Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Introduction

Texte intégral

  • 1 Cahiers d’Études Romanes n°1 (1997, 168 p.) et n°3 (1999, 196 p.).
  • 2 Cahiers d’Études Romanes n°6 (2001, 393 p.).

1Après deux numéros sur le thème des Naufrages1, où ont été considérées des péripéties maritimes en tout genre, et le double volume de Paris au miroir2, au centre duquel a été placée la découverte de la capitale française par des voyageurs d’horizons les plus divers, ce nouveau numéro des Cahiers d’Études Romanes rassemble encore deux années de travail de l’atelier « Voyage » de l’Équipe d’Accueil EA 854, dédiées, cette fois, à un moyen de locomotion longtemps symbolique de vitesse et de progrès : le train.

2Nos séances ont débuté sous les meilleurs auspices, puisque nous avons pu bénéficier de l’aide précieuse de Remo Ceserani, spécialiste de ce thème dans la littérature, qui, en juin 2001, a eu l’amabilité de répondre à notre invitation et s’est rendu à l’Université de Provence pour une fructueuse journée d’études. Après quoi, fort des conseils qu’il nous a prodigués, chacun a pu effectuer sa propre recherche, dans une direction qui, selon les domaines, s’est avérée totalement vierge ou presque.

  • 3 Marc Baroli, Le train dans la littérature française, Paris, Éditions N. M., 1964, 492-XLI p.
  • 4 Remo Ceserani, Treni di carta. L’immaginario in ferrovia : l’irruzione del treno nella letteratura (...)
  • 5 Remo Ceserani est également l’auteur d’une étude consacrée au plus célèbre des romans ferroviaires, (...)
  • 6 Strade ferrate (avec introduction de Remo Ceserani), La tematica del treno e della ferrovia nei tes (...)
  • 7 Écritures du chemin de fer, textes réunis et édités par François Moureau et Marie-Noëlle Polino, Pa (...)

3Le thème du train, en effet, du moins dans les littératures de langues romanes, n’a pas encore donné lieu à de nombreuses publications. Le pionnier en la matière a été Marc Baroli, auteur d’une riche thèse de Doctorat sur Le train dans la littérature française, soutenue en 19633 : un travail minutieux où l’auteur considère ce thème depuis ses origines, passant en revue quantité de textes poétiques et narratifs. Puis Remo Ceserani, dans un ouvrage désormais incontournable, Treni di carta4, a à la fois limité et élargi le corpus : limité car il n’a choisi que des textes où le chemin de fer occupe une place essentielle et assume une fonction structurante dans le texte, et élargi car l’exploration concerne les littératures de l’ensemble du monde occidental (avec des allusions, chemin faisant, aux chansons et aux films les plus représentatifs)5. Dans son sillage et sous sa direction ont travaillé trois de ses disciples, Pierluigi Pellini, Marina Polacco et Paolo Zanotti, qui, en 1995, ont publié Strade ferrate6, recueil de trois études consacrées au thème du train dans les œuvres de Gabriele d’Annunzio, Jules Verne et Gabriel García Marquez. Puis, en mai 1996, une journée d’études consacrée au thème du train a eu lieu à paris, à la Sorbonne, organisée par l’AHICF (Association pour l’Histoire des Chemins de Fer Français), qui a donné lieu à la publication d’un intéressant ouvrage collectif : Écritures du chemin de fer7.

  • 8 Un spectacle original : le public/voyageur est installé dans un wagon et emmené dans un voyage extr (...)

4Aujourd’hui où, après un temps de désaffection consécutif au développement de l’automobile, les TGV fendent à grande vitesse les paysages et où les voies ferrées font concurrence aux lignes aériennes, chemins de fer et gares sont l’objet d’un intérêt nouveau et deviennent témoignages du passé, objets d’étude, thèmes de recherche. En France, le mois de juin 2003 a vu des wagons exposés sur les Champs-Élysées. L’émission télévisée Des trains pas comme les autres a un succès de public qui ne diminue pas. Si les gares modernes des nouveaux TGV ont des styles futuristes ou décrivent d’élégantes ellipses, d’anciennes gares prestigieuses sont devenues d’authentiques espaces culturels, telle la gare d’Orsay, siège, depuis vingt ans, de l’un des plus célèbres musées d’Europe. Enfin, si une scène de théâtre peut figurer une gare, comme l’a imaginé, entre autres, pour donner un exemple récent et réussi, Samuel Benchétrit avec la pièce Comédie sur un quai de gare, la gare elle-même peut devenir lieu de spectacle théâtral, comme l’a prouvé, en juillet 2001, le spectacle Transfert Express de Maryvonne Vénard, donné dans le cadre du festival off d’Avignon8.

  • 9 Stefano Maggi, Le ferrovie, Bologna, il Mulino, coll. « L’identità italiana », 2003, 252 p. Malgré (...)
  • 10 Y compris au niveau de l’heure ! Car les différentes parties de la nouvelle Italie ne vivaient pas (...)
  • 11 Ibidem, p. 40.

5En 2003 a été publiée, en Italie, la passionnante et stimulante histoire des voies ferrées italiennes de Stefano Maggi, Le ferrovie9. L’auteur y souligne entre autres à quel point, au XIXe siècle, le train a joué un rôle important dans la constitution de l’unité nationale, tant pour le transport des soldats du Risorgimento que pour les communications commerciales à travers les Alpes et l’Apennin, et pour unir entre elles les différentes parties de la nouvelle Italie10. Il nous fait découvrir aussi que, si le substantif italien ferrovia est la traduction littérale du mot anglais railway, il est à l’origine de l’adjectif français ferroviaire11.

6Si nous nous sommes permis de souligner avec enthousiasme l’intérêt du travail de Stefano Maggi, c’est pour sa complétude et pour son écriture agréable qui en rend la lecture attrayante. Mais ce n’est pas le premier livre rédigé sur les voies ferrées. Et sans doute pourrait-on faire le même discours sur les trains espagnols, latino-américains ou roumains. En revanche, les travaux sur l’objet train ou la fonction des gares et des chemins de fer dans la création artistique, qu’elle soit littéraire, picturale ou filmique, sont loin d’être nombreux. Le bref parcours bibliographique que nous avons effectué n’est sans doute pas exhaustif, mais nous pouvons avancer sans grand risque de nous tromper qu’il l’est presque. En effet, mis à part les ouvrages que nous avons signalés, il n’existe, à notre connaissance, aucune étude qui soit spécifiquement consacrée au train dans les littératures et les arts de l’Italie, de l’Espagne, de l’Amérique latine ou de la Roumanie.

7C’est pourquoi les différentes communications rassemblées dans ce volume 10 des Cahiers d’Études Romanes prétendent apporter leur contribution à l’analyse du thème du train tel que de nombreux écrivains et quelques metteurs en scène l’ont traité. Tous les genres littéraires y sont considérés : roman, nouvelle, poésie, théâtre ; quatre études ont un film pour objet d’analyse. Il est dommage, certes, que l’art, avec les si abondantes représentations de gares et de train qu’offre la peinture internationale, n’ait pu trouver sa place – pensons, pour ne citer que l’exemple italien, aux toiles à sujet ferroviaire d’Angelo Morbelli, à l’apologie du progrès et de la vitesse qu’éleva le Futurisme, et aux nombreux trains et gares peints par Giorgio de Chirico – mais sans doute un domaine aussi vaste nécessitait-il un volume à part entière.

8La très grande majorité des articles ici réunis concerne le XXe siècle, et notre spécificité se situe aussi dans les limites de ce créneau temporel. Les réseaux ferroviaires des aires linguistiques dont nous nous occupons n’ont pas de commune mesure, au XIXe siècle, avec ceux qu’offrent la France, l’Angleterre ou l’Allemagne : un roman tel que La bête humaine aurait été matériellement impossible, à la même époque, en Italie, en Espagne ou en Amérique latine. Enfin, si, dans la plupart des éléments des corpus considérés, le train et ses composantes sont bien, comme l’a conseillé Remo Ceserani à qui souhaite effectuer un travail pertinent, structure portante de l’œuvre, néanmoins, quelques études – notamment les deux passionnants articles sur le cinéma espagnol – montrent que, s’il n’est pas forcément, à première vue, élément essentiel de l’intrigue, le train peut néanmoins revêtir une fonction diégétique et symbolique de premier ordre.

  • 12 Dix articles relevant des études italiennes, quatre des études hispaniques et sept des études latin (...)

9Ce recueil s’ouvre, comme de juste, sur une mise au point théorique de Remo Ceserani, qui a bien voulu nous confier le texte ayant servi de base à la fructueuse journée d’études qu’il a animée. Les vingt et un articles représentant nos travaux nos travaux des années 2002 et 2003 sont ensuite regroupés en deux sous-ensembles. L’un, Dans le train, est unifié par le dénominateur commun du lieu de l’action – l’intérieur du véhicule –, l’autre, Autour du train, par la pluralité des situations ou des symboles reliés au chemin de fer. À l’intérieur de chaque ensemble, les articles sont regroupés selon les zones géographiques, et de façon symétrique (Italie, Espagne, Amérique latine pour le premier, Amérique latine, Espagne, Italie pour le second). On observera que, curieusement, le premier de ces groupes rassemble en majorité des études relevant du domaine italien, alors que le second regroupe davantage de travaux émanant de collègues et de jeunes doctorants hispanistes et latino-américanistes. En raison de sa disparité, le corpus analysé12, malgré son ampleur, ne permet toutefois que de tirer des conclusions imprécises de cette bipartition thématique : le train serait-il, en Europe, plutôt relié à des considérations personnelles et existentielles, alors qu’en Amérique latine, il serait étroitement dépendant d’un discours politique ? Une piste de travail est tracée pour les futurs comparatistes de la Romania.

10Éléments euphoriques ou dysphoriques, les gares et les trains dont il est question dans ce recueil ponctuent et sillonnent un siècle et demi de littérature et de cinématographie.

11Dans les pages et les séries d’images rythmées par la cadence du train, où le mouvement du véhicule revêt une fonction mimétique, chemins de fer, wagons et gares ont un rôle psychologique et dramatique. Train diégétique reliant différents espaces de la narration ou interface entre le dedans (du wagon) et le dehors (le paysage), élément secondaire ou thème à part entière, le chemin de fer et ses accessoires révèlent un étonnant dynamisme et un fascinant pluri-symbolisme.

12Image de l’existence, symbole du destin, microcosme de la société, projection de la vie humaine, lieu de passage, train des relations humaines et de la mobilité sociale…

13Train de l’aventure et de la joie de vivre, du voyage personnel et collectif, lieu de la rencontre amoureuse, petit coin de vérité ou de mensonge, scène de théâtre où l’on joue, espace de voyages imaginaires et imaginés, de doutes et d’espoirs…

14Train de l’enfance, métaphore de la mémoire et de l’introspection, parcours initiatique, instrument de rites de passage à la vie adulte, image du père, de la femme ou de l’enfance maltraitée, métaphore du corps humain affaibli et de la maladie mentale…

15Train du café et des bananes, train des mines de salpêtre et de charbon, train du progrès ou train fantôme…

16Train des révolutionnaires et train de la réaction, trains militaires, trains des guerres civiles, train de la révolte et de l’anarchie, train de l’oppression, train de l’ordre, du luxe et du pouvoir, cercueil collectif, espace étouffant, convoi des disparus engloutis par la dictature, train de la civilisation et train de la régression, train de l’exil…

17C’est chargés de toutes ces valeurs que les « trains de papier » nous conduisent le long des rails et des lignes, par les chemins de fiction de la littérature et du cinéma, ou par les voies ferrées de la narration-témoignage, à travers l’Espagne de Alfonso Vallejo, Emilia Pardo Bazàn, Pedro Almodovar, Achero Mañas, le Mexique d’Elena Poniatowski, le Costarica de Carlos Luis Fallas, le Chili de Pablo Neruda, le Nicaragua de Emilio Quintana, le Guatemala de Luis Alfredo Arango et Manuel Galich, le Paraguay d’Augusto Roa Bastos, l’Uruguay de Mario Benedetti, l’Argentine de Jorge Luis Borges, Julio Cortàzar, Daniel Moyano, l’Italie de Federico De Roberto, Emilio Salgari, Luigi Pirandello, Elio Vittorini, Achille Campanile, Corrado Alvaro, Italo Calvino, Dacia Maraini, Nino Manfredi, Marco Lodoli, Arthur Joffé, Antonio Tabucchi, Alessandro Baricco, et des nombreux poètes qui ont chanté ou évoqué le train, de Giosuè Carducci à Mario Luzi…

  • 13 Dacia Maraini, Il treno per Helsinki, Milano, Rizzoli, 2000, 267 p.
  • 14 Sandro Veronesi, Ma dove parte questo treno allegro, Milano, Rizzoli, 2000, 267 p.
  • 15 Maria Corti, Cantare nel buio, Milano, Bompiani, 1991, 156 p.
  • 16 Giuliana Morandini, I cristalli di Vienna, Milano, Bompiani, 167 p.
  • 17 Citons également Annamaria Ortese, Il treno russo, Roma, Pellicanolibri, 1987, 61 p. ; Giovanni Ore (...)
  • 18 Stefano Maggi cite Il disastro ferroviario di Signa (1909), op. cit., p. 151.
  • 19 Cinq de ces films sont cités par Stefano Maggi, ibidem, pp. 190, 198, 208, 239.

18Mais le champ à explorer est encore immense, car les hasards des lectures, les nouvelles publications, les suggestions d’amis qui, ayant connaissance de notre intérêt pour ce thème, nous font profiter de leurs découvertes, ont fait surgir encore un abondant matériel. Citons, pour les lettres – on nous pardonnera de nous limiter à nouveau au domaine italien – les romans de Dacia Maraini (Il treno per Helsinki)13, Sandro Veronesi (Ma dove parte questo treno allegro)14, Maria Corti (Cantare nel buio)15, Giuliana Morandini (I cristalli di Vienna)1617 On sait aussi que d’une part les cantastorie ont chanté des catastrophes ferroviaires devenues épisodes de légendes18, d’autre part les trains et les gares, en Italie notamment, ont été le lieu privilégié d’attentats terroristes (cf. les nombreuses bombes qui éclatèrent dans les trains durant l’été 1969, le drame de l’“Italicus” en 1974, le sanglant attentat à la gare de Bologne en 1980) : dans ce domaine aussi de nombreuses pistes devraient se dessiner. Quant au cinéma, on ne saurait que souhaiter un travail de synthèse sur le thème du train et de la gare à l’écran. Outre les quatre films objets d’études de ce recueil, qui montrent à quel point l’intérieur du train comme espace unique de l’action (Nino Manfredi, Arthur Joffé) aussi bien que le train comme élément essentiel de la mosaïque d’ensemble du film (Pedro Almodovar et Achero Mañas) sont des sujets porteurs – l’arrivée du train en gare n’a-t-elle pas été, d’ailleurs, l’un des premiers courts métrages des Frères Lumière ? – nombre de pellicules, en noir et blanc ou en couleurs, situent leur action dans le train ou autour de lui : citons, pour la seule Italie (encore) Rotaie de Mario Camerini (1929), Treno popolare de Raffaello Matarazzo (1933), Il sole sorge ancora d’Aldo Vergano (1946), Stazione Rimini de Vittorio De Sica (1953), Il ferroviere de Pietro Germi (1955), Destinazione Piovarolo de Domenico Paolella (1955), Italiani de Maurizio Ponzi (1966), La stazione de Sergio Rubini (1990)19, etc.

19En littérature comme au cinéma, les voies sont encore ouvertes…

Haut de page

Notes

1 Cahiers d’Études Romanes n°1 (1997, 168 p.) et n°3 (1999, 196 p.).

2 Cahiers d’Études Romanes n°6 (2001, 393 p.).

3 Marc Baroli, Le train dans la littérature française, Paris, Éditions N. M., 1964, 492-XLI p.

4 Remo Ceserani, Treni di carta. L’immaginario in ferrovia : l’irruzione del treno nella letteratura moderna, Genova, Marietti, 1993, 305 p. ; republié en 2002 aux éditions Bollati Borlinghieri de Turin.

5 Remo Ceserani est également l’auteur d’une étude consacrée au plus célèbre des romans ferroviaires, La bête humaine de Zola : ‘La bestia umana’ di Émile Zola, Torino, Loescher, 1989.

6 Strade ferrate (avec introduction de Remo Ceserani), La tematica del treno e della ferrovia nei testi di Jules Verne, Gabriele d’Annunzio, Gabriel García Marquez e parecchi altri scrittori, Pisa, Nistri-Lischi, 1995, 207 p.

7 Écritures du chemin de fer, textes réunis et édités par François Moureau et Marie-Noëlle Polino, Paris, Klincksieck, 1997, 160 p. Y sont examinés aussi bien des ouvrages de type technique (comme les guides du chemin de fer) que des œuvres romanesques (Théophile Gautier, Jules Verne, Marcel Proust, Thomas Mann) ou poétiques (Victor Hugo, Guillaume Apollinaire) ; une dernière rubrique est consacrée aux « enfants du rails » (écrivains cheminots et autres).

8 Un spectacle original : le public/voyageur est installé dans un wagon et emmené dans un voyage extraordinaire, sur des voies de garage et au milieu des hangars, au centre de la rotonde, en des lieux connus d’ordinaire des seuls cheminots, que l’obscurité de la nuit et un éclairage étudié rendent véritablement fantastiques.

9 Stefano Maggi, Le ferrovie, Bologna, il Mulino, coll. « L’identità italiana », 2003, 252 p. Malgré son titre très général, ce livre, en réalité, comme l’indique la collection à laquelle il appartient, centre son intérêt sur le seul chemin de fer italien.

10 Y compris au niveau de l’heure ! Car les différentes parties de la nouvelle Italie ne vivaient pas toutes à la même heure (Ibidem, p. 92).

11 Ibidem, p. 40.

12 Dix articles relevant des études italiennes, quatre des études hispaniques et sept des études latino-américaines (certains de ces derniers, toutefois, englobant à l’occasion plusieurs auteurs différents).

13 Dacia Maraini, Il treno per Helsinki, Milano, Rizzoli, 2000, 267 p.

14 Sandro Veronesi, Ma dove parte questo treno allegro, Milano, Rizzoli, 2000, 267 p.

15 Maria Corti, Cantare nel buio, Milano, Bompiani, 1991, 156 p.

16 Giuliana Morandini, I cristalli di Vienna, Milano, Bompiani, 167 p.

17 Citons également Annamaria Ortese, Il treno russo, Roma, Pellicanolibri, 1987, 61 p. ; Giovanni Orelli, Il treno delle Italiane, Roma, Donzelli, 1995, 125 p. ; ou encore plusieurs romans de Luigi Morselli (Roma senza Papa, Contro-passato prossimo et Divertimento 1889) où le train a un rôle qui est loin d’être secondaire.

18 Stefano Maggi cite Il disastro ferroviario di Signa (1909), op. cit., p. 151.

19 Cinq de ces films sont cités par Stefano Maggi, ibidem, pp. 190, 198, 208, 239.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 10 | 2004, 7-13.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 10 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.2785

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search