en question.

2L’auteur du volume est un spécialiste du domaine concerné. Outre les nombreuses contributions ponctuelles (vingt d’entre elles sont listées dans la liste des références du volume, p. 543-544), il est l’auteur de Post-Hellenistic Philosophy. A Study of its Development from the Stoics to Origen, Oxford, Oxford University Press, 2001, un ouvrage dont plusieurs résultats sont repris dans le volume.

3L’ouvrage se compose d’une Introduction (p. 1-23), suivie par vingt sections ordonnées selon un critère thématique : après deux sections introductives sur le rôle historico-philosophique de Platon dans la définition du courant philosophique qui fait l’objet du volume et sur la façon dont les médio-platoniciens abordent la nature complexe et parfois ambiguë du corpus platonicien, le reste des sections est organisé autour d’une tripartition en cosmologie (sections 3-12), dialectique (sections 13-16) et éthique (sections 17-19) ; la dernière section (section 20) est consacrée au système des oracles chaldaïques. Comme on peut le remarquer, la partie cosmologique est prédominante, en accord avec la prépondérance des thèmes physiques (et métaphysiques) chez les philosophes étudiés dans le volume. Voici une liste des sections thématiques : « 3. Principes causaux pour une cosmologie non-matérialiste », « 4. Le débat sur la matière et le problème du mal », « 5. Les Formes comme paradigmes », « 6. Le dieu créateur », « 7. La théorie de la création », « 8. L’âme du monde et la nature », « 9. Les âmes individuelles et leurs facultés », « 10. Les êtres vivants : dieux, démons, humains, animaux, plantes », « 11. La providence », « 12. Le destin », « 13. Épistémologie », « 14. Logique », « 15. Les Catégories d’Aristote : ontologie et linguistique », « 16. La hiérarchie des sciences », « 17. La fin de la vertu et la vie idéale », « 18. La vertu éthique et la gestion des passions », « 19. Politique ». Le volume se termine par un glossaire grec-anglais et anglais-grec de termes généraux, de termes concernant les genres de dialogues – en référence au chapitre 2 – et de termes latins (p. 532-535), une liste des références bibliographiques (p. 536-592 ; il ne s’agit donc pas d’une bibliographie exhaustive sur le moyen-platonisme), un catalogue des platoniciens (p. 593-617), un index des sources, avec la référence des éditions critiques et la correspondance avec les extraits présentés dans le volume (p. 618-614), un index rerum concernant les « Notes and Further Reading » (p. 646-648). Par rapport au catalogue des platoniciens, GBS indique (p. 593) les critères très précis d’intégration des personnalités de l’époque dans cette liste, qui se veut la plus exhaustive possible – différentes manières d’écrire le nom permettent de distinguer le degré d’engagement dans le platonisme du philosophe en question : les philosophes qui revendiquent et affirment leur nature de platoniciens (comme Plutarque), ceux que l’on peut associer à ce premier groupe sans qu’il y ait de témoignage explicite sur leur auto-définition en tant que platoniciens (comme Autobule, le père de Plutarque), ceux qui ne se définissaient pas comme platoniciens mais qui était considérés comme tels par les platoniciens assumés (comme Numénius), ceux qui sont considérés comme platoniciens mais dont les critères d’intégration dans ce courant posent problème (comme Galien) et enfin des non-platoniciens de l’époque qui nous fournissent des informations sur le moyen-platonisme ou sur Platon (comme Diogène Laërce). On regrette l’absence d’un index rerum concernant la totalité du volume (et donc les textes anciens compris dans le recueil), mais la partition très spécifique en dix-sept chapitres thématiques permettra au lecteur de bien cibler les parties du volume et les textes anciens qui l’intéressent.

4À propos de l’appellation « moyen-platonisme », on notera que GBS l’admet (elle apparaît dès le titre de l’Introduction du volume, « Studying Middle Platonism »), mais choisit comme titre de son ouvrage la formule « Platonist Philosophy 80 BC to AD 250 » (il fournit des précisions sur les questions de dénomination et de définition de son objet aux p. 14-19) : un tel choix manifeste la nature inclusive du recueil en question et son ouverture eu égard aux critères utilisés pour déterminer l’unité du courant médio-platonicien.

5GBS défend une conception optimiste (« ‘up-beat’ approach », p. 2) qui considère la période post-hellénistique non pas comme une phase de souffrance de la créativité philosophique – souffrance due à la marginalisation d’Athènes et de ses écoles philosophiques à la fin de l’époque hellénistique – mais comme une phase de « deregulation » (p. 1) et donc d’opportunités, d’ouverture, d’engagement philosophique malgré l’absence d’Athènes comme centre philosophique et de ses écoles comme institutions structurantes et lieux d’autorité. GBS argumente justement (p. 2) qu’un mouvement philosophique peut bénéficier d’une structure d’école et d’une organisation hiérarchique pour faire preuve d’innovation, mais que ces conditions ne sont pas forcément nécessaires ; il est possible en ce sens-ci de comprendre une école philosophique en utilisant d’autres critères, notamment en mettant en lumière les « ressemblances de famille » entre penseurs de foi platonicienne.

6Tout en étant conscient du caractère novateur du platonisme de l’époque qui l’intéresse, GBS ne le considère pas comme un mouvement entièrement nouveau mais reconnaît la continuité avec les phases finales du platonisme précédent, notamment celui de l’Ancienne Académie. Il préfère ce genre de lecture historico-philosophique à celle qui intègre le moyen-platonisme dans une tradition pérenne, plus large, remontant à Platon, considérant qu’une telle approche risque précisément de faire perdre de vue les innovations apportées par les médio-platoniciens (notamment par rapport au platonisme de l’époque hellénistique).

7Chaque chapitre respecte une structure très précise. Il commence par un texte de présentation de la part de l’auteur, que ce dernier appelle « commentary » à la section. Ce commentaire se caractérise à chaque fois par une présentation claire et précise des problèmes et des enjeux, ainsi que des réponses apportées par les médio-platoniciens. La structure même du commentaire peut avoir une forme dialectique ; cf. § 5.1, dans le chapitre « Paradigm Forms », où le « challenge » lié à la théorie des Formes transcendantes est présenté (et ces dernières sont confrontées avec les formes immanentes aristotéliciennes) avant que la réponse médio-platonicienne ne soit donnée, réponse qui consiste à dire que des principes « pré-cosmiques » sont requis pour fournir une explication de l’existence et de la nature de l’univers. Le commentaire fournit à chaque fois ce que l’on peut considérer comme la position unitaire des platoniciens de cette époque, mais fait aussi état de la diversité des points de vue au sein du courant : cf. le chapitre 6, où l’interprétation de la relation du dieu aux Formes est structurée en quatre hypothèses principales dont l’une est à son tour articulée par cinq sous-hypothèses différentes (cf. aussi, dans le même chapitre, la note 7, p. 163-168, ou chapitre 8 n. 8, p. 229-231 ou encore tout le chapitre 13 sur les différentes théories au sujet de la connaissance, en particulier p. 370-375). Le commentaire est suivi par des « Notes and Further Reading » qui font état de la littérature secondaire et des débats en cours sur les textes et les thèmes du chapitre. Chaque chapitre se termine par les sources anciennes, qui ont déjà été évoquées dans le corps du commentaire pour appuyer les analyses de l’auteur. En ce sens-ci, chaque chapitre peut être considéré soit comme une discussion critique sur un aspect de la philosophie médio-platonicienne, enrichie par l’ensemble des textes qui concernent le thème en question, soit – pour le lecteur qui souhaite élaborer sa propre thèse sur le corpus en question – comme un dossier de textes médio-platoniciens sur un thème spécifique introduit par les propos de l’auteur.

8Les traductions sont toujours très précises et claires, de manière compatible avec le style de l’original. Les notes aux textes sont réduites au minimum nécessaire (par exemple lorsqu’il s’agit de proposer une traduction alternative du texte, comme dans le cas de 2K, ou de préciser les différents sens possibles d’une expression, comme κατ’ ἐπίνοιαν en 5E). Les problèmes textuels ne sont pas discutés, sauf quand l’auteur accepte une version du texte qui diffère de l’édition critique du texte source (et non pas, dans le cas d’un fragment, du recueil de fragments, comme GBS le précise p. 11). Des approfondissements auraient néanmoins été possibles et dans certains cas souhaitables. Par exemple, en 6B, Plutarque, E ap. Delph., 393A-D, GBS traduit la fin de 393A de la manière suivante : « He is one, and fills eternity in a single moment ; he alone really exists and does not change (καὶ μόνον ἐστὶ τὸ κατὰ ταὐτὸν ὄντως ὄν) » (italique original). Il précise en note « reading κατὰ ταὐτόν (cf. Phlb. 58a) ; κατὰ τοῦτ’, Sieverking [sic, en réalité Sieveking] (‘only what accords with it is truly being’) ». Le fichier en ligne contenant les textes originaux (dont il sera question dans l’avant-dernier paragraphe de ce compte-rendu) confirme le texte κατὰ ταὐτόν et précise en note : « mss. (cf. Phlb. 58a) ; κατὰ τοῦτ’ Sieverking [sic] ». En réalité, τοῦτ’ est présent dans la traduction manuscrite (XF2) et est retenu par Sieveking, Ziegler et Baltes et al. (dans le volume VII 1 de Der Platonismus in der Antike) en accord avec l’interprétation de Ziegler « das, was in diesem Sinne ist [et non pas « only what accords with it », phrase dans laquelle on ne comprend pas à quoi « it » se réfère (à « eternity » ?)], ist wahrhaft seiend ». Mais la tradition manuscrite transmet surtout τοῦτον (DX3), retenu dans la dernière édition critique du E ap. Delph. (Plutarch, De E apud Delphos. Über das Epsilon am Apolltempel in Delphi, introduction, édition et commentaire par H. Obsieger, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2013). Obsieger (p. 347) interprète κατὰ τοῦτον comme une reprise de κατὰ τὸν αἰῶνα de 393A et la phrase aurait donc le sens suivant : « und nur das, was im αἰών als dem einen, unvergänglichen Jetzt ist, […] ist im eigentlichen Sinn etc. » (p. 347, d’autres réfèrent le τοῦτον à ὁ θεός, par exemple Flacelière ou Moreschini). L’apparat critique de l’édition de Obsieger, la plus récente, ne fait pas mention de κατὰ ταὐτόν ; d’ailleurs, le passage du Philèbe auquel GBS fait référence, effectivement proche du texte plutarquien du point de vue du vocabulaire, présente une syntaxe différente : chez Platon, τὸ ὄντως et τὸ κατὰ ταὐτὸν ἀεὶ πεφυκός sont coordonnés, chez Plutarque, ὄντως ὄν est prédiqué de τὸ κατὰ ταὐτόν (il est donc difficile de justifier la présence de la coordination – « and » – dans la traduction de GBS).

9Vu l’importance et l’utilité de ce livre, il aurait été souhaitable qu’un volume jumeau apparaisse, présentant l’ensemble des textes traduits par l’auteur en langue originale avec de plus amples notes textuelles, selon le modèle du deuxième tome du recueil de Long et Sedley cité supra (l’auteur lui-même indique que « the reader is strongly encouraged to go back to the original contexts and languages where possible », p. 11). Le lecteur pourra néanmoins profiter d’un fichier informatique contenant les textes en langue originale qui est disponible sur le site de l’éditeur ou sur la page de l’auteur.

10Ce recueil de GBS se distingue par une grande rigueur méthodologique et par un remarquable engagement herméneutique. Il est également très soigné d’un point de vue formel (très peu de coquilles ou d’erreurs matérielles sont à signaler : par exemple « of » répété deux fois dans le texte 1B ; « Plato » pour « Platonem » p. 62 ; « causal » pour « causale » p. 561). Outre sa solidité méthodologique, le volume fait preuve de courage exégétique : GBS assume (cf. p. 6 et 10) le fait de rompre avec une tradition qui se limite à étudier les sources du moyen-platonisme et se propose d’étudier ce courant de manière interne, en se concentrant sur ses motivations philosophiques et sur les stratégies argumentatives mises en place par les auteurs que l’on appelle médio-platoniciens pour défendre les différents points d’intérêt philosophique, jusqu’à affirmer que « I do not treat Plato [sc. en tant que source] any differently from Aristotle, or anyone else to whom Platonists might wish to point us » (p. 12 ; cf. aussi l’ensemble du § 0.4.3). Cette approche radicale est susceptible de créer des perplexités chez le lecteur sensible aux études qui ont mis en lumière la fécondité philosophique de la pratique exégétique des écoles de la fin de l’Antiquité, mais possède le mérite d’inviter ses lecteurs à engager une étude éminemment philosophique du mouvement en question. En raison de tout cela, et en raison aussi de sa nouveauté dans le panorama des publications sur le moyen-platonisme, ce volume se révèlera extrêmement précieux pour la communauté scientifique et contribuera sans doute à un renouveau des études dans le domaine du moyen-platonisme, notamment au niveau doctoral (il fournit en effet de véritables corpora pour des travaux de mémoire ou de thèse).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelo Giavatto, « Boys-Stones G., Platonist Philosophy 80 BC to AD 250. An Introduction and Collection of Sources in Translation »Études platoniciennes [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2020, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/1837

Haut de page

Auteur

Angelo Giavatto

Université de Nantes
Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals