Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Introduction

Texte intégral

1Les recherches menées au sein du CAER (EA 854 Études Romanes) sur Langages, Imaginaire, Idéologies de la ville demandaient à être complétées par un questionnement sur les temporalités qui en organisent les pratiques et les représentations. En effet, d’une part, plusieurs lieux étaient apparus comme des chronotopes et, d’autre part, la problématique de l’ordonnancement des formes urbaines, dans la pratique comme dans les discours et les représentations, n’avait pas fait l’objet d’une réflexion approfondie. Or la ville est aussi question de formes. Lier rites et rythmes pour en aborder la complexité n’est pas qu’un jeu de paronomase : en se combinant, ces deux notions rendent compte de la mise en forme conjointe du temps, de l’espace et de la société.

2Rites et rythmes ont en commun cet aspect ordonnateur, encore que le rythme ne soit pas la mesure. La problématique du rapport temps-espace en ce qui concerne l’espace urbain se formule en plusieurs questions : si la ville est, par excellence, un lieu lié au temps de l’histoire humaine, les rites, avec leur répétition, inscrivent dans la ville un temps cyclique, voire mythique par leur rappel des fondations : ce transfert de valeurs temporelles a-t-il une incidence sur les activités et les images de la Polis ? Le rythme, tension et cadence, assume la durée, et par ses qualités prédictives impulse le présent dans l’avenir. Quels sont les rythmes qui structurent l’espace urbain ? Dans quelles temporalités l’inscrivent-ils, et quels sont les enjeux de cette mise en forme ?

3Les articles recueillis dans ce second volume questionnent plusieurs sortes de productions artistiques : peinture, poésie, théâtre, cinéma. Tout comme ceux du premier volume, parus en 2008 dans le n° 18 des Cahiers d’Études Romanes, ils ont été élaborés dans les séminaires de l’Atelier 4 (« Discours et pratiques artistiques et sociaux ») ou présentés lors du Colloque des 15-16-17 novembre 2007 à l’Université de Provence. Ainsi, après une première exploration visuelle à laquelle nous invite Saramaya PELLETEY (Université de Provence), sur un assemblage d’Antoni Tàpies, une série de travaux abordent la poésie espagnole du XXe siècle : Idoli CASTRO (Université de Lyon 2) étudie les rites et rythmes urbains dans l’œuvre de Jaime SILES, présent au colloque de novembre 2007 ; je recherche, pour ma part, de quelle façon les rythmes urbains se constituent en chronotope dans Metropolitano, le premier recueil de Carlos BARRAL ; Antonio JIMÉNEZ MILLÁN (Université de Malaga) replace dans l’œuvre d’Angel GONZALEZ le Tratado de urbanismo, critique poétique de la société urbaine ; Claire VIALET (Université de Provence) aborde avec minutie un beau texte poétique de Manuel VÁZQUEZ MONTALBAN, où la ville est aussi porteuse de critique sociale et anthropologique ; les perspectives politiques se retrouvent dans l’examen que fait Dante BARRIENTOS de la représentation des rites et des rythmes urbains dans la poésie du XXe siècle, concluant que « les rites et rythmes de la ville ne sont autre chose qu’une forme d’écrire l’Histoire, tous deux révélant des traits essentiels du temps politique ». L’Histoire et le temps s’avèrent les pivots des études d’Isabelle CLERC (Université de Nice-Sophia Antipolis) et de Carole EGGER (Université de Provence) sur les théâtres argentin et espagnol contemporains. Formes, rythmes et modèles sont enfin abordés dans une série d’études portant sur le cinéma, de Walter Benjamin (Daniele DOTTORINI, Université de Pérouge) à José Luis GUERIN (Myriam MAYER, Université de Provence), Fernando LEÓN (Jacques TERRASA, Université de Provence) et au Mexicain Emilio FERNÁNDEZ (Julia TUÑON, INAM). Pedro POYATO (Université de Cordoue) explore, en ce sens également, le cinéma des Avant-Gardes, conjoignant l’approche technique et l’histoire de cet art en un panorama large et précis.

4Le lecteur trouvera ici, nous le souhaitons, matière à réflexion sur l’espace et le temps, sur l’organisation qu’en font les sociétés et sur les réorganisations qu’en font les artistes, mettant en évidence que la ville n’est pas seulement un lieu partagé, mais qu’elle est investie comme expérience subjective et critique. Il verra, dans les treize articles ici réunis que rites et rythmes configurent tout particulièrement la symbiose ou l’écartèlement de l’espace urbain et du sujet

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 19 | 2008, 7-9.

Référence électronique

Monique De Lope, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 19 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/1686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.1686

Haut de page

Auteur

Monique De Lope

Aix-Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search