Navigation – Plan du site

AccueilPré-publicationCompte rendus en pré-publicationArzhanov Y., Porphyry, On Princip...

Arzhanov Y., Porphyry, On Principles and Matter

Alexandra Michalewski
Référence(s) :

ARZHANOV Yury, Porphyry, On Principles and Matter. A Syriac Version of a Lost Greek Text with an English Translation, Introduction, and Glossaries, Berlin, De Gruyter, coll. Scientia Graeco-Arabica 34, 2021, 185p., https://doi.org/10.1515/9783110747027

Texte intégral

  • 1 Y. Arzhanov, Syriac Sayings of Greek Philosophers, Leuven, Peeters, 2019, p. 35-36.

1Cet ouvrage, qui offre l’editio princeps et la première traduction, en anglais, d’un traité anonyme sur les premiers principes et la matière, représente, disons-le d’emblée, une avancée majeure et absolument décisive dans le domaine des études anciennes en général et plus spécialement dans celui du platonisme impérial. Ce texte correspond à la transcription en syriaque d’une portion d’un traité beaucoup plus long, écrit en grec, dont Y. Arzhanov (désormais YA) suppose, avec raison, qu’il provient de Porphyre. L’édition de ce texte, comme l’indique la préface, a été rendue possible en amont par la mise en place d’un projet collectif consacré à la préservation et à la restauration d’un certain nombre de mss. conservés à la bibliothèque du monastère de Deir al Surian, au nombre desquels le ms. DS 27, où se trouve le traité anonyme sur les principes (PM). C’est le catalogage déjà réalisé par S. Brock et L. Van Rompay qui a attiré l’attention de YA sur la valeur du contenu de ce ms. pour l’histoire de la philosophie. Leur travail, appuyé sur celui commencé en 1951 par Murad Kamil, a donné lieu en 2014 à la première description publiée du codex contenant le PM. Le ms. DS 27 comporte deux parties, appelées A et B. La partie A couvre les folios 1-94 et contient des textes dont les plus anciens remontent au VIe siècle, comportant des œuvres poétiques d’Ephrem le Syrien, d’Isaac d’Antioche et de Jacques de Saroug. La partie B, qui couvre les folios 95-127, et qui est de datation plus tardive, est constituée de différents manuscrits que L. Van Rompay avait isolés les uns des autres. Un aspect fondamental du travail de YA, dont il avait déjà donné quelques indices dans son livre de 20191, consiste en un réarrangement des fragments textuels de la partie B pour montrer qu’ils constituent les différents morceaux d’un seul et même traité sur les principes. Ce travail représente une avancée majeure dans l’histoire textuelle, en reconstituant l’unité d’un texte qui est un long fragment, transcrit en syriaque, d’une œuvre philosophique qui provient vraisemblablement de Porphyre.

2YA (p. 26-80) propose également une reconstitution très précise de l’histoire du texte syriaque et de sa datation. Il suppose que la traduction est l’œuvre de Sévère Sebokht, évêque du monastère de Kennesrin, aux alentours de 666-667, qui aurait entrepris ce travail « pour des raisons pédagogiques » (p. 36). Entre cette date et le milieu du VIIIe siècle, une copie de ce texte parvient au monastère de Mar Matta dans la plaine de Ninive, où elle reste jusqu’au XIIIe siècle, lorsque Bar Hebraeus la consulte. À la fin du IXe siècle, une copie de ce codex est produite, qui deviendra la partie B du ms. DS 27. Vers 975, ce manuscrit, avec d’autres, est emmené par le patriarche copte Abraham b. Zur’a dans la bibliothèque du monastère de Deir al Surian en Égypte où il demeure jusqu’à ce qu’au XXe siècle, Murad Kamil d’abord, puis S. Brock et L. Van Rompay, entreprennent le catalogage des manuscrits.

  • 2 S. Brock & L. Van Rompay, Catalogue of the Syriac Manuscripts and Fragments in the Library of Deir (...)

3Le PM, qui est peut-être non seulement une traduction du grec en syriaque, comme le propose YA, mais aussi une version adaptée aux intérêts du traducteur, comme l’avaient envisagé Brock et Van Rompay2, est consacré, à travers une présentation des principes cosmologiques selon Platon, à l’analyse de la matière. Ce texte, dont ni le titre, ni l’auteur, ne sont précisés (sans doute dès l’origine) est présenté par YA selon un découpage en 97 paragraphes qui s’organisent selon cinq grandes parties : une doxographie sur la nature et le nombre des principes cosmologiques (allant des pré-platoniciens aux représentants des grands courants de philosophie hellénistique), un exposé méthodologique, une définition de ce qu’est un principe, une doxographie médioplatonicienne relative à l’exégèse de Tim. 30a, pour illustrer la différence entre la matière et les corps premiers. Cette doxographie est structurée selon une opposition entre deux familles d’exégètes platoniciens. Les premiers sont ceux qui, selon l’auteur (Porphyre), identifient à tort le mouvement désordonné de Tim. 30a comme étant celui de la matière – qu’il s’agisse d’une matière mue par l’âme, comme pour Plutarque et Atticus ou d’un mouvement propre à la matière, comme pour Boéthos et Longin. Les seconds, au nombre desquels l’auteur se compte lui-même, sont ceux qui, à la suite de Sévère et de Plotin, considèrent qu’il s’agit de la privation d’ordre inhérente à la nature des corps premiers.

  • 3 Sur ce point, je ne partage pas l’hypothèse de YA (p. 57), qui suppose que le titre de l’œuvre d’At (...)

4Les indications extrêmement précieuses que l’on trouve dans cette dernière partie, et plus spécialement aux §§ 73-97 – qui offre une longue doxographie de textes médioplatoniciens, tous inédits, et de témoignages concernant l’enseignement de Longin, de Plotin, et le jugement de Porphyre sur ces derniers – font de la mise au jour de ce traité un événement majeur pour l’avancée des recherches sur le platonisme ancien et sa réception. Il s’agit en effet d’un texte rare exposant la teneur des discussions sur les premiers principes dans les cercles platoniciens des IIe et IIIe siècles, et plus spécialement sur la nature de la matière en tant que substrat de l’univers. Elle comporte des témoignages inédits d’auteurs dont nous avions déjà des fragments : Sévère et Atticus. Elle révèle par exemple qu’Atticus avait composé, à côté de ses écrits de commentateur, un manuel d’enseignement des doctrines de Platon3 dont la première section traite des principes et confirme qu’Atticus admettait bien que la cosmologie platonicienne repose non sur la triplicité principielle classique des doxographes « Dieu, Formes, matière », mais sur une quadripartition « Dieu, Formes, matière, âme ». Elle reproduit un long extrait du commentaire de Sévère à Tim. 30a qui dévoile un aspect tout à fait nouveau du style d’exégèse de ce dernier, qui s’appuie sur les analyses aristotéliciennes concernant les différents sens de la privation et la notion d’intermédiaire entre des termes contraires pour penser le type particulier de désordre dont il est question en Tim. 30a. Elle présente surtout des témoignages inédits de Boéthos le lexicographe platonicien, dont jusqu’à présent nous n’avions aucun texte conservé et indique l’influence que cet auteur a eu sur la doctrine de Longin relative au mouvement précosmique de la matière. Or, la mise au jour de ce texte ne permet pas seulement d’enrichir considérablement la cartographie des positions médioplatoniciennes. À travers le cas de ce texte platonicien préservé en langue syriaque, on peut voir que, dès la fin du VIIe siècle, les érudits syriaques avaient, grâce à Porphyre, accès non seulement aux œuvres logiques d’Aristote, mais étaient aussi instruits des débats relatifs à la cosmologie platonicienne à travers des extraits de commentaires platoniciens au Timée.

5Le projet de YA est double. Il consiste tout d’abord à rendre accessible un texte qui est, « à bien des égards, unique », (p. vii) sans prétendre en proposer un commentaire détaillé. Ensuite, il entreprend d’établir que le texte anonyme sur les principes dérive bien d’une source porphyrienne. L’ensemble des arguments avancés par YA est très convaincant, et je me propose ici, pour appuyer sa démonstration, d’apporter encore un éclairage nouveau, à travers une comparaison entre les §§ 17-70 du PM et les chapitres 301 à 321 du commentaire au Timée de Calcidius.

6Avant d’en venir à la discussion de certaines thèses développées par YA dans son introduction concernant les témoignages médioplatoniciens, je vais d’abord présenter la structure générale de l’ouvrage. Une préface et une très longue introduction précèdent l’édition du texte syriaque, accompagné de sa traduction en anglais en regard (p. 82-123). Suivent un glossaire extrêmement détaillé fournissant pour tous les concepts-clés un système d’équivalence entre le grec et le syriaque (p. 125-164), une bibliographie et un index nominum et locorum. L’introduction fait 80 pages. Elle se divise en deux grandes parties. La première (p. 3-37) est consacrée au travail de reconstitution du PM, à l’histoire du texte et à sa transmission, notamment dans l’épitomè de Bar Hebraeus. Cette partie propose une présentation très précise des textes de philosophie naturelle et de logique en circulation chez les érudits de la période « gréco-syriaque », sous la forme de transcription abrégée de textes néoplatoniciens et de commentaires d’Aristote, issus notamment de l’école d’Alexandrie. Ces analyses révèlent que l’influence de Porphyre s’est développée très tôt dans le monde syriaque et arabe. La seconde partie (p. 38-80) traite du contenu du texte en s’organisant autour de trois moments principaux : la structure du traité, les interprétations de Platon qui y sont discutées, son auteur présumé.

7Le travail minutieux réalisé ici par YA offre un précieux instrument d’analyse, dans la mesure où les 97 paragraphes qui composent le PM s’organisent selon une stratification feuilletée. En effet, ce qui vient en compliquer la lecture est que ce texte mêle, sans toujours bien clairement le signaler, des passages doxographiques, qui attestent de doctrines en usage dans le médioplatonisme et des passages argumentatifs – je reviendrai sur ce point. YA distingue cinq grandes parties dans le PM.

  • 4 Pour d’autres parallèles, cf. M. Havrda, The So-Called Eighth Stromateus by Clement of Alexandria, (...)

8La première (§§ 1-16) rapporte l’ensemble des opinions des différentes écoles sur la nature des principes, des pré-platoniciens jusqu’aux écoles hellénistiques, l’exposé des doctrines de Platon étant reporté ultérieurement, puisque l’étude Timée est au cœur des analyses du traité. Cette doxographie dérive probablement d’une source commune avec celles que l’on trouve, au tournant des IIe et IIIe siècles, chez Hippolyte de Rome, Sextus Empiricus et Galien (p. 41-45). La deuxième (§§ 17-28) est un excursus méthodologique qui expose les deux méthodes de ce que le texte appelle la « science démonstrative », le syllogisme et ce que YA appelle l’« introductory science » qui correspond à l’analyse. YA (p. 47-48) remarque la forte coloration aristotélicienne de cette partie (An. Post. I 2, 71b32–72a5 ; Phys. I.2 184b15-25), qui articule à la définition de la connaissance une doxographie sur les premiers principes de l’univers. En réalité, cette intégration d’éléments méthodologiques aristotéliciens au sein d’une investigation platonicienne sur la nature des principes est une pratique assez courante dans le médioplatonisme, si l’on songe par exemple au chapitre V du Didaskalikos qui expose les deux voies du syllogisme et de l’analyse4. Tandis que l’analyse permet de découvrir la nature du principe matériel (§ 24), la synthèse (que YA traduit par the « complex science », § 25) permet d’arriver à la notion d’un arrangement providentiel du monde, c’est-à-dire de l’intellect qui lui a donné forme et à la découverte de l’existence de trois principes (§§ 26-28) : la matière, le démiurge qui est un intellect, les Idées, qui sont des pensées du dieu (§ 27). Cette tripartition est caractéristique du platonisme de l’époque impériale qui admet l’existence de trois principes et qui définit les Idées comme des « pensées du dieu ». La troisième partie (§§ 29-39), donne la définition de ce qu’est un principe, et la quatrième (§§ 40-67), de ce qu’est la matière. La cinquième (§§ 68-97) enfin, introduit la position propre de l’auteur, à travers une discussion critique des doxographies médioplatoniciennes relatives à l’exégèse de Tim. 30a. Le PM est donc essentiellement constitué de passages doxographiques, ce qui atteste bien que, très tôt, c’est le Porphyre doxographe qui intéresse les érudits du monde chrétien syriaque, notamment par l’entremise de Théodoret de Cyr (p. 45-46).

  • 5 Pour des arguments convaincants en faveur de cette hypothèse, cf. Th. Auffret, « La doctrine de l’â (...)
  • 6 Ar., Met., 1022b30-36.

9Avant d’en venir à la discussion des arguments mis en avant par YA en faveur d’une identification porphyrienne (et plus précisément du Porphyre d’après 263, puisqu’il est question de l’enseignement de Plotin) de l’auteur du traité, je voudrais relever deux points, concernant les analyses que l’on trouve dans l’introduction. Le premier est relatif à une ambiguïté du propos de YA concernant l’identité de ce Boéthos dont il semble faire tantôt – comme cela, à mon avis5, est le cas – le lexicographe platonicien (p. 41), tantôt le commentateur aristotélicien contre lequel Porphyre a rédigé un traité (p. 64-65 ; 72). Le second concerne la figure de Sévère, que YA considère comme appartenant à la famille des exégètes philologues. Or précisément, les derniers paragraphes du PM (§§ 86-97) établissent une ligne de partage entre ceux qui considèrent qu’en Tim. 30a, lorsqu’il est question du mouvement ataktôs du visible, Platon parle du mouvement chaotique de la matière, et ceux qui considèrent qu’il s’agit du mouvement des corps premiers qui est simplement privé de l’ordre qui vient du démiurge. Cette ligne d’opposition est liée à la différence entre deux méthodes d’interprétation des textes : la première est celle des exégètes qui s’attachent à une lecture mot à mot, comme le font Plutarque, Atticus, mais aussi Boéthos et Longin, et la seconde, celle qui, en s’appuyant sur les analyses aristotéliciennes concernant la privation, distinguent un état intermédiaire – la privation d’ordre – entre ces contraires que sont le chaos et l’ordre. YA (p. 62-63) remarquant que Sévère, dans son analyse du passage, propose une analyse de la valeur privative du préfixe alpha présent dans le terme ataktôs, en fait un exégète philologue. En réalité, Sévère reprend ici en l’adaptant, une méthode qui est celle pratiquée par Aristote au livre Delta de la Métaphysique6.

10Je voudrais à présent reprendre le dossier de l’attribution porphyrienne. Je vais commencer par rappeler les arguments que YA (p. 66-78) met en avant, avant de proposer des éléments supplémentaires à l’appui de cette hypothèse.

11- Le PM a servi de référence à Bar Hebraeus au début de son introduction de la Deuxième base du Candélabre du Sanctuaire. Au § 95 du PM, on trouve l’indication selon laquelle l’auteur du traité a eu deux maîtres : Plotin, qui s’inspirait de Sévère, et Longin qui s’inspirait de Boéthos. Or Bar Hebraeus termine son exposé doxographique en faisant explicitement référence à Porphyre comme constituant le dernier maillon de cette double chaîne exégétique.

12- Par Proclus (Th. Plat., I, 11), nous savons que Porphyre avait rédigé un traité en deux parties sur les principes et, par Simplicius (In Phys., 231, 6), qu’il avait composé un long traité en six parties sur la matière (dont il cite un passage doxographique). Les deux traités sont répertoriés l’un à la suite de l’autre dans la Souda.

13- Les passages doxographiques sont très nombreux et la doxographie médioplatonicienne, en particulier, est très fournie.

14- Dans la partie consacrée à la définition de la matière (§§ 40-67), le concept de matière qui y est défendu trouve des parallèles avec d’autres écrits porphyriens. YA (p. 69-71) fait référence à un passage du commentaire à la Physique de Simplicius (In Phys., 231, 6-24) où Porphyre fait œuvre de doxographe.

  • 7 Il faudrait ainsi examiner la signification qui est donnée à la triplicité principielle, typique de (...)
  • 8 Porphyre, Commentaire aux Harmoniques de Ptolémée (Düring) 16.23-24.
  • 9 Ibid.,17.13-14.
  • 10 Porphyre, S. 20, 1-4.
  • 11 S. 20, 6-14.

15Or dans les paragraphes du PM relatifs à la nature de la matière (§§ 40-72), il n’est pas sûr, à mon avis, et à la différence de ce qu’avance YA, que Porphyre parle toujours exactement en son nom propre. Il me semble que la position de Porphyre n’apparaît vraiment clairement qu’au moment de la critique des doxographies médioplatoniciennes de Tim. 30a au § 86. Mon hypothèse est qu’il est possible que, jusqu’à ce moment, Porphyre rapporte un certain nombre de thèses concernant la matière – comme étant privée de toute qualification, infinie, illimitée, et incorporelle – qui sont compatibles avec les siennes propres7. Si l’on accepte cette hypothèse, on peut voir que ces paragraphes du PM peuvent être mis en regard de certaines analyses du commentaire aux Harmoniques de Ptolémée, qui définit la matière comme « infinie et illimitée »8 et qui expose une classification parallèle des intelligibles et des incorporels9. Un autre parallèle peut être encore trouvé dans la Sentence 20 de Porphyre qui rapporte en y souscrivant, les opinions des « Anciens » sur la matière. Elle y est décrite comme étant « incorporelle – car elle est autre que les corps –, sans vie – car elle n’est ni intellect ni âme, n’étant pas chose vivant en soi –, sans forme, sans principe rationnel, sans limite, sans puissance »10. Porphyre poursuit en indiquant que la matière, qui est une sorte de non-être, ne possède ni volume ni dimension, n’étant en réalité ni grande ni petite, mais toujours mensongère dans ses manières d’apparaître11.

  • 12 Alcinoos, Did., VIII, H.163, 7-8 ; Apulée, De Plat., I, 5. Cf. aussi Arius Didyme, frgt. phys., 2 ( (...)

16Les §§ 57 à 63 du PM développent ensuite une série d’arguments visant à montrer pourquoi la matière, totalement indéterminée, n’est pas corporelle, mais, à partir du § 64, l’auteur renverse la perspective en ajoutant la précision suivante : il faut aussi envisager en quoi, ou plutôt en quel sens, la matière ne peut pas non plus être dite totalement « incorporelle ». L’argument est le suivant : une matière totalement incorporelle ne pourrait jamais se transformer en corps. Comme l’indique YA (p. 55-56), la définition de la matière comme n’étant ni corporelle ni incorporelle, mais « corps en puissance », est exposée chez plusieurs médioplatoniciens, tels qu’Apulée ou Alcinoos12.

  • 13 La Sentence 42 revient sur cette distinction en indiquant que la matière est un incorporel par réfé (...)

17Il me semble que l’on peut poursuivre encore l’investigation à ce sujet. En effet, à supposer que Porphyre fasse sienne cette définition médioplatonicienne de la matière comme n’étant pas tout à fait incorporelle, cette assertion pourrait, à première vue, entrer en contradiction avec la définition de la matière comme incorporel que l’on trouve dans les Sentences. Mais précisément, la Sentence 19 est tout entière consacrée à montrer l’homonymie des incorporels : tous les incorporels ne participent pas d’un même genre. Ce qui les réunit est la seule caractéristique négative d’être « privés de corps ». Il existe en effet une différence entre les incorporels qui sont des êtres véritables, subsistants par eux-mêmes, qui sont antérieurs aux corps dont ils sont les causes – c’est le cas de l’intellect ou de l’âme – et les incorporels qui existent avec les corps. Ces incorporels, eux-mêmes dépourvus de corporéité, sont néanmoins inséparables des corps, comme c’est le cas de la matière. Il existe donc deux grandes catégories d’incorporels pour Porphyre : ceux qui précèdent les corps et qui en sont séparés, et ceux qui viennent « après » les corps et qui leur sont liés. La matière, condition d’apparition des corps, fait partie des incorporels qui sont inséparables des corps13. Si l’on applique cette distinction à la définition de la matière proposée au § 64 du PM, on peut comprendre que si la matière peut ne pas être dite totalement incorporelle, c’est parce que, toujours liée à un corps, elle n’appartient pas au registre des incorporels subsistant par soi.

  • 14 Procl., In Tim., I, 394, 25-31.
  • 15 Philopon, Aet. Mun. VI, 164, 18-165, 16.

18- Le dernier argument en faveur de l’identification porphyrienne du texte (p. 75) – sans doute le plus important, outre l’indication donnée par Bar Hebraeus – réside dans l’analyse du § 86 qui critique l’interprétation qu’Atticus développe de Tim. 30a, selon laquelle ce dont s’empare le démiurge, c’est de la matière chaotique mue par l’âme précosmique. Dans ce paragraphe, l’auteur reproche à Atticus de confondre les principes des corps et les principes du monde. Or cette critique contre Atticus est formulée dans le résumé des arguments de Porphyre rapporté par Proclus14. En outre, la distinction entre l’aspect par lequel le démiurge, informant la matière, est (avec celle-ci) principe des corps, et celui par lequel le démiurge, ordonnant les corps est (avec ceux-ci) principe du monde, est celle-là même que Porphyre expose dans l’extrait de son commentaire à Tim. 30a, rapporté par Jean Philopon15.

  • 16 J. H. Waszink, Timaeus a Calcidio translatus commentarioque instructus, Leiden-London, 1962, p. lxx (...)
  • 17 J. C. M. Van Winden, Calcidius on Matter; His Doctrine and Sources: A Chapter in the History of Pla (...)
  • 18 B. Bakhouche, Calcidius. Commentaire au Timée de Platon, édition critique et traduction française ( (...)
  • 19 G. Reydams-Schils, Calcidius on Plato’s Timaeus, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, chap. (...)

19Longtemps, la littérature secondaire s’était emparée de l’extrait porphyrien reproduit par Philopon pour établir un parallèle entre ces analyses et celles que l’on trouve chez Calcidius au § 301 de son commentaire au Timée, dans la section relative à l’analyse de la matière. Les uns, à la suite de Waszink16 et de Van Winden17 ont plaidé pour une influence de Porphyre que Calcidius aurait reprise, les autres, à la suite de B. Bakhouche18 et G. Reydams-Schils19 mettant au contraire l’accent sur l’originalité de Calcidius à l’égard de ses sources, dont elles tendent à réduire l’importance. L’édition du PM permet, me semble-t-il, de rebattre les cartes. Il est possible, à mon avis, d’établir un parallèle long et suivi non seulement entre le § 86 du PM et le § 301 du commentaire de Calcidius, mais aussi entre les §§ 17-70 du PM et les §§ 302-321 de Calcidius. Cette découverte ouvre deux options possibles que je ne fais qu’évoquer, la discussion de ce dossier excédant le cadre de la recension de l’ouvrage de YA. Soit Calcidius s’appuie, pour rédiger ces chapitres, uniquement sur le texte de Porphyre, qu’il aménage et adapte selon ses intérêts propres, soit il avait accès, en plus du texte de Porphyre, à un autre texte, qui est leur source commune.

  • 20 J. C. M. Van Winden, Calcidius on Matter, His Doctrine and Sources: A Chapter in the History of Pla (...)

20La comparaison des passages du PM et du commentaire de Calcidius, révèle, à certaines variations près, une forte similarité dans le développement et l’ordre des arguments, et jusque dans les tournures de certaines phrases. La première variation est la suivante : ce qui correspond à la partie doxographique de la dernière partie du PM (§ 86 – et sans doute jusqu’au § 95) est, chez Calcidius, considérablement synthétisé et mis en situation d’ouverture (§ 301), précédant la section méthodologique et la section sur la nature de la matière (§§ 17-70 PM ; §§ 302-321 Calcidius). On trouve aussi des différences d’intérêt philosophique. Calcidius par exemple, donne une conclusion beaucoup plus polémique, au § 311 et au § 321, contre l’immanentisme stoïcien en soulignant la nécessité de situer la cause active, l’artisan du monde, hors de la matière. Ensuite, le texte latin de Calcidius ménage quelques incises concernant l’exercice de traduction de certains concepts du grec vers le latin (comme le terme d’idea au § 304), ou certaines petites gloses concernant le style de Platon lorsqu’il en cite ou paraphrase certains passages. Le § 301 du commentaire de Calcidius ne nomme aucun des platoniciens dont il discute les thèses relatives à la nature du mouvement désordonné. Il fait part d’un désaccord entre les platoniciens : entre ceux qui soutiennent que le mouvement désordonné du Timée est celui de la matière précosmique et ceux qui soutiennent qu’il est celui des corps premiers. C’est précisément ce cadre polémique qui structure la dernière partie du PM, en opposant ceux qui pensent qu’il existe un mouvement interne à la matière et ceux qui, à la suite de Sévère, Plotin, et Porphyre, pensent que la matière n’est pas en mouvement. Le § 301 du commentaire de Calcidius présente des parallèles indéniables avec le § 86 du PM concernant la différence entre les principes du corporel et les principes du monde. Il offre aussi une réflexion concernant la valeur de l’alpha privatif (addita orationis parte negatiua) pour définir le mal comme « manque du bien » et décrire la nature de la matière comme privation. Ces lignes de Calcidius, qui font probablement écho à la doctrine plotinienne de la matière20, dont il n’est pas directement question dans le PM, semblent refléter un mélange de plusieurs sources et peut-être l’intégration de réflexions propres à Calcidius à propos de débats relatifs à la nature respective de la matière et des corps, et à différentes manières de penser le statut de la privation.

  • 21 G. Reydams-Schils, Calcidius on Plato’s Timaeus, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, p. 18 (...)

21G. Reydams-Schils, dans le commentaire magistral qu’elle a récemment consacré au commentaire de Calcidius, en vient à une double conclusion : la première vise à diminuer la part de citations directes de Porphyre dans le commentaire de Calcidius, la seconde à dire que ce qui intéresse Calcidius est essentiellement le Porphyre doxographe21. Au vu des informations inédites offertes par le PM, il me semble que si le premier membre de la conclusion doit être reconsidéré, l’analyse concernant la question du Porphyre doxographe et concernant le travail original opéré par Calcidius à partir de ses sources se trouve indiscutablement confirmée.

22Pour conclure, cet ouvrage, qui offre une édition et une traduction en anglais, d’un texte essentiel de l’histoire de la philosophie, est un livre qui fera date. Tout à la fois érudit et d’une grande clarté, il est en outre d’un format maniable et accessible. L’ouvrage remplit pleinement les deux objectifs qu’il se fixe. Il établit un faisceau d’indices convergents en faveur de l’identité porphyrienne de la source grecque du PM. Il fournit un instrument de travail infiniment précieux pour les spécialistes de l’Antiquité, enrichissant considérablement la perspective que l’on peut avoir sur des textes fondamentaux du médio et du néoplatonisme grec, ainsi que sur leur réception au sein de la tradition syriaque.

Haut de page

Notes

1 Y. Arzhanov, Syriac Sayings of Greek Philosophers, Leuven, Peeters, 2019, p. 35-36.

2 S. Brock & L. Van Rompay, Catalogue of the Syriac Manuscripts and Fragments in the Library of Deir al-Surian, Wadi al-Natrun (Egypt), Leuven, Peeters, 2014, p. 169.

3 Sur ce point, je ne partage pas l’hypothèse de YA (p. 57), qui suppose que le titre de l’œuvre d’Atticus renvoie à son commentaire au Timée. Pour une discussion de cet aspect, cf. A. Michalewski, « Les principes cosmologiques d’Atticus dans le Candélabre du Sanctuaire de Bar Hebraeus », Documenti e Studi nella tradizione filosofica medievale 31- 2020, p. 203-233 (spec. 226-227).

4 Pour d’autres parallèles, cf. M. Havrda, The So-Called Eighth Stromateus by Clement of Alexandria, Leiden, Brill, 2017, p. 166.

5 Pour des arguments convaincants en faveur de cette hypothèse, cf. Th. Auffret, « La doctrine de l’âme », in R. Chiaradonna & M Rashed (éds.), Boéthos de Sidon, exégète d’Aristote et philosophe, Berlin, De Gruyter, p. 361-402 (spec. 364-376).

6 Ar., Met., 1022b30-36.

7 Il faudrait ainsi examiner la signification qui est donnée à la triplicité principielle, typique des doxographies médioplatoniciennes aux §§ 26-28, ou encore le sens particulier qui est celui d’« inengendré » appliqué à la matière. Au § 72, elle est définie comme inengendrée, en tant que principielle ou « première », c’est-à-dire comme un principe simple, non composée, la différence des corps. Ce qui pose difficulté est que ce caractère d’inengendré est lié au fait que la matière est dite ne pas dériver du dieu, lui étant par nature opposée.

8 Porphyre, Commentaire aux Harmoniques de Ptolémée (Düring) 16.23-24.

9 Ibid.,17.13-14.

10 Porphyre, S. 20, 1-4.

11 S. 20, 6-14.

12 Alcinoos, Did., VIII, H.163, 7-8 ; Apulée, De Plat., I, 5. Cf. aussi Arius Didyme, frgt. phys., 2 (Diels, Doxographi Graeci, p.  448).

13 La Sentence 42 revient sur cette distinction en indiquant que la matière est un incorporel par référence à la « privation » de corps, tandis les autres incorporels, comme l’intellect, sont dits incorporels dans la mesure où il n’est pas possible de faire naître un corps à partir d’eux. Sur le double sens de l’alpha privatif que Porphyre fait jouer dans les Sentences, en lui donnant soit, comme le fait Alexandre d’Aphrodise, la valeur de « négation » (du corporel), soit en faisant jouer la notion de « privation » d’une qualité que l’on doit naturellement posséder, cf. M. Rashed, « Posidonius et le traité d’Albinus Sur les incorporels », Elenchos 42-1, 2021, p. 165-198, qui propose une analyse très éclairante d’un texte d’Albinus Sur les Incorporels dont on trouve le témoignage chez Ephrem le Syrien, dans une réfutation de Bardesane. Sur la différence de méthode entre la Sentence 19 et la Sentence 42 pour définir et classer les incorporels, cf. R. Chiaradonna, « Porphyry’s view on the immanent incorporeals », Bulletin of the Institute of Classical Studies, Supplement 98, 2007, p. 35-49 (spec. p. 43).

14 Procl., In Tim., I, 394, 25-31.

15 Philopon, Aet. Mun. VI, 164, 18-165, 16.

16 J. H. Waszink, Timaeus a Calcidio translatus commentarioque instructus, Leiden-London, 1962, p. lxxxI-II ; clxxxvii.

17 J. C. M. Van Winden, Calcidius on Matter; His Doctrine and Sources: A Chapter in the History of Platonism, Leiden 1965, p. 247-251.

18 B. Bakhouche, Calcidius. Commentaire au Timée de Platon, édition critique et traduction française (avec la collaboration de Luc Brisson), I, Paris, Vrin, 2011, p. 34-39.

19 G. Reydams-Schils, Calcidius on Plato’s Timaeus, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, chap. 14.

20 J. C. M. Van Winden, Calcidius on Matter, His Doctrine and Sources: A Chapter in the History of Platonism, Leiden 1965, p. 125-126, avait émis l’hypothèse à partir de ces lignes, d’une possible connaissance de Plotin par Calcidius.

21 G. Reydams-Schils, Calcidius on Plato’s Timaeus, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, p. 189-190.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Michalewski, « Arzhanov Y., Porphyry, On Principles and Matter »Études platoniciennes [En ligne], Compte rendus en pré-publication, mis en ligne le 28 septembre 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/2195

Haut de page

Auteur

Alexandra Michalewski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search