Navigation – Plan du site
Figures mythologiques collectives

Le Centaure de Maurice de Guérin, source des Fiumi d’Ungaretti

Jean-Luc Nardone
p. 115-122

Résumés

Il n’y a pas de figure explicite du centaure dans la poésie d’Ungaretti. Pourtant, à partir de l’analyse d’un mémoire rédigé en 1914 dans le cadre de ses études à la Sorbonne, et intitulé L’inspiration poétique de Maurice de Guérin, l’article propose une lecture nouvelle de la figure de l’homme-soldat du très célèbre texte des Fiumi à la lumière du poème en prose de Guérin intitulé Le Centaure.

Haut de page

Texte intégral

1Cette intervention sur le mythe du centaure s’inscrit après celle, très belle et très savante, de notre collègue de Paris IV, Aurélie Gendrat, dont elle est en quelque sorte un affluent. C’est à son article et à ses notes nombreuses et parfaitement documentées que l’on pourra s’en remettre pour s’épargner d’inutiles redites.

2L’article d’Aurélie Gendrat commence, en exergue, par une citation du Centaure, le poème en prose de Maurice de Guérin, qui nous occupera ici précisément. En complément à la fresque somptueusement peinte dans ledit article, et comme l’ornement marginal d’une frise qui n’aurait guère d’intérêt sans son sujet principal, voici donc l’occasion de traiter du mythe du centaure dans un texte où il n’apparaît semble-t-il pas. Dans le recueil, intitulé L’Allegria, de textes composés entre 1914 et 1919, c’est-à-dire alors qu’il est sur le front de guerre, Ungaretti compose en effet, à Cotici, le 16 août 1916 l’un de ses poèmes les plus célèbres, I fiumi. La figure mythique du centaure y est sans doute invisible a priori. Nous essaierons ici de l’expliquer.

3Pour rappel, et en illustration des références nombreuses déjà présentes chez Aurélie Gendrat et tout à fait nécessaires à notre propos, il convient de dire ici que sur le temple même le plus éblouissant de la Grèce antique, le Parthénon, sont figurées plusieurs scènes du combat entre les centaures et les Lapithes qui racontent une guerre : le peuple des centaures était voisin de celui des Lapithes auxquels il était d’ailleurs apparenté, et Pirithoos, le roi des Lapithes, convia les centaures à ses noces avec la belle Hippodamie. Mais plusieurs centaures qui s’étaient enivrés au cours du banquet, dont Eurytion, tentèrent d’enlever la jeune mariée et de violer d’autres femmes lapithes. Dès lors s’engagea une violente bataille entre centaures et Lapithes. Les centaures furent vaincus, nombre d’entre eux moururent et les survivants fuirent la Thessalie. De cet épisode célèbre, les Grecs tiraient l’idée de la brutalité et de l’animalité des centaures, mais aussi de leur nature originelle préservée : c’est parce qu’ils ne connaissaient pas le vin que les centaures s’étaient saoulés. Dans la version qu’en donne Ovide dans ses Métamorphoses (XII, vers 210 et suivants), c’est Thésée, présent à la noce, qui aurait tué Eurytion. Mais les mythes antiques sont d’abord portés par une tradition orale qui brouille la lecture des récits. Ainsi dans l’Odyssée (chant XXI) Eurytion n’est-il pas tué au cours du combat, mais battu, et il s’enfuit. C’est Héraclès qui le tue lorsque le centaure veut épouser Déjanire, pourtant promise au héros. Dans sa furie, Héraclès pourchasse et tue nombre de centaures dont Nessos mais aussi décoche une flèche empoisonnée par inadvertance à celui qui avait été son maître, le sage Chiron.

4Chiron est le centaure le plus célèbre de la mythologie grecque, un sage, un érudit, fils du dieu Chronos. C’est à lui qu’est confiée l’éducation des plus grands héros grecs, Héraclès, donc, mais aussi Asclépios, à qui il enseigne la médecine, Nestor, Thésée, Ulysse, Castor et Pollux, Jason, et surtout Achille : Chiron est un précepteur admirable qui enseigne les arts et longtemps le sujet offre aux peintres de tous les siècles l’occasion d’illustrer l’éducation des jeunes princes d’Europe. Chiron enseigne aussi à Achille la chasse qu’il a lui même apprise de la déesse Artémis, et l’art de la guerre.

5Le mythe du centaure est donc forcément un mythe ambivalent et c’est pour cela aussi qu’il est complexe. Car le centaure est un monstre : mi-homme, mi-cheval, il incarne la difficulté d’être de tout homme écartelé entre sa nature et sa culture, entre brutalité primitive, force, puissance et conscience, élévation spirituelle et raffinement. Toute la Renaissance italienne s’empare du mythe : Laurent de Médicis commande à Botticelli une Pallas et le centaure pour le mariage de son cousin Lorenzo di Pierfrancesco, batailleur et violent : la déesse de la Raison apaise et soumet le centaure qui est une allégorie de la bestialité trop fameuse du futur époux. C’est pour les Médicis aussi que Michel-Ange sculpte La bataille des centaures et des Lapithes. Quelques années plus tard, Machiavel, dans son chapitre du Prince peut-être le plus célèbre, le chapitre XVIII, écrit ceci du centaure Chiron :

  • 1 « Aussi est-il nécessaire à un prince de savoir bien user de la bête et de l’homme. Ce point a ét (...)

Pertanto a uno principe è necessario sapere bene usare la bestia e l’uomo. Questa parte è suta insegnata a’ principi copertamente dagli antichi scrittori ; li quali scrivono come Achille e molti altri di quelli principi furono dati a nutrire a Chirone centauro, che sotto la sua disciplina li custodissi. Il che non vuole dire altro, avere per precettore uno mezzo bestia e mezzo uomo, se non che bisogna a uno principe sapere usare l’una e l’altra natura ; e l’una sanza l’altra non è durabile.1

6En choisissant l’adverbe « copertamente », Machiavel souligne qu’il conçoit le mythe du précepteur centaure comme une allégorie de cette ambivalence nécessaire de la nature du prince. Chiron, selon la mythologie grecque, dévoré par la douleur de la flèche d’Héraclès qui ne peut le tuer – car il est lui-même immortel – échange sa condition contre celle du mortel Prométhée. Par un paradoxe extrême, lui, qui enseigna la médecine à Asclépios même, n’est pas en mesure de se soigner et cherche dans la mortalité des humains à échapper à un sort funeste. Alors les dieux le placent dans les cieux où il forme la constellation du sagittaire.

7Les siècles passent. Le mythe reste. C’est d’ailleurs le propre des mythes. Nous n’avons pas, malgré les sinueuses courbes du discours, perdu le fil des Fiumi d’Ungaretti ; en effet, que racontent les histoires d’Eurytion, de Nessos ou de Chiron si ce n’est la difficulté de vivre, la violence de la bestialité des hommes, leur perpétuel combat contre eux-mêmes ; et leur possible, toujours possible résurrection au firmament ?

  • 2 « L’Allegria di Naufragi, c’est la prise de conscience de soi, c’est la découverte qui point douc (...)
  • 3 Que l’on pourra traduire cinq fois par « Voici » (voir plus loin : « Questa è la Senna » traduit (...)
  • 4 « Christ, pensive palpitation / Pourquoi s’est-elle éloignée / Aussi loin, ta bonté ? » (traducti (...)
  • 5 « Vois, je T’appelle, Saint / Saint, Saint douloureux » (Ibidem, p. 230).
  • 6 « À présent qu’il fait nuit / Que ma vie me semble être / Une corolle/ de ténèbres ».

8Suivons alors les méandres des fleuves de forêt de Thessalie jusqu’aux fleuves d’Ungaretti qui, commentant L’Allegria, rappelait : « L’Allegria di Naufragi è la presa di coscienza di sé, è la scoperta che prima adagio avviene, poi culmina d’improvviso in un canto scritto il 16 agosto 1916, in piena guerra, in trincea, e che s’intitola I fiumi. Vi sono enumerate le quattro fonti che in me mescolano le loro acque, i quattro fiumi il cui moto dettò i canti che allora scrissi »2. Le souvenir qu’entraîne le courant des fleuves formule cette prière annoncée par la litanie de la construction anaphorique des dernières strophes (« Questi sono / Questo è / Questa è / Questi sono / Questa è »3). Cette prière n’est pas sans rappeler un autre texte du recueil d’Ungaretti qui date cette fois de la Seconde guerre mondiale, Mio fiume anche tu, qui met en scène un autre fleuve, le Tibre, également autobiographique puisque c’est à Rome qu’Ungaretti se trouve alors. Ici, la prière à dieu est un tutoiement du Christ : « Cristo, pensoso palpito / Anche la Tua bontà / S’è tanto allontanata ? »4 ; et plus loin : « Ecco Ti chiamo, Santo/ Santo, Santo che soffri »5, avec une force particulièrement pathétique qui souligne le pessimisme plus intimiste mais déjà présent dans I fiumi (« ora ch’è notte / che la mia vita mi pare / una corolla / di tenebre »6).

  • 7 « Voici la Seine / Et dans son bouillonnement / Tout en moi s’est mêlé à nouveau/ et je ne suis c (...)

9On peut néanmoins s’interroger sur le choix du poète : pourquoi le fleuve est-il un lieu privilégié de sa mémoire, de la connaissance même (« Questa è la Senna / E in quel suo torbido/ mi sono rimescolato / e mi sono conosciuto »7) ? Peut-être parce que le fleuve est cet élément liquide qui relie les inébranlables montagnes aux perpétuels mouvements des mers. Car c’est bien l’eau du fleuve qui est source de la connaissance et de la conscience. L’eau, son cours, son rythme qui crée le catalyseur du symbole en jeu.

  • 8 « La poésie a suivi peu ou prou ce schéma : Victor Hugo-Lamartine-Musset, Alfred de Vigny, Baudel (...)
  • 9 « Cinq, dix poètes — Maurice de Guérin, Ducasse, Baudelaire, Laforgue, Mallarmé, Rimbaud, Jarry — (...)

10Mais voici : ce symbole puissant disparaît dans l’ensemble du recueil justement après Mio fiume anche tu et malgré le perpétuel travail de réécriture, de ciselure opéré par Ungaretti, il apparaît comme un symbole des premières compositions, à une époque où Ungaretti, peut-être, n’a pas oublié ses années de formations, voire ses années d’études et, nous semble-t-il, notamment celles consacrées au poète français Maurice de Guérin. Ungaretti n’a jamais nié son goût pour ce poète qu’il lisait déjà, tout jeune, en Égypte, même s’il en parle somme toute peu. Nous savons pourtant quel intérêt il a témoigné à Guérin lorsqu’en 1911 déjà, il réclamait, dans une lettre à Prezzolini, qu’il lui envoyât un ouvrage paru en 1904 et publié à Turin, Giacomo Leopardi e Maurice de Guérin d’Orsola Maria Barbano. Une autre lettre à Prezzolini, en 1919, conforte son attachement pour Guérin. Ce dernier est aux yeux d’Ungaretti l’un des poètes majeurs de la poésie française. Il le cite dans Il ritorno di Baudelaire (1918) où il affirme que « la poesia ha seguito su per giù questo schema : Victor Hugo-Lamartine-Musset, Alfred de Vigny, Baudelaire, Verlaine-Mallarmé, Rimbaud-Baudelaire, Maurice de Guérin-Rimbaud, Mallarmé-Verlaine-Baudelaire »8. Il le cite encore, dans un autre essai de 1919, Pittura, poesia e un po’ di strada où Guérin apparaît au premier chef comme l’un des « cinque, dieci poeti – Maurice de Guérin, Ducasse, Baudelaire, Laforgue, Mallarmé, Rimbaud, Jarry – [che] vissero così – dannati – dall’allucinazione che si suscitavano intorno, in un’ermetica lucidità »9. Mais le plus important pour nous aujourd’hui reste sans doute ce modeste mémoire de maîtrise sur le poète français que Gemma-Antonia Dadour a retrouvé et publié en 1987. Ce mémoire a été soutenu par Ungaretti en 1914, deux ans après son arrivée à Paris. Il est précisément intitulé : L’inspiration poétique de Maurice de Guérin, et se divise en trois parties : son enfance, sa vocation ; Le Cahier vert ; les poèmes. Au vrai, dans cette dernière partie un seul des poèmes en prose de Guérin est véritablement étudié, Le Centaure – nous y voilà ! Il n’est pas dans notre propos de nous attacher à l’ensemble de l’analyse d’Ungaretti et seules les pages consacrées au Centaure nous intéressent ici. Sur les vingt-sept pages du mémoire, ces pages (trois ou quatre) représentent une part proportionnellement non négligeable. Ungaretti y cite souvent et longuement le texte de Guérin. Le Centaure, c’est un poème en prose, une forme sacralisée en somme par les Petits poèmes en prose (1869) de Baudelaire, un genre lui-même hybride entre prose et poésie. Ce genre est d’autant plus central dans l’œuvre d’Ungaretti qu’il remet en question la fracture entre prose et poésie, notamment par une recherche très précise, ciselée, sur chaque mot, chaque rythme, d’une prose qui vise une dimension non plus strictement narrative mais poétique. L’« ermetica lucidità », dans sa forme oxymorique de lumière et d’enfermement auquel Ungaretti rattachait les cinq poètes français de son panthéon, devient alors aussi une voie pour entrer dans ces Fiumi qui, pour être présentés sous forme de vers sans la moindre ponctuation, n’en sont pas moins à leur tour une remise en question d’un genre, la re-création d’une forme de narration en vers, elliptique, qui concentre elle aussi toute son attention sur la densité contenue dans chaque sonorité, chaque mot, chaque rythme, comme l’atteste encore davantage la lecture même qu’en fit Ungaretti.

11Dans le poème en prose de Guérin, donc, le centaure, du nom de Macarée, parcourt sa mémoire, et raconte à Mélampe le récit de sa vie, de la prime enfance jusqu’à la vieillesse. Ungaretti nous dit : « Le Centaure, c’est l’histoire de l’âme du poète. Ici, c’est toute l’histoire, ailleurs ce n’étaient que des épisodes de cette histoire. Maurice de Guérin arrive à cette œuvre complexe et intense qu’est Le Centaure ». Il retient du poème « les gouttes primitives » lorsque, encore enfant, le jeune centaure reclus au fond des grottes s’agite au retour de sa mère « environnée du parfum des vallées ou ruisselante des flots qu’elle fréquentait », c’est-à-dire des fleuves. Puis il cite un long passage du Centaure :

Je me délaissais souvent de mes journées dans le lit des fleuves. Une moitié de moi-même, cachée dans les eaux, s’agitait pour les surmonter, tandis que l’autre s’élevait tranquille et que je portais mes bras oisifs bien au-dessus des flots. Je m’oubliais ainsi au milieu des ondes, cédant aux entraînements de leur cours qui m’emmenait au loin et conduisait leur hôte sauvage à tous les charmes des rivages. Combien de fois, surpris par la nuit, j’ai suivi les courants sous les ombres qui se répandaient, déposant jusque dans le fond des vallées l’influence nocturne des dieux ! Ma vie fougueuse se tempérait alors au point de ne plus laisser qu’un léger sentiment de mon existence répandu par tout mon être avec une égale mesure, comme, dans les eaux où je nageais, les lueurs de la déesse qui parcourt les nuits. Mélampe, ma vieillesse regrette les fleuves : paisibles, la plupart, et monotones, ils suivent leur destinée avec plus de calme que les centaures, et une sagesse plus bienfaisante que celle des hommes. Quand je sortais de leur sein, j’étais suivi de leurs dons qui m’accompagnaient des jours entiers et ne se retiraient qu’avec lenteur, à la manière des parfums.

  • 10 « Ce matin, je me suis étendu / Dans une urne d’eau ».

12Ainsi parle à Mélampe le vieux Macarée, qui se souvient de sa jeunesse. Ungaretti souligne dans la première phrase de ce paragraphe les mots « délassais », « journées » et « lit » qu’il appelle « le fardeau de la vie, dans la durée de la vie » et auquel il fut si sensible, plus tard, durant les guerres. Dès cette première phrase, on retrouve les échos à la fois signifiants et poétiques des Fiumi, reconnaissables dans un lexique semblable : « Stamani mi sono disteso / in un’urna d’acqua »10. Puis l’image du centaure, homme et cheval, se divise : la partie animale est sous les eaux ; la partie humaine au-dessus. L’eau du fleuve délasse, tempère et équilibre « avec une égale mesure ». Macarée souligne le calme et la sagesse de ce fleuve. Nous sommes proches, là encore, de l’Isonzo ungarettien où le soldat est un être hybride, mi-homme et mi-guerrier : Macarée submerge sa partie animale, Ungaretti l’abandonne sur la rive où il a déposé ses habits de soldats et se livre nu à la force tranquille de l’Isonzo qui le polit comme un galet et ôte de lui, en quelque sorte, la violence primitive de ses aspérités.

  • 11 Voir supra note 7.

13Si le poète ne nous dit rien du courant du Serchio ou de celui du Nil, les eaux de la Seine, elles, bouillonnent (« E in quel suo torbido / mi sono mescolato »11). De même, l’eau du fleuve guérinien, pour calme et sage qu’elle soit, n’est ni lisse, ni lente : plus loin, en effet, Macarée décrit ces « mots inarticulés comme le bouillonnement des fleuves ». Et le poème du Centaure se conclut ainsi : « […] prochainement j’irai me mêler aux fleuves qui coulent dans le vaste sein de la terre ». « Torbido », « bouillonnement » ; « rimescolato », « mêler » : le lexique ungarettien est imprégné de celui de Maurice de Guérin. La dimension régénératrice du fleuve qu’on perçoit dans I fiumi est déjà présente chez de Guérin, lorsque Macarée confie : « Quand je sortais de leur sein, j’étais suivi de leurs dons qui m’accompagnaient des jours entiers ». Il semble alors assez manifeste que le fleuve guérinien soit une source des eaux du fleuve ungarettien.

14Cela n’est finalement pas étonnant. Le fleuve guérinien est essentiel parce qu’élémentaire : pour le centaure Macarée il est à la fois le fleuve de l’origine, de l’enfance ; pour Ungaretti, homme-soldat, centaure moderne, il est le moyen du souvenir, de la connaissance et de la conscience. Mais plus encore, il transcende la dimension mythique et païenne du Centaure vers une religiosité mystique, seule capable désormais du salut de la bête humaine.

Haut de page

Notes

1 « Aussi est-il nécessaire à un prince de savoir bien user de la bête et de l’homme. Ce point a été enseigné aux princes à mots couverts par les écrivains anciens, qui écrivent comment Achille et bien d’autres princes de l’Antiquité furent confiés à l’éducation du centaure Chiron, afin qu’il les garde sous sa direction. Ce qui ne signifie rien d’autre, d’avoir pour précepteur un être mi-bête mi-homme, sinon qu’il faut qu’un prince sache user de l’une et de l’autre nature ; l’une sans l’autre ne peut durer » (trad. de Ch. Bec in Machiavel, Le Prince et les premiers écrits politiques Paris, Classiques Garnier, 1987, p. 376).

2 « L’Allegria di Naufragi, c’est la prise de conscience de soi, c’est la découverte qui point doucement tout d’abord puis qui triomphe soudain dans un chant écrit le 16 août 1916, en pleine guerre, dans une tranchée, et qui s’intitule I Fiumi. Y sont énumérées les quatre sources qui ont mêlé en moi leurs eaux, les quatre fleuves dont le mouvement dicta les chants que j’écrivis alors ».

3 Que l’on pourra traduire cinq fois par « Voici » (voir plus loin : « Questa è la Senna » traduit par « Voici la Seine ») pour conserver la reprise anaphorique.

4 « Christ, pensive palpitation / Pourquoi s’est-elle éloignée / Aussi loin, ta bonté ? » (traduction de Ph. Jaccottet in G. Ungaretti, Vie d’un homme. Poésie 1914-1970, Paris, Éditions de Minuit-Gallimard, 1973, p. 229).

5 « Vois, je T’appelle, Saint / Saint, Saint douloureux » (Ibidem, p. 230).

6 « À présent qu’il fait nuit / Que ma vie me semble être / Une corolle/ de ténèbres ».

7 « Voici la Seine / Et dans son bouillonnement / Tout en moi s’est mêlé à nouveau/ et je ne suis connu ».

8 « La poésie a suivi peu ou prou ce schéma : Victor Hugo-Lamartine-Musset, Alfred de Vigny, Baudelaire, Verlaine-Mallarmé, Rimbaud-Baudelaire, Maurice de Guérin-Rimbaud, Mallarmé-Verlaine-Baudelaire ».

9 « Cinq, dix poètes — Maurice de Guérin, Ducasse, Baudelaire, Laforgue, Mallarmé, Rimbaud, Jarry — qui vécurent ainsi — maudits — par l’hallucination qu’ils suscitaient autour d’eux, dans une hermétique lucidité ».

10 « Ce matin, je me suis étendu / Dans une urne d’eau ».

11 Voir supra note 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Nardone, « Le Centaure de Maurice de Guérin, source des Fiumi d’Ungaretti », Cahiers d’études romanes, 27 | 2013, 115-122.

Référence électronique

Jean-Luc Nardone, « Le Centaure de Maurice de Guérin, source des Fiumi d’Ungaretti », Cahiers d’études romanes [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/4038 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4038

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Nardone

Université Toulouse Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals