Navigation – Plan du site

Introduction

Perle Abbrugiati
p. 9-13

Texte intégral

1Cela fait de nombreuses années que l’Axe 2 du Centre Aixois d’Études Romanes (CAER), consacré aux « Pratiques d’écritures », dédie ses programmes à la réécriture sous toutes ses formes – variante, variation, leitmotiv, intertextualité, parodie, traduction-adaptation, transposition d’un genre à un autre, transfert d’un art à un autre. Il propose ici les volumes 6 et 7 d’une série d’ouvrages collectifs consacrée à cette question au sein des Cahiers d’études Romanes, notre Axe de recherche en étant à sa vingtième journée d’études sur le thème depuis 2006. Ainsi, le n° 20 (2009), intitulé Traces d’autrui et retours sur soi, abordait-il l’intertextualité avec deux volumes respectivement intitulés Cent fois sur le métier et Jeux, échanges et hommages ; le n° 24 (2011), numéro double intitulé L’autre même, proposait une réflexion sur les variations et les variantes avec un premier tome intitulé Varier en vers et un second, Varier en prose et en images ; le n° 25 (2012), Réécritures policières, était centré sur le roman noir et ses échanges intertextuels ou intersémiotiques avec d’autres arts. Quelques autres productions du CAER ont complété ces travaux à partir de champs monographiques objets d’Actes de colloques : le numéro spécial de 2007 de la revue Italies, Échos de Tabucchi, permettait d’aborder la riche intertextualité tabucchienne ; le n° 16 de la même revue, La plume et le crayon. Italo Calvino, l’écriture, le dessin, l’image, envisageait les liens intersémiotiques entre l’œuvre calvinienne et les arts figuratifs. Au préalable, en 2002, le colloque Les belles infidèles avait étudié les productions artistiques réécrivant la Jérusalem délivrée du Tasse (voir les Actes dans le n° 13 des Cahiers d’études romanes et le volume paru aux PUP en 2004, Les belles infidèles de la Jérusalem délivrée. La fortune du poème du Tasse XVIe-XXe siècles). Ainsi avons-nous étudié les phénomènes par lesquels des écrits passent dans d’autres écrits – qui leur sont fidèles, les métamorphosent avec sérieux ou les parodient –, par lesquels des récits se prêtent à la retranscription dans d’autres arts, par lesquels l’écriture absorbe à son tour des arts divers, sous forme d’ekphrasis ou en se conformant à des logiques extra-littéraires. De transmutations en anamorphoses, nous avons vérifié avec quelle fluidité au sein des cultures romanes les imaginaires créatifs passent les frontières génériques autant que linguistiques et marient les pratiques artistiques, avec quelle religiosité, quelle désinvolture ou quelle ironie les matériaux de création migrent d’un auteur à l’autre.

2Il nous a semblé indispensable de remonter à la source, et de ne pas nous contenter de vérifier les influences d’auteur à auteur, d’artiste à artiste, mais de prendre à témoin les récits fondateurs et leur écho toujours vivant, toujours différent, au sein de la littérature et des arts en général. C’est donc au mythe que nous avons décidé de consacrer les deux volumes qui suivent.

3Récit fondateur destiné par nature à être répété, dans sa version orale, le mythe connaît nécessairement dans sa transmission une démultiplication de sa version originelle qui se perd dans la nuit des temps. Quel mythe n’a pas plusieurs versions, qui enrichissent son spectre de significations ? Il est donc presque dans la nature des choses que ses versions écrites s’autorisent des écarts, des différences, des réinterprétations. La variété de ses possibles est presque structurelle, et c’est sans doute à la fois son aspect fondateur et son aspect malléable qui font qu’il inspire encore les écritures du présent. Chaque siècle y a projeté ses obsessions, et le jeu moderne ou post-moderne consistant à en prendre parfois le contre-pied n’est que la pointe extrême de ses réécritures. Contre-écrire un mythe pour contrevenir à la tradition qu’il semble transmettre, c’est encore reconnaître au mythe une valeur archétypale. L’éroder, c’est en quelque sorte le confirmer comme socle de notre pensée et de notre création. En quelque sorte, plus on réécrit un mythe, plus on l’écrit.

4Et par ailleurs, plus on écrit, plus on produit des mythes. Les grandes figures de la littérature deviennent à leur tour des archétypes ayant valeur mythique, que l’on peut imiter, invoquer, ou faire tomber de leur piédestal. Les mythes littéraires n’échappent pas à la règle voulant que quel que soit le traitement qu’on leur réserve, on les fait revivre et non mourir : c’est même à cela qu’on les reconnaît.

5Ainsi le mythe est-il un lieu inévitable de toute réflexion sur la réécriture. Il n’est pas étonnant que nous l’ayons déjà rencontré lors de nos précédents travaux : dès le premier volume de la série, Matteo Palumbo nous avait proposé une réflexion sur le mythe dans l’œuvre d’Alfieri, Magali Vogin avait engagé une réflexion sur la Médée de Pasolini, Sandra Gondouin avait donné un regard sur les Pénélopes de la poésie centre-américaine, etc. Nous reprenons donc ces fils de façon plus systématique, sachant que le sujet est proprement inépuisable, et que nous n’offrons ici qu’un échantillon représentatif de modernisations, parodies, retournements de sujets mythologiques et/ou mythiques. Le premier volume de ce numéro 27 sera consacré à des Figures mythologiques – figures individuelles, couples mythiques et entités collectives –, et le second à des Horizons mythiques : lieux et temps mythologiques, élaboration et hybridation de mythes judéo-chrétiens, modélisation et parodie de mythes littéraires, conceptualité du mythe comme élément de poétique.

6Dans notre parcours sur les Figures mythologiques, nous commencerons – à tout seigneur tout honneur – par la figure d’Ulysse et celle, indissociable, de Pénélope. Brigitte Urbani, spécialiste de la question, nous retrace d’abord une histoire de la figure d’Ulysse dans la culture italienne à travers les âges, où l’on découvre un personnage qui n’a pas toujours été le sympathique globe-trotter que nous imaginons aujourd’hui. Yannick Gouchan nous propose une pointe extrême de son image, à travers le dernier roman de Fois dans lequel il reconnaît les archétypes odysséens. Judith Obert nous offre une version plus novatrice d’un couple Ulysse/Pénélope où le personnage féminin est le plus complexe des deux.

7Nous nous intéresserons ensuite à des figures collectives de la mythologie : les Centaures sont étudiés par Aurélie Gendrat-Claudel et par Jean-Luc Nardone ; les androgynes par Alison Carton-Vincent.

8Nous passerons alors à des figures individuelles, en l’occurrence des personnages féminins : Médée, Circé, Psyché seront illustrées par Camillo Faverzani à l’opéra, Federico Lenzi au théâtre, Luca Caproni au cinéma, Sandra Gondouin en poésie, Amélie Ferrigno en peinture.

9Nous retrouverons ensuite quelques couples célèbres dans un lieu mythique par excellence, celui des Enfers, où Orphée et Eurydice seront suivis par Francesco Spampinato, Thea Rimini, et Céline Pruvost, dans des genres aussi différents que le mélodrame, la nouvelle et l’opéra-rock, et où Sophie Nezri-Dufour tentera de retrouver les protagonistes du Jardin des Finzi-Contini, qu’elle envisage métaphoriquement dans une situation de catabase.

10Autre lieu de l’imaginaire mythologique, l’Atlantide fournit dans le deuxième volume, Horizons mythiques, une destination à Perle Abbrugiati et à Michela Toppano, à partir de genres aussi différents que la poésie foscolienne et le roman d’aventures pour la jeunesse. Dans l’espace-temps du mythe, Andrea Natali propose de s’arrêter à midi, pour évaluer la signification du démon méridien dans la poésie léopardienne.

11Sur le versant judéo-chrétien, on partagera les visions d’une Judith polyvalente avec Lisa Quérat, les transformations de saint Thomas en Quetzacoatl selon un étonnant syncrétisme exposé par Ruben Torres Martinez, et l’imaginaire mythique liant Bible et mythologie au sein de poèmes évoquant la Résistance présentés par Estelle Ceccarini.

12C’est vers l’horizon des mythes littéraires que nous nous déplacerons ensuite. Nous verrons ainsi revivre le mythe de Casanova grâce à Riccardo Donati, le mythe de l’homme nouveau dans la science-fiction présentée par Edwige Fusaro, le mythe de Robinson dans la bande dessinée argentine grâce à Maud Gaultier.

13Ce débouché sur les mythes littéraires n’aura fait que confirmer les potentialités qu’offre le mythe à la littérature. Qu’il soit légende des origines ou figure façonnée par la littérature ou l’art, le mythe cristallise un type de représentation du monde filtré par des figures poétiques. Héritiers de la conceptualité de Vico, Leopardi et Pavese ont fondé leur poétique sur cette notion, comme nous le montrent pour terminer Tommaso Tarani et Daniela Vitagliano. Chez l’un comme chez l’autre, le mythe entretient un lien à l’enfance – l’enfance de l’humanité ou l’enfance de l’individu. Le décryptage du monde par le mythe est le premier langage élaboré par l’esprit en devenir. Aussi la littérature est-elle amenée à réélaborer ce langage. Réécrire le mythe, ou introduire dans l’écriture un mécanisme identique à celui du mythe, semble être un défi pour le créateur, presque une condition à la capacité démiurgique de l’art et à sa possibilité de reproduire l’immédiateté de l’enfance.

14On peut alors penser que les multiples façons de remodeler, métamorphoser, galvauder le mythe sont des tentatives d’écriture adulte. Tentative de dépasser non seulement les récits fondateurs à la base de l’écriture, mais encore de dépasser la nature “mythificatrice” de l’écriture et plus largement de la création au sens où elles privilégieraient une épiphanie “enfantine” dans le rapport au monde. Les créateurs se diviseraient donc entre ceux qui cherchent à déclencher un processus mythique et ceux qui souhaitent le dépasser – mais cette hypothèse serait vite infirmée par le fait que ce sont souvent les mêmes qui opèrent ces deux versants de la création. Si les mythes sont sans limites, c’est qu’ils invitent à la fois à les reproduire et à les malmener, faisant de toute écriture artistique une double possibilité de genèse et de mise à mort – si possible les deux en même temps.

15C’est ce que nous vérifierons dans la suite de nos travaux. Le propos se poursuivra en effet dans un troisième tome sur le mythe prévu en 2014 pour un prochain numéro des Cahiers d’études romanes. Par ailleurs, le discours sur le mythe chez Leopardi proposé par Tommaso Tarani annonce un important colloque international prévu cette même année : « Le mythe repensé dans l’œuvre de Giacomo Leopardi » (Aix-en-Provence, 5-8 février 2014). Ce colloque fournira un point d’orgue à ce programme sur la réécriture du mythe de l’Axe 2 du CAER, fidèle à son habitude de donner un contrepoint à ses travaux pluridisciplinaires par une manifestation internationale permettant un approfondissement monographique des questions traitées. Les Actes paraîtront dans la revue Italies en 2015. Terrain fertile s’il en est, la réécriture du mythe aura donc permis la production de quatre importants volumes de notre centre de recherches. Plus peut-être ? Sans limites, avons-nous dit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 27 | 2013, 9-13.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 01 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/4015

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals