Navigation – Plan du site

Le discours zapatiste sur Internet. Champ d’action, enjeux et formes

Pablo Berchenko
p. 155-166

Résumés

À partir du premier jour de l’an 1994, le discours zapatiste se développe et surprend par ses nouvelles modalités de mise en forme et par les nouveaux moyens de communication qu’il utilise, en particulier, internet. Il se différencie ainsi très nettement des traditions discursives et des supports utilisés dans les guérillas depuis les années 1960 au Mexique et en Amérique latine.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

discurso político, zapatismo

Index géographique :

Mexique, Amérique latine

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ALENA (NAFTA en anglais et TLC en espagnol), accord conclu le 7 octobre 1992 entre en vigueur le (...)
  • 2 Voir « Quelques centaines de guérilleros “zapatistes” ont tenté de s’emparer de cinq villes de l’Ét (...)
  • 3 Nous faisons référence aux mouvements de guérilla de Genaro Vázquez Rojas dans l’État de Guerrero e (...)

1Le 1er janvier 1994, alors que les media internationaux sont tournés vers la cérémonie officielle de l’entrée en vigueur de l’Accord de Libre-Échange Nord-Américain (ALENA)1 l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) investit et occupe cinq villes de l’État de Chiapas. Immédiatement, l’armée mexicaine réinvestit les localités occupées. Après quelques affrontements, les Zapatistes se retirent dans la jungle Lacandona2. Douze jours plus tard, le gouvernement accepte d’ouvrir des négociations avec le mouvement armé le plus important depuis la fin des années 1960 au Mexique3. Dès le début, l’opération militaire zapatiste se voit accompagnée par un abondant discours qui s’intègre dans une stratégie complexe et à long terme.

  • 4 « Declaración de la selva Lacandona “Hoy decimos ¡Basta !” ».
  • 5 Voir à ce propos les déclarations du sous-commandant Marcos sur l’origine et l’élaboration du disco (...)

2Inopiné, le discours zapatiste déclarant « la guerre au gouvernement et à l’armée »4 mexicains, apparaît d’abord comme l’expression d’un soulèvement des indigènes du Chiapas. Mais la présence du sous-commandant Marcos au sein du soulèvement oblige à réduire la portée de cette caractérisation. Malgré cela, nous allons considérer tout au long de cette étude ce discours comme l’expression d’un groupe social relativement homogène et doté d’une parole cohérente5. A partir de ce premier jour de l’an 1994, le discours zapatiste se développe et surprend par ses nouvelles modalités de mise en forme et par les nouveaux moyens de communications qu’il emploie. Il se différencie ainsi très nettement des traditions discursives et des supports en vogue utilisés dans la guérilla depuis les années 1960 au Mexique et en Amérique latine.

3Quelles sont les racines d’un tel renouvellement ? Se trouvent-elles seulement dans l’évolution politique et les pratiques sociales et culturelles de l’après guerre froide ? Ou sont-elles le résultat de l’évolution technologique des moyens de communication propre aux années 1990 ? Nous allons examiner ces questions en considérant d’abord le champ d’action dans lequel se développe le discours zapatiste et les enjeux que celui-ci lui impose. Ensuite, nous analyserons les nouvelles modalités de mise en forme du discours et, pour conclure, nous entamerons l’étude des nouveaux supports médiatiques.

Le champ d’action et ses enjeux

4Au niveau international, les circonstances qui ont précédé l’énonciation du discours zapatiste sont celles d’un changement fondamental dans l’univers politique des années 1990 et du XXe siècle. C’est le moment de la cassure historique marquée par la fin de la Guerre froide. La confrontation avec le “communisme” a disparu avec l’implosion des pays socialistes en Europe de l’Est et l’implantation plus au moins profonde du modèle économique néolibéral un peu partout dans le monde.

  • 6 Maurice Lemoine, Les 100 portes de l’Amérique Latine, Paris, Éditions de l’Atelier Point d’Appui, 1 (...)
  • 7 Plus tard ce consensus sera confirmé par la participation et le succès du FMLN dans les élections d (...)

5En Amérique latine, une fois liquidée physiquement une bonne partie de la gauche et des organisations syndicales par les dictatures de l’Idéologie de la sécurité nationale, l’armée rentre dans les casernes, mais n’abandonne pas tout le pouvoir. Une démocratisation relative s’installe progressivement dans les années 80 et 90. Il y a des élections dans l’ensemble des pays, et de nouveaux espaces d’expression s’ouvrent pour les mouvements d’opposition. A cette époque, un consensus sur la fin de la lutte armée paraît s’affirmer. Cette idée trouve sa cristallisation, par exemple, déjà en 1985, en Uruguay, quand le Mouvement de libération nationale-Tupamaros décide de s’intégrer à la vie politique en tant que force légale. Une telle idée se concrétise également en 1990 par la signature en Colombie de l’accord de paix entre le gouvernement et les guérilleros du M-19 et dans le cas du Front patriotique Manuel Rodriguez qui, au Chili, dépose les armes fin mai 1990. Enfin, cette idée se voit ratifiée dans les négociations guérilla-gouvernement au Salvador en 1992 et, à partir de janvier 19936, dans l’ouverture de pourparlers entre l’Union Révolutionnaire Nationale Guatémaltèque et le gouvernement7.

  • 8 « Une dictature parfaite », selon les déclaration de M. Vargas Llosa dans « México, las dictaduras (...)

6Au Mexique, le discours zapatiste fait irruption dans un contexte politique où le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) gouverne depuis 1946 à travers un système de parti unique, de fraude électorale, d’utilisation de la corruption et de l’assassinat8. ; 1994 est la dernière année du sexennat de la présidence de Carlos Salinas de Gortari. Celui-ci se voulait le “modernisateur” de la société mexicaine. Et effectivement il avait entamé une ouverture politique restreinte en direction de l’opposition, représentée par le Parti d’action nationale (PAN) et le Parti de la révolution démocratique (PRD). Par ailleurs, il avait cru promouvoir l’intégration du Mexique dans le groupe des nations les plus modernes et les plus développées, grâce à l’entrée en vigueur, au premier jour de l’An 1994, de l’Accord de Libre-Échange Nord-Américain avec les États-Unis et le Canada.

7Dans ce contexte, au début de la décennie, le langage de la gauche révolutionnaire latino-américaine est épuisé. Il est affaibli par la longue répression militaire qui a écrasé ou isolé toutes ses tentatives de transformation sociale (armées ou réformistes). Mais également, il est affaibli par un néolibéralisme qui se veut triomphant, face auquel, apparemment, il n’y pas d’alternative. De plus, se produit en Amérique latine une crise des modèles et, en conséquence, un approfondissement de la crise des discours de la gauche révolutionnaire : approfondissement de la crise, parce que d’un côté se produit l’implosion des pays socialistes de l’Europe de l’Est à partir de 1989 et, d’un autre, à cause de l’échec des Sandinistes au Nicaragua lors des élections de 1990. A cela s’ajoutent en 1992 la capture d’Abimael Guzmân, dirigeant du Sentier lumineux au Pérou et l’asphyxie de l’économie cubaine sous la pression du blocus nord-américain.

8Et cependant, comme dans les décennies précédentes, pour de très larges secteurs de la population en Amérique latine, les mêmes problèmes sociaux continuent de se poser ou s’aggravent en 1994. Le chômage, les bas salaires, les inégalités frappantes dans la répartition de la richesse, les abus de pouvoir, la marginalisation des Indiens et des pauvres des villes, la sous-alimentation, l’analphabétisme, etc. pèsent encore lourdement dans la région. En conséquence, l’ancrage d’un discours d’une gauche radicale dans une réalité sociale inacceptable est donc à peu près le même que celui de la guérilla dans les années 60 et 70. Mais il faut admettre que si ce discours contestataire est très radical et pertinent dans sa position critique, il n’a pas de modèle de remplacement à proposer.

  • 9 Voir à propos de la « guerre symbolique » A. Guillermoprieto, op. cit.

9De sorte qu’en 1994, le discours de la gauche révolutionnaire doit capter l’attention d’un récepteur devenu indifférent, ou sceptique, à ses appels. On ne peut non plus compter sur une population fatiguée par les guerres civiles et les interventions étrangères. De plus, la conviction qu’il n’est plus possible d’affronter les puissantes forces armées latino-américaines par la seule force des armes s’affirme. Une autre stratégie s’impose donc : une guerre de guérilla où l’élément symbolique doit être fondamental. C’est pourquoi le discours prend alors une place essentielle dans ce nouveau contexte9.

La nouvelle mise en forme du discours

10Une guerre où l’aspect symbolique soit prédominant est donc la seule possibilité pour les Zapatistes de transformer leur faible puissance militaire en succès politique. Optant pour un soulèvement qui propose la lutte armée et qui en même temps la refuse, qui veut le pouvoir sans le vouloir vraiment, leur discours se conforme à la nouvelle réalité. C’est pourquoi, sous toutes ses formes, il devient l’arme principale de la stratégie du zapatisme.

11Ce discours surprend d’abord par sa quantité. Jamais un soulèvement d’Indiens et de paysans n’avait produit en si peu de temps autant de documents écrits et créé des événements médiatiques aussi retentissants.

  • 10 Il faut remarquer le jeu de référents existant entre le titre d’El despertador mexicano des Zapatis (...)
  • 11 Il faut considérer également l’abondance de la production reproduisant les documents du EZLN ou que (...)

12Ainsi, par exemple, en ce qui concerne l’écrit et l’oral, les déclarations successives jouent un rôle très important. Elles s’ouvrent avec la « Declaración de la selva Lacandona. “Hoy decimos ¡Basta !” », déclaration qui est suivie de quatre autres qui portent le même nom. Il y a ensuite les deux déclarations dites « de La Realidad ». Il y a également les communiqués, qui sont des textes d’analyse politique et l’« Informe del Diálogo para la Paz » du 23 février 1994. De plus, il faut considérer la parution du journal El despertador mexicano10 ; les textes de lois (d’impôts de guerre, de réforme agraire, du travail, etc.), les entretiens (« Testimonios del primer día »). A tout cela s’ajoutent la transcription des discours prononcés devant des assemblées, les lettres publiques, les rapports, les conférences de presse, la transcription des interviews à la radio, les appels à la population, les articles d’opinion envoyés à la presse, etc.11.

  • 12 Maurice Najman, « A la conquête de la société mexicaine. Le grand virage des Zapatistes » dans Le m (...)
  • 13 Ibidem.
  • 14 Ibidem.

13Ce qui est évident dans tous ces documents écrits et oraux, c’est qu’un changement apparaît dans le discours. Ainsi, Carlos Fuentes note qu’il y a dans les déclarations des Zapatistes un discours « beaucoup plus frais et neuf » par comparaison avec le discours « pétrifié et dogmatique d’antan ». En effet, dans ce nouveau discours, il n’y a pas de consigne déjà entendue ni de lieu commun. Pour sa part, Maurice Najman parle d’un « langage politique inédit et de pratiques en rupture avec le dogmatisme et le sectarisme de la gauche, tant radicale que réformiste »12. C’est pourquoi, dans ce nouveau discours, le cri « todos somos Marcos » (« nous sommes tous Marcos ») exprimerait ce qu’Alain Touraine appelle une « coupure épistémologique » fondée sur les principes de la centralité du « social » et des acteurs, et une façon originale de poser la relation entre le singulier, l’individu, la communauté et l’universel13. De même, la formule, apparemment contradictoire, « dirigir obedeciendo » (« diriger en obéissant ») devient un principe intangible de la fidélité aux mandants où s’exprime la « démocratie communautaire » des villages zapatistes14.

  • 15 Voir « Detrás de nosotros estamos ustedes. Palabras de bienvenida de la Comandancia General del EZL (...)

14Preuve de cette rénovation est, par exemple, la consigne « Detrás de nosotros estamos ustedes » (« derrière nous c’est vous que nous sommes »), formule qui suggère, par un type d’énoncé déviant, transgressant clairement la norme, l’apparition d’un sujet collectif et la projection d’un double rôle pour les acteurs (avant-garde et soutien)15. Cette formule se prolonge par :

  • 16 Ibidem, p. 25. Le jeu de paradoxes suggestifs continue à travers « destrás de nuestro rostro negro, (...)

Esto somos nosotros.
El Ejército Zapatista de Liberación Nacional.
La voz que se arma para hacerse oír.
El rostro que se esconde para mostrarse.
El nombre que se calla para ser nombrado
[...]E1 mañana que se cosecha ayer »
16

  • 17 Voir « Un mundo donde quepamos todos » p. 15-18 et « Aquí cabemos todos », Crónicas intergalácticas (...)
  • 18 « Discours de clôture de la rencontre intercontinentale pour l’humanité et contre le néolibéralisme (...)

15De plus, la façon d’interpeller l’autre a changé. Ainsi, lors de la Première rencontre intercontinentale pour l’humanité et contre le néolibéralisme en juillet 1996, les Commandants David et Hortensia reçoivent les invités en les appelant « frères » et « sœurs ». Il n’utilisent plus « camarades », ou « travailleurs, travailleuses », ou « compañeros » termes trop lourdement connotés durant par le discours marxiste des années précédentes. Le premier dit, par exemple, dans un discours qui semble avoir perdu ses connotations de classe, idéologiques ou de parti politique : « respetables hermanos y hermanas procedentes de distintos pueblos y países del mundo »17. Plus tard, le 3 août 1996, et avec la même forme discursive, la “Deuxième déclaration de La Realidad pour l’humanité et contre le néolibéralisme” s’adresse elle aussi – « par la voix du sous-commandant Marcos » – aux « frères et sœurs du monde entier »18. Apparaît donc une formule d’interpellation de l’autre qui s’habille du langage de la fraternité, et qui est empreinte d’une gentille politesse. On pourrait par connotation rapprocher cette formule d’un discours religieux plutôt que politique.

16L’introduction de mots indiens dans le discours est aussi une nouveauté, de même que le recours à des images liées à la nature. Ces mots révèlent ainsi un attachement à la langue et aux mythes des populations autochtones, ainsi qu’une sensibilité écologique. C’est pourquoi ces éléments (langue, mythe et nature) sont réunis dans des expressions telles que « nos habló la montaña a nosotros, los macehualob, los que somos gente común y ordinaria ». Dans cette formule, le lien privilégié des indigènes avec la nature est souligné. Mais également, elle laisse entendre une certaine identification de type social. De cette façon, macehualob renvoie à macehualli, mot nahualt qui désigne l’organisation sociale du « commun du peuple » du Mexique préhispanique. Dans ce mélange syncrétique fusionnent également la culture indigène et métisse. C’est pourquoi les référents à la culture de masse ne manquent pas dans ce discours. Les allusions au cinéma, à la littérature, à la musique classique et contemporaine y sont aussi présentes.

  • 19 Los relatos de El Viejo Antonio, Centro de Información y Análisis de Chiapas (CIACH), San Cristóbal (...)

17Ainsi, ce discours se caractérise du point de vue de la forme par un langage d’une qualité littéraire certaine. Le recours à des formes narratives courtes, comme la nouvelle, y est fréquent. Le but n’est pas seulement littéraire, il est surtout politique. Il s’agit de revendiquer une certaine “parole” où se mélangent dans un syncrétisme pertinent des éléments de la culture autochtone et ceux de la culture occidentale. On peut donc déceler dans ces récits des éléments qui viennent de la tradition orale maya ou qu’on peut retrouver dans le Popol Vuh, par exemple. Il y a également une très claire influence du conte latino-américain contemporain. On y retrouve, entre autres, les traces de J. Cortázar ou J. Rulfo, mais aussi bien des références aux auteurs classiques comme M. de Cervantes. On peut citer à ce propos Los relatos de El Viejo Antonio19, Cuentos para una soledad desvelada. Textos Sub Marcos, ou les différentes nouvelles où un personnage – Don Durito de La Lacandona – réapparaît constamment dans les plus diverses publications, dans les communications destinées aux tables rondes, dans le journal La jornada de Mexico, dans les sites Internet, etc.

  • 20 Chiapas. La palabra de los armados de verdad y fuego. Entrevistas, cartas y comunicados del EZLN, B (...)

18La façon de rédiger les textes est donc marquée très certainement par la présence du sous-commandant Marcos. On y trouve une recherche de l’excellence littéraire. C’est pourquoi certains analystes parlent d’un « véritable saut de la rhétorique politique vers une poétique militante »20

19Il suffit de voir, par exemple, les titres de certaines déclarations publiques comme : « Chiapas : El sureste en dos vientos, una tormenta y una profecía », « La historia de los Espejos » ou « Siete piezas sueltas del rompecabezas mundial » pour s’en convaincre. Il y a également dans les textes parus sous la signature du sous-commandant Marcos des réflexions à propos de certains procédés littéraires. Comme, par exemple, une brève observation sur la postdata dans P.D. sobre las P.D.s21, ou la réflexion sur la pertinence de placer une dédicace dans un prologue à une communication destinée à une rencontre qui se veut « intercontinentale »22. Il utilise aussi le discours d’autrui en recourant à la citation détournée et à l’épigraphe23.

  • 24 « Las políticas y las bolsas... », cit.

20Un humour sarcastique imprègne également les textes ou les réparties du sous-commandant Marcos lors des entretiens avec les journalistes. C’est donc un discours à caractère ludique, utilisant dans l’écriture les clins d’œil, l’ironie, le sarcasme, le double sens et l’auto dérision. De cette façon, s’auto-désigner comme « zapatistas », « zapatudos », « zapatones » ou « zapateros » est une façon de ne pas se prendre au sérieux, d’établir une distance autocritique par rapport à soi même24.

  • 25 Voir à propos de la théâtralisation : Alma Guillermoprieto, op. cit.

21Mais ce discours s’exprime également à travers des gestes belliqueux, des coups de théâtre, de véritables mises en scènes25. Un bon exemple des armes utilisées dans cette guerre qui se veut éminemment symbolique est le choix de la date pour lancer le soulèvement. Ceci est déjà un premier élément significatif de l’utilisation des media qui sont détournés de la cérémonie officielle vers un fait inattendu par un coup de théâtre, surprenant et très médiatique.

  • 26 Le sous-commandant Marcos, dans un entretien avec la presse, remarque que les journalistes « han se (...)

22Le discours s’accompagne également d’une théâtralisation du message qui montre bien que celui qui l’énonce a une idée claire de ses interlocuteurs. C’est en ce sens qu’il faut considérer l’utilisation du passe-montagne qui permet que l’anonymat soit rigoureusement maintenu par rapport à un pouvoir sournois et violent26. La cartouchière croisée sur la poitrine évoque un passé historique en rapport avec l’image d’Emiliano Zapata. Cette image s’adresse à une population mexicaine qui se reconnaît encore dans le leader paysan de la révolution de 1910. La présence de la pipe que fume le sous-commandant Marcos, donne un statut d’intellectuel à celui qui énonce le discours, dans lequel peut se reconnaître une certaine intelligentsia de gauche. Les armes à feu qui sont toujours là, dans les images, rappellent qu’il s’agit bien d’une lutte armée où l’on peut encore frapper l’ennemi ou au moins l’empêcher d’avancer.

  • 27 Voir la photo de E. Thibaut dans Dauno T. Totoro, et Emiliano Thibaut, op. cit.., p. 163.

23L’ensemble des ces éléments sont devenus les composantes d’une icône des milliers de fois répétée dans les photos de presse et dans les images de la T.V. : le combattant zapatiste, le visage couvert par un passe-montagne, la cartouchière et le fusil. Cette image est devenue si reconnaissable qu’elle est l’effigie par excellence du mouvement zapatiste. Le sous-commandant Marcos et son passe-montagne ont ainsi accédé au statut d’incarnation du mouvement. Aujourd’hui, l’image du guérillero en passe-montagne se retrouve commercialisée également sur des tee-shirts, des affiches et même sur les poupées habillées en sous-commandant Marcos que les indigènes offrent aux touristes, dans les marchés de San Cristobal de Las Casas27.

Les nouveaux supports médiatiques

  • 28 El tiempo est édité par l’avocat Amado Avendaño grâce à des collaborations bénévoles et distribué d (...)

24Ce discours surprend également par l’utilisation de nouveaux supports. Ainsi, à côté des supports médiatiques traditionnels, tels que l’affiche, le tract, la presse, la radio et la télévision, il utilise les supports médiatiques les plus nouveaux tels que le Fax et Internet. Ces nouveaux moyens vont bien évidemment au-delà du tract et de l’affiche qui sont des supports éminemment locaux du discours politique. Mais de plus, les possibilités d’Internet dépassent largement celles de la radio ou la télévision qui peuvent avoir une résonance locale, régionale ou nationale dans le cas du Mexique. La télévision est d’ailleurs solidement encadrée par l’État ou l’entreprise privée (Televisa). La presse, pour sa part, est très sensible à la pression financière du gouvernement (pression qui s’exerce principalement à travers le système d’annonces des entreprises d’État ou des entreprises liées à ses intérêts) ; seuls quelques titres peuvent avoir une position plus critique par rapport au gouvernement. Tel est le cas, par exemple, du modeste journal local El tiempo de San Cristobal de Las Casas28ou du journal La jornada ou la revue Proceso. Ces deux derniers ont une diffusion nationale.

25Dans la stratégie des Zapatistes, Internet est venu après la presse, la radio ou la télévision29. Le premier impact sur l’imaginaire de la population mexicaine et internationale avait déjà été donné le 1er janvier 1994. Le support Internet n’a fait que suivre et affirmer ce premier impact. En effet, les premières déclarations, les communiqués, les textes de lois de l’EZLN sont parus d’abord dans El tiempo qui les a transmis aux journaux La jornada et El financiero et à la revue Proceso. C’est sur les sites Internet de cette presse mexicaine que les communiqués de l’EZLN ont été diffusés au niveau national. Ensuite un étudiant de l’Université de Philadelphie, Justin Paulsen, a créé un site Internet (justin@peak.org) à partir des informations et fac-similés recueillis sur le site de La jornada (serpiente.dgsca.unam.mex/jornada), sur celui de l’évêché de San Cristobal de Las Casas (mexpaz@uibero.uia.mex), ou dans ceux des organismes non-gouvernamentaux (National Commission for Democracy in Mexico (USA), International Service for Peacu, etc) qui étaient, à son avis, les plus fiables. Plus tard, les sites Internet se sont multipliés à partir d’un réseau d’organisations politiques et non-gouvernementales à travers le monde, en Australie, au Canada, au États-Unis, en France, en Irlande, en Italie, au Japon, aux Pays Bas, etc.30.

  • 31 Dans le sens de l’utilisation des techniques de l’information, notamment de l’information de masse (...)
  • 32 Voir à ce propos la consultation et le vote organisés sur Internet en août 1995 sur l’avenir politi (...)

26L’avantage d’Internet est de permettre d’accéder à la mondialisation de la communication par un réseau flexible, sans hiérarchie et qui n’a pas de centre de contrôle. Dans ce nouveau support, la création de l’information et de la désinformation31 sont possibles, ainsi que l’interactivité32. Cette possibilité existe pour quiconque, même pour les mouvements politiques les plus marginalisés, pourvu qu’il existe un minimum de connaissances techniques et de moyens (l’accès au téléphone, au câble, au modem, au fac-similé, à l’image virtuelle, à l’interaction, etc.).

27C’est pourquoi, dès que les Zapatistes conçoivent Internet comme un instrument qui sert de support à leur discours politique, l’utilisation va s’en affirmer rapidement, même si le public qui a accès à Internet est encore limité pour des raisons financières. Les sites web démontrent amplement leur utilité pour informer et combattre les informations du gouvernement. Il permet d’arriver aux destinataires situés là où ils en ont justement besoin. Ainsi, Justin Paulsen s’est rendu compte que la plupart des consultations de son site étaient le fait des étudiants des universités mexicaines. C’est donc un public restreint mais qui a, en même temps, un certain poids dans la vie politique mexicaine et dans l’opinion publique internationale. La preuve en est la large diffusion obtenue pour le site « EZLN Ano 15 de la lucha y sexto de la guerra contra el olvido y la mentira » avec 666.924 consultations entre le 6 octobre 1996 et le 25 octobre 199933.

28La transformation discursive précède donc l’utilisation d’Internet. Bien qu’aucune guérilla n’ait eu auparavant accès à ce moyen de communication, celui-ci a pu faire prendre conscience aux émetteurs que leurs discours s’adresse à une palette de récepteurs beaucoup plus large et variée qu’antan. Mais c’est tout. Malgré cette constatation le sous-commandant Marcos est désigné par l’écrivain Carlos Fuentes comme l’“Achille de l’Internet”.

Haut de page

Notes

1 L’ALENA (NAFTA en anglais et TLC en espagnol), accord conclu le 7 octobre 1992 entre en vigueur le 1 janvier 1999. Ce traité incorpore le Mexique dans le « premier marché du monde » à côté des États-Unis et du Canada. Il ne concerne que la libre circulation des marchandises et des capitaux, non celle des personnes.

2 Voir « Quelques centaines de guérilleros “zapatistes” ont tenté de s’emparer de cinq villes de l’État du Chiapas » in Le monde, Paris, 4/01/94.

3 Nous faisons référence aux mouvements de guérilla de Genaro Vázquez Rojas dans l’État de Guerrero en 1962-63, à celui de la Liga Comunista 23 de Septiembre à Chihuahua et au mouvement de Lucio Cabanas en 1967.

4 « Declaración de la selva Lacandona “Hoy decimos ¡Basta !” ».

5 Voir à ce propos les déclarations du sous-commandant Marcos sur l’origine et l’élaboration du discours : « la redacción de los textos es uno de mis trabajos, pero el comunicado en sí se origina por dos caminos. Uno de los miembros del Comité o el colectivo del Comité [Comité Clandestino Revolucionario Indígena-Comandancia General del EZLN] ven la necesidad de pronunciarse sobre algo, “decir su palabra”. Entonces se proponen y discuten los puntos principales de lo que se va a decir y, con indicaciones generales, me ordenan que haga una redacción [...] ellos la revisan, le quitan y le agregan cosas y la aprueban o la rechazan. El otro mecanismo es que [...] propongo al Comité que emitamos un comunicado, redacto y presento la propuesta. Se discute y se aprueba o se rechaza », « Posdata olvidadiza » dans Chiapas. La palabra de los armados de verdad y fuego Entrevistas, cartas y comunicados del EZLN, Barcelone, Ediciones del Serbal, coll. “Avatares”, n° 11, 1995, p. 16. Mais Alma Guillermoprieto considère pour sa part que cette rébellion eût été inconcevable sans les communiqués et les déclarations de l’homme se présentant comme le “porte-parole” de l’insurrection, le sous-commandant Marcos. Voir Alma Guillermoprieto, La guerre des ombres. Les racines de l’insurrection zapatiste au Chiapas, Paris, Éditions Dagorno, 1995, p. 21.

6 Maurice Lemoine, Les 100 portes de l’Amérique Latine, Paris, Éditions de l’Atelier Point d’Appui, 1997, p. 245.

7 Plus tard ce consensus sera confirmé par la participation et le succès du FMLN dans les élections de 1997 au Guatemala.

8 « Une dictature parfaite », selon les déclaration de M. Vargas Llosa dans « México, las dictaduras y Mario Vargas Llosa », ABC, Madrid, ABC Literario, 8 septembre 1990, p. X.

9 Voir à propos de la « guerre symbolique » A. Guillermoprieto, op. cit.

10 Il faut remarquer le jeu de référents existant entre le titre d’El despertador mexicano des Zapatistes et El despertador americano édité par le curé Miguel Hidalgo à Guadalajara lors du mouvement insurgente de 1810.

11 Il faut considérer également l’abondance de la production reproduisant les documents du EZLN ou que décrit et commente l’action et le discours zapatiste. Voir, seulement en français et à titre d’exemple : Depuis les montagnes du sud-est mexicains... Documents relatifs à la guerre indienne au Chiapas, Paris, L’insomniaque, deux volumes, 1994 et 1996 ; CCRI-CG, Sous-commandant Marcos, / Ya basta ! Les insurgés zapatistes racontent un an de révolte au Chiapas, Paris, Dagomo, 1994 ; CCRI-CG, Sous-commandant Marcos, / Ya basta ! Vers l’internationale zapatiste, Paris, Dagomo, 1996 ; Nicolas Arraitz, Tendre venin. De quelques rencontres dans les montagnes indiennes du Chiapas et du Guerrero, Paris, Phéromone, 1995 ; Du Chiapas à la crise financière, Paris, L’Harmattan, 1996 ; A. Guillermoprieto, La guerre des ombres. Les racines de l’insurrection zapatiste au Chiapas, Paris, Dagomo, 1995 ; Aurore Monod, Feu Maya. Le soulèvement au Chiapas, Ethnies, 1994 ; Marie-José Nadal, A l’ombre de Zapata. Vivre et mourir dans le Chiapas, Paris, Félin, 1995 ; Guiomar Rovira, Zapata est vivant. L’insurrection des indigènes du Chiapas racontée par eux-mêmes, Paris, Reflex, 1995 ; Yvon Le Bot, Le rêve zapatiste, Paris, Le seuil, 1997 ; Paco Ignacio Taibo II, Feuilleton mexicain, Paris, Syllepse ; etc.

12 Maurice Najman, « A la conquête de la société mexicaine. Le grand virage des Zapatistes » dans Le monde diplomatique, n° 514, 44e année, janvier, 1197, p. 12.

13 Ibidem.

14 Ibidem.

15 Voir « Detrás de nosotros estamos ustedes. Palabras de bienvenida de la Comandancia General del EZLN en la voz de la mayor Ana María », Crónicas intergalácticas, EZLN. Primer encuentro Intercontinental por la Humanidad y contre el Neoliberalismo. Chiapas México. 1996, Montañas del Sureste mexicano, Planeta Tierra, 1996, p. 23-29.

16 Ibidem, p. 25. Le jeu de paradoxes suggestifs continue à travers « destrás de nuestro rostro negro, detrás de nuestra voz armada, detrás de nuestro innombrable nombre, detrás de nosotros que ustedes ven, detrás estamos ustedes, detrás estamos los mismos hombres y mujeres simples y ordinarios que se repiten en todas las razas, se pintan de todos los colores, se hablan en todas las lenguas y se viven en todos los lugares [...] somos los mismos ustedes ».

17 Voir « Un mundo donde quepamos todos » p. 15-18 et « Aquí cabemos todos », Crónicas intergalácticas EZLN. Primer encuentro Intercontinental por la Humanidad y contre el Neoliberalismo. Chiapas, México, 1996, p. 19-20 ; Montañas del Sureste mexicano, Planeta Tierra, 1996.

18 « Discours de clôture de la rencontre intercontinentale pour l’humanité et contre le néolibéralisme », 3 août 1996.

19 Los relatos de El Viejo Antonio, Centro de Información y Análisis de Chiapas (CIACH), San Cristóbal de Las Casas, compilación de I. Rodriguez, Prólogo de Armando Bartra, 1998 ; Cuentos para una soledad desvelada. Textos Sub Marcos,Frente Zapatista de Liberacion Nacional, Mexico, D.F., 1997.

20 Chiapas. La palabra de los armados de verdad y fuego. Entrevistas, cartas y comunicados del EZLN, Barcelone, Ediciones del Serbal, coll. “Avatares”, n° 11, 1995, p. 9.

21 « Por supuesto que alguna disgreción sobre las postdatas debe ir en una postdata [...] resulta que uno siente que algo se queda entre los dedos, que algunas palabras andan todavía por ahí buscando acomodo entre frases... », Ibidem, p. 19.

22 Voir in http://www.ezin.org/archive/ezin991008.html, “Carta 3”, lettre publique adressée à Carlos Monsivais qui porte un épigraphe de l’écrivain argentin Ernesto Sábato ou le texte adressé à un étudiant assassiné par la police de Tijuana qui est précédé par un poème du poète espagnol Miguel Hernández.

23 Ibidem.

24 « Las políticas y las bolsas... », cit.

25 Voir à propos de la théâtralisation : Alma Guillermoprieto, op. cit.

26 Le sous-commandant Marcos, dans un entretien avec la presse, remarque que les journalistes « han señalado que el objetivo del pasamontañas no es tanto de la conspiración, que no debe tanto a la necesidad de ocultar los nombres y rostros, como a poner en evidencia, de modo simbólico, que los que se alzan son los sin rostro, los que nunca han tenido nombre ni importancia para nadie en este país » in Dauno T. Totoro, et Emiliano Thibaut, Zapatistas, Librería Liberarte, Santiago du Chili / Buenos Aires, 1996, p. 143.

27 Voir la photo de E. Thibaut dans Dauno T. Totoro, et Emiliano Thibaut, op. cit.., p. 163.

28 El tiempo est édité par l’avocat Amado Avendaño grâce à des collaborations bénévoles et distribué de la main à la main par les militants de la branche politique de l’EZLN à San Cristóbal de Las Casas.

29 Voir à ce propos par exemple : Thierry Zeno, Chronique d’un village tzotzil, 1992 ; Cercle de minuit : spécial Mexique, FR2, 1995 ; Tessa Brissac et Carmen Castillo, La véridique légende du sous-commandant Marcos, 1995 ; Cercle de minuit : spécial Chiapas, FR2, 1996 ; Nicolas Wadimoff, Cyber-guérilla, 1996 ; Emmanuel Broto, Les raisons d’une rébellion, 1996 ; Patty Villiers, et Sophie Bouchet-Petersen,/a basta ! Chiapas, été 1996, 1996 ; etc.

30 Par exemple :
(http://www.geocities.com/CapitolHill/3849/zap.html), Australie (Melbourne) Against Neoliberalism and for Humanity ;
(http://www.physics.mcgill.ca:8081/www/oscarh/RSM/) Canada au Québec, RSM, Le Réseau de Solidarité avec le Mexique ;
(http://www.igc.apc.org/ncdm/) États-Unis, National Commission for Democracy in Mexico ;
(http://ccwf.cc.utexas.edu/Yifki311/softbomb/soft.html) Softbomb. Zapatista Mail/Web Art ;
(http///www.anet.fr.Yaris/zapata.html) France, Viva Zapata ;
(http://www.geocities.com/CapitolHill/1011) Irlande, (http//vivaldi.nexus.it/commerce/tmcrew/chiapas/chiapas.htm) Italie, Zapatista !
(http://clinamen.ff.tku.ac.jp./EZLNANDEX.html) Japon ;
(http///www.dds.nl/Ynoticias/prensa/zapata) Pays Bas, Zapata. Mexico Solidarity Committéé of Amsterdam. Holland, etc.

31 Dans le sens de l’utilisation des techniques de l’information, notamment de l’information de masse pour induire en erreur, cacher ou travestir.

32 Voir à ce propos la consultation et le vote organisés sur Internet en août 1995 sur l’avenir politique du EZLN.

33 « EZLN Ano 15 de la lucha y sexto de la guerra contra el olvido y la mentira » (http://www.ezln.org/).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Berchenko, « Le discours zapatiste sur Internet. Champ d’action, enjeux et formes », Cahiers d’études romanes, 4 | 2000, 155-166.

Référence électronique

Pablo Berchenko, « Le discours zapatiste sur Internet. Champ d’action, enjeux et formes », Cahiers d’études romanes [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/3241 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.3241

Haut de page

Auteur

Pablo Berchenko

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals