Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18VariaLe regard du démiurge

Varia

Le regard du démiurge

Note sur le fragment 18 d’Atticus (Des Places)
Alexandra Michalewski

Résumés

L’article propose un nouvel examen du fr. 18 (DP) d’Atticus où Proclus rapporte deux interprétations possibles du début de Tim., 28a6-7 : celle de Porphyre, pour qui l’adverbe ἀεί est lié à l’intelligible, et celle d’Atticus qui dit que le démiurge a son regard perpétuellement tourné vers le modèle intelligible. Après avoir rappelé les enjeux de la question de la causalité du regard démiurgique chez Atticus, la note propose une nouvelle hypothèse selon laquelle Proclus attribuerait à Platon lui-même une double portée à l’adverbe ἀεί, en étant rattaché premièrement à l’intelligible, mais aussi, à titre secondaire, au regard du démiurge. L’exégèse de Proclus permettrait alors de hiérarchiser et de classer les interprétations de Porphyre et d’Atticus selon leur degré de proximité envers la vérité révélée par le texte du Timée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette référence correspond à l’édition Diehl à laquelle je renvoie lorsque les textes ne sont pas c (...)
  • 2 Platon, Tim. 28a6-b2 : ὅτου μὲν ἂν ὁ δημιουργὸς πρὸς τὸ κατὰ ταὐτὰ ἔχον βλέπων ἀεί, τοιούτῳ τινὶ πρ (...)
  • 3 Pour une présentation détaillée de la structure du commentaire de ce lemme, où Proclus annonce qu’i (...)

1Le fragment 18 de l’édition Des Places d’Atticus (= Proclus, In Tim. I.271.31-272.61) présente un cas emblématique de l’emboîtement des sources qui caractérise les sections doxographiques du Commentaire au Timée de Proclus. Ce fragment est tiré de la fin du commentaire à Tim. 28a6-b2, dans un passage où Proclus, après avoir donné l’interprétation philosophique du lemme (dans la théôria), examine le sens des mots employés par Platon (dans la lexis). Dans cette section, qui correspond au début du monologue de Timée, celui-ci, après avoir distingué le plan de l’éternel de celui du devenir et après avoir posé la nécessité de l’existence d’une cause pour tout ce qui devient, indique que la production d’une œuvre belle suppose que l’artisan qui la réalise fixe son regard vers un modèle éternel2. Proclus accorde une attention particulière à l’examen de ce lemme qui traite de la nature de la cause paradigmatique dans son rapport à la cause productrice démiurgique. En effet, d’après lui, le démiurge est responsable de la ressemblance de l’œuvre à son modèle, mais c’est de la nature du modèle que dépend la beauté ou non de l’œuvre3.

2À partir d’In Tim. I.271.30, Proclus rapporte deux interprétations, fondées sur deux constructions grammaticales possibles du début de la phrase (Tim. 28a6-7), celle de Porphyre, jugée correcte, puis celle d’Atticus, qu’il connaît par le biais du commentaire de Porphyre. Porphyre associe ἀεί à τὸ κατὰ ταὐτὰ ἔχον, voulant souligner par-là que l’intelligible est toujours identique à lui-même. Atticus, en revanche, lie ἀεί à βλέπων, qui le précède immédiatement, en attirant l’attention sur le fait que le démiurge a son regard perpétuellement tourné vers le modèle intelligible. Je cite ici le texte de Proclus, en attendant d’en proposer une traduction dans la suite de la discussion :

  • 4 Proclus, In Tim. I.271.28-272.5 (Diehl) = Van Riel, II.113.9-17.

[I.271.28] τὸ δὲ ἀεὶ συναπτέον τῷ κατὰ ταὐτὰ ἔχον, ἵν’ ᾖ πρὸς τὸ ἀεὶ κατὰ ταὐτὰ ἔχον βλέπων. [30] οὕτω καὶ ὁ φιλόσοφος ἔκρινε Πορφύριος εἰκότως· οὐ γὰρ καὶ ἀεὶ βλέπειν φησὶ πάντα δημιου- [I.272.1] ργόν, ὡς οἴεται Ἀττικός, ἀλλ’ ἀεὶ ὡσαύτως ἔχειν τὸ νοητόν· εἰ μὴ ἄρα καὶ τὸ βλέπειν ἀεὶ διὰ τοῦτο παρέλαβεν, ἵνα μὴ τῷ ποτὲ μὲν ὁρᾶν, ποτὲ δὲ μή, παρείσδυσιν δῷ τῷ μὴ καλῷ πρὸς τὴν ποίησιν· ἐν ᾧ ἂν οὖν ᾖ δημιουργός, [5] βλεπέτω πρὸς τὸ ἀίδιον, ἵνα ποιήσῃ προσόμοιον αὐτῷ καὶ καλόν4.

3Habituellement, les spécialistes comprennent que la phrase qui commence, en In Tim. I.272.2-4, par εἰ μὴ ἄρα, indique les raisons qui, selon Proclus, ont poussé Atticus à faire porter le « toujours » sur le « regard » du démiurge : afin d’éviter qu’une contemplation discontinue des Formes n’entraîne la création d’un monde qui ne serait pas beau. Or comme je me propose de le montrer ici, une autre manière de lire la phrase est possible, si l’on admet que le sujet de παρέλαβεν n’est pas Atticus, mais Platon. Dans cette hypothèse, Proclus ne s’interrogerait pas directement sur les motivations d’Atticus, mais envisagerait plutôt la possibilité d’une certaine manière de lire Platon qui, par ricochet, permettrait de faire droit à la position d’Atticus. Ce serait Platon lui-même qui donne une double portée à l’adverbe ἀεί, celui-ci étant rattaché premièrement à l’intelligible, mais aussi, à titre secondaire, au regard du démiurge. Cette manière de lire le texte permettrait à Proclus d’organiser hiérarchiquement et de concilier les vues de Porphyre et celles du médioplatonicien.

  • 5 La fidélité scrupuleuse au mot à mot du texte platonicien par Atticus est souvent relevée et critiq (...)
  • 6 Ce passage a embarrassé les commentateurs, mais aussi les copistes. Celui à qui nous devons la leço (...)

4Dans ce passage, Atticus est évoqué en incise, et de manière indirecte, à travers le témoignage de Porphyre qui récuse son interprétation. En In Tim. I.271.28-30 (τὸ δὲ <ἀεί> ... εἰκότως), Proclus se prononce sur la construction de l’adverbe ἀεί : il doit être rapporté non pas à βλέπων, le verbe qui le précède immédiatement dans l’ordre de la phrase, mais à τὸ κατὰ ταὐτὰ ἔχον. D’après lui, c’est la signification philosophique du passage qui détermine la manière de comprendre la structure syntaxique (« il faut rattacher [...] pour avoir »). Puis, Proclus indique que cette construction est déjà celle proposée par Porphyre dans son propre commentaire. Selon Porphyre, qui fait porter exclusivement ἀεί sur τὸ κατὰ ταὐτὰ ἔχον, Platon a voulu dire en Tim. 28a6-7 que le démiurge regarde vers un modèle qui est toujours identique à lui-même. Atticus en revanche, manifeste sa fidélité au texte platonicien en respectant l’ordre des mots5. En effet, pour lui comme pour tout platonicien, il va de soi que l’intelligible est une réalité éternelle. La difficulté ici est plutôt de savoir si, dans ce passage, Platon a voulu ou non qualifier le regard du démiurge6.

  • 7 Proclus, In Tim. I.276.30-277.7; I, 283.27- 284, 14 ; I.381.26-382.12 ; I, 391.6-12 ; Porphyre, On (...)

5Le dieu d’Atticus contemple toujours les Formes. Mais cela n’implique pas qu’il soit toujours producteur du monde, puisqu’avant sa génération règne le désordre de la matière mue par une âme précosmique7. Or soutenir l’existence d’une contemplation perpétuelle du modèle par le démiurge et la thèse d’un commencement de l’univers constitue, selon les néoplatoniciens, l’une des grandes contradictions de la cosmologie d’Atticus. Dans la première série des arguments de Porphyre contre Atticus que Proclus résume à la fin de l’explication de Tim. 30a3-6, on peut lire ceci :

  • 8 Proclus, In Tim. I.392.28-393.5 (Diehl) = Van Riel, II.273.6-12, traduction personnelle. Sur ce pas (...)

Il en est ainsi, puisqu’il dit souvent que l’être du principe consiste dans l’acte de produire (δημιουργεῖν). Si cela est vrai, il n’est pas possible que le principe existe si le monde n’existe pas. Mais, d’un autre côté, faisant volte-face, il < scil. Atticus > dit que le dieu existe, même s’il ne produit pas, parce qu’il ne sait pas que les puissances véritables agissent par leur être même, que la puissance de croître et la puissance de se nourrir, par leur être même, assurent au corps croissance et nutrition8.

  • 9 Le dieu est ἀμετάβλητον, pour reprendre une expression que Porphyre emploie contre Atticus en In Ti (...)

6Selon Porphyre, suivant les traces de son maître Plotin, le démiurge, réalité intelligible, possède une essence immuable et ne change pas d’activité9. Si Atticus met l’accent sur le regard du démiurge, perpétuellement tendu vers l’intelligible, cela est dû non seulement à sa lecture scrupuleuse habituelle consistant à suivre l’ordre du texte, mais aussi à une autre raison plus profonde, liée à son interprétation générale de Platon et à sa conception anthropomorphique du démiurge. Dans la suite du passage qui vient d’être cité, Porphyre souligne que le dieu d’Atticus en est réduit à être un dieu aux aguets, un dieu qui guette la disposition favorable de la matière précosmique pour intervenir et imposer ordre et forme aux éléments :

  • 10 Proclus, In Tim. I.394.16-19 (Diehl) = Van Riel, II.275.13-15, traduction personnelle.

Mais comment se retrouve-t-elle maintenant être une réalité ordonnée ? Parce que, dit-il <scil. Atticus>, elle est devenue apte à recevoir la raison démiurgique (ἐπιτηδεία γέγονεν εἰς τὸ δέξασθαι τὸν δημιουργικὸν λόγον). C’est bien cela en effet que guettait le dieu : l’aptitude de la matière (τοῦτο γὰρ καὶ ἐπιτηρεῖν τὸν θεόν, τὴν ἐπιτηδειότητα αὐτῆς)10.

  • 11 Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique (PE), XV.13.5.

7Le dieu d’Atticus est doublement tourné vers les niveaux inférieurs : vers la matière dont il guette la disposition favorable pour devenir producteur du monde et vers le paradigme qu’il contemple sans cesse. Comme l’indique le fragment 9 DP ( = Eusèbe, PE XV.13.5), le dieu produit le monde parce que, dans la mesure où son regard est perpétuellement fixé sur les intelligibles, il façonne et organise toutes choses, exerçant ainsi ses fonctions de « père, démiurge, maître et protecteur de toutes choses »11. L’artisan divin, comme tout artisan, pense par avance les modèles qui guident son action et lui permettent de produire une œuvre belle. La doxographie du traité porphyrien Sur les principes et la matière (PM) apporte des précisions sur le sens qu’Atticus donne à la causalité du regard démiurgique.

  • 12 Les fragments d’Atticus que l’on trouve dans le PM sont vraisemblablement tirés d’un traité scolair (...)

8Ces nouveaux fragments permettent de saisir le lien établi par Atticus entre la fixité du regard démiurgique porté sur les Formes et le déclenchement du mouvement ordonnateur divin en direction de la matière pour produire le monde. De manière assez similaire à ce que l’on trouve dans les extraits rapportés par Eusèbe (PE XV.13.5), la doxographie d’Atticus12 exposée par Porphyre indique que, pour le médioplatonicien, tout artisan, qu’il soit humain ou divin, doit avoir une représentation préalable de ce qu’il s’apprête à réaliser pour pouvoir agir correctement. Pour Atticus, si une réalité en devenir, comme le monde, a pu être engendrée à partir de l’immutabilité divine, c’est parce qu’en dieu l’immutabilité de l’essence n’interdit pas que son activité se manifeste au travers d’un mouvement. Après avoir rappelé la comparaison entre les techniques divine et humaine, qui requièrent toutes les deux que la cause productrice se rapporte en pensée à un plan préétabli, Atticus explicite le lien entre la fixité du regard divin et son mouvement ordonnateur.

  • 13 Porphyre, PM, 80. Cette traduction est redevable à Margherita Farina que je remercie pour son aide (...)

Il faut que Dieu ait un certain mouvement et que, par son regard fixe, il crée. D’autant plus que les causes premières créatrices sont immuables par elles-mêmes et demeurent telles qu’en elles-mêmes et qu’il est impossible qu’une réalité (qūyōmō) en mouvement soit issue des causes premières qui sont immobiles13.

  • 14 Sur ce point, voir G. Boys-Stones (2018), p. 164-165 ; M. Baltes (1983), p. 48 ; M. Zambon (2002), (...)
  • 15 Eusèbe, PE XV.6.16. Ce passage s’appuie sur l’interprétation de Tim. 48e, où Platon expose comment (...)

9Il peut sembler à première vue étonnant que ce soit l’immobilité du regard divin sur les Formes qui rende possible le déploiement de son mouvement ordonnateur. Pourtant, cette corrélation cesse d’être paradoxale si l’on prend en compte que le démiurge est un intellect dans une âme14 : en contemplant les Formes par son intellect, il exerce un mouvement en son âme qui régule le désordre de l’âme précosmique liée à la matière primordiale. C’est de cette manière qu’il peut transposer au sein de l’irrationalité primitive la mesure qu’il voit dans l’intelligible et qu’il parvient à dompter définitivement la résistance de la réalité précosmique15. Or si le dieu perdait de vue le modèle en dirigeant son regard vers la matière, il n’aurait plus de référence pour conférer une structure rationnelle aux éléments, fabriquerait à l’aveugle et produirait une œuvre dépourvue de beauté. Il importe alors à Atticus de spécifier que son attention portée au paradigme intelligible ne connaît pas d’interruption. Sinon, les intermittences de la contemplation donneraient à ce qui n’est pas beau l’occasion de se faufiler dans la création.

  • 16 A.J. Festugière (1967) : « à moins peut-être qu’Atticus n’ait assumé aussi “regarder toujours” pour (...)

10À partir de I.272.2 (εἰ μὴ ἄρα), après avoir cité Porphyre, Proclus reprend la parole en son nom propre et termine la lexis de Tim. 28a6. Cette dernière phrase présente une difficulté, liée à l’identification du sujet de παρέλαβεν. A.J. Festugière, É. Des Places, et D. Runia & M. Share, dans leurs traductions du commentaire de Proclus, considèrent qu’il s’agit d’Atticus et qu’avec la formule εἰ μὴ ἄρα Proclus entame une explication des motivations d’Atticus pour avoir choisi l’option consistant à rattacher ἀεί à βλέπων16. Toutefois, cette lecture n’est pas la seule possible. Mon hypothèse consiste à envisager que le sujet de παρέλαβεν soit non pas Atticus mais Platon. Tout d’abord, si le sujet de cette phrase était Atticus, Proclus aurait vraisemblablement pris la précaution de l’indiquer plus nettement, puisqu’il n’était pas le sujet principal de la phrase précédente, mais apparaissait seulement en incise, dans le cadre de la présentation de l’exégèse porphyrienne. Ensuite, un certain usage de la formule εἰ μὴ ἄρα au sein du commentaire de Proclus semble confirmer cette piste.

  • 17 Proclus, In Tim. I. 271.30. C’est ainsi que le comprend A. Lernould (2001), p. 202, n. 20.
  • 18 Voir également Proclus, In Tim. I.231.29-31.
  • 19 Proclus, In Tim. II.100.18-20.

11En effet, reprenant le fil de sa propre interprétation, Proclus cherche, me semble-t-il à établir premièrement ce que dit (φησί) Platon17. En In Tim. I.271.28, Proclus a posé d’emblée la manière qu’il juge correcte de comprendre la phrase en indiquant qu’il faut faire porter l’adverbe ἀεί sur l’intelligible, et a cité les analyses de Porphyre à l’appui de son interprétation. Puis, en In Tim. I.272.2, il mentionne une autre hypothèse, moins probante, mais qui est aussi possible pour comprendre le texte platonicien (εἰ μὴ ἄρα κα τὸ βλέπειν ἀεὶ διὰ τοῦτο παρέλαβεν). Ce procédé n’est pas inhabituel chez Proclus lorsqu’il procède à l’analyse kata lexin du texte platonicien. Ainsi, par exemple, en In Tim. II.100.29-30, on trouve un cas similaire18. Ce passage se situe dans le contexte de la lexis de Tim. 34a9-b3, et plus précisément dans le cadre de l’examen de la formule ποτὲ ἐσόμενον qui caractérise le monde, ce dieu sensible qui doit être à un certain moment, qui est né de l’action d’un dieu intelligible éternel. Proclus commence par établir que la formule ποτὲ ἐσόμενον signifie que le monde à la fois devient toujours et est à un certain moment, car il n’a l’être que « de manière fragmentaire, puisqu’il est un flot sans cesse dérivé de l’être qui est toujours »19. Puis, avant de terminer l’analyse, il remarque que l’on pourrait sans doute également lire autrement la formule :

εἰ μὴ ἄρα τὸ ποτὲ καὶ ὅλον αὐτῷ σημαίνει τὸν χρόνον· ὡς γὰρ πρὸς τὴν αἰώνιον ἀπειρίαν ἡ τοῦ χρόνου διέξοδος ποτέ ἐστι,

  • 20 Proclus, In Tim. II.100.29-31 (Diehl) = Van Riel, III.139.16-18.

À moins peut-être que pour Platon « à un certain moment » ne désigne la totalité du temps. Car, comparé à l’infinité éternelle, le développement du temps est « un certain moment »20.

12Dans le passage qui correspond au fragment 18 (DP) d’Atticus, après avoir envisagé une option de lecture, celle de Porphyre qu’il juge pertinente, Proclus s’arrête un instant pour envisager éventuellement une autre hypothèse exégétique, moins probante, mais qui doit malgré tout être mentionnée pour faire droit à la littéralité du texte. Lorsque Proclus écrit (In Tim. I.272.2) εἰ μὴ ἄρα καὶ τὸ βλέπειν ἀεί διὰ τοῦτο παρέλαβεν, il place ἀεί après βλέπειν, en suivant l’ordre des mots de la phrase du Timée. Conscient du fait que la lecture qu’il partage avec Porphyre impose une légère torsion au texte platonicien, Proclus se demande pourquoi Platon a bien écrit βλέπων ἀεί accolant « toujours » à « regarder ». Si on lit la phrase comme je le propose, celle-ci pourrait alors être comprise comme l’indication du fait que, selon Proclus, Platon lui-même fait droit à une double portée de l’adverbe. Voici donc comment je propose de traduire ce passage :

  • 21 Proclus, In Tim. I.271.8-272.5 (Diehl) = Van Riel, II.113.9-17.

Quant à « toujours », il faut le rattacher à « ce qui est identique à soi », pour avoir : « portant regard vers ce qui est toujours identique à soi ». C’est ainsi qu’en a jugé aussi, de façon convenable, le philosophe Porphyre : car [scil. selon Porphyre] il <Platon> ne va pas jusqu’à dire, comme le pense Atticus, que c’est « toujours aussi » que [le] démiurge porte regard sur toutes [choses], mais [seulement] que c’est « toujours » que l’intelligible est dans le même état. À moins peut-être qu’il <Platon> n’ait aussi employé [la formule] « porter toujours regard » pour cette raison qu’il voulait éviter que, par le fait de tantôt voir et tantôt ne pas voir, il <le démiurge> ne donne ouverture au non beau pour s’insinuer dans la production ; aussi longtemps donc qu’il est démiurge, qu’il porte regard vers ce qui est sempiternel, afin qu’il produise [quelque chose] qui lui ressemble étroitement, c’est-à-dire quelque chose de « beau »21.

13Le passage pourrait alors être compris comme suit : Proclus rapporte deux lectures platoniciennes de Tim. 28a6-7 et les ordonne hiérarchiquement. Celle de Porphyre est convenable. Porphyre juge incorrecte une autre lecture, celle d’Atticus qui suit l’ordre du texte et rattache « toujours » à « regarder ». Mais Proclus, qui s’inscrit dans une longue histoire exégétique dont son maître Syrianus représente le point culminant, a une vue plus englobante, et peut donner une lecture du texte encore plus compréhensive de Platon que celle de Porphyre. Cette lecture, plus compréhensive, permet de faire droit à celle d’Atticus. L’interprétation d’Atticus est moins proche de la vérité, mais a néanmoins quelque fondement dans la mesure où le texte de Platon lui-même autoriserait ces lectures plurielles et ce, afin d’éviter que l’énoncé de Timée ne donne lieu à des malentendus. Proclus ferait donc droit, à partir de Platon lui-même, à une autre possibilité exégétique, s’ajoutant à celle de Porphyre, qui, de toutes, est la plus correcte. La fin de la phrase revient sur le motif essentiel qui avait guidé l’analyse de tout le lemme : pour autant qu’il est démiurge, l’intellect regarde vers ce qui est éternel. C’est seulement en tant qu’il regarde un modèle éternel et non devenu que le dieu peut produire une œuvre belle qui ressemble à son paradigme et à son auteur.

  • 22 Voir, par exemple, Proclus, In Tim. I.432.26-433.5.
  • 23 Sur ce point, voir J. Trouillard (1958).
  • 24 Proclus, In Tim. I.422.1.

14Selon Proclus, la puissance du Bien donne aux êtres divins la puissance de s’auto-constituer en récapitulant en eux, sur un mode inférieur et dérivé, les caractéristiques de leurs causes. Être démiurge, c’est regarder un modèle. Mais le démiurge du monde ne se rapporte pas au modèle éternel comme à une réalité qui lui serait extérieure : certes le Vivant-en-soi est supérieur au démiurge, mais l’intellect recrée en lui-même l’ordre des intelligibles. Le démiurge est donc une instance qui reprend et développe en lui l’intelligible22. Il est alors possible à Proclus de soutenir qu’en possédant et en déployant en lui-même le contenu du modèle intelligible, le démiurge, par la seule perfection de son activité contemplative intérieure, est producteur du monde. Il est cause du monde, en restant en lui-même, produisant par son être même23. Atticus, en revanche, distinguant regarder et produire, ne comprend pas que regarder le modèle, pour le dieu, c’est ipso facto être producteur. Le regard éternel implique une production éternelle car toute pensée du démiurge est productrice (εἰ δὲ νοοίη, πᾶσα δὲ νόησις τοῦ δημιουργοῦ ποίησίς ἐστι, δεῖ καὶ ποιεῖν αὐτῷ τῷ νοεῖν)24.

15Ce passage est emblématique de la différence qui sépare Atticus des néoplatoniciens dans leur manière de comprendre la fidélité au texte platonicien. Concernant l’exégèse de Tim. 28a6-7, même si la lecture d’Atticus suit l’ordre du texte, le sens qui en est tiré n’est pas satisfaisant, selon Porphyre et Proclus. Bousculant les groupes de mots, les néoplatoniciens font porter la permanence exprimée par l’adverbe ἀεί sur les Formes plutôt que sur le regard du dieu. Cela se justifie à leurs yeux par la problématique générale du passage platonicien, consacré à la défense de l’éternité du modèle – et non à une réflexion sur l’immutabilité de la cause démiurgique. La bonne lexis doit avant tout permettre de dégager un sens conforme à l’ordre des choses et à la pensée de Platon. Concernant l’identification du sujet de παρέλαβεν, si l’hypothèse que j’ai envisagée est acceptable, le passage indiquerait la chose suivante : Porphyre a correctement compris comment regrouper les termes de la phrase platonicienne. Atticus, pour sa part, est resté au plus près de l’ordre des mots. Proclus, quant à lui, procède à une interprétation à la fois intégrative et hiérarchisée de ces lectures antérieures. Par-delà la critique qui est faite d’Atticus, se dessineraient les éléments d’une stratégie où Proclus se présente comme celui qui, parvenu au terme de l’histoire philosophique de l’interprétation du Timée (qui trouve son accomplissement dans l’enseignement de Syrianus), peut situer chaque exégèse antérieure au niveau qui lui convient.

Haut de page

Bibliographie

Arzhanov Y. (2021), Porphyry, ‘On Principles and Matter’, A Syriac Version of a Lost Greek Text with an English Translation, Introduction, and Glossaries, Y. Arzhanov, Berlin, De Gruyter, coll. Scientia Graeco-Arabica.

Baltes M. (1983), « Zur Philosophie des Platonikers Attikos », in H. D. Blume und F. Mann (Hrsg.), Platonismus und Christentum. Festschrift für Heinrich Dörrie, Münster, Aschendorf, p. 38-57.

Boys-Stones G. (2018), Platonist Philosophy 80 BC to AD 250. An Introduction and Collection of Sources in Translation, Cambridge, Cambridge University Press.

Des Places É (1977), Atticus, Fragments, texte établi et traduit par É. des Places, Paris, Les Belles Lettres.

Festugière A. J. (1967), Proclus, Commentaire sur le Timée, trad. A.J. Festugière, vol II., Paris, Vrin.

Lernould A. (2001), Physique et Théologie, Lecture du Timée de Platon par Proclus, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Michalewski A. (2024), Le dieu, le mouvement, la matière. Atticus et ses critiques dans l’Antiquité tardive, Paris, Les Belles Lettres, coll. Anagôgê.

Petrucci F. M. (2016), « ἀντέχεσθαι τῶν ῥημάτων: the Neoplatonic Criticism of Atticus’ Exegesis of Plato’s Cosmogony », in T. Dangel, J. Halfwassen, C. O’Brian (Hrsg.), Seele und Materie im Neuplatonismus, Heidelberg, Universitätsverlag, p. 81-89.

Runia D., Share M. (2008), Proclus, Commentary on Plato’s Timaeus, II.2, Transl. D. Runia & M. Share, Cambridge, Cambridge University Press.

Trouillard J. (1958), « “Agir par son être même”, la causalité selon Proclus », Revue des sciences religieuses 118, p. 347-357.

Van Riel G. (2022), Proclus : Commentary on Timaeus, Procli Diadochi (Procli Diadochi, In Platonis Timaeum Commentaria quae recognovit brevique adnotatione critica instruxit), Oxford, Oxford University Press.

Zambon M. (2002), Porphyre et le moyen-platonisme, Paris, Vrin.

Haut de page

Notes

1 Cette référence correspond à l’édition Diehl à laquelle je renvoie lorsque les textes ne sont pas cités ou traduits. Dans les autres cas, j’indique les concordances avec l’édition G. Van Riel (2022). Dans le passage qui nous occupe, il n’introduit pas de variantes.

2 Platon, Tim. 28a6-b2 : ὅτου μὲν ἂν ὁ δημιουργὸς πρὸς τὸ κατὰ ταὐτὰ ἔχον βλέπων ἀεί, τοιούτῳ τινὶ προσχρώμενος παραδείγματι, τὴν ἰδέαν καὶ δύναμιν αὐτοῦ ἀπεργάζηται, καλὸν ἐξ ἀνάγκης οὕτως ἀποτελεῖσθαι πᾶν· οὗ δ’ ἂν εἰς γεγονός, γεννητῷ παραδείγματι προσχρώμενος, οὐ καλόν. « Toutes les fois donc, que l’ouvrier, les yeux sans cesse fixés sur ce qui est identique, se sert d’un tel modèle, toutes les fois qu’il s’efforce d’en réaliser dans son œuvre la forme et les propriétés, tout ce qu’il produit de cette façon est nécessairement beau. Au contraire, si ses yeux se fixaient sur ce qui est né, s’il utilisait un modèle sujet à la naissance, ce qu’il réaliserait ne serait pas beau ». Trad. A. Rivaud.

3 Pour une présentation détaillée de la structure du commentaire de ce lemme, où Proclus annonce qu’il va se tourner à présent vers les propos de Platon, pour les « mettre à l’épreuve » (τὰ δὲ τοῦ Πλάτωνος νυνὶ βασανιστέον. In Tim. I.268.24 (Diehl) = Van Riel, II. 93.19), cf. A. Lernould (2001), p. 187-204.

4 Proclus, In Tim. I.271.28-272.5 (Diehl) = Van Riel, II.113.9-17.

5 La fidélité scrupuleuse au mot à mot du texte platonicien par Atticus est souvent relevée et critiquée par Proclus (qui, la plupart du temps, cite Porphyre) au sein du Commentaire : par exemple, In Tim. I.284.4 ; I.381.27 ; III. 234.15 ; III.247.12-14 (Diehl). Sur cet aspect, voir F. M. Petrucci (2016).

6 Ce passage a embarrassé les commentateurs, mais aussi les copistes. Celui à qui nous devons la leçon du manuscrit P, va jusqu’à supposer, en élidant le ὡς οἴεται qui se trouve en In Tim. I.272.1, qu’au lieu de s’opposer, les lectures de Porphyre et d’Atticus sont en réalité similaires (οὐ γὰρ καὶ ἀεὶ βλέπειν φησὶ πάντα δημιουργόν Ἀττικός).

7 Proclus, In Tim. I.276.30-277.7; I, 283.27- 284, 14 ; I.381.26-382.12 ; I, 391.6-12 ; Porphyre, On Principles and Matter (PM), 76 ; 86. Je cite ce traité selon l’édition de Y. Arzhanov (2021).

8 Proclus, In Tim. I.392.28-393.5 (Diehl) = Van Riel, II.273.6-12, traduction personnelle. Sur ce passage porphyrien, qui polémique contre le modèle artificialiste de la causalité divine prôné par Atticus, pour lui substituer le modèle de la causalité démiurgique par l’« être même », voir A. Michalewski (2024), chapitre 4, p. 147-158. Le chapitre retrace la généalogie de cette doctrine de Porphyre en montrant comment elle s’enracine dans la reprise retravaillée des analyses du traité plotinien Sur l’impassibilité des incorporels, Enn. III.6 (26).

9 Le dieu est ἀμετάβλητον, pour reprendre une expression que Porphyre emploie contre Atticus en In Tim. I.392.6 (voir aussi In Tim. I.288.16). Sur ce point, voir Plotin, Enn. IV.4 (28).10.

10 Proclus, In Tim. I.394.16-19 (Diehl) = Van Riel, II.275.13-15, traduction personnelle.

11 Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique (PE), XV.13.5.

12 Les fragments d’Atticus que l’on trouve dans le PM sont vraisemblablement tirés d’un traité scolaire d’Atticus consacré à l’exposition de la pensée de Platon. Pour status quaestionis sur la nature de ce texte, cf. A. Michalewski (2024), p. 112-114.

13 Porphyre, PM, 80. Cette traduction est redevable à Margherita Farina que je remercie pour son aide dans la compréhension du texte syriaque.

14 Sur ce point, voir G. Boys-Stones (2018), p. 164-165 ; M. Baltes (1983), p. 48 ; M. Zambon (2002), p. 144.

15 Eusèbe, PE XV.6.16. Ce passage s’appuie sur l’interprétation de Tim. 48e, où Platon expose comment le démiurge parvient à persuader la nécessité de se soumettre.

16 A.J. Festugière (1967) : « à moins peut-être qu’Atticus n’ait assumé aussi “regarder toujours” pour éviter que si le Démiurge est tantôt regardant, tantôt non regardant, il ne donne au non beau occasion de s’infiltrer dans la création ». É. Des Places (1977) : « à moins peut-être qu’Atticus n’ait compris “regarder toujours” pour éviter que si le démiurge tantôt voit, tantôt ne voit pas, il ne donne au non beau occasion de s’infiltrer dans la création ». D. Runia & M. Share (2008) : « Unless, perhaps, Atticus understood the text to say ‘he always looked’ in case he understood the text to say ‘he always looked’, in case he [the Demiurge], by sometimes looking at the Paradigm and sometimes not, might give non-beauty the chance to sneak into the creative process ». C’est également la position de M. Baltes (1983), p. 39.

17 Proclus, In Tim. I. 271.30. C’est ainsi que le comprend A. Lernould (2001), p. 202, n. 20.

18 Voir également Proclus, In Tim. I.231.29-31.

19 Proclus, In Tim. II.100.18-20.

20 Proclus, In Tim. II.100.29-31 (Diehl) = Van Riel, III.139.16-18.

21 Proclus, In Tim. I.271.8-272.5 (Diehl) = Van Riel, II.113.9-17.

22 Voir, par exemple, Proclus, In Tim. I.432.26-433.5.

23 Sur ce point, voir J. Trouillard (1958).

24 Proclus, In Tim. I.422.1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Michalewski, « Le regard du démiurge »Études platoniciennes [En ligne], 18 | 2023, mis en ligne le 15 janvier 2024, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/2861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesplatoniciennes.2861

Haut de page

Auteur

Alexandra Michalewski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search