Navigation – Plan du site

AccueilNuméros261. Moyen Âge - RenaissanceL’Espagnol dans la comédie du Cin...

1. Moyen Âge - Renaissance

L’Espagnol dans la comédie du Cinquecento. Alessandro Piccolomini, L’amor costante, 1536

Théa Picquet
p. 50-75

Résumés

Alessandro Piccolomini (1508-1578) est la figure de proue du théâtre siennois du XVIe siècle. Membre de l’Accademia degli Intronati, homme de théâtre, il compose en 1536 L’amor costante en l’honneur de la venue à Sienne de Charles Quint. La comédie est jouée par les Intronati en présence de l’Empereur. Notre propos montrera que les références à l’Espagne constituent la clé de voûte de la pièce. En effet, l’action, commencée en Castille, se fonde sur les revers de Fortune d’un noble castillan, contraint de fuir sa patrie à la suite de bouleversements politiques. Ici, contrairement aux autres comédies de l’époque, la représentation de l’Espagnol est plutôt élogieuse, l’apologie de Charles Quint incontestable et les invectives anticléricales, habituellement présentes dans le théâtre du Cinquecento, constituent des requêtes directes à l’empereur.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Bec, Machiavel, Œuvres, Paris, Laffont Collection « Bouquins », 1996, pp. 1187-1188.

1Dans la nouvelle, L’archidiable Belphégor, publiée en 1545, Machiavel raconte qu’ayant pris la condition humaine, le démon se fait appeler Rodrigue de Castille et, pour qu’on ne puisse pas découvrir sa véritable condition, il dit qu’il était parti d’Espagne dans sa petite enfance, pour s’installer en Italie, « en un lieu plus humain et plus conforme à la civilité et à ses goût »1. C’est dire combien les Espagnols étaient appréciés dans la patrie de Dante.

2Cependant, la comédie qui fait l’objet de notre étude aujourd’hui, L’Amor costante d’Alessandro Piccolomini brosse des concitoyens de Cervantès un tout autre portrait. Aussi, notre propos se donne pour objectif en premier lieu de présenter l’auteur et son œuvre, puis de rappeler le contexte historique, enfin de souligner l’originalité de cette comédie qui met en scène d’admirables figures de la péninsule ibérique et fait l’éloge de l’empereur Charles Quint.

3L’auteur, Alessandro Piccolomini (Sienne 1508-1578), fit partie de l’Académie des Intronati de Sienne sous le nom de « Stordito » (Etourdi). Il fut l’écrivain et le dramaturge le plus prestigieux de l’aristocratique société siennoise. Philosophe aristotélicien à Padoue, puis évêque, il donna une interprétation morale de la Poétique d’Aristote dans ses Annotazioni nel libro della ‘Poetica’, 1575. En 1539, avec La Raffaella, dialogo della bella creanza delle donne, il traita au féminin le thème du Carpe diem.

4Dans ses comédies, L’amor costante (1536), Alessandro (1544), publiée en 1545, le prologue, la révision et plusieurs scènes du drame collectif Ortensio, 1560, il développa l’étude des caractères, le goût du romanesque et du pathétique qui caractérisaient le théâtre comique des Intronati.

  • 2 Édition de référence : Alessandro Piccolomini, L’amor costante, dans Commedie del Cinquecento, a cu (...)

5La comédie qui fait l’objet de notre étude, L’Amor costante2, en cinq actes, a été composée en 1536 à l’occasion de l’arrivée à Sienne de Charles Quint et publiée à Venise en 1541 auprès de Segno del Poggio.

6L’intrigue contient de nombreuses références à l’actualité et fait allusion à d’importants événements qui se sont passés en Castille, comme le rappelle à un gentilhomme espagnol le Prologue personnifié, dans le dialogue introductif.

  • 3 La comédie ne précise pas le contexte historique, mais nous savons que 1520 marque le début de la r (...)

7L’équivoque se fonde en effet sur une série d’événements précédents qui concernent le sort d’un noble espagnol, Pedr’Antonio de Castille, contraint de quitter sa patrie à la suite d’un revers politique3. Cependant, avant d’être banni, il avait envoyé son fils Ioandoro à la Curie romaine pour qu’il embrasse la prêtrise et, au moment de son départ, il se voit dans l’obligation de confier à son frère Consalvo sa charmante fille Ginevra.

8En l’absence de son père, la jeune fille s’éprend de Ferrante et accepte de l’épouser en cachette de son oncle, opposé à cette union. Les deux amoureux s’enfuient, naviguent en Méditerranée en direction de l’Italie, mais ils sont capturés par des pirates mauresques. Les jeunes mariés sont alors séparés. Ginevra est tout de suite rachetée par des habitants de l’île de Giglio, qui la donnent à un Guglielmo résidant à Pise, sous l’identité duquel se cache justement Pedr’Antonio de Castille. Le père ne reconnaissant pas sa fille, et réciproquement, la garde cependant auprès de lui et l’appelle Lucrezia. De son côté, Ferrante, devenu l’esclave des Maures, est libéré à la suite de la prise de Tunis par l’armée impériale en 1535. Après la victoire des Chrétiens, il est ramené à Florence par un certain NofrioValori et s’enrôle dans la garde. Au cours d’un voyage d’agrément à Pise, il retrouve justement Ginevra, devenue Lucrezia, qui ne l’identifie pas. Pour savoir si elle lui est toujours fidèle, Ferrante se fait engager en qualité de valet par Guglielmo, sous le nom de Lorenzino.

9Pendant ce temps, Ioandoro a quitté la Curie et, de retour d’un voyage à Marseille, il a rencontré sa sœur à Pise. Lui non plus ne la reconnaît pas et en tombe amoureux. Il décide alors de s’arrêter en ville sous la fausse identité de Messer Giannino avec la ferme intention de demander la jeune fille en mariage.

10Cela dit, en dépit des nombreuses péripéties, l’intrigue complexe se dénoue grâce à l’arrivée à Pise de Messer Consalvo. Mais, dans tous les cas, elle révèle combien les Espagnols sont à l’honneur.

11Pour ce qui est du contexte historique, la pièce s’insère dans une Italie hispanisée.

  • 4 Georges Bourgin, Histoire de l’Italie, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1964, pp. 48-52 ; Bartolomé B (...)

12C’est l’époque des guerres d’Italie. La péninsule italienne est un champ clos, où se mesurent Français et Espagnols4.

  • 5 Jules de Médicis, fils de Julien, neveu de Laurent le Magnifique, pape de 1523 à 1534.

13Les guerres rebondissent en 1519, lors de l’élection à l’Empire de Charles de Luxembourg, chef de la maison de Bourgogne, mais aussi petit-fils et héritier de Ferdinand le Catholique du royaume d’Espagne et du royaume des Deux-Siciles. En 1527, les impériaux reprennent Milan, descendent vers Rome et provoquent le célèbre et non moins désastreux Sac de Rome. Gênes se donne à Charles Quint et devient l’un des points forts de l’autorité impériale. C’est le début de l’hégémonie espagnole. En 1529, par le traité de Barcelone, l’empereur fait restituer à Clément VII5 les territoires qui lui ont été pris par Venise et Ferrare. Le joug espagnol s’appesantit sur l’Italie.

  • 6 Yves Renouard, Histoire de Florence, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1967, pp. 104-105.

14En Toscane, la République de Florence résiste pendant onze mois au siège des armées impériales et pontificales réunies, avant de capituler le 12 août 1530. Les ennemis des Médicis sont exilés et la restauration de la célèbre famille est décidée par un parlement réuni sur la place de la Seigneurie. Elle établit maintenant son pouvoir sur une base monarchique.6 Alexandre de Médicis devient duc de Florence par concession impériale. En 1536, il épouse d’ailleurs Marguerite, fille naturelle de Charles Quint, trois ans après que sa demi-sœur, Catherine, avait épousé Henri, duc d’Orléans, deuxième fils de François 1er. Il établit dans la cité du lys un régime tyrannique et paraît assuré de son pouvoir quand il est assassiné, en 1537, par son cousin Lorenzino, le « Lorenzaccio » de Musset. Toutefois, l’opposition républicaine ne bénéficie pas de la disparition du tyran, puisque le pouvoir revient à Côme 1er, fils du célèbre condottiere Jean des Bandes Noires, notamment grâce à l’appui de François Guichardin. Il est assuré du soutien de Charles Quint, qui lui reconnaît le titre de duc de Toscane en 1537 et lui donne en mariage, en 1539, Eléonore de Tolède, fille du Vice-roi de Naples. Quelques années plus tard, en 1569, le pape Pie V le nommera grand-duc de Toscane.

  • 7 Juan Carlos D’Amico, Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité, Caen, Presses Universi (...)
  • 8 Ibidem, p. 218.

15Inutile de préciser alors que les Espagnols jouissaient d’une mauvaise réputation en Italie et que l’antipathie était réciproque.7 Les Italiens les trouvaient pompeux, emphatiques, cérémonieux, vaniteux, adulateurs et fanfarons. Les envahisseurs faisaient ainsi l’objet de dérision et de sarcasme. Les pasquinades de l’Arétin, les écrits du Bernin ou de Giovanni della Casa, qui souligne leurs habitudes étrangères et barbares, en sont des exemples significatifs8. Les prélats espagnols ne sont pas épargnés ; leur présomption, leur suffisance, leur affectation étaient à l’origine du surnom dont on les affublait : « Don Cérémonie ». Ils étaient raillés jusqu’à la cour pontificale. Quant aux soldats, ils étaient haïs. Aux défauts de leurs compatriotes s’ajoutaient la cruauté et la férocité, à tel point que le soldat espagnol apparaissait comme le prototype du barbare. Les vers de Stefano Guizzalotti les montrent plus cruels que les Turcs :

  • 9 Ibidem, p. 223 ; Stefano Guizzalotti, Poesia contro Spagnoli a Prato, dans Archivio storico italian (...)

Non tanta crudeltà Turchi infedeliUsaron mai cotanto alli CristianiQuanto ch’a Prato gli Spagnoli crudeli.9

16Or, si à Prato en 1513, ils avaient provoqué un odieux massacre, le sac de Rome de 1527 n’avait fait qu’amplifier leur sinistre renommée.

  • 10 Juan Carlos D’Amico, op. cit., pp. 220-221.

17Inversement, les Italiens ne jouissaient pas d’une grande sympathie auprès des Ibériques, qui les considéraient peu courtois, capricieux et dépourvus de piété. Les coutumes italiennes empêcheraient l’homme d’être un bon chrétien. D’ailleurs, Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint, recommanda à son neveu de renoncer à l’entreprise italienne, insistant sur le danger qu’elle représentait. Elle le mettait en garde contre leur malice, leur jalousie, leurs talents d’empoisonneurs10.

18En somme, les relations entre les Italiens et les Espagnols n’étaient pas des meilleures. Cependant, dans la comédie étudiée, il en va tout autrement.

  • 11 Édition de référence, p. 306.

19Il convient de noter tout d’abord la grande proportion de personnages espagnols : sur treize sept sont originaires de la péninsule ibérique. C’est le cas de Pedr’Antonio de Castille, de son frère Consalvo, de ses deux enfants, Ioandoro et Ginevra, de l’époux secret de celle-ci, Ferrante, d’un étudiant, Messer Luigi, et enfin de l’Espagnol du prologue. Celui-ci souhaite d’ailleurs participer à la comédie et Prologue lui propose de jouer le rôle du capitaine espagnol, Francisco de Marrada ; ce qui le comble de joie : « O como soy contento y como me gozo », s’exclame-t-il11.

  • 12 Ibidem, pp. 300-307.
  • 13 Ibidem, p. 307.
  • 14 II, 1, p. 340.
  • 15 II 1, pp. 337-342. Nous remercions ici Michel Jonin qui a accepté d’expertiser la langue espagnole (...)
  • 16 Édition de référence, I 12, pp. 328-332.
  • 17 Ibidem, I 5, p. 319.

20Soulignons que la pièce s’ouvre avec ce gentilhomme espagnol et en langue espagnole, avec un dialogue entre lui et Prologue, chacun parlant dans sa langue12, même si le premier affirme qu’il ne comprend pas parfaitement la langue de Dante et qu’il répète dans la sienne les informations données pour s’assurer qu’elles ont bien assimilées. Pourtant, Prologue annonce que les personnages espagnols parleront toscan, compte tenu que la longue fréquentation des gens du lieu leur a fait apprendre cette langue13. Ainsi, Messer Consalvo connaît très bien le toscan, puisque dans sa jeunesse il était venu à Pise apprendre la langue et qu’il en a conservé l’usage comme s’il était né au centre de Sienne14. Et Ferrante, bien que Castillan, est né à Gênes où il a été élevé auprès de Messer Fabrizio degli Adorni, un puissant marchand, grand ami de son père. Mais plusieurs répliques échappent à cette règle. C’est le cas par exemple de la première scène du deuxième acte, qui est tout en espagnol, avec pour interlocuteurs le capitaine Francisco da Marrada, Messer Consalvo Molendini, le valet Rosades,15 ou encore lorsque le capitaine fait la cour à Agnoletta, en langue espagnole16. La pièce est en outre ponctuée d’expressions espagnoles, tel le proverbe cité par Pedr’Antonio : « Como havemos tiempo, no speramos tiempo »17.

21Cela dit, Alessandro Piccolomini met en relief les nombreuses qualités des Espagnols.

  • 18 Ibidem, II 1, p. 339.
  • 19 Ibidem, p. 342.

22Il insiste tout d’abord sur leur attachement à leur patrie. Ainsi, Messer Consalvo se réjouit que le Capitaine Francisco da Marrada fasse honneur à l’Espagne18 et ce dernier souhaite venir souvent rendre visite à son compatriote de passage pour entendre parler de son pays19.

23Leurs qualités personnelles sont mises en évidence, aussi bien chez les jeunes gens que chez les personnes d’âge mûr.

  • 20 Ibidem, I 2, p. 313.
  • 21 Ibidem, I 1, p. 311.
  • 22 Ibidem, I 6, p. 321.
  • 23 Ibidem, II 3, p. 347. 
  • 24 Ibidem, p. 348.
  • 25 Ibidem, II 3, p. 348.
  • 26 Ibidem, III 1, p. 365.
  • 27 Ibidem, II 5, p. 351.
  • 28 Ibidem, IV 10, p. 399.

24Les jeunes gens sont dotés de toutes les qualités. Parlant de Ioandoro/Giannino, Vergilio évoque sa noblesse, sa beauté, sa culture et ses nombreux autres mérites. Estimé à la cour, il a beaucoup à espérer de l’avenir20 et a tout pour se faire aimer, affirme-t-il21. Son valet Sguazza ajoute qu’il n’est pas seulement jeune, riche et beau, mais aussi généreux, vertueux, que c’est un gentilhomme, une « personne sainte » et le meilleur compagnon qui soit22. De Ferrante, noble castillan, nous savons peu de choses, si ce n’est qu’il parle très bien la langue italienne23 et qu’il est de bonne société24. De Ginevra/Lucrezia, son époux secret rapporte qu’elle est d’une grande beauté, d’une bonté « merveilleuse » et d’une dévotion exemplaire25. Ils sont fidèles aussi : Ginevra renvoie les superbes cadeaux de Giannino26, renonce à tout autre amour et Ferrante, pour sa part, résiste héroïquement aux avances d’Agnoletta27. L’étudiant espagnol fait preuve de clairvoyance en remarquant que le parasite Sguazza est incapable de tenir son rôle dans l’attaque visant à délivrer la jeune épouse28.

  • 29 Prologue, p. 305.
  • 30 II 3, p. 344.

25Mais les jeunes Espagnols sont aussi caractérisés par leur audace. Ainsi, Ioandoro/Giannino, amoureux de Ginevra/Lucrezia, n’hésite pas un seul instant à s’installer dans une maison voisine pour mieux faire la cour à sa bien-aimée29 alors que Ferrante di Selvaggio, en dépit de sa noblesse, se met au service de Guglielmo pour approcher Ginevra, dont il a toujours été amoureux, et prend le nom de Lorenzino30.

  • 31 II 3, p. 349.
  • 32 IV 2, p. 383.
  • 33 I 1, pp. 309-310.

26L’audace les libère de toute peur. Par exemple, pour vivre pleinement leur amour, Ferrante et Ginevra décident à nouveau de fuir ensemble et de braver les mers une fois encore31. Et Giannino monte un commando pour libérer sa bien-aimée32. Auparavant, ce même jeune homme, favorisé par la chance, n’avait pas craint de lui tourner le dos en restant à Pise. Il renonce à son poste au service du pape Clément VII, puis en n’est pas présent lors de l’élection de son successeur et laisse passer ainsi l’occasion d’occuper une fonction auprès du pape Paul III, Alexandre Farnèse33.

27Les Espagnols d’âge mûr ne sont pas en reste.

  • 34 I 5, pp. 319-320.
  • 35 I 6, pp. 321-322.
  • 36 I 13, pp. 332-333.
  • 37 IV 4, p. 388.
  • 38 I 5, p. 320.

28Messer Guglielmo, c’est-à-dire Pedr’Antonio de Castille, est l’image-même du bon père. Il fait rechercher son fils dont il a été séparé par les revers de fortune34, éprouve une grande affection pour Lucrezia sans savoir qu’elle est véritablement sa fille. Il respecte la parole donnée et jamais il ne lui donnera un mari contre sa volonté35. Il fait preuve de bravoure aussi bien devant les épreuves qui l’ont frappé36 que dans un conflit, où il n’hésite pas à se battre contre un groupe de solides jeunes gens, préférant mourir mille fois plutôt que se mettre à l’abri37. Serviable en plus, il accepte de soutenir les espoirs amoureux de Ligdonio auprès du médecin Maestro Guicciardo38.

29Son frère, Consalvo Molendini, raisonne avec une grande lucidité. Il a conscience de son âge et entend prendre des dispositions pour que les propriétés espagnoles de son neveu ne passent pas dans des mains étrangères.

  • 39 IV 12, pp. 401-403.

30Enfin, dans la rixe qui oppose les deux générations, le capitaine Francisco da Marrada se fait la voix de la sagesse et s’emploie à calmer les esprits39.

  • 40 I 8, pp. 323-324.
  • 41 V 2, p. 411.
  • 42 II 3, p. 349.
  • 43 III 7, p. 377.

31Il est vrai qu’à côté de ces multiples qualités, les portraits brossés par Alessandro Piccolomini ne sont pas exempts de critiques. La violence reste bien l’apanage des Espagnols, violence envers les autres ou violence contre eux-mêmes. Par exemple, Giannino, jaloux de Guglielmo qu’il soupçonne de vouloir garder Lucrezia pour son propre plaisir, désespéré de ne pas recevoir des nouvelles de la jeune femme, pense à passer le père au fil de l’épée ou à se suicider40. Plus tard, persuadé de la culpabilité de sa bien-aimée, il clame vengeance et projette de la tuer de ses propres mains41. Ferrante est prêt lui-aussi à supprimer Guglielmo s’il s’oppose à son amour pour la même jeune femme42. Celui-ci, mis au courant du sinistre projet par la servante Lucia, fait enfermer les deux amoureux à la cave avec l’intention de les assassiner. Pour ce faire, il fait d’abord appeler le confesseur, puis demande à son ami médecin de lui fournir le poison fatal43.

  • 44 V 8, p. 422.

32Plus grave encore apparaît le pillage infligé par les Espagnols à la campagne siennoise, que rappelle Agnoletta. Elle n’avait alors que quinze ans et ne dut la vie sauve qu’aux troupes françaises44. Il s’agit là d’un fait historique : en 1525, le Marquis Michele Antonio di Saluzzo, condottiere de François 1er, avait repoussé les troupes impériales et pontificales du territoire de Montalcino, fidèle à Sienne.

  • 45 Prologue, pp. 300-301, puis 306-307.
  • 46 Ibidem.
  • 47 I 11, p. 328.

33Cela dit, il reste quelques traits caricaturaux caractéristiques de la comédie du Cinquecento. Ainsi, l’Espagnol du prologue retarde la présentation de la pièce, se montre envahissant. Prologue le trouve fastidieux car il l’empêche de s’entretenir avec les charmantes dames du public et l’oblige à écourter son propos45. Discourtois, il monte sur scène et, avec ses questions importunes, il dérange le spectacle qui est sur le point de se tenir, manifeste son ignorance puisque qu’il ne reconnaît pas l’habit de son interlocuteur et lui demande alors s’il est chrétien. Enfin, il craint de ne pas comprendre la pièce si on ne récite pas l’Argument46. Le capitaine Francisco da Marrada est une véritable caricature : il se vante de ses nombreuses conquêtes féminines, qu’il glorifie d’un style ampoulé, donnant du « Madame » à la moindre servante, alors que ses cadeaux, offerts généreusement, sont de peu de valeur47.

  • 48 I 4, pp. 318-319; II 8, p. 355.
  • 49 I 4, pp. 318-319 
  • 50 I 3, p. 314.
  • 51 Ibidem.
  • 52 I 4, pp. 318-319.
  • 53 III 2, pp. 365-369 ; III 3, pp. 369-371.

34Mais c’est le personnage du Napolitain qui assume toute la charge satirique réservée habituellement à l’Espagnol. Ligdonio est proche de la cinquantaine, il a jeté son dévolu sur Margarita, jeune fille de seize ans ; ce qui en fait la risée de tout son entourage. Son valet Panzana raconte à qui veut l’entendre que son maître ment sur son âge, annonce vingt-neuf ans alors qu’il en a quarante-huit, s’arrache ses cheveux blancs un à un, se teint la barbe, passe la matinée à se laver, se raser, se coiffer, se parfumer, fait le galant toute la journée, compose des ballades et des sonnets, des lettres d’amour qu’il lui lit48. Instable, il passe d’une femme à l’autre et ne rechigne pas à mélanger ses parfums à la saleté de quelque domestique49. Il se vante de papillonner, conforté par sa connaissance de la langue latine : « Sapientis est mutare propositum », dit-il50. Il tombe amoureux quand il veut, ajoute-t-il : si la jeune fille est bienveillante, il poursuit dans ses intentions ; si elle fait triste figue, il la laisse pour une autre moins revêche, si bien qu’il bénéficie des plaisirs de l’amour, sans être importuné par les sanglots ou les soupirs51. Vaniteux, gourmand, menteur, vantard, voilà comment le juge son propre valet52. Mais ici il conviendrait de se demander s’il s’agit bien de la satire du vieillard amoureux ou de celle du Napolitain, hâbleur et beau parleur, dans la mesure où le personnage fait étalage de sa culture classique devant un domestique qui n’y comprend mais, qu’il commet de grossières erreurs de langue, de références, en confondant par exemple les mythes de Daphné, de Danaé et de Léda, qu’il oublie la fin de sa tirade53.

  • 54 III 3, p. 370.

35Bref, Panzana conseille aux dames d’ignorer ce genre d’individus et Margarita, la jeune fille désirée, traite le vieux prétendant de « fripouille », de « vieux coquin », de « vieille canaille »54.

36En somme, les personnages espagnols de la comédie sont plutôt épargnés. Cependant, l’empereur Charles Quint est particulièrement honoré tout au long de la comédie.

  • 55 Prologue, p. 300.
  • 56 Ibidem, p. 305-306.

37En premier lieu, l’Espagnol qui ouvre la comédie a pour objectif essentiel de capter l’attention de l’empereur, de faire la promotion du lieu, de la pièce et de son auteur. Ainsi, il s’émerveille de la beauté du décor comme des belles dames et demoiselles du public. Il fait en outre l’éloge des Italiens, de leur vaste connaissance et de leur profonde compréhension des choses du monde55. Il se réjouit aussi de la valeur de l’intrigue, qu’il juge « sage » et « plaisante », se renseigne sur le nom de l’auteur, suppose qu’il s’agit peut-être du « divin Arétin » ; ce qui place le nôtre au niveau du « fléau des princes » et permet d’annoncer l’Académie des Intronati et sa devise : savoir prendre les choses du bon côté, servir les dames avec affection et composer des comédies en leur honneur56. Il ajoute que sa renommée est arrivée jusqu’en Espagne, jusqu’aux oreilles de l’empereur :

  • 57 Ibidem.

Los Entronados hazen este ? Por Dios, que en todas las partes de Spana se ha esparzido la gran fama de esta accademia y tanto ha ido el nombre d’ella adelante que ha llegado a las oreias del emperador. O como me preciaria y gozaria io tan bien de ser puesto en esta academia ! Y, si me quereis tener obligado todo el tiempo de mi vida, poneme entra vosostros.57

  • 58 Ibidem, p. 306.

38Ainsi, son enthousiasme est tel qu’il souhaiterait faire partie de la docte Académie et en appelle une nouvelle fois à l’empereur : « Y pidole, por merced y por vida del emperador… »58.

  • 59 Ibidem, p. 301.
  • 60 IV 2, p. 401.
  • 61 II 8, p. 355.
  • 62 V 8, p. 421.
  • 63 IV 1, p. 382.
  • 64 III 8, p. 378.

39Le nom de l’empereur entre d’ailleurs dans de nombreuses expressions, en espagnol comme en italien. Ainsi, l’Espagnol du prologue demande « por vida del emperador » ce que représente le décor59. Plus loin, dans la bouche de l’étudiant espagnol on trouve : « Doh riniego del emperador »60. Dans une scène qui glorifie le boire et le manger, le parasite Sguazza affirme que l’usage des bons mets est supérieur au statut impérial61, et pour manifester son bonheur il s’exclame : « Io sarò felice, io sguazzarò, io sarò l’imperadore… »62. Et encore : « Che papa ? che imperadore ? »63. La servante Lucia, quant à elle, jure au nom de l’empereur : « Così fuss’io dell’imperadore ! »64.

40À côté de ces allusions directes à Charles Quint, les hommages à l’empereur font légion, hommages à sa personne, hommages à ses exploits guerriers.

  • 65 II 1, p. 338.
  • 66 II 3, p. 347.
  • 67 I 3, p. 317.
  • 68 I 13, p. 335.

41Ainsi, le capitaine Francisco da Marrada se réjouit que l’empereur reconnaisse le grand mérite et la vertu des bons soldats. C’est de notoriété publique ; les capitaines comme les hommes valeureux l’ont apprécié et l’apprécient encore65. Le soldat Corsetto est heureux que l’empereur protège la Chrétienté : « Oh Dio ! felici cristiani di questa età, sotto sì potente è santa protezione ! »66. Ligdonio rappelle un poème de sa composition, en l’honneur du monarque, intitulé Trionfo d’Italia nella venuta delll’imperatore67. Le médecin, Maestro Guicciardo évoque plus clairement la présence de l’empereur à Sienne, déclarant que celui-ci est attendu pour le 7 mai et qu’il ne veut pas manquer l’occasion de le voir. Avec Guglielmo, ils lui rendent hommage en précisant que la ville toscane le reçoit sans doute en grande pompe, vu qu’elle lui est très attachée et ce malgré les difficultés économiques. En effet, même si l’or et l’argent font défaut, l’amour et la fidélité à l’empereur ne font que croître. D’ailleurs il n’y a pas de plus grand trésor que la pure, véritable et libre fidélité à l’empereur, comme le témoignent de nombreuses villes espagnoles68.

  • 69 II 1, p. 339. Rappelons que le siège de Florence a duré d’octobre 1529 à août 1530. En Italie, les (...)
  • 70 IV 8, pp. 393-394.

42En outre, les exploits guerriers de l’armée impériale sont mis en exergue. Francisco da Marrada était justement porte-drapeau sous les ordres du prince d’Orange durant le siège de Florence en 153069. Il a participé à la reddition de la Cité du lys et à l’installation d’Alexandre de Médicis au pouvoir ; il se réjouit de la bonne fortune qui lui a permis ensuite de devenir capitaine d’une troupe basée à Pise. Roberto se dit « gentilhomme du prince de Salerne », c’est-à-dire de Ferrante Sanseverino (1507-1568), célèbre condottiere des armées impériales. Passionné de spectacles, il avait son propre théâtre à Naples. Et notre personnage de préciser qu’il se trouvait à Gênes, sous ses ordres, au moment où Paul III bénit l’armée impériale à Civitavecchia, avant son embarquement pour l’expédition de Tunis, où brilla justement le prince Sanseverino70.

  • 71 Prologue, pp. 303-304.
  • 72 II 1, p. 338.
  • 73 II 3, p. 347. Pour l’apologie de Charles Quint à l’occasion de son entrée à Florence le 29 avril 15 (...)

43La prise de Tunis en 1535 est évoquée à plusieurs reprises dans la comédie. Tout d’abord dans le prologue lorsque sont relatées les aventures de Ferrante71, puis lorsque Messer Consalvo dévoile au capitaine Francisco que ses parents et toute la Castille pleurent sa mort à la prise de la Goulette et que ce dernier fait part de ses regrets de ne pas avoir livré cette bataille. Il ajoute que chaque soldat aurait aimé se faire gloire à cette occasion et aurait dû prier le ciel pour pouvoir se battre sous les ordres de l’empereur72. Enfin, Ferrante raconte qu’il doit sa libération à l’armée de Charles Quint, comme vingt mille autres esclaves chrétiens. Il parle de la « divine et glorieuse victoire » de l’armée impériale et déclare que ce grand jour sera à jamais gravé dans sa mémoire. Corsetto aurait aimé faire partie de l’illustre entreprise. Suit un véritable panégyrique qui exalte la quiétude des troupes, le bonheur des soldats, la diligence des capitaines, un ordre digne des milices de l’Antiquité et surtout la courtoisie de la divine providence, la merveilleuse fortune de l’empereur. Il prédit ensuite une victoire identique à Constantinople73. Rappelons que Charles Quint arma une flotte de 62 galères et de 150 autres navires qui partirent de Barcelone le 29 mars 1535. Les troupes impériales, commandées par le Génois Andrea Doria, avec le soutien de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem, arrivèrent à proximité de Carthage et de Tunis. Le 4 juillet 1535, la bataille de la Goulette se solda par l’occupation de Tunis qui durera jusqu’en 1574. Tunis est prise le 21 juillet 1535, Moulay Hassan est rétabli et vingt mille esclaves chrétiens libérés. Cependant, l’armée impériale n’aura pas raison de la menace turque.

  • 74 I 1, pp. 310-311.
  • 75 I 13, p. 336.

44Par ailleurs, l’apologie de l’empereur s’accompagne d’attentes très précises. En effet, la polémique anticléricale dans la bouche de Vergilio, le valet de Ioandoro/Giannino, dénonce la vie des prêtres devenue tous les jours plus libre et plus heureuse. Là où les prêtres ont « le miel » des femmes, les autres hommes ont « les mouches » ; à eux les mots doux et les caresses, aux maris les reproches et « les cornes ». Il en appelle à un concile pour rétablir la situation et tous les espoirs se tournent vers Charles Quint, présent dans la salle74. Plus loin, Guicciardo dénonce la corruption de la Curie et s’étonne qu’elle n’encoure pas la vindicte divine ; Guglielmo regrette d’avoir envoyé son fils à Rome. De concert, ils placent leurs espoirs dans l’empereur pour une réforme de l’Eglise, en lui qui, compte tenu de ses brillants exploits passés et de ses grands mérites, est né pour conquérir la gloire et assurer la résurrection de la chrétienté dans le monde entier75. Toutefois, nous savons que ce n’est pas lui mais le pape Paul III Farnèse qui organisera la réforme catholique, la « Contre-réforme », préparera et réunira le Concile de Trente en 1545.

45En bref, la comédie est une véritable apologie de l’empereur Charles Quint.

  • 76 Notons que, pour ce qui est de l’allemand, l’étudiant Jannes, venu fréquenter le « Studio », l’Univ (...)

46En conclusion, L’Amor costante d’Alessandro Piccolomini apparaît comme une pièce hors norme, où les Espagnols sont exaltés au lieu d’être caricaturés et considérés les ennemis de la péninsule italienne. Une telle attitude s’explique par la personnalité de l’auteur, partisan des Médicis et non des Républicains. Toutefois, l’originalité de la comédie se traduit également par son plurilinguisme, dans la mesure où la langue espagnole est très présente, à côté du toscan, du napolitain, et d’un semblant d’allemand76.

  • 77 Storia fiorentina di Benedetto Varchi con aggiunte e correzioni tratte dagli autografi e corredata (...)
  • 78 A Messer Pietro Aretino, Descrizione dell’apparato fatto in Firenze nell’entrata dell’imperator Car (...)

47Cela dit, que ce soit dans la Storia fiorentina de Benedetto Varchi77 ou dans la correspondance entre Giorgio Vasari, chargé du décor, et l’Arétin78, où les auteurs relatent l’entrée triomphale de Charles Quint dans Florence le 29 avril 1536, le monarque est particulièrement glorifié. Tous les trois montrent comment le cérémonial établi, l’itinéraire choisi, la symbolique du décor éphémère, créé pour l’occasion, en un mot l’aménagement de l’espace et le langage employé, concourent à témoigner l’admiration que l’empereur soulève auprès du gouvernement de la Cité du lys, celui d’Alexandre de Médicis.

Haut de page

Notes

1 Christian Bec, Machiavel, Œuvres, Paris, Laffont Collection « Bouquins », 1996, pp. 1187-1188.

2 Édition de référence : Alessandro Piccolomini, L’amor costante, dans Commedie del Cinquecento, a cura di Nino Borsellino, Milano, Feltrinelli, 1962, volume I, pp. 291-426.

3 La comédie ne précise pas le contexte historique, mais nous savons que 1520 marque le début de la révolte des comunidades, c’est-à-dire de la bourgeoisie commerçante et artisanale des villes, les oligarchies urbaines, contre le pouvoir de l’Empire incarné par Charles 1er, autrement dit Charles Quint. C’est le point de départ de la révolte : les députés castillans refusent à Charles le servicio (la contribution), un impôt destiné à subvenir aux dépenses du monarque à l’étranger. Rappelons qu’en 1521 les Français envahissent la Navarre et que la Bataille de Villalar se solde par la défaite des comuneros face à Charles 1er, que 1524 voit la Création du conseil des Indes, que 1525 est la date de la Bataille de Pavie. En 1526, avec le Traité de Madrid, François 1er renonce à toute revendication sur Naples, le Milanais, Asti, Les Flandres et l'Artois. En 1527, le Sac de Rome s'inscrit dans le cadre des guerres d’Italie, avec la série de conflits qui opposent les Habsbourg aux Valois, à François 1er en l’occurrence. En 1529, la paix de Cambrai marque la fin de la deuxième guerre entre François 1er et Charles Quint. François er cède ses possessions italiennes. Enfin, en 1530 Charles Quint est couronné à Bologne et réalise le rêve carolingien d’un Empire qui gouvernerait la Chrétienté. C’est aussi la date de la confession d’Augsbourg.

4 Georges Bourgin, Histoire de l’Italie, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1964, pp. 48-52 ; Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, Le 16e siècle, Paris, Armand Colin, 2002, pp. 281-282.

5 Jules de Médicis, fils de Julien, neveu de Laurent le Magnifique, pape de 1523 à 1534.

6 Yves Renouard, Histoire de Florence, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1967, pp. 104-105.

7 Juan Carlos D’Amico, Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité, Caen, Presses Universitaires, 2004, pp. 217-223.

8 Ibidem, p. 218.

9 Ibidem, p. 223 ; Stefano Guizzalotti, Poesia contro Spagnoli a Prato, dans Archivio storico italiano, vol. 1, 1842, p. 263.

10 Juan Carlos D’Amico, op. cit., pp. 220-221.

11 Édition de référence, p. 306.

12 Ibidem, pp. 300-307.

13 Ibidem, p. 307.

14 II, 1, p. 340.

15 II 1, pp. 337-342. Nous remercions ici Michel Jonin qui a accepté d’expertiser la langue espagnole utilisée par les personnages de la pièce : il s’agit d’un espagnol ampoulé, cher au style chevaleresque et digne du Don Quichotte, corrompu par l’italien au niveau de la ponctuation, de la prononciation de la graphie et du vocabulaire.

16 Édition de référence, I 12, pp. 328-332.

17 Ibidem, I 5, p. 319.

18 Ibidem, II 1, p. 339.

19 Ibidem, p. 342.

20 Ibidem, I 2, p. 313.

21 Ibidem, I 1, p. 311.

22 Ibidem, I 6, p. 321.

23 Ibidem, II 3, p. 347. 

24 Ibidem, p. 348.

25 Ibidem, II 3, p. 348.

26 Ibidem, III 1, p. 365.

27 Ibidem, II 5, p. 351.

28 Ibidem, IV 10, p. 399.

29 Prologue, p. 305.

30 II 3, p. 344.

31 II 3, p. 349.

32 IV 2, p. 383.

33 I 1, pp. 309-310.

34 I 5, pp. 319-320.

35 I 6, pp. 321-322.

36 I 13, pp. 332-333.

37 IV 4, p. 388.

38 I 5, p. 320.

39 IV 12, pp. 401-403.

40 I 8, pp. 323-324.

41 V 2, p. 411.

42 II 3, p. 349.

43 III 7, p. 377.

44 V 8, p. 422.

45 Prologue, pp. 300-301, puis 306-307.

46 Ibidem.

47 I 11, p. 328.

48 I 4, pp. 318-319; II 8, p. 355.

49 I 4, pp. 318-319 

50 I 3, p. 314.

51 Ibidem.

52 I 4, pp. 318-319.

53 III 2, pp. 365-369 ; III 3, pp. 369-371.

54 III 3, p. 370.

55 Prologue, p. 300.

56 Ibidem, p. 305-306.

57 Ibidem.

58 Ibidem, p. 306.

59 Ibidem, p. 301.

60 IV 2, p. 401.

61 II 8, p. 355.

62 V 8, p. 421.

63 IV 1, p. 382.

64 III 8, p. 378.

65 II 1, p. 338.

66 II 3, p. 347.

67 I 3, p. 317.

68 I 13, p. 335.

69 II 1, p. 339. Rappelons que le siège de Florence a duré d’octobre 1529 à août 1530. En Italie, les Espagnols étaient sous les ordres de Philibert de Châlon, prince d’Orange, général impérial, qui mourut à Gavinana en combattant contre Francesco Ferrucci. Alexandre de Médicis fut d’abord seigneur (1531), puis duc de Florence (1532-1537).

70 IV 8, pp. 393-394.

71 Prologue, pp. 303-304.

72 II 1, p. 338.

73 II 3, p. 347. Pour l’apologie de Charles Quint à l’occasion de son entrée à Florence le 29 avril 1536, voir Théa Picquet, Langage politique, éthique et construction de l’espace public : Benedetto Varchi, ‘Storia fiorentina’, Livre XIV, texte de mon intervention au séminaire de la MMSH, 16 mars 2012, publié à Rome dans LIA, 2013, 20 p. sous presse.

74 I 1, pp. 310-311.

75 I 13, p. 336.

76 Notons que, pour ce qui est de l’allemand, l’étudiant Jannes, venu fréquenter le « Studio », l’Université de Pise, s’exprime plutôt en un charabia à consonance germanique ; par exemple (V 7, p. 425) « Far danze ; far far danz, messer Giannine ; ballar, ballar per miglior trinch », ou (V 8, p ; 425) « Più ballar, più ballar. Suona ! Trif, tru lu ru u u ! Allegr ! Allegr ! ».

77 Storia fiorentina di Benedetto Varchi con aggiunte e correzioni tratte dagli autografi e corredata di note ad opera e cura di Lelio Arbib, Roma, Edizione di Storia e Letteratura, 2003, vol. III, pp. 234-243.

78 A Messer Pietro Aretino, Descrizione dell’apparato fatto in Firenze nell’entrata dell’imperator Carlo V, dans Le opere di Giorgio Vasari con nuove annotazioni e commenti di Gaetano Milanesi, Firenze, G. C. Sansoni Editore, 1906, tome III, pp. 254-260. Voir aussi les lettres de l’Arétin à Vasari : Lettre 69 A Messer Giorgio d’Arezzo Pittore Apparato trionfale per la visita di Carlo V a Firenze, Di Vinezia, il dì 7 di giugno 1536, dans Tutte le opere di Pietro Aretino, Lettere, Il primo e il secondo libro, a cura di Francesco Flora con note storiche di Alessandro del Vita, Milano, Mondadori, 1960, pp. 84-87. Lettre 202 A Messer Giorgio Pittore Chiede copia di una lettera che gli scrisse sopra i trionfi che si fecero per la venuta di Carlo V a Firenze. Severità e giudizio sulle proprie cose. Di Vinezia, il 23 di settembre 1537, p. 252.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « L’Espagnol dans la comédie du Cinquecento. Alessandro Piccolomini, L’amor costante, 1536 », Cahiers d’études romanes, 26 | 2013, 50-75.

Référence électronique

Théa Picquet, « L’Espagnol dans la comédie du Cinquecento. Alessandro Piccolomini, L’amor costante, 1536 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/3914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.3914

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search