Navigation – Plan du site

Les croyances et les valeurs relatives à l’éducation et la féminisation de la pauvreté au Mexique

Rubén Torres Martínez
p. 163-194

Résumés

Le manque d’égalité des opportunités entre femmes et hommes est chaque jour davantage connu. L’information accrue a montré les inégalités dans les domaines sociaux, politiques, économiques et culturels. Des recherches sur le sujet du « genre », s’accordent pour dire que les données statistiques sont un outil très important. L’information statistique permet d’observer la dimension du problème de l’inégalité entre femmes et hommes. Cependant, il faudra aussi prendre en compte d’autres caractéristiques telles que : les rôles, les devoirs et les différentes responsabilités que la société donne aux femmes et aux hommes. En outre, il est important de signaler que la condition sociale joue un rôle très important dans ce phénomène d’inégalité

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

pobreza, mujer, educación

Index géographique :

Mexique

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Dans le monde entier, l’éducation est conçue comme un outil nécessaire à l’obtention des habiletés qui concéderont des opportunités pour s’intégrer au marché du travail. L’éducation est également le mécanisme d’adaptation d’un sujet particulier à la société. L’éducation contribue à la formation de l’identité personnelle et collective de chaque individu. Finalement l’éducation est vue comme un escalier qui permet l’ascension sociale, économique et culturelle à des individus dans leurs sociétés.

  • 1 Naciones Unidas, 1995, in CONMUJER / UNIFEM / INEGI PNUD, UNICEF, FNUAP, OPS Naciones Unidas, 200 (...)

2L’égalité des conditions et des opportunités, entre femmes et hommes, dans tous les niveaux éducatifs, est une condition incontestable pour arriver à un changement d’esprit dans les sociétés traditionnellement « machistes ». L’égalité des conditions et des opportunités bénéficiera non seulement aux femmes, mais aussi à leurs enfants, à leurs familles et surtout à leurs communautés. « La alfabetización de la mujer, por ejemplo, mejora en forma importante la salud, nutrición y educación de su familia y es un medio para un desarrollo sustentable de la sociedad »1.

Les relations de « genre »

  • 2 Susan Parker et Carla Pederzini, Gender differences in education in Mexico : patterns, trends and (...)

3D’après Susan Parker : « Numerosos estudios muestran que con mayores niveles de educación las mujeres disminuyen su fecundidad y mejoran su salud reproductiva, incrementan su productividad y nivel de ingresos y desarrollan un mayor grado de libertad y poder sobre su vida, con la consecuente posibilidad de tomar mejores decisiones sobre su bienestar »2. En effet, les relations de « genre » sont plus communes que ce que l’on pense. Elles se trouvent dans la vie quotidienne dans l’espace public comme dans l’espace privé. Les femmes et les hommes ont des relations qui sont déterminées par des règles et des attentes sociales. Chaque « genre » a un rôle très spécifique dans la société. La distribution des rôles et des responsabilités entre les femmes et les hommes est déterminée primordialement par la division sexuelle du travail. Cette division donne aux hommes la responsabilité des tâches productives (travail hors de la maison), et aux femmes le travail dénommé reproductif (travail domestique, dans la maison) :

  • 3 CONMUJER / UNIFEM / INEGI, PNUD,UNICEF, FNUAP, OPS, 2000, p. 6 « El enfoque de género en la produ (...)

el acceso desigual de mujeres y hombres a la educación se explica por percepciones culturales sobre los roles que cada sexo desempeña, sobre el tiempo que pasarán en el hogar y en el mercado de trabajo y sobre los consiguientes beneficios de una mayor educación. Así, debido a que socialmente a las mujeres se les ha asignado la responsabilidad de las labores doméstico-reproductivas, para muchas de ellas su paso por el mercado laboral sigue caracterizado en gran medida por interrumpidos periodos de tiempo, lo cual se traduce en que los gastos en su educación no sean considerados productivos o indispensables para amplias capas de la población.3

4Les relations de « genre » existent dans le domaine de la production, des relations familiales, sociales, économiques et politiques. Les relations de « genre » ont des règles, des normes, des prescriptions et des stéréotypes qui montrent des relations de pouvoir et d’autorité basées sur le contrôle des ressources sociales et des matériaux. Ceci permet aux politiques et aux actions publiques d’avoir des effets distincts chez les femmes et chez les hommes.

5En général, les femmes et les hommes contribuent de façon différente dans tous les domaines sociaux. La manière dont la société réintègre l’effort fait par les femmes et les hommes est nettement inégale et inéquitable. La valorisation de l’effort des hommes est toujours supérieure à celle des femmes. La masculinité, en elle-même, est toujours plus valorisée. Dans ce sens, les politiques orientées vers un meilleur développement ne sont pas encore impartiales. Dans le domaine juridique, les femmes sont encore, dans la plupart des cas, en désavantage face aux hommes par rapport à la loi. Plusieurs recherches ont montré que les inégalités et les iniquités entre les femmes et les hommes sont plus fortes et élevées quand la pauvreté et l’ignorance éducative sont présentes.

6Dans la société mexicaine, comme dans beaucoup d’autres sociétés, la perception des rôles des femmes et des hommes est fortement influencée par des stéréotypes et des conceptions traditionnelles. Cette perception est donc assez éloignée de ce qui est accompli réellement par les femmes et les hommes dans la société.

7Malgré la transformation des sociétés de par le monde, il persiste des stéréotypes sur la division du travail entre femmes et hommes. La croissance de la participation des femmes sur le marché du travail n’a pas suffit à changer les relations du genre. Il en résulte une non visibilité des femmes dans les rapports statistiques dans beaucoup de domaines où la participation et la contribution des femmes sont décisives pour la société. La raison de cette absence de visibilité des femmes sur les rapports statistiques est qu’il n’existe pas encore une répartition par genre. En plus, la divulgation des statistiques est toujours en accord avec ce que les autorités gouvernementales cherchent à montrer et la distinction entre les femmes et les hommes n’apparaît pas comme une priorité.

8Il est nécessaire que les statistiques prennent en compte les « problèmes de genre », c'est-à-dire les formes d’exclusion et de subordination qui ont leur origine dans les relations du genre. Ensuite, l’existence des inégalités et iniquités entre les femmes et les hommes sera constatée. Les statistiques sur lesquelles nous nous appuierons visent donc à faire connaître et à mettre en évidence que :

1) les caractéristiques de « genre » sont des constructions sociales et sont donc susceptibles de modifications ;

2) il existe tout un réseau d’aspects et de caractéristiques injustes et inégales entre les femmes et les hommes dans toutes les sphères de la société : économique, politique, sociale et culturelle.

  • 4 Dans ce cas, la médecine et la démographie ont montré, de prime abord, beaucoup de différences en (...)

9En fait, les statistiques faites sur la population présentées par sexe et par âge sont une alliée et une nécessité pour l’analyse de la situation des femmes et des hommes dans notre société. Effectivement, les statistiques sont triées par sexe, ce qui a permis de mettre en évidence les aspects les plus importants des différences de « genre »4. Néanmoins, cela n’est pas suffisant.

10La « description » par sexe est primordiale pour faire connaître les liens de « cause à effet » concernant les disparités de genre. C’est pourquoi la « description » joue un rôle déterminant dans les relations de genre. Grâce à celle-ci, la condition sociale de la femme est mise en évidence. Pourtant, pour que les rapports sur l’éducation aient une vision de genre, il est indispensable d’insérer des éléments qui permettent d’identifier des problèmes et des obstacles auxquels les femmes et les hommes sont confrontés dans le domaine éducatif. Ces problèmes trouvent leur origine dans l’inégalité des opportunités et dans les situations d’iniquité, d’exclusion et de subordination que les femmes vivent. À l’aide des statistiques, il est possible de connaître les effets des situations des femmes mais, avec la description, il est envisageable de mieux connaître les causes sous-jacentes à ces différences éducatives, ainsi que les obstacles que les femmes doivent surmonter tout au long de leur vie éducative.

11Il est fondamental de garder en mémoire que l’inégalité des opportunités éducatives n’est pas seulement due au manque d’offre éducative. La famille joue un rôle très important dans la création de l’inégalité de genre. Les attentes et les pratiques quotidiennes dans les communautés, au sein des familles, sont à l’origine des inégalités entre femmes et hommes.

12L’on retrouve des facteurs tels que : la pauvreté ; la précarité ; la préférence des familles à investir davantage dans l’éducation des hommes que des femmes ; le travail domestique des filles ; l’éloignement des écoles souvent considéré comme un facteur de risque pour les filles ou encore le risque de violence sexuelle auquel les fils et les filles sont confrontés dans le trajet qui sépare la maison de l’école. Tous ces phénomènes sont à l’origine de l’absentéisme et de l’abandon de la scolarité, particulièrement pour les filles.

13En effet, les responsabilités des femmes à la maison, les barrières socioculturelles et l’absence de politiques gouvernementales empêchent l’insertion des femmes au marché du travail. Toutes ces situations constituent aussi un frein important pour les parcours des femmes à l’école, au lycée et à l’Université, et même dans le développement des aptitudes et de l’entraînement pour le travail. Ceci explique bon nombre de choix d’orientation des femmes. Dans la plupart des cas, leurs choix éducatifs les conduisent à prendre des emplois précaires, avec des opportunités limitées d’ascension et de promotion sociales.

Le cas mexicain

14Avec une population qui oscille autour de 105 millions d’habitants, le Mexique présente une courbe démographique de plus en plus équilibrée entre femmes et hommes. Les nouvelles statistiques données par les autorités ont vaincu la croyance des années 1990 qui voulait qu’à chaque homme lui « corresponde » 7 femmes. Jour après jour, les femmes jouent un rôle de plus en plus important dans tous les domaines.

  • 5 Cf. annexe.

15Dans le cas du Mexique, l’article 3 de la Constitution Politique spécifie qu’une éducation primaire et secondaire obligatoire5. L’amélioration de la qualité éducative et l’accès universel à l’éducation élémentaire sont toujours des buts primordiaux pour les autorités mexicaines. L’éducation est vue comme un facteur stratégique pour l’amélioration de la condition sociale des femmes et des hommes. Avec l’éducation, les femmes et les hommes se trouvent dans un domaine où les relations entre eux sont plus égalitaires et moins discriminatoires.

16Par opposition, l’inégalité de genre dans l’éducation se répercute sur la participation des femmes et des hommes dans le marché du travail et sur la vie publique. L’inégalité de genre dans l’éducation est aussi un moyen de reproduire la pauvreté dans la société.

17La réalité éducative du pays est très loin du cadre juridique établi par la Constitution qui prévoit le droit à l’éducation pour tous les Mexicains sans discrimination du sexe. Les statistiques montrent qu’à l’inverse il existe une inégalité d’opportunités entre les femmes et les hommes. Au Mexique, les femmes ont fait l’objet d’exclusion, de discrimination et de ségrégation éducative. Les statistiques sur l’analphabétisme, les pourcentages de la population sans éducation primaire terminée et la moyenne de la scolarité sont un clair exemple de cette inégalité. En plus, il n’existe pas de cours, dans le curriculum scolaire, sur le sujet du « genre ». Le niveau d’inégalité est plus fort dans les groupes sociaux moins favorisés économiquement.

18Dans différents contextes sociaux, l’inégalité d’accès à l’éducation pour les femmes et les hommes s’explique par des perceptions culturelles sur les rôles que chaque sexe joue dans la société. Le temps que chaque sexe restera à la maison ou au travail déterminera en grand partie le niveau d’éducation que les parents donneront à leurs fils et à leurs filles.

  • 6 Constanza Tobío, « El acceso de la mujeres al trabajo, el espacio y el urbanismo ». Ponencia pres (...)

Estudiar lo femenino exige con frecuencia una reconceptualización previa. Así ocurre, por ejemplo, cuando queremos aplicar el concepto de « trabajo » a las mujeres. El trabajo se asocia en nuestra sociedad al que se realiza a cambio de una remuneración económica… El modelo de la actividad feminina es mucho más complejo que el de los hombres porque a lo largo de la vida hay entradas y salidas de actividad lo cual implica que en edades concretas hay una superposición de mujeres que entran y mujeres que salen del mercado de trabajo.6

  • 7 De plus en plus, les femmes continuent à travailler à l’extérieur, après s’être mariées et avoir (...)

19Le travail à la maison n’est pas considéré, de ce fait, comme un « travail ». Ainsi, culturellement, les femmes sont désavantagées car la société leur donne une responsabilité plus proche de la maison et de la « reproduction familiale » que du marché du travail7. En revanche, la société donne aux hommes la responsabilité de principal fournisseur du foyer familial. Les hommes resteront, en théorie, beaucoup plus de temps au travail qu’à la maison.

  • 8 Constanza Tobío, « El acceso de la mujeres al trabajo, el espacio y el urbanismo ». Ponencia pres (...)

El modelo femenino subyace una dualidad entre el mundo de la producción y de la reproducción que se va alternando a lo largo de distintos momentos de la vida o se superpone, como ocurre mayoritariamente hoy entre las mujeres jóvenes.8

20Cela explique pourquoi les familles préfèrent investir plus de temps et davantage de ressources dans l’éducation des hommes que des femmes. Les familles donnent une importance supérieure à l’éducation des hommes, dans l’espoir de permettre une insertion plus rapide et plus favorable au marché du travail, et, par voie de conséquence, en vue d’un bien-être supérieur attendu dans l’avenir. Ce type de différences entre les femmes et les hommes est plus fréquent dans les régions rurales, mais aussi là où l’école est loin des foyers familiaux. Quand ces familles observent qu’il faut investir du temps et des moyens pour se rendre dans une école lointaine, elles préfèrent que les filles restent à la maison pour les y aider. De même, nombreux sont les parents qui font ces choix en pensant à assurer la vie adulte de leurs familles et de leurs parents.

Les recensements de population comme un outil statistique9

  • 9 Dans cette section, on considèrera les sources des années 2000 au niveau national.

21Pour mieux étayer et comprendre l’analyse du présent document, il est nécessaire d’aller aux sources de l’information, et de se référer notamment aux recensements de la population que le gouvernement mexicain fait chaque décennie. Les recensements n’ont pas pour priorité de faire une analyse comparative de chaque niveau éducatif de la population, mais de montrer le niveau de scolarité général de la population mexicaine.

  • 10 L’analphabétisme s’enregistre à partir de la capacité qu’a chaque individu à lire et à écrire ; l (...)

22En général, les recensements fournissent des indications sur le niveau d’analphabétisme10, l’abandon de la scolarité, et le niveau éducatif de la population, dans tous les cas avec une répartition par sexe. L’âge auquel les recensements commencent à registrer les individus est de 5 ans. Par contre, pour des thèmes comme le travail, l’âge choisi est de 12 ans. Il faudra remarquer qu’à partir de 1995 le gouvernement mexicain a ajouté un questionnaire et une enquête sous la forme d’échantillonnage pour avoir une idée plus précise et proche de la réalité mexicaine. Le questionnaire enregistre de l’information générale sur le caractère démographique, social, économique, éducatif et sur les conditions du foyer familial. L’enquête approfondit ainsi chacun des sujets thématiques.

  • 11 Instructions telles que : stages, ateliers de formation, et diplômes spéciaux.

23Dans le domaine de l’éducation, le questionnaire a justement sondé la condition d’analphabétisme de la population, mais pas d’autres conditions et caractéristiques de l’éducation de la population. En revanche, l’enquête a considéré la condition d’analphabétisme de la population ainsi que le niveau de scolarité, l’assistance assidue des enfants à l’école, et d’autres types d’instruction à partir des 12 ans11. En outre, prendre en compte des aspects qui expliquent les causes de l’abandon de l’école dans les enquêtes et recensements est encore une demande très forte. À ce titre, il est fondamental de prendre en compte ces variables pour expliquer et comprendre l’accès différentiel entre les femmes et les hommes au système éducatif à chaque niveau.

24Par ailleurs, il est nécessaire que les enquêtes et recensements considèrent et enregistrent des informations sur le travail domestique des filles et les lient à l’abandon scolaire. Cela pourrait montrer la manière dont les femmes alternent activités domestiques et extra-domestiques avec l’école depuis un âge très jeune.

  • 12 Une grande quantité d’information sur les caractéristiques éducatives de la population se trouve (...)
  • 13 Le sujet de l’éducation a toujours été présent depuis le premier recensement national de 1895.

25Il est possible de connaître les graphiques du niveau éducatif de la population en général12 à partir des recensements nationaux. Les données sociodémographiques13 sont récupérées généralement par sexe. Cette information de « type » transversal permet de disposer de quelques caractéristiques éducatives de la population féminine et masculine. Ensuite, cette information est ajoutée aux données socioéconomiques et démographiques de chaque sexe. Ainsi, il est possible de connaître, toujours partiellement, les profils éducatifs des sous-populations spécifiques comme femmes « à la maison », jeunes indigènes, anciennes, filles, etc. Malgré l’information disponible, il manque toujours de la divulgation. Les revues et les publications sur ce sujet sont encore très pauvres et elles ne sont pas répandues hors du milieu académique.

26Les recensements sont en ce sens très utiles pour connaître le niveau éducatif de la population en général, en dehors de celle qui est dans les « establishments » et les centres éducatifs. Du reste, les recensements ont des avantages comme la classification démographique, étant donné qu’ils s’appliquent à un univers d’étude entier et non partiel, comme c’est le cas pour les enquêtes.

27En revanche, les enquêtes réalisées dans les foyers sont généralement construites pour obtenir des données sur un sujet très spécifique comme l’emploi, le salaire, le dépense, l’immigration, etc. Or, ces enquêtes reprennent aussi de l’information de type sociodémographique. Cette information est très souvent comparable à celle des recensements. Contrairement aux recensements, l’enquête approfondit les sujets qu’elle prend ; et c’est là sa richesse.

28Malgré la richesse de l’information dans les recensements et les enquêtes déjà faites, il n’est pas encore possible de connaître dans sa totalité la situation des élèves. Le Ministère de l’Éducation au Mexique a déjà réclamé la création d’une cédule d’identification unique pour chaque élève, avec les informations fondamentales. Cela vise à élaborer une suite de l’élève et de leurs futurs enfants. Cette mesure permettra de connaître plus profondément l’abandon de la scolarité, ses causes et ses conséquences dans la famille même du sujet qui quitte l’école. Aujourd’hui, le Ministère de l’Éducation au Mexique travaille sur la création d’un registre unique qui permettra de connaître toute l’histoire académique de chaque élève depuis son entrée dans le système éducatif jusqu’à sa sortie, avec tous les mouvements effectués pendant sa période de scolarisation.

29Face à cette situation d’absence d’un parcours scolaire dans les statistiques, le Ministère de l’Éducation au Mexique a fait beaucoup d’efforts pour réviser les outils et la méthodologie qui ont été utilisés pour générer l’information. Dans ce processus, la perspective de genre a joué un rôle très important. À partir de 1995, le Ministère de l’Éducation au Mexique a commencé à désagréger l’information sur des sujets comme : l’entrée et la désertion à l’école triée par genre. Aujourd’hui, il est possible de calculer et de connaître les données sur la réussite et l’échec par genre. Malgré les avancées dans ce domaine, il est nécessaire de continuer par le changement des outils et de la méthodologie, afin d’obtenir une l’information plus précise qui permettrait de distinguer beaucoup de phénomènes sociaux dans l’école.

30Une situation très connue est celle de l’éducation de la population indigène qui n’a pas encore été prise comme un type d’éducation différent, avec une autre langue distincte de l’espagnol. Connaître l’information sur les enseignants donnera aussi une idée plus générale de la situation actuelle de l’éducation de la population indigène.

Les statistiques sur l’éducation des adultes

31L’Institut National pour l’Éducation des Adultes (INEA) est chargé de l’obtention et du recoupement de l’information sur l’éducation des adultes. L’INEA organise l’information suivant quatre thèmes primordiaux : 1) l’alphabétisation, 2) l’éducation élémentaire (primaire et secondaire), 3) l’éducation communautaire, et 4) la formation au travail. Cette information a été utilisée exclusivement pour garder et surveiller des programmes et des projets de l’INEA.

32L’INEA fait un questionnaire pour enregistrer de l’information sur le profil des individus, avec des variables comme le sexe, l’âge, la profession, et le type d’éducation reçue. Cependant, cette information est perdue au moment de l’analyse de la situation au niveau régional et national. Ainsi, tout comme l’information sur l’éducation de la population indigène, l’éducation des adultes ne garde pas une couverture importante. Mais il existe quand même des données qui permettent d’avoir une idée générale de la situation de l’éducation des adultes au Mexique, surtout du niveau d’alphabétisation.

33À partir de 1998, l’INEA et l’INEGI ont commencé à travailler ensemble pour réaliser une enquête destinée à connaître le niveau de retard de l’éducation dans la population adulte. L’enquête montre les caractéristiques éducatives de la population adulte au Mexique, son environnement social, et son accès aux moyens de communication. Cette enquête permet de connaître les aptitudes d’un individu à lire/écrire et à faire des calculs mathématiques simples comme l’adition et le reste. L’enquête expose aussi le niveau d’instruction de l’individu et de sa famille (père, mère, frères, sœurs, conjoint et enfants), ainsi que les heures qu’il passe chaque jour à écouter la radio et à regarder la télévision. Finalement, l’enquête aborde le travail et le salaire du sujet. L’information est enregistrée en faisant une différenciation par sexe, par âge et par lieu de résidence.

34Malgré les statistiques données par l’INEA et l’INEGI, il est nécessaire de modifier encore la méthodologie et les outils pour parvenir à connaître le profil des femmes et des hommes qui ont un niveau d’instruction insuffisant. Une modification dans la méthodologie permettrait de fournir de meilleurs services et un meilleur suivi aux adultes qui ont besoin d’éducation. Le premier pas a été déjà fait puisque l’INEA et l’INEGI travaillent ensemble. Maintenant, il est nécessaire de profiter encore plus de tous les outils et des ressources qu’ils offrent.

Iniquité de genre dans le monde du travail14

  • 14 L’information de la présente section est extraite du recensement de l’INEGI 2000, de l’Enquête Na (...)

35Dans les dernières années et dans la même logique que toute l’Amérique Latine, la participation à l’activité économique des femmes mexicaines est en train de monter de façon soutenue. Pour l’année 2000, le taux de participation des femmes a été de 36,4% (ENE 2000), deux fois plus qu’en 1970 (17,6%). Un aspect à mentionner est la tendance à la croissance de la participation féminine à tous les niveaux d’âges, mais avec des différences d’intensité pour chaque âge. En 1970, la plus grande intensité relative au niveau de participation économique a été trouvée parmi les femmes ayant entre 20 et 24 ans. Pour l’année 2000, ce sont les femmes entre 40 et 44 ans qui participent le plus à l’activité économique.

  • 15 Teresa Rendón, « Trabajo femenino remunerado en el siglo XX. Cambios, tendencias y perspectivas » (...)

36Dans les années soixante-dix, les femmes jeunes et célibataires sont entrées sur le marché du travail. À partir des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, ce sont les femmes âgées et avec des enfants qui arrivent sur le marché du travail15. Cela explique comment le modèle social de participation économique dans la famille a changé. Maintenant, il est nécessaire d’avoir deux ou plusieurs personnes de la même famille qui apportent de l’argent pour soutenir la famille.

37Il en résulte des modifications dans la division sexuelle du travail qui modifient ensuite le marché économique. Le résultat est l’évolution de la participation économique par âge des femmes mexicaines. Aujourd’hui, les femmes participent et ont plus de temps qu’avant une activité économique. En plus, cette participation économique se réalise pendant leur « période de vie reproductive », c'est-à-dire entre 20 et 44 ans.

38Malgré ce que nous avons démontré précédemment, les femmes qui habitent dans les aires les moins urbanisées et avec un niveau d’éducation plus bas (principalement dans la population indigène) sont celles qui présentent les taxes de participation économique les plus basses entre 20 et 49 ans. En revanche, ce sont ces femmes qui entrent le plus vite sur le marché de l’emploi. Elles commencent à travailler entre 12 et 14 ans, avec un taux de participation quatre fois plus haut que celles qui habitent dans les grandes villes avec un niveau d’éducation plus élevé.

Les taux de participation économique par sexe, âge et lieu de résidence. Au niveau national et dans les Zones Indigènes 1997-200016

  • 16 INEGI. Enquête National d’Emploi, 1997 y 2000. INEGI-STPS-INI-SEDESOL-PNUD-OIT, Enquête Nationale (...)
  • 17 Villes d’au moins 100 000 habitants.
  • 18 Village où au moins 30% de la population parle une langue indigène.

Natal

Villes17

Zones indigè-nes18

1997

2000

1997

2000

1997

Âge

H

F

H

F

H

F

H

F

H

F

Total

78.3

36.8

76.8

36.4

75.6

40.1

74.8

40.0

86.8

37.7

12-14

24.6

10.2

21.2

9.5

14.5

6.9

10.3

5.5

50.3

21.6

15-19

59.6

31.6

56.2

30.0

48.0

29.4

45.6

28.2

78.3

37.6

20-24

86.0

41.9

84.0

42.9

82.2

49.7

79.6

47.9

94.4

40.9

25-29

96.8

47.6

95.2

46.6

95.8

53.2

94.5

53.4

97.9

42.6

30-34

98.3

47.4

97.8

46.1

98.2

50.2

97.8

51.4

98.8

45.3

35-39

98.3

50.8

97.9

47.6

98.3

55.1

98.1

52.2

98.9

44.4

40-44

97.9

45.9

97.1

48.4

98.1

51.1

97.3

52.8

99.3

41.2

45-49

95.6

44.8

96.0

43.5

95.1

48.8

96.6

48.3

98.5

39.8

50-54

92.7

36.4

92.4

37.3

90.7

36.1

91.3

40.9

98.0

44.6

55-59

87.5

32.2

87.1

32.9

83.2

31.4

83.8

34.5

96.9

34.9

60-64

79.2

27.9

73.7

23.6

65.6

24.1

66.5

21.2

93.4

41.9

65 plus

52.3

14.8

50.1

14.5

37.0

11.7

37.8

11.4

76.0

23.4

39En dépit de l’augmentation enregistrée dans la participation économique féminine des dernières années, l’accès des femmes au marché du travail est toujours loin des niveaux atteints par les hommes. En effet, malgré la vitesse et le taux de croissance du nombre de femmes sur le marché du travail, le niveau de participation économique présenté pour 2000 est encore inférieur à la moyenne obtenue par les hommes (36.4% contre 76.8%).

  • 19 Organization for Economic Cooperation and Development (OECD), Mujeres y cambio estructural. Una n (...)

40Selon l’avis de l’OECD : « La distancia existente entre el porcentaje de participación económica feminina con respecto a la masculina es tomada en cuenta como el indicador internacional para ubicar el nivel de igualdad e inequidad de un país »19. En général, la disparité entre les femmes et les hommes par rapport à la participation économique est plus accentuée entre 25 et 49 ans, quand le travail domestique est le plus important pour les femmes. Il faudrait souligner que la disparité d’accès au marché du travail augmente notablement dans les zones indigènes. Selon les statistiques, les femmes les plus jeunes (entre 12 et 24 ans) habitant dans les zones urbaines ont le meilleur niveau d’équité par rapport à l’accès au marché du travail bien qu’elles aient aussi une charge de travail domestique très importante.

  • 20 Zuma Recchini De Lattes et Catalina Wainerman, « Empleo feminino y desarrollo económico : algunas (...)

Es conocida la extraordinaria sensibilidad de la participación feminina ante una serie de variables sociodemográficas, en virtud de la estrecha connexion que el trabajo de la mujer guarda con la esfera de la reproducción socio-biológica.20

41Parmi d’autres variables, la scolarité a toujours un impact direct et positif dans l’insertion des femmes au marché du travail et à la participation économique. Il en résulte une règle qui signale que : à meilleur niveau de scolarité, meilleur participation économique. Cette règle est très évidente aussi bien dans la Population Économiquement Active (P. E. A.) que dans les zones indigènes ou les femmes présentent les niveaux les plus bas de scolarité et, en même temps, un nombre plus élevé de femmes qui travaillent. La relation entre la scolarité et la participation au marché du travail est toujours un phénomène très exclusif des femmes. S’agissant des hommes, l’activité économique est toujours haute quel que soit le niveau d’études.

Salaire et disparité

42L’asymétrie dans le marché du travail entre les femmes et les hommes et la sous-estimation de la condition des femmes sont très évidentes dans le domaine du salaire. Le pourcentage de femmes qui ne touchent pas de salaire est toujours plus élevé que celui des hommes (18,9% des femmes contre 13,2% des hommes en 1997, et 13,4% contre 9,1% en 2000).

43Il existe encore un autre phénomène social de discrimination envers les femmes. Les femmes qui ont le même niveau d’éducation que les hommes et la même expérience touchent un salaire plus bas que les hommes pour le même travail. Ce phénomène est connu comme de la « discrimination salariale ».

  • 21 Susan Parker, « Niveles salariales de hombres y de mujeres : diferencias por ocupacin entre las r (...)

En rigor, sólo estamos ante una situación de discriminación salarial cuando, con iguales niveles de cualificación y en un mismo puesto de trabajo, hombres y mujeres obtengan diferente remuneración monetaria.21

44Ces phénomènes sont plus fréquents dans le secteur paysan et chez les commerçants ambulants.

Balance entre le travail domestique et le travail à l’extérieur

45La situation d’iniquité entre les femmes et les hommes est très évidente dans le monde du travail. Dans le milieu du travail, il existe encore une culture de la division du travail très sexiste et machiste. Cette culture ne reconnaît pas le travail à la maison comme un travail mais comme une obligation des femmes.

46Tandis qu’il n’existe pas une vision culturelle où les femmes et les hommes partagent les tâches domestiques, il sera très difficile de trouver les conditions nécessaires pour une bonne insertion des femmes au marché du travail, à conditions égales. En effet, il faudra commencer par un changement de la culture quotidienne où les hommes participeront au travail à la maison.

47Dans l’univers du P. E. A., les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à participer aux tâches domestiques. Presque toutes les femmes qui ont travaillé en 1997 avaient en même temps des activités domestiques (88,6%). Tandis que 42% des hommes étaient dans ce cas. Cette situation est plus alarmante dans les zones indigènes où 90,5 % des femmes qui travaillent, ont aussi des activités à la maison, face à 35,5% des hommes. Pour l’année 2000, la situation semble similaire.

La distribution de la Population Économiquement Active, suivant la réalisation d’une autre activité non rémunérée par sexe. Au niveau national et dans les zones indigènes, 1997-200022

  • 22 INEGI. Enquête Nationale d’Emploi, 1997 y 2000. INEGI-STPS-INI-SEDESOL-PNUD-OIT, Enquête National (...)

Activité

1997

2000

Zones indigènes (1997)

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Étudier

6.8

6.7

4.6

4.6

9.0

5.5

Activités domestiques

42.0

88.6

47.2

90.1

35.5

90.5

Services sociaux gratuits

0.6

0.1

0.5

0.0

6.5

0.2

Une autre

50.5

4.6

47.7

5.3

49.0

3.7

Total

100

100

100

100

100

100

25340173

13004485

26073520

13560322

1034002

460578

48Le niveau d’iniquité est plus perceptible en comparant le nombre d’heures de travail que les femmes et les hommes font par semaine à la maison. Selon les données du ENE, les femmes travaillent 17,1 heures à la maison par semaine, contre 8,8 pour les hommes. Les données montrent que les femmes travaillent au total 65 heures par semaine et les hommes seulement 56,4, soit une différence de 8,8 heures qui correspond à une journée de travail rétribué.

49Les différences entre les femmes et les hommes sont plus significatives dans le domaine du travail domestique. Pour le travail non rémunéré hors de la maison, il existe une différence entre les femmes et les hommes qui oscille entre 3,2% et 10,8%. Par ailleurs, le travail domestique oscille entre 8,8 et 20,2 %. Cette différence montre la double charge de travail que les femmes  ont : une journée de travail rémunérée dans l’activité économique et une autre journée de travail non rémunérée à la maison. Il est nécessaire de signaler que le niveau d’iniquité change selon l’âge, et que la situation est plus inéquitable encore pour les femmes qui ont plus de 40 ans.

Le concept de « genre » dans le monde du travail : des perceptions féminines face à des perceptions masculines

50Les croyances, les perceptions et les attitudes à propos de ce qui est correct, désirable et approprié pour chaque sexe fait partie de l’origine du problème. La conception selon laquelle le monde du travail domestique est toujours propre aux femmes est très enracinée au sein de la population. Cette conception explique comment la plupart du travail domestique est devenue imperceptible pour la société.

51L’idée selon laquelle : « le rôle que joue les femmes dans la reproduction de la société est à la maison » est très commune dans la société. Dans le même ordre d’idées, la croyance selon laquelle l’homme doit prendre en charge matériellement le foyer est très forte. Il en résulte une hiérarchisation de la famille, qui sort de la cellule familiale pour se reproduire dans toute la société. Le résultat est la réclusion de la femme à la maison et aux travails domestiques.

  • 23 Brígida García y Orlandina de Oliveira, Trabajo femenino y vida familiar en México, México, El Co (...)

52La vision de genre cherche à changer ces croyances. Plusieurs recherches23 ont été menées, afin d’établir le lien existant entre ces croyances et ces valeurs partagées et afin d’étudier leur influence sur la société et plus spécifiquement sur le monde du travail. Ces recherches montrent deux phénomènes interconnectés : d’un côté, la vision de genre est plus répandue dans la population des communautés urbaines que dans les zones rurales et indigènes.

53Ce phénomène est lié au niveau de scolarité de chaque zone et, de l’autre, le fait que malgré la scolarité, il existe encore des secteurs de la population qui n’acceptent pas la vision du genre, surtout chez les jeunes de 18 à 24 ans appartenant aux couches les plus riches de la société.

La perception des hommes et des femmes par rapport à la fréquence de la contribution des hommes au travail domestique. La présence de « l’homme à la maison » et le niveau de divergence entre ces deux perceptions24.

  • 24 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 199 (...)

Travail domestique

hommes

femmes

divergence (H-F)

Parfois

Faire la vaisselle

55,9

39, 3

-16,6

Cuisiner

59,1

45,1

-14,0

Laver et repasser

34,0

22,2

-11,8

Garder les enfants

52,1

43,5

-08,6

Bricolage à la maison

57,3

44,3

-13,0

Faire le lit

46,2

32,5

-13,7

Faire les courses

56,9

45,6

-11,3

Jamais

Faire la vaisselle

36,3

46,7

10,4

Cuisiner

34,8

41,6

06,8

Laver et repasser

59,7

65,7

06,0

Garder les enfants

20,8

28,1

07,3

Bricolage à la maison

10,1

18,8

08,7

Faire le lit

35,8

46,8

11,0

Faire les courses

24,8

29,1

04,3

54Les données de cette section montrent l’homogénéité des réponses qui ont directement questionné le système de valeurs de la société. Ces données suggèrent aussi la possibilité d’un changement des rôles entre les femmes et les hommes. Ainsi, par rapport aux questions comme : « vous seriez d’accord ou pas d’accord que l’homme reste à la maison pour garder les enfants, et que la femme aille au travail ? » La réponse générale à cette question, quel que soit le sexe et le niveau de scolarité, est un « Non » catégorique. À la question ayant trait à la possibilité qu’une femme touche plus d’argent qu’un homme, la réponse est toujours une possibilité d’égalité salariale mais jamais une supériorité économique des femmes.

55Les réponses aux questions relatives aux rôles et aux responsabilités des femmes et des hommes varient suivant le niveau de scolarité des enquêtés. Il est donc évident que la conception de « l’homme fournisseur exclusif du foyer » change selon le niveau de scolarité. L’idée selon laquelle le travail au foyer est une responsabilité partagée entre la femme et l’homme se généralise de plus en plus. Cette idée est plus acceptée parmi les femmes que parmi les hommes et elle est encore plus forte dans la population ayant des niveaux de scolarité plus élevés.

56Il est à noter une divergence entre les perceptions que les femmes et les hommes ont à propos de la contribution réelle du travail domestique. De manière systématique, les femmes pensent que les hommes ne contribuent pas beaucoup au travail domestique. En revanche, les hommes ont une surestimation de leur contribution au travail domestique. Cette divergence permet de comprendre le niveau de conflit inhérent à la vie familiale comme un espace de pouvoir où les genres se confrontent. En effet, la divergence entre les femmes et les hommes montre des tendances, des changements mais aussi une continuité dans la validité du concept de « genre » comme un système de croyances dans tous les niveaux de la vie et de la société.

La perception des hommes et des femmes autour du travail. « Si une femme a besoin d’argent, est-il correct qu’elle travaille ? »25

  • 25 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 199 (...)

Caractéristiques

Oui

Non

Cela dépend

Niveau de scolarité

Hommes

49,9

43,6

6,5

Sans scolarité

33,3

62,1

4,6

École élémentaire complète

42,7

51,1

6,2

Collège et plus

55,5

37,5

7,1

Femmes

61,4

33,8

4,8

Sans scolarité

48,3

49,0

2,4

École élémentaire complète

58,2

39,1

2,7

Collège et plus

67,7

25,8

6,5

Âges

Hommes

49,9

43,6

6,5

18-24

51,3

42,3

6,4

25-34

48,5

43,4

8,0

35-44

48,7

45,0

6,3

45 et plus

50,9

44,0

5,2

Femmes

61,4

33,8

4,8

18-24

66,1

29,5

4,4

25-34

62,8

30,4

6,5

35-44

61,1

34,0

4,9

45 et plus

54,1

42,9

3,1

La perception des hommes et des femmes autour du travail. « Si une femme touche plus d’argent qu’un homme au travail, elle ne le respecte plus ? »26

  • 26 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 199 (...)

Caractéristiques

Oui

Non

Cela dépend

Pas de réponse

Niveau de scolarité.

Hommes

39.4

48.1

10.6

1.9

Sans scolarité

59.9

28.3

9.9

2.0

École élémentaire complet

49.7

37.4

10.1

2.8

Collège et plus

32.0

55.3

11.0

1.6

Femmes

30.9

57.8

10.4

0.9

Sans scolarité

43.6

45.0

10.0

1.4

École élémentaire complet

38.1

48.6

11.3

1.9

Collège et plus

23.3

66.1

10.2

0.4

Âges

Hommes

39.4

48.1

10.6

1.9

18-24

31.3

58.5

7.5

2.6

25-34

38.9

47.3

13.1

0.7

35-44

40.6

45.7

11.5

2.1

45 et plus

48.1

39.4

10.4

2.2

Femmes

31.0

57.7

10.4

0.9

18-24

21.6

67.8

9.8

0.9

25-34

29.5

59.9

10.2

0.3

35-44

32.6

56.6

9.4

1.4

45 et plus

41.7

44.7

12.2

1.4

La perception des hommes et des femmes autour du travail. « D’après vous, l’homme doit toucher plus, autant ou moins d’argent qu’une femme ? »27

  • 27 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 199 (...)

Caractéristiques

Plus

Moins

Egal

Cela dépend

Pas de réponse

Niveau de scolarité.

Hommes

38.0

2.7

36.6

22.2

0.5

Sans scolarité

64.1

2.0

17.0

15.7

1.3

École élémentaire complète

40.8

3.4

32.4

23.5

0.0

Collège et plus

31.4

2.7

42.2

23.3

0.4

Femmes

37.8

3.0

44.4

14.3

0.5

Sans scolarité

62.3

3.8

23.6

9.6

0.7

École élémentaire complète

42.4

2.3

38.9

15.6

0.8

Collège et plus

26.3

2.9

54.7

15.7

0.4

Âges

Hommes

38.0

2.7

36.6

22.2

0.5

18-24

39.6

2.6

38.5

18.5

0.8

25-34

34.5

3.3

38.2

24.0

0.0

35-44

38.2

1.7

34.0

25.2

0.8

45 et plus

40.1

3.0

35.3

21.1

0.4

Femmes

37.8

3.0

44.4

14.3

0.5

18-24

35.7

3.8

49.9

10.0

0.6

25-34

34.3

1.4

48.7

15.0

0.6

35-44

34.7

3.5

44.4

17.0

0.3

45 et plus

47.3

3.4

32.8

15.9

0.7

La perception des hommes et des femmes autour du travail « Vous seriez d’accord que ce soit l’homme qui reste à la maison pour s’occuper de la famille et que la femme aille au travail ? »28

  • 28 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 199 (...)

Caractéristiques

Oui

Non

Cela dépend

Pas réponse

Niveau de scolarité.

Hommes

24,7

65.1

9.8

0.4

Sans scolarité

12,4

77.1

9.2

1.3

École élémentaire complète

12,8

75.4

11.2

0.6

Collège et plus

30,7

59.6

9.6

0.1

Femmes

32,3

59.9

7.7

0.2

Sans scolarité

20,6

72.3

7.2

0.0

École élémentaire complète

19,4

73.2

7.4

0.0

Collège et plus

41,5

50.2

8.0

0.3

Âges

Hommes

24,7

65.1

9.8

0.4

18-24

27,6

64.9

7.2

0.4

25-34

26,5

62.5

10.5

0.4

35-44

19,4

67.5

13.1

0.0

45 et plus

24,7

65.8

8.7

0.9

Femmes

32,2

60.0

7.7

0.2

18-24

36,5

57.6

5.3

0.6

25-34

35,3

57.3

7.4

0.0

35-44

30,7

58.2

11.1

0.0

45 et plus

24,9

67.7

7.4

0.0

Conclusion

57Actuellement, il existe beaucoup d’informations sur les croyances, les perceptions et les attitudes de la société à propos de sujets comme l’éducation, le travail, le salaire et le niveau de scolarité. Cependant, cette information n’est pas encore traitée par genre. Il en résulte une impossibilité de connaître à fond l’ampleur des différences entre les femmes et les hommes. Cette information décomposée permettrait d’identifier les causes qui sont à l’origine de l’exclusion et de la discrimination que subissent des femmes dans l’éducation et au travail.

58Les données statistiques présentées dans ce document montrent de manière très évidente que l’inégalité d’opportunités entre femmes et hommes se mesure toujours en fonction d’autres espaces de vie tels que la maison et la famille. L’inégalité se fait systématiquement au détriment des femmes. Connaître cette situation permettra au moins deux choses : tout d’abord, montrer les inégalités entre les femmes et les hommes dans tous les domaines et, ensuite, aider les futures générations à prendre conscience de ces faits afin qu’elles soient à même de combattre ces inégalités.

59Les femmes au Mexique contribuent de manière très significative au marché du travail, ainsi qu’au développement et à la croissance de l’économie du pays. Malheureusement, elles souffrent encore de discrimination sociale au travail. Les femmes travaillent plus qu’avant, mais elles touchent des salaires moins compétitifs que les hommes malgré leur niveau de scolarité égal. Ce phénomène explique le haut niveau de chômage entre les femmes les plus qualifiées. Il existe un grand intérêt des femmes pour s’intégrer au marché du travail. Mais il subsiste toujours des obstacles et des limitations pour s’intégrer et et se maintenir dans le marché du travail.

60Cette communication cherche à manifester le défi que les autorités éducatives mexicaines ont à présent à relever. Cela met également en avant un but important que doit se fixer la société mexicaine : assurer l’égalité des femmes et des hommes dans tous les domaines de la société. Il faudrait travailler plus dans ce sens, afin de donner une nouvelle orientation et une nouvelle vision de la société. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire que les autorités, les éducateurs et la société travaillent ensemble, en étroite et permanente communication. Le changement n’est plus un compromis seulement des autorités, il est un compromis de toutes et tous.

Haut de page

Bibliographie

ARIZA Marina y OLIVEIRA Orlandina (de), « La condición femenina : propuesta de un marco analítico », en ORLANDINA DE OLIVEIRA et al., La condición femenina : una propuesta de indicadores, informe final, México, SOMEDE/CONAPO, vol. I, 1996.

Id., et GONZÁLEZ DE LA ROCHA Mercedes, « Características, estrategias y dinámicas familiares en México, Centro América y El Caribe », Trabajo preparado para el Population Quality of Live Independent Comission, México (mimeo.), 1994.

ARRIAGADA Irma, « La participación desigual de la mujer en el mundo del trabajo », Revista de la CEPAL, núm. 40, abril, 1990, pp. 87-104.

CERRUTI Marcela, Coping with Opposing Pressures : A Comparative Analysis of Women’s Intermittent Participation in the Labour Force in Buenos Aires and Mexico City, Austin, Texas, Universidad de Texas, tesis de doctorado, 1997.

CONMUJER/UNIFEM/INEGI, PNUD, UNICEF, FNUAP, OPS, « El enfoque de género en la producción de las estadísticas educativas de México : una guía para usuarios y una referencia para productores de información », 2000.

ESPINAL Rosario y GRASMUCK Sherri, « Gender, households and informal entrepreneurship in the Dominican Republica », Journal of Comparative Family Studies, vol. 28, núm. 1, primavera, 1997, pp. 103-128.

GARCÍA Brígida, « La medición de la población económicamente activa en México : 1970-1991 », México, El Colegio de México, primer avance de investigación, 1993.

Id., « Los problemas laborales de México a principios del siglo XXI », Papeles de Población, revista del Centro de Investigación y Estudios Avanzados de la Población, Universidad Autónoma del Estado de México, año 5, núm. 21, julio-septiembre, Toluca, 1999, pp. 9-20.

Id., « Reestructuración económica y feminización del mercado de trabajo », Papeles de Población, Nueva Epoca, año 6, núm. 27, julio-septiembre, 2000.

Id. et OLIVEIRA Orlandina (de), Trabajo femenino y vida familiar en México, México, El Colegio de México, 1994.

GIMTRAP / Fundación Mc. Arthur / CONMUJER, Observatorio sobre la condición de la mujer en México, 1999.

GONZÁLEZ DE LA ROCHA Mercedes, « De por qué las mujeres aguantan golpes y cuernos : un análisis de hogares sin varón en Guadalajara », en GABAYET Luisa et al. (comps.), Mujeres y Sociedad. Salario, hogar y acción social en el occidente de México, Guadalajara, México, El Colegio de Jalisco-CIESAS, 1988.

GUTMANN Matthew « Los hombres cambiantes, los machos impenitentes y las relaciones de género en México en los noventa », Estudios Sociológicos, vol. XI, núm. 33, septiembre-diciembre, 1993, pp. 725-740.

Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática, Fondo de Desarrollo de las Naciones Unidas para la Mujer, La mujer mexicana : un balance estadístico al final del siglo XX, México, INEGI/UNIFEM, 1995.

Id., Conteo de población y vivienda, 1995. Resultados definitivos, Aguascalientes, INEGI, 1996.

Id., « Estereotipos femeninos y masculinos en las imágenes de los textos de primaria », México, mimeo, 1997a.

Id., Mujeres y hombres en México, Aguascalientes, INEGI, 1997b.

Id., Anuario estadístico de los Estados Unidos Mexicanos 1997, Aguas-calientes, INEGI, 1998a.

Id., Cambios registrados en los cuestionarios de inicio de cursos, 1998- 1999 de la SEP, en relación a los formatos 1997-1998, s/l, mimeo, 1998b.

Id., Estadísticas de empleo con enfoque de género, Aguascalientes, INEGI, 1999.

Instituto Nacional para la Educación de los Adultos La educación indígena en el INEA : retos y perspectivas, (Documento Interno), México, mimeo, 1997.

Id., Sistema actualizado de seguimiento y acreditación, México, mimeo, 1998.

Instituto Politécnico Nacional, Dirección de Evaluación Estadística Básica del IPN, México, mimeo, 1999.

INEGI, Estadísticas de trabajo doméstico y extradoméstico en México, 1995-1999, México, INEGI, 2001.

INEGI-STPS, Encuesta Nacional de Empleo, 1997, México, INEGI, 1998.

INEGI-STPS, Encuesta Nacional de Empleo, 2000, México, INEGI, disco compacto, 2001.

INEGI-STPS-INI-SEDESOL-PNUD-OIT, Encuesta Nacional de Empleo en Zonas Indígenas, 1997, México, INEGI, 1998.

Instituto Nacional de las Mujeres, Programa Nacional para la igualdad de Oportunidades y No Discriminación contra las Mujeres 2000-2006, 2001.

MARTUSCELLI Jaime, « La mujer mexicana y la investigación científica », ponencia presentada en el Taller de Sensibilización sobre el Enfoque de Género en la Producción de Información Estadística del Sector Educativo, México, 1997.

Oficina Internacional del Trabajo, « Trabajo decente para la mujer ». Una propuesta de la OIT para acelerar la puesta en práctica de la Plataforma de Acción de Pekin, Ginebra, Suiza, 2000.

OLIVEIRA (de) Orlandina, « Familia, ingreso y desarrollo », Demos, 1999, pp. 32-33.

Id., « Trabajo, familia y condición femenina : una revisión de las principales perspectivas de análisis », Papeles de Población, núm. 20, abril-junio, 1999ª, pp. 89-127.

Id., et ETERNOD M., « La Fuerza de Trabajo en México : Un Siglo de Cambios », en J. Gómez de León y C. Rabell (ed.), Cien Años de Demografía en México, México, FCE, 2000.

Organization for Economic Cooperation and Development (OECD), Women and structural change. New perspective, París, OECD, 1994.

PARKER Susan, « Niveles salariales de hombres y mujeres : diferencias por ocupación en las áreas urbanas de México », en Beatriz Figueroa (coord.), México, diverso y desigual : enfoques sociodemográficos, México, El Colegio de México/SOMEDE, 1999.

Id. et PEDERZINI, Carla, Gender differences in education in Mexico : patterns, trends and determinants, México, The World Bank, 2000, 46 p.

PEDRERO Mercedes, « Evolución de la participación económica femenina en los ochenta », Revista Mexicana de Sociología, año LII, núm. 1, enero-marzo, 1990, pp. 133-149.

Programa de las Naciones Unidas para el Desarrollo, Desarrollo humano en Chile, Santiago de Chile, Ed. Trineo, 1998.

Programa de Educación, Salud y Alimentación, Encuesta de Evaluación de los Hogares, México, SEDESOL, 1998.

RECCHINI DE LATTES Zulma y WAINERMAN Catalina, « Empleo femenino y desarrollo económico: algunas evidencias », Cuadernos del CENEP, núm. 6, Buenos Aires, 1979.

RENDÓN Teresa, « Trabajo femenino remunerado en el siglo XX. Cambios, tendencias y perspectivas », en Elia Ramírez Bautista, Elia e Hilda R. Dávila Ibáñez, Trabajo femenino y Crisis en México. Tendencias y transformaciones actuales, México, Universidad Autónoma Metropolitana Xochimilco, 1990, pp. 29-51.

Id., « Segregación y diferencias salariales por género : hipótesis y reevaluación empírica », ponencia presentada en la VI Reunión Nacional de la Sociedad Mexicana de Demografía, Balance y Perspectivas de la Demografía Nacional ante el Nuevo Milenio, 31 de julio al 4 de agosto, México, D. F., 2000.

TOBÍO Constanza, « El acceso de las mujeres al trabajo, el espacio y el urbanismo ». Ponencia presentada en las jornadas de trabajo Mujeres al Norte ; Direcciôn Regional de la Mujer e Instituto de la Mujer, Madrid; España, 1994.

UNIFEM / CONMUJER « Mujeres Mexicanas. Avances y perspectivas », México, 1999.

Haut de page

Annexe

Au Mexique, l’éducation élémentaire est divisée en deux écoles : « Primaria » ou primaire pendant six ans, et « Secundaria » ou collège, pendant trois ans. Ensuite, les élèves continuent au Lycée pour préparer les concours d’entrée aux Universités.

Artículo 3° – todo individuo tiene derecho a recibir educación. El estado – federación, estados, distrito federal y municipios –, impartirá educación preescolar, primaria y secundaria. La educación preescolar, primaria y la secundaria conforman la educación básica obligatoria. (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 12 de noviembre del 2002).

La educación que imparta el estado tenderá a desarrollar armónicamente todas las facultades del ser humano y fomentará en el, a la vez, el amor a la patria y la conciencia de la solidaridad internacional, en la independencia y en la justicia. (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

I. garantizada por el articulo 24 la libertad de creencias, dicha educación será laica y, por tanto, se mantendrá por completo ajena a cualquier doctrina religiosa ; (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

II. el criterio que orientará a esa educación se basará en los resultados del progreso científico, luchará contra la ignorancia y sus efectos, las servidumbres, los fanatismos y los prejuicios. (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

Además:

A) será democrático, considerando a la democracia no solamente como una estructura jurídica y un régimen político, sino como un sistema de vida fundado en el constante mejoramiento económico, social y cultural del pueblo ; (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

B) será nacional, en cuanto – sin hostilidades ni exclusivismos – atenderá a la comprensión de nuestros problemas, al aprovechamiento de nuestros recursos, a la defensa de nuestra independencia política, al aseguramiento de nuestra independencia económica y a la continuidad y acrecentamiento de nuestra cultura, y (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

C) contribuirá a la mejor convivencia humana, tanto por los elementos que aporte a fin de robustecer en el educando, junto con el aprecio para la dignidad de la persona y la integridad de la familia, la convicción del interés general de la sociedad, cuanto por el cuidado que ponga en sustentar los ideales de fraternidad e igualdad de derechos de todos los hombres, evitando los privilegios de razas, de religión, de grupos, de sexos o de individuos ; (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

III. Para dar pleno cumplimiento a lo dispuesto en el segundo párrafo y en la fracción II, el ejecutivo federal determinará los planes y programas de estudio de la educación preescolar, primaria, secundaria y normal para toda la república. Para tales efectos, el ejecutivo federal considerará la opinión de los gobiernos de las entidades federativas y del distrito federal, así como de los diversos sectores sociales involucrados en la educación, en los términos que la ley señale. (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 12 de noviembre del 2002)

IV. Toda la educación que el estado imparta será gratuita ; (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

V. Además de impartir la educación preescolar, primaria y secundaria señaladas en el primer párrafo, el estado promoverá y atenderá todos los tipos y modalidades educativos – incluyendo la educación inicial y a la educación superior – necesarios para el desarrollo de la nación, apoyará la investigación científica y tecnológica, y alentará el fortalecimiento y difusión de nuestra cultura. (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 12 de noviembre del 2002)

VI. Los particulares podrán impartir educación en todos sus tipos y modalidades. En los términos que establezca la ley, el Estado otorgará y retirará el reconocimiento de validez oficial a los estudios que se realicen en planteles particulares. En el caso de la educación preescolar, primaria, secundaria y normal, los particulares deberán : (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 12 de noviembre del 2002)

A) impartir la educación con apego a los mismos fines y criterios que establecen el segundo párrafo y la fracción II, así como cumplir los planes y programas a que se refiere la fracción III, y (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

B) obtener previamente, en cada caso, la autorización expresa del poder público, en los términos que establezca la ley ; (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

VII. Las universidades y las demás instituciones de educación superior a las que la ley otorgue autonomía, tendrán la facultad y la responsabilidad de gobernarse a si mismas ; realizarán sus fines de educar, investigar y difundir la cultura de acuerdo con los principios de este artículo, respetando la libertad de cátedra e investigación y de libre examen y discusión de las ideas ; determinarán sus planes y programas ; fijarán los términos de ingreso, promoción y permanencia de su personal académico ; y administrarán su patrimonio. Las relaciones laborales, tanto del personal académico como del administrativo, se normarán por el apartado a del artículo 123 de esta constitución, en los términos y con las modalidades que establezca la ley federal del trabajo conforme a las características propias de un trabajo especial, de manera que concuerden con la autonomía, la libertad de cátedra e investigación y los fines de las instituciones a que esta fracción se refiere, y (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

B) obtenir préalablement, Dans chaque cas, l’autorisation expresse de la puissance publique, dans les termes prévus par la loi ; (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

VIII. El congreso de la unión, con el fin de unificar y coordinar la educación en toda la república, expedirá las leyes necesarias, destinadas a distribuir la función social educativa entre la federación, los estados y los municipios, a fijar las aportaciones económicas correspondientes a ese servicio público y a señalar las sanciones aplicables a los funcionarios que no cumplan o no hagan cumplir las disposiciones relativas, lo mismo que a todos aquellos que las infrinjan. (reformado mediante decreto publicado en el diario oficial de la federación el 05 de marzo de 1993)

[Tout individu a droit à l’éducation. L’État – fédération, états, district fédéral et communes – assurera l’éducation préscolaire, primaire et secondaire. L’éducation préscolaire, primaire et secondaire constitueront l’éducation de base obligatoire (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 12 novembre 2002).

L’éducation qu’assure l’État tendra à développer de manière harmonieuse toutes les facultés de l’être humain et favorisera en lui, à la fois, l’amour pour la patrie et la conscience de la solidarité internationale, en l’indépendance et en la justice (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération le 5 mars 1993)

I. garantie par l’article 24 la liberté de croyance, cette éducation sera laïque et, pour cela, se maintiendra complètement éloignée de toute doctrine religieuse ; (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

II le critère qui orientera cette éducation se fondera sur les résultats du progrès scientifique, luttera contre l’ignorance et ses effets, les servitudes, les fanatismes et les préjugés (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

De plus :

A) il sera démocratique, considérant la démocratie non seulement comme une structure juridique et un régime politique, mais aussi comme un système de vie fondé sur le constant progrès économique, social et culturel du peuple ; (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

B) il sera national, dans cette logique – sans hostilités ni exclusivismes – il veillera à la compréhension de nos problèmes, à l’augmentation de nos ressources, à la défense de notre indépendance politique, à la réalisation de notre indépendance économique et à la continuité et à l’augmentation de notre culture et (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

il contribuera à la meilleure coexistence humaine, autant par les éléments qu’il apporte visant à rendre plus fort l’élève, avec l’appréciation de la dignité de la personne et l’intégrité de la famille, la conviction de l’intérêt général de la société, que par le soin qu’il mettra à entretenir/soutenir les idéaux de fraternité et d’égalité de droits de tous les hommes, en évitant les privilèges de races, de religion, de groupes, de sexes ou d’individus ; (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

III. Pour permettre la pleine réalisation de ce qui et prévu dans le second paragraphe du titre II, l’exécutif fédéral déterminera les plans et programmes d’études de l’éducation préscolaire, primaire, secondaire et normale pour toute la république. À cette fin, l’exécutif fédéral considèrera l’opinion des gouvernements des entités fédératives et du district fédéral, ainsi que les divers secteurs sociaux impliqués dans l’éducation, dans les termes prévus par la loi. (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 12 novembre 2002)

IV. Toute l’éducation que l’État assure sera gratuite ; (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

V. En plus d’assurer l’éducation préscolaire, primaire et secondaire signalées dans le premier paragraphe, l’État promouvra et sera attentif à tous les types et modalités éducatifs – y compris l’éducation initiale et l’éducation supérieur – nécessaires au développement de la nation, appuiera l’investissement scientifique et technologique, et encouragera le renforcement et la diffusion de notre culture. (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 12 novembre 2002)

VI. Les particuliers pourront assurer l’éducation dans tous ses types et modalités. Dans les termes prévus par la loi, l’État accordera et retirera la reconnaissance de validité officielle des études qui sont réalisées dans les locaux scolaires particuliers. Dans le cas de l’éducation préscolaire, primaire, secondaire et normale, les particuliers devront (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 12 novembre 2002)

A) assurer l’éducation en s’attachant aux mêmes fins et critères établis par le second paragraphe et le titre II, de même que réaliser les plans et programmes auxquels se réfère le titre III et (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

B) obtenir préalablement, dans chaque cas, l’autorisation expresse de la puissance publique, dans les termes prévus par la loi ; (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

VII. Les Universités et les autres institutions d’éducation supérieure auxquelles la loi accorde l’autonomie, auront la faculté et la responsabilité de se gouverner elles-mêmes ; elles réaliseront leurs fins d’éduquer, de faire des recherches et de diffuser la culture en accord avec les principes de cette article, en respectant la liberté de chaire, d’investigation, de libre examen et de discussion des idées ; elles détermineront leurs plans et leurs programmes ; elles fixeront les modalités de rétribution, de promotion et de permanence de son personnel académique ; et elles administreront leur patrimoine. Les relations au travail, autant du personnel académique qu’administratif seront encadrés par le paragraphe a de l’article 123 de cette constitution, suivant les termes et les modalités prévus par la loi fédérale du travail, conforme aux caractéristiques propres d’un travail spécial, de façon à ce qu’elles soient en concordance avec l’autonomie, la liberté de chaire et d’investigation et les fins des institutions auxquelles cette fraction se réfère, et (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993)

VIII. Le congrès de l’union, aux fins d’unifier et de coordonner l’éducation dans toute la république, expédiera les lois nécessaires, destinées à distribuer la fonction sociale éducative entre la fédération, les états et les communes, à fixer les apports économiques correspondant à ce service public et à signaler les sanctions applicables aux fonctionnaires qui n’accompliraient ou ne feraient pas accomplir les dites dispositions, de même qu’à tous ceux qui les enfreindraient (révisé par le décret publié au journal officiel de la fédération du 5 mars 1993) ; traduction : Estelle Variot].

Haut de page

Notes

1 Naciones Unidas, 1995, in CONMUJER / UNIFEM / INEGI PNUD, UNICEF, FNUAP, OPS Naciones Unidas, 2000, p. 6 « El enfoque de género en la producción de las estadísticas educativas de México, una guía para usuarios y una referencia para productores de información », [L’alphabétisation des femmes, par exemple, améliore de forme remarquable la santé, la nutrition et l’éducation de leurs familles. En plus, l’alphabétisation est un moyen pour arriver à un développement soutenable de la société (La traduction nous appartient)].

2 Susan Parker et Carla Pederzini, Gender differences in education in Mexico : patterns, trends and determinants, México, The World Bank, 2000, p. 5 [De nombreuses recherches montrent qu’avec de meilleurs niveaux d’éducation, les femmes réduisent leur fécondité et améliorent leur santé sexuelle ; elles augmentent leur productivité et le niveau de leurs salaires et développent un plus grand degré de liberté et de pouvoir sur leur vie, avec la possibilité consequente de prendre de meilleures décisions pour leur bien-être (La traduction nous appartient)].

3 CONMUJER / UNIFEM / INEGI, PNUD,UNICEF, FNUAP, OPS, 2000, p. 6 « El enfoque de género en la producción de las estadísticas educativas de México : una guía para usuarios y una referencia para productores de información », [l’accès inégal des femmes et des hommes à l’éducation s’explique par des perceptions culturelles sur les rôles que chaque sexe remplit, sur le temps qu’ils passeront au foyer et sur le marché du travail et sur les bénéfices conséquents d’une meilleure éducation. Ainsi, du fait que, socialement, on a assigné aux femmes la responsabilicé des tâches domestiques-reproductrices, pour beaucoup d’entre elles, le pasaje par le marché du travail est caractérisé pour une grande part par des périodes d’interruptions, ce qui se traduit par le fait que les Coats de leur éducation ne sont pas considérés comme productifs ou indispensables pour de grandes franges de la population (La traduction nous appartient)].

4 Dans ce cas, la médecine et la démographie ont montré, de prime abord, beaucoup de différences entre les femmes et les hommes.

5 Cf. annexe.

6 Constanza Tobío, « El acceso de la mujeres al trabajo, el espacio y el urbanismo ». Ponencia presentada en las jornadas de trabajo Mujeres al Norte ; Dirección Regional de la Mujer e Instituto de la Mujer, Madrid, España, 1994, p. 4, [Étudier ce qui a trait à la femme exige fréquemment une reconceptualisation préalable. C’est ainsi ce qui arrive, par exemple, quand on veut appliquer le concept de « travail » aux femmes. Le travail est associé, dans notre société, à celui qui est réalisé moyennant une rémunération économique... Le modèle de l’activité féminine est beaucoup plus complexe que celui des hommes, parce que tout au long de la vie il y a des entrées et des sorties en / d’activité, ce qui implique qu’à certains âges, il y a une superposition de femmes qui entrent sur et de femmes qui sortent du marché du travail (La traduction nous appartient].

7 De plus en plus, les femmes continuent à travailler à l’extérieur, après s’être mariées et avoir eu des enfants, mais cette situation n’est pas encore générale parmi toutes les femmes qui sont déjà entrées sur le marché du travail.

8 Constanza Tobío, « El acceso de la mujeres al trabajo, el espacio y el urbanismo ». Ponencia presentada en las jornadas de trabajo Mujeres al Norte ; Dirección Regional de la Mujer e Instituto de la Mujer, Madrid, España, 1994, p. 5 [Le modèle féminin sous-tend toujours une dualité entre le monde de la production [économique] et celle de la reproduction [sociale, familiale] qui alternent à divers moments de la vie des femmes ou se superposent, comme cela arrive majoritairement pour toutes les femmes jeunes (La traduction nous appartient)].

9 Dans cette section, on considèrera les sources des années 2000 au niveau national.

10 L’analphabétisme s’enregistre à partir de la capacité qu’a chaque individu à lire et à écrire ; le débat consistant à savoir si cela doit être reconnu comme une aptitude personnelle ou une réussite de l’éducation reste ouvert.

11 Instructions telles que : stages, ateliers de formation, et diplômes spéciaux.

12 Une grande quantité d’information sur les caractéristiques éducatives de la population se trouve dans les enquêtes aux foyers familiers. Les données que ce type d’enquête montre sont toujours très efficaces et fiables ; c’est le cas de l’Enquête Nationale sur le Salaire et le Dépense des Foyers ; l’Enquête Nationale de la Dynamique Démographique ; l’Enquête Nationale d’Emploi ; l’Enquête Nationale d’Education, la Capacitation et l’Emploi, etc. L’INEGI est l’institut gouvernemental qui garde les données de 1895 à nos jours.

13 Le sujet de l’éducation a toujours été présent depuis le premier recensement national de 1895.

14 L’information de la présente section est extraite du recensement de l’INEGI 2000, de l’Enquête Nationale d’Emploi 2000 (ENE 2000) et de l’Enquête Nationale d’Emploi dans les Zones Indigènes 1997 (ENEZI).

15 Teresa Rendón, « Trabajo femenino remunerado en el siglo XX. Cambios, tendencias y perspectivas », en Elia Ramírez Bautista y Elia e Hilda R. Dávila Ibáñez, Trabajo femenino y Crisis en México. Tendencias y transformaciones actuales, México, Universidad Autónoma Metropolitana Xochimilco, 1990, pp. 29-51 ; Pedrero Mercedes, « Evolución de la participación económica femenina en los ochenta », Revista Mexicana de Sociología, año LII, núm. 1, enero-marzo, 1990, pp. 133-149 ; brígida García y Orlandina de Oliveira, Trabajo femenino y vida familiar en México, México, El Colegio de México, 1994.

16 INEGI. Enquête National d’Emploi, 1997 y 2000. INEGI-STPS-INI-SEDESOL-PNUD-OIT, Enquête Nationale d’Emploi en Zones Indigènes, 1997.

17 Villes d’au moins 100 000 habitants.

18 Village où au moins 30% de la population parle une langue indigène.

19 Organization for Economic Cooperation and Development (OECD), Mujeres y cambio estructural. Una nueva perspectiva, OCDE, Paris, 1994, p. 7 [La distance existant entre le niveau de participation économique féminine et masculine est prise en compte comme indicateur international pour sonder le degré d’équité ou d’iniquité dans un pays (La traduction nous appartient)].

20 Zuma Recchini De Lattes et Catalina Wainerman, « Empleo feminino y desarrollo económico : algunas evidencias », Cuadernos del CENEP, Buenos Aires, n° 6, 1979, p. 22, [Elle est très connue l’extraordinaire sensibilité de la participation féminine face à une série de variables sociodémographiques, due au lien étroit qui existe entre le travail des femmes et la reproduction sociobiologique (La traduction nous appartient)].

21 Susan Parker, « Niveles salariales de hombres y de mujeres : diferencias por ocupacin entre las reas urbanas de México », dans Beatriz Figueroa (coord.), Mexico, diverso y desigual, enfoques sociodemocrticos, México, El colegio de México/SOMEDE, 1999, p. 41, [Dans le sens strict du terme, nous sommes face à une situation de discrimination salariale quand, avec des niveaux de qualification égaux et pour un même poste, les hommes et les femmes ont une rétribution monétaire différente (La traduction nous appartient)].

22 INEGI. Enquête Nationale d’Emploi, 1997 y 2000. INEGI-STPS-INI-SEDESOL-PNUD-OIT, Enquête Nationale d’Emploi en Zones Indigènes, 1997.

23 Brígida García y Orlandina de Oliveira, Trabajo femenino y vida familiar en México, México, El Colegio de México, 1994 ; Marina Ariza y Orlandina de Oliveira, « La condición femenina : propuesta de un marco analítico », en Orlandina de Oliveira et al., La condición femenina : una propuesta de indicadores, informe final, México, SOMEDE / CONAPO, vol. I, 1996.

24 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 1999.

25 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 1999.

26 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 1999.

27 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 1999.

28 GIMTRAP / Fondation McArthur / CONMUJER, Observatoire sur la condition des femmes au Mexique, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rubén Torres Martínez, « Les croyances et les valeurs relatives à l’éducation et la féminisation de la pauvreté au Mexique », Cahiers d’études romanes, 21 | 2010, 163-194.

Référence électronique

Rubén Torres Martínez, « Les croyances et les valeurs relatives à l’éducation et la féminisation de la pauvreté au Mexique », Cahiers d’études romanes [En ligne], 21 | 2010, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 20 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/1652 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1652

Haut de page

Auteur

Rubén Torres Martínez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals