Navigation – Plan du site
Mythes littéraires

Création artificielle et régénération. Mythes de l’homme nouveau dans la littérature science-fictionnelle italienne de la fin du XIXe au début du XXe siècle

Edwige Comoy Fusaro
p. 475-492

Résumés

Entre 1860 et la Première Guerre mondiale, un genre de proto-science-fiction voit le jour dans la littérature italienne. Nourri du progressisme le plus en vogue, ce courant fait néanmoins fond sur les grands mythes de la culture occidentale, notamment démiurgiques, l’un des motifs prépondérants de ces récits étant l’homme nouveau. L’étude des récits de création artificielle et de régénération est effectuée à l’aune du paradigme vitaliste ou prométhéen et du paradigme mécaniste ou vulcanien. Il en résulte que la rémanence des mythes dans ce genre proto-science-fictionnel fait écho à la peur des écrivains face aux progrès fulgurants des sciences et des techniques et révèle leur conservatisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On situe généralement la naissance du terme à la parution du premier numéro de Science Wonder Sto (...)
  • 2 Vice versa, les récits de science-fiction tendent à fonder leur propre « mitologia avveniristica  (...)
  • 3 Héritier d’Albert le Grand et contemporain de Cornelius Agrippa, Paracelse (1493-1541) exposa la (...)
  • 4 Au XXe siècle, ce sont les cultures anglo-saxonnes qui développeront le genre. Songeons par exemp (...)

1On n’a guère coutume de parler de science-fiction avant le xxe siècle1. C’est pourtant au xixe siècle que prend son essor ce genre littéraire nouveau, dans le sillage tracé par les utopies des Lumières et les premières expérimentations science-fictionnelles d’Hoffmann (L’homme au sable), Mary Shelley (Frankenstein ou le Prométhée moderne) et Goethe (Faust) : un genre de proto-science-fiction, pour ainsi dire, qui fait fond sur l’imaginaire ancestral véhiculé par les mythes de la culture occidentale2. Le Frankenstein (1818) de Mary Shelley et le second Faust (1833) de Goethe puisaient eux-mêmes explicitement à des sources plus anciennes : respectivement au mythe de Prométhée et à l’anonyme Volksbuch du Docteur Faust (1587), non sans d’évidentes références à la tradition alchimique, occultiste et ésotérique de la Renaissance, in primis à Paracelse3. En Italie, les prémisses du genre se situent dans les années soixante. On observe un pic dans les années à cheval entre xixe et xxe siècle (1897-1907), qui fait écho à un phénomène européen, comme en témoignent l’Ève future (1886) de Villiers de L’Isle Adam ou L’île du docteur Moreau (1896) d’Herbert George Wells. Puis le nombre de « romances scientifiques », comme on les appelait alors, s’étiole jusqu’à la Première Guerre mondiale4.

  • 5 Le mécanicien Jacques de Vaucanson conquit une célébrité formidable grâce à son Flûteur automate (...)
  • 6 Le deuxième récit de la Genèse pose que la femme fut créée à partir de la chair de l’homme, tandi (...)
  • 7 Héphaïstos est le créateur de différents automates (HomÈre, Iliade, tr. fr. P. Mazon, Paris, Les (...)

2Pourquoi un genre science-fictionnel revitalisant le mythe à la lumière des dernières avancées scientifiques et techniques apparaît-il précisément à ce moment-là ? C’est que le xixe sièclea vu s’accomplir un véritable bond en avant dans bien des domaines scientifiques et techniques, en particulier en biologie, en chimie, dans les sciences médicales et en robotique (autre anachronisme terminologique, puisque le terme robot n’apparut qu’en 1920 sous la plume de Karel Čapek). Songeons à la théorie révolutionnaire de Darwin (L’origine des espèces paraît en 1859), mais aussi au formidable engouement qu’avaient suscité, dès le milieu du XVIIIe siècle, les automates de Vaucanson, des Jaquet-Droz, de Kempelen et de Robert-Houdin5. Car le motif prépondérant des récits de proto-science-fiction italienne est l’homme nouveau, qu’il s’agisse d’un homme artificiel, créé par la science et la technique, ou d’un homme régénéré grâce aux progrès des sciences et des techniques. Les mythes que l’on pourrait qualifier de démiurgiques – citons au moins les récits fondateurs de la Bible (la création du Golem dans le Talmud et, par analogie, la création d’Adam et Eve dans la Genèse6) et de la mythologie gréco-romaine (des automates d’Héphaïstos dans l’Iliade d’Homère au Pygmalion des Métamorphoses d’Ovide, en passant par le géant Talos du chant iv des Argonautiques d’Apollonius – lui-même créé par Héphaïstos)7 – sont ainsi réactivés dans un ensemble d’œuvres disparates qui, du fait même de leurs différences, montrent l’action d’un phénomène de vaste ampleur, d’une lame de fond touchant peut-être à la Weltanschauung.

  • 8 Le roman parut dans une version inachevée en feuilleton en 1865 dans la Rivista Minima, précédé d (...)
  • 9 Nous entendons par étrange un genre littéraire où les lois de la nature telles qu’elles nous sont (...)
  • 10 Voici les éditions utilisées des textes, cités par ordre chronologique : Ippolito Nievo, Storia f (...)
  • 11 Ghislanzoni fonde sa vision hallucinatoire du futur sur le principe que l’histoire n’est qu’un ét (...)

3Le corpus des œuvres en question est relativement limité et s’inscrit entre 1860 et 1913. Nous avons retenu un récit d’anticipation (quoique son sous-titre le dépouille de l’illusion romanesque) : le roman L’anno 3000. Sogno (1897) de Paolo Mantegazza ; des rêves, visions ou prédictions prophétiques : la Storia filosofica dei secoli futuri (1860) de Nievo, Abrakadabra. Storia dell’avvenire (1884) d’Antonio Ghislanzoni (roman dont la partie anticipatrice se situe entre 1977 et 19828), une nouvelle du recueil Fausto Bragia (1897) de Luigi Capuana, A una bruna, et une autre nouvelle du même auteur, tirée du recueil La voluttà di creare (1911), L’incredibile esperimento ; quelques autres récits, enfin, qui relèvent plutôt de l’étrange9, dans la mesure où les événements extraordinaires ont lieu dans le présent de l’écriture : les nouvelles Lo specifico del dottor Menghi (1904) de Svevo et Svilucpator (1907) de Paolo Ghiringhelli, et plusieurs autres textes de Capuana : une autre nouvelle de Fausto Bragia (1897), Il primo maggio del dottor Piccottini, la cinquième journée du Decameroncino intitulée Creazione (1901), et trois autres textes : l’un qui fait partie de La voluttà di creare (1911), Due scoperte, et la nouvelle isolée L’acciaio vivente (1913)10. Dans la catégorie des rêves, le texte capuanien est une simple imagination de l’avenir, tandis que ceux de Nievo et Ghislanzoni légitiment leurs visions de l’avenir sur des extrapolations philosophico-scientifiques : le narrateur niévien tire sa prédiction d’une opération alchimique et, chez Ghislanzoni, le récit des événements futurs procède de la découverte cabalistique d’un illuminé11.

  • 12 C’est par exemple le cas du roman d’Agostino Della Sala Spada, Nel 2073 ! Sogni d’uno stravagante(...)
  • 13 Le best-seller de Samuel Smiles, Self-help (1859), fut traduit en italien et publié en 1865 dans (...)

4Précisons que tous les récits science-fictionnels de ces années-là ne traitent pas systématiquement de régénération ou de création artificielle12. En revanche, tous reposent sur un progressisme invétéré, nourri du volontarisme dont avait accouché le scientisme positiviste et qui s’affirmait précisément dans les dernières décennies du XIXe siècle, entre l’adaptation italienne du Self-help de Smiles par Michele Lessona (1869) et Il riscatto (1900) d’Arturo Graf13. Observons d’abord les cas de création artificielle, puis nous nous intéresserons aux récits de régénération.

Récits démiurgiques

  • 14 Jacqueline Duchemin, Prométhée. Histoire du mythe, de ses origines orientales à ses incarnations (...)
  • 15 Homère, Iliade, cit., tome III, chant XVIII, p. 181.
  • 16 D’après Enri Lichtenberger, l’Homunculus serait en effet une entéléchie. Cf. Henri Lichtenberger, (...)

5Deux paradigmes opposés sont à l’œuvre dans les récits démiurgiques pris en considération : l’un relève du vitalisme, l’autre du mécanisme. Le premier suppose une vitalité des objets naturels indépendante de l’exercice de la raison qui fait de la création artificielle l’œuvre d’une force échappant au moins en partie à l’homme, et qui peut être de nature divine, pseudo-divine, magique ou alchimique : ce paradigme peut être représenté par la figure de Prométhée, pourvu que l’on retienne de la figure polysémique du titan la « révolte ardente »14, c’est-à-dire qu’on se limite à voir en lui le rebelle qui osa défier Zeus. Le second courant envisage au contraire la toute-puissance de la raison humaine et de l’art, et stipule que la création artificielle est du fait de l’homme seul, devenu maître dans la connaissance de l’organisation humaine au point de pouvoir la reproduire à dessein : nous choisirons pour l’incarner la figure de Vulcain le forgeron (équivalent latin d’Héphaïstos), créateur de différents automates capables de se mouvoir « d’eux-mêmes »15. Esprit prométhéen et esprit vulcanien obéissent à une motivation bien différente, car ce qui anime Prométhée et ses semblables – Faust, notamment16 –, c’est l’hybris, la quête du savoir absolu, le désir de dépasser sa condition, tandis que les descendants de Vulcain sont mus par un esprit utilitariste : ainsi les robots seront-ils destinés à accomplir des tâches prédéfinies pour servir l’humanité.

  • 17 Ainsi Paolo Mantegazza écrit-il : « nella generazione noi siamo ancora in perfetta alchimia ; dob (...)
  • 18 Signalons aussi le lancement de la Cronaca bizantina en 1881. Dans les mêmes années, la polémique (...)
  • 19 Sur la distinction entre les mirabilia comme prodiges de la nature (chez les Anciens) et les chos (...)

6Dans les milieux scientifiques de l’Italie post-unitaire, on constate un mélange d’esprit prométhéen et d’esprit vulcanien. Les savants, gagnés par un positivisme dégradé en scientisme, affichent l’arrogante conviction que leurs travaux seront bientôt en mesure d’abattre les derniers mystères de la nature, notamment dans le domaine de la génération17 ; mais de la recherche fondamentale à la recherche appliquée il n’y a qu’un pas, et c’est alors la prouesse technique qui prend le dessus dans la fièvre des expérimentations de laboratoire. Dans les vingt dernières années du siècle, cependant, la crise du positivisme fait surgir une réaction idéaliste et spiritualiste dont se fait fort, cette fois, le milieu des lettres, du Fogazzaro de Malombra (1881) aux fondateurs du Marzocco en 189618. Que se passe-t-il dans la proto-science-fiction italienne ? Ces nouvelles formes de récit sont-elles animées par l’esprit vulcanien du mécanisme hérité des Lumières ou par l’esprit prométhéen du Romantisme allemand ? La présence du mythe n’est-elle pas paradoxale dans la mesure où ce sont des récits de choses nouvelles, qui s’appuient nécessairement sur les avancées scientifiques les plus récentes et les courants de pensée contemporains ? Enfin la naissance du nouveau genre témoigne-t-elle bien d’une nouvelle Welt-anschauung, ou n’est-elle pas plutôt le signe d’une nouvelle Mensch-anschauung, selon laquelle l’homme parvenu à la pointe du progrès ne serait plus seulement faber, mais capable de mirabilia19 ? Pour tenter d’y répondre, nous distinguerons trois critères de classement : l’objet (la nature de l’être nouveau, humaine ou artificielle), le moyen (la technique utilisée pour le créer) et la fin (le dessein poursuivi par cette création, c’est-à-dire la fonction qui lui est assignée). Nous procéderons par objets : robots, cyborgs, créatures obtenues par procréation artificielle.

  • 20 « omuncoli o uomini a macchina e di seconda mano », « esseri ausiliari », « uomini meccanici » (« (...)
  • 21 Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra, cit., pp. 214 et 231.

7Très rares sont les cas de création purement artificielle. Ippolito Nievo est un précurseur italien exceptionnel de la lignée des robots ou androïdes, c’est-à-dire d’êtres artificiels à l’apparence humaine. Dans la Storia filosofica parue en 1860, deux fabricants de machines à coudre créent des homoncules20 dont la fonction est de pourvoir aux activités nécessaires à la vie humaine. Un autre cas de création artificielle est repérable dans Abrakadabra d’Antonio Ghislanzoni. À l’inverse des homoncules niéviens, le géant artificiel « chimico-automatico-animalesco »21 créé par le savant Piria grâce à l’injection de sang de taureaux et à l’application de secousses électriques n’est pas conçu dans un but utilitaire mais constitue une fin en soi : on voit donc qu’esprit vulcanien et esprit prométhéen sont également opératoires dans les visions des hommes de lettres. Si la maîtrise de l’électricité et l’avancée des connaissances en physiologie et en anatomie (en particulier grâce au formidable essor que connut l’anatomopathologie, créée au siècle précédent par Giambattista Morgagni) exercèrent sans doute sur les auteurs une influence considérable, Ghislanzoni et, surtout, Nievo semblent s’être fortement inspirés des automates. Rappelons que les artisans niéviens des hommes mécaniques étaient aussi des fabricants de machines à coudre : Vaucanson n’avait-il pas aussi acquis une renommée internationale pour l’invention de métiers à tisser ?

  • 22 C’est le mathématicien américain Norbert Wiener qui fonda la cybernétique avec la parution de Cyb (...)
  • 23 Antoine-Joseph Jobert de Lamballe, auteur d’un Traité de chirurgie plastique (1849), est resté cé (...)

8Néanmoins, la plupart des récits de création artificielle envisagent une intervention sur l’homme et confinent ainsi avec les récits de régénération. On distingue deux types d’hommes artificiellement modifiés, selon que l’intervention du démiurge a lieu au moment de la genèse ou au cours de la vie : dans le premier cas, nous avons affaire à un homme obtenu par procréation artificielle (génétiquement modifié ou non), dans le second nous avons affaire à un cyborg (terme anachronique dérivé de l’expression cybernetic organism pour désigner un être humain ayant reçu des greffes de parties mécaniques22). Ghislanzoni propose deux prototypes de cyborg dans les personnages de Rondine et Lucarino, créatures auxquelles un savant – leur père adoptif – a greffé des ailes dans leur enfance pour tenter de renouveler l’espèce humaine. Là encore, l’inspiration scientifique ne fait aucun doute. Des succès décisifs avaient effectivement été obtenus dans le domaine des greffes animales et végétales. Dans un article consacré à la production cellulaire, Mantegazza dresse un historique circonstancié des différentes expériences de greffes réalisées depuis l’Antiquité et, après s’être attardé sur les travaux du médecin milanais Giuseppe Baronio, rendus publics au tout début du siècle, il rend un hommage appuyé aux expériences de ses contemporains Jobert de Lamballe et Ollier, ce dernier, notamment, ayant pratiqué de nombreuses expériences de greffes osseuses et cutanées homo et hétéro-plastiques très remarquées dans les milieux scientifiques23.

  • 24 À proprement parler, la génétique – branche de la biologie – naît en 1905 sous la plume de Willia (...)
  • 25 Ce faisant, Wöhler montrait qu’il est possible de produire en laboratoire et à partir de composés (...)
  • 26 Capuana ne détaille pas les modalités pratiques de la modification génétique. En revanche, il s’a (...)

9Ce sont en revanche les progrès accomplis en génétique24 et en chimie qui sont à la source du motif de l’homme obtenu par procréation artificielle. Au début du siècle, Friedrich Wöhler était parvenu à synthétiser l’urée à partir du cyanate d’ammonium, démontrant ainsi que les composés organiques obéissaient aux mêmes lois que les composés inorganiques25. Appliquant imaginairement ces résultats de laboratoire à la génération humaine, les auteurs de proto-science-fiction purent concevoir la procréation comme une simple opération chimique : il eût suffi d’assembler correctement les bons ingrédients, ou de sélectionner les bons ingrédients pour obtenir une créature répondant à des besoins spécifiques. De fait, dans la nouvelle épistolaire A una bruna (1897), Luigi Capuana envisage un avenir où il serait possible de choisir les caractéristiques physiques et morales d’un enfant : l’homme serait alors libéré des sentiments et de l’instinct de reproduction, accédant enfin à la liberté et au véritable bonheur. Si la méthode est mécanique26, l’intention est indéniablement prométhéenne.

  • 27 La procréation sans le recours au corps féminin est un véritable leitmotiv de ces récits. On trou (...)
  • 28 D’après Helena Blavatsky, membre fondateur de la Société théosophique fondée en 1875, les élément (...)
  • 29 Luigi Capuana, L’incredibile esperimento, cit., pp. 257 et 260. À l’avenir, la femme deviendra la (...)
  • 30 Cf. Mémoires pour servir à l'histoire d'un genre de polypes d'eau douce à bras en forme de cornes(...)
  • 31 Cf. Pierre Louis Moreau de Maupertuis, Essai sur la formation de corps organisés (1754). Maupertu (...)
  • 32 Cf. Leonardo Salimbeni, Sulla eterogenia ovvero sulla generazione spontanea (1863), et Paolo Mant (...)

10D’ailleurs, la plupart des récits de procréation artificielle envisagent la génération sans accouplement et sans femme27. C’est le cas dans deux autres nouvelles de Capuana, Creazione (1901), où il est question de la création d’une femme à partir d’un élémental28, et L’incredibile esperimento (1911), qui constitue une sorte de complément à la précédente nouvelle A una bruna : le professeur Manlio Brozzi, partisan de l’anthropogenèse et convaincu que les progrès de la science permettent à présent de renvoyer la femme à sa fonction première et unique d’« incubatrice di creature umane, ma senza il concorso del maschio », tente d’anticiper ce processus inéluctable en expérimentant la « fecondazione elettrica »29 d’une femme. Capuana exploite sans doute ici les perspectives ouvertes par les études sur la régénération animale et la génération spontanée. Dès le milieu du xviiie siècle, Abraham Trembley avait montré que n’importe quel fragment du corps de l’hydre pouvait régénérer l’animal entier, celui-ci étant particulièrement riche en cellules souches, totipotentes, donc prolifératrices et capables d’auto-renouvellement30. Dans les mêmes années, la théorie aristotélicienne de l’abiogenèse, selon laquelle un être vivant pouvait apparaître à partir de matière inorganique, avait trouvé un défenseur d’autorité en la personne de Maupertuis31. Un siècle plus tard, elle trouvait encore de nouveaux adeptes en Italie, chez Leonardo Salimbeni et Paolo Mantegazza32 par exemple. Le vitalisme sous-jacent à ces théories se retrouve chez Capuana. Les lois de la physique et de la biologie constituent les bases théoriques des techniques employées, mais il y règne aussi de forts relents d’ésotérisme. En d’autres termes, l’auteur s’inscrit entre le paradigme mécaniste et le paradigme vitaliste.

Récits de régénération

  • 33 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1998, p. 469. Cf. auss (...)

11La notion de dégénérescence est l’« une des grandes hantises du XIXe siècle »33. Les hommes de la fin du XIXe siècle conçoivent leur époque comme un stade de transition dans l’évolution de l’espèce humaine. Cependant, à leurs yeux, la décadence des mœurs et la névrose des individus, affectés de diverses tares dégénératives, ne constituent que les prémisses d’une nouvelle ère plus saine, libérée des éléments pathologiques et pathogènes du corps social : en termes pseudo-darwiniens, c’est l’élimination naturelle et salutaire des faibles. Sous la poussée des théories volontaristes, les auteurs de proto-science-fiction élaborent donc des programmes de régénération à venir. Ce thème est abordé sous deux angles différents. Le premier envisage une régénération de l’espèce humaine par des moyens pharmaceutiques, le second par la mise en place d’une politique sanitaire eugénique.

  • 34 « une action bénéfique sur le cœur, en modérant ses transports » et « ils adoucissent les instinc (...)
  • 35 Dans une conférence de 1808, John Dalton fournit une définition moderne de l’atome comme d’une pa (...)

12Trois textes présentent le premier cas : Abrakadabra (1884) de Ghislanzoni, Lo specifico del dottor Menghi (1904) de Svevo et L’acciaio vivente (1911) de Capuana. S’il est question d’absorption régulière de substances apaisantes dans Abrakadabra (des cigares aromatisés à la rose, à la vanille, au jasmin et à la fraise vierge des Canaries, qui exercent « un’azione benefica sul cuore, moderandone i trasporti » et « raddolci[scono] gli istinti »34), les deux textes du XXe siècle stipulent l’invention d’un sérum capable d’inhiber les facultés affectives et de prolonger la durée de vie. Dans tous les cas, il s’agit de tempérer les passions et de pallier le déséquilibre dégénératif de l’homme moderne, celui-ci ayant sur-développé ses facultés cérébrales au détriment des facultés physiques. Chez Ghislanzoni, la science est mise au service du progrès de l’humanité tandis que dans les textes de Svevo et Capuana, où il n’est d’ailleurs question que d’expérimentations individuelles et isolées, seul compte le défi lancé aux lois naturelles. Les auteurs sont évidemment influencés par les progrès de la chimie moléculaire35, mais la thématique sous-jacente de la quête de la panacée et de l’immortalité inscrit encore ces textes dans le halo des mythes alchimiques.

  • 36 L’Essai sur le principe de population (1798) du célèbre économiste britannique Thomas Robert Malt (...)
  • 37 Les études sur l’hérédité avaient commencé au XVIIIe siècle avec les recherches sur la transmissi (...)
  • 38 « l’amour cosmopolite », Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra, cit., p. 75.
  • 39 Une « Conscription pour l’amour », Luigi Capuana, « Il primo maggio del dottor Piccottini », cit. (...)
  • 40 Cf. Paolo Mantegazza, L’anno 3000, cit., pp. 117-119. Cette étape ultime est précédée d’un long p (...)

13C’est au contraire au nom d’un esprit exclusivement vulcanien, puisé aux sciences statistiques et économiques et aux néo-sciences génétiques que l’eugénisme s’invite au banquet de la proto-science-fiction italienne. Lancé sous l’impulsion première des thèses malthusiennes au début du siècle36, le débat s’enflamme dans les années 1880 avec la publication de l’Enquête sur les facultés humaines et leur développement (1883) de Francis Galton, nourri, bien entendu, des théories évolutionnistes, des travaux de Mendel sur la transmission des caractères héréditaires, de la théorie de la dégénérescence de Morel et, en Italie, des études de l’école d’anthropologie criminelle de Lombroso37. Une fois encore, le roman de Ghislanzoni fait figure de précurseur, puisque la régénération de l’espèce y est assurée par « l’amore cosmopolita »38 préconisé au sein des différentes “races” européennes, et par l’institution des concours de beauté annuels pour les jeunes femmes permettant d’assurer la reproduction des individus les mieux dotés. Puis deux textes paraissent en 1897 qui traitent du même thème sous un autre angle de vue : Il primo maggio del dottor Piccottini de Capuana et L’anno 3000. Sogno de Paolo Mantegazza – qui, en plus de ses activités scientifiques, écrivait aussi des romans à ses heures perdues. Dans le texte de Capuana, un médecin rédige un projet de loi pour mettre en place un contrôle eugénique des naissances. Chaque premier mai aurait lieu une « Coscrizione per l’amore »39 des individus de quinze ans : les individus déclarés inaptes seraient stérilisés, les individus déclarés aptes seraient soumis à une programmation ad hoc obligatoire de leur reproduction de vingt à vingt-cinq ans, avant stérilisation. Si les moyens imaginés par Capuana sont purement coercitifs, Mantegazza envisage au contraire une combinaison d’eugénisme positif et négatif. Ainsi l’étape la plus importante du parcours d’accès à la reproduction, tel qu’il le décrit dans L’anno 3000, prévoit-elle la possibilité pour les mères d’enfants porteurs de tares génétiques de refuser leur élimination, même si, à l’épreuve des faits, très peu d’entre elles le font40.

Progressisme scientifique, défaitisme fictionnel

  • 41 « Innanzitutto la fantascienza, nella sua accezione più nobile, è una letteratura cognitiva » («  (...)

14Malgré l’optimisme radical du « songe » de Mantegazza, il est significatif que l’auteur ait prévu la persistance de germes néfastes. Le cas des utopies montre bien que, même dans les visions les plus roses de l’avenir, les auteurs n’envisagent jamais que la science puisse un jour venir à bout des maux qui affligent l’humanité et se rendre tout à fait maîtresse de la nature. Les récits d’anticipation parlent toujours du temps présent41 et le temps présent, à l’époque, c’était la dégénérescence. Du reste, les récits science-fictionnels examinés ne proposent guère d’issues heureuses.

  • 42 Henri Lichtenberger, « Préface », cit., p. lxxvii-lxxviii.

Partout la création de l’homme artificiel est considérée comme un acte de superbe quelque peu sacrilège par lequel le simple mortel s’arroge un pouvoir qui n’appartient qu’à Dieu, émet la prétention impie de faire mieux que la nature et que le créateur, – un acte de rébellion quasi prométhéique et qui doit aboutir à une issue tragique.42

  • 43 Ippolito Nievo, Storia filosofica dei secoli futuri, cit., p. 73.
  • 44 Littéralement le « clou fantastique » ou « l’obsession imaginaire », Antonio Ghislanzoni, Abrakad (...)
  • 45 « La surface terrestre doit nécessairement se renouveler à échéances fixes ; c’est dans l’ordre i (...)

15La Storia filosofica dei secoli futuri de Nievo suppose ainsi qu’au XXIIIe siècle, la survie de l’espèce humaine sera gravement menacée par une épidémie de « peste apatica »43, par l’usage généralisé des narcotiques, les crises d’apoplexie et les suicides. Quant aux hommes mécaniques, Nievo ne prévoit pas leur extinction, bien au contraire : leur existence favorise la dégénérescence et l’inactivité effectives du genre humain. Leur création s’avère donc être une cause immédiate de la perte de l’humanité. Chez Ghislanzoni, au contraire, le géant « chimico-automatico-animalesco » connaît une vie des plus éphémères, car il se rompt le crâne contre un clocher, non sans avoir provoqué préalablement un désastre dans la ville ; les hommes du xxe siècle, quant à eux, sont fortement déséquilibrés et souffrent du « chiodo fantastico »44, si bien que l’humanité dépérit peu à peu. En effet, le roman s’achève sur un cataclysme (la planète Osiris percute la Terre) et sur cette leçon finale : « La superficie terrestre esige di rinnovarsi ad epoche fisse ; ciòè nell’ordine indeclinabile della natura. Quali trasformazioni subirà la razza umana nella nuova genesi che sta per iniziarsi ? Mistero »45. Les enfants de Rondine et Lucarino (les deux cyborgs ailés) y répondent, qui, naissant aptères, anéantissent l’espoir apporté par l’aube d’une ère nouvelle.

  • 46 « Non vi ha uomo su questa terra, che in un impeto subitaneo di passione non possa per odio o per (...)

16Les récits de la toute fin de siècle et du début du XXe ne sont pas plus optimistes. Le docteur Piccottini de Capuana décide de tenter l’expérience eugénique sur sa fille et lui choisit un partenaire sélectionné pour ses qualités physiques, mais la jeune fille tombe amoureuse d’un jeune homme tuberculeux et s’enfuit avec lui. Selon Paolo Mantegazza, à l’avenir les mœurs seront sensiblement pacifiées mais les germes ataviques de la délinquance et de la maladie n’auront toujours pas été éradiqués46, comme nous l’avons vu. En outre, de nouveaux microbes continueront d’apparaître régulièrement, narguant le savoir médical : en l’an 3000 comme depuis la nuit des temps, la nature s’auto-régule et a toujours une longueur d’avance.

17Luigi Capuana propose à son tour une issue tragique dans Creazione, L’incredibile esperimento et L’acciaio vivente. Voulant créer une femme parfaite, Enrico Strizzi, protagoniste de la nouvelle de 1901, donne à son Ève nouvelle trop de féminité : bien vite, elle lui devient insupportable et il décide de la réduire à l’état gazeux dont il l’avait tirée. Dans L’incredibile esperimento, le savant parvient à féconder artificiellement une fleur, puis un insecte ; il tente alors l’expérience sur une femme – sa fille – mais celle-ci n’y survit pas : elle avorte et meurt. Dans L’acciaio vivente, le sérum du docteur Morini neutralise le développement physique, préservant ainsi la jeunesse, et supprime les sentiments, mais dès lors que le traitement est arrêté, la nature reprend ses droits, accélérant le dépérissement physique et mental du cobaye – l’épouse du savant. Le thème avait déjà été abordé par Svevo neuf ans plus tôt, dans Lo specifico del dottor Menghi. Le docteur Menghi apprend à ses frais que, sous l’effet du sérum de son invention, le sujet privé de sentiments devient inéluctablement criminel. Le savant de Svilucpator (1907) de Paolo Ghiringhelli, enfin, parvient à créer un nouveau-né mais, bouleversé par son succès, il pénètre dans l’engin avant la fin de l’opération, provoque un court-circuit et meurt foudroyé en même temps que sa créature.

  • 47 Luigi Capuana, A una bruna, cit., pp. 250 et 247. A una bruna n’est cependant pas un récit d’anti (...)
  • 48 « sans aucun préjudice pour les autres fonctions vitales, et même avec des bienfaits évidents pou (...)

18Seuls deux textes de Capuana sont dépourvus de conséquences tragiques : A una bruna et Due scoperte. Dans le premier, l’auteur se limite à imaginer que l’homme nouveau sera un « Uomo-Spirito » (un « Homme-Esprit ») libéré de l’instinct de reproduction, né sans femme, tandis que celle-ci, « animale inferiore »47 (« animal inférieur ») devenu inutile, finira par disparaître. Dans le second, il imagine que le siège de la faculté affective a été découvert, et qu’il est ainsi possible de renforcer cette même faculté ou de la supprimer, comme le fait le neurologue Jonath von Schwächen, « senza nessun pregiudizio delle altre funzioni vitali, anzi con evidente benefizio della salute »48. À ces deux exceptions près, tous les auteurs censurent l’audace des hommes qui tentent de rivaliser avec la nature souveraine.

  • 49 Gwenhaël Ponnau, « Le mythe du savant fou », in Les savants fous, Paris, Presses de la Cité, 1994 (...)

19L’essor des sciences et techniques au xixe siècle détermina une formidable bouffée d’optimisme quant aux progrès à venir des connaissances humaines, et il est indéniable que les premiers récits de science-fiction firent directement écho à cet optimisme. L’esprit vulcanien qui circule dans nombre de ces textes témoigne d’une foi démesurée dans les conquêtes à venir des moyens d’action mis à la disposition de l’homme pour plier la nature à ses désirs (aussi s’agit-il bien d’un genre proprement science-fictionnel). Toutefois, dans une époque où les hommes de lettres se voient ravir leur prestige d’antan par les hommes de science, les savants sont la plupart du temps représentés en littérature comme des apprentis sorciers enivrés par leur sentiment de toute-puissance, des savants fous de la « folie prométhéenne »49, dont les travaux et les visions confinent généralement à l’horreur.

  • 50 « la nature intime [des hommes] est viciée de telle façon, qu’il ne peut y avoir pour elle d’exis (...)
  • 51 « Il semble vraiment qu’une loi fatale de la vie cosmique veuille que quand on engendre trop, une (...)

20Par ailleurs, la vision des hommes de lettres reste radicalement compensatrice : « l’intima natura [degli uomini] è viziata per modo, che non può essere per lei condizione d’esistenza senza un corredo più o meno grande di disturbi e di mali »50, avait décrété Nievo. Presque quarante ans plus tard, Mantegazza affirmait encore : « Pare davvero una legge fatale della vita cosmica, che quando si genera troppo, una causa nuova di morte appare a un tratto a ristabilire l’equilibrio »51. L’hypertrophie d’un organe entraîne l’atrophie d’un autre ; de la même façon, tout bénéfice nouveau pour l’humanité apporte nécessairement son lot de nouveaux fléaux. Cette vision conduit immanquablement au châtiment des injures faites à la génération naturelle par la mise en échec systématique des tentatives de création artificielle. La rébellion de Prométhée avait été durement punie par Zeus. Point d’ancrage d’une vérité atemporelle qu’aucune contingence ne saurait éclipser, le mythe disait déjà le triomphe inéluctable de la nature sur les tentatives des hommes pour la subjuguer. La rémanence des mythes dans les récits de proto-science-fiction dit le conservatisme fondamental de leurs auteurs et leur inscription dans un modernisme bien en-deçà de l’avant-gardisme du xxe siècle.

  • 52 « Voilà tout à coup que les révolutions prométhéennes de la science, de la technologie et de la c (...)

Ecco che d’un colpo le rivoluzioni prometeiche della scienza, della tecnologia e della conoscenza si trasformano in poteri mefistofelici e distruttivi, il Wunschtraum di onnipotenza si realizza in una riduzione della potenza, la « rigenerazione » scade nella « degenerazione ».52

  • 53 Alors la science sera définitivement expulsée de l’espace littéraire. Sans la science, la fiction (...)
  • 54 « l’homme à lunettes », Italo Svevo, La coscienza di Zeno, Milano, Mondadori, 1988, p. 412. Sur l (...)

21Il n’est donc pas réellement question de nouvelle Welt-anschauung, ni de nouvelle Mensch-anschauung. Il en ira tout autrement dans Mafarka le futuriste (1909), où Marinetti imaginera la création de l’homme nouveau, géant ailé immortel et dépourvu de sentiments, par la seule force de la volonté53. Alors pourra-t-on éventuellement parler d’une nouvelle Mann-anschauung, anticipée par les récits de Capuana qui sanctionnent le triomphe du mâle cérébral. Dans un esprit radicalement différent, Svevo et Pirandello proposeront une vision désenchantée d’une humanité mécanisée ayant rompu les liens avec la nature ; une vision qui va jusqu’à dépasser les postulats des sciences de l’évolution par la victoire des créatures débilitées que sont Serafino Gubbio et « l’occhialuto uomo »54 du dernier roman svevien achevé. Parallèlement, les pires cauchemars de l’homme de la crise fin de siècle entameront leur réalisation, par les dérives d’une science dont les expérimentations auront franchi les limites du texte littéraire et des tests in vitro pour s’ériger en médecine politique totalitaire.

Haut de page

Notes

1 On situe généralement la naissance du terme à la parution du premier numéro de Science Wonder Stories, en 1929. En Italie, on ne parle de fantascienza qu’à partir de 1952, avec la parution du premier numéro de la revue Scienza Fantastica, avventure nello spazio, tempo e dimensione et le lancement de la collection « Urania » par la maison d’édition Mondadori (on doit à Giorgio Monicelli, directeur de la revue, la création du terme fantascienza).

2 Vice versa, les récits de science-fiction tendent à fonder leur propre « mitologia avveniristica » (Daniela Guardamagna, Analisi dell’incubo. L’utopia negativa da Swift alla fantascienza, Roma, Bulzoni, 1980, p. 144).

3 Héritier d’Albert le Grand et contemporain de Cornelius Agrippa, Paracelse (1493-1541) exposa la création artificielle de l’homoncule à partir du sperme masculin mais par un procédé alchimique (cf. Paracelso, De homunculis. Libro sugli homunculi (De homunculis et monstris), Genova, Phoenix, 1992, surtout pp. 35-37).

4 Au XXe siècle, ce sont les cultures anglo-saxonnes qui développeront le genre. Songeons par exemple à Der Golem (1915) de Gustav Meyrink, à R.U.R. (Rossum’s Universal Robots) (1920) de Karel Čapek, ou au film Metropolis (1926) de Fritz Lang. Au milieu du siècle, les écrivains de langue anglaise prendront durablement le dessus, avec Philip K. Dick, Clifford D. Simak et Isaac Asimov (d’origine russe, il fut naturalisé américain en 1928). Sur les péripéties terminologiques du genre, cf. Gianfranco De Turris, « Introduzione », in Le aeronavi dei Savoia. Protofantascienza italiana (1891-1952), a cura di G. De Turris, Milano, Editrice Nord, 2001.

5 Le mécanicien Jacques de Vaucanson conquit une célébrité formidable grâce à son Flûteur automate (créé vers 1738) et, surtout, à son Canard digérateur (exposé en 1744), lequel posait le problème de la digestion, dont les médecins ignoraient alors le fonctionnement physiologique. Les horlogers suisses Jaquet-Droz firent également sensation avec la Musicienne, le Dessinateur et l’Écrivain (1767-1774). Dans les vingt dernières années du XVIIIe siècle, le Turc mécanique de Johann Wolfgang von Kempelen suscita quant à lui une fascination jusqu’alors inégalée, qui ne se tarit qu’un demi-siècle plus tard, supplantée par L’Oranger merveilleux, le Pâtissier du Palais-Royal et le Voltigeur au trapèze de l’illusionniste Jean-Eugène Robert-Houdin. Cf. Gian Paolo Ceserani, Gli automi. Storia e mito [1969], Roma-Bari, Laterza, 1983.

6 Le deuxième récit de la Genèse pose que la femme fut créée à partir de la chair de l’homme, tandis que le premier récit relate une création simultanée de l’homme et de la femme. Dans la tradition hébraïque, le Golem est un être artificiel fait d’argile, animé momentanément de vie lorsque l’inscription emet est posée sur son front ou sa bouche (selon les versions), ces lettres (qui signifient vérité en hébreu, l’un des noms de Dieu) étant dotées d’une puissance créatrice. Cf. Jean-Pierre Lefebvre, « Présentation », in Gustav Meyrink, Le Golem, Paris, Flammarion, 2003, pp. 7-32.

7 Héphaïstos est le créateur de différents automates (HomÈre, Iliade, tr. fr. P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1974), comme les « trépieds » (tome III, chant XVIII, 372-377, p. 181), les portes de l’Olympe (tome I, chant V, 749-751), les soufflets de la forge (tome III, chant XVIII, 468-473) et, même, des « servantes » en or (tome III, chant XVIII, 415-420, p. 183). Cf. Alexandre Marcinkowski et Jérôme Wilgaux, « Automates et créatures artificielles d’Héphaïstos : entre science et fiction », Techniques & Culture [revue électronique], n. 43-44, 2004, mis en ligne le 15 avril 2007, consulté le 22 octobre 2012. URL : http://tc.revues.org/1164. Pygmalion, quant à lui, crée une statue dont il s’éprend et à laquelle Vénus donne vie.

8 Le roman parut dans une version inachevée en feuilleton en 1865 dans la Rivista Minima, précédé de Due parole d’introduzione, et ce n’est qu’en 1884 qu’il fut confié dans sa version intégrale à l’éditeur milanais Brigola.

9 Nous entendons par étrange un genre littéraire où les lois de la nature telles qu’elles nous sont connues demeurent intactes dans la fiction (contrairement au merveilleux) mais donnent lieu à des événements extraordinaires. Cf. Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, 1970, p. 46.

10 Voici les éditions utilisées des textes, cités par ordre chronologique : Ippolito Nievo, Storia filosofica dei secoli futuri fino all’anno dell’era volgare 2222 ovvero fino alla vigilia in circa della fine del mondo, in Id., Storia filosofica dei secoli futuri (e altri scritti umoristici del 1860), a cura di Emilio Russo, Roma, Salerno editrice, 2003 ; Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra. Storia dell’avvenire, Milano, Sonzogno, s.d. ; Luigi Capuana, « Il primo maggio del dottor Piccottini », in Id., Fausto Bragia e altre novelle, Catania, Giannotta, 1897 ; Luigi Capuana, « A una bruna », in Id., Fausto Bragia e altre novelle, cit. ; Paolo Mantegazza, L’anno 3000. Sogno, Bergamo, Pierluigi Lubrina Editore, 1988 ; Luigi Capuana, « Creazione », in Id., Il Decameroncino in Id., Racconti, a cura di E. Ghidetti, tomo II, Roma, Salerno Editrice, 1974 ; Italo Svevo, Lo specifico del dottor Menghi, in Id., I racconti, Milano, Garzanti, 1985 ; Paolo Ghiringhelli, Svilucpator, in Le aeronavi dei Savoia. Protofantascienza italiana (1891-1952), Milano, Casa Editrice Nord, 2001 ; Luigi Capuana, « L’incredibile esperimento », in Id., La voluttà di creare, in Id., Racconti, a cura di E. Ghidetti, tomo III, cit. ; Luigi Capuana, « Due scoperte », in Id., La voluttà di creare, cit. ; Luigi Capuana, L’acciaio vivente, in Le aeronavi dei Savoia. Protofantascienza italiana (1891-1952), cit.

11 Ghislanzoni fonde sa vision hallucinatoire du futur sur le principe que l’histoire n’est qu’un éternel recommencement. « L’Abrakadabra […] è la storia perenne del movimento umano riflessa in un’epoca sconosciuta all’universale, in un’epoca avvenire. […] La natura lo ha impresso nella mente di tutti ; sebbene noi abbiamo il torto di leggerlo a rovescio. L’istoria del passato e del presente sono una conseguenza logica dell’istinto umano, che non può mutarsi. Studiate in voi stessi le leggi di questo istinto, e avrete la istoria dell’avvenire » (« Abrakadabra […] est l’histoire pérenne du mouvement humain reflétée en une époque inconnue du public, en une époque à venir. […] La nature l’a gravé dans l’esprit de tous ; bien que nous ayons le tort de le lire à l’envers. L’histoire du passé et du présent est une conséquence logique de l’instinct humain, qui ne peut changer. Étudiez en vous-mêmes les lois de cet instinct, et vous aurez l’histoire de l’avenir »), Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra, cit., p. 47. La Storia filosofica dei secoli futuri de Nievo présente un récit-cadre de la main d’un certain Nicolosi, « filosofo-chimico », lequel retranscrit l’histoire écrite dans le futur par un dénommé Bernardi di Gorgonzola en 2222. Nicolosi part du principe que la « scienza delle analogie » est le meilleur instrument de connaissance et que si les botanistes parviennent à obtenir des floraisons anticipées, il doit être nécessairement possible d’obtenir également des floraisons anticipées « nel processo del pensiero umano » (« dans le processus de la pensée humaine »), Ippolito Nievo, Storia filosofica dei secoli futuri, cit., pp. 75 et 45.

12 C’est par exemple le cas du roman d’Agostino Della Sala Spada, Nel 2073 ! Sogni d’uno stravagante (1874).

13 Le best-seller de Samuel Smiles, Self-help (1859), fut traduit en italien et publié en 1865 dans la collection « Biblioteca utile » de la maison d’édition de Treves. Le chantre du volontarisme italien est cependant Michele Lessona, auteur de Volere e potere (1869). Ce courant de pensée pénétra tous les domaines de l’activité intellectuelle, comme la psychologie (en 1893, Paul-Émile Lévy publiait L’éducation rationnelle de la volonté. Son emploi thérapeutique) et, bien sûr, la politique (Maurice Barrès en France, Enrico Corradini en Italie).

14 Jacqueline Duchemin, Prométhée. Histoire du mythe, de ses origines orientales à ses incarnations modernes, Paris, Les Belles Lettres, 1974, p. 20. Nous écartons ainsi l’aspect du mythe concernant la maîtrise des arts techniques (métallurgiques), qui avait été au contraire privilégiée dans la tradition renaissante (cf. Véronique MÉrieux, « Le Cabinet de curiosités de François Ier de Médicis [1569-1572] ou le théâtre d’un nouveau Monde », in Lieux bizarres, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012).

15 Homère, Iliade, cit., tome III, chant XVIII, p. 181.

16 D’après Enri Lichtenberger, l’Homunculus serait en effet une entéléchie. Cf. Henri Lichtenberger, « Préface », in Johann Wolfgang von Goethe, Faust. Deuxième partie, Paris, Montaigne, s. d., p. LXXXV. Le mythe de Faust constitue, à bien des égards, une source pseudo-première des récits de science-fiction du XIXe siècle. Selon Kierkegaard, le mythe de Faust est l’un des trois grands mythes européens de l’âge moderne, avec celui de Don Juan (quête de l’amour absolu) et du Juif errant (quête d’une identité absolue), qui fondent le stade esthétique (celui qui concerne le rapport de l’homme à la sensibilité, et non plus au devoir ou à Dieu). Selon Jean Clair, c’est le mythe de Faust, englobant le mythe de Prométhée, qui domine le siècle, car la figure de Faust n’est pas défi à la divinité, mais génie satanique, mélancolie créatrice : elle est « cette inquiétude incessante, cette insatisfaction et cette peur du savoir, tous sentiments étrangers à Prométhée, qui animent le projet de la connaissance en Europe » (Jean Clair, « Une mélancolie faustienne », in Mélancolie. Génie et folie en Occident, sous la direction de J. Clair, catalogue de l’exposition de Paris [10 octobre 2005 - 7 mai 2006], Paris, Gallimard, 2005, p. 460).

17 Ainsi Paolo Mantegazza écrit-il : « nella generazione noi siamo ancora in perfetta alchimia ; dobbiamo giungere al più presto possibile alla chimica » (« en matière de génération nous en sommes encore à une totale alchimie ; nous devons en venir le plus vite possible à la chimie »), Paolo Mantegazza, Igiene dell’amore [1879], a cura di Gabriella Armenise, Lecce, Pensa Multimedia, 2004, p. 434. Le mécanisme d’un La Mettrie, auteur du très célèbre et très polémique L’homme-machine (1747), était certainement encore opératoire.

18 Signalons aussi le lancement de la Cronaca bizantina en 1881. Dans les mêmes années, la polémique s’était enflammée à Paris avec la parution d’À rebours (1884) de Huysmans et l’annonce de la « banqueroute » du naturalisme décrétée par Ferdinand Brunetière dans les colonnes de la Revue des Deux Mondes en 1893. À échelle européenne, la réaction impliqua aussi les milieux scientifiques, comme en témoignent notamment The Principles of Psychology d’Herbert Spencer, parus en 1870 et 1871.

19 Sur la distinction entre les mirabilia comme prodiges de la nature (chez les Anciens) et les choses admirables créées par l’ars de l’homme, cf. Anne Raffarin-Dupuis, « Miracula, mira praecipua, mirabilia : les merveilles de Rome de Pline à la Renaissance », in Camenae, n. 2, 2007, consulté le 23 octobre 2012. URL: http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Raffarin_corrige_definitif.pdf.

20 « omuncoli o uomini a macchina e di seconda mano », « esseri ausiliari », « uomini meccanici » (« homoncules ou hommes de machinerie et de seconde main », « êtres auxiliaires », « hommes mécaniques »), Ippolito Nievo, Storia filosofica dei secoli futuri, cit., pp. 48, 66 et 71.

21 Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra, cit., pp. 214 et 231.

22 C’est le mathématicien américain Norbert Wiener qui fonda la cybernétique avec la parution de Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine (1948).[

23 Antoine-Joseph Jobert de Lamballe, auteur d’un Traité de chirurgie plastique (1849), est resté célèbre pour le perfectionnement de l’autoplastie (ou auto-greffe) et de la cystoplastie (réparation des parties malades par les tissus sains avoisinants). Louis Léopold Ollier est considéré comme le fondateur de la chirurgie orthopédique moderne. Il est l’auteur du Traité expérimental et clinique de la régénération des os et de la production artificielle du tissu osseux (1867). Cf. Paolo Mantegazza, « Degli innesti animali e della produzione artificiale delle cellule », in Il Politecnico, vol. XXIV, 1865, pp. 26-50.

24 À proprement parler, la génétique – branche de la biologie – naît en 1905 sous la plume de William Bateson.

25 Ce faisant, Wöhler montrait qu’il est possible de produire en laboratoire et à partir de composés inorganiques un composé connu pour être seulement produit par des organismes biologiques. La découverte est de 1828.

26 Capuana ne détaille pas les modalités pratiques de la modification génétique. En revanche, il s’agissait d’une simple ablation du centre affectif dans Il dottor Cymbalus. Le motif d’un homme libéré des passions est en effet récurrent dans le corpus de l’auteur, et remonte à ce texte juvénile de 1867, où il était déjà question d’une opération capable de supprimer les émotions. À ses débuts, Capuana était fortement influencé par les conceptions matérialistes de Pierre-Paul Broca, mais il y ajoutait déjà l’irrépressible goût pour le merveilleux qui caractérise son génie et éclate, passée la période vériste, dans ses derniers recueils de nouvelles. Sur cette évolution, voir notre Forme e figure dell’alterità. Studi su De Amicis, Capuana e Camillo Boito, Ravenna, Giorgio Pozzi Editore, 2009, pp. 79-160. Notons que dans une nouvelle plus tardive, L’incredibile esperimento (1911), Capuana, fasciné par les multiples pistes ouvertes par les progrès des différentes sciences et techniques, envisage une fécondation artificielle par l’électricité.

27 La procréation sans le recours au corps féminin est un véritable leitmotiv de ces récits. On trouve cette idée dès la Storia filosofica (1860) de Nievo, où néanmoins la création d’homoncules féminins destinés à se substituer aux femmes réelles dans la fonction reproductrice n’est pas menée à exécution afin de préserver la survie de la gent féminine (pp. 72-73). On la retrouve tout particulièrement dans les textes de Capuana, notamment dans A una bruna, où la femme est présentée comme un « animal inférieur » (p. 247) dont l’utilité réside tout entière dans la fonction reproductrice, et dans L’incredibile esperimento, où l’avenir de la femme consiste uniquement à assurer la reproduction de l’espèce, tandis que l’homme est devenu un homme-esprit. Point d’orgue de cette veine misogyne qui sillonne toute la période à cheval entre XIXe et XXe siècle – en concomitance avec l’affirmation de revendications féministes (s’il fallut attendre Clelia Romano Pellicano pour qu’un féminisme italien commence à s’organiser, le mouvement avait été lancé bien avant grâce à la publication de The Enfranchisement of Women de Harriet Taylor en 1851, puis de The Subjection of Women de John Stuart Mill en 1869) –, le Mafarka le futuriste (1909) de Marinetti imagine la création d’un homme par la seule force de la volonté, « sans le secours de la vulve », puisque « l’esprit de l’homme est un ovaire inexercé » (Filippo Tommaso Marinetti, Mafarka le futuriste, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 1984, pp. 168 et 16-17) : géant immortel et ailé, l’homme nouveau sera dépourvu de sentiments envers autrui, tout comme dans les rêves de Capuana – qui fut d’ailleurs un ardent défenseur du roman marinettien lors de son procès pour attentat à la pudeur à l’automne 1910.

28 D’après Helena Blavatsky, membre fondateur de la Société théosophique fondée en 1875, les élémentals (ou élémentaux) sont les résidus des formes humaines conservés après la mort dans le fluide astral universel. Le troisième but de la Société théosophique était d’enquêter sur les pouvoirs psychiques et spirituels latents dans l’homme : l’une des pensées obsédantes de Capuana, comme on peut s’en convaincre à la lecture de Spiritismo ? (1884) et de Mondo occulto (1896). Dans ce dernier, Capuana expose les conceptions de la Société théosophique sur le fluide astral et les esprits élémentals (cf. Luigi Capuana, « Mondo occulto », in Id., Mondo occulto, a cura di Simona Cigliana, Catania, Edizioni del Prisma, 1995, p. 189).

29 Luigi Capuana, L’incredibile esperimento, cit., pp. 257 et 260. À l’avenir, la femme deviendra la « covatrice artificiale » (« couveuse artificielle ») et l’homme deviendra un être « assai più spirituale e più perfetto » (« beaucoup plus spirituel et plus parfait », ibidem, p. 260). On retrouve un cas similaire dans un texte, aussi obscur que son auteur (un certain Ghiringhelli), intitulé Svilucpator et publié en 1907, dans lequel le savant Paolo Loreni féconde artificiellement le sperme grâce à l’intensité calorique du soleil.

30 Cf. Mémoires pour servir à l'histoire d'un genre de polypes d'eau douce à bras en forme de cornes (1744). Dans les mêmes années, Charles Bonnet expose dans son Traité d'insectologie ou Observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets (1745) des résultats analogues sur la parthénogenèse chez le puceron.

31 Cf. Pierre Louis Moreau de Maupertuis, Essai sur la formation de corps organisés (1754). Maupertuis avait poussé sa réflexion jusqu’à envisager la création artificielle de nouvelles races et l’élimination des mutants déficients.

32 Cf. Leonardo Salimbeni, Sulla eterogenia ovvero sulla generazione spontanea (1863), et Paolo Mantegazza, Sulla generazione spontanea (1864). Mantegazza était aussi l’auteur d’une Nota sulla fecondazione artificiale nella donna (1887).

33 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1998, p. 469. Cf. aussi Max Nordau [Simon Maximilian Südfeld], Dégénérescence, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2010.

34 « une action bénéfique sur le cœur, en modérant ses transports » et « ils adoucissent les instincts », Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra, cit., p. 76.

35 Dans une conférence de 1808, John Dalton fournit une définition moderne de l’atome comme d’une particule fondamentale. Plus tard, Dimitri Ivanovitch Mendeleïev établira un tableau de classement des atomes (La dépendance entre les propriétés des masses atomiques des éléments, 1869). L’électron sera découvert par Joseph John Thomson en 1897.

36 L’Essai sur le principe de population (1798) du célèbre économiste britannique Thomas Robert Malthus eut un immense succès et déclencha de nombreuses polémiques. Sur l’eugénisme en Italie, cf. Claudia Mantovani, Rigenerare la società. L'eugenetica in Italia dalle origini ottocentesche agli anni Trenta, Soveria Mannelli, Rubbettino Editore, 2004, Alessandro Berlini, Il filantropo e il chirurgo. Eugenetica e politiche di sterilizzazione tra XIX e XX secolo, s.l., L’Harmattan Italia, 2004, et Francesco Cassata, Molti, sani e forti. L’eugenetica in Italia, Torino, Bollati Boringhieri, 2006.

37 Les études sur l’hérédité avaient commencé au XVIIIe siècle avec les recherches sur la transmission héréditaire de la polydactylie, de l’hémophilie et de la couleur de l’iris. Au XIXe siècle, les travaux de Darwin, au centre desquels figurait la notion d’atavisme, avaient été préparés par la théorie transformiste de Lamarck. Au milieu du siècle, les lois fondamentales de la transmission génétique formulées par Gregor Mendel dans ses Recherches sur les hybrides végétaux [Experiments in Plant Hybridization] (1865) sapaient la théorie de l’hérédité par mélange selon laquelle un individu héritait pour moitié des caractères de ses deux géniteurs. Les travaux de Mendel aboutissaient au contraire à la conclusion que les caractéristiques héréditaires des vivants sont gouvernées chacune par une double commande (une paire d’allèles) et qu’une seule sur deux est transmise au descendant par chaque parent. Parallèlement à l’élaboration de théories évolutionnistes virent le jour des études spécifiques sur la dégénérescence, une notion qui était apparue dans le cadre de la polémique sur l’origine des différentes races (monogénisme versus polygénisme). Deux ouvrages furent particulièrement remarqués : le Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ses variétés maladives (1857) de Bénédict Auguste Morel, qui définissait la dégénérescence comme une « déviation maladive de l’espèce », puis L’hérédité psychologique (1882) de Théodule Ribot. En Italie, l’intérêt pour la question de la dégénérescence était au plus fort entre 1875 et 1895, comme en témoignent les recherches de Paolo Mantegazza (Gli atavismi psichici, 1888) et de Giuseppe Sergi (Le degenerazioni umane, 1889). Tout le système de pensée de Lombroso et de ses épigones repose par ailleurs sur ces théories. Bien vite, les débats dérivèrent sur le terrain médico-social, avec l’apparition de l’eugénisme (alors appelé eugénique), due à sir Francis Galton, cousin de Darwin.

38 « l’amour cosmopolite », Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra, cit., p. 75.

39 Une « Conscription pour l’amour », Luigi Capuana, « Il primo maggio del dottor Piccottini », cit., pp. 139-140.

40 Cf. Paolo Mantegazza, L’anno 3000, cit., pp. 117-119. Cette étape ultime est précédée d’un long parcours préventif : cinq ans après le mariage d’amour, qui ne consacre que l’union affective des fiancés, les aspirants à la reproduction effectuent une visite prénuptiale auprès du Sénat biologique, seule instance autorisée à leur donner le droit de célébrer le mariage fécond. La société évoluée d’Andropoli ayant adopté la « limitazione maltusiana delle nascite » (« limitation malthusienne des naissances », ibidem, p. 83), le péril de la surpopulation a été enrayé, mais à ce contrôle contraceptif s’ajoute aussi un examen systématique des nouveaux-nés par les « Igei » et les « Psicogei » (ibidem, pp. 88 et 109). Les délinquants-nés, les monstres et les enfants porteurs de germes incurables sont alors éliminés – sauf opposition de la mère ou du père – tandis que les prédispositions aux affections moins lourdes font l’objet d’un traitement préventif.

41 « Innanzitutto la fantascienza, nella sua accezione più nobile, è una letteratura cognitiva » (« Avant tout la science-fiction, dans son acception la plus noble, est une littérature cognitive », Davide Ghezzo, Fantascienza e mito, Torino, Tirrenia Stampatori, 1988, p. 115.

42 Henri Lichtenberger, « Préface », cit., p. lxxvii-lxxviii.

43 Ippolito Nievo, Storia filosofica dei secoli futuri, cit., p. 73.

44 Littéralement le « clou fantastique » ou « l’obsession imaginaire », Antonio Ghislanzoni, Abrakadabra, cit., p. 185.

45 « La surface terrestre doit nécessairement se renouveler à échéances fixes ; c’est dans l’ordre inéluctable de la nature. Quelles transformations la race humaine subira-t-elle dans la nouvelle genèse qui va commencer ? Mystère », ibidem, pp. 254-255.

46 « Non vi ha uomo su questa terra, che in un impeto subitaneo di passione non possa per odio o per vendetta rendersi colpevole di un omicidio o di un furto » (« Il n’y a pas un homme sur cette terre, qui dans un accès subit de passion ne puisse par haine ou par vengeance se rendre coupable d’un homicide ou d’un vol »), Paolo Mantegazza, L’anno 3000, cit., p. 72.

47 Luigi Capuana, A una bruna, cit., pp. 250 et 247. A una bruna n’est cependant pas un récit d’anticipation : il ne s’agit que d’une vision d’un homme de la fin du XIXe siècle.

48 « sans aucun préjudice pour les autres fonctions vitales, et même avec des bienfaits évidents pour la santé », Luigi Capuana, Due scoperte, cit., p. 290.

49 Gwenhaël Ponnau, « Le mythe du savant fou », in Les savants fous, Paris, Presses de la Cité, 1994, p. XIX.

50 « la nature intime [des hommes] est viciée de telle façon, qu’il ne peut y avoir pour elle d’existence sans un lot plus ou moins grand de gênes et de maux », Ippolito Nievo, Storia filosofica dei secoli futuri, cit., p. 74.

51 « Il semble vraiment qu’une loi fatale de la vie cosmique veuille que quand on engendre trop, une nouvelle cause de mort apparaisse tout d’un coup pour rétablir l’équilibre », Paolo Mantegazza, L’anno 3000, cit., p. 83.

52 « Voilà tout à coup que les révolutions prométhéennes de la science, de la technologie et de la connaissance se transforment en pouvoirs méphistophéliques et destructeurs, le Wunschtraum d’omnipotence se traduit en une réduction de puissance, la “regénération” se dégrade en “dégénération” », Graziana Francone, « Sieri rigeneranti e altra fantascienza inglese in un racconto di Italo Svevo », in Forum Italicum, n. 2, 2006, p. 292. Ainsi, dans le même esprit, Jean Clair estime-t-il que c’est le mythe de Faust, et non le mythe de Prométhée, qui l’emporte aux XIXe et XXe siècle (Jean Clair, « Une mélancolie faustienne », in Mélancolie. Génie et folie en Occident, sous la direction de J. Clair, catalogue de l’exposition de Paris (10 octobre 2005 - 7 mai 2006), Paris, Gallimard, 2005).

53 Alors la science sera définitivement expulsée de l’espace littéraire. Sans la science, la fiction verse dans la pure vision, comme dans Mafarka le futuriste, qui, justement, n’est pas un texte de science-fiction. Il est néanmoins à noter qu’en dépit de sa prétention à la tabula rasa, le roman marinettien ne propose, à bien des égards, qu’un pastiche de la création par un acte d’amour dans la Genèse, un renversement du récit biblique où l’amour est réduit à l’appétit (la luxure est omniprésente), destitué par la guerre permanente, et où Dieu est dégradé en homme. Cet aspect carnavalesque vide le récit fondateur du nouvel homme futuriste de sa charge novatrice. Par ailleurs, la pars construens qui devrait s’ouvrir à l’issue de cette création nouvelle est reportée dans l’après-récit, le roman en lui-même se contentant de narrer la genèse de l’homme nouveau : l’homme futuriste est donc le père de Mafarka, et non Mafarka lui-même. Enfin, le sur-hommisme évident de Mafarka relie lui-même l’œuvre au mythe des héros.

54 « l’homme à lunettes », Italo Svevo, La coscienza di Zeno, Milano, Mondadori, 1988, p. 412. Sur le dépassement de la théorie darwinienne, cf. Enrico Ghidetti, Malattia, coscienza e destino. Per una mitografia del Decadentismo, Scandicci, La Nuova Italia, 1993, p. 140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edwige Comoy Fusaro, « Création artificielle et régénération. Mythes de l’homme nouveau dans la littérature science-fictionnelle italienne de la fin du XIXe au début du XXe siècle », Cahiers d’études romanes, 27 | 2013, 475-492.

Référence électronique

Edwige Comoy Fusaro, « Création artificielle et régénération. Mythes de l’homme nouveau dans la littérature science-fictionnelle italienne de la fin du XIXe au début du XXe siècle », Cahiers d’études romanes [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/4212 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesromanes.4212

Haut de page

Auteur

Edwige Comoy Fusaro

Université Nice-Sophia Antipolis, LIRCES

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals