Navigation – Plan du site

Introduction

Perle Abbrugiati
p. 7-15

Texte intégral

  • 1 Rappelons les titres précédents des Cahiers d’études Romanes concernés par cette thématique : le n° (...)

1Les études rassemblées dans ce volume constituent la suite des deux volumes réunis sous le titre Mythes sans limites (Cahiers d’études romanes, n° 27, 2013). Ensemble, ils sont le résultat des travaux de l’Axe 2 du CAER sur la réécriture du mythe, qui ont duré quelque trois ans. Ce sera le huitième volume consacré aux différents aspects de la réécriture, sans compter les Actes de colloques, un thème qui a occupé depuis de nombreuses années1 notre axe intitulé « Pratiques d’écriture ».

2Le thème de la métamorphose semble être à la charnière de la réécriture et du mythe. Si toute réécriture est une métamorphose textuelle, artistique ou plus largement une métamorphose des représentations, une large partie de la mythologie, des mythologies, est consacrée à des récits de métamorphose, éternisés par Ovide. Depuis les mythes fondateurs cosmogoniques, qui traitent de la métamorphose du chaos en monde ordonné, jusqu’aux mésaventures tragiques des héros et des nymphes qui représentent des transformations, la mythologie est particulièrement attentive à raconter le changement. Par ailleurs, nous l’avions souligné dans l’introduction à nos précédents volumes, il n’est pas de mythe qui ne vive de ses propres métamorphoses, la multitude de versions qui le constituent en attestant la paradoxale pérennité. Quant aux mythes au sens barthésien, les mythes littéraires, artistiques, sociaux, ils sont eux aussi sujets à évolution ou naissent d’une volonté de façonner les événements par souci idéologique : métamorphose, encore.

3Peut-être le mythe est-il dans sa définition même une métamorphose du réel : sa vocation à raconter le monde est une métamorphose en germe de la réalité en récit. Il se métamorphose à son tour en cent récits qui tentent par leur balbutiement de cerner une réalité sans fixité et pourtant éternellement recommencée. Puis le faisceau de ces versions constitue une entité aux contours identifiables qui semble immuablement ancrée dans les esprits, dans la culture, dans l’inconscient collectif. Les siècles passent, font leur travail de stratification. Vient alors la tentation iconoclaste de mettre en cause ces ancrages, de les bousculer, de les instrumentaliser pour dire la même chose autrement, ou pour dire autre chose par leur truchement, de leur faire dire autre chose. On ose la métamorphose.

4Le terme de métamorphose n’a pas été un mot d’ordre pour les communications réunies dans ce volume. Mais il est intéressant de constater qu’on le retrouve dans presque toutes, et lorsque le mot n’y est pas on y trouve néanmoins son ombre. Nous nous félicitons que de nombreux doctorants et jeunes docteurs y aient participé, signe de bonne santé du CAER à la fois par leur élan participatif et par la qualité de leurs interventions. L’Axe 2 du CAER se veut aussi un lieu de formation, de confrontation, et pourquoi pas de promotion des meilleurs chercheurs de demain. Cela rappelle aussi que le travail sur la réécriture du mythe a été l’occasion de la naissance de plusieurs thèses au sein de notre équipe. Fanny Eouzan, Carole Manucci, Mélinda Palombi, qui participent à ce volume, comme Andrea Natali, Sandra Gondouin et Daniela Vitagliano, qui ont publié dans Mythes sans limites, ont des sujets de thèse directement liés à la réécriture du mythe. D’autres ont efficacement dialogué grâce à ce thème avec nos collègues Bernard Bessière, Estrella Massip y Graupera, Claire Vialet.

5Le volume est structuré en quatre parties. La première examine des mythes, au sens strict de récits mythologiques, qui sont transformés par l’art ou la littérature. La deuxième élargit la notion de mythe aux lieux et figures qui habitent l’inconscient collectif, souvent d’ailleurs en lien avec leur apparition dans les mythologies païennes ou chrétienne. La troisième s’intéresse aux jeux parodiques qui pastichent les mythes dans quelques romans contemporains. La quatrième est dédiée aux métamorphoses textuelles, cas de traduction libre de textes que leur notoriété a rendus mythiques.

6C’est Carole Manucci qui inaugure la section « Mythologies corrigées », par un article sur les Ragionamenti de Giorgio Vasari. La réécriture y apparaît à la fois comme passage intersémiotique d’un art à un autre (de la peinture à l’écriture) puisque Vasari commente dans ce livre les fresques réalisées pour le Palazzo vecchio de Florence, et comme instrumentalisation du mythe puisque la glorification du grand-duc Cosme de Médicis est la principale visée de la réalisation du Palazzo. La métamorphose rejoint l’apothéose, dans une opération où la représentation artistique des grands mythes prend un sens politique. Discrètement, Carole Manucci propose aussi l’idée qu’un sens second sous-tend cette opération de divinisation par la mythologie, davantage lié à la pensée alchimique où la notion de métamorphose tient une place centrale.

7Nous passons à l’époque contemporaine avec l’article d’Elena Paroli sur Giorgio Caproni. Elle étudie le personnage d’Enée dans Il passaggio d’Enea. Une tout autre transformation du mythe y est à l’œuvre. Loin d’être le levier qui grandit un personnage auquel il prête sa figure, le mythe est ici littéralement démythifié, puisque chez Caproni Enée apparaît dans toute la fragilité que le personnage portait en germe dans la légende ancienne, mais ne la sublime pas en fondation civilisatrice : il représente simplement l’homme issu de la guerre, portant le lourd poids d’un absurde révélé. L’errance d’Enée reste errance, et ne converge pas vers un sens de son destin ; le héros n’est plus un être exceptionnel, il est représentatif de la condition humaine

8C’est également la représentation de la modernité que moi-même, Perle Abbrugiati, je relève ensuite dans le mythe d’Icare réécrit par Dario Fo. Mais ici le mythe est dévié : ce n’est plus le même sens que Fo prête à l’acte du personnage. Icare ne se brûle pas les ailes par imprudence ou forfanterie, mais en une renonciation qui semble à Fo illustrative de la jeunesse contemporaine, à la fois celle des années 80 et celle des années 2000, selon des problématiques différentes. Le sens du mythe réinvesti par Dario Fo évolue avec l’actualité, toujours cependant selon l’idée que l’envol d’Icare n’est pas un élan mais un suicide. Le personnage central devient alors Dédale, qui délivre le message de l’auteur, un message d’engagement comme toujours pour le giullare du théâtre italien.

9Nous restons dans le cycle minoen avec l’article de Malgorzata Kobialka. Elle étudie le personnage du Minotaure chez Antonio Tabucchi. Partant des Céphalées du Minotaure, elle nous emmène dans le monde labyrinthique de l’auteur toscan, où s’opère bien sûr un retournement du mythe. Le Minotaure, loin d’y être un personnage malfaisant, a toute la mélancolie de l’homme tabucchien aux prises avec les couloirs ironiques du monde, qui sont ici mis en scène par l’auteure de l’article en une écriture aussi précise que poétique. Le labyrinthe y apparaît comme une figure cumulative, figure des labyrinthes existentiels, de ceux de l’illusion, des labyrinthes mentaux, des labyrinthes relationnels, du sujet lui-même, souvent affecté par une « labyrinthite » métaphorique – cette maladie qui atteint l’équilibre. De ce fait, le Minotaure n’est plus le symbole de l’animalité qui menace l’homme, mais celle de l’homme lui-même, de son humanité, et ses « maux de tête » ne sont que l’expression d’un rapport au monde conflictuel que seule la parole peut apaiser.

10En passant au sens plus large du mythe dans la section « Lieux et figures », nous nous retrouvons à Madrid avec pour guide Bernard Bessière. Il nous donne à voir comment cette bourgade de fondation musulmane élabore au fil des textes un mythe fondateur pour dorer son blason. Les métamorphoses de ce mythe étiologique (où l’on retrouve d’ailleurs Enée au passage, ainsi qu’Hercule), construit par des chroniqueurs ou par la simple vox populi, laissent rêveur sur le rapport entre récit et idéologie, sur les métamorphoses de la mémoire collective, thème cher à Bernard Bessière qui dirige désormais un Axe du CAER consacré à cette thématique. Notre collègue décrit les phases de ces « prurits impétueux d’Antiquité » voulant réécrire l’Histoire, ou plus justement les strates d’un mythe composite faisant appel à des mythologies diverses, qui ancre l’Espagne dans le merveilleux.

11C’est bien la même finalité qui est poursuivie par les réécritures du mythe de l’enfant de La Guardia. Michel Jonin nous en déploie les enjeux en une étude faisant appel à la fois à l’analyse textuelle et aux canons de la sacralité. Cet enfant qui aurait été torturé et tué par des juifs – fable inventée de toutes pièces par l’Inquisition – participe du mythe antijuif d’une Espagne tridentine. Ses réécritures successives – sont examinées ici celles de Damián Vegas (1544), de Felix Lope de Vega (1605/1617) et d’Antonio de Guzman (1725) – accentuent la violence du propos, en une assimilation christique qui superpose l’enfant Jésus et le Crucifié. L’enfant est métamorphosé en saint martyr. La réécriture procède par emphatisation et des mythes chrétiens elle reprend la substance pour élaborer une mystification. Mais « en pérennisant le schéma narratif, les personnages, les circonstances », ces réécritures « assurent au récit premier une forme manifeste de continuité d’ordre structurel ».

12Ainsi, si les réécritures de la première partie semblaient être des formes de dégradation ou d’effritement du mythe, nos collègues Bessière et Jonin montrent que la réécriture peut tout aussi bien être constructrice de mythes.

13La métamorphose est au centre du mythe étudié par Fanny Eouzan, qui propose une étude sur la magicienne Alcine de l’Arioste et ses évolutions à l’opéra. Alcine n’est-elle pas la sorcière qui métamorphose les hommes en plantes et en animaux, comme son ancêtre Circé métamorphosait les hommes en pourceaux ? Elle use de sa magie pour transformer un paysage aride en un monde d’illusion où la séduction et la magie se confondent : « elle est toujours associée à un lieu clos, où règne son artifice ». C’est de la séduction que parle l’Arioste à travers la figure de la magicienne, commode pour figurer cette essence infigurable, et c’est bien de la séduction que parlent les versions opératiques mettant ce personnage au centre de l’intrigue – en l’espèce sont étudiées à titre exemplaire celles d’Antonio Marchi, d’Antonio Fanzaglia et de Haendel. On voit comment est traitée en particulier la métamorphose finale, celle du palais et de l’île d’Alcine, lorsque son pouvoir est mis en échec et que s’écroule l’enchantement. Alcine elle-même le plus souvent se métamorphose en sorcière ridée, perdant sa beauté factice. L’article se termine sur l’examen de deux mises en scène contemporaines – celles de Wieler et Morabito, puis de Carsen – qui injectent un sens supplémentaire, voire opposé, à celui, en apparence moralisateur, qui met la séductrice en échec sur scène. Si les compositeurs, Haendel surtout, avaient dépouillé Alcine de sa puissance pour en faire une femme souffrante lorsque sa séduction n’agit plus, les metteurs en scène contemporains semblent par leurs propositions scéniques sonner le glas de la séduction dans un monde où le sexe se fait désormais sans magie – où l’amour ne s’accompagne plus de la séduction et in fine du désir qui métamorphose le monde.

14Sur un versant qui n’est plus intimiste mais sociologique, Maëva Riebel nous invite outre-Atlantique, pour y rejoindre un autre art. Il s’agit de peinture, et de ce genre unique au Mexique qu’est la peinture de castes. Représentant les diverses déclinaisons de la mixité dans une société coloniale au XVIIIe siècle, ces séries de tableaux montrent le devenir de familles multiethniques d’une génération à l’autre. Métamorphose s’il en est, il est question ici d’hybridité et de brassage social. Les peintures sont propres à montrer l’élaboration de stéréotypes et constituent donc des mythes en construction.

15Plus près de nous, Mélinda Palombi nous fait revenir à la littérature, avec l’étude du thème de la cosmogonie dans les Cosmicomiche d’Italo Calvino. Mythe de fondation encore, mais cette fois à l’échelle de l’univers, et traité avec ironie. Mélinda Palombi montre comment ce thème, récurrent dans ce recueil atypique, occasionne à chaque texte une réécriture de mythes génétiques bien connus (métamorphoses du chaos), et fait l’objet d’une réécriture permanente d’un texte à l’autre. Réécritures « externe » et « interne », donc, auxquelles s’ajoute une métamorphose de l’écriture scientifique en écriture comique, pour rapprocher in fine étonnamment la science du mythe. On constate que Calvino, au-delà du divertissement, opère un éternel recommencement du commencement, dans ces récits de l’émergence de l’être, devenant lui-même, à travers la fantaisie, un mythographe par sa finalité de métamorphoser la complexité en essentialité.

16Estrella Massip y Graupera ouvre la troisième partie, « Jeux parodiques », avec l’étude d’un auteur catalan, Joan Francesc Mira qui, dans son roman Els treballs perduts, parodie les douze travaux d’Hercule, transposés dans une Valence contemporaine. Chapitre par chapitre, Estrella Massip met au jour les référents mythologiques qui sous-tendent ce texte masqué. Mais elle montre aussi que d’autres référents sont à l’œuvre, Jésus le premier, et les grands mythes littéraires tels que Don Quichotte et l’Ulysse de Joyce, dans un esprit de jeu.

17Claire Vialet nous fait passer de la mythologie au monde biblique, en étudiant El asombroso viaje de Pomponio Flato d’Eduardo Mendoza, qui réécrit la vie de Jésus du point de vue d’un personnage peu recommandable. Un esprit digne des Monty Python souffle sur cette “vie de Brian” à la mode espagnole. Ce n’est plus Jésus mais Joseph qui est condamné à la crucifixion. Le texte joue d’un feuilletage intertextuel qui convoque les Evangiles, les mythes grecs, la Guerre des Gaules, la correspondance de Cicéron, les fables de La Fontaine, Don Quichotte et Ben Hur... La figure de Jésus est rapprochée de celle d’Orphée, les clichés ethniques se croisent, la dérision sur les textes bibliques est à l’œuvre, dans cette parodie de roman policier où l’enquête est menée par un homme trivial « appartenant à l’ordre équestre », mi chevalier à la triste figure, mi Sancho Pança, qui procède à une singulière initiation de Jésus enfant. Festival de réécritures mythiques guidé par l’unique esprit de jeu, le texte se fait palimpseste total mais parodique, saturation de référents mythiques qui aboutit à la dévaluation de tous les discours. Cet « évangile selon Flatus » qui se métamorphose en épiphanie d’Apollon renvoie en effet dos à dos tous les mythes.

18C’est le même auteur, Mendoza, qu’étudie Marie-Thérèse Figueroa, mais dans un autre roman intitulé El ano del diluvio. Elle y guette les réécritures de mythes littéraires. Cette version dégradée du roman sentimental convoque en effet les spectres de Don Juan, vu à travers le prisme du drame romantique de José Zorrilla Don Juan tenorio, de la religieuse portugaise du roman anonyme du XVIIe siècle, et des bandits catalans rencontrés par Don Quichotte chez Cervantès. On montre ici que la démythification de ces figures faites stéréotypes joue dans le sens d’une perception désenchantée de l’Espagne franquiste et de celle de la Transition.

19La quatrième partie traite de « Métamorphoses textuelles », étant dédiée à des traductions audacieuses, où la traduction se fait réécriture, et la réécriture de toute évidence écriture. Trois cas de traducteurs qui se saisissent d’une œuvre aimée pour s’y livrer à une surenchère d’inventivité.

20Nous retrouvons notre collègue et collaborateur Antonio Prete, dont la plume de Federica Casini examine les positions de traduction dans ses essais, tout particulièrement dans All’ombra dell’altra lingua. Per una poetica della traduzione (2011). Nous connaissons la traduction des Fleurs du mal de Baudelaire, qu’Antonio Prete a publiée en 2003 chez Feltrinelli. Ses essais en élucident les motivations à travers une réflexion sur la traduction en tant que telle. L’idée d’hospitalité empruntée à Jabès résume bien la ligne du traducteur Prete. Federica Casini, après avoir rappelé ses partis-pris formels dans la traduction des Fleurs du mal, montre qu’il s’agit pour le traducteur-écrivain non tant de métamorphoser le texte de départ en fonction de contraintes adoptées, que de se métamorphoser soi-même au contact de la langue de l’autre. La traduction qui se fait exégèse transforme profondément le traducteur, dans sa recherche/dialogue, à l’image de la rencontre amoureuse où il s’agit de respecter l’altérité de l’être aimé et de se transformer à son contact, en se découvrant paradoxalement à travers cette transformation intérieure. Au moment même où le traducteur déshabille l’autre de ce qu’il a de plus intime – la langue –, la traduction tel un acte d’amour « déploie son difficile exercice telle une réparation et une compensation de ce geste qui a tant osé ». On comprend que cette réflexion sur la traduction, métamorphose osée, s’insère parfaitement dans notre champ d’étude.

21Après ces considérations concernant à la fois la méthode et la sensibilité de la traduction, on examine avec amusement et intérêt un tour de force : une traduction en dialecte sarde des Paralipomènes à la Batrachomyomachie de Giacomo Leopardi, précédée de la traduction de sa (troisième) traduction de la Batrachomyomachie pseudo-homérique. Maria Luisa Pani en rend compte avec précision, nous donnant à voir un emboîtement de stratagèmes littéraires qui fait écho à la mise en abyme intertextuelle et prétextuelle du texte léopardien lui-même. Le grec traduit en italien traduit en sarde fait pendant à la guerre de Troie parodiée en combat des rats et des grenouilles qui est soi-disant traduite pendant la Première guerre mondiale sous la dictée d’un hypothétique petit-neveu de Leopardi... Le langage châtié de Leopardi est transposé en langue réaliste et parfois crue, tandis que l’auteur de la traduction se saisit de sa réécriture pour lui donner un sens actuel, comme Leopardi le faisait pour sa réécriture d’un texte antique.

22C’est ensuite Martin Ringot qui envisage des acrobaties textuelles, celles d’Umberto Eco qui s’est mis au défi de traduire les Exercices de style de Raymond Queneau. Par nature, le texte exige une adaptation plus qu’une traduction littérale, et Eco s’en donne à cœur joie. C’est l’occasion pour Martin Ringot de nous proposer une réflexion sur l’écriture oulipienne, et sur la traduction conçue comme un exercice oulipien exemplaire. Caractérisant le mythe comme l’actualisation d’un élément culturel dans le langage, Martin Ringot souligne qu’il est rétif à la fixité. Arborescence d’une graine disparue, ses versions infinies en font par essence un récit potentiel, au sens oulipien du terme. On peut en dire autant de la traduction. Toujours provisoire et toujours à réécrire, elle est l’acte potentiel par excellence. Cela autorise finalement les tentatives ludiques d’Umberto Eco pour restituer en italien les intraduisibles Exercices de style, texte doublement mythique – par sa notoriété et surtout par sa non-fixité –, dont le noyau narratif, en soi insignifiant, n’a d’intérêt que dans sa réécriture. Umberto Eco s’en empare et prolonge en italien l’opération potentielle de Raymond Queneau. Martin Ringot étudie les modalités de ses anoulipismes, les métamorphoses les plus flagrantes. Ainsi Eco se saisit-il d’un ouvrage basé sur la réécriture et en propose-t-il lui-même une réécriture – sorte de traduction au carré qui nous fait réfléchir au geste du traducteur.

23Les fleurs du mal, les Paralipomènes léopardiens, les Exercices de style, trois textes intraduisibles, monuments mythiques de la littérature qui nous mènent à une réflexion sur la traduction comme réécriture. On comprend comment pourra se déployer, après notre cheminement sur le mythe, un prochain volet de nos travaux sur la réécriture qui sera consacré à la traduction/adaptation : nous avons choisi de le faire à travers l’objet particulier qu’est la chanson.

24Notre volume se termine par un clin d’œil que nous permet Silvio Perrella. Il a collaboré avec l’Axe 2 du CAER à l’occasion du colloque La plume et le crayon. Italo Calvino, l’écriture, le dessin, l’image, en qualité de spécialiste de Calvino. Il nous a envoyé un texte inédit de son cru, une réécriture napolitaine de l’Aleph de Borges. Deux doctorantes du CAER, Mélinda Palombi et Daniela Vitagliano, se sont plu à le traduire (à le réécrire ?) et nous en proposons ici le résultat, qui semble illustrer plus d’une thématique abordée dans nos pages.

25On pourra aussi, avant de refermer le livre, y trouver quelques comptes rendus, qui nous feront retrouver certaines figures abordées dans les articles, tels que Dario Fo ou Umberto Eco, ou encore réfléchir à la notion de genre et à l’écriture à quatre mains.

*

26Un regard rétrospectif nous montre encore une fois comme le thème de la réécriture nous permet de traverser avec profit les littératures et les arts de l’aire romane, en mettant en évidence nos racines communes et nos échanges interculturels. La réécriture du mythe a été un moyen de dépasser la notion d’intertextualité pour montrer que fermente d’une création à l’autre une essence en amont, que chaque auteur réemploie et transforme. En osant métamorphoser nos mythes et nos écritures, nous les reconnaissons comme nos sources, au sens moins philologique qu’ontologique. Peu importe que nous instrumentalisions la force du mythe, que nous le vidions de son aura en le démythifiant, que nous en réinventions le sens, que nous le renversions, que nous en fassions l’élaboration d’une mystification, que nous y voyions une métaphore ou un édifice à démonter. Le seul fait que nous nous y confrontions nous rappelle que les mythes sont constitutifs de notre essence culturelle. Les métamorphoser, c’est peut-être dire qu’ils sont constitutifs de notre devenir.

*

Ont participé à la rédaction du présent volume :
Perle Abbrugiati, Bernard Bessière, Agnès Delage, Yannick Gouchan, Armelle Girinon, Clémence Jeannin, Michel Jonin, Giuseppe Lovito, Judith Obert, Mélinda Palombi, Elena Paroli, Ilaria Splendorini, Brigitte Urbani, Daniela Vitagliano

Haut de page

Notes

1 Rappelons les titres précédents des Cahiers d’études Romanes concernés par cette thématique : le n° 20 (2009), intitulé Traces d’autrui et retours sur soi, abordait l’intertextualité avec deux volumes respectivement intitulés Cent fois sur le métier et Jeux, échanges et hommages ; le n° 24 (2011), numéro double intitulé L’autre même, proposait une réflexions sur les variations et les variantes avec un premier tome intitulé Varier en vers et un second, Varier en prose et en images ; le n° 25 (2012), Réécritures policières, était centré sur le roman noir et ses échanges intertextuels ou intersémiotiques avec d’autres arts. Quelques autres productions du CAER ont complété ces travaux à partir de champs monographiques objets d’Actes de colloques : le numéro spécial de 2007 de la revue Italies, Échos de Tabucchi, permettait d’aborder la riche intertextualité tabucchienne ; le n° 16 de la même revue, La plume et le crayon. Italo Calvino, l’écriture, le dessin, l’image, envisageait les liens intersémiotiques entre l’œuvre calvinienne et les arts figuratifs. Au préalable, en 2002, le colloque Les belles infidèles avait étudié les productions artistiques réécrivant la Jérusalem libérée du Tasse (voir les Actes dans le n° 13 des Cahiers d’études romanes et le volume paru aux PUP en 2004, Les belles infidèles de la Jérusalem délivrée. La fortune du poème du Tasse XVIe-XXe siècle). Un volume enfin est en préparation, réunissant les Actes du colloque international de février 2014, intitulé Le mythe repensé dans l’œuvre de Giacomo Leopardi, à paraître aux PUP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 29 | 2014, 7-15.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/4529

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals