Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Imitations, traductions, variatio...Michel Leiris (1901-1990), un cas...

Imitations, traductions, variations poétiques

Michel Leiris (1901-1990), un cas extrême de réécriture des mots

Stéphane Pagès
p. 115-129

Résumés

À partir du Glossaire, j’y serre mes gloses (1939) de Michel Leiris, il s’agit d’une part d’analyser les mécanismes mis en œuvre convergeant avec ceux de la réécriture (reprise, transformation), et d’autre part de réfléchir sur la portée et le sens à donner à cette réécriture poétique et humoristique des mots.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet essai s’intitule d’ailleurs précisément De la littérature considérée comme une tauromachie et (...)

1On pourrait, en tant qu’hispaniste, s’intéresser au court essai de Michel Leiris qui précède son récit autobiographique, L’âge d’homme (1939), où il pense la littérature comme une tauromachie et développe, avec une extrême lucidité, les dangers auxquels s’expose l’écrivain à travers l’écriture1. Toutefois, ce n’est pas de cette métaphore filée originale qu’il sera ici question.

2Cet article s’inscrit en fait plus largement dans l’axe des études romanes et vient clore une série de journées d’études consacrés à la réécriture pour présenter un cas extrême autant que remarquable. Un exemple singulier qui ne peut qu’intéresser qui se passionne pour la problématique du langage, de la littérature et de l’écriture poétique. Pour en comprendre tous les enjeux, quelques précisions s’imposent tout d’abord sur la tranche de vie tout à fait exceptionnelle de cet auteur.

1. Archéologie d’une rêverie sur la lettre et le mot

  • 2 Critique d’art, ami de Picasso, qui assistera à la naissance du cubisme.
  • 3 Adrien Borel (1886-1966) est un psychiatre et psychanalyste français qui, après avoir suivi un dé (...)

3Au départ, rien ne prédestine Michel Leiris à sa future carrière d’homme de lettres puisqu’il mène des études de chimie. Il fréquente dans sa jeunesse le monde de la nuit parisienne des années vingt et se lie d’amitié avec Max Jacob2 et le peintre surréaliste André Masson. Passionné de poésie, il rejoint alors très vite le surréalisme en 1924, attiré par ce mouvement qui permet une nouvelle approche du réel et du langage. De cette expérience, il tire deux recueils de poésies – Simulacre (1925), Le point cardinal (1927) – où dominent l’écriture et la pensée automatiques, et par ailleurs, son célèbre Glossaire, j’y serre mes gloses (1925), dans la préface duquel il défend l’invention d’un nouveau type de dictionnaire qui substituerait à la définition traditionnelle une association de mots dictée par le son et l’idée, dans une forme d’abandon onirique et poétique, destiné à retrouver le plaisir éprouvé, enfant, lors de son apprentissage de la lecture et de la découverte des mots. L’année 1929 est décisive puisque d’une part, il rompt finalement avec le groupe surréaliste – il fait partie des dissidents, à l’instar de son ami Georges Bataille –, et d’autre part, il suit la même année une psychanalyse avec Adrien Borel3, qui lui permet d’approfondir la connaissance de soi et d’explorer un discours de vérité introspective (Leiris souffre d’une angoisse aiguë et est obsédé par la peur de devenir fou). Puis, contre toute attente, alors qu’il n’a aucune expérience dans ce domaine, pour se confronter au réel, il participe pendant deux ans, comme secrétaire-archiviste, à une mission ethnographique et linguistique baptisée « Dakar-Djibouti ». Cette expérience donnera naissance à un journal de bord (écrit entre 1931-1933), L’Afrique fantôme (1934), au titre éloquent puisque cette chronique personnelle traduit en fait une profonde désillusion : il voit s’effondrer une utopie, celle de la fraternité entre les hommes.

  • 4 Michel Leiris, Biffures, Paris, NRF, Gallimard, 2e édition, 1981, p. 232.
  • 5 Ce titre fait écho à l’une des gloses du glossaire de Michel Leiris qui propose justement : « SIG (...)

4Cet exil est fondamental car si l’on devait résumer sa vie, on pourrait dire que la trajectoire de Michel Leiris s’apparente à une quête de soi, et c’est animé du souci de se connaître qu’il a construit l’ensemble de son œuvre littéraire. Il a consacré en effet l’essentiel de sa vie à écrire des récits autobiographiques comme L’âge d’homme (1939) et La Règle du jeu, en quatre volumes (dont Biffures) publiés entre 1948 et 1976, deux œuvres clefs où l’introspection se fait par l’écriture – Leiris a toujours déclaré « attacher une importance extrême à ce qui relève du langage »4. Son œuvre débute dans les années vingt et a fait l’objet d’une réception plutôt tardive dans le champ des études littéraires, même si elle a eu des exégètes de renom comme Maurice Blanchot, Emmanuel Lévinas, Philippe Lejeune, Michel Butor, Michel Riffaterre ou encore Gérard Genette qui lui consacre tout un chapitre (20 pages) dans Mimologiques (voyage en Cratylie), avec un titre anagrammatique très suggestif qui donne le ton : « signe : singe »5.

  • 6 Dans L’âge d’homme, il parle d’ailleurs de « calembours poétiques ». Précisons que le recueil poé (...)

5En fait, l’œuvre qui nous a intéressé dans le cadre de cette réflexion sur la réécriture n’est pas la plus connue de Michel Leiris mais est sans doute la plus singulière : il s’agit bien évidemment de son Glossaire, ouvrage profondément original qui marque une expérience limite ou du moins une relation originale avec le langage. Elle correspond à ce qui l’a occupé dans sa jeunesse lors de sa période surréaliste et le titre, accrocheur – Glossaire, j’y serre mes gloses – construit sur la base d’un calembour en chiasme, à la fois performatif et programmatique, annonce d’entrée que ce recueil est une tentative de réécriture ou de réinvention du lexique6.

2. Le Glossaire de Michel Leiris et le procédé de la réécriture7

  • 7 On pourra sur ce point consulter l’ouvrage fort intéressant de Pierre-Henri Kleiber, Glossaire j’ (...)

6Il n’est sans doute pas inutile, tout d’abord, de rappeler ce qu’est un “glossaire”. Le dictionnaire Le Robert définit ce terme ainsi : « Dictionnaire qui donne l’explication de mots anciens, spéciaux ou mal connus » et par extension, un glossaire désigne le « lexique d’une langue vivante ». En fait, Leiris ne s’intéresse pas spécifiquement aux mots anciens mais plutôt aux mots du lexique courant. Et en choisissant ce terme, il nous dit quelque chose de sa stratégie d’écriture dans son approche du lexique et dans sa manière d’appréhender les mots. Le terme “glossaire” indique en effet que ce que prend en compte Leiris, ce sont certes les mots, mais surtout les mots dégagés de toute actualisation, c’est-à-dire des mots décontextualisés, libérés de toute contrainte, de tout lien syntaxique, des mots qui ne sont, somme toute, intégrés à aucune mise en discours ; bref, la matière du “glossaire” est le mot en lui-même, isolé : il s’agit par exemple du mot « amitié » mais pas de l’amitié, (et d’ailleurs le titre du Glossaire est Glossaire, tout court), et ce dispositif de mots saisis sous forme d’entrées indépendantes est toujours strictement respecté.

7Un tel dispositif donne ainsi les coudées franches à Michel Leiris dans son entreprise de déconstruction du lexique traditionnel. L’artifice permet en effet de rendre le mot plus perceptible, aussi bien à l’oreille qu’à l’esprit car il n’y a pas d’interférence avec d’autres termes. Le mot est pris en lui-même et pour lui-même et devient une sorte d’isolat propice à faire éclore la nouvelle définition, résultat d’une épellation inspirée ; le mot choisi est ainsi comme consacré, ce qu’indique d’ailleurs la typographie puisque le mot-thème de départ est toujours en majuscule tandis que la glose est en minuscule, alors que l’intérêt majeur du glossaire repose en fait essentiellement sur la glose elle-même plutôt que sur le mot déclencheur.

  • 8 Cela donnera, en 1956, Bagatelle végétale.
  • 9 C’est ainsi qu’il convient de comprendre le verbe serrer du titre. Il serre ses gloses au sens où (...)

8Bref, on l’aura compris, il s’agit d’un glossaire de mots dérivés de leur sens commun mais pourvus, pour la plupart, d’une charge humoristique et/ou poétique ; une charge le plus souvent très significative puisque le mot, même le plus commun (“cheval”, par exemple) n’est pas glosé sans une certaine cérémonie. Leiris s’adonne en réalité à ce qu’il faisait quand il était enfant : les mots sont détournés de leur acception courante, mais détournés seulement car il n’est nullement question d’écriture automatique ou d’un procédé dans la lignée du “cadavre exquis”. On n’est pas en présence en effet de définitions gratuites mais plutôt de gloses fondées sur la forme, la sonorité, le découpage syllabique, sans jamais tourner le dos au sens, ou au concept attaché au signifiant, dans une sorte de “conceptisme verbal” puisque toute ressemblance phonique entraîne des analogies sémantiques. Le procédé d’écriture ou de réécriture repose donc sur un minutieux travail de dissection des deux versants du signe, le signifiant et le signifié8. Ce glossaire est, finalement, le glossaire intime de Michel Leiris où il range9 ses gloses, c’est-à-dire, ses perceptions sémantiques, tel un jardin secret nourri de son rapport fantaisiste aux mots.

  • 10 On peut naturellement réécrire un mot dès lors qu’on l’envisage dans sa matière graphique ou phon (...)

9Mais, alors, naturellement, une question se pose : peut-on réécrire un mot et quel est le lien avec la réécriture10 ?

10À la lumière des mécanismes qui la fondent, nous pensons que, dans le cas présent, il n’est pas excessif de parler de réécriture. Elle correspond en effet à l’action par laquelle un auteur écrit et propose une nouvelle version d’un texte, qui est un agencement de mots. Or, ici, avec Leiris, le texte devient certes une unité plus réduite, le mot, mais le procédé reste fondamentalement le même que celui de la réécriture dans la mesure où, à la base du mécanisme de cette dernière, il y a toujours deux constantes : 1) une reprise 2) une transformation, c’est-à-dire un lien qui peut être de nature diverse et plus ou moins affiché et explicite entre l’unité de départ et l’unité d’arrivée, transformée (dans le cas extrême du plagiat, ce lien est occulté). Deux paramètres que nous retrouvons précisément dans le procédé d’écriture mis en œuvre par Leiris pour élaborer son Glossaire :

  • 11 Œuvre = verrou ?

11– la reprise et le lien sont en effet présents de facto par la structure même de l’œuvre qui est un glossaire, c’est-à-dire, un catalogue de mots définis et/ou expliqués. On a ainsi le mot de départ, et la glose constitue une extension et une amplification du terme de départ. Le lien est donc de nature définitoire et s’inscrit dans un rapport d’équivalence entre le mot-thème et la glose (ce que Leiris traduit par le tiret, le blanc typographique ou plus explicitement, parfois, par l’opérateur mathématique =)11. Il peut certes arriver parfois que le lien n’ait rien d’évident ; il n’empêche, la structure même du glossaire instaure nécessairement un rapport constant d’équivalence entre les deux unités, l’unité de départ et son amplification.

  • 12 On peut, certes, parfois trouver un traitement digne de la parodie pure.

12– quant à la transformation, elle est à la base de l’intérêt même de cette œuvre. Et pour tenter de définir la nature de cette transformation, on pourrait parler de parodie a contrario. Parodie en effet, de par le régime ludique, mais a contrario dans la mesure où, si la parodie au sens strict est la transformation d’un texte dont le sujet noble est appliqué à un sujet vulgaire, ici, ce sont les mots “vulgaires” et communs du lexique qui trouvent au contraire un noble travestissement12.

13Dans ces conditions, il semble légitime de parler de réécriture. Michel Leiris réécrit les mots à travers un processus de lecture et de réécriture anamorphosée et il y a toujours un lien et une transformation entre le mot de départ et l’expression d’arrivée – la glose –, un lien qui est toujours assuré autant par le signifiant que par le signifié.

3. Les procédés de la réécriture du Glossaire (analyse de quelques cas)

  • 13 Mimologiques (voyage en Cratylie), Paris, Seuil, 1976, pp. 368-369.

14Dans son analyse des rapports formels entre le mot-entrée et la glose, Gérard Genette distingue quatre grands types de mécanisme13 :

  • 14 Ibidem, p. 368.

15a) le premier correspond à ce qu’il appelle une « épellation lexicalisée » : le procédé consiste à « [...] tirer d’un mot, en épelant ses lettres, un groupe de mots voire une phrase, qui forment sa glose »14. Ex. : « cheval – c’est achevé à ailes (Pégase) ». Il suffit de prononcer chaque lettre séparément pour qu’ici, la lumière soit faite sur la logique de la glose : le mot “cheval” s’achève effectivement sur la lettre <L> et peut dès lors convoquer le cheval ailé blanc de la mythologie grecque, Pégase, fils du dieu de la mer Poséidon et de la gorgone Méduse.

16b) le deuxième type est l’analyse du mot, c’est-à-dire, sa segmentation stricte : « morphine – mort fine » ou encore « dieu – il dit ; ses paroles sont des œufs (dit œufs) », à condition de pratiquer une diérèse.c) le troisième est la déformation, soit par métaplasme de consonne (rivière – civière) ou de voyelle, soit par métathèse graphique (« baiser – braise ») ou phonique et généralement approximative (« clergÉ – “j’éclaire” à l’envers » ; « jardin – retourné, il donne nid de rage »).

17d) enfin, le dernier type, de loin le plus fréquent, utilise les ressources des deux précédents pour construire l’expansion ou la paraphrase phonique du mot-thème. « cratÈre – il crache la terre » ; « icare – le hic qui le contrecarra, c’est la carence de la cire » ; « psychanalyse – lapsus canalisés au moyen d’un canapé-lit ».

  • 15 Langue, Texte, Enigme, Paris, Seuil, 1975, p. 51. D’après Genette, « ces lointains répondants ne (...)

18En fait, on peut réunir tous ces procédés sous le chef d’endogramme (forgé sur le modèle d’anagramme, paragramme... avec préfixe grec endo signifiant en dedans), mécanisme qui consiste à faire émerger un mot, une syllabe (endonyme) ou une lettre (endogramme), enchâssé(e) dans un mot plus long (tel “morphine” segmentée en “mort” “fine”). Cela ne peut naturellement que faire penser aux « mots sous les mots » de Ferdinand de Saussure mis au jour par Starobinsky ou encore aux « farcissures médiévales » que Zumthor décrit comme « un discours conçu comme impliqué dans un mot unique... dont il constitue l’amplification actuelle, qu’il déploie en étant engendré par lui »15, à la différence fondamentale près qu’ici, le procédé est assurément conscient et revendiqué par l’auteur.

19Un tel mécanisme a ainsi naturellement tendance à démultiplier le sens. Le signe est dans tous ses états/éclats et le procédé tend à en tirer le maximum au niveau de la manipulation définitoire. Voici d’ailleurs ce que livre Michel Leiris par rapport au processus original mis en œuvre :

  • 16 Michel Leiris, « Glossaire : j’y serre mes gloses » (1925), in Brisées, Paris, Gallimard, 1992, p (...)

En disséquant les mots que nous aimons, sans nous soucier de suivre ni l’étymologie, ni la signification admise, nous découvrons leurs vertus les plus cachées et les ramifications secrètes qui se propagent à travers tout le langage, canalisées par les associations de sons, de formes et d’idées. Alors le langage se transforme en oracle et nous avons là (si ténu qu’il soit) un fil pour nous guider, dans la Babel de notre esprit.16

20Aussi, afin de mieux mettre en évidence les mécanismes d’écriture et de réécriture du Glossaire, nous indiquons ci-dessous une série de gloses tout en proposant leur déconstruction – les premières sont simples et sans poésie et servent juste à montrer le procédé.

21abdomen : bas domaine. La première syllabe <AB> n’est pas lue de manière pétrifiée ni figée mais inversée <BA> tandis que la fin du vocable <domen> est l’objet d’une association et superposition homophonique avec un autre signifiant, aboutissant à une glose d’une certaine pertinence au niveau du sens puisque l’abdomen, vu sous un angle anatomique et métaphorique, peut être perçu comme une surface, un espace situé dans la partie inférieure du corps, soit un “bas domaine”, avec les deux points qui signalent ici sans doute une relation d’équivalence avec un processus d’amplification.

22alimentaire, élémentaire. Simple jeu paronymique avec une syntaxe différente ; on a juste une juxtaposition avec un rapprochement du signifiant et du signifié, puisque ce qui est alimentaire est essentiel et « n’a d’autre objet que de fournir de quoi vivre » (Le Robert).

23amitié – admet-elle jamais l’à moitié ? Le tiret signale une incise sous forme de questionnement et l’italique est un procédé typographique qui permet de souligner l’inscription du substantif « amitié » dans la locution adverbiale « à m(o)itié » (la voyelle /o/ mise à part), une manière de dire qu’une telle relation est indivisible ou n’est pas. Une glose qui rend hommage à cette relation noble qui doit être entière et sans restriction. De plus, on peut observer que la distribution des phonèmes du terme de départ structure en fait la glose (cf. lettres soulignées) dans une forme d’écriture sous la contrainte, anagrammatique (le procédé est en effet suffisamment récurrent dans le Glossaire pour qu’on le souligne, comme si l’initiative était laissée aux mots eux-mêmes). C’est-à-dire que Leiris glisse dans la glose la trame phonique du mot qui fonde la glose elle-même.

24Certaines gloses peuvent être plus sibyllines et incitent de ce fait à regarder le mot autrement.

25action – axe (par elision). Une attention particulière à la composition phonique de ce terme fait apparaître, pour la syllabe initiale, la suite de sons [aks], en transcription phonétique, soit le mot “axe”, précisément par élision, c’est-à-dire par suppression de la syllabe finale du mot “action”. Mais au-delà de cette cohérence dictée par le signifiant, la cohérence est aussi du côté du sens. En effet, un “axe” est une ligne imaginaire qui passe par le centre d’un corps et cette ligne imaginaire peut aussi correspondre (deuxième acception) à une pièce autour de laquelle s’articulent d’autres pièces animées d’un mouvement circulaire. Bref, il y a souvent de l’action autour de l’axe, ce qui montre la cohérence de la glose, attentive au signe, dans sa double dimension de signifié et de signifiant.

26charme – chère arme. Leiris propose ici une autre épiphanie dans la limite étroite du mot. Il procède à une sorte de séquençage de ce substantif monosyllabique en français pour déployer deux autres termes monosyllabiques (un adjectif suivi d’un substantif) qui fondent une fois encore, par leur agencement syntaxique, une convergence phonique avec le terme glosé (charme), lequel terme se trouve une fois encore implicitement éparpillé et glissé dans la glose (chère arme). Concrètement, la fricative palatale située à l’attaque du terme du glossaire – [ʃaʀm] –, sert de coup d’envoi à la glose et le procédé consiste alors à isoler un autre substantif à partir du mot-thème, dans une forme d’approche spéculaire et ludique du signe. La réécriture n’échappe pas ainsi à une forme de récursivité. Enfin, l’inventivité fait le reste et la logique de la glose va au-delà du signifiant car en définissant le charme comme une « chère arme », Michel Leiris montre que le charme, en tant que qualité de séduction, n’est rien de moins qu’un atout précieux, ravageur, auquel on peut aisément succomber et qui peut donc se révéler fatal.

27corps n’est pas un roc. Cette glose montre que la charpente phonique du langage est un pilier du procédé d’écriture car ici, les graphes sans correspondance phonétique (comme <p> et <s>) ne participent pas à la réécriture. Seules sont exploitées l’occlusive /k/, la voyelle /o/ et la vibrante /r/. La matière phonique du mot est alors comme retournée, pour dévoiler le substantif roc et souligner ainsi la fragilité de l’enveloppe humaine que représente le corps qui n’est pas un roc.

28coq – Concocte, avec sa concubine, l’œuf. Glose allitérative (en /k/) doublée d’un jeu d’assonance (en /o/). Outre l’humour, on peut également souligner ici l’importance chez Michel Leiris de la dimension graphique des mots. La glose nous invite en effet à voir à travers le coq et le mot coq, le produit de la poule, soit l’œuf à la coque. Or, à y regarder de plus près, on peut observer une progression au niveau de l’enchaînement des lettres qui constituent le mot COQ. Le demi-cercle de la lettre <C> se clôt en <O> et est comme parachevé par un léger signe diacritique dans sa partie inférieure (lecture digne de la fantaisie leirisienne). Bref, la boucle est bouclée et l’on peut presque imaginer l’émergence de l’œuf qui peut éclore. La dimension iconique et idéogrammatique est évidente chez Michel Leiris et, pour cette glose, on peut supposer qu’est intervenue dans cette glose précisément l’analogie de forme entre la lettre <O> et le référent conceptuel « œuf ».

  • 17 Ce n’est, en effet, pas le drame qui est torride.
  • 18 On peut certes aussi penser à l’habit d’or et de lumière du torero.

29corrida, drame torride à douces cadences cruelles et à cris d’or. Avec cette glose, le décor d’une corrida est tout d’abord planté de manière fort concise car tous les éléments propres à une corrida sont présents. En effet, qu’est-ce qu’une corrida, si ce n’est un spectacle, un rituel rythmé, sanglant, sous le soleil ? D’où les adjectivations (« drame torride » et « cadences cruelles »), sous forme d’hypallage, qui opèrent un déplacement17. Demeure la mention finale, « à cris d’or », sous forme de complément de nom, aussi troublante qu’énigmatique, du fait de la métaphorisation des cris ; car si la mention des cris peut aisément se comprendre (les cris sont à la gloire du torero), c’est bien l’association « cris d’or » qui peut raisonnablement laisser perplexe (elle résonne comme une image surréaliste, puissante sur le plan sémantique)18. Syntaxiquement, ce complément de nom sous conjonction de coordination et, s’applique au syntagme nominal « drame torride » et vient le qualifier : la corrida est donc « un drame torride à douces cadences cruelles » et « un drame torride à cris d’or ». Contrairement aux exemples précédents, on peut observer que ce n’est pas le phonème occlusif vélaire /k/ situé à l’attaque du mot « corrida » qui donne le la à la glose mais bien la consonne occlusive dentale finale /d/, reprise aussitôt par le substantif « drame ». Ainsi, si l’on cherche, par l’analyse, à reconstituer la genèse du processus qui a pu conduire à la glose, on peut émettre l’hypothèse que le mot de départ – corrida – a été comme déroulé à l’envers, d’où l’occlusive dentale suivie d’une vibrante /DR/ du mot « drame » qui reproduit le modèle consonantique des deux dernières syllabes du mot « corrida », sans jamais perdre de vue la cohérence au niveau conceptuel entre les deux termes « corrida » – « drame ». Et selon cette logique, on peut sans doute resituer la mention énigmatique « à cris d’or » par rapport à ce travail sur le signifiant. Car si la corrida est considérée comme « un drame torride à cris d’or », on peut observer que cette glose distribue une fois encore à l’envers les phonèmes du mot-thème « corrida », et l’extension de la glose est en effet trop réduite pour qu’on puisse penser qu’il s’agit ici du simple fruit du hasard. De plus, une répétition compulsive du mot « corrida » peut finir par faire émerger et entendre l’enchaînement « cris d’or » et inversement, avec la séquence occlusive [k]/vibrante [r]/voyelle/dentale [d]. Bref, il semble que l’on touche ici le procédé d’écriture de Leiris, un procédé à l’écoute minutieuse et attentive de ce que peuvent dire et faire entendre les mots. Ce sont les composants, somme toute, du mot lui-même qui servent de tremplin à l’essor poétique.

4. La poétique de cette réécriture

30Au terme de ce parcours rapide, il convient maintenant de s’interroger sur le sens que l’on peut donner au mécanisme mis en œuvre, c’est-à-dire sur la portée et la poétique sous-jacentes à une jonglerie aussi fantaisiste.

31En fait, cette œuvre développe une théorie des signes et construit à sa manière une sémiotique. Le premier enseignement à tirer est que ce procédé de réécriture ramène à la problématique du langage et, notamment, au débat séculaire sur le caractère arbitraire ou motivé du signe.

  • 19 Michel Leiris, Biffures, cit., chapitre « Alphabet », p. 47.
  • 20 Ibidem.

32Ainsi, la première lecture, naïve, qui peut se dégager à la lecture du Glossaire, c’est que la théorie des signes qu’il construit s’inscrit dans une optique résolument mimologique avec des mots « en rapport de stricte intimité avec le fond des choses »19. C’est-à-dire que Leiris entretient ou feint de cultiver « l’illusion comme quoi certaine action providentielle (un absolu lointain) est intervenue dans l’élaboration du langage parlé pour en faire l’expression adéquate de la vraie nature des choses »20. Bref, toute convention à l’origine du langage semble récusée et exclue. On peut en effet déduire de ces définitions revisitées que le langage est motivé et qu’il y a une parfaite adéquation entre le signifiant et le signifié (ou parfait rapport de congruence pour le dire en termes guillaumiens). Michel Leiris évolue en plein paradis linguistique et poursuit un idéal où il n’y a pas de vide sémantique. C’est en effet l’enseignement majeur qui se dégage de chacune des gloses qui s’ingénie à construire l’analogie entre les deux faces du signe (à l’instar des gloses « vierge : fière de son givre » ou « tumulte : bruit brut de multitude »).

33Mais on peut également opposer une lecture radicalement inverse. C’est précisément parce que le langage est arbitraire que l’écrivain-poète se livre à de telles acrobaties verbales pour opposer des gloses cohérentes et harmonieuses. De plus, on peut aussi considérer ces gloses comme purement arbitraires, précisément parce qu’elles sont le fruit du bon plaisir et du “caprice” fantaisiste de Michel Leiris. C’est, après tout, son bon plaisir qui les motive et rend nécessaire le lien signifiant/signifié. C’est la définition qui motive le mot, après coup, dans une forme de rétro-motivation.

  • 21 « L’art ne doit pas se faire annoncer ; il doit surgir où on ne l’attend pas, par surprise, faute (...)

34C’est pourquoi, au-delà de la lecture ambivalente que l’on peut faire de ce glossaire, les deux autres aspects qui se dégagent sont d’une part le fait que ce à quoi se livre Leiris correspond en fait à une expérience poétique avec le langage. Il fait voir autrement les mots du lexique courant en obligeant à les regarder droit dans leurs lettres, à écouter la petite musique de leurs sonorités sans jamais perdre de vue leurs sens (Genette dit joliment que rien ne reste « lettre morte » chez Leiris) ; or, c’est justement là le rôle d’un artiste : changer le regard sur les choses – ici, en l’occurrence, les mots – à l’instar de Picasso qui prend un tricycle, le retourne et en fait un taureau, ce qu’illustre le propos de Dubuffet selon lequel, « l’art […] doit surgir où on ne l’attend pas »21. Pour sa part, à travers la réécriture, Leiris parvient ainsi à donner une seconde vie aux mots du lexique, « un sens plus pur aux mots de la tribu » (Mallarmé).

  • 22 On lira avec intérêt l’article de Jean-Gérard Lapacherie, Écriture et mise en page dans le Glossa (...)
  • 23 « [...] tous les prétextes me seront bons pour traiter, pratiquement, le langage comme s’il était (...)

35Par ailleurs, on peut également dégager ce que Jean-Gérard Lapacherie appelle une sorte de semi-occultisme22 où les mots sont investis d’un pouvoir heuristique et sont comme des « révélateurs »23. Les mots servent en fait à découvrir des choses cachées, des mystères, et deviennent ainsi un salut pour le poète qui cherche précisément à élucider certaines questions relatives à son existence (comme l’interdit, la transgression, l’érotisme, la mort, questions récurrentes qui émergent à partir des termes du glossaire). C’est en fait son univers intérieur que Michel Leiris explore à travers ces manipulations sur le langage, si bien que son glossaire peut être lu comme un outil de recherche introspective. Le procédé mis en œuvre dans cette forme de réécriture livre en effet un enseignement sur l’homme dans son rapport au monde, a fortiori dans le cas du parcours de vie de Michel Leiris, homme tourmenté s’il en est, qui a passé son existence à la recherche de soi, en quête d’une cohésion qu’il a en partie approchée à travers la psychanalyse et l’écriture. Or, le procédé du glossaire propose un autre rapport au mot et donc aux choses. C’est une manière, via l’imaginaire, d’introduire de l’ordre et de l’harmonie dans un univers manifestement désordonné, fragmenté et chaotique face auquel le Glossaire nous offre au contraire un lexique parfaitement lisse et sans aspérités où tout semble s’éclairer et s’illuminer.

36Genette déclare que le procédé mis en œuvre par Michel Leiris est plus une fin qu’un moyen ; or, on peut nuancer ce propos et considérer que si l’écriture est parfois une thérapie, ici, la réécriture et ce droit revendiqué d’un nouvel inventaire du lexique sont une thérapie au carré. Leiris recrée son lexique et s’approprie les mots si bien que le langage lui est moins étranger. De ce fait, le procédé de la réécriture est un moyen autant qu’une fin et la réécriture devient un hommage rendu au langage autant qu’à l’imaginaire poétique.

Haut de page

Notes

1 Cet essai s’intitule d’ailleurs précisément De la littérature considérée comme une tauromachie et on peut retrouver cette préface dans la réédition du livre en 1946.

2 Critique d’art, ami de Picasso, qui assistera à la naissance du cubisme.

3 Adrien Borel (1886-1966) est un psychiatre et psychanalyste français qui, après avoir suivi un début d’analyse auprès de René Laforgue, a eu par la suite en traitement Michel Leiris et Georges Bataille, entre autres, avant de cesser de pratiquer l’analyse.

4 Michel Leiris, Biffures, Paris, NRF, Gallimard, 2e édition, 1981, p. 232.

5 Ce titre fait écho à l’une des gloses du glossaire de Michel Leiris qui propose justement : « SIGNE – il singe ».

6 Dans L’âge d’homme, il parle d’ailleurs de « calembours poétiques ». Précisons que le recueil poétique intitulé Glossaire, j’y serre mes gloses a été publié en 1939. Mais au fil du temps, Leiris n’a cessé de l’enrichir avec de nouvelles gloses que l’on peut notamment retrouver dans Mots sans mémoire (1969) ou encore dans Langage, tangage ou Ce que les mots me disent (1985).

7 On pourra sur ce point consulter l’ouvrage fort intéressant de Pierre-Henri Kleiber, Glossaire j’y serre mes gloses de Michel Leiris et la question du langage, Paris, L’Harmattan, 1999.

8 Cela donnera, en 1956, Bagatelle végétale.

9 C’est ainsi qu’il convient de comprendre le verbe serrer du titre. Il serre ses gloses au sens où il les met à l’abri, en lieu sûr.

10 On peut naturellement réécrire un mot dès lors qu’on l’envisage dans sa matière graphique ou phonique : il suffit alors de permuter quelques lettres ou quelques phonèmes pour aboutir à une autre unité. C’est le principe de l’anagramme (tel signe/singe) ou de l’art de la contrepèterie. Dans ce cas, on est présence d’une conception purement ad litteram de la réécriture.

11 Œuvre = verrou ?

12 On peut, certes, parfois trouver un traitement digne de la parodie pure.

13 Mimologiques (voyage en Cratylie), Paris, Seuil, 1976, pp. 368-369.

14 Ibidem, p. 368.

15 Langue, Texte, Enigme, Paris, Seuil, 1975, p. 51. D’après Genette, « ces lointains répondants ne sont probablement pas présents à l’esprit de Leiris ». Mimologiques, cit., p. 369.

16 Michel Leiris, « Glossaire : j’y serre mes gloses » (1925), in Brisées, Paris, Gallimard, 1992, pp. 11-12.

17 Ce n’est, en effet, pas le drame qui est torride.

18 On peut certes aussi penser à l’habit d’or et de lumière du torero.

19 Michel Leiris, Biffures, cit., chapitre « Alphabet », p. 47.

20 Ibidem.

21 « L’art ne doit pas se faire annoncer ; il doit surgir où on ne l’attend pas, par surprise, faute de quoi son efficacité est considérablement affaiblie ». « Notes en vue d’une interview télévisée », rédigées en décembre 1960, in Jean Dubuffet, Prospectus et tous écrits suivants, Paris, Gallimard, 1967, tome II, p. 215 [réédité 1986]. Nous tenons à adresser nos remerciements à la Fondation Dubuffet et notamment à Madame Florence Quénu, du service Documentation-archives.

22 On lira avec intérêt l’article de Jean-Gérard Lapacherie, Écriture et mise en page dans le Glossaire de Michel Leiris », (24 décembre 2004), article consultable en ligne à l’adresse suivante :
http://www.michel-leiris.fr/spip/article.php3?id_article=130.

23 « [...] tous les prétextes me seront bons pour traiter, pratiquement, le langage comme s’il était un moyen de révélation ». Michel Leiris, Biffures, cit., p. 52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Pagès, « Michel Leiris (1901-1990), un cas extrême de réécriture des mots », Cahiers d’études romanes, 24 | 2011, 115-129.

Référence électronique

Stéphane Pagès, « Michel Leiris (1901-1990), un cas extrême de réécriture des mots », Cahiers d’études romanes [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/1086 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.1086

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search