Navigation – Plan du site
Variantes et récits

Les réécritures dans Los curas comunistas de José Luis Martín Vigil

Elena Chamorro
p. 247-271

Résumés

En 1964 Michel de Saint-Pierre publie en France le roman Les nouveaux prêtres dans lequel il attaque les prêtres ouvriers. Un an plus tard, José Luis Martín Vigil publie en Espagne Los curas comunistas (L’homme déchiré), qui prend la défense de ces hommes et de leur expérience pastorale. Les personnages des deux textes s’appuient constamment sur des citations bibliques pour soutenir les positions qu’ils défendent. Les positions progressistes du personnage de Martín Vigil sont celles qu’a inspirées Vatican II. L’auteur donne ainsi en quelque sorte une version romancée de la Constitution conciliaire Gaudium et Spes. Martín Vigil ne se limite pas, comme c’est le cas de Saint-Pierre, à une intertextualité avec le texte biblique. Il ne se contente pas non plus de réécrire les Constitutions conciliaires. Pour légitimer le renouveau de l’Église et plus particulièrement l’expérience du prêtre ouvrier, l’auteur espagnol a recours à une dernière stratégie : il fait de l’aventure personnelle du prêtre ouvrier protagoniste de son roman une authentique réécriture de la Passion du Christ.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 José Luis Martín Vigil, La vida sale al encuentro, México, Ediciones Buena Prensa, 1955.

1José Luis Martín Vigil, prêtre, est décédé en juillet 2011 à l’âge de quatre-vingt-onze ans. Il publie son premier roman, La vida sale al encuentro, en 19551. Il a publié quatre-vingts romans, traduits dans plusieurs langues, dont certains ont été massivement lus par la jeunesse espagnole essentiellement dans les années soixante et soixante-dix.

  • 2 José Luis Martín Vigil, Los curas comunistas, Oviedo, Richard Grandio, 1965.
  • 3 José Luis Martín Vigil, L’homme déchiré, Paris, Casterman, 1967. Traduit de l’espagnol par Jean Hug (...)

2Los curas comunistas2, publié en français sous le titre L’homme déchiré3, fut un best-seller en Espagne lors de sa parution. Le roman paraît en 1965, un mois avant la clôture du concile Vatican II. L’Église tout entière est alors en crise. Un courant réformiste, celui de la majorité des pères conciliaires, est convaincu de la nécessité d’une mise à jour et d’un dialogue avec le monde. L’autre courant, conservateur, s’oppose à l’aggiornamento pastoral qui inspire le concile.

  • 4 Paul VI, Dignitatis Humanae, 7 décembre 1965.
  • 5 Paul VI, Gaudium et Spes, 7 décembre 1965.

3L’Église d’Espagne aussi est en pleine mutation. Dans les années précédant le concile, elle était encore l’un des piliers du régime franquiste. Le Concordat signé en 1953 par l’État espagnol et le Saint-Siège avait consolidé ce mariage heureux, mais cette situation évolue durant et après le concile. La déclaration conciliaire sur la liberté religieuse, Dignitatis Humanae4, et la constitution sur l’Église dans le monde de ce temps, Gaudium et Spes5, pointent la contradiction qui existait entre la réalité publique espagnole de l’époque et la doctrine du concile. L’Église d’Espagne connaît alors une métamorphose qui se poursuivra des années durant et qui provoquera certaines tensions internes et d’autres, plus problématiques, avec le régime franquiste.

4Le contexte historique dans lequel s’inscrivent la production et la publication de Los curas comunistas est déterminant : les questions qui font alors débat y sont constamment évoquées. Pour preuve : les trois épigraphes qui précèdent le roman et en constituent la première référence intertextuelle mentionnent le cardinal Suhard, le cardinal Lercaro ainsi que Michel de Saint-Pierre. Nous reviendrons, à la lumière de l’analyse du roman, sur les citations précises, nous bornant à signaler, pour l’heure, l’identité de leurs auteurs.

  • 6 Michel de Saint-Pierre, Les nouveaux prêtres, Paris, Éditions de la Table Ronde, 1964.

5C’est au cardinal Emmanuel Suhard (1874-1949) que l’on doit l’expérience des prêtres-ouvriers. Le cardinal Giacomo Lercaro (1891-1976) fut président du Consilium pour l’application de la constitution sur la liturgie issue de Vatican II. Quant à Michel de Saint-Pierre (1916-1987), journaliste et écrivain, il est notamment l’auteur du roman Les nouveaux prêtres6, publié en 1964. Catholique traditionaliste, il s’oppose à l’expérience des prêtres-ouvriers et les condamne dans son roman qui eut, comme celui de Martín Vigil, un énorme succès en Espagne.

6Dans les deux œuvres, les questions qu’aborde le concile trouvent un puissant écho. Si leur réception fut très favorable en Espagne c’est certainement à cause de l’intérêt que suscitait la crise à l’intérieur de l’Église du fait de la dimension politique que prenait l’adhésion aux postulats conciliaires ou leur rejet.

7On imagine aisément que dans un roman écrit par un prêtre et dont le protagoniste est un prêtre, apparaissent des références à l’Évangile : c’est une constante dans Los curas comunistas. Or, l’Évangile donne lieu à des interprétations contradictoires. Si Francisco Quintas, le “nouveau prêtre” protagoniste du roman, y recourt souvent, Sergio, un curé de sa paroisse en qui s’incarnent les points de vue d’une Église conservatrice, y recourt également. Mais la Bible n’est pas le seul hypotexte présent dans le roman. L’esprit de la constitution Gaudium et Spes est un évident substrat du discours de Francisco. Il convient de signaler que Gaudium et Spes, n’est promulguée par Paul VI que le 8 décembre 1965, dernier jour du concile Vatican II, et que la première édition de Los curas comunistas date de novembre de la même année. Il est néanmoins plus que probable que Martín Vigil connaissait bien les travaux du concile, que la presse divulguait au quotidien, et qu’il s’en est fortement inspiré pour créer le profil idéologique de Francisco.

8Nous nous attacherons ici, dans un premier temps, à rendre compte de la présence explicite du texte biblique dans Los curas comunistas et de la référence, sinon aux textes conciliaires eux-mêmes, du moins aux idées qui les ont inspirés. Nous le ferons en parcourant les principales thématiques du roman. Nous essaierons également de déterminer la fonction de ces deux hypotextes dans le roman.

9Nous verrons par ailleurs que les thématiques de Los curas comunistas sont celles-là mêmes qu’aborde le roman de Saint-Pierre, Les nouveaux prêtres, avec lequel Los curas comunistas semble avoir non seulement une parenté thématique mais en plus établir un jeu de réponse qui se révèle par des détails significatifs que nous mettrons en lumière. Les nouveaux prêtres serait ainsi le troisième hypotexte de Los curas comunistas.

10Si Los curas comunistas est un roman à thèse, il appartient également au genre du roman édifiant, épithète que l’on réserve généralement à une littérature populaire, de consommation (c’est le genre de notre roman), dont le dessein est de guider le lecteur vers le perfectionnement dans la vertu. Francisco, le protagoniste, devenant un modèle de vertu chrétienne, on peut considérer le roman comme “édifiant”.

  • 7 Nous suivons pour la définition du terme “récriture”, Anne-Marie Gignoux qui dans La récriture : Fo (...)

11Une fois la présence et la fonction des trois hypotextes mises en évidence, nous essaierons de montrer dans un deuxième temps que la récriture7 de l’Évangile a une double fonction dans Los Curas Comunistas : elle sert le roman à thèse (ou les thèses du roman) et fonde en outre la stratégie de construction du roman édifiant.

1. La trame du roman

12Le récit commence par un dialogue entre le père Francisco Quintas et l’évêque de son diocèse. Celui-ci doit décider s’il autorise le prêtre à poursuivre l’expérience apostolique qui avait démarré un an auparavant auprès des ouvriers d’une usine. Dans le quartier ouvrier où il s’installe, Quintas partage un appartement avec le jeune Tonchu. Celui-ci et Canela, une jeune voisine, sont d’abord les seuls à approcher le prêtre. Le week-end, le prêtre rejoint sa paroisse située dans un quartier bourgeois, et chaque semaine, le père Francisco doit faire face aux attaques verbales du père Sergio qui condamne la forme d’engagement qu’il a choisie.

13À l’usine, à cause d’un problème dans la répartition du travail, des tensions apparaissent. Des ouvriers communistes prennent contact avec le père Quintas et essayent de le compromettre. Par ailleurs, Canela déclare sa flamme au prêtre qui la repousse. Dépitée, elle se jette dans les bras de Navajas, un voyou du quartier. À l’usine, les problèmes vont grandissant. Ils se soldent par l’incarcération de certains ouvriers. Le bruit court que le prêtre a trahi ses camarades. Pour sa part, Canela découvre qu’elle est enceinte et répand le bruit que le prêtre est le père de l’enfant.

14Peu après Francisco est victime d’une agression. À l’hôpital, il reçoit la visite du vicaire qui, en l’absence de l’évêque, l’oblige à se retirer dans un couvent. À son retour, l’évêque autorise Francisco à reprendre son travail ; ignoré des uns, il subit les insultes des autres. Abattu, considérant que son expérience s’est soldée par un échec, il demande à l’évêque l’autorisation de quitter le quartier. Le récit s’achève par un nouveau dialogue entre le prêtre et l’évêque qui l’encourage vivement à y rester.

2. Thématiques et hypotextes en présence

2.1. Un style nouveau

15Francisco Quintas est ce que Michel de Saint-Pierre appelle un « nouveau prêtre ». En tant que tel, il adopte un style nouveau. Lors de sa rencontre avec l’évêque, s’appuyant sur l’exemple du Christ, il rejette les titres honorifiques et jusqu’au vouvoiement en usage avec ses supérieurs :

  • 8 José Luis Martín Vigil, Los Curas Comunistas, in Obras completas, Barcelona, Juventud, 1969, p. 750 (...)

[…] Se concibe el tratamiento si se piensa que a Jesús le tuteaban como al hijo del carpintero ? ¿Cree usted que un peón de la rasqueta puede concebir que hay un padre dentro de tanto “palacio” y detrás de tanta “excelencia” ?8

16Le souhait d’une religiosité moins attachée au decorum, d’une liturgie plus dépouillée, d’un clergé plus proche de l’Église des premiers temps fait partie du style nouveau. Le tutoiement, la proximité deviennent ainsi l’usage. Lorsque le père Quintas rencontre Tonchu, il lui dit :

  • 9 Ibidem, p. 762 – « “Tu peux me tutoyer. […] Nous sommes camarades. Nous serons amis. Je n’irai pas (...)

Puedes tutearme. Somos compañeros. Seremos amigos. No daré un paso detrás de ti, pero en cualquier momento, ya sabes dónde estoy. [...] Tonchu estaba desconcertado y pasaba el peso de su cuerpo de una pierna a otra ».9

17Dans le chapitre 6 de Los curas comunistas, Sergio se plaint des changements qui sont en train de s’opérer dans l’apostolat. Face à ses craintes, Francisco et le curé chargé de la paroisse, don Jacinto, le rassurent :

  • 10 Ibidem, p. 789 – « – Ne dites pas de sottises, s’exclama sèchement don Jacinto. Rien d’essentiel ne (...)

— No digas tonterías – exclamó secamente don Jacinto. Nada esencial puede cambiar.
— Estoy de acuerdo – comentó Francisco. ¡Quién lo diría !
— Es que tú tomas por esenciales cosas que no lo son.
— Por ejemplo…
— ¿De verdad quieres una respuesta ?
— Sí
— Pues toma nota : la sotana, el tratamiento, la “dignidad” entendida como tú la entiendes, el apostolado vinculado al templo, la novenería tradicional.
10

18Francisco, d’un côté, et, de l’autre, Sergio et le père Paul Delance (protagoniste des Nouveaux prêtres) représentent donc les tendances progressiste et traditionaliste de l’Église de l’époque.

19Les progressistes sont à la recherche d’une théologie et d’une spiritualité plus “bibliques”. Ils redoutent une Église triomphaliste, jalouse de son orthodoxie et en marge du monde. Dans la dernière citation, nous avons un exemple des sujets sur lesquels traditionalistes et progressistes s’opposaient, qui ne sont autres que ceux inspirés par les débats conciliaires. Concrètement, au sujet de la dignité des ministres ordonnés, Joseph Thomas, commentateur des documents conciliaires écrit :

  • 11 Joseph Thomas, Le Concile Vatican II, Paris, Éditions du Cerf, 1989, p. 123.

Il convenait [...] au renouveau de l’Église de mieux situer le corps des ministres à l’intérieur et non au-dessus de ce vaste corps des baptisés qui constitue l’Église. Le concile insiste sur l’idée de l’Église communion, sur l’unité du peuple de Dieu et sur l’égalité de tous ses membres, qui fonde par ailleurs leur dignité.11

  • 12 L’assemblée extraordinaire du synode des évêques se tint à Rome du 24 novembre au 8 décembre 1985. (...)

20Le synode extraordinaire de 1985 signala que c’était là l’enseignement majeur du concile12. La dignité est donc basée sur l’égalité et non pas sur les distinctions, les titres. Le tutoiement paraît légitime entre “égaux”. Francisco est défini idéologiquement dès le premier chapitre. Et son style nouveau semble se fonder sur une double autorité : celle de l’Évangile, auquel il fait allusion à travers la personne du Christ, et celle du concile dont il reprend l’esprit.

21Mais revenons un instant sur les scènes que nous avons évoquées plus haut au sujet du tutoiement pour voir de plus près la relation entre le texte de Vigil et celui de Saint-Pierre.

22Nous constatons que ces deux scènes se rapprochent non seulement par la thématique qu’elles abordent. La scène de Martín Vigil reprend des éléments qui rappellent celle de Michel de Saint-Pierre : la rencontre d’un prêtre avec une jeune personne, des réactions d’embarras identiques des jeunes face aux prêtres (même gestuelle). Mais à la réticence de Delance face au tutoiement s’oppose l’attitude de Francisco qui propose lui-même à Tonchu de le tutoyer.

23Dans le quotidien ABC du 8 décembre 1965, Martín Vigil affirmait que Los curas comunistas n’était pas une réponse au roman de Saint-Pierre :

  • 13 « Je travaillais sur cette œuvre bien avant que le roman de Michel de Saint-Pierre ne fût traduit e (...)

Ya antes de que se tradujera al español y armara tanto revuelo la novela de Michel de Saint-Pierre […] estaba trabajando sobre esta obra. Por ello me abstuve de comprarla para no sentirme influido por ella. Sólo cuando tenía hecho el guión y sólo me faltaba dar forma material a la obra la leí.13

  • 14 Op. cit., chapitre 24, p. 927.

24Pourtant, d’autres exemples que celui que nous venons d’examiner semblent prouver que le roman de Martín Vigil, bien que son intrigue diffère de celle du roman français, est très influencé par lui (il y fait référence, par ailleurs, dans Los curas comunistas, par la bouche de ses personnages14). On peut dire que le roman espagnol s’apparente à une “récriture thématique” de l’ouvrage français. Tous deux romans à thèse, le roman français est une diatribe contre les prêtres-ouvriers ; l’espagnol en fait l’apologie. L’antihéros du roman français, le prêtre-ouvrier, est le personnage exemplaire dans le roman espagnol. La thématique commune est donc cette nouvelle forme d’apostolat, ainsi que le faisceau de thèmes adjacents également sujets à controverse : l’Église face à l’éloignement des ouvriers, les formes que devaient prendre l’engagement des prêtres, le dialogue avec les communistes, etc.

25Los curas comunistas prend le contre-pied idéologique des Nouveaux prêtres ; la récriture biblique et la récriture romanesque des textes conciliaires font autorité contre l’idéologie anti-conciliaire véhiculée dans Les nouveaux prêtres.

2.2. Prêtres-ouvriers et péril communiste

26L’expérience des prêtres-ouvriers commence dans les années quarante. Redoutant l’influence du Parti communiste français sur les prêtres, Pie XII leur ordonne en 1954 de se retirer des usines. En 1965, après le concile Vatican II, Paul VI les autorise à y retourner.

  • 15 Léon XIII, Lettre encyclique Rerum Novarum, 15 mai 1891.
  • 16 Roger Garaudy, De l’anathème au dialogue, Paris, Plon, 1965.

27En 1891, dans l’encyclique Rerum Novarum15, Léon XIII avait traité la “question ouvrière”. S’il y condamnait les conséquences du libéralisme économique, il y jetait également l’anathème sur le marxisme. Gaudium et Spes est, tout comme Rerum Novarum, un texte de référence pour la doctrine sociale de l’Église. Reprenant le titre d’un livre du communiste Roger Garaudy, paru précisément en 1965, nous dirons que dans le laps de temps qui sépare la parution de Rerum Novarum de la clôture du concile Vatican II, l’Église officielle est passée, vis-à-vis du socialisme, de l’anathème au dialogue16. On lit dans dans Gaudium et Spes :

  • 17 Op. cit., Chapitre I, « Sur l’Église dans le monde de ce temps », article 2, L’attitude de l’Église (...)

L’Église, tout en rejetant absolument l’athéisme, proclame toutefois, sans arrière-pensée, que tous les hommes, croyants et incroyants, doivent s’appliquer à la juste construction de ce monde, dans lequel ils vivent ensemble, ce qui, assurément, n’est possible que par un loyal et prudent dialogue.17

  • 18 Op. cit., p. 929 – « Le marxisme est diabolique. Cela ne m’étonnerait pas qu’il fût l’Anté-christ.  (...)
  • 19 Op. cit., p. 226.

28Le père Sergio, dans Los curas comunistas, tout comme le père Virioux dans Les nouveaux prêtres, rejette tout dialogue avec les communistes. Aux yeux de Sergio, la présence de Francisco comporte un danger : « El marxismo es diabólico. No me extrañaría que fuera el anticristo »18. Et voici comment le Père Virioux s’adresse à Georges Gallart dans Les nouveaux prêtres : « [...] Écoute-moi : le marxiste avec sa foi dans le Progrès, son matérialisme et sa fausse charité qui a la tête en bas, oui, mon vieux, le marxiste est le singe du chrétien comme l’Autre est le singe de Dieu : “Je me nomme Légion” disait Satan. Mais sa légion est là, parmi nous ! »19.

  • 20 Op. cit., p. 928 – « On dit que le communisme veut étavlir avec le catholicisme des relations de co (...)

29Pour Sergio et pour le père Virioux, les communistes, identifiés au diable, tentent de tendre leurs pièges à ceux qui se prêtent au dialogue. Lorenzo, un prêtre ami de Francisco venu lui rendre visite, reprend la même idée : « Se dice que el comunismo busca una coexistencia con el catolicismo ; una alianza que se sospecha momentánea, estratégica »20. De même, Georges Gallart, dans Les nouveaux prêtres, évoque le danger, le piège dans lequel on tombe en engageant le dialogue avec les communistes :

  • 21 Op. cit., p. 12.

Mais le clergé, pour être jeune, n’a pas besoin d’être systématique, en cherchant la nouveauté à tout prix. Que diable ! Il n’a pas besoin d’être matériel en élevant la notion de progrès humain sur les autels ! Il n’a pas besoin d’être naïf, en donnant tête baissée dans les pièges du communisme sous prétexte d’engager le dialogue.21

30Francisco et Sergio dans Los curas comunistas, le père Virioux dans Les nouveaux prêtres, tous convoquent l’Évangile pour légitimer leurs positions dans cette controverse lancée par le texte conciliaire.

31Le père Virioux, nous l’avons vu, cite littéralement l’Évangile pour faire un rapprochement entre le diable et les communistes. Francisco, lui, a recours à la parabole de la brebis égarée du Nouveau Testament pour défendre son rapprochement avec des ouvriers en général et des ouvriers communistes en particulier :

  • 22 Luc, 15,1-7.

N’est-il pas écrit que le pasteur laissera ses quatre-vingt-dix-neuf brebis pour aller à la recherche de la centième qui est perdue ? Et cela n’apparaîtra-t-il pas plus urgent encore quand, hélas, ce seront les quatre-vingt-dix-neuf qui se seront perdues, une seule demeurant fidèle ?22

32Sa prise de position en faveur du dialogue, et en particulier du dialogue avec les communistes, est une idée récurrente dans le discours de Francisco.

33Dans un monologue dont la rhétorique rappelle les sermons, prenant appui sur l’épisode de l’Évangile dans lequel Jésus appelle Lévi et mange avec les pécheurs, et reprenant la parabole de la brebis égarée, Francisco conclut au sujet du dialogue avec les communistes :

  • 23 Référence à l’épisode des Évangiles dans lequel Jésus appelle Lévi et mange avec les pécheurs. Luc, (...)
  • 24 Apocalypse de Jean, chapitre I. « Les lettres aux Églises d’Asie », VII, Laodicée.
  • 25 Op. cit., p. 797 – « Les communistes appartiendraient-ils à une espèce étrange pour laquelle le Chr (...)

Decir que son comunistas no es decir que pertenezcan a una extraña especie con la que no tenga que ver la redención de Cristo. El evangelio dice de Jesús que comía con los pecadores… ¿acaso no lo hubiera hecho con los comunistas ?23 ¿Es un comunista menos apreciable que la oveja extraviada por la que hay que dejar las otras noventa y nueve ?” Con ellos no podía ser débil, pero tampoco áspero. Era una línea de difícil equilibrio. “Un comunista, de ordinario, no es un fariseo, ni menos un tibio” Y es a los fariseos a los que Cristo fustigó con acritud, pensaba, y a los tibios a los que Dios habló de vomitar de su boca24. Pero, ¡cuidado !, querían envolverle, mezclarle, interesarle con ellos. Las frases “idiota útil” y “compañero de viaje” bailaban ante sus ojos, pero siempre le habían parecido recursos fáciles y demasiado simples de una dialéctica frente a otra.25

  • 26 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Seuil, 1982. Gérard Genette signale q (...)

34Le personnage concède à ses adversaires dans l’Église que le contact avec les communistes n’est pas sans danger mais il joue de l’autorité de l’Évangile pour construire son raisonnement et justifier ses positions. La constitution conciliaire, dans sa conclusion, “dit la même chose autrement”26 :

  • 27 Op. cit., Conclusion, art. 92, Le Dialogue entre tous les hommes.

En ce qui nous concerne, le désir d’un tel dialogue, conduit par le seul amour de la vérité et aussi avec la prudence requise, n’exclut personne : ni ceux qui honorent de hautes valeurs humaines, sans en reconnaître encore l’Auteur, ni ceux qui s’opposent à l’Église et la persécutent de différentes façons. Puisque Dieu le Père est le Principe et la fin de tous les hommes, nous sommes tous appelés à être frères.27

35Le texte conciliaire, tout comme le discours de Francisco, évoque la nécessaire fraternité entre tous les hommes et l’idée de la prudence nécessaire dans le contact avec les communistes. Face à l’arbitraire du rapprochement entre le diable et les communistes que fait Le Virioux – « Je me nomme Légion. […] sa Légion est parmi nous » –, face aux intuitions de Sergio qui voit l’Antéchrist incarné dans les communistes, la récriture biblique fonde le raisonnement de Francisco ; le comportement du Christ guide son propre comportement et l’Église officielle est en phase avec son discours.

2.3. Église des pauvres versus Église des riches

36Francisco présente le visage d’une Église rangée du côté des pauvres et des opprimés, engagée dans les affaires temporelles. La façade de l’église paroissiale à laquelle est rattaché Francisco est construite à la frontière entre le quartier bourgeois où habite le patron de l’usine et celui où vivent Francisco et les travailleurs. Les murs de l’église ne sont pas sans rappeler le fameux « mur » du cardinal Suhard, cité dans la première épigraphe du roman. Celui-ci avait, en effet, affirmé : « Il y a un mur qui sépare l’Église de la masse, ce mur il faut l’abattre à tout prix, pour rendre au Christ les foules qui l’ont perdu »28.

37Francisco prétend l’abattre en passant derrière le mur, du côté des ouvriers. S’il préfère le “côté ouvrier” du mur c’est parce qu’il condamne une Église alliée avec la bourgeoisie, un clergé dont le style de vie est éloigné de la pauvreté évangélique.

38Les relations privilégiées entre la hiérarchie ecclésiastique et la bourgeoisie conservatrice sont mises en évidence dans le roman. L’alliance entre les classes privilégiées, la droite conservatrice et l’Église avait été particulièrement étroite en Espagne dès le début de la Guerre civile, mais lorsque la génération des jeunes qui n’ont pas vécu la Guerre sort du séminaire et est influencée par les souffles d’ouverture et de changement qu’inspire le concile, cette alliance se fragilise.

39Le directeur de l’usine, évoquant les attitudes nouvelles des nouveaux prêtres, dit :

  • 29 Op. cit., p. 800 – « Ce qui se passe, dit don Cosme, c’est que ces jeunes prêtres ne savent pas ce (...)

Lo que pasa – dijo don Cosme – es que estos curas jóvenes no saben lo que fue aquello, No vivieron el treinta y seis. ¿Qué querrán ? ¿Qué volvamos a las andadas ?29

40La guerre entre catholiques renvoie en Espagne à la remise en question des positions adoptées par l’Église pendant la Guerre civile et pendant le franquisme. La bourgeoisie que représente don Cosme, déstabilisée par ces positions nouvelles de prêtres, essaie de contrôler la situation. Ainsi, dans une discussion avec Francisco, le directeur de l’usine rappelle sa condition de catholique et son droit à la parole sur la question des méthodes pastorales ; Francisco, lui, met l’accent sur la responsabilité des catholiques qui sont restés indifférents à la déchristianisation des masses ouvrières :

  • 30 Ibidem, p. 775 – « – Croyez-vous que ça vaille la peine de se faire ordonner prêtre pour venir ensu (...)

— ¿Usted cree que vale la pena ordenarse de sacerdote para venir luego a darle a la escoba en un taller ?
— Yo no me meto en los planes de la dirección. Deje a quien corresponda decidir lo que conviene a los que nos ordenamos.
— Pero es que yo, como católico, también tengo algo que ver en todo eso…
— Usted lleva muchos años teniendo ahí abajo una masa de bautizados que no quiere saber nada con la Iglesia…
¿Le ha preocupado eso ?30

  • 31 Op. cit., p. 119.
  • 32 Jean, 21, 15-17.

41Les arguments de Gallart, dans Les nouveaux prêtres, sont identiques à ceux de don Cosme. Gallart dit à l’abbé Barré : « [...] les âmes, l’apostolat ne sont pas seulement votre affaire. C’est aussi la nôtre »31. L’abbé répond, citant littéralement la Bible : « – Pais mes agneaux, pais mes brebis. Sois le pasteur de mon troupeau »32.

  • 33 Op. cit., p. 123.

42Puis, à propos de la déchristianisation des ouvriers, Barré dit dans le même chapitre : « Devant nous, une masse déchristianisée, un monde ouvrier que cent ans d’hésitations ont jeté au marxisme comme aux bêtes... Mais de quoi s’agit-il ? De rendre le Christ vivant à ce monde-là. Et comment faire ? En changeant de méthodes et même de vision »33.

43Déchristianisation de la classe ouvrière mais aussi responsabilité des catholiques eux-mêmes, rôle des laïcs dans l’Église, actualisation de l’Évangile par le témoignage de vie des prêtres sont encore des thématiques communes à Los curas comunistas et aux Nouveaux prêtres, et objet de controverse. Et, comme en écho, Gaudium et Spes :

  • 34 Op. cit., Chapitre I, « La dignité de la personne humaine », art. 19, Formes et racines de l’athéis (...)

Dans cette genèse de l’athéisme, les croyants peuvent avoir une part qui n’est pas mince, dans la mesure où, par la négligence dans l’éducation de leur foi, par des présentations trompeuses de la doctrine et aussi par des défaillances de leur vie religieuse, morale et sociale, on peut dire d’eux qu’ils voilent l’authentique visage de Dieu et de la religion plus qu’ils ne le révèlent.34

44La négligence dans l’éducation de la foi que Francisco reprochait au directeur de l’usine est explicitement pointée dans la constitution pastorale.

45Quant à la mission des laïcs, elle est réévaluée dans le quatrième chapitre de la constitution sur l’Église. Baptisés, les laïcs sont appelés à rendre l’Église présente dans le monde. C’est l’association des laïcs à la mission des prêtres que Gallart, tout comme don Cosme, évoque auprès de Barré et de Francisco respectivement pour légitimer leur ingérence dans leur ministère. Le texte conciliaire est convoqué cette fois-ci par les traditionalistes.

46Barré et Francisco, comme tous les prêtres ouvriers, entendent « laver le visage de l’Église » pour la rendre à nouveau crédible, par leur témoignage au milieu des ouvriers, par le travail de leurs mains. L’invocation de la pauvreté canonique ou de la pauvreté spirituelle n’est pas possible face à ceux qui vivent misérablement, dit Francisco à Sergio :

  • 35 Actes, 1-8.
  • 36 Op. cit., p. 946 – « Le visage de l’Église ne resplendit plus aux yeux des masses. Il faut le netto (...)

[…] El rostro de la Iglesia ya no resplandece hoy a los ojos de las masas. Hay que lavarlo antes de abrir la boca.
Ya estás con el tópico del testimonio – replicó Sergio cansado.
— Sí. “Seréis testigos míos” dijo Jesús
35. Testimonio pues de cuanto dice el Evangelio empezando por la pobreza.36

  • 37 Matthieu, 11-5.

47Préférence pour les pauvres parce que « les pauvres sont évangélisés »37 pour citer Francisco citant à son tour l’Évangile, mais aussi pour laver le visage de l’Église qui a failli à sa mission.

  • 38 Op. cit., Chapitre III, « L’athéisme », art. 19, Formes et racines de l’athéisme.

48« La pureté de vie de l’Église et de ses membres » associée au « témoignage d’une foi vivante dont la fécondité doit se manifester en pénétrant toute la vie des croyants, y compris leur vie profane, et en les entraînant à la justice et à l’amour, surtout au bénéfice des déshérités » : voici le remède à l’athéisme38.

2.4. Le témoignage

  • 39 Matthieu, 7, 20.
  • 40 Op. cit., p. 788. « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits », trad. cit., p. 57.

49Sergio conteste cette forme de témoignage parmi les ouvriers parce qu’elle a donné la preuve, selon lui, de son inefficacité. Ainsi, lorsque Francisco avoue n’avoir converti personne dans le quartier, il dit citant l’Évangile39 : « Por sus frutos los conoceréis »40.

50Gallart dans Les nouveaux prêtres et Sergio dans Los curas comunistas posent la même question respectivement à Barré et à Francisco. Ils demandent combien de conversions ils ont obtenues parmi les ouvriers. L’expérience du prêtre ouvrier est à leur sens un échec. Les réponses de Francisco et de Barré sont similaires. Ils ne voient pas les fruits mais ils sèment pour l’avenir.

  • 41 Op. cit., p. 126.

— Depuis combien de temps êtes-vous ici, Monsieur l’Abbé ? demanda Georges au bout d’un instant.
— Un peu plus de quatre ans.
— Je connais bien ma paroisse. Et vous prétendez avoir rendu le Christ vivant à ce monde-ci ? [...]
— Allons donc ! Votre échec, l’échec de vos méthodes nouvelles et de votre fameux style est flagrant, éclatant !41

51Le mot “vivant” apparaît en italiques. Gallart fait certainement référence ainsi au chapitre I de Gaudium et Spes, et plus particulièrement au sous-chapitre consacré aux remèdes à l’athéisme évoqué plus haut, qui pointe la nécessité du témoignage. Les traditionalistes constatent l’échec du témoignage par l’exemple et contestent en outre cette méthode parce qu’elle détourne le prêtre de sa vraie mission de messager.

52Francisco dit à ce propos en réponse à Sergio qui lui reproche de négliger la prédication et la reconquête des âmes :

  • 42 Op. cit., p. 931. – « Je suis pour le témoignage. Je crois qu’il importe beaucoup plus de vivre ce (...)

Yo estoy por el testimonio. Creo que importa mucho más vivir lo que se profesa que predicarlo. El mismo Pío XII si mal no recuerdo, dijo estas palabras exactas : “Lo que sobre todo necesita la Iglesia de hoy son testigos, más que apologistas”.42

Et le Père Virioux dit à Reissman, le prêtre-ouvrier :

  • 43 Michel de Saint-Pierre, op. cit., pp. 216-217. La citation du père Chevrier est empruntée à Antoine (...)

— Nous sommes à la fois témoins et messagers… pour être plus clair, ça veut dire que la vie d’un prêtre doit être exemplaire dans l’amour et dans la pauvreté, mais aussi que donner l’exemple ne doit pas lui suffire. Vous autres, les jeunes, les nouveaux prêtres, vous avez tendance à vous arrêter là. Vous dites : « Je témoigne par ma vie. Le reste ne le regarde pas ». Mais oui ! Vous dites : « L’important n’est pas que l’on se convertisse. Il faut redonner audience et crédit à l’Église, qui ne doit pas apparaître comme une assemblée de bourgeois ». Témoignons donc en silence. Nous n’avons plus de croisade à prêcher. Allons, Joseph, ne me dis pas le contraire […] Tu sais ce que disait le père Chevrier, fondateur du Prado ? Il disait : « La mission de prêcher est la plus importante de toutes ».43

53Si le personnage du roman de Michel de Saint-Pierre, catholique conservateur, cite le père Chevrier qui s’était engagé avec les ouvriers, qui avait reconnu aux révolutions le mérite de punir les prêtres de leur avarice et de leur attachement excessif aux biens de la terre, Francisco, lui, cite Pie XII, qui fut un anticommuniste féroce – Pie XII, le pape qui signa avec le régime franquiste le Concordat de 1953.

54Le jeu intertextuel entretenu avec le roman de Michel de Saint-Pierre paraît évident. Comme c’était le cas pour les thématiques précédemment évoquées, nous trouvons une fois de plus des citations bibliques, le reflet de l’esprit conciliaire et l’écho du texte de Saint-Pierre.

55Dans les thématiques examinées dans Los curas comunistas et dans Les nouveaux prêtres l’intertexte biblique est présent pour remplir la même fonction : faire autorité. Dans le discours de Francisco, néanmoins, l’intertexte biblique n’est pas convoqué de façon arbitraire : il fonde son raisonnement et détermine son comportement, son choix de vie. Son discours récrit par ailleurs, nous l’avons vu, les idées conciliaires ; il récrit cette « vision neuve parfaitement adaptée à des principes de toujours ». Une vision neuve conciliée en somme avec l’Évangile.

56Toutefois, ce qui valide définitivement l’expérience n’a pas un fondement raisonné. L’expérience vitale de Francisco est une récriture de la Passion du Christ.

3. Francisco, le double du Christ

57Francisco prend parti dans un conflit qui se déclenche à l’usine, ce qui lui vaut l’inimitié des patrons. Lorsque le conflit s’aggrave, les communistes essaient de le manipuler. Pensant qu’il n’y a pas eu de “vrai dialogue” avec eux, il met un terme à leurs relations. Son chemin de croix commence alors.

58Avant l’arrestation des ouvriers de l’usine, il avait reçu la visite de la police qui avait tenté de lui soutirer des informations. Tonchu avait surpris cette rencontre. Après l’arrestation, la rumeur est lancée par les communistes que c’est Francisco qui les a dénoncés. Devant cette calomnie, “les siens” l’abandonnent. Tonchu semble avoir quitté l’appartement. Francisco ne veut pas croire au “reniement” de son seul “disciple” dans le quartier :

  • 44 Op. cit., p. 996 – « Francisco sortit de cette entrevue à la fois accablé et déterminé. Il voulait (...)

Francisco salió disparado de allí. Quería ver a Tonchu. Si aquella espina que imaginaba era verdad, quería que fuera el mismo Tonchu quien se la clavase.44

  • 45 Hermanda Obrera de Acción Católica – Confrérie Ouvrière d’Action Catholique
  • 46 Op. cit., p. 999 – « La fièvre tomba le troisième jour et les yeux s’ouvrirent », trad. cit., p. 30 (...)

59Les ouvriers de l’usine, la h.o.a.c.45, lui tournent aussi le dos. Ainsi, calomnié, seul, abandonné de tous comme le Christ de la Passion, il est attiré dans un guet-apens et battu sauvagement. Conduit à l’hôpital, il y demeure inconscient. Trois jours plus tard il “ressuscite” : « La fiebre remitió al tercer día y los ojos se abrieron… »46.

60Destinée analogue à celle du Christ, choix d’un lexique évocateur de la Passion. Francisco devient ce Christ vivant qu’évoquait, moqueur, le Gallart de Saint-Pierre. La parole de ce Francisco purifié est maintenant la parole d’un Christ incarné. Fini le temps des débats, le temps du message est venu. Francisco ne cite plus l’Évangile : ses propres mots se confondent à présent avec ceux du Christ.

  • 47 Op. cit., p. 1024 – « “Dieu ! ô Dieu !”, criait-il de tout son être. Mais personne n’accourait à so (...)
  • 48 Luc, 23,33-34.
  • 49 Op. cit. – « Pauvres gens, pensa-t-il, ils ne savent pas ce qu’ils disent », trad. cit., p. 352.
  • 50 Jean, 18, 1-40.
  • 51 Op. cit., p. 1044 – « Non, je vous dis. Rendez-vous compte enfin de l’esprit qui est le nôtre. Pier (...)

61Après son rétablissement, il apprend que Canela prétend qu’il est le père de l’enfant qu’elle porte. De nouveau calomnié, à bout, il appelle Dieu à son aide, tel le Christ sur la croix, : « Dios, Dios, gritaba él hacia dentro. Pero no acudía nadie a responder »47. Puis, lorsque les ouvriers se moquent de lui, ses mots rappellent la première des sept paroles du Christ en croix48 : « Pobres gentes, no saben lo que dicen »49. Lorsque les ouvriers de la h.o.a.c. reviennent à lui pour lui proposer de le défendre face à Navajas qui, sorti de prison, devrait se venger de lui, Francisco, comme le Christ face aux soldats venus s’emparer de lui, refuse de se défendre par la violence50 : « Que no, os digo. Daos cuenta de qué espíritu somos. También Pedro quiso un día defender a Jesús con el hierro en la mano, ¿Lo habéis olvidado ? »51.

62Mais revenons au début de son “chemin de croix”. Lors de son séjour à l’hôpital, Francisco reprend des sujets abordés précédemment. Les thèses défendues faisant appel à l’autorité de la Bible et aux textes conciliaires sont maintenant le message actualisé d’un Christ “actualisé”. Malgré la trahison des communistes, il dira à Lorenzo, son ami prêtre :

  • 52 Op. cit., p. 1005 – « Tu persistes à croire que le dialogue est possible ? – Naturellement. – [...] (...)

— ¿Sigues creyendo que el diálogo es posible ?
— Por supuesto.
— […] Muchos sostienen que es imposible dialogar de verdad con los comunistas.
— En efecto, con el partidista […] no hay nada que hacer.
[…] Pero es que el partidista sigue siendo hombre.52

63Ses convictions n’ont pas été ébranlées par les événements. Son destin étant christique, sa vision a maintenant en plus une valeur ajoutée de légitimité.

  • 53 Op. cit., p. 1006 – « La plus grande difficulté réside, pour moi, dans les circonstances mêmes de n (...)

64Francisco revient ensuite sur le mea culpa que l’Église doit faire pour redevenir crédible : « […] La mayor dificultad reside para mí en nuestros propios fallos históricos. Sólo reconociéndolos podemos empezar »53. Nul doute que ce message devait avoir, en Espagne, une résonance particulière. Rappelons qu’en 1971, soit cinq ans à peine après la publication de Los curas comunistas, l’assemblée qui regroupait évêques et prêtres, la Conjunta, rédigea une pétition de pardon au sujet de la légitimité que, en son temps, l’Église d’Espagne avait accordée à la “Croisade”.

  • 54 Ibidem – « un mea culpa est nécessaire mais encore faut-il modifier des choses pour que le dialogue (...)

65Et Francisco de continuer : « Tenemos que cambiar muchas cosas si queremos allanar los obstáculos que por nuestra parte se oponen a un diálogo posible »54.

  • 55 Op. cit., p. 1050 – « Les uns ont le devoir de suivre la bonne vieille route. Les autres ont le dev (...)

66Mais le dialogue, la réconciliation des “contraires” s’impose aussi à l’intérieur de l’Église. C’est don Jacinto qui conclut à ce sujet lorsque Francisco et Sergio se disputent à nouveau à propos de la déchristianisation des ouvriers : « […] Unos tienen que seguir con lo bueno antiguo : otros tienen que buscar caminos nuevos ; pero si la guerra está dentro, si no hay amor, ¿qué esperáis ? »55.

  • 56 Op. cit., Conclusion, art. 92, Le dialogue entre tous les hommes.

67C’est aussi le message de conclusion de Gaudium et Spes : « Ce qui unit en effet les fidèles est plus fort que ce qui les divise : unité dans le nécessaire, liberté dans le doute, en toutes choses la charité »56.

  • 57 Op. cit., p1066 – « L’évêque s’était peu à peu transfiguré en énonçant lentement, posément, ces s (...)

68Enfin, après la mort de Canela, Francisco veut abandonner l’expérience. Traversé par l’esprit divin, l’évêque, qu’il rencontre, vient confirmer que Francisco est, dans le quartier, un autre Christ : « El obispo se había transfigurado poco a poco diciendo sosegadamente aquellas sabias razones […] “Vas a volver allí, porque allí eres Cristo” »57.

4. Les épigraphes

69Nous ne pouvons conclure cette étude sans revenir sur les épigraphes mentionnées plus haut. Première référence intertextuelle des romans, elles rendent compte de la parenté entre les romans de Vigil et de Saint-Pierre :

  • 58 Op. cit., p. s/n. – « La plus sûre manière de perdre une guerre, c’est de laisser l’initiative à l’ (...)
  • 59 Ibidem – « Je ne souhaite donc ni l’ignorance ni l’étroitesse d’esprit, mais la sobriété et la cons (...)
  • 60 Par la bouche de son personnage, le père Barré, ibidem – « Mais ici tu n’es pas complètement seul e (...)

La manera segura de perder una guerra es dejar la iniciativa al enemigo. Y la manera más segura de no cargar con una iniciativa equivocada es no tomar ninguna y enjuiciar desde la retaguardia las que el otro toma enfrente. (Cardenal Suhard).58
No deseo, pues, ignorancia o estrechez de espíritu sino sobriedad y conciencia de los límites, magnanimidad, flexibilidad y apertura de espíritu ; apertura para seguir nuevos caminos, lo cual, ciertamente, no puede hacerse sin correr un riesgo. (Cardenal Lercaro).
59
Pero aquí no estás completamente solo y van a espiarte innumerables ojos. Ten mucho cuidado, no seas ingenuo. Quien hace el ángel hace la bestia. Y desconfía, porque a través de nosotros, los sacerdotes, están juzgando a Dios.
(Michel de Saint-Pierre).60

70Ces trois épigraphes précèdent la dédicace, adressée à des prêtres ouvriers.

  • 61 Ibidem – « Ma gratitude va aux prêtres qui ont rendu ce livre possible, en m’offrant le meilleur de (...)

Mi gratitud a los sacerdotes que han hecho posible este libro, al brindarme lo mejor de su experiencia laboral, y cuyos nombres omito a petición propia, y por razones comprensibles. Ellos saben que no miento. (José Luis Martín Vigil).61

71Le roman de Michel de Saint-Pierre comporte, lui aussi, des épigraphes qui sont au nombre de quatre. Une dédicace aux prêtres qui l’ont aidé à élaborer le roman les précède :

  • 62 Op. cit.

Je dédie ce livre à tous les prêtres et religieux sans l’aide et l’amitié desquels il n’eût jamais été écrit. (Michel de Saint-Pierre).
Les artisans d’erreurs, il n’y a pas à les chercher aujourd’hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent, et c’est un sujet d’appréhension et d’angoisse très vive, dans le sein même et au cœur de l’Église, ennemis d’autant plus redoutables qu’ils le sont moins ouvertement. Nous parlons, Vénérables Frères, d’un grand nombre de catholiques laïques, et, ce qui est encore plus à déplorer, de prêtres, qui, sous couleur d’amour de l’Église, absolument courts de philosophie et de théologie sérieuses, imprégnés au contraire d’un venin d’erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l’Église. (Saint Pie X, à propos du modernisme).
Au lieu d’affirmer ses idées en face de celles des autres, on prend celles des autres. On ne convertit pas, on se laisse convertir. Nous avons le phénomène inverse de l’apostolat. On ne conquiert pas, mais on se rend. La capitulation est voilée par tout un langage, par toute une phraséologie. Les vieux amis qui sont restés sur la voie droite sont regardés comme des réactionnaires, des traîtres. On ne considère comme vrais catholiques que ceux qui sont capables de toutes les faiblesses et de toutes les compromissions. (Cardinal Montini, archevêque de Milan, 4 septembre 1956).
L’ouverture à gauche entraîne des conséquences très graves pour les âmes en ce qui touche la foi et la vie chrétienne, et pour les conditions de l’Église en Italie ; on n’a pas donné les garanties suffisantes, afin que le péril de l’ouverture à gauche ne se résolve pas en dommage et en déshonneur pour la cause catholique. (Cardinal Montini, 21 mai 1960).
Continuez à apporter votre contribution multiforme à la pensée, à la vie de l’Église et mettez généreusement au service des autres vos propres découvertes et votre propre expérience. Mais que la pensée des répercussions possibles de vos initiatives vous incite sans cesse à joindre au zèle la sagesse, à l’esprit d’entreprise une raisonnable fidélité aux traditions du passé, à la hardiesse de conception le souci d’une soumission aimante à l’égard de ceux qui portent la première responsabilité de l’apostolat, car ce n’est qu’ainsi que vous pourrez répondre pleinement et fructueusement à l’attente de l’Église et travailler efficacement au bien de votre patrie. (Paul VI, Message aux Français, 6 décembre 1963).62

72La première épigraphe du roman de Martín Vigil  citation du cardinal Suhard  s’apparente à une réponse à la première épigraphe de Michel de Saint-Pierre. Alors que ce dernier choisit de citer Pie X, le pape anti-moderniste qui désignait les rénovateurs comme « les nouveaux artisans d’erreurs », Martín Vigil, pour sa part, cite le cardinal Suhard qui accuse ceux qui restent passifs face à l’ennemi : le communisme, faut-il lire.

73La deuxième épigraphe de Los curas comunistas semble répondre aux deux dernières du romancier français. Ces deux citations du futur Paul VI, le second pape du concile, évoquent « le danger communiste ». Face à cette hantise, Martín Vigil choisit de citer un père conciliaire rénovateur qui préconise l’ouverture, la recherche de nouvelles voies, et qui est conscient du risque que celle-ci comporte.

74Pas de réponse à la quatrième épigraphe de Saint-Pierre que l’on pourrait d’ailleurs aisément attribuer à Martín Vigil tant le message qu’elle véhicule correspond curieusement avec celui de Los curas comunistas.

Conclusion

75Dans Los días contados, récit autobiographique que Martín Vigil publie en 1992, il évoque en ces termes Los curas comunistas :

  • 63 Les saints vont en enfer n’est évidemment pas l’œuvre de Saint-Pierre à laquelle José Luis Martín V (...)
  • 64 « J’ai écrit Los curas comunistas au moment où les prêtres ouvriers faisaient leur apparition en Es (...)

Escribí Los curas comunistas al tiempo que empezaba a haber sacerdotes obreros en España. Automáticamente, el Régimen captó lo peligroso que podía resultar el maridaje de los curas con los obreros y su propaganda les tachó de “comunistas”. Yo salí a reivindicar un movimiento harto probado en Francia. […] Era best-seller entonces en España una obra de Michel de Saint-Pierre que se llamaba, si no recuerdo mal, Los santos van al infierno63, libro de ideas ultra como correspondía a su autor. Se dijo hasta la saciedad que mi novela era una réplica a la suya. Nada más falso. Yo había tenido buen cuidado de no asomarme a las páginas del francés hasta haber entregado al editor mi propio original. Lo que quise fue romper una lanza por los esforzados curas obreros que, a la manera de San Pablo, decidían vivir del trabajo de sus manos y no cómodamente del altar.64

76Martín Vigil fait ainsi a posteriori une déclaration des intentions qui ont motivé l’écriture de ce roman. La structure romanesque est donc subordonnée a priori à cette intention de défendre l’expérience des prêtres ouvriers.

77Si le propos de Martín Vigil dans son roman était de défendre les prêtres ouvriers, celui de Michel de Saint-Pierre dans Les nouveaux prêtres avait été de les condamner. Le roman de Saint-Pierre est publié en Espagne un an plus tôt que celui de Martín Vigil. La proximité thématique et la proximité des dates de publication justifient à elles seules le parallèle qui fut établi entre les deux romans. Nous avons en plus fait état de références implicites et explicites dans Los curas comunistas au roman de Saint-Pierre. Les lecteurs de Martín Vigil qui avaient lu Michel de Saint-Pierre ne pouvaient pas être dupes du clin d’œil intertextuel. L’expérience des prêtres ouvriers qui était, au départ, une tentative de reconquête du monde ouvrier gagné par le communisme, paraît cadrer en plus avec l’esprit nouveau qui sous-tend le concile Vatican II. Ainsi, les idées conciliaires sont-elles, nous l’avons vu, l’une des armes dont se sert Martín Vigil pour défendre son propos. La récriture de ces idées fait partie de la stratégie de construction du roman tout comme la référence, la citation de l’Évangile. Celle-ci, en revanche, n’est pas le seul apanage de Francisco. Traditionnalistes ou progressistes sont tous des catholiques. Le texte sacré est donc la référence qui fait autorité. Il est ainsi convoqué, interprété, manipulé même, par les uns et les autres pour servir leurs intérêts, leurs arguments.

78Nous avons vu, néanmoins, que si Sergio cite l’Évangile, Francisco essaie de vivre l’Évangile ; il essaie de vivre à l’image du Christ : il adopte son comportement et adapte son raisonnement au texte sacré. Mais Francisco ne récrit pas seulement l’histoire du Christ par son choix de vie : son sort est celui d’un martyr. Le récit qui en est fait dans les derniers chapitres rappelle par de nombreuses similitudes celui de la passion du Christ. Francisco, double du Christ, est ainsi un personnage exemplaire.

79C’est par le truchement d’une stratégie de récriture que Martín Vigil non seulement légitime idéologiquement l’expérience du prêtre-ouvrier mais fait de lui un personnage on ne peut plus édifiant : un double du Christ, un Christ réincarné.

Haut de page

Notes

1 José Luis Martín Vigil, La vida sale al encuentro, México, Ediciones Buena Prensa, 1955.

2 José Luis Martín Vigil, Los curas comunistas, Oviedo, Richard Grandio, 1965.

3 José Luis Martín Vigil, L’homme déchiré, Paris, Casterman, 1967. Traduit de l’espagnol par Jean Huguet

4 Paul VI, Dignitatis Humanae, 7 décembre 1965.

5 Paul VI, Gaudium et Spes, 7 décembre 1965.

6 Michel de Saint-Pierre, Les nouveaux prêtres, Paris, Éditions de la Table Ronde, 1964.

7 Nous suivons pour la définition du terme “récriture”, Anne-Marie Gignoux qui dans La récriture : Formes, enjeux, valeurs. Autour du nouveau roman, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2003, définit ce terme comme suit : « La récriture est “l’action, le fait de récrire” c’est-à-dire de “donner une nouvelle version d’un texte déjà écrit ou de réinventer, donner une nouvelle version de quelque chose” (Trésor Langue Française) […]. Une citation, par exemple, isolée dans un texte, représente un fait d’intertextualité et non pas une récriture. On conviendra de ne nommer “récriture” que des faisceaux suffisamment importants de marques concrètes et probantes) ».

8 José Luis Martín Vigil, Los Curas Comunistas, in Obras completas, Barcelona, Juventud, 1969, p. 750 – « À quoi bon ces titres, quand on pense que Jésus se laissait tutoyer, comme tout fils de charpentier ? Croyez-vous qu’un valet d’écurie, que n’importe quel manœuvre, puisse concevoir qu’il a un père à l’intérieur de ce “palais” et derrière toutes ces “excellences” ? », trad. cit., pp. 13-14.

9 Ibidem, p. 762 – « “Tu peux me tutoyer. […] Nous sommes camarades. Nous serons amis. Je n’irai pas te chercher mais tu sais où me trouver.” […] Tonchu était déconcerté et son désarroi se devinait à la façon qu’il avait de se tenir debout, faisant passer le poids de son corps successivement d’une jambe sur l’autre. », trad. cit., p. 27.

10 Ibidem, p. 789 – « – Ne dites pas de sottises, s’exclama sèchement don Jacinto. Rien d’essentiel ne peut changer. – Je suis d’accord, commenta Francisco. – Je ne l’aurais pas cru ! lâcha Sergio. – C’est parce que tu tiens pour essentielles des choses qui ne le sont pas. – Par exemple ? – Eh bien, prends note : la soutane, les titres et les préséances, la “dignité” entendue comme tu l’entends, l’apostolat enfermé dans les limites de l’église, la neuvaine traditionnelle. », trad. cit., p. 59.

11 Joseph Thomas, Le Concile Vatican II, Paris, Éditions du Cerf, 1989, p. 123.

12 L’assemblée extraordinaire du synode des évêques se tint à Rome du 24 novembre au 8 décembre 1985. Il fut convoqué par Jean-Paul II pour célébrer, évaluer, se remémorer et promouvoir l’expérience et le message profond du concile Vatican II.

13 « Je travaillais sur cette œuvre bien avant que le roman de Michel de Saint-Pierre ne fût traduit en espagnol et ne provoquât tant de remous. C’est pour cette raison que je ne l’ai pas acheté. Pour ne pas être influencé. Quand mon scénario fut achevé et que seule manquait la mise en forme matérielle, alors seulement je l’ai lu ». C’est nous qui traduisons.

14 Op. cit., chapitre 24, p. 927.

15 Léon XIII, Lettre encyclique Rerum Novarum, 15 mai 1891.

16 Roger Garaudy, De l’anathème au dialogue, Paris, Plon, 1965.

17 Op. cit., Chapitre I, « Sur l’Église dans le monde de ce temps », article 2, L’attitude de l’Église en face de l’athéisme.

18 Op. cit., p. 929 – « Le marxisme est diabolique. Cela ne m’étonnerait pas qu’il fût l’Anté-christ. », trad. cit., p. 218.

19 Op. cit., p. 226.

20 Op. cit., p. 928 – « On dit que le communisme veut étavlir avec le catholicisme des relations de coexistence ; un alliance que nous avons toute raison de croire momentanée, stratégique. », trad. cit., p. 217.

21 Op. cit., p. 12.

22 Luc, 15,1-7.

23 Référence à l’épisode des Évangiles dans lequel Jésus appelle Lévi et mange avec les pécheurs. Luc, 5, 27-32 et Marc, 2, 13-17.

24 Apocalypse de Jean, chapitre I. « Les lettres aux Églises d’Asie », VII, Laodicée.

25 Op. cit., p. 797 – « Les communistes appartiendraient-ils à une espèce étrange pour laquelle le Christ ne serait pas mort sur la Croix ? L’Évangile dit de Jésus qu’il mangeait avec les pécheurs... N’aurait-il pas agi de même avec des communistes ? Un communiste serait-il moins que la brebis égarée pour laquelle il nous faut laisser les quatre-vingt-dix-neuf autres ? Avec eux il ne pouvait pas se permettre d’être faible, mais il n’avait pas non plus le droit d’être hostile. C’était une ligne de difficile équilibre. Un communiste d’ordinaire n’est pas un pharisien, il est encore moins un tiède. Et ce sont les pharisiens que le Christ a fustigés avec âcreté ; et ce sont les tièdes qu’Il a vomis. Mais attention ! Les militants communistes ne voulaient-ils pas l’entourer de prévenances pour mieux le confondre et tromper sa bonne foi ? Ne voulaient-ils pas simplement se servir de lui, de l’intérêt qu’il inspirait aux ouvriers de l’usine ? Mais de quel droit douter de leur sincérité ? Des expressions comme “sottise utile” ou “compagnon de route” dansaient devant ses yeux, bien qu’il ait toujours repoussé ce pragmatisme comme une arme sans doute digne de l’adversaire mais indigne d’un véritable apôtre... », op. cit., p. 67.

26 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Seuil, 1982. Gérard Genette signale que l’on peut « dire la même chose autrement », ou « dire autre chose semblablement ».

27 Op. cit., Conclusion, art. 92, Le Dialogue entre tous les hommes.

28 http://catholique-mission-de-france.cef.fr/pages/decouvrez/publication/editolac258.html

29 Op. cit., p. 800 – « Ce qui se passe, dit don Cosme, c’est que ces jeunes prêtres ne savent pas ce que nous savons. Ils n’ont pas vécu 36, eux. Que veulent-ils ? Que nous revenions en arrière ? », trad. cit., p. 72.

30 Ibidem, p. 775 – « – Croyez-vous que ça vaille la peine de se faire ordonner prêtre pour venir ensuite agiter un balai dans un atelier ? – Je ne cherche aucunement à contrecarrer les plans de la Direction. Laissez qui de droit décider de ce qui convient ou non à ceux qui reçoivent l’ordination. », trad. cit., p. 42.

31 Op. cit., p. 119.

32 Jean, 21, 15-17.

33 Op. cit., p. 123.

34 Op. cit., Chapitre I, « La dignité de la personne humaine », art. 19, Formes et racines de l’athéisme.

35 Actes, 1-8.

36 Op. cit., p. 946 – « Le visage de l’Église ne resplendit plus aux yeux des masses. Il faut le nettoyer avant de penser à ouvrir la bouche. – Je sens que tu vas parler du témoignage, rétorqua Sergio fatigué. – Oui. “Vous serez mes témoins”, a dit Jésus. Témoignons donc, et dans l’esprit de l’Évangile, c’est-à-dire en commençant par être pauvre parmi les pauvres », trad. cit., pp. 239-240.

37 Matthieu, 11-5.

38 Op. cit., Chapitre III, « L’athéisme », art. 19, Formes et racines de l’athéisme.

39 Matthieu, 7, 20.

40 Op. cit., p. 788. « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits », trad. cit., p. 57.

41 Op. cit., p. 126.

42 Op. cit., p. 931. – « Je suis pour le témoignage. Je crois qu’il importe beaucoup plus de vivre ce que l’on professe que de le prêcher. Pie XII lui-même, si je me souviens bien, a prononcé ces paroles exactes : “Ce dont surtout a besoin l’Église aujourd’hui, c’est de témoins, plus que d’apologistes”. », trad. cit., p. 220.

43 Michel de Saint-Pierre, op. cit., pp. 216-217. La citation du père Chevrier est empruntée à Antoine Chevrier, Le véritable disciple, Lyon, éd. Prado, 1968, p. 316.

44 Op. cit., p. 996 – « Francisco sortit de cette entrevue à la fois accablé et déterminé. Il voulait voir Tonchu. Si cette épine qu’il imaginait était réelle, il voulait que ce fût l’adolescent lui-même qui la lui plantât », trad. cit., p. 300.

45 Hermanda Obrera de Acción Católica – Confrérie Ouvrière d’Action Catholique

46 Op. cit., p. 999 – « La fièvre tomba le troisième jour et les yeux s’ouvrirent », trad. cit., p. 304.

47 Op. cit., p. 1024 – « “Dieu ! ô Dieu !”, criait-il de tout son être. Mais personne n’accourait à son appel », trad. cit., p. 331.

48 Luc, 23,33-34.

49 Op. cit. – « Pauvres gens, pensa-t-il, ils ne savent pas ce qu’ils disent », trad. cit., p. 352.

50 Jean, 18, 1-40.

51 Op. cit., p. 1044 – « Non, je vous dis. Rendez-vous compte enfin de l’esprit qui est le nôtre. Pierre aussi a voulu un jour défendre Jésus l’épée à la main. L’aviez-vous oublié ? », trad. cit., p. 355.

52 Op. cit., p. 1005 – « Tu persistes à croire que le dialogue est possible ? – Naturellement. – [...] Beaucoup soutiennent qu’il est impossible d’engager un véritable dialogue avec les communistes. – En effet, avec “le partisan” lui-même, il n’y a rien à faire [...]. Mais le “partisan” n’en reste pas moins un homme. », trad. cit., pp. 310-311.

53 Op. cit., p. 1006 – « La plus grande difficulté réside, pour moi, dans les circonstances mêmes de notre évolution historique. Nous devons au moins commencer par le reconnaître », trad. cit., p. 311.

54 Ibidem – « un mea culpa est nécessaire mais encore faut-il modifier des choses pour que le dialogue avec les communistes soit possible », ibidem.

55 Op. cit., p. 1050 – « Les uns ont le devoir de suivre la bonne vieille route. Les autres ont le devoir d’ouvrir des chemins nouveaux. Mais si la guerre est à l’intérieur de l’Église, si elle est entre nous, s’il n’y a pas d’amour, que pouvons-nous attendre ? », trad. cit., p. 362.

56 Op. cit., Conclusion, art. 92, Le dialogue entre tous les hommes.

57 Op. cit., p1066 – « L’évêque s’était peu à peu transfiguré en énonçant lentement, posément, ces sages raisons […]. – Tu vas retourner là-bas, parce que là-bas tu es le Christ »? trad. cit., p. 380.

58 Op. cit., p. s/n. – « La plus sûre manière de perdre une guerre, c’est de laisser l’initiative à l’ennemi. Et la manière la plus sûre d’éviter toute initiative malheureuse, c’est de n’en prendre aucune et d’observer de l’arrière celles que l’adversaire prend en première ligne. » (cardinal Suhard), trad. cit., p. s/n.

59 Ibidem – « Je ne souhaite donc ni l’ignorance ni l’étroitesse d’esprit, mais la sobriété et la conscience des limites, la magnanimité, la souplesse et l’ouverture d’esprit ; l’ouverture pour continuer à avancer par des chemins nouveaux, ce qui, certainement, ne peut se faire sans courir un risque ». (Cardinal Lercaro), trad. cit.

60 Par la bouche de son personnage, le père Barré, ibidem – « Mais ici tu n’es pas complètement seul et d’innombrables yeux vont t’épier. Fais bien attention, ne sois pas naïf. Qui fait l’ange fait la bête. Et méfie-toi, parce qu’à travers nous, les prêtres, c’est Dieu que l’on juge », trad. cit.

61 Ibidem – « Ma gratitude va aux prêtres qui ont rendu ce livre possible, en m’offrant le meilleur de leur existence quotidienne, et dont je dois taire les noms, pour répondre à leur désir, inspiré par des raisons fort compréhensibles », trad. cit.

62 Op. cit.

63 Les saints vont en enfer n’est évidemment pas l’œuvre de Saint-Pierre à laquelle José Luis Martín Vigil veut se référer, mais un roman de Gilbert Cesbron publié en 1952.

64 « J’ai écrit Los curas comunistas au moment où les prêtres ouvriers faisaient leur apparition en Espagne. Le régime franquiste a immédiatement repéré le danger qui pouvait résulter du flirt entre prêtres et ouvriers et, dans sa propagande, les traita de “communistes”. Quant à moi j’ai voulu défendre un mouvement qui avait largement fait ses preuves en France [...].Une œuvre de Michel de Saint-Pierre dont le titre, si mes souvenirs son bons, était Les saints vont en enfer, livre aux idées ultraconservatrices comme cela convenait à son auteur, était alors un best seller en Espagne. On a dit et redit que mon roman était une réplique à celui de Saint-Pierre. C’est tout à fait faux. J’avais bien pris soin de ne pas me pencher sur les pages du roman français tant que je n’avais pas remis à mon éditeur mon propre manuscrit. Ce que je voulais faire c’était croiser le fer en faveur de l’engagement des prêtres ouvriers qui, à la manière de saint Paul, avaient décidé de vivre du travail de leurs mains plutôt que de vivre confortablement de leur ministère au pied de l’autel ». C’est nous qui traduisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Chamorro, « Les réécritures dans Los curas comunistas de José Luis Martín Vigil », Cahiers d’études romanes, 24 | 2011, 247-271.

Référence électronique

Elena Chamorro, « Les réécritures dans Los curas comunistas de José Luis Martín Vigil », Cahiers d’études romanes [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/1013 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1013

Haut de page

Auteur

Elena Chamorro

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals