Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Variantes et récitsÉcriture et réécriture de l’Histo...

Variantes et récits

Écriture et réécriture de l’Histoire. Les lettres des ambassadeurs florentins en France en 1498 et 1499

Magali Flesia
p. 317-336

Résumés

L’écriture est le principal outil des ambassadeurs. Elle leur permet de transmettre à la République un compte rendu de la situation fidèle et précis. Elle est le résultat d’un travail de réécriture quotidien, nécessaire à une description des événements au jour le jour. La réécriture fait donc partie de la mission des ambassadeurs ; elle consiste en la correction, l’ajout ou la suppression d’informations en fonction de l’évolution de la situation. Mais elle représente aussi, pour ceux qui l’utilisent, un moyen d’étoffer leur argumentation et de faire valoir leurs propres droits.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Florence, France

Index chronologique :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François de Callières, De la manière de négocier avec les souverains : de l’utilité des négociati (...)
  • 2 Ibidem, chap. XIX, p. 177.

1François de Callières, dans son « manuel du parfait ambassadeur »1, rappelle les qualités nécessaires à cette fonction : « Ce n’est pas assez de savoir ménager les intérêts d’un prince ou d’un État dans une cour étrangère, il faut encore savoir rendre un compte exact et fidèle de tout ce qui s’y passe, tant à l’égard de la négociation dont on est chargé que de toutes les autres affaires qui y surviennent durant le séjour qu’on y fait »2. Les relations d’ambassadeurs sont présentées ici comme un outil permettant le compte rendu fidèle d’une situation diplomatique et politique.

2Or, ce travail de compte rendu à des fins stratégiques pour la République florentine a servi bien souvent de matériel à des historiens tels que Guicciardini. Les lettres d’ambassadeurs ainsi ont permis une réécriture, écriture de l’Histoire au jour le jour, grâce à la richesse des informations qu’elles contiennent. Et si ces relations d’ambassadeurs ont pu représenter une source importante d’informations, c’est justement parce qu’elles sont une narration des événements historiques au moment même où ils se déroulent. De plus, nous savons que non seulement les ambassadeurs s’appuient sur leurs propres observations, mais qu’ils se basent aussi sur des témoignages plus ou moins directs, oraux ou écrits : le simple fait de reformuler ces sources consiste donc en un véritable travail de réécriture.

3Nous verrons comment la réécriture fait partie intégrante du travail des ambassadeurs, en tant qu’outil nécessaire et indispensable à la bonne réalisation de leur mission diplomatique et politique, mais aussi comment cette réécriture leur permet de servir des causes plus personnelles.

1. La fonction d’ambassadeur

1.1. Une retranscription fidèle de la réalité

4Comme le rappelle François de Callières au dix-neuvième chapitre de son ouvrage, la fonction d’ambassadeur consiste en partie en l’instruction « de l’état de la cour et des affaires du pays où il se trouve » :

  • 3 Ibidem. C’est nous qui soulignons.

Il doit en faire le récit par des dépêches, y marquer la situation des esprits de ceux qui y ont le principal crédit et des ministres avec qui il traite, leurs attachements, leurs passions et leurs intérêts, s’étudier à les représenter d’une manière si claire et si ressemblante que le prince ou le ministre qui reçoit les dépêches puisse connaître aussi distinctement l’état des choses dont il lui rend compte, que s’il était lui-même sur les lieux.3

5Plus loin, Alain Pekar explique :

  • 4 Ibidem, p. 183.

Callières est ici catégorique. Il est impératif pour le négociateur de s’acquitter de son devoir de compte rendu fidèle et de conseil à son mandant. Son obligation morale est de peindre la réalité telle qu’elle est et non telle qu’on la voudrait. C’est la seule façon de servir à une prise de décision informée.4

Tous deux insistent sur l’importance d’un « compte rendu fidèle » dont l’écriture est le principal outil. Les missives de Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi à la République florentine sont la parfaite illustration de cette recherche de fidélité à la réalité des événements. Leur lettre du 16 juillet 1498 envoyée depuis Bologne, première étape de leur parcours jusqu’à la cour de Louis XII, en est l’exemple :

  • 5 Lettre du 16 juillet 1498, ASF (Archivio Storico di Firenze) : Signori, Dieci di Balìa, Otto di P (...)

Siamo arrivati questa mattina in Bologna, dove subito fumo visitati per il Cancelliere primo del signore messer Giovanni, per parte di sua Signoria ; dipoi, per il magnifico messer Alessandro suo figliuolo. E fatto intendere al prefato messer Giovanni che, secondo la commissione di vostre Signorie, desideravamo visitare quel magnifico Reggimento e sua Signoria particularmente, quella mattina medesima con le ceremonie consuete fumo ricevuti ed uditi e dal Reggimento e dal signore messer Giovanni in Palazzo ; a’ quali esponemo pienamente quanto avamo in commissione da vostre Signorie. Sendo cose generali, non fastidireno quelle altrimenti in narrare le altre particularità, salvo che per quello Reggimento e per il prefato messer Giovanni, esser stato corresposto effettuosamente alle visitazioni ed offerte di vostre Signorie ; il quale, dopo l’audienzia nostra, volse omnino accompagnarci fino all’osteria dove eravamo alloggiati insieme con e’ figliuoli e tutto il Reggimento, cum demostrazione e segni di volere onorare vostre Signorie ; il che ci è parso dovere significare a q‹uelle› per ‹in›formazione delle menti loro.5

6Les ambassadeurs font le récit de leurs visites et de leurs différents déplacements en essayant de décrire au mieux la situation, sans omettre les détails qui illustrent les conditions de ces visites et les réactions de leurs interlocuteurs, c’est-à-dire leur bonne ou mauvaise disposition.

7C’est dans ce même souci de fidélité que leurs entretiens avec le roi de France ou les autres Seigneurs, comme ici avec Monseigneur de Rohan, premier conseiller de Louis XII, sont souvent rapportés au style indirect voire direct :

  • 6 Lettre du 20 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)

Partiti dal Re, fumo con Monsignore di Roano sopra le medesime materie ; nel ragionamento furono molte cose della natura di quelle che sono di sopra dette, ma questa più notabile che tutte l’altre, che facendo noi fede della devozione e disposizione di vostre Signorie in sul persuaderli che infra e’ Veneziani e la Maestà del Re non si facessi convenzione che preiudicassi alle cose di Pisa, sua Signoria rispose : « La Maestà del Re arà ogni rispetto alle cose vostre e farà ogni opera quando voi vi vogliate lasciare bene intendere e declararsi amici del Pontefice ». Noi replicamo che infra sua Santità e vostre Signorie era ottima amicizia e convenienzia, e per essere quella più vorrebbe sua Maestà...6

  • 7 Cf. note 6.

8Cette précision et cette fidélité à la réalité sont nécessaires aux Dieci di Balìa qui doivent analyser les données reçues afin de les trier et de sélectionner les plus utiles. En effet, ils savent omettre certains détails sans importance pour l’analyse et la compréhension de la situation qu’ils décrivent (« Sendo cose generali, non fastidireno quelle altrimenti in narrare le altre particularità »7), tout comme ils insistent sur des éléments qu’ils considèrent comme étant de haute importance. Les descriptions de la situation militaire, comme cela apparaît dans une lettre du 17 septembre 1498, répondent à ces mêmes exigences stratégiques :

  • 8 Lettre du 17 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)

Ritraiamo ancora di buoni luoghi come nonostante che questo Re Cristianissimo abbi lance 1 600 in Borgogna, ve ne agiugne di nuovo 600, che 200 ne debbe condurre Monsignore di Lignì infra || pochi giorni, e 400 altre del paese di lingua d’oc ; così etiam, di undici Svizzeri che vi erano venuti, 5 000 ne hanno pagati e rimandati a casa per non ve ne volere tanti, 6 000 ve ne hanno ritenuti, e hànnovi fatto venire 4 000 balestrieri fra Guasconi e Normandi.8

  • 9 Lettre du 23 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissari (...)

9Les ambassadeurs florentins justifient eux-mêmes les détails contenus dans leurs descriptions, comme dans une lettre du 23 juillet 1498 où ils précisent : « Di tutto abbiamo voluto dare notizia alle Signorie vostre, a fine che quelle lo sappino come noi e ne possino fare quel iudizio che parrà loro »9. Ils ont conscience que leur rôle ne se limite pas à une simple description ou à un récit des faits, mais qu’ils doivent être capables de sélectionner les informations qu’ils vont transmettre, pour aller à l’utile et à l’essentiel. Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi déclarent d’ailleurs à plusieurs reprises :

  • 10 Lettre du 21 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissari (...)

Diàmone avviso a vostre Signorie a fine che quelle ne deliberino quello che parrà loro. Le parte nostre saranno esequire in quello che vostre Signorie ne commetteranno, e senza indugiare niente seguireno il cammino nostro...10

10Ils récoltent et relatent les informations nécessaires pour que leurs destinataires puissent en faire bon usage, en se basant sur des sources qu’ils doivent retranscrire.

1.2 Un travail de réécriture des sources

  • 11 Lettre du 17 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)
  • 12 Lettre du 10 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)
  • 13 Lettre du 8 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissar (...)

11Par leur place “privilégiée”, Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi ont accès à toutes les informations nécessaires pour une reconstruction fidèle de la situation et des événements. Sans toujours préciser leurs sources, ils y font clairement allusion tout au long de leurs comptes rendus. Les expressions telles que : « Ritraiamo ancora di buoni luoghi come... »11 ou encore « di certi e fedeli luoghi ritraiamo... »12 sont nombreuses. Les ambassadeurs s’appuient sur leurs observations, sur les entretiens qu’ils ont avec le roi ou d’autres seigneurs, mais aussi sur leur propre ressenti. Dans leur lettre du 8 septembre 1498, on peut lire : « ci pare averli bene persuasi e disposti detti deputati a fare buona relazione di noi alla Maestà del Re ; vedreno adesso che ne seguirà »13. C’est certainement parce qu’ils sont conscients de la part inévitable de subjectivité dans leur interprétation des faits qu’ils affirment qu’ils restent toujours prudents dans leurs affirmations :

  • 14 Lettre du 20 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)

Le risposte nostre circa queste parte furon tutte adattate sanza offendere niuno, ad acconciare lo stomaco di sua Maestà ; il che ci parse fare assai bene. [...] || [N]oi ritraiamo una buona disposizione di sua Maestà verso vostre Signorie [...]. Resta ora che e’ dica da vero e perseveri in questa disposizione ; tamen non crediamo sia di natura o fallace o volubile.14

  • 15 Lettre du 22 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)

12Mais il est également possible de relever dans les relations de Cosimo de’ Pazzi et Piero Soderini de nombreuses références à des documents écrits. En effet, le 8 septembre 1498 les deux Florentins affirment, au sujet de la récupération de Vico par la République : « si scrive di costà che le cose danno piutosto disfavore che favore qui in questa corte, per non intendere loro la verità apunto delle cose come iace »15. Ils accusent ainsi les Français de porter un jugement négatif sur la victoire de Florence, en raison de leur méconnaissance des faits ; même s’ils n’indiquent pas précisément quelles sont leurs sources, on sait qu’il s’agit de documents écrits.

  • 16 Lettre du 22 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)
  • 17 Ibidem – « De la même manière nous avons appris ce matin par vos marchands, par les lettres qu’il (...)

13Souvent, ils indiquent et nomment ces sources, comme pour insister sur la véridicité de leurs informations. Dans la même lettre ils précisent : « E si è inteso per lettere del Rosso da Sommaia come le Signorie vostre hanno cavato il Capitano Giannotto di prigione »16. Ou encore : « Così anco si è inteso questa mattina che siamo a’ XIII, da questi vostri mercanti, per loro lettere de’ 4 di costà, l’aùta di Vico »17. Et toujours, au sujet d’informations récoltées oralement :

  • 18 Lettre du 10 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)

[A]ndando a visitare oggi li tre Oratori della signoria del Pontefice, e’ quali intendemo avere preso licenzia dalla Maestà del Re per commissione di sua Santità volere infra duo giorni ritornare a Roma ; ci riferìrono avere parlato molto efficacemente in commendazione delle cose di vostre Signorie alla Maestà del Re secondo le commissioni di quella, ed animato il Re a volere fare ogni opera per la restituzione di quelle etiam con detrazione de’ Veneziani ; e che la prefata Maestà udì tanto volentieri le dette raccomandazioni, che si mostrò quasi di migliore animo e disposizione che la Santità sua, mostrando avere fede che vostre Signorie avessino a continuare la amicizia aùta con li predecessori suoi. [...] E per quanto si raccolse del parlare di detti Oratori, sua Maestà mostrò avere molto migliore oppinione di vostre Signorie assai che de’ Veneziani ; il che aperte fu loro dichiarato meglio da l’Arcivescovo di Roano, il quale parlò circa questa materia con grande amore e fede delle vostre Signorie.18

  • 19 Lettre du 30 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissa (...)

14Les ambassadeurs récoltent donc les informations qu’ils transmettent aux Dieci di Balìa grâce à leurs observations et à leurs entrevues avec les Seigneurs, mais aussi grâce à d’autres lettres de leurs compatriotes ou à travers des déclarations orales (« èmmi stato affermato da uno amico che... »19). Ils procèdent ainsi de la même manière que les historiens et retranscrivent avec plus ou moins d’objectivité les événements et les faits qui leur sont rapportés. Il s’agit bien dans ce cas d’une écriture, voire d’une réécriture de l’Histoire, dans le sens où leur personnalité et leurs convictions politiques viennent inévitablement influencer cette retranscription et présenter les faits sous un point de vue particulier. D’ailleurs, Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi sont conscients de cette part inévitable de subjectivité et justifient le fait qu’ils interprètent les informations et qu’ils se permettent de donner leur avis personnel. Ils savent qu’ils occupent une place “privilégiée”, dans le sens où ils se trouvent au cœur des événements, et qu’ils peuvent, mieux que personne, disposer de tous les éléments qui leur permettent d’analyser le contexte politique du moment.

  • 20 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, p. 147 – « À ce nouveau roi, qui avai (...)

15Les historiens contemporains des deux Florentins connaissaient très certainement la valeur de tels témoignages. C’est pour cette raison qu’ils se sont appuyés en grande partie sur les lettres d’ambassadeurs pour rédiger leurs historiographies. En effet, les références à ces lettres, ou tout simplement à la présence des différents ambassadeurs de la République à telle ou telle autre cour sont nombreuses. Guicciardini raconte dans ses Storie, au sujet de Louis XII, nouveau roi de France en 1498 : « A questo nuovo re, che era riputato nostro benivolo, mandò la città tre imbasciadori : messer Cosimo de’ Pazzi vescovo aretino, Piero Soderini e Lorenzo di Pierfrancesco… »20. Et, de manière plus éloquente, lorsqu’il fait référence à Cosimo de’ Pazzi e Piero Soderini :

  • 21 Ibidem, p. 152 – « Et avant que les ambassadeurs ne partent pour Venise et Ferrare, au moment où (...)

Ed innanzi gli imbasciadori partissino per Vinegia e Ferrara, intendendosi per lettere di Francia come l’accordo nostro si strigneva col re e che e’ viniziani pareva avessino rotto, sopravenne subito nuove fuora della opinione di tutti, essersi fatto accordo e lega tra el re di Francia, papa e viniziani, e come e’ viniziani si obligavano a dare al re certe somma di danari, ed e converso acquistandosi lo stato di Milano, avevano a avere Cremona con tutto el cremonese e la Ghiaradadda.21

  • 22 Piero Vaglienti, Storia dei suoi tempi – 1492-1514, a cura di Giuliana Berti, Michele Luzzati e E (...)

Piero Vaglienti mentionne lui aussi cet accord signé entre Louis XII et Venise à l’insu des ambassadeurs, en s’appuyant sur les lettres de marchands florentins à la République : « Di poi addì 22 di febbraio ci venne nuove da Lione in mercatanti come egl’era creato nuova lega fra la maestà de’ Re e’ veniziani »22. Et Biagio Buonaccorsi procède de la même manière dans son Diario.

Les lettres d’ambassadeurs représentent donc pour les historiographes une source d’informations précieuse qu’ils retranscrivent en tentant parfois d’en proposer une analyse grâce au recul dont ils disposent. Elles servent de matière au travail de réécriture des historiographes, mais sont elles-mêmes le fruit d’un véritable travail de réécriture de la part des ambassadeurs qui écrivent au fur et à mesure qu’ils récoltent des informations sur les événements au moment même où ils se déroulent, avec toutes les marges d’erreur que cela implique.

2. Une position limitée : un travail de réécriture nécessaire et inévitable

2.1 Des corrections au jour le jour

16Contrairement aux historiens qui travaillent a posteriori avec l’ensemble des données dont ils disposent, les ambassadeurs en mission récoltent des informations au jour le jour et s’appuient sur des sources qui ne sont pas toujours totalement objectives et sûres. La préoccupation principale de ces derniers étant de transmettre à la République un compte rendu fidèle de la situation, la rapidité de cette transmission apparaît comme cruciale pour que leurs interlocuteurs puissent réagir et agir en conséquence. Or, il arrive souvent qu’une information annoncée la veille ou quelques jours auparavant soit confirmée, démentie ou modifiée. C’est cette adaptation quotidienne, à savoir les corrections apportées à leurs précédents écrits, l’ajout d’éléments et de précisions ou, au contraire, la suppression de certaines affirmations, qui fait des lettres d’ambassadeurs une réécriture permanente.

17La signature de l’accord entre la France et Venise à l’insu des Florentins en est le parfait exemple. Il est vécu et présenté par Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi comme une véritable trahison, car les ambassadeurs n’ont rien pressenti, et ne s’attendaient absolument pas à ce que le roi, qui tenait un autre discours en leur présence, s’accorde avec leur ennemi sans même les avertir.

  • 23 Lettre du 7 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie (...)

[B]enché noi temessimo della infedelità e mutazione di questi cervelli, nientedimanco e’ ci sono riusciti molto più mutabili e manco respettivi dello onore e delle promesse loro che noi non credavamo ; [...] le cose de’ Veneziani erano condotte a termine di rottura, per non avere loro corresposto a parte alcuna delle richieste della Maestà del Re, in tanto che la prefata ci aveva detto assolutamente li faria fare loro la risposta in publico e li licenzierebbe di questo regno...23

  • 24 Ibidem, c. 75v ; « et il nous semble que nous ne puissions plus rien espérer de bon de la part de (...)

18Les ambassadeurs semblent perdre toute confiance en leur interlocuteur : « né ci pare più potere sperare cosa alcuna buona di questo Re e suo governo, visto con quanta poca sua vergogna si sia partito dalle promesse fàtteci a Parigi primo, poi a Melon, a Bles e a Cynon »24. D’ailleurs, cette nouvelle vient contredire, ou plutôt modifier, les affirmations avancées par les ambassadeurs dans leurs précédentes lettres, comme par exemple lorsqu’ils écrivent, le 7 février 1499 :

  • 25 Lettre du 7 novembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissari (...)

Le cose di vostre Signorie con questo Re Cristianissimo sono in quelli termini che sino qui si è fatto intendere a quelle, ed ogni giorno più sua Maestà si mostra desiderosa che vostre Signorie si possino commendare della opera sua per la recuperazione di Pisa, ed afferma quando quelle si vorranno dichiarare amici di sua Maestà in quel modo che per le lettere de’ 4 del passato hanno possuto comprendere, farà ogni opera che Pisa || sarà restituita a vostre Signorie, né essere per accettare mai e’ Veneziani in confederazione, che egli abbino deposto Pisa in mano di sua Maestà...25

19Il est à ce moment-là facilement compréhensible qu’il est du devoir des ambassadeurs de réécrire certaines informations, au sens où ils y apportent des précisions ou des corrections.

20De la même manière, le mariage de César Borgia, négocié par le pape en échange du divorce de Louis XII, est mentionné dans plusieurs lettres. Le 19 décembre 1498, les ambassadeurs annoncent, en utilisant le conditionnel, que le Valentinois devrait épouser la fille du roi de Naples, Frédéric II :

  • 26 Lettre du 19 décembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissar (...)

[Q]uesto Duca del Valentinese è per volere l’osservazione integra delle promesse fàtteli per la Maestà del Re, presertim circa le parti della donna, la quale si presuppone per detto Duca di Valentinese abbi ad essere la prinzessa figliuola del re Federigo ; le quali cose tutte in brevi si doverranno chiarire...26

21Mais le 14 janvier suivant, on assiste à un revirement de situation ; la fille du roi ne veut plus épouser le Valentinois sans le consentement de son père. Enfin, le 10 mai, après plusieurs mois de négociations entre le roi et le pape et après avoir reçu l’accord du père, les ambassadeurs annoncent la conclusion du mariage entre le fils du pape et Charlotte d’Albret, fille d’Alain d’Albret, membre d’une riche famille française :

  • 27 Lettre du 10 mai 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, m (...)

Oggi tandem si è fatto lo sposalizio del Duca di Valentinese con la figliuola di Monsignore d’Alebret, il quale perfino a ieri sera ebbe tanta difficultà che si credette più presto la esclusione che la conclusione.27

  • 28 Lettre du 13 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissari (...)

22Or, Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi annonçaient déjà le 13 février : « Fàssi vari giudizi del mariaggio : chi dice si farà e chi no. Le cose di questa corte sono tanto varie che non si possano giudicare se non dalli effetti »28. Ils sont donc conscients que le travail de réécriture est inévitable et nécessaire pour un compte rendu fidèle et quasi quotidien des événements.

23Un autre exemple significatif est la manière dont ils ont suivi l’affaire de Paolo Vitelli, mercenaire engagé par Florence pour récupérer Pise et soupçonné de trahison à la suite de l’insuccès de sa mission. Il est possible de lire, au sujet des deux frères, dans un courrier du 2 octobre 1499 :

  • 29 Lettre du 2 octobre 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie (...)

[N]oi debbiamo subito per parte di sua Maestà fare intendere a vostre Signorie che sieno contente procedere adagio e maturamente contro a di loro, né pigliare di Paulo Vitelli partito alcuno avanti che o con lettere o con il processo iustificato sua Maestà chiarirà o della iniquità o della innocenzia sua, acciò che non avendo errato non sia punito a torto.29

24Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi demandent ensuite aux Dieci di Balia de respecter la volonté du roi et ses conseils éclairés ; ils déclarent avoir déjà rassuré le souverain sur le bon déroulement de l’affaire et sur le fait qu’aucune décision ne sera prise avec précipitation par la République. Or, au moment même où ils rédigent ces lignes, le condottiere a déjà été décapité. Ils recevront la nouvelle quelques jours plus tard et devront alors changer leur version des faits. Dans une lettre du 8 octobre, ils font part de la réaction de Louis XII face à la nouvelle de la décapitation de Vitelli :

  • 30 Lettre du 8 octobre 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie (...)

Sendo ancora a Pavia la Maestà del Re e noi appresso, sopravènnano le lettere del primo, con lo avviso del supplizio presso di Paulo Vitelli [...]. Ricevute le lettere, in mediate andamo a trovare la Maestà del Re e’ quale era alla certosa di Pavia, e fàttoli intendere il caso, sobiungemo che vostre Signorie con più ozio che allora non aveano quando scrissano, iustificherebbano questo supplizio e la festinazione del processo, il quale certo era fondato in cause si iuste e ponderose che la Maestà sua arebbe cagione di commendare il processo di vostre Eccellentissime Signorie, con più altre parole idonee a placare la Maestà del Re quando avessi concetto indignazione ; la quale rispose dispiacerli la morte di Paulo Vitelli, il quale appresso di sé era stato in oppinione di valente uomo...30

25Ils procèdent ici à une réécriture du discours qu’ils faisaient précédemment au roi, et dans lequel ils promettaient que Florence ne punirait pas le condottiere avant d’avoir fait toute la lumière sur cette affaire de trahison.

26La réécriture est un outil nécessaire aux ambassadeurs pour corriger et modifier les informations qu’ils transmettent jour après jour. Mais ce travail de réécriture n’est pas seulement un moyen de pallier le manque de recul dont ils disposent ; il peut également être utilisé pour faire valoir leurs propres droits.

2.2 Une réécriture au service des ambassadeurs

  • 31 Abel Desjardin, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Tome II, Imprimerie Impé (...)
  • 32 Lettre du 6 août 1499, ASF : Signori, Responsive 13, c. 240r ; « que vos Seigneuries se rappellen (...)
  • 33 François de Callières, op. cit., chap. XXII, p. 200.

27Les deux Florentins reçoivent les premières instructions officielles de la République le 28 juin 149831. Le 16 juillet ils sont à Bologne d’où ils envoient leur première lettre, et arrivent à Paris le 17 août suivant, où ils retrouvent Lorenzo di Pierfrancesco, l’ambassadeur qu’ils doivent remplacer. Dans un courrier de Piero Soderini datant du 3 août 1499, soit environ un an après leur départ, on apprend que leur mission devrait prendre fin le 23 du même mois, car elle ne peut, comme convenu par la loi, excéder la durée d’une année. Il est également question de cette échéance dans une lettre du 6 août : « ricòrdinsi le Signorie vostre che la legge ci concede tornare a’ XXIII d’agosto, e cosa nessuna si debbe preporre alla osservanzia della legge »32. Il apparaît évident que les ambassadeurs connaissaient et redoutaient la possibilité que leur mission ne soit prolongée de plusieurs mois, voire de plusieurs années, si l’on en croit les affirmations de François de Callières : « Il y a eu souvent des ambassadeurs […] qui, après avoir été nommés, emploient plusieurs années à se disposer à partir »33.

28Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi insistent à plusieurs reprises sur le respect des échéances, et n’hésitent pas à rappeler qu’elles ont été fixées par la loi. En effet, le 7 juin 1499, les deux Florentins s’alliaient déjà afin de rédiger une nouvelle demande de permission dans laquelle ils définissaient la fin de leur mission comme un véritable privilège... Cette sorte d’intervention, habituellement placée à la fin des lettres, pouvait aussi, comme c’est le cas ici, être insérée au beau milieu de la description du contexte politique :

  • 34 Lettre du 7 juin 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, m (...)

Nonostante che noi abbiamo più volte pregato e di presente preghiamo vostre Signorie sieno contente darci licenzia e mandare li scambi nostri, sendo vicini al tempo del privilegio che la legge concede possere usare ai vostri cittadini...34

  • 35 Abel Desjardin, op. cit., pp. 24-30.

29Piero Soderini et Cosimo de’ Pazzi demandent que les ambassadeurs “relais” leur soient envoyés ; ces Oratori nuovi, à savoir Francesco Gualterotti, Lorenzo Lenzi et Alamanni Salviati recevront les instructions de la République le 18 septembre 149935 pour rejoindre les Oratori vecchi le 3 octobre suivant.

30Une autre lettre écrite de la main de Cosimo de’ Pazzi en date du 18 juin est adressée aux nouveaux Dieci di Balìa dans le même but et mentionne également la loi qui régit les ambassades et que ses destinataires se doivent de respecter.

  • 36 Lettre du 11 juillet 1499, ASF : Signori, Responsive 12, c. 74r – « je partirai de toute manière (...)

31Sur un ton plus ferme il annonce son intention de rentrer au pays dès que cette même loi le lui permettra : « partirò ad ogni modo finito el tempo legitimo peroché son forzato far così per non far peggio, e proverrò la causa mia davanti vostre Eccellentissime Signorie... »36. Les expressions « son forzato far così » et « proverrò la causa mia » permettent à Cosimo d’introduire un nouvel argument pour justifier sa nécessité de rentrer au pays. En effet, à plusieurs reprises il arrive que les ambassadeurs réitèrent leur demande en introduisant de nouveaux arguments. Il est possible de parler de réécriture, dans le sens de leitmotiv cette fois, dans la mesure où ils reformulent et enrichissent le contenu de leurs lettres afin d’obtenir gain de cause.

32Après avoir insisté sur l’importance du respect de la loi, les arguments avancés mettent l’accent sur la conscience professionnelle des deux Florentins et sur l’intérêt ou l’inconvénient que leur présence à la cour peut représenter pour la République. Par exemple, dans une lettre du 13 février 1499, ils expriment leur désir d’être remplacés par un nouvel Oratore en s’appuyant sur des arguments d’ordre purement professionnel, excluant tout aspect législatif :

  • 37 Lettre du 13 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissari (...)

credereno che fussi più a proposito delle Signorie vostre farci ripatriare per le cagioni per altre narrate, che a noi paiano di momento assai, e mandare qui uno nuovo Oratore. Questo non diciamo punto per comodità nostra o desiderio che avessimo di tornare, quanto perché intendiamo così essere per la vostra città, per il benessere della quale non recuseremo esporre la propria vita...37

33Leur retour en Italie, ou plutôt leur départ de la cour est présenté ici comme une nécessité, comme un bien pour la République pour laquelle les ambassadeurs se disent prêts à sacrifier leur vie. En effet, ils ont appris quelques jours auparavant que Louis XII a signé un accord avec leurs pires ennemis, les Vénitiens qui détiennent Pise au détriment de Florence, et semblent douter de l’utilité de leur présence à la cour du roi.

34Une quinzaine de jours plus tard, le 1er mars, Piero Soderini rédige une nouvelle demande en avançant encore une fois un argument d’ordre professionnel mais différent du précédent, lorsqu’il déclare :

  • 38 Lettre du 1er mars 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, (...)

le Signorie vostre poss[ono] alleggerirsi della spesa mia, per conoscere la gita di Monsignore di Volterra a Milano avere fatta la stanza mia sospetta qui e però poterci più avere poca fede ; la quale cosa conoscendo io mi è paruto fare intendere alle Signorie vostre, per che parendo a quelle possino compiacermi del ripatriare [...]. E nonostante che grandemente desideri il ritorno mio per essere e’ mia fatti in grandissimo disordine per avere grossamente servito il vostro commune e essermi domandato danari da qualcuno più che non vorrei, nientedimeno quando io conoscessi potere fare opera fruttuosa per cotesta vostra città, così come io ho messo la roba non recuserei né ora né mai etiam di mettere la vita.38

35Il fait allusion ici aux reproches qui leur ont été faits par Louis XII au sujet des doubles tractations de Florence, qui avait envoyé des ambassadeurs au duc de Milan contre la volonté du roi, parmi lesquels Francesco Soderini, frère de Piero et évêque de Volterra. Piero insiste sur la position délicate dans laquelle il se trouve et avance encore une fois l’argument de la “conscience professionnelle”. Il réécrit donc sa demande, mais fait allusion ici à un argument d’ordre plus personnel que professionnel, à savoir l’état de sa situation financière qui pâtit de son séjour en France. Ainsi, une semaine plus tard, soit le 8 mars 1499, il réitère sa proposition qu’il formule cette fois-ci comme une véritable requête :

  • 39 Lettre du 8 mars 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, m (...)

Come per altra scrissi alle Signorie vostre, io arei sommamente desiderato che piacessi a quelle di volermi concedere licenzia di ripatriare, e maxime perché conosco certissimamente la stanza mia qui oramai potere essere di poco frutto per la gita di Monsignore di Volterra a Milano, la quale mi ha tolto quanta fede avevo qua per la suspizione et caetera.39

36Dans le premier document, il laissait à ses destinataires le soin de juger la situation (« mi è paruto fare intendere alle Signorie vostre... ») ; une semaine plus tard, il dit savoir avec certitude (« conosco certissimamente ») que sa présence à la cour n’est plus d’une grande utilité, au contraire.

37Dans une lettre du 3 août 1499, Piero Soderini rappelle qu’il a dépensé environ douze mille ducats depuis le début de sa mission ; il insiste sur les problèmes financiers auxquels il se trouve confronté à cause de ces dépenses et sur la souffrance qui en découle et qu’il ne mérite pas, étant donné qu’il a servi la République du mieux qu’il a pu, en sacrifiant sa vie personnelle au profit de sa fonction d’ambassadeur :

  • 40 Lettre du 3 août 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, m (...)

[L]e Signorie vostre Clementissime non vorranno vedere perdersi sanza loro frutto li loro cittadini che l’hanno servite con sincerità di cuore e somma fede, postponendo ogni loro commodità e bene per obbedire a’ loro comandamenti e per osservare le loro leggi, le quali come sforzòrono me al venire e contro a’ commodi mia mi hanno tenuto perfino al debito tempo da quelle determinato, così doverranno eccitare la benignità e clemenzia delle Signorie vostre a lasciarne usare la permissione di quelle ed a non volerle punto alterare ; perché sarebbano causa e di fare desperare noialtri e di dare materia a chi si avessi a trasferire in simili luoghi di non essere sì pronto alla obbedienzia come siamo stati noi...40

38Piero Soderini déclare ouvertement avoir été forcé de partir en ambassade, et semble reprocher aux magistrats sa situation plus qu’il ne les supplie. Il avance également un nouvel argument qui concerne la fonction d’ambassadeur en général : personne n’acceptera de partir en mission pour y rester de force et ne jamais voir ses demandes de rapatriement acceptées. Il insiste donc sur l’exemplarité de leur mission.

39Une nouvelle série de lettres présente une réécriture de leur demande de rapatriement, en ce que ces lettres exposent de manière encore plus approfondie les raisons de leur volonté de quitter la France le plus rapidement possible. Piero Soderini, tandis qu’il fait de nouveau allusion à ses problèmes financiers, insiste sur son mauvais état de santé, dû en grande partie à son intolérance à l’air du pays :

  • 41 Lettre du 7 juin 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, m (...)

E quando e’ non piacessi loro che io me ne potessi tornare avanti il tempo prefinito dalla legge, sarà necessario volendo le Signorie vostre avermi vivo, che al tempo in verun modo non manchi che quelle mi compiacciono della bona licenzia, perché non sarebbe possibile in verun modo che io potessi più comportare questa aria ; benché io spero sommamente nella benignità e clemenzia delle Signorie vostre, le quali sempre per loro buona natura e consuetudine hanno accostumato compiacere li loro omini delle petizioni oneste come è questa e non volere che li loro cittadini e servidori nelli affari loro rovinino o manchino ; come avverrebbe o potrebbe essere causa che altri arebbe poi maggior riguardio per lo avvenire a trasferirsi ne’ luoghi, se le leggi fatte per le Eccellentissime Signorie vostre, le quali costringano ad andare fuori e sotto gravi pene detengano insino al tempo determinato per quelle, non avessino etiam la osservanzia nel tempo della concessione del tornare. Piaccia adunque alle Signorie vostre per benignità e grazia di quelle, se prima non si può, che non manchi almeno al tempo permesso dalle loro legge che io me ne possa con buona grazia e licenzia ritornare, la qual cosa io reputerò a piacere singularissimo né in altra forma che se di nuovo ricevessi la vita da quelle...41

40Il rassemble encore une fois plusieurs arguments déjà exploités dans des demandes antérieures, comme la situation financière dans laquelle il se trouve, le fait que son retour en Italie ne peut lui être refusé devant la loi, ou encore l’exemplarité de leur mission ; mais il insiste aussi et surtout sur son mauvais état de santé, en utilisant un vocabulaire approprié : « questa aria [...] assai molesta e contraria alla mia complessione e natura », « avermi vivo », « comportare questa aria », « rovinino o manchino », « ricevessi la vita ».

41C’est une réécriture qui permet aux ambassadeurs de donner davantage de précisions ou encore d’affiner leur argumentation, car au fur et à mesure qu’ils rédigent et reprennent leurs demandes d’autorisation de rentrer au pays, ils ajoutent ou développent des arguments afin d’appuyer au mieux leur requête. La réécriture consiste ici en la reformulation d’une même demande qui voit varier le choix des arguments, le ton sur lequel elle est faite, et le choix des mots qui ont leur importance en ce qu’ils doivent convaincre ; elle apparaît comme un véritable moyen pour arriver à leurs très légitimes fins.

Conclusion

42L’écriture, qui est l’outil principal des ambassadeurs puisqu’elle leur permet de décrire à la République le contexte diplomatique et politique dans lequel ils sont plongés, laisse une place importante à la réécriture, élément indispensable pour pouvoir assurer un compte rendu quotidien fidèle et le plus précis possible. Elle leur permet de modifier les informations qu’ils relatent, de corriger au jour le jour le contenu de leurs missives, la description d’une situation, mais aussi de revendiquer leurs droits. Ils sont capables d’étoffer leur argumentation lorsque c’est nécessaire, de choisir les arguments, le ton ou les mots les mieux adaptés, en reformulant leurs demandes à maintes reprises. Les ambassadeurs utilisent donc l’écriture et la réécriture afin de remplir leurs fonctions, aussi bien pour servir la République florentine que certains de leurs intérêts plus personnels. Ajoutons que si les candidats aux ambassades n’étaient pas très nombreux à cette époque, ils étaient néanmoins conscients que ce genre de mandat leur apporterait nombre d’avantages. D’ailleurs, c’est en partie grâce à cette mission que Cosimo de’ Pazzi deviendra évêque d’Arezzo, et que Piero Soderini recevra le titre de Gonfalonier à vie en 1502

Haut de page

Notes

1 François de Callières, De la manière de négocier avec les souverains : de l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyés et des qualités nécessaires pour réussir dans ces emplois, 1716 – Édition critique d’Alain Pekar Lempereur, Genève, Librairie Droz, 2002.

2 Ibidem, chap. XIX, p. 177.

3 Ibidem. C’est nous qui soulignons.

4 Ibidem, p. 183.

5 Lettre du 16 juillet 1498, ASF (Archivio Storico di Firenze) : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 1r – « Nous sommes arrivés ce matin à Bologne, où nous avons reçu aussitôt la visite du premier Chancelier de sire Giovanni, de la part de sa Seigneurie ; ensuite, nous reçûmes celle de l’auguste sire Alessandro, son fils. Et après avoir fait savoir au susdit sire Giovanni que sur ordre de vos Seigneuries nous souhaitions rendre visite à cet auguste Gouvernement et à sa Seigneurie en particulier, ce matin-là même, nous fûmes reçus et entendus avec les cérémonies habituelles par le Gouvernement et sire Giovanni à l’intérieur du Palais ; nous présentâmes à ces derniers dans leur totalité les instructions que nous avions reçues de la part de vos Seigneuries. S’agissant de généralités, nous ne vous importunerons point en vous racontant les autres détails, hormis le fait que ce Gouvernement et le susdit sire Giovanni répondirent favorablement aux visites et aux offres de vos Seigneuries ; ce dernier, après notre audience, voulut même nous accompagner jusqu’à l’auberge où nous logions avec ses fils et tout le Gouvernement, en montrant qu’il désirait honorer vos Seigneuries ; il nous a semblé bon de vous faire part de tout ceci pour votre information ». C’est nous qui traduisons ; il en est de même pour les lettres suivantes.

6 Lettre du 20 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 24v – « Après avoir quitté le Roi, nous nous entretînmes avec Monseigneur de Rohan au sujet de ces mêmes points ; dans cette discussion nous abordâmes de nombreuses questions dont il est fait mention plus haut, dont celle-ci, plus importante que les autres, à savoir qu’alors que nous faisions foi du dévouement et de la disposition de vos Seigneuries afin de les persuader qu’entre les Vénitiens et sa Majesté le Roi aucun accord ne serait établi au détriment des affaires de Pise, sa Seigneurie répondit : « Sa Majesté le Roi se montrera extrêmement respectueuse vis-à-vis de votre situation et accomplira tout ce que vous demandez lorsque vous aurez clairement pris position et que vous vous serez déclarés alliés du Pape ». Nous répondîmes que les rapports entre sa Sainteté et vos Seigneuries étaient tout à fait amicaux et cordiaux, et qu’ils étaient encore meilleurs que ce que souhaitait sa Majesté ».

7 Cf. note 6.

8 Lettre du 17 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, cc. 20r-v – « Nous détenons également de source sûre que, bien que ce Roi très Chrétien possède 1600 lances en Bourgogne, il en ajoute 600, dont 200 doivent être conduites par Monseigneur de Ligny d’ici || peu de jours et 400 autres doivent venir du Languedoc ; c’est pourquoi, sur onze [mille] Suisses qui étaient venus, ils en ont payé et renvoyé chez eux 5 000 car ils n’en voulaient pas autant, en ont retenu 6 000, et ont fait venir 4 000 arbalétriers parmi lesquels des Gascons et des Normands. » [Le signe typographique || indique un changement de page].

9 Lettre du 23 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 3v – « Nous avons voulu informer vos Seigneuries de tout, afin qu’elles soient au courant comme nous de tout et puissent se rendre compte par elles-mêmes de la situation ».

10 Lettre du 21 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 3r – « Nous en faisons part à vos Seigneuries afin qu’elles décident ce qui leur semblera bon. Quant à nous, nous exécuterons ce qu’elles nous commanderont, et sans perdre de temps nous poursuivrons notre chemin ».

11 Lettre du 17 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, cc. 20r-v – « Nous détenons également de source sûre de quelle manière… ».

12 Lettre du 10 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 18v – « nous détenons de sources certaines et sûres... ».

13 Lettre du 8 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 18– « il nous semble les avoir bien persuadés et avoir disposés ces susdits députés à parler en notre faveur à sa Majesté le Roi ; nous verrons maintenant ce qu’il adviendra ».

14 Lettre du 20 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, cc. 23v-24r – « Nos réponses à ce sujet furent toutes formulées sans offenser personne, dans le but de satisfaire l’humeur de sa Majesté ; ce qu’il nous sembla faire très bien. […] || [N]ous apprenons la bonne disposition de sa Majesté envers vos Seigneuries […]. Espérons maintenant qu’elle dise la vérité et persévère dans cette voie ; cependant nous ne croyons pas qu’elle soit de nature fallacieuse ou changeante ».

15 Lettre du 22 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 19r – « on écrit par ici que les événements sont davantage nuisibles que favorables ici dans cette cour, étant donné que les gens ne connaissent pas précisément la vérité des faits ».

16 Lettre du 22 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 19r – « Et nous avons appris par des lettres de Rosso da Sommaia comment vos Seigneuries ont libéré le Capitaine Giannotto de prison. »

17 Ibidem – « De la même manière nous avons appris ce matin par vos marchands, par les lettres qu’ils ont envoyées d’ici le 4 alors que nous sommes le XIII, la prise de Vico ».

18 Lettre du 10 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, cc. 18r-19r – « Tandis que nous rendions visite aujourd’hui aux trois Ambassadeurs de la Curie, nous apprîmes qu’ils avaient pris congé de sa Majesté le Roi sur ordre de sa Sainteté et qu’ils désiraient rentrer à Rome d’ici deux jours ; ils nous rapportèrent qu’ils avaient parlé à sa Majesté le Roi de manière très efficace en faveur des affaires de vos Seigneuries selon les instructions de cette même Sainteté, et encouragé le Roi à accepter de faire tout son possible pour la restitution de vos terres, et cela même au détriment des Vénitiens ; et que la susdite Majesté écouta si volontiers les dites recommandations, qu’elle sembla presque de meilleure disposition et davantage convaincue que sa Sainteté, en montrant qu’elle avait confiance dans le fait que vos Seigneuries conserveraient l’amitié qu’elles avaient partagée avec ses prédécesseurs. […] Et d’après ce que nous apprîmes du discours de ces Orateurs, sa Majesté montra qu’elle avait bien meilleure opinion de vos Seigneuries que des Vénitiens ; ce qui leur fut déclaré encore plus ouvertement par l’Archevêque de Rohan, qui parla à ce sujet avec beaucoup d’amour et de confiance envers vos Seigneuries ».

19 Lettre du 30 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 31v – « il m’a été affirmé par l’un de mes amis que... ».

20 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, p. 147 – « À ce nouveau roi, qui avait la réputation d’être bienveillant à notre égard, notre cité envoya trois ambassadeurs : sire Cosimo de’ Pazzi, évêque arétin, Piero Soderini et Lorenzo di Pierfrancesco… ».

21 Ibidem, p. 152 – « Et avant que les ambassadeurs ne partent pour Venise et Ferrare, au moment où nous apprenions par des lettres de France que notre accord avec le Roi de France se précisait et que les Vénitiens semblaient avoir cessé toute tractation, nous reçûmes aussitôt des nouvelles hors de toute attente, selon lesquelles un accord et une alliance avaient été signés entre le Roi de France, le Pape et les Vénitiens, et que les Vénitiens s’engageaient à donner au Roi une certaine somme d’argent, et qu’en échange, en prenant possession de l’état de Milan ils recevraient Crémone avec toutes les terres de Crémone et la Ghiaradadda ».

22 Piero Vaglienti, Storia dei suoi tempi – 1492-1514, a cura di Giuliana Berti, Michele Luzzati e Ezio Tongiorgi, Nistri-Lischi e Pacini Editori, Pisa, 1982, p. 68 – « Ensuite, le 22 février, nous reçûmes des nouvelles de Lyon de la part de marchands, selon lesquelles une nouvelle alliance avait été établie entre sa Majesté le Roi et les Vénitiens ».

23 Lettre du 7 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 74v – « Bien que nous craignions l’infidélité et l’instabilité de ces esprits, néanmoins ils se sont révélés beaucoup plus changeants et beaucoup moins respectueux de leur réputation et de leurs promesses que nous ne le pensions ; […] les tractations des Vénitiens s’étaient avérées être un échec, étant donné qu’ils n’avaient répondu à aucune des requêtes de sa Majesté le Roi, si bien que la susdite Majesté nous avait dit qu’elle leur demanderait de répondre obligatoirement en public et les renverrait de ce royaume… ».

24 Ibidem, c. 75v ; « et il nous semble que nous ne puissions plus rien espérer de bon de la part de ce Roi et de son gouvernement, vu avec quel peu de vergogne il s’est éloigné des promesses qu’ils nous avait faites à Paris en premier lieu, puis à Melun, à Blois et à Chinon ».

25 Lettre du 7 novembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, cc. 44r-v – « Les tractations de vos Seigneuries avec ce Roi très Chrétien sont en ces mêmes termes que nous vous avons rapportés jusqu’ici, et chaque jour sa Majesté semble désirer davantage que vos Seigneuries puissent se satisfaire de son aide pour la récupération de Pise, et affirme que lorsque vous accepterez de vous déclarer alliés de sa Majesté selon les conditions dont vous avez pu être informés par les lettres du 4 du mois dernier, elle mettra tout en œuvre pour que Pise || soit rendue à vos Seigneuries, et n’acceptera jamais de s’unir en confédération avec les Vénitiens avant qu’ils n’aient déposé Pise entre les mains de sa Majesté… ».

26 Lettre du 19 décembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 62r – « Ce Duc de Valentinois veut que les promesses qui lui ont été faites par sa Majesté le Roi soient entièrement respectées, notamment en ce qui concerne l’identité de la dame, dont on suppose qu’il s’agit de la princesse fille du Roi Frédéric ; ces éléments devront être rapidement éclaircis… ».

27 Lettre du 10 mai 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 106r – « Aujourd’hui, enfin, a eu lieu le mariage du Duc de Valentinois avec la fille de Monseigneur d’Albret ; ce mariage rencontra jusqu’à hier soir tant de difficultés que l’on crut plutôt en son abandon qu’en sa conclusion ».

28 Lettre du 13 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 79r – « Les avis divergent au sujet du mariage : certains disent qu’il aura lieu et d’autres que non. Les affaires de cette cour sont tellement changeantes qu’on ne peut les juger qu’à travers les faits ».

29 Lettre du 2 octobre 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, cc. 179r-v – « Nous devons immédiatement faire savoir à vos Seigneuries de la part de sa Majesté que vous devez accepter d’agir sans hâte et de manière réfléchie contre eux, et ne prendre aucune décision au sujet de Paolo Vitelli avant que par lettres ou par un procès justifié sa Majesté ne fasse toute la lumière sur sa culpabilité ou sur son innocence, afin que n’ayant pas commis de faute il ne soit pas puni à tort ».

30 Lettre du 8 octobre 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 170v – « Tandis que sa Majesté le Roi était encore à Pavie et nous auprès d’elle, nous reçûmes vos lettres du premier contenant la nouvelle du châtiment de Paolo Vitelli […]. Après avoir reçu les lettres, nous allâmes immédiatement rendre visite à sa Majesté le Roi qui se trouvait à la Chartreuse de Pavie, et après l’avoir mis au courant de la situation, nous ajoutâmes que vos Seigneuries justifieraient ce châtiment et la rapidité du procès de manière plus calme qu’elles ne l’avaient fait lorsqu’elles écrivirent précédemment ; que le procès de vos Excellentissimes Seigneuries était certainement fondé sur des raisons tellement valables et importantes que sa Majesté le Roi aurait l’occasion de l’approuver ; le tout avec plusieurs autres paroles destinées à calmer sa Majesté le Roi. Ce dernier répondit qu’il regrettait la mort de Paolo Vitelli, qui à ses côtés s’était avéré être un valeureux homme… ».

31 Abel Desjardin, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Tome II, Imprimerie Impériale, 1861, Paris, pp. 15-21 – ASF : Signori, Responsive 10, cc. 137r-142r.

32 Lettre du 6 août 1499, ASF : Signori, Responsive 13, c. 240r ; « que vos Seigneuries se rappellent que la loi nous permet de rentrer le 23 août, et que rien ne doit prévaloir sur le respect de la loi ».

33 François de Callières, op. cit., chap. XXII, p. 200.

34 Lettre du 7 juin 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 114v – « Bien que nous ayons prié plusieurs fois et que présentement nous priions vos Seigneuries de bien vouloir accepter de nous congédier et d’envoyer nos relèves, étant donné que nous approchons de la date du privilège dont la loi permet à vos citoyens de jouir… ».

35 Abel Desjardin, op. cit., pp. 24-30.

36 Lettre du 11 juillet 1499, ASF : Signori, Responsive 12, c. 74r – « je partirai de toute manière une fois écoulé le temps imposé par la loi, étant donné que je suis contraint de faire ceci pour ne rien faire de pire, et je justifierai mes raisons devant vos Excellentissimes Seigneuries… ».

37 Lettre du 13 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 79r – « nous croyons qu’il serait plus avantageux pour vos Seigneuries de nous faire rapatrier pour les raisons avancées dans d’autres lettres et qui nous semblent extrêmement pertinentes, et d’envoyer ici un nouvel Ambassadeur. Nous ne disons absolument pas cela dans notre intérêt ou pour le désir que nous avons de rentrer, mais parce que nous savons qu’il en va de l’intérêt de votre cité, pour le bien-être de laquelle nous n’hésiterions pas à mettre notre vie en péril… ».

38 Lettre du 1er mars 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 85r – « vos Seigneuries peuvent s’alléger de mes dépenses, étant donné que le voyage de Monseigneur de Volterra à Milan a rendu suspecte ma présence en ces lieux, si bien que je ne peux plus y disposer du moindre crédit ; sachant cela, il m’a semblé bon d’en tenir informées vos Seigneuries, afin qu’elles puissent satisfaire mon désir de rapatriement, si bon leur semble […]. Et bien que je désire vivement mon retour, étant donné que mes affaires sont en grandes difficultés pour avoir généreusement servi vos intérêts et parce qu’il m’a été demandé de l’argent plus que de raison, néanmoins si je savais qu’il était en mon pouvoir d’agir de façon fructueuse pour votre cité, de la même manière que j’ai sacrifié mes biens je n’hésiterais ni maintenant ni même jamais à sacrifier ma vie ».

39 Lettre du 8 mars 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 87r – « De la même manière que j’ai écrit à vos Seigneuries dans une autre de mes lettres, je souhaiterais vivement que vous acceptiez de m’accorder la permission de rentrer au pays, et avant tout parce que je sais avec certitude que ma présence ici représente désormais peu d’intérêt à cause de la visite de Monseigneur de Volterra à Milan ; cette visite m’a fait perdre tout le crédit dont je disposais ici à cause des soupçons, etc. ».

40 Lettre du 3 août 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 144v – « Vos Seigneuries très Clémentes n’accepteront pas, sans en tirer aucun avantage, de voir courir à leur perte leurs citoyens qui les ont servies avec une sincère affection et une extrême loyauté, en sacrifiant toutes leurs commodités et leurs biens pour obéir à leurs commandements et respecter leurs lois ; de la même manière qu’elles m’ont forcé à venir au détriment de mes affaires et m’ont gardé jusqu’à la date obligatoire qu’elles avaient fixée, ces lois devront stimuler la bienveillance et la clémence de vos Seigneuries pour nous laisser bénéficier de leur permission et ne les modifier en aucun cas ; parce que ce serait l’occasion de nous pousser au désespoir et de donner matière à ceux qui devraient se transférer en des lieux semblables, de ne pas être aussi prompts à obéir que nous l’avons été… ».

41 Lettre du 7 juin 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, cc. 114v-115r – « Et dans le cas où il ne vous plairait pas que je puisse m’en aller avant la date fixée par la loi, il serait nécessaire, si vos Seigneuries veulent me garder en vie, qu’au moment opportun elles ne manquent en aucun cas de m’accorder le congé dû, parce qu’il ne me serait absolument pas possible de supporter cet air ; bien que j’espère vivement en la bienveillance et en la clémence de vos Seigneuries qui ont toujours eu l’habitude, grâce à leur nature et à leur coutumes généreuses, de satisfaire des requêtes aussi honnêtes que l’est celle-ci, et de refuser que leurs citoyens et serviteurs connaissent la ruine ou périssent ; de la même manière qu’il pourrait arriver ou en découler que d’autres personnes s’inquiètent davantage pour leur avenir, hésitant à se transférer dans d’autres lieux, si les lois établies par vos Excellentissimes Seigneuries, qui contraignent à quitter le pays et gardent les gens dans de grandes souffrances jusqu’au terme que vous avez fixé, ne respectaient pas même la date accordée pour le retour. Plaise donc à vos Seigneuries, par votre bienveillance et votre grâce, qu’il ne me soit pas impossible, au moins à la date permise par la loi s’il n’est pas possible avant, de rentrer avec votre bonne grâce et votre permission ; je considérerai cela comme un plaisir rarissime, de la même manière que si vous me donniez de nouveau la vie… ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Flesia, « Écriture et réécriture de l’Histoire. Les lettres des ambassadeurs florentins en France en 1498 et 1499 », Cahiers d’études romanes, 24 | 2011, 317-336.

Référence électronique

Magali Flesia, « Écriture et réécriture de l’Histoire. Les lettres des ambassadeurs florentins en France en 1498 et 1499 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/1046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.1046

Haut de page

Auteur

Magali Flesia

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search