Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Autour du trainL’univers ferroviaire dans Canto ...

Autour du train

L’univers ferroviaire dans Canto general de Pablo Neruda

Pablo Berchenko
p. 273-284

Résumés

Les trains, le père cheminot et le voyage en train sont des thèmes récurrents dans l’œuvre de Pablo Neruda. Le discours nerudien, dans La Frontière (1904) et La maison, deux poèmes du Chant général, ont le pouvoir d’aller au-delà de l’autobiographie. Le poète y chante la complexité du monde. Ainsi le thème du train est le motif où s’entrelacent des expériences diverses et contradictoires. Ce qui donne une image du chemin de fer riche, complexe et hautement symbolique.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Neruda (Pablo), poesía, tren, simbolo

Index géographique :

Chili

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Frontera (La Frontière) est le nom de la région de pionniers de la forêt de Malleco et de Cautín (...)
  • 2 Pour le thème des trains de pays lointains voir : Transiberiano in Las uvas y el viento (1954) et O (...)

1Le père cheminot, le voyage en train de La Frontera1 à Santiago du Chili, les viaducs, le matériel roulant, les chemins de fer de pays lointains2, « le train hurlant », les locomotives sous la pluie, les trains de nuit et les convois traversant l’espace de La Frontera où s’est déroulée l’enfance du poète sont des thèmes récurrents dans l’œuvre de Pablo Neruda.

  • 3 En el tren in Pablo Neruda, Cuadernos de Temuco 1919-1920, Barcelone, Seix Barral coll. “Biblioteca (...)
  • 4 Puentes et Maestranzas de noche in Pablo Neruda, Obras, cit., vol. I, p. 52 et p. 53.
  • 5 Panorama del Sur, Viaje, Atracción de la ciudad in Pablo Neruda, El río invisible. Poesía y prosa d (...)
  • 6 Provincia de infancia et Soledad de los pueblos in Anillos. Prosas in Pablo Neruda, Obras, cit., vo (...)

2Le chemin de fer apparaît très tôt dans sa poésie. Le thème est déjà présent dans les premiers poèmes, écrits alors qu’il avait entre quinze et seize ans. Ainsi, dans un sonnet de Cuadernos de Temuco 1919-19203, le poète adolescent évoque les paysages vus depuis la fenêtre du wagon et les voyageurs qui montent et descendent des voitures. Dans Crepusculario (1920-1923)4 deux poèmes, Puentes et Maestranzas de noche évoquent les ouvrages d’art et les ateliers du chemin de fer. Le 19 octobre 1924 – Neruda a vingt ans – un texte en prose est publié dans le journal El Mercurio5 de Santiago du Chili. Il s’agit d’un texte structuré en deux parties qui concernent deux moments consécutifs d’un même voyage en train, probablement de Temuco à Santiago. La première partie, Viaje, décrit un voyage de nuit et évoque l’étoile du matin qui paraît suivre le convoi jusqu’à l’aube quand commencent à se profiler les gares que le train traverse et que l’image du jeune voyageur se reflète dans la vitre. La deuxième partie, Atracción de la ciudad, est la suite de ce même voyage pendant la matinée. Dans ce texte riant et plein de lumière, le printemps est évoqué par les pommiers en fleur et les cerfs-volants, puis le train arrive dans la grande ville. Enfin, avant la publication du Chant général, en 1950, deux textes en prose seulement, de 1926, traitent du chemin de fer : ils évoquent une voie ferrée qui traverse une triste ville de province6. Les années suivantes les voyages de Neruda en Orient, la guerre civile espagnole et les déplacements du poète en Amérique latine détournent l’intérêt de l’artiste pour le thème du train.

3Le thème du train de l’enfance revient vingt-quatre ans plus tard dans le Chant général, œuvre majeure de la poésie nerudienne. Ce recueil, qui marque profondément la poésie de langue espagnole de la deuxième moitié du XXe siècle, est un vaste chant de deux cent trente textes organisés en quinze sections.

  • 7 Pablo Neruda, Canto general (1950) in Obras, cit., vol. I. À partir d’ici nous utiliserons, avec de (...)
  • 8 La Frontera (1904), ibidem, p. 693.

4La quinzième et dernière de ces sections, Je suis7, est composée de vingt-sept poèmes. Parmi eux les textes intitulés La Frontière (1904) et La maison traitent de l’image du train dans une triple relation : d’abord en ce qui concerne l’enfance du poète, ensuite dans les rapports entre l’enfant et son père cheminot, enfin, en liaison avec l’espace géographique du Sud chilien. Les poèmes La Frontière (1904)8 et La maison introduisent une organisation chronologique de l’ensemble. Le premier porte la date de 1904, année de naissance de l’auteur. Ainsi dans Je suis Neruda aborde successivement les espaces de son enfance dans les territoires de La Frontera, ensuite sa trajectoire dans la capitale pendant les premières années de sa jeunesse, enfin, ses voyages à travers le monde et ses expériences d’adulte. De de fait, les derniers textes de cette section concernent, entre autres, les testaments poétiques, ses dernières volontés et un colophon, Je m’arrête ici. Cette section possède en quelque sorte la structure d’une autobiographie lyrique et le train y est un élément de la plus haute signification symbolique.

1.- Le train dans La Frontière (1904)

5Dans cette perspective autobiographique La Frontière (1904) propose deux occurrences qui renvoient au train. Elles se trouvent dans la strophe initiale et dans la dernière (vv. 28-33). Le chemin de fer y est perçu à travers les yeux de l’enfant qu’un Neruda quadragénaire se remémore.

6Dans la première strophe les images corrélatives du père et du chemin de fer sont proposées dans l’enjambement des vers 8 et 9, à la fin de deux énumérations. La première d’entre elles constitue une phrase poétique qui se déploie dans les quatre vers qui ouvrent le texte.

  • 9 « Ce que je vis d’abord ce furent / des arbres, des ravins / décorés de fleurs belles et sauvages / (...)

Lo primero que vi fueron árboles, barrancas
decoradas con flores de salvaje hermosura,
húmedo territorio, bosques que se incendiaban
y el invierno detrás del mundo, desbordado.9

7Cette énumération – « arbres », « ravins », « fleurs », « territoire humide », « forêts » et « hiver » – renvoie à l’univers naturel de La Frontera du début du siècle. C’est un paysage vierge et limpide où le travail de l’homme n’a pas encore laissé de traces. Tous ces éléments appartiennent à l’ordre du naturel.

8Par contre, la deuxième énumération (vv. 5-7) est chaotique : « souliers mouillés », « troncs brisés », « lianes », « scarabées », « journées douces », « avoine » :

  • 10 « J’eus pour enfance des souliers mouillés, des / troncs brisés / tombés dans la forêt, dévorés par (...)

Mi infancia son zapatos mojados, troncos rotos
caídos en la selva, devorados por lianas
y escarabajos, dulces días sobre la avena […]10

9L’extrême confusion des expériences enfantines est suggérée ici par la réunion arbitraire d’éléments appartenant à des ordres sémantiques très éloignés les uns des autres. Ainsi des catégories aussi diverses que le vêtements, le végétal, le zoologique, le temps, l’émotion et la production agricole sont contiguës. Une telle énumération ne s’arrête pas là. Elle continue après une virgule, suivie immédiatement par une conjonction (« et ») insérant les derniers objets de la série. Ainsi

  • 11 « la barbe dorée de mon père partant / pour la majesté des chemins de fer ».

Y la barba dorada de mi padre saliendo
Hacia la majestad de los ferrocarriles11

introduit des éléments d’un tout autre ordre dans cet inventaire. Ces deux vers ajoutent simultanément, par métonymie, l’univers familial du moi poétique (qui appartient à l’ordre du conceptuel) et le transport par voie ferrée (qui appartient à l’ordre du construit industriellement)

10Ces deux énumérations s’organisent à partir de deux catégories de temps qui suggèrent parallèlement l’évolution de l’enfant vers la maturité et l’évolution de l’humanité qui progresse de l’état naturel vers une modernité majestueuse. Ainsi on y trouve d’abord l’expérience intime de l’enfant qui mûrit en découvrant la terre intacte, encore inhabitée, où la nature prolifère et s’autodétruit librement. La deuxième énumération propose un espace où la nature se mêle à l’action et aux produits de l’homme. Le chemin de fer fait partie de cette dernière catégorie. Il représente le point culminant de ce processus d’humanisation du paysage.

11D’ailleurs, ces inventaires lyriques s’organisent aussi selon deux ordres de valeurs pour le Moi poétique. Le premier est négatif. Il concerne le « territoire humide », la « forêt en feu », « l’hiver en crue derrière le monde », les « souliers mouillés », les « troncs brisés / tombés dans la forêt dévorés par les lianes et les scarabées». Le deuxième ordre est positif. Il se compose de « ravins décorés de fleurs belles et sauvages », de « journées douces sur l’avoine », de « la barbe dorée » du père. Le niveau supérieur de la positivité est donc « la majesté des chemins de fer ».

12Dans les vers 8 et 9 l’usage de la métonymie (la barbe pour désigner le père) permet de conserver le rapport logique entre l’attribut extérieur de la figure paternelle et son travail de conducteur de train. Métonymie qui, par un rapport de contiguïté, suggère en même temps sa fonction au sein de la famille comme de l’univers ferroviaire. Ainsi, le poète évoque l’enfant qu’il fut et pour lequel existait une relation indissoluble entre « la majesté » du chemin de fer et la blondeur de la barbe paternelle. Du reste, dans ce catalogue désordonné, la proximité entre « l’avoine » et la « barbe dorée » du père établit un trait d’union entre le bonheur de ces « journées douces » et la fierté que l’enfant ressent devant le métier paternel.

13La deuxième référence au chemin de fer apparaît dans la dernière strophe de ce poème. Dans l’intervalle, les strophes deux, trois, et quatre qui la précèdent évoquent un monde rural pléthorique. Dans ce monde se succèdent les saisons – la « pluie australe » de l’hiver, le « soleil rapide » parce que bref de l’été et les « chaumes, denses fumées » de l’automne – qui laissent dans le souvenir du poète les sonorités, les images et les saveurs puissantes de la nature et des fruits travaillés par l’homme. La référence au chemin de fer se cristallise grâce au souvenir nostalgique des voyages en train à travers cet espace de l’enfance qu’est La Frontera :

  • 12 « Mon enfance parcourut les saisons : avec autour de moi, / les rails, les châteaux de bois frais / (...)

Mi infancia recorrió las estaciones : entre
los rieles, los castillos de madera reciente,
la casa sin ciudad, apenas protegida
por reses y manzanos de perfume indecible
fui yo, delgado niño cuya pálida forma
se impregnaba de bosques vacíos y bodegas.12

  • 13 Ici notre traduction diverge de celle que C. Couffon propose pour « estaciones » dans sa version du (...)

14Le premier segment du vers 28, « Mon enfance parcourut les gares…» paraît reprendre le rapports de proximité que l’image paternelle établit entre l’enfant et le métier de conducteur de trains. Mais en espagnol le mot « estación » est un terme polysémique. Ainsi le dictionnaire de la Real Academia Española propose dix-huit entrées exposant les différents emplois du vocable. Et parmi eux « gare de chemin de fer » ou « chacune des quatre saisons de l’année » ; mais on peut aussi le comprendre dans les sens de « lieu où l’on s’arrête lors d’un parcours »13. La polysémie évidente du mot « estación » vient ici enrichir les sens que le poète suggère. Et ceci parce que « estaciones » peut suggérer également les étapes du temps qui passe. Ainsi un tel mot peut évoquer les différentes étapes d’un parcours existentiel. Dans la première strophe on voit le père partir vers « la majesté des chemins de fer », dans la dernière c’est l’enfant qui parcourt les gares et regarde le monde depuis le train en marche. Cette signification du mot « estación » comme « temps qui passe », peut également suggérer les saisons de l’année, thème développé par le poète dans les strophes deux, trois et quatre.

  • 14 À propos des thèmes concernant les ponts et chaussées (ouvrages d’art) et le matériel roulant voir  (...)

15Néanmoins le contexte dans lequel Neruda place le mot « estación » et le contenu des vers qui suivent imposent le sens de « gare de chemin de fer ». Les deux points présents dans ce vers 28, suivis de la préposition « entre », amplifient le sens textuel : le Moi lyrique se place au milieu des éléments qui constituent l’univers ferroviaire14. De la sorte, aux « gares » s’ajoutent les « entrepôts » et les « rails » pour suggérer l’ensemble des bâtiments et des installations. Les mots « entrepôts » et « rails » impliquent donc le transport et la circulation des passagers et des produits par voie ferrée. De ce fait le « bois frais » évoque le parfum des planches qui viennent d’être arrachées à la forêt et s’empilent en ordre strict dans les « châteaux » des gares ferroviaires avant d’être expédiées par trains de marchandises vers les dépôts des grandes villes du Nord du pays.

  • 15 Le thème du voyage en train et la terre des origines revient quelques années plus tard dans Escrito (...)

16Les images de La Frontera que le poète adulte a gardées dans sa mémoire se déploient ensuite comme si l’enfant évoqué par Neruda regardait depuis la fenêtre d’un wagon le paysage du Sud chilien. Ainsi l’image de « la maison sans ville » fait référence au territoire national, à peine peuplé du début du siècle. La préposition négative « sans », pour sa part, dénote la carence et suggère une demeure solitaire au milieu des champs. La fragilité de la maison est accentuée ici par « à peine protégée », où la locution adverbiale « à peine » dénote la maigre défense que peut constituer la présence de « troupeaux et de pommiers» face à l’isolement et à la violence des agressions du vent et de la pluie. Le paysage de La Frontera qui se construit à travers les images des gares et de la campagne15 s’imprègne également de sensations qui s’ajoutent à celles évoquées par les strophes précédentes. Ainsi les « pommiers au parfum ineffable » établissent un lien avec l’odeur du « bois frais », « le monde poussiéreux [des] hangars », « les caves entassant le rouge résumé / du noisetier », « la robe torride de l’été », etc.

  • 16 Voir à propos de ce poème l'étude de Javier Garcia Mendez, La impregnación consonántica y acentual (...)

17De la sorte, dans cette perspective autobiographique « l’enfant à la forme pâlotte », imprégné par l’univers de La Frontera, voit le point culminant de son parcours dans ce mouvement qui va de la nature pleine de la première image du poème aux « forêts vides » et aux « entrepôts » du dernier vers. Le train devient ainsi élément de la métaphore complexe d’un voyage à la fois personnel et collectif16.

2.- Les cheminots dans La maison17

  • 17 La casa in Pablo Neruda, Obras, cit., p. 695.

18L’image idéale de l’enfance offerte par le poème liminaire de cette section de Chant Général contraste avec l’évocation de La casa, la demeure où Neruda vécut ses premières années dans La Frontera. C’est ici que le rapport entre le poète et l’univers du chemin de fer se fait plus net. Dans ce texte Neruda présente l’univers ferroviaire sous un jour complètement différent. La période et la région poétisées sont les mêmes que celles du texte précédent. Mais les expériences travaillées ici appartiennent à une autre zone de souvenirs que le poète garde en lui. Cette évocation est peuplée d’éléments naturels et humains déchaînés (les vents, le froid, les coups de feu, les galopades des chevaux), d’ombres (la nuit, la terre dans les ténèbres), de menaces (la colère, l’abandon, les irruptions étrangères au foyer), d’angoisses et de pauvreté.

  • 18 « Ma maison et ses murs de planches fraîches / dont je sens encore le parfum : branlante et biscorn (...)

Mi casa, las paredes cuya madera fresca
recién cortada huele aún : destartalada
casa de la frontera […]18

19La maison évoquée ici se transforme par le biais d’une métaphore complexe. Elle produit un transfert de sens entre la chaumière en bois et l’oiseau. La maison « branlante et biscornue » est un logement fragile « qui craquait à chaque pas, et où sifflait le vent de guerre ». Cette habitation risque d’être emportée par le vent et devient l’« oiseau inconnu / aux plumes glacées sous lesquelles grandissait mon chant ». Ainsi, d’une part, la métaphore propose la fragilité du logis face à l’agression des éléments et, d’autre part, elle suggère le lieu où l’enfant est né à la poésie. Plus loin, le foyer de l’enfant est l’objet de sombres comparaisons, imprégnées d’impressions négatives. Le monde de l’enfance est assimilé au monde végétal dans une vaste comparaison où la croissance des plantes et de leurs racines rejoignent l’évolution humaine, celle de l’enfant et sa famille, et s’y entrelacent.

20Quant à l’image du père cheminot, le plaisir lumineux des « journées douces sur l’avoine » du premier poème laisse place à l’angoisse « des nuits / coléreuses et sans air, des chiens qui aboyaient ». Cette image suggère la peur de l’enfant réveillé au milieu de la nuit et déconcerté par la voix de son père se disputant avec sa femme (la « mamadre ») au sein de la noirceur nocturne. Dans l’étouffante obscurité « sans air », la terreur enfantine suscitée par les voix hargneuses des parents est multipliée par les hurlements des chiens enragés autour de la maison. Neruda renforce l’effet hyperbolique de son image lorsqu’il détache typographiquement le passage et souligne par ce moyen la référence à cette atmosphère angoissante. En isolant et en déplaçant le mot « enrarecidas », il accentue et intensifie l’effet sonore de la menace, soulignée par les allitération en « r » :

  • 19 « des nuits / coléreuses et sans air, des chiens qui aboyaient ».

en[R]a[R]ecidas
noches de cóle[R]a, pe[RR]os que lad[R]aban19

21C’est dans cet espace sombre et menaçant que l’image du monde ferroviaire réapparaît, expressément énoncée, une image toujours liée à la figure paternelle. Mais, cette fois-ci, elle se construit à l’opposée du père sacré qui partait vers « la majesté des chemins de fer » du poème liminaire. Ici, dans les vers 17-18, le poème revêt la forme d’une longue et complexe interrogation qui traduit bien l’appréhension de l’enfant assistant impuissant au départ de son père vers un univers ferroviaire mal connu.

  • 20 « Avec l’aube, mon père, sur la terre enténébrée, / se faufilait dans ses trains qui hurlaient. / V (...)

Mi padre con el alba oscura
de la tierra, hacia qué perdidos archipiélagos
en sus trenes que aullaban se deslizó ?20

22Bien que l’image du père conducteur de locomotive apparaisse ici liée à l’aurore libératrice des peurs nocturnes, ce qui pourrait être une consolation, il n’en est rien. Il s’agit bien sûr ici d’une « aube », mais elle s’ouvre sur une « terre enténébrée ». L’oxymore « alba oscura » permet au poète de prolonger la noirceur de la nuit sur la naissance du jour et de l’étendre sur la terre entière. De ce fait, c’est aussi l’angoisse de l’enfant qui s’étend, obscurcissant le jour qui arrive.

23D’autre part, comme faisant écho aux chiens qui aboient dans la nuit, le train du père qui s’éloigne « hurle » comme une bête en perdition dans ces matins sombres. Ce train-là part vers un monde fragmenté qui adopte la forme des « archipels » perdus dans un vaste territoire. L’image traduit l’idée d’un réseau de chemin de fer perçu comme un ensemble de lignes qui desservent des bourgades isolées incrustées comme des îles dans les énormes espaces encore vierges de La Frontera.

24Puis les vers 19-22 introduisent une rupture dans la perspective du temps et du ton que le poète impose depuis le début du texte :

  • 21 « Plus tard j’ai aimé l’odeur du charbon dans la fumée, / les huiles, les essieux, leur précision g (...)

Más tarde amé el olor del carbón en el humo,
los aceites, los ejes de precisión helada,
y el grave tren cruzando el invierno extendido
sobre la tierra, como oruga orgullosa.21

25Interrompant donc avec ce « Plus tard …» l’évocation de l’enfance tragique, le poète introduit un passé plus récent, celui de l’âge adulte où il perçoit autrement le train et ses significations. Ici l’homme mûr travaille ses souvenirs et nuance la perception première de l’univers ferroviaire valorisant certaines expériences plus fraîches. Ainsi, en opposition à ce monde de ténèbres de l’enfance, il affirme avoir « aimé l’odeur du charbon dans la fumée, / les huiles, les essieux, leurs précision glacée ». Ici la progression à travers les éléments donne une réalité matérielle au train. On passe du plus subtil au plus solide. Ainsi l’on va de la matière gazeuse et des fines particules de charbon qu’elle contient à la matière liquide, grasse et onctueuse des huiles pour arriver ensuite aux parties métalliques de la machine.

26Dans ces vers l’accumulation de synecdoques proposée par les différents éléments mécaniques du chemin de fer suggère un train au sens général du terme. Mais ce train quelconque laisse la place (après une conjonction « et ») à un train singulier. C’est « le train grave » de La Frontera, convoi humanisé qui traverse « l’hiver allongé sur la terre ». Les touches humanisantes – le caractère « grave » de ce train, la « précision glacée » des éléments de la machine et « l’hiver allongé » – maintiennent néanmoins le ton tragique des premiers vers de ce poème. Mais la représentation ne s’arrête pas là, car à la grave humanité de l’ensemble s’ajoute la condition zoomorphique de l’« orgueilleuse chenille ». La gracieuse métaphore offre une double vision de la locomotive et de ses voitures : humaines et animales à la fois, elles avancent et ondulent dans l’espace. L’image plaisante du poème liminaire réapparaît donc, évoquant les « journées douces » de l’enfance liées ici à cette représentation charmante, et établissant un lien avec la « majesté de chemins de fer » du premier poème.

27Mais cette insertion dans le corps du texte d’un élément correspondant à une digression affable et tendre laisse à nouveau place aux souvenirs angoissants de l’enfance du Moi poétique. La violence de l’arrivée d’un père envahissant le foyer est renforcée par les allitération en R et la position, éloignée de la marge, du vers 24 :

  • 22 « Soudain les portes ont trépidé. / Voici mon père ».

De p[R]onto t[R]epida[R]on las pue[R]tas».
« Es mi pad[R]e.22

28Ce dernier vers, « Voici mon père », constitue à lui seul une phrase poétique. Ce procédé stylistique souligne typographiquement la présence négative du père cheminot comme élément central du poème.

  • 23 En 1963 Neruda reprend ce thème dans El padre. Ce texte s'ouvre sur une image nocturne dans laquell (...)

29Ainsi l’univers du train fait irruption dans la maison à travers la figure paternelle23. Mais il n’arrive pas seul. Il vient « entouré de ses centurions », métaphore qui renvoie aux cheminots et renforce l’impression suscitée par ce père sorti de l’univers du chemin de fer. Image guerrière, elle fait écho au « vent de guerre » des premiers vers. Les cheminots-« centurions » sont revêtus des attributs de la légion qui conduit les trains. Les emblèmes qu’ils portent sont leurs vêtements mouillés (« mantas mojadas »). Enfin l’eau, symbole du monde extérieur qui pénètre brusquement dans la maison, se présente sous ses différents états et, à l’état de vapeur, occupe une position centrale. Cette vapeur signifie la force motrice de la modernité au début du siècle, et celle du chemin de fer dans ce cas particulier.

  • 24 Dans ses mémoires Neruda revient sur le rapport entre le train et les conditions de vie misérables (...)

30Ce sont les cheminots qui vont revêtir la maison d’un nouveau caractère. Ils confèrent une condition différente au foyer de l’enfant poète. Car la salle à manger se remplit d’hommes qui boivent et rapportent des récits prononcés d’une voix enrouée. C’est là que le Moi poétique entend parler pour la première fois de la douleur due à la misère des salariés du rail. Jusqu’alors l’enfant était séparé (« comme d’une barrière ») de ce monde de misère24. C’est dans cette maison envahie par ces hommes dignes et durs dans leur pauvreté que le jeune enfant apprend à connaître les chagrins, les blessures et les souffrances du monde ouvrier pris dans « la griffe minérale de la pauvreté ».

31Cette expression métaphorique, « la griffe minérale », qui associe deux termes appartenant à deux champs sémantiques différents qui s’excluent mutuellement, suggère le dénuement des travailleurs de l’univers ferroviaire. Ainsi, la force et la forme pointue et crochue de la « griffe » à laquelle est accolé l’adjectif « minérale » matérialisent la dureté de l’emprise. L’effet est saisissant car il fait naître une impression de destin immuable. Il suggère l’extrême difficulté et la violence des relations humaines dans cet espace en gestation qu’est La Frontera à cette époque. Ainsi le poème conduit le lecteur d’un univers intime où cette symbolique du train acquiert des significations tragiques à un monde plus vaste, celui d’une condition sociale dramatiquement liée au chemin de fer.

32Les thèmes abordés et le temps évoqué font de La Frontière (1904) et de La maison des textes autobiographiques. Cependant Neruda dépasse la simple circonstance personnelle. Nous nous trouvons ici aux antipodes d’une description égotiste. Le discours nerudien a le pouvoir d’aller au-delà, car il chante la complexité du monde. Ainsi le thème du train fait partie de cette démarche. Le train, pour Neruda, est le motif où s’entrelacent des expériences diverses et contradictoires. L’image du chemin de fer qui en résulte est riche, complexe, hautement symbolique.

Haut de page

Notes

1 La Frontera (La Frontière) est le nom de la région de pionniers de la forêt de Malleco et de Cautín qui autrefois séparait le territoire des Indiens mapuches et les terres occupées progressivement par les colons chiliens.

2 Pour le thème des trains de pays lointains voir : Transiberiano in Las uvas y el viento (1954) et Oda a un tren en China in Navegaciones y regresos (1959) in Pablo Neruda, Obras, Buenos Aires, Losada, cinquième édition, 1993, vol. I., pp. 798-801 et vol. II, p. 799.

3 En el tren in Pablo Neruda, Cuadernos de Temuco 1919-1920, Barcelone, Seix Barral coll. “Biblioteca breve”, 1997, p. 85.

4 Puentes et Maestranzas de noche in Pablo Neruda, Obras, cit., vol. I, p. 52 et p. 53.

5 Panorama del Sur, Viaje, Atracción de la ciudad in Pablo Neruda, El río invisible. Poesía y prosa de juventud, Barcelone, Seix Barral, coll. “Biblioteca breve” / “Poesía” n° 457, 1980, p. 192.

6 Provincia de infancia et Soledad de los pueblos in Anillos. Prosas in Pablo Neruda, Obras, cit., vol. I, p. 141 et 143.

7 Pablo Neruda, Canto general (1950) in Obras, cit., vol. I. À partir d’ici nous utiliserons, avec des modifications, la traduction française de Claude Couffon (Chant général, Paris, Gallimard, 1977).

8 La Frontera (1904), ibidem, p. 693.

9 « Ce que je vis d’abord ce furent / des arbres, des ravins / décorés de fleurs belles et sauvages / un territoire humide, des forêts en feu / et l’hiver en crue derrière le monde ».

10 « J’eus pour enfance des souliers mouillés, des / troncs brisés / tombés dans la forêt, dévorés par les lianes / et les scarabées, j’eus des journées douces sur / l’avoine […] ».

11 « la barbe dorée de mon père partant / pour la majesté des chemins de fer ».

12 « Mon enfance parcourut les saisons : avec autour de moi, / les rails, les châteaux de bois frais / et la maison sans ville, à peine protégée / par des troupeaux et des pommiers au parfum ineffable / je vécus, mince enfant à la forme pâlotte, / En m’imprégnant de forêts vides et d’entrepôts ». 

13 Ici notre traduction diverge de celle que C. Couffon propose pour « estaciones » dans sa version du Chant général, Paris, Gallimard, 1977, p 483. Couffon traduit « estaciones » comme « saisons ». Mais on peut dans la traduction française choisir le sens de « gare » ou de « saison ».

14 À propos des thèmes concernant les ponts et chaussées (ouvrages d’art) et le matériel roulant voir : Puentes et Maestranzas de noche in Crepusculario (1920-1923), et Oda a la vieja estación Mapocho en Santiago de Chile in Tercer libro de las odas (1957) et Sueños de trenes in Estravagario (1958) in Pablo Neruda, Obras, cit., vol. I, pp. 52-53 et vol. II, pp. 455 et 664.

15 Le thème du voyage en train et la terre des origines revient quelques années plus tard dans Escrito en el tren cerca de Cautín, en 1958 et Oda a los trenes del Sur in Navegaciones y regresos (1959) in Pablo Neruda, Obras, cit., vol. II, pp. 796 et 726.

16 Voir à propos de ce poème l'étude de Javier Garcia Mendez, La impregnación consonántica y acentual ‘La Frontera’ in Diez calas en el hacer de la poesía de Pablo Neruda. Residencia en la tierra y Canto general, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Mondes Hispanophones”, n° 26, 2001, pp. 182-194.

17 La casa in Pablo Neruda, Obras, cit., p. 695.

18 « Ma maison et ses murs de planches fraîches / dont je sens encore le parfum : branlante et biscornue / Maison de la frontière […] ». 

19 « des nuits / coléreuses et sans air, des chiens qui aboyaient ».

20 « Avec l’aube, mon père, sur la terre enténébrée, / se faufilait dans ses trains qui hurlaient. / Vers quels archipels oubliés ? ».

21 « Plus tard j’ai aimé l’odeur du charbon dans la fumée, / les huiles, les essieux, leur précision glacée, / et le train grave traversant, orgueilleuse chenille, / l’hiver allongé sur la terre ».

22 « Soudain les portes ont trépidé. / Voici mon père ».

23 En 1963 Neruda reprend ce thème dans El padre. Ce texte s'ouvre sur une image nocturne dans laquelle l'irruption paternelle dans la maison de l'enfance recèle une menace, la fureur contenue du chef de famille. La dimension épique de la figure paternelle est insufflée dans le texte par les éléments qui l'entourent lors de son arrivée à la maison familiale. L'apparition nocturne du père est annoncée par les sifflets de la locomotive, et la pluie et le vent qui ajoutent à l'efficacité symbolique du texte. Cf. Memorial de Isla Negra in Pablo Neruda, Obras, cit., vol. II, p. 1025. (voir aussi Mémorial de l’Ile Noire suivi de Encore, Paris, Gallimard, 1970, traduction de C. Couffon).

24 Dans ses mémoires Neruda revient sur le rapport entre le train et les conditions de vie misérables du jeune poète. Cf. : Las casas de pensión in Pablo Neruda, Confieso que he vivido. Memorias, Barcelone, Editorial Seix Barral, coll. “Biblioteca breve3 n° 365, 1974, pp. 47-48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Berchenko, « L’univers ferroviaire dans Canto general de Pablo Neruda », Cahiers d’études romanes, 10 | 2004, 273-284.

Référence électronique

Pablo Berchenko, « L’univers ferroviaire dans Canto general de Pablo Neruda », Cahiers d’études romanes [En ligne], 10 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.2914

Haut de page

Auteur

Pablo Berchenko

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search