Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Machiavel parodié, Machiavel réfuté

Machiavel parodié, Machiavel réfuté

L’Anti-Machiavel d’Innocent Gentillet
Théa Picquet
p. 51-64

Résumés

Les attaques menées contre Machiavel par le protestant Gentillet s’inscrivent dans le contexte de la Saint-Barthélemy (1572). Les différents partis se servent de Machiavel pour dénoncer la régente Catherine de Médicis, trop influencée d’après eux par son entourage italien. Henri II, parvenu au pouvoir, est taxé de « machiavéliste » et Henri IV accusé d’avoir « Machiavel pour Évangile ». La première édition de l’Anti-Machiavel paraît à Genève, où son auteur s’était réfugié, et assure son succès. L’ouvrage volumineux (637 pages) constitue une parodie caustique du Prince.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Raymond Aron, Préface, in Machiavel, Le Prince suivi de Choix de lettres, traduction, notes et po (...)

Parmi les textes qui passent pour « immortels », ce petit livre [Le Prince] occupe une place à part et, je crois bien, unique. Rien n’interdit de le rejeter comme un « méchant essai », inspiré par un esprit de cynisme ou de scandale. Rien n’oblige à y voir un des textes majeurs de la littérature politique. Ce qui est impossible, aujourd’hui autant qu’au premier jour, c’est de l’abandonner avant de l’avoir lu jusqu’au bout, c’est de l’écarter avec indifférence1.

  • 2 Édition de 1576 avec commentaires et notes par C. Edward Rathé, Genève, Droz, coll. « Les classiq (...)

1Telle est l’affirmation de Raymond Aron à propos du Prince de Machiavel. C’est en effet de Machiavel qu’il va s’agir et de la parodie qu’en fait Innocent Gentillet (Vienne, 1535 – Genève, 1588), dans son Anti-Machiavel ou Discours sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un royaume ou autre principauté, divisé en trois parties, à savoir, du Conseil, de la Religion & de la Police que doit tenir un Prince. Contre Nicolas Machiavel Florentin2.

2Après un essai de définition des termes, et le rappel de quelques éléments relatifs à Machiavel et à son œuvre majeure, Le Prince, j’analyserai la caricature grossière proposée par le parlementaire huguenot, qui aboutit au procès du secrétaire florentin et à celui des Italiens en général.

  • 3 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, t. II, Paris, Le Robert, 1998, p. 2581

3Selon Alain Rey3, parodie semble être un emprunt classique (1615) au grec paròdia qui désigne l’imitation bouffonne d’un morceau poétique, dérivé de paròdos, « auteur bouffon ». Il considère cette hypothèse préférable à celle qui y voit un emprunt au latin parodia, hapax de glossateur.

4Le substantif parodie est d’abord employé dans le contexte des formes poétiques du XVIIe siècle pour désigner l’imitation burlesque d’une œuvre sérieuse. Par extension, il se dit d’une œuvre détournée à des fins plaisantes. Il est employé au figuré pour désigner une contrefaçon, une caricature qui ne reproduit que quelques apparences (1827). Il a autrefois servi à désigner un texte destiné à être chanté sur une musique connue. Le verbe parodier (avant 1615) a suivi la même évolution, d’« imiter bouffonnement une œuvre » à « imiter de façon grotesque, contrefaire » (1813).

  • 4 Christophe Barbier, Dictionnaire amoureux du théâtre, Paris, Plon, 2015, p. 784-785.

5Plus près de nous, Christophe Barbier, dans son Dictionnaire amoureux du théâtre, déclare que le « parodieur est un coucou, qui pose ses œufs dans le nid tressé par un autre, c’est un quasi-plagieur… un imposteur, un usurpateur4 ». Mais, ajoute-t-il, la parodie est aussi « un hommage », elle est « à une pièce ce que la contrefaçon est à un sac à main de luxe ».

6Avant d’étudier les intentions de Gentillet, il convient de rappeler quelques éléments notoirement connus sur Machiavel et sur le Prince.

Machiavel et Gentillet

  • 5 Conférence du 7 décembre 2006, Université de Lyon III.

7La vie de Machiavel couvre les années 1469-1527. Le penseur est lié d’une certaine façon aux Médicis. Il est à la fois « auteur » et « acteur », selon la formule de Jean-Claude Zancarini5, dans la mesure où il ne conçoit pas l’écriture comme une activité autonome et où son œuvre est un acte politique tout comme sa participation au gouvernement de la République de Florence.

8Machiavel naît à Florence en 1469, l’année de la mort de Pierre le Goutteux (fils de Côme l’Ancien), auquel succède son fils Laurent. On ne trouve pas de traces de sa vie avant son entrée en politique. Rappelons simplement qu’il a 9 ans lorsque éclate à Florence l’attentat des Pazzi en 1478, qu’il a 23 ans en 1492, année de la mort de Laurent le Magnifique, auquel succède son fils Pierre, dit le Malchanceux, et qu’il a 29 ans l’année de l’excommunication et de la mort de Savonarole.

9Sa vie politique débute le 28 mai 1498, c’est-à-dire cinq jours après la mort du moine ferrarais, date à laquelle il est nommé secrétaire de la seconde chancellerie de la République florentine. Le 14 juillet de la même année, il est nommé chargé des relations étrangères des Dix de Balìa. Il assure plusieurs missions officielles, que ce soit auprès du condottiere Jacopo d’Appiano, auprès de Caterina Sforza, à la Cour de France, où il rencontre le roi Louis XII, auprès de César Borgia, ou encore auprès du pape Jules II et de l’empereur Maximilien. En 1512, les Médicis rentrent à Florence. Il a 43 ans et perd son poste, remplacé par un ex-secrétaire des Médicis, Niccolò Michelozzi. On lui interdit d’abord de quitter le territoire, puis l’entrée du Palais de la Seigneurie. En 1513, la conspiration républicaine ourdie contre les Médicis par deux amis de Machiavel est découverte. Il est arrêté le 18 février, emprisonné au Bargello et torturé. Pier Paolo Boscoli et Agostino Capponi sont exécutés le 22. Cependant, le 13 mars, avec l’élection de Léon X, le cardinal Jean de Médicis, Machiavel est libéré. Il se retire alors sur ses terres, à Sant’Andrea di Percussina. C’est alors qu’il écrit Le Prince. En 1516, sans travail, il participe aux réunions des Jardins Rucellai, les célèbres Orti Oricellari, où il débat d’histoire et de politique avec les jeunes intellectuels florentins. En 1519, il commence la rédaction de L’Art de la guerre, est reçu au palais Médicis par le cardinal Jules. Les Médicis lui commandent les Istorie fiorentine, qu’il terminera en 1525. C’est au deuxième pape Médicis, Clément VII, qu’il présente les six premiers livres. Le nouveau souverain pontife l’envoie d’ailleurs auprès de François Guichardin, en Romagne, pour lui proposer son projet de milice citadine. En 1527, il se trouve encore aux côtés de Guichardin, alors à Modène, lorsque les armées impériales provoquent le sac de Rome et que les Médicis sont chassés de Florence. Il espère alors retrouver sa place de secrétaire de la seconde chancellerie de la République de Florence, mais s’éteint quelques jours plus tard, le 22 juin, à 58 ans.

  • 6 Voir à ce sujet Christian Bec, in Machiavel, Œuvres, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 97.

10Concernant le Prince, à l’exception de la dédicace et peut-être du dernier chapitre, l’ouvrage a été composé en un temps très court : entre juillet et décembre 1513. Sa motivation est à la fois d’ordre historique et d’ordre personnel6.

11Sur le plan historique, le roi d’Espagne, Ferdinand le Catholique, signe en mars 1513 une trêve avec son adversaire Louis XII sans en informer ses alliés. Il sera question de ce roi dans la correspondance de Machiavel mais aussi, à mots couverts, dans le chapitre xviii du Prince. Par ailleurs, le pape Léon X (Jean de Médicis) est soupçonné de vouloir constituer pour sa famille un nouvel État en Italie centrale, sur le modèle de ce que fit Alexandre VI Borgia pour son fils César. Le Prince peut donc être considéré comme un mode d’emploi pour le succès d’une telle entreprise, opuscule qui serait susceptible de le faire réemployer. Sur le plan personnel, Machiavel souffre en effet de l’inactivité imposée par le retour des Médicis à Florence et recherche une compensation dans l’écriture. Touché par la crise florentine et italienne, il désire lui aussi trouver des remèdes, par la plume si ce n’est par l’action.

  • 7 Machiavel, Le Prince, Paris, Librairie générale française, Le Livre de poche, 1972, p. 1-140 ; Ni (...)

12L’ouvrage est un libelle – non un traité, mais une sorte de manifeste produit à chaud, critique, polémique et passionné, très court : 140 pages dans une édition de poche7. Le langage employé comporte des termes clés récurrents, des latinismes de la langue de la chancellerie mais aussi de vastes ressources du florentin, dans un souci d’efficacité dans la persuasion.

13Il s’agit d’un programme politique qui définit ouvertement les lois du monde politique qui pourront permettre de réaliser l’espoir machiavélien de rénovation et de restructuration de l’Italie. Précédé d’une dédicace, le libelle se compose de vingt-six chapitres, portant tous un titre latin à la manière des humanistes, organisés sur le schéma suivant : typologie des différents États ; moyens d’acquérir et de défendre un État ; relations du prince avec ses sujets et ses alliés ; chances et moyens de remédier à la décadence de l’Italie.

14L’ouvrage a connu des niveaux de fortune très bas. Déjà avant d’être imprimé en 1532, le traité suscite des échos du vivant de son auteur : vers 1521, un protégé de Léon X, Agostino Nifo, publie un remaniement du Prince, où le chapitre sur la papauté est censuré et un autre chapitre, en l’honneur des princes, est ajouté – ce qui est représentatif des réactions provoquées. Le Prince est mis à l’Index en 1559. Mais les détracteurs étaient déjà virulents auparavant : en 1535, le cardinal Reginald Pole y voit la main du diable ; en 1552, l’évêque de Cosenza, Cesare Politi, accuse Machiavel d’athéisme et d’hypocrisie.

  • 8 Christian Bec, op. cit., p. lix-lx.

15En France, les catholiques, avec Jean Bodin (1530-1596) et sa République, voient Machiavel comme l’auteur du seul Prince, le théoricien de la tyrannie et de ses risques. Les protestants, avec Innocent Gentillet, le jugent digne de l’enfer. Les attaques menées par le protestant Gentillet comme par le catholique Bodin s’inscrivent dans le contexte particulier de la Saint-Barthélemy (1572). Les différents partis se servent de Machiavel pour attaquer la régente Catherine de Médicis, trop influencée d’après eux par son entourage italien. Henri II, parvenu au pouvoir, se fera taxer de « machiavéliste » et Henri IV d’avoir « Machiavel pour Évangile8 ».

  • 9 Cf. édition de référence, p. 6, note 12.

16Innocent Gentillet est né en 1535, à Vienne. Sa famille est gagnée par la Réforme qui touche profondément cette région. Il fait des études de théologie et de droit, devient juriste et joue un rôle actif dans le Dauphiné9. Au début des années 1570, il semble être à Toulouse ; en août 1572, il s’apprête à partir pour Grenoble lorsqu’il apprend les bouleversements qui frappent la capitale. Il prend alors la fuite et se réfugie à Genève, d’où il commence sa carrière de polémiste. Il y reste cinq ans environ et revient à Grenoble où il est nommé au parlement. Deux ans plus tard, il est président du tribunal de Die et, en 1581, président du parlement de Grenoble.

  • 10 Ibid., p. 8.

17Durant ces années, il rédige un livre, publié en 1578, où il analyse les points principaux de la doctrine calviniste, pour démontrer qu’elle est conforme à la Bible. Il va même jusqu’à affirmer que l’Église, donc le pape, n’échappe pas à l’autorité de l’empereur et fait appel, comme Calvin, à la suprématie de Dieu10. Il aurait traduit une Histoire des Suisses écrite par Josias Simler, publiée en 1579.

  • 11 Ibid., note 19.

18En 1584, le duc d’Alençon meurt et le gouvernement promulgue l’édit de Réunion qui marque la fin de la « paix de Monsieur ». Gentillet se réfugie de nouveau à Genève. En 1586, il publie un livre sur le Concile de Trente : Le Bureau du concile de Trente, auquel est monstré qu’en plusieurs poincts iceluy concile est contraire aux anciens conciles et canons et à l’autorité du Roy11. Ce serait sa dernière publication. Sa mort remonterait au 23 juin 1588.

L’Anti-Machiavel

19L’Anti-Machiavel connaît une première édition en 1576, à Genève (fig. 1), une seconde revue, toujours à Genève, et une troisième avec deux tirages : 1578 et 1579. Cette troisième édition débute, après l’Indice des Maximes, par une Complainte de la France à Monseigneur le Duc (le duc d’Alençon). Les deux sonnets et des quatrains en latin se placent après la Complainte et sont suivis d’un poème adressé au lecteur.

20Cette édition comprend aussi la Déclaration de l’Autheur des Discours contre Machiavel, pour satisfaire aux plaintifs d’aucuns Italiens que Gentilllet avait publié séparément en 1576 pour calmer les susceptibilités italiennes.

  • 12 Ibid., p. 2.

21La dernière édition française, publiée à Leyde en 1603 par Jacob Stoer, a pour titre Dernière édition corrigée et augmentée de plus de la moitié, mais elle ne mentionne pas le nom de l’auteur. Les Maximes ajoutées concernent l’Art de la Guerre et l’Histoire de Florence. C. Edward Rathé fait remarquer que le style est différent et que l’auteur de ces nouvelles maximes n’est probablement pas Gentillet12. En 1577 paraît une traduction en latin, suivie de huit réimpressions et, en 1608, l’ouvrage est traduit en anglais.

22Quand paraît l’Anti-Machiavel, Innocent Gentillet réside à Genève, où il s’était réfugié après la Saint-Barthélemy (23-24 août 1572). Déjà en 1574, il avait annoncé son intention de rédiger une réfutation des théories de Machiavel. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage assure sa renommée. Son succès s’explique par le climat de la France : on voyait en effet dans le massacre de la Saint-Barthélemy l’application des théories du secrétaire florentin par son disciple, Catherine de Médicis. Mais les huguenots ne sont pas les seuls à mettre en cause les idées de Machiavel : les catholiques et les membres du clergé puisent leurs arguments contre Machiavel dans les écrits de Gentillet.

  • 13 Signalons la thèse de José Luis Egío, La pensée politique d’Innocent Gentillet (1532-1588) : calv (...)
  • 14 Selon les termes de Jean-Yves Pouilloux, « Innocent Gentillet », Encyclopedia Universalis.
  • 15 Voir la page de garde de l’édition de 1576.
  • 16 Édition de référence, p. 12.

23Son ouvrage est le reflet de sa doctrine13. En effet, là où Machiavel propose une morale politique, Gentillet recommande une morale chrétienne14. Pour lui, le fondement de l’État est la loi et l’absence de celle-ci mène au chaos ou à la tyrannie. Il y a une hiérarchie de droit, dont le symbole est la Vignette des trois colonnes15 et qu’on retrouve dans la structure du texte : le Conseil qui est la manifestation du droit civil et de la coutume ; la Religion, qui est l’expression du droit divin, droit tout-puissant comme la suprématie de Dieu qui est supérieure à toute autre puissance et source de toutes les lois ; la Police, qui est la direction et la pratique quotidienne du gouvernement. Notons que par « Police », il entend l’« administration » et s’oppose à l’évolution du mot vers l’idée de « Raison d’État16 ». Pour lui, ce doit être l’expression du droit naturel et moral.

Fig. 1.

24Donc, la puissance du roi repose sur la loi de Dieu, sur la coutume (ou loi collective), sur la loi morale. Aussi, selon Gentillet, Machiavel transforme le roi en tyran, qui fait lui-même sa loi et rejette la suprématie de Dieu, la coutume, gardienne des libertés du peuple, le droit naturel.

25En ce qui concerne la structure de l’Anti-Machiavel, l’ouvrage est volumineux : 637 p. contre les 140 du Prince. Il comprend une dédicace à François duc d’Alençon (1554-1584). Fils d’Henri II et de Catherine de Médicis, il intrigue avec les protestants, rejoint le prince de Condé et se met à la tête des rebelles. Après la paix de Monsieur (1576), il conspire avec Guillaume d’Orange, se rend aux Pays-Bas à son appel, mais devient très vite impopulaire. Sa mort laisse à Henri de Navarre (futur Henri IV) la succession au trône.

  • 17 Ibid., p. 33.

26Gentillet affirme qu’il a recueilli du Prince et des Discours ce qui est vraiment de Machiavel et qu’il l’a réduit en maximes, classées en trois parties pour rassembler chaque matière en un lieu17. Elles portent le titre suivant : « Indice des Maximes de Machiavel refutez en ces discours divisez en trois parties ». Les Maximes de la première partie, au nombre de trois, traitent du « Conseil que doit avoir un Prince ». Celles de la seconde partie traitent « de la religion que doit avoir le Prince » et sont dix. Les Maximes de la troisième partie traitent « de la police que doit avoir un prince » et sont trente-sept. Chacune des trois parties est précédée d’une préface.

27Dans ces Maximes, séparées de leur contexte, Gentillet fait plus le procès de Machiavel qu’il n’alimente un débat. Il met en question la sincérité et l’intelligence du penseur politique, lui oppose d’autres exemples tirés des mêmes sources, les grands historiens romains, auxquels il ajoute l’histoire sacrée et l’histoire nationale.

  • 18 Quomodo fides a principibus sit servanda.

28Un exemple significatif est le sort réservé au célèbre chapitre xviii du Prince, Comment les princes doivent tenir leur parole18, qui est morcelé et repris en trois Maximes différentes : la 12, la 18 et la 21.

29Dans la Maxime 12, intitulée « Le prince doit ensuyvre la nature du lyon et du renard : non de l’un sans l’autre », Gentillet cite le début de ce chapitre en omettant le préambule : « Combien il est louable pour un prince de tenir sa parole… » et en modifiant le texte : « Il faut entendre (dit ce Florentin) que les hommes combattent de deux manières… », écrit-il, et il avance des contre-exemples pour réfuter le raisonnement de Machiavel : celui de l’empereur Didius Julianus, qui fut vaincu et tué par ses propres soldats, d’Annibal, et bien d’autres exemples de l’Antiquité. Il s’adresse directement au lecteur : « A vostre advis, est ce peu de chose que d’enseigner à vivre et se gouverner en beste ? » ; il dénigre l’auteur du Prince lorsqu’il affirme : « Car de foy et de promesse, ny de droit et raison il n’en faut pour point parler en l’escholle de Machiavel, sinon pour s’en moquer… », ou encore lorsqu’il évoque les « renardises » dont le nôtre, selon lui, fait grand cas. Ensuite, il reprend le texte original, où il est dit que Chiron était le précepteur d’Achille et sème le doute : « où a-t-il (Machiavel) leu que Chiron fust homme et beste ? qui luy a dit qu’il fut baillé au prince Achilles, pour luy enseigner ceste belle science d’estre homme et beste tout ensemble ? » et va jusqu’à parler de la « bestiale malice de Machiavel ». Il termine cette maxime en se demandant pourquoi le penseur politique ne persuade pas les princes de faire figurer ces deux bêtes, le lion et le renard, sur leurs armoiries.

30La Maxime 18 s’intitule : « Le prince ne doit pas craindre de se perjurer, tromper et dissimuler : car le trompeur trouve toujours qui se laisse tromper » ; ce qui reprend cette phrase du Prince : « […] il est nécessaire de savoir farder cette nature et d’être grand simulateur et dissimulateur : les hommes sont si simples et obéissent si bien aux nécessités présentes, que celui qui trompe trouvera toujours quelqu’un qui se laisse tromper. » Gentillet conteste la réussite de cette stratégie politique en avançant moult preuves, puis il considère cette « doctrine détestable » et indigne, non seulement d’un prince mais de tout homme. Il récuse aussi le fait que le trompeur trouvera toujours qui tromper car « il trouvera aussi qui le trompera » et « pour un qu’il trompera, il en trouvera six qui le tromperont ». Il dit en outre que l’exemple des Romains donné par Machiavel est « une pure tromperie ». Et cette Maxime s’achève sur une allusion à l’Enfer, à travers une citation d’Homère (Iliade, IX, 312-314) :

Celuy qui l’un au cœur, et l’autre en bouche porte,
Il m’est pour ennemi comme d’enfer la porte.

31La Maxime 21, « Le prince prudent ne doit observer la foy, quand l’observation luy en est dommageable, et que les occasions qui la luy ont fait promettre sont passées », reprend cette phrase du chapitre xviii du Prince : « […] un souverain sage ne peut ni ne doit observer sa parole, lorsqu’un tel comportement risque de se retourner contre lui et qu’ont disparu les raisons qui la firent engager… » La condamnation de Gentillet est sans appel : « […] les autres maximes de Machiavel se puissent dire meschantes et detestables au plus haut degré, si est-ce que ceste-cy emporte encores le prix sur toutes les autres. » Et il démontre que cette « detestable doctrine » va à l’encontre des règles du commerce et de la justice, qui se fondent justement sur la foi et la loyauté. Il en appelle à l’Écriture sainte, où Dieu commande de « tenir la foy et promesse », veut combattre « ce profane de Machiavel » ainsi que les auteurs « payens et profanes » et démontre que notre auteur a mal lu Tite-Live et que ses Discours sont « pleins d’ignorance » et de « toute meschanceté », avec de nombreuses illustrations tirées de l’Antiquité mais aussi d’un passé plus récent, comme les guerres entre François Ier et Charles Quint. Il parle de « ce puant Machiavel » et termine sa longue argumentation par :

« Comme le poète Homère (bien qu’il fust payen) nous en a sagement avertis disant :
Bien que le Dieu du ciel ne punit pas sur l’heure
Le perfide tousjours de sa faute et perjure,
Il n’eschappe pourtant son ire, qui s’enflamme,
Et destruit à la fin luy ses enfants et femme. » (Iliade, IV, 162-166)

32En somme, en transformant les propos de Machiavel, en proposant une contrefaçon, une caricature caustique de son œuvre, Gentillet engage un procès sans appel contre le penseur florentin.

  • 19 Édition de référence, p. 31.

33En effet, dès la préface de la première partie, Gentillet précise son objectif : « Voilà donc le but que je me propose, c’est de confuter la doctrine de Machiavel, et non de traiter à fond de science politique19… »

  • 20 Ibid., p. 36.
  • 21 Ibid., p. 386.
  • 22 Ibid., p. 445.
  • 23 Ibid., p. 433.
  • 24 Ibid., p. 398.
  • 25 Ibid., p. 32.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid., p. 477.
  • 28 Ibid., p. 41.
  • 29 Ibid., p. 31.
  • 30 Ibid., p. 32. Guy Le Fèvre de la Boderie évoque lui aussi la « méchanceté » du secrétaire florent (...)
  • 31 Édition de référence, p. 31.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 32.

34Il le traite de tous les noms, manifestant ainsi son mépris : « Machiavel Florentin20 », « ce Florentin21 », « messer Nicolas22 », « maistre Nicolas23 », « leur maistre24 » (des machiavélistes), « ce maistre docteur25 », « ce grand docteur26 », « ce puant Machiavel27 », « vray atheiste », « contempteur de toute piété28 ». Il le dit « tout ignorant de cette science29 » (la science politique), ajoute que sa subtilité est en réalité « pure bestise », accompagnée de « lourdise » et surtout « pleine de meschanceté extrême30 », que ses maximes sont « toutes meschantes31 », que ses enseignements sont « meschants et damnables32 ». Il déclare encore parler trop modestement de ses « vices et bestise33 ».

  • 34 Ibid., p. 31.

35En outre, Gentillet met en doute la compétence du secrétaire florentin, affirme que celui-ci n’a rien vu d’autre que la discorde des puissants, qu’il a commis « de lourdes fautes d’ignorance », qu’il n’a pas de « jugement naturel ferme et solide » ; ce qui se voit aux « fades et ineptes raisons dont il confirme… ses propositions34 ».

  • 35 Ibid., p. 34-35.

36Il le dénigre aussi pour son Art de la guerre. Il affirme que ses préceptes « semblent nouveaux et de son invention », mais qu’on ne les pratique pas et qu’ils ne sont pas estimés dignes par ceux qui « entendent l’art militaire ». C’est « pire outrecuidance et témérité » que de parler des affaires de guerre lorsqu’on n’est pas du métier, continue-t-il, insistant sur le fait que Machiavel « estoit un simple secretaire » et qu’entre son métier et celui des armes il y a la différence « d’une arquebuse à une escritoire ». Puis il le raille encore, le qualifiant de « clerc d’armes35 ».

  • 36 Ibid.

37Il va jusqu’à la diffamation, l’accusant de tout emprunter aux autres écrivains : « qu’en tous ses écrits il n’y a chose qui vaille, qui soit sienne et de son creu », et le compare aux empoisonneurs, qui distillent leur poison avec « quelques morceaux frians et delicats ». Machiavel aurait ainsi cité dans ses livres des passages tirés de Tite-Live et d’autres grands auteurs « pour s’en servir d’appast à couvrir sa poison36 ».

  • 37 Ibid., p. 32-33.
  • 38 Ibid., p. 32.
  • 39 Ibid.

38Il convient cependant de remarquer que Gentillet commet une erreur relative à la biographie de Machiavel, quand il écrit que ce dernier était en France et à Rome en qualité de « fuitif et banny » alors qu’en réalité Machiavel était chargé d’ambassade37. Il reconnaît ne pas s’intéresser à la vie et à la mort du penseur florentin et affirme sans aucun scrupule que ce dernier mérite d’être oublié : « sa mémoire meriteroit mieux d’être ensevelie en perpetuelle oubliance38… » Mais il termine par une exécution en règle : « sa vie a esté telle que sa doctrine (comme il est à présumer), ne fut jamais homme au monde plus souillé et contaminé de tous vices et meschancetez que lui39 ».

  • 40 Voir à ce propos Paolo Carta, « Les exilés italiens et l’anti-machiavélisme français au XVIe s. » (...)
  • 41 Édition de référence, p. 36.
  • 42 Ibid., p. 39.

39À travers Machiavel, Gentillet fait le procès des Italiens et de ceux qu’il nomme « les Italianisés40 ». Il attaque tout d’abord les gens de la Cour, pour qui les livres de Machiavel « sont tenus chers et précieux » comme les livres des Sibylles que les païens consultaient avant chaque décision importante, « ou comme les Turcs tiennent cher et précieux l’Alchoran de leur Mahumet »41. Ils sont dans les mains des courtisans comme le bréviaire dans les mains du curé du village42.

  • 43 Ibid., p. 36.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid., p. 37.

40Par ailleurs, Gentillet regrette l’heureuse époque où la France était gouvernée « à la française », c’est-à-dire en suivant « les traces et enseignemens de nos ancêtres françois43 ». Car, depuis la mort d’Henri II, le pays est gouverné « à l’italienne ou à la florentine », dit-il, c’est-à-dire selon les enseignements de Machiavel44. Il demande donc à Dieu de remédier, par sa grâce, aux effets de la doctrine du Florentin45.

  • 46 Ibid.

41Il accuse les Italiens, « ceux de la nation de Machiavel », de s’emparer des principaux rouages du gouvernement, de provoquer la ruine de la France, la « patrie », la « mère », qualifiée de « pauvre », « désolée », « déchirée »46.

  • 47 Ibid., p. 38.

42En outre, pour obtenir quelque chose en Cour, il faut parler italien, poursuit-il, qu’il appelle « messeresque » (de « Messere » ?), « gergon ». D’après lui, les Italiens ne comprennent pas le français, ni les termes juridiques, encore moins les ordonnances royales. Ils ne peuvent donc ni observer les lois ni les faire observer47.

  • 48 Ibid., p. 37.

43Ils sont porteurs de tous les défauts, ces « estrangers » qui désolent et déchirent la France, qui sèment l’athéisme et l’impiété, qui contaminent et souillent l’Hexagone par leurs défauts : mépris de Dieu, perfidie, sodomie, tyrannie, cruauté, « pilleries », « usures estranges » et « autres vices detestables48 » et ainsi de suite.

  • 49 Ibid., p. 38.
  • 50 Ibid., p. 41.
  • 51 Ibid., p. 41-42.

44La conclusion logique de toute la démonstration est claire : il faut chasser de France Machiavel et son gouvernement49. Cependant, Gentillet apporte quelques nuances : il existe pourtant des gens vertueux dans la « nation italienne et florentine », qui ne sont pas « machiavélistes » et qui détestent sa doctrine. Mais les Italiens vertueux sont comme les pierres précieuses, ils sont rares50. Et puis, il y a aussi des Français perfides : ceux qui ont été « italianisés » et ont appris à l’être par la doctrine de Machiavel, qui les a contaminés. Mais, grâce à Dieu, poursuit-il, il y a de bons Français qui détestent « la perfidie et la déloyauté », qui n’adhèrent pas aux « exploits » que font en France les « Italiens et Italianisez ». Ceux-là gémissent et feront recouvrer « la bonne réputation à la nation française », que « quelques degenereux italianisez ont souillée et polluée51 ».

45En conclusion, avec son Anti-Machiavel, Innocent Gentillet ne parodie pas seulement le penseur politique florentin, dans le sens où il propose une contrefaçon, une caricature qui ne reproduit que quelques apparences de l’œuvre originale : il en fait aussi le bouc émissaire de la Saint-Barthélemy, le symbole de la corruption italienne qui, à travers Catherine de Médicis et ses courtisans, détruisait, selon lui, les traditions politiques et les coutumes françaises. Le parlementaire huguenot a ainsi contribué à la diffusion d’une fausse renommée de notre auteur.

46Alors apparaissent en effet les termes de « machiavéliste », puis de « machiavélique » et de « machiavélisme ». Ainsi, le Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey donne les définitions suivantes : « machiavélique » est dérivé (1578, écrit « machiavellique ») du nom de Machiavel, homme d’État florentin (1469-1527), célèbre par ses écrits (Le Prince) et ses théories politiques séparant l’efficacité en matière de gouvernement, des questions morales. Rare au XVIe siècle, cet adjectif péjoratif qui signifie « cynique en matière de politique » a été repris vers 1791 et s’est répandu après 1803. Le nom de Machiavel a aussi servi à former des termes didactiques se rapportant à la doctrine politique : « machiavéliste » (1581), « machiavélisme » (1602, Catéchisme des Jésuites), employé depuis le XVIIe siècle avec son sens didactique moderne ainsi qu’avec le sens courant de « caractère subtil et cynique ».

  • 52 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, p. 2081.

47Quant au substantif « un Machiavel », il est quelquefois employé dans un style littéraire pour désigner un homme d’État sans scrupule (1831)52.

  • 53 Ibid.

48De plus, au XVIIe siècle, Machiavel est réduit au seul Prince et aux travestissements de celui-ci. Au XVIIIe siècle, il fait l’objet d’une nouvelle lecture : Pierre Bayle, dans son Dictionnaire (1696), voit dans Le Prince « une étude du monde » mais refuse « les maximes mauvaises ». Montesquieu (1689-1755) récuse les « principes inutiles, dangereux » tout en saluant « un grand esprit53 ». Les philosophes, dont Diderot (1713-1784), hésitent avec malveillance, mais acceptent la thèse du républicanisme déguisé. Frédéric II, conseillé par Voltaire (1694-1778), fait preuve d’une intolérance aussi grande que celle des procureurs de la Réforme et de la Contre-Réforme. Machiavel est accusé d’avoir « infecté les écoles de la politique ».

  • 54 Christian Bec, op. cit., p. lxxii-lxxiii.
  • 55 Raymond Aron, « Préface », art. cit., p. 10.

49Sa réhabilitation est tardive. Au XIXe siècle, les idéologues établissent le mythe de Machiavel patriote et libérateur. Les patriotes le récupèrent comme prophète de l’unité et de l’indépendance de leur pays. En Allemagne, Hegel juge que la violence préconisée par Le Prince répond à une situation historique précise, qu’elle est inhérente à la nature de l’État. En Italie, De Sanctis (1870) ne renonce pas à une interprétation patriotique de l’œuvre de Machiavel et l’enrichit de perspectives nouvelles : Le Prince est maintenant expliqué par son contexte temporel. Cependant, pendant les périodes de crise, les travestissements de Machiavel et de son ouvrage recommencent : Gramsci (1891-1937) voit encore en lui un patriote, mais en tant que marxiste il affirme que l’auteur du Prince a annoncé au peuple sa vocation révolutionnaire. Mussolini l’annexe à son programme fasciste ; certains le jugent responsable du nazisme ; d’autres le voient comme l’annonciateur de Pétain54. En somme, personne n’a été indifférent à Machiavel : pour le dire à nouveau avec Raymond Aron, si « Le Prince n’a pas gardé sa jeunesse […] il a gardé son pouvoir de fascination55 ».

Haut de page

Notes

1 Raymond Aron, Préface, in Machiavel, Le Prince suivi de Choix de lettres, traduction, notes et postface de Jean Anglade, Paris, Le Livre de poche, 1972, p. 10.

2 Édition de 1576 avec commentaires et notes par C. Edward Rathé, Genève, Droz, coll. « Les classiques de la pensée politique », 1968, 637 p. Ce sera l’édition de référence pour toutes les citations de Gentillet. Voir à son propos Michele Lodone, « Gentillet, Innocent », in Encyclopedia of Renaissance Philosophy, New York, Springer, 2017.

3 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, t. II, Paris, Le Robert, 1998, p. 2581.

4 Christophe Barbier, Dictionnaire amoureux du théâtre, Paris, Plon, 2015, p. 784-785.

5 Conférence du 7 décembre 2006, Université de Lyon III.

6 Voir à ce sujet Christian Bec, in Machiavel, Œuvres, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 97.

7 Machiavel, Le Prince, Paris, Librairie générale française, Le Livre de poche, 1972, p. 1-140 ; Niccolò Machiavelli, Tutte le Opere, a cura di Mario Martelli, Firenze, Sansoni, 1971, p. 255‑298.

8 Christian Bec, op. cit., p. lix-lx.

9 Cf. édition de référence, p. 6, note 12.

10 Ibid., p. 8.

11 Ibid., note 19.

12 Ibid., p. 2.

13 Signalons la thèse de José Luis Egío, La pensée politique d’Innocent Gentillet (1532-1588) : calvinisme, gallicanisme et anti-machiavélisme, soutenue le 28 octobre 2015 à l’université de Murcie (Espagne).

14 Selon les termes de Jean-Yves Pouilloux, « Innocent Gentillet », Encyclopedia Universalis.

15 Voir la page de garde de l’édition de 1576.

16 Édition de référence, p. 12.

17 Ibid., p. 33.

18 Quomodo fides a principibus sit servanda.

19 Édition de référence, p. 31.

20 Ibid., p. 36.

21 Ibid., p. 386.

22 Ibid., p. 445.

23 Ibid., p. 433.

24 Ibid., p. 398.

25 Ibid., p. 32.

26 Ibid.

27 Ibid., p. 477.

28 Ibid., p. 41.

29 Ibid., p. 31.

30 Ibid., p. 32. Guy Le Fèvre de la Boderie évoque lui aussi la « méchanceté » du secrétaire florentin dans les premiers vers du sonnet Contre Machiavel : « Du meschant Florentin le conseil detestable / Chez vous, Princes Chrétiens ne soit jamais receu », dans Écritures de l’Histoire (XIVe-XVIe siècle), Actes du colloque du centre Montaigne de Bordeaux, 19‑21 septembre 2002, Genève, Droz, 2005, p. 129.

31 Édition de référence, p. 31.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 32.

34 Ibid., p. 31.

35 Ibid., p. 34-35.

36 Ibid.

37 Ibid., p. 32-33.

38 Ibid., p. 32.

39 Ibid.

40 Voir à ce propos Paolo Carta, « Les exilés italiens et l’anti-machiavélisme français au XVIe s. », Laboratoire italien, no 3, « La République en exil (XVe-XVIe s.) », Lyon, ENS Éditions, 2002, p. 93‑118.

41 Édition de référence, p. 36.

42 Ibid., p. 39.

43 Ibid., p. 36.

44 Ibid.

45 Ibid., p. 37.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 38.

48 Ibid., p. 37.

49 Ibid., p. 38.

50 Ibid., p. 41.

51 Ibid., p. 41-42.

52 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, p. 2081.

53 Ibid.

54 Christian Bec, op. cit., p. lxxii-lxxiii.

55 Raymond Aron, « Préface », art. cit., p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Machiavel parodié, Machiavel réfuté », Cahiers d’études romanes, 40 | 2020, 51-64.

Référence électronique

Théa Picquet, « Machiavel parodié, Machiavel réfuté », Cahiers d’études romanes [En ligne], 40 | 2020, mis en ligne le 08 juillet 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/10331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.10331

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search