Navigation – Plan du site
1. Moyen Âge - Renaissance

Le don en retour. Quelques contes espagnols médiévaux autour du thème de l’échange

Bernard Darbord
p. 45-61

Résumés

Les collections de contes exemplaires ont souvent adopté un ordre alphabétique, facilitant ainsi l’élaboration des sermons et homélies. Parmi les motifs les plus familiers, celui du don mal payé en retour apparaît dans les rubriques traitant de l’ingratitude, mais aussi dans les textes consacrés à l’usure et à l’aumône. L’homme qui donne généreusement au pauvre, sans être rétribué par celui-ci, prête à Dieu qui remboursera au centuple. Les relations d’argent, les notions de prêt, d’intérêt, de fisc et d’usure acquièrent ainsi dans ces contes une portée spirituelle et eschatologique.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

exempla, alegoría, don, ingratitud, limosna, usura

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

Moyen-âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stith Thompson, Motif-index of folk-literature : a classification of narrative elements in folkta (...)
  • 2 Antti Aarne et Stith Thompson (1961), The Types of the Folktale. A Classification and Bibliograph (...)

1Il est courant de classer les contes à partir des motifs qui les composent. Le Motif-index, de Stith Thompson1 est alors un précieux catalogue. Selon une autre méthode, on définit également l’archétype d’un récit avant de décrire le paradigme des histoires qui lui sont apparentées. C’est la voie suivie par Aarne et Thompson et leur notion de type2. Il est aussi permis de retenir un concept, une vertu, une pratique et d’en comparer les différentes expressions. Les collections alphabétiques d’exempla médiévaux européens nous ont habitués à cette démarche. Sans doute voulait-on offrir aux prédicateurs des manuels pratiques leur permettant d’illustrer leurs homélies par des historiettes édifiantes.

  • 3 Colette Ribaucourt, L’alphabetum narrationum : un recueil d’exempla compilé au début du XIVe sièc (...)
  • 4 Marie Anne Polo de Beaulieu (éd), Jean Gobi le Jeune, La Scala Coeli, 1991, p. 121.

2Entre 1297 et 1308, Arnold de Liège écrivit son Alphabetum narrationum, composé de 555 rubriques ou concepts assortis de multiples renvois permettant à un même récit d’illustrer des situations variées (« Ceci vaut également pour… »)3. Ces mots-clés sont classés par ordre alphabétique. Peu de temps après, le dominicain Jean Gobi composa sa Scala Coeli à Saint-Maximin en Provence entre 1322 et 1330 : l’incunable d‘Ulm (1480) regroupe 972 exempla distribués autour de 122 rubriques abécédaires, de Abstinentia à Usura4.

  • 5 Gérard Blangez (éd), Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux, Paris, Les Belles Lettres, I et II, (...)
  • 6 Ci nous dit, XLIX. La réflexion sur ce remarquable recueil vient d’être renouvelée par des colloq (...)

3D’autres importants recueils d’exempla ont préféré un ordre thématique : c’est le cas du Ci nous dit5. Gérard Blangez, son éditeur, y a repéré des parties structurantes, depuis les vérités à croire, jusqu’aux fins dernières6.

  • 7 Clemente Sánchez de Vercial, Libro de los exemplos por A.B.C., edizione critica, studio introdutt (...)
  • 8 José María Mohedano Hernández (ed.), El espéculo de los legos. Texto inédito del siglo XV, Madrid (...)

4Deux importants recueils espagnols sont ainsi disposés par ordre alphabétique : le Libro de los enxemplos por ABC7, de Clemente Sánchez de Vercial, et l’Espéculo de los legos, recueil anonyme8. Tous deux furent composés au XVe siècle.

  • 9 Bernard Darbord, « El hortelano y la culebra. Reflexión en torno al tema de la ingratitud en los (...)

5Cette perspective conceptuelle, « onomasiologique » au fond, du concept à son illustration, est très commune à tous les chercheurs : j’ai procédé de la sorte quand il s’est agi de réfléchir sur le thème de l’ingratitude, confrontant une fable du Libro de buen amor (« Le jardinier et le serpent ») à d’autres manifestations du refus de rétribuer9, de donner en retour.

  • 10 Le Libro de los gatos comprend 66 narrations, traduites des Fabulae d’Eudes de Cheriton. Bernard (...)

6Ces notions matérielles d’échange, de troc, de prêt ou d’usure sont souvent fortement spiritualisées par le narrateur qui sait discerner une morale allégorique voire eschatologique dans ces pratiques. L’auteur espagnol du Libro de los gatos s’est donné pour tâche de développer la moralisation (morale, tropologique, eschatologique) des récits qu’il venait de traduire10.

  • 11 Pedro Alfonso, Disciplina clericalis, Introducción y notas de María Jesús Lacarra. Traducción de (...)

7Avant d’étudier quelques unes de ces formes, essayons de souligner quelques traits dénotant peut-être, dans tous ces contes, une origine anthropologique commune. Il me semble qu’apparaissent souvent les personnages du donneur et du receveur sous la forme de deux jumeaux, de deux personnages au moins semblables, appelés à échanger ou à troquer. C’est le cas, par exemple, du marchand de Bagdad et de celui d’Égypte, dans le conte n° 2 de la Disciplina Clericalis (De amico integro)11. Rien ne les distingue physiquement, et c’est ce qui permettra leurs activités, toujours concentrées vers l’autre, toujours réciproques.

  • 12 Boccace, Le Décaméron, traduction de J. Bourciez, Paris, Garnier, 1974, X, 8.
  • 13 Claude Bremond, « Postérité orientale d’un exemplum de Pierre Alphonse », Juan Paredes, Paloma Gr (...)

8Cette gémellité sera parfois poussée à l’extrême, puisque, dans la nouvelle de Boccace12, imitée du conte de Pierre Alphonse, le changement d’époux (Titus le Romain prend la place de Gisippe le Grec) se fait à l’insu de Sophronie, l’épousée13.

9Ce même changement d’époux se retrouve dans le conte d’Ami et d’Amile, où Ami peut partir combattre en duel à la place de son ami, pendant qu’Amile partage la couche de l’épouse, non sans placer une épée entre leurs deux corps, les empêchant ainsi de trop se rapprocher.

  • 14 Alberto Blecua (ed.), Libros de caballería. Oliveros de Castilla y Artús d’Algarbe. Roberto el Di (...)
  • 15 Colette Ribaucourt, « Ami et Amile (AT 303 et 516) », Jacques Berlioz, Claude Bremond, Catherine (...)

10Le conte d’Ami et d’Amile eut une belle destinée en Espagne, sous la forme d’un roman de chevalerie, l’Histoire d’Olivier de Castille et d’Artus d’Algarve14. Le contenu, très développé, est bien fondé sur les formes les plus anciennes de la légende, telles qu’elles apparaissent dans le court récit prototypique de Raoul Le Tourtier qu’a étudié Colette Ribaucourt15.

  • 16 Antti Aarne, Stith Thompson, The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography, Helsin (...)

11Enfin nous rappellerons un autre conte, celui des deux compagnons (AT 613)16, l’un véridique et l’autre menteur. Ils cheminent ensemble, rencontrant des animaux, ou d’autres créatures. Une question leur est posée. L’un répond par la vérité. L’autre par le mensonge. Le premier est puni, aveuglé, laissé pour mort. Le second est remercié, enrichi, adulé. Ce premier échange est plus tard corrigé par la découverte d’un secret que le véridique est en mesure d’exploiter. Le menteur en est, plus tard, la victime, puisque les animaux le confondent avec le véridique.

  • 17 Bernard Darbord, Libro de los gatos, cit. Voir notre analyse du conte n° 28 in Berlioz, Bremond, (...)
  • 18 Léopold Hervieux, Les Fabulistes latins depuis le siècle d’Auguste jusqu’à la fin du Moyen Age, T (...)

12Une très belle forme de ce conte est contenue dans le Libro de los gatos (anonyme, Espagne, XIVe siècle)17. Sa structure pose un problème : la première partie, très conventionnelle, est traduite des Fabulae d’Eudes de Cheriton (XIIIe siècle)18. Une deuxième partie lui est suturée : elle présente une intéressante compagnie d’animaux, dont un renard et un ours. Le véridique découvre un secret : la fille du roi, muette, parlera si l’on arrache la nourriture de la bouche du renard. Ce qui est fait, contre le gré, bien sûr, de l’intéressé. Le véridique est alors récompensé, car la fille du roi a recouvré la parole. Le renard découvre alors le menteur, le tient pour le responsable de sa mésaven-ture et la lui fait durement payer : gémellité, actions symétriques, récompenses adaptées, punition de la faute, tout nous situe ici dans la problématique du don et du contre-don.

La dialectique de la gratitude et de l’ingratitude

  • 19 Juan Ruiz, Libro de buen amor, Gibbon-Monipenny (ed), Madrid, Castalia, 1989. La fable du Serpent (...)

13Nous commençons notre périple par le Libro de buen amor (Espagne, XIVe siècle), dont le narrateur prétend se nommer Juan Ruiz, Archiprêtre de Hita19. Œuvre miscellanée, foisonnante, faites de nombreux épisodes, inspirée par le thème de la conquête féminine. Dans l’un d’eux, l’archiprêtre, éternel soupirant, s’éprend de doña Garoça, religieuse pieuse et pleine de vertus. L’archiprêtre est assisté de Trotte-couvents (Trotaconventos), entremetteuse experte et compétente. Au cours d’une discussion, les deux femmes débattent, en recourant toutes deux à des fables illustrant leurs arguments.

14Dans un premier temps, la nonne repousse les offres de la vieille maquerelle, lui reprochant sa mauvaise nature. Si elle écoute ce discours, la religieuse sera comme le pauvre jardinier, victime du serpent qu’il avait naguère secouru. Dans la fable, une fois nourri et revigoré, le serpent a retrouvé sa vraie nature, celle d’un être ingrat. Si elle écoute les conseils de la vieille, la nonne n’échappera pas à la damnation.

  • 20 Nous avons développé ce thème dans Bernard Darbord, « El hortelano y la culebra… », cit.

15La maquerelle a de la ressource. Elle oppose à la fable du jardinier celle du lévrier et de son maître. Cette nouvelle fable présente l’intérêt d’inverser les pôles de l’échange. Dans la fable 1, l’animal est l’ingrat, le mauvais. Celui qui ne respecte pas les termes de l’échange. Dans la fable 2, l’homme est le trompeur. Le lévrier, sa vie durant, a toujours bien secondé son maître à la chasse, retenant sans faiblir ses proies dans ses crocs. Aujourd’hui, vieux et édenté, il est incapable d’aider son maître. Celui-ci l’abandonne alors sans remords. C’est ce que semble faire ici Garoça : elle méprise sa vieille, bonne à rien20.

  • 21 Appliqué à une personne, vetus est péjoratif en latin, à la différence de senex. Le mot dit la dé (...)

16La fable est d’autant plus applicable à la situation que les maquerelles étaient, dans la tradition latine, des vetulae21, vieilles par nature, et donc exposées à l’ingratitude de leurs donneurs d’ordre.

  • 22 Sur la nature des animaux, du chien en particulier, lire cependant les nuances de Jourdan dans so (...)

17Le serpent et le lévrier. Ces deux animaux sont par ailleurs à rapprocher. Ils ont chacun pour propriété essentielle de suivre strictement leur vraie nature. Le serpent est naturellement un être retors. Un reptile. Il trompe et trahit. Le chien est un être droit22. Dans l’échange, on doit toujours lui faire confiance et ne jamais, à son encontre, prendre une décision prématurée.

  • 23 Sendebar, edición de María Jesús Lacarra, Madrid, Cátedra, 1989, pp. 115-117. Consulter : Victor (...)

18La juxtaposition de ces deux fables dans le Libro de buen amor ne devait pas être fortuite. Sans doute l’auteur avait-il en tête un conte d’origine arabe, présente dans toutes les versions du Syntipas ou Roman des sept sages, celui du bon lévrier : canis 1223. Le conte procède du Panchatantra (V, 2). On le retrouve donc dans le Calila et Dimna (chapitre VIII). Il correspond au motif B 331.1 de Stith Thompson et au conte type AT 178A. Chauvin en propose le résumé suivant :

  • 24 Victor Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes publiés dans l’Europe ch (...)

Un officier, à qui sa femme a confié la garde de son enfant, est appelé par le roi ; il charge son chien de veiller. Le chien tue un serpent qui veut mordre l’enfant et, au retour de son maître, accourt à sa rencontre, la gueule ensanglantée. Trompé par l’apparence, l’officier le tue ; il regrette sa précipitation quand, à la vue de l’enfant sain et sauf à côté du serpent tué, il comprend le dévouement du chien.24

19L’autre fable sur l’ingratitude du Libro de buen amor est celle du loup et de la cigogne, une grue dans le texte espagnol, strophes 252-256. La fable s’appelle « Enxienplo del lobo e de la cabra e de la grulla ». La chèvre à un rôle passif : elle a constitué le repas du loup (El lobo a la cabra comíala por merienda…). Tout au long de la fable, les termes économiques du troc sont soigneusement soulignés : le loup est blessé par un os de la chèvre. Les médecins sont impuissants. Il promet des trésors. La grue accourt, soulage le loup, veut se faire payer. Le loup lui répond que sa solde (soldada) sera de n’avoir pas été dévorée.

Le pacte d’échange rompu

20L’un des thèmes les plus fréquents, bien ancré dans la tradition chrétienne, est celui de l’homme exposé au danger qui, dans l’angoisse, promet de donner tout ou partie de sa fortune, ou bien de se consacrer à faire le bien. Le calme revenu, l’homme oublie sa promesse. Il ne répond pas au bienfait par un don en retour.

  • 25 Frederich C. Tubach, Index exemplorum. A handbook of medieval religious tales, Helsinki, FF Commu (...)

21Le thème est largement exploité dans le Libro de los gatos, sous la forme de trois contes successifs, de même contenu moral : l’homme ne répond pas au don par un don en retour. Il ne tient pas sa promesse, dès lors qu’il a recouvré le calme et la sérénité. Il s’agit de l’exemple de la souris tombée dans un seau empli de vin (LVIa, Tubach 342625). Le chat l’en délivre, lui faisant promettre d’accourir vers ui à sa demande. Plus tard, de son trou, la souris refuse de sortir à l’appel du chat, prétextant que lors de sa promesse, elle était ivre : « Ermano, beodo era quando lo dixe ».

22L’exemple de la puce et de l’abbé est similaire (LVIb, Tubach 2081) : Un abbé a le cou dévoré par une puce. Il parvient à l’attraper et se prépare à l’écraser. La puce demande à l’abbé la grâce de dire une dernière prière, dans sa main ouverte. L’abbé, attendri, accepte. Aussitôt, d’un saut, la puce échappe au châtiment.

23L’exemple de l’homme dont la maison brûlait (LVII, Tubach 2046) : une grange remplie de blé brûle. Son propriétaire implore le seigneur, promettant de distribuer le blé épargné aux pauvres. Dieu éteint alors l’incendie, mais le propriétaire, ingrat, garde alors son bien, sans le distribuer.

  • 26 Félix Lecoy, Recherches sur le « Libro de buen amor », Paris, Droz, 1938 ; Ian Michael, « The Fun (...)

24Dans le Libro de buen amor, l’argument est décrit en trois strophes (250, 251, 255), sans qu’il soit possible de parler d’exemplum. Le développement est trop général. Il n’a pas été tenu pour un récit dans les différentes études sur les fables et exempla du recueil26. Il encadre la fable du loup et de la grue. Le passage est contenu dans une longue imprécation du narrateur contre la figure de l’amour, tenu pour l’inspirateur de tous les péchés, et notamment l’avarice, qui nous retient de pratiquer la charité, de donner.

25On peut rappeler ces strophes qui décrivent le thème de l’ingratitude :

Quando tú eras pobre, que tenías grand dolençia,
Estonçes sospiravas e fazías penitençia ;
Pidías a Dios que te diese salud e mantenençia ;
E que partirías con pobres e non farías fallençia.
« Oyó Dios tus querellas e dio te buen consejo,
Salud e grand riqueza, e thesoro sobejo ;
Quando vees el pobre cae se te el çejo ;
Fazes commo el lobo doliente en el vallejo.
[Vient alors la fable du loup et de la grue]
« Bien ansí tú lo fazes, agora que estás lleno
De pan e de dineros que forçaste de lo ageno ;
Non quieres dar al pobre un poco de çenteno.
Mas ansí te secarás como rroçío e feno…

26Cette série nous enseigne que les protagonistes, en eux-mêmes, ne sont pas mauvais. Ils illustrent la nature un peu faible de l’homme, exposé à la tentation et menacé par les tourments de l’enfer, en cas de non respect de ses engagements.

27Il n’est plus question d’un troc entre les hommes, mais d’un devoir de chrétien. Pourtant, les mots pour le dire sont les mêmes : troc, échange, usure, bénéfice, rendement.

L’aumône et le troc

28Dans le Libro de los ejemplos por ABC (Clemente Sánchez de Vercial, Espagne, début du XVe siècle), important recueil d’exempla, classés par ordre alphabétique, le mot-clé ELEMOSYNA renvoie à vingt exempla. L’aumône est un devoir du chrétien envers les pauvres. Sa pratique engage en fait le Seigneur, qui est le bénéficiaire indirect du bienfait. Aider les pauvres est une façon de gagner les faveurs du Seigneur. « Qui donne aux pauvres prête à Dieu » dit le proverbe. Saint Grégoire en fait, le jour de sa mort, l’expérience :

  • 27 Krappe rapproche ce conte (« la libéralité de saint Grégoire ») de la Légende Dorée (I, 333) et d (...)

136 Elemosinam facientes merentur christum suscipere in se ipsum. Après que le saint eut aidé les pauvres durant sa vie, le Christ lui dit : « Los otros días me resçebiste en mis miembros, que son los pobres e ayer me rescebiste en mí mesmo ».27

  • 28 FISCUS désigne en latin un « panier pour recevoir l’argent ». Fiscella a donné faisselle. Petit à (...)

29Bien souvent, le marché est conçu en termes d’économie, d’échange, de troc : mieux vaut donner à Dieu qu’au fisc ! Si tu ne pratiques pas l’aumône, tu devras quand même te séparer de ton argent car il faudra le donner au fisc28 dont tu ne recevras pas les mêmes bienfaits en retour : 143 Elemosinam qui non dat christo, nescesse habet dare fisco. Un distique en langue espagnole accompagne chaque exemplum du recueil du Livre des Exemples par ABC. Celui-ci est explicite : Quien non da elemosna por Jesuchristo / pierde sus bienes e dalo al fisco. Le fisc désigne ici « los derechos e bienes del rey ».

  • 29 On a ainsi le cas du riche qui fait un bon usage de sa richesse. Le Ci nous dit explique (conte n (...)

30L’idée chrétienne de la vanité des biens possédés était si bien ancrée que l’exemplum tenait à en faire, à tout moment, l’illustration. Dans l’exemplum n° 145, un riche majordome, au moment de l’évaluation de ses biens, prétend ne posséder que six cents deniers d’or. On le tient pour un menteur, car les signes extérieurs de ses biens dévoilent de bien plus grandes richesses. Du reste, le narrateur est explicite : l’homme ne faisait que s’enrichir du fait de son activité de majordome et ne cessait de prendre et de voler. N’importe, l’aumône est la garantie du pécheur. Comme dans les Miracles de Notre Dame, on peut pécher contre la chair, voler ou commettre d’autres crimes. Nonobstant, pratiquer la charité ou être un dévot de la Vierge permet de gagner le salut. Ces six cents deniers étaient la somme donnée durant sa vie par le majordome en aumône aux pauvres. Ils constituaient donc sa seule et unique richesse. Au contraire, le reste de ses biens appartenaient au roi qui pouvait les reprendre à tout moment29.

  • 30 Clemente Sánchez de Vercial, op. cit., p. 29.

31Selon Baldissera30, éditeur du recueil, la source directe de ce récit est Servasanto da Faenza (prédicateur franciscain du XIIIe siècle), Antidotarium animae, Summa de Paenitentia. On peut maintenant reproduire le texte et en relever les éléments essentiels :

145 Elemosinas dare non est perdere sed servare (El que elimosnas quiere dar / non es perder mas es ganar e guardar).
Un mayordomo de un rey de lo que furtava e tomava era muy rico. E esto fue dicho al rey e mandóle que le dixesse verdat de todas las cosas que tenía, en cuánto valían todas suscosas et que fielmente gelo declarasse. El afirmó e dixo que tenía, e valía lo suyo seisçientos dineros de oro, e los que estavan presentes dezían que era mentira, ca tenía muchas heredades e muchos palaçios. El respondió : « Estas cosas que dezides non son mías mas de mi señor el rey, que las puede tomar cuando él quisiere para sí. Mas yo dixe que tenía seisçientos dineros porque los di a Jesucristo por mano de los pobres, e los puse en lugar seguro onde non he temor de ladrones nin de robo nin de otra cosa ». E desque el rey oyó esto, judgóle por muy fiel e dio lugar que dende adelante fuesse más rico. Pues es assí : dar limosnas non es perder mas ganar, e non es menguar las cosas mas acrecentarlas.

  • 31 Marie-France Delport, Deux verbes espagnols. Haber et Tener. Étude lexico-sémantique. Perspective (...)

32On est frappé par l’abondance des champs sémantiques de la richesse, du bien. A commencer par l’emploi du verbe tener. Au Moyen Âge, tener n’avait pas l’extension d’aujourd’hui. Inversement, bien sûr, il était sémantiquement plus riche. Le verbe signifiait “détenir”, posséder de façon circonstancielle. Aver était un verbe thétique, un avoir essentiel, inaliénable, non lié aux circonstances. Tener était un verbe statique, il disait une détention aliénable, propre à être retirée, ou prolongée d’instants en instants, au gré des circonstances31. Il est normal que tener soit appliqué aux biens qu’administre le majordome. Il ne les possède pas en propre : il les détient. On notera ensuite combien les richesses spirituelles sont préférées aux richesses d’ici-bas, par le jeu des antonymes : perder / ganar, menguar (MINUERE) / acrescentar.

33Cette conception économique de l’aumône entraîne une association inopinée entre deux mots-clés de cet abécédaire : l’aumône est une forme d’usure. L’usure, comme l’aumône, implique un échange, un don suivi d’un don en retour, un créancier et un débiteur. Dans l’usure, le créancier est un riche, parfois un avare, en tout cas un homme qui s’enrichit. Le débiteur est un pauvre. En pratiquant l’aumône, le chrétien s’enrichit autant qu’un usurier. Dieu devient son débiteur. L’exemplum est également issu de l’Antodotarium animae de Servasanto da Faenza :

  • 32 Voir Speculum Laicorum, n° 249 in Alexandre H. Krappe, op. cit., p. 25.

141 Elemosinam facere non est perdere sed ad usuram dare. Quien de dar elimosna ha cura, / non pierde mas da a usura.32
Sant Germán, obispo muy noble en sanctidat e de gran fama en muchos miraglos, una vegada demandóle un pobre limosna. E él preguntó a su despensero cuánto tenía para expensa e respondiole que non más de tres dineros de oro e mandó que los diesse al pobre, e díxole el despensero : « Padre, e nos, ¿ dónde havremos para comer ? ».
Respondióle : « Dios tiene donde dé de comer a sus pobres ». Estonçe el despensero dio los dos dineros al pobre e guardó el uno para expensa. E yendo su camino vinieron en post d’ellos unos cavalleros e diéronles doscientos dineros de oro e el sancto obispo dixo al despensero : « Toma essos dineros que te dan e sabe que çiento me tiraste por uno que tomaste al pobre ». E según esto dar limosna non es perderlo mas darlo a grandes usuras a Dios, e sembrar en muy buena tierra que da de una medida çiento. Que assí como Dios es verdat que lo prometió, assí non puede fallecer nin mentir.

34Le dépensier du saint évêque, économe et calculateur, s’était gardé un denier. Il a donc empêché l’évêque de bien recueillir tout le fruit de sa largesse.

  • 33 El espéculo de los legos. Texto inédito del siglo XV, edición de José María Mohedano Hernández, M (...)

35On trouve un récit analogue dans l’Espéculo de los legos (« Miroir des Laïcs »)33, exemple n° 240, dans lequel le diacre accompagnant saint Germain retient deux des trois deniers que le saint réservait à des pauvres. Plus tard, un noble chevalier, à l’article de la mort, offre au saint cent pièces d’or. Saint Germain explique alors au diacre que s’il avait donné au pauvre les trois deniers, au lieu d’un seul, ils auraient reçu trois cents pièces d’or des mains de ce noble chevalier.

  • 34 Ci nous dit, cit.

36Le chapitre 486 du Ci nous dit34 est analogue : l’écuyer, autrefois, a retenu un denier que saint Brice voulait donner à un pauvre. C’est pour cette raison que, plus tard, il perd l’une des trois guerles (« bourses ») de deniers :

  • 35 Op. cit., II, 62.

Ci nous dit comment li bons sains Martins avoit tout donné aus povres et s’agenouilla uns escuiers devant lui disant : « Sire, je sui o une grande dame qui vous envoie par moi III guerles de deniers. Mez li uns m’est cheus en la mer, et vez ci les II. » Lors se retourna devers saint Brice et li dist : « Se tu eusses donné un denier a un povre que je t’avoie dit, lequeil oultre mon gré tu as retenu, soies certain que li III guerlles fussent venu. » C’est a entendre que, qui au povres donne habondanment, Nostre Sire rent habondanment.35

37Le rapport de un à cent entre l’aumône et son fruit est mainte fois répété, tout au long du Libro de los enxemplos por ABC.

38On voit que la pratique de l’aumône est souvent moins décrite dans sa portée morale, que dans le bénéfice qu’on peut en tirer. Dès lors, ce bénéfice peut être exprimé en exploitant le champ sémantique de l’économie, du troc, voire de l’usure. Dieu, débiteur de l’aumônier, du miséricordieux qui a donné son argent aux pauvres. Comme le montrent nos exemples, Dieu rend, donne en retour, dès la vie d’ici bas, mais il donne incomparablement plus dans l’au-delà :

  • 36 Op. cit., chapitre 478, II, 56.

En ceste maniere rent Nostre Sires temporelment et espirituelment ce qu’on donne pour l’amour de lui a ses povres, que li bien temporel en mouteplient et si en aquiert on vie pardurable.36

De don Juan Manuel à Jorge Luis Borges : l’infamie de l’ingratitude

  • 37 Don Juan Manuel, El conde Lucanor, edición de Guillermo Serés, estudio preliminar de Germán Ordun (...)
  • 38 Daniel Devoto, Introducción al estudio de don Juan Manuel y en particular de El conde Lucanor, Pa (...)
  • 39 Claude Bremond cite la légende arabe du magicien Schahabedin, qui « demande au sultan de plonger (...)
  • 40 Jorge Luis Borges, « El brujo postergado », Historia universal de la infamia, Madrid, Alianza Edi (...)

39L’histoire du magicien don Yllán de Tolède et du Doyen de Saint Jacques de Compostelle est le conte le plus connu du Comte Lucanor, de don Juan Manuel37. Il correspond au motif H 1565 1 de Stith Thompson (preuve de gratitude : le mage fait que son disciple se croie supérieur à lui) et au motif D 20031 5 (le disciple se croit évêque, cardinal puis pape). Daniel Devoto38 sépare avec soin les deux éléments : ingratitude et illusion magique, sans oublier le temps magique (contenu en un instant) : D 2001 et D 201239. Il cite opportunément le conte de Jorge Luis Borges40, dans la longue descendance du conte de Juan Manuel.

40Le type AT 555 décrit le miséreux dont les ambitions sont satisfaites, une à une, par un être surnaturel. L’autre, excédé par l’orgueil ou l’ingratitude de celui qu’il a comblé, le fait revenir brusquement à son état initial.

  • 41 Don Juan Manuel, op. cit., p. 52.
  • 42 Marie Anne Polo de Beaulieu (éd.), op. cit., p. 193.

41Guillermo Serés41 propose comme sources le Speculum morale de Vincent de Beauvais (III, VII, 2, De Avaritia), les Anecdotes historiques d’Étienne de Bourbon (n° 412). L’illusion magique qui fait croire au Doyen qu’il a atteint de grandes dignités se trouve aussi dans la Scala Coeli (n° 72)42, la Summa praedicantium de Bromyard et le Promptuarium exemplorum de Hérolt.

42Le conte est ainsi résumé par Chauvin :

  • 43 Prestige dans le sens vieilli et littéraire d’“illusion” (latin PRAESTIGIUM). Le savoir de don Yl (...)
  • 44 Victor Chauvin, op. cit., II, p. 151.

Le magicien Illan, craignant que le doyen de St Jacques, qui veut devenir son élève, ne soit ingrat, lui fait croire par ses prestiges43 qu’il devient archevêque, évêque souverain de Tolosa, cardinal, pape. Chaque fois, [l’autre] trouve un prétexte pour ne pas récompenser son maître. Illán le ramène alors à la réalité, à laquelle il n’a été soustrait qu’un instant et ne le garde même pas à souper.44

  • 45 Libro de los gatos, cit., chapitres LVI, LVII.

43Le conte est à rapprocher des autres exempla traitant de l’ingratitude (Libro de los gatos45). Dans l’introduction, le Comte Lucanor se plaint auprès de son précepteur, Sempronio, d’un courtisan toujours en quête de faveur et qui, un fois satisfait, ne songe jamais au don en retour.

44En 1935, Borges n’a guère ajouté au conte de Juan Manuel. Dans son introduction à la Historia universal de la infamia, il insiste sur sa seule activité de lecteur et de traducteur : « lire est une activité postérieure à celle d’écrire : plus résignée, plus civile, plus intellectuelle L’auteur argentin a en tout cas proposé un titre, « el brujo postergado », qui met bien en évidence le thème de l’ingratitude.

***

  • 46 Jean Frappier, “Le motif du don contraignant dans la littérature du Moyen Âge”, Amour courtois et (...)

45Le thème de l’ingratitude est présent dans les contes médiévaux. Tout bienfait implique un don en retour, et le comble de la générosité consistait à ne rien demander en échange d’un bienfait : il s’agit là du don gratuit, du don en blanc, bien étudié par Jean Frappier46. Souvent, le don en retour est présenté de façon contrastive, sous la forme de deux personnages d’apparence semblable qui répondent de façon différente à leur devoir. Parfois, la fable a prévu deux animaux, l’un reconnaissant, l’autre ingrat par nature, pour illustrer la pratique du don.

46L’aumône est souvent envisagée en termes de don et de contre-don, et même en terme plus économique de troc et d’échange. Le pauvre est l’image du Christ. Donner au pauvre, c’est prêter au Christ, en attendant de lui, un don en retour, au centuple.

47Le conte de don Yllán reprend la question par l’autre bout, exploitant le conte-type AT555, et par le biais du conte merveilleux.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Alfonso Pedro, Disciplina clericalis, Introducción y notas de María Jesús Lacarra. Traducción de Esperanza Ducay. Zaragoza : Guara Editorial, 1980.

Boccace, Le Décaméron, traduction de J. Bourciez, Paris, Garnier, 1974.

Borges Jorge Luis, « El brujo postergado », Historia universal de la infamia, Madrid, Alianza Editorial, 119-123, 1997 (première édition, Buenos Aires, Tor, 1935).

Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux publié par Gérard Blangez, Paris, Les Belles Lettres, I, 1979 et II, 1986.

Don Juan Manuel, El conde Lucanor, edición de Guillermo Serés, estudio preliminar de Germán Orduna, Barcelona, Crítica, 1994.

El espéculo de los legos. Texto inédito del siglo XV (1951), edición de José María Mohedano Hernández, Madrid, CSIC, Instituto Miguel de Cervantes, 1951.

Hervieux Léopold, Les Fabulistes latins depuis le siècle d’Auguste jusqu’à la fin du Moyen Âge. Tome IV : Eudes de Cheriton et ses dérivés, Paris, Firmin-Didot, 1896.

Libro de los gatos, édition de Bernard Darbord (Annexes des Cahiers de Linguistique hispanique médiévale, vol. 3), Paris, Klincksieck, 1984. L’édition comporte le texte des Fabulae traduites d’Eudes de Cheriton.

Libros de caballería. Oliveros de Castilla y Artús d’Algarbe. Roberto el Diablo, edición prólogo y notas del profesor Alberto Blecua, Barcelona, Juventud, 1969.

Polo de Beaulieu Marie Anne, La Scala Coeli de Jean Gobi, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

Ruiz Juan, Libro de buen amor, ed. G.B. Gibbon-Monypenny, Madrid, Castalia, 1989.

Sánchez Clemente, Libro de los exemplos por A.B.C., edizione critica, studio introduttivo e note a cura di Andrea Baldissera, Pise, Edizioni ETS, 2005.

Sendebar, edición de María Jesús Lacarra, Madrid, Cátedra, 1989.

Études

Aarne Antti et Thompson Stith, The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography, Helsinki, FF Communications, n° 184, 1961. Nouvelle version refondue et adaptée : Hans-Jörg Uther, The Types of International Folktales, Helsinki, FFC 284-286, 2004.

Berlioz Jacques, Bremond Claude, et Velay-Vallantin Catherine, Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock/Moyen Âge, 1989.

Bremond Claude, « Postérité orientale d’un exemplum de Pierre Alphonse », Tipología de las formas narrativas breves románicas medievales, Juan Paredes, Paloma Gracia (éds), Universidad de Granada, 1998, pp. 311-381.

Chauvin Victor, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes publiés dans l’Europe chrétienne de 1810 à 1885, tome VIII, Syntipas, Liège, Leipzig, 1904.

CORDE, banque de données de la Real Academia Española (www.rae.es).

Darbord Bernard, « El hortelano y la culebra. Reflexión en torno al tema de la ingratitud en los exempla », Incontro di cultura. La narrativa breve nella Romània meievale. Atti del Seminario internazionale di Verona, 29-30 maggio 2005, Medioevo Romanzo, Roma, Salerno editrice, XXX, II, 2006, 297-309.

De Lope Monique, Traditions populaires et textualité dans le Libro de buen amor, Montpellier, Études Sociocritiques, Publications du CERS, 1980.

Delport Marie-France, Deux verbes espagnols. Haber et Tener. Étude lexico-sémantique, Perspective historique et comparative, Paris, Éditions Hispaniques, 2004.

Devoto Daniel, Introducción al estudio de don Juan Manuel y en particular de El conde Lucanor, Paris, Ediciones Hispanoamericanas, 1972.

Frappier Jean, « Le motif du don contraignant dans la littérature du Moyen Âge », Amour courtois et Table Ronde, Genève, Droz, 1973, pp. 225-264.

Gybbon-Monypenny G.B., (dir.) “Libro de Buen Amor” Studies, London, Tamesis, 1970.

Jourdan Julie, « L’image exemplaire dans le Ci nous dit de Chantilly », Le Tonnerre des exemples…, 2010, pp. 303-316.

Krappe Alexandre H., « Les sources du Libro de exemplos », Bulletin Hispanique, XXXIX, 1937, pp. 5-54.

Lacarra María Jesús, « El Libro de buen amor, ejemplario de fábulas a lo profano », Tipología de las formas narrativas breves románicas medievales, Juan Paredes, Paloma Gracia (éds.), Universidad de Granada, 1998, pp. 237-252.

Lecoy Félix, Recherches sur le « Libro de buen amor », Paris, Droz, 1938.

Michael Ian, « The Function of the Popular Tale in the Libro de Buen Amor », in G.B. Gybbon-Monypenny (dir.), « Libro de Buen Amor » Studies, London, Tamesis, 1970, pp. 177-218.

Polo de Beaulieu Marie Anne, Colomb Pascal, Berlioz Jacques, (dir.), Le Tonnerre des exemples. Exempla et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

Polo de Beaulieu Marie Anne (2011), « Exempla - Banque de données des récits exemplaires du Moyen Âge », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 14-15 | 1995 , [En ligne], mis en ligne le 27 février 2009. URL : http://ccrh.revues.org/index2669.html. Consulté le 29 décembre 2011.

Schmitt Jean-Claude (éd.), Prêcher d’exemples. Récits de prédicateurs du Moyen Âge, Paris, Stock/Moyen Âge, 1985.

Ribaucourt Colette, « Ami et Amile (AT 303 et 516) », Formes médiévales du conte merveilleux, sous la direction de Jacques Berlioz, Claude Bremond, et Catherine Velay-Vallantin, Paris, Stock/Moyen Âge, 1989, pp. 201-209.

TheMA, Thesaurus Exemplorum Medii Aevi, dirigé par Marie Anne Polo de Beaulieu, Pascal Colomb et Jacques Berlioz, (GAHOM-EHESS), gahom.ehess.fr/thema/.

Thompson Stith, Motif-index of folk-literature: a classification of narrative elements in folktales, ballads, myths, fables, medieval romances, exempla, fabliaux, jest-books, and local legends. Revised and enlarged edition, Bloomington, Indiana University Press, 1955-1958. Version en ligne: http://www.ruthenia.ru/folklore/thompson/index.htm

Tubach Frederich C., Index exemplorum. A handbook of medieval religious tales, Helsinki, FF Communications, n° 204, 1969.

Haut de page

Notes

1 Stith Thompson, Motif-index of folk-literature : a classification of narrative elements in folktales, ballads, myths, fables, medieval romances, exempla, fabliaux, jest-books, and local legends. Revised and enlarged edition, Bloomington, Indiana University Press, 1955-1958. Version en ligne : http://www.ruthenia.ru/folklore/thompson/index.htm

2 Antti Aarne et Stith Thompson (1961), The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography, Helsinki, FF Communications, n° 184. Nouvelle version refondue et adaptée : Hans-Jörg Uther (2004), The Types of International Folktales, Helsinki, FFC, n° 284-286.

3 Colette Ribaucourt, L’alphabetum narrationum : un recueil d’exempla compilé au début du XIVe siècle, Thèse 3e cycle : Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1985, p. 107. Pour la consultation de l’Alphabetum, se reporter à Marie Anne Polo de Beaulieu, « Exempla - Banque de données des récits exemplaires du Moyen Âge », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 14-15 | 1995, [En ligne], mis en ligne le 27 février 2009. URL : http://ccrh.revues.org/index2669.html.

4 Marie Anne Polo de Beaulieu (éd), Jean Gobi le Jeune, La Scala Coeli, 1991, p. 121.

5 Gérard Blangez (éd), Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux, Paris, Les Belles Lettres, I et II, 1979, 1986.

6 Ci nous dit, XLIX. La réflexion sur ce remarquable recueil vient d’être renouvelée par des colloques successifs organisés par le GAHOM (Paris) et recueillis dans Polo de Beaulieu, Collomb, Berlioz (dir.), Le Tonnerre des exemples. Exempla et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 423 pages. La structure thématique du Ci nous dit, les rapports du texte et de l’image sont soigneusement étudiés. Est également étudiée de façon nouvelle la tradition de la transmission des exempla (« médiation culturelle »), au long du Moyen Âge. La banque de données TheMA permet de confronter les exempla médiévaux, à partir des mots-clés et des résumés tiré d’un vaste corpus aujourd’hui composé de 45 collections.

7 Clemente Sánchez de Vercial, Libro de los exemplos por A.B.C., edizione critica, studio introduttivo e note a cura di Andrea Baldissera, Pise, Edizioni ETS, 2005.

8 José María Mohedano Hernández (ed.), El espéculo de los legos. Texto inédito del siglo XV, Madrid, CSIC, Instituto Miguel de Cervantes, 1951.

9 Bernard Darbord, « El hortelano y la culebra. Reflexión en torno al tema de la ingratitud en los exempla », Incontro di cultura. La narrativa breve nella Romània meievale. Atti del Seminario internazionale di Verona, 29-30 maggio 2005, Medioevo Romanzo, Roma, Salerno editrice, 2006, XXX, II, 297-309.

10 Le Libro de los gatos comprend 66 narrations, traduites des Fabulae d’Eudes de Cheriton. Bernard Darbord (éd), Libro de los gatos, Annexes des Cahiers de Linguistique hispanique médiévale, vol. 3, Paris, Klincksieck, 1984. L’édition comporte le texte des Fabulae traduites d’Eudes de Cheriton.

11 Pedro Alfonso, Disciplina clericalis, Introducción y notas de María Jesús Lacarra. Traducción de Esperanza Ducay, Zaragoza, Guara Editorial, 1980.

12 Boccace, Le Décaméron, traduction de J. Bourciez, Paris, Garnier, 1974, X, 8.

13 Claude Bremond, « Postérité orientale d’un exemplum de Pierre Alphonse », Juan Paredes, Paloma Gracia (ed.), Tipología de las formas narrativas breves románicas medievales, Universidad de Granada, 1998, pp. 311-381.

14 Alberto Blecua (ed.), Libros de caballería. Oliveros de Castilla y Artús d’Algarbe. Roberto el Diablo, Barcelona, Juventud, 1969.

15 Colette Ribaucourt, « Ami et Amile (AT 303 et 516) », Jacques Berlioz, Claude Bremond, Catherine Velay-Vallantin (éd.), Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock/Moyen Age, 1989, 201-209.

16 Antti Aarne, Stith Thompson, The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography, Helsinki, FF Communications, n° 184, 1961. Nouvelle version refondue et adaptée : Hans-Jörg Uther, The Types of International Folktales, Helsinki, FFC 284-286, 2004.

17 Bernard Darbord, Libro de los gatos, cit. Voir notre analyse du conte n° 28 in Berlioz, Bremond, Velay-Vallantin (dir.), op. cit., pp. 65-73. Un parallèle peut être fait avec le conte n° 25 du Comte Lucanor (« De lo que contesció al árbol de la mentira »).

18 Léopold Hervieux, Les Fabulistes latins depuis le siècle d’Auguste jusqu’à la fin du Moyen Age, Tome IV : Eudes de Cheriton et ses dérivés, Paris, Firmin-Didot, 1896.

19 Juan Ruiz, Libro de buen amor, Gibbon-Monipenny (ed), Madrid, Castalia, 1989. La fable du Serpent et du Jardinier occupe les strophes 1348-1355. Celle du Lévrier et de son Maître occupe les strophes 1357-1367.

20 Nous avons développé ce thème dans Bernard Darbord, « El hortelano y la culebra… », cit.

21 Appliqué à une personne, vetus est péjoratif en latin, à la différence de senex. Le mot dit la décrépitude. Vetulus (assorti du suffixe diminutif) atténue le trait (« un peu vieux »), et permet surtout de marquer le morphème du féminin (vetula).

22 Sur la nature des animaux, du chien en particulier, lire cependant les nuances de Jourdan dans son article consacré en partie à l’exemplarité des animaux dans le Ci nous dit. Julie Jourdan, « L’image exemplaire dans le Ci nous dit de Chantilly », Marie Anne Polo de Beaulieu, Pascal Collomb, Jacques Berlioz (dir.), Le Tonnerre…, cit., pp. 303-316.

23 Sendebar, edición de María Jesús Lacarra, Madrid, Cátedra, 1989, pp. 115-117. Consulter : Victor Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes publiés dans l’Europe chrétienne de 1810 à 1885, tome VIII Syntipas, Liège, Leipzig. 66-67, 1904.

24 Victor Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes publiés dans l’Europe chrétienne de 1810 à 1885, tome VIII Syntipas, Liège, Leipzig, 1904, p. 69.

25 Frederich C. Tubach, Index exemplorum. A handbook of medieval religious tales, Helsinki, FF Communications, n° 204, 1969.

26 Félix Lecoy, Recherches sur le « Libro de buen amor », Paris, Droz, 1938 ; Ian Michael, « The Function of the Popular Tale in the Libro de Buen Amor », in G.B., Gybbon-Monypenny, « Libro de Buen Amor » Studies, London, Tamesis, 1970, pp. 177-218 ; María Jesús Lacarra, « El Libro de buen amor, ejemplario de fábulas a lo profano », Tipología de las formas narrativas breves románicas medievales, Juan Paredes, Paloma Gracia (ed.), Universidad de Granada, 1998, pp. 237-252 ; Monique de Lope, Traditions populaires et textualité dans le Libro de buen amor, Montpellier, Études Sociocritiques, Publications du CERS, 1980.

27 Krappe rapproche ce conte (« la libéralité de saint Grégoire ») de la Légende Dorée (I, 333) et du Speculum Laicorum (n° 244), notamment. Cf, Alexandre H. Krappe, « Les sources du Libro de exemplos », Bulletin Hispanique,1937, XXXIX, pp. 5-54.

28 FISCUS désigne en latin un « panier pour recevoir l’argent ». Fiscella a donné faisselle. Petit à petit, le mot a désigné le trésor de l’État. D’où le verbe confisquer. La forme fisque est attestée, selon Alain Rey, depuis 1278. La banque de données CORDE rapporte un document de 1326 (privilège signé par le roi Alphonse XI confirmant une charte de Sancho I : « otrosi que librava e escusava todos los vasallos e solariegos e omes deste sobredicho monasterio e todos aquellos que morasen enas suas casas e en los suos logares, e en las sus heredades de todo pecho e de todo pedido e de fonsado e de fonsadera e de martiniega e de serviçios e de aiudas e de iantar e de asemilas e de lavor de castiello e de castellage e de puentes en o logar do ovieren algo, e de toda otra cosa que pertenesçiese a vos o a pecho e a fisco de rey en qual manera quier que fuese ». On voit que le terme s’est toujours appliqué au trésor public.
Le panier est souvent ressenti comme le réceptacle des biens temporels. Le conte 254 du Ci nous dit (1979 : I, 220) évoque le panier du mercier : « Ci nous dit comment ciz qui sont menistree des biens temporiex semblent le panier du mercier qui est couvert d’unne pouvre piau de veel, et si guarde la riche mercerie. »

29 On a ainsi le cas du riche qui fait un bon usage de sa richesse. Le Ci nous dit explique (conte n° 281, 1979 : 239) que riche ou pauvre, on peut être récompensé ou damné : « Ci nous dit comment Nostre Sire Jesucrist dit qu’en toudra aus pauvres et donrra aus riches en cest monde. C’est à entendre que la richeice des mauvaiz ne durra que jusques a la mort, ne la povreté des bons aussi. Et li mauvais povre seront encor plus povre en enfer, et li bon riche seront encor plus riche en paradiz ».

30 Clemente Sánchez de Vercial, op. cit., p. 29.

31 Marie-France Delport, Deux verbes espagnols. Haber et Tener. Étude lexico-sémantique. Perspective historique et comparative, Paris, Éditions Hispaniques, 2004.

32 Voir Speculum Laicorum, n° 249 in Alexandre H. Krappe, op. cit., p. 25.

33 El espéculo de los legos. Texto inédito del siglo XV, edición de José María Mohedano Hernández, Madrid, CSIC, Instituto Miguel de Cervantes, 1951.

34 Ci nous dit, cit.

35 Op. cit., II, 62.

36 Op. cit., chapitre 478, II, 56.

37 Don Juan Manuel, El conde Lucanor, edición de Guillermo Serés, estudio preliminar de Germán Orduna, Barcelona, Crítica, 1994.

38 Daniel Devoto, Introducción al estudio de don Juan Manuel y en particular de El conde Lucanor, Paris, Ediciones Hispanoamericanas, 1972, pp. 382-393. Une traduction et un commentaire du conte par Claude Bremond, dans Prêcher d’exemples. Récits de prédicateurs du Moyen Âge, présenté par Jean-Claude Schmitt, Paris, Stock/Moyen Âge, 1985, pp. 162-169.

39 Claude Bremond cite la légende arabe du magicien Schahabedin, qui « demande au sultan de plonger la tête dans l’eau et lui fait vivre sept années d’épreuves en une fraction de seconde ». De la même façon, la progression du Doyen dans la hiérarchie religieuse se fait dans l’espace de temps nécessaire à la préparation d’un plat de perdrix.

40 Jorge Luis Borges, « El brujo postergado », Historia universal de la infamia, Madrid, Alianza Editorial, 1997, pp. 119-123 (première édition, Buenos Aires, Tor, 1935).

41 Don Juan Manuel, op. cit., p. 52.

42 Marie Anne Polo de Beaulieu (éd.), op. cit., p. 193.

43 Prestige dans le sens vieilli et littéraire d’“illusion” (latin PRAESTIGIUM). Le savoir de don Yllán est caché, souterrain, infernal. Pour se livrer à ses travaux, le mage fait descendre son élève au plus profond, en dessous des eaux du Tage.

44 Victor Chauvin, op. cit., II, p. 151.

45 Libro de los gatos, cit., chapitres LVI, LVII.

46 Jean Frappier, “Le motif du don contraignant dans la littérature du Moyen Âge”, Amour courtois et Table Ronde, Genève, Droz, 1973, pp. 225-264.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Darbord, « Le don en retour. Quelques contes espagnols médiévaux autour du thème de l’échange », Cahiers d’études romanes, 26 | 2013, 45-61.

Référence électronique

Bernard Darbord, « Le don en retour. Quelques contes espagnols médiévaux autour du thème de l’échange », Cahiers d’études romanes [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/3885 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3885

Haut de page

Auteur

Bernard Darbord

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Études romanes, EA 369

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals