Navigation – Plan du site
Italie France Espagne Pérou

Judiciaire ou policière ?

Vers une redéfinition de la littérature criminelle post‑unitaire
Alessio Berré
p. 31-42

Résumés

Dans cet article, l’auteur passe en revue les principales définitions du « roman judiciaire » (ou « proto-policier ») élaborées par les chercheurs au cours des vingt dernières années, en mettant en évidence les contradictions dans lesquelles l’ensemble de ces définitions risque de tomber. Dans un deuxième temps, il prend en considération la définition du « roman criminel » français proposée par Dominique Kalifa – qui inclut le roman judiciaire ainsi que le roman policier à l’intérieur d’une plus large catégorie de « littérature criminelle » – afin de démontrer la légitimité de l’application de cette définition aux romans italiens de la période post-unitaire, en suggérant ainsi quelques nouvelles pistes de recherche qui pourraient être abordées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Remo Ceserani, «  Giustizia, diritto, giudizio, processo  », et Sergia Adamo, «  Legge  », in Remo (...)
  • 2 Remo Ceserani, «  Romanzi e racconti giudiziari  », Compar(a)ison, I (2003), p. 11-22.
  • 3 Maria Paola Mittica, «  Diritto e Letteratura in Italia. Stato dell’arte e riflessioni sul metodo   (...)
  • 4 Remo Ceserani, «  Davanti alla grande macchina della legge  », Between, II, 3, 2012, http://dx.doi. (...)

1Au cours des vingt dernières années, le roman judiciaire a fait l’objet d’un renouveau d’intérêt de la part de la critique. Autour de l’existence et des caractéristiques de ce genre littéraire s’est développée une série de contributions que l’on peut subdiviser en deux domaines différents. D’une part, les chercheurs en littératures comparées ont analysé le rapport entre le droit, la loi et la littérature, en apportant ainsi une contribution importante aux études de critique thématique1 ; ils ont aussi recherché les affinités et les divergences entre les littératures judiciaires de plusieurs nations, tout en donnant une définition du roman judiciaire comme genre littéraire autonome et distinct du genre policier2  ; enfin, suite à la vaste production dans le champ d’études dit de «  Droit et Littérature  »3, ils ont analysé les relations entre les littératures nationales et leur système judiciaire respectif4. D’autre part, les historiens de la littérature policière, en se concentrant sur les mêmes œuvres littéraires, ont affirmé que le roman judiciaire ne constitue pas un véritable genre autonome, mais un sous-genre de transition, ou mieux une « préhistoire du roman policier », plus ou moins étendue selon les différentes interprétations.

2Dans cet article, je passerai en revue les principales définitions de roman judiciaire fournies par les chercheurs qui ont animé ce débat, en mettant en évidence les contradictions dans lesquelles l’ensemble de ces définitions risque de tomber. Dans un deuxième temps, je prendrai en considération la définition de « roman criminel » français proposée par Dominique Kalifa, qui préfère inclure le roman judiciaire et le roman policier à l’intérieur du champ plus large de la « littérature criminelle ». Enfin, j’évaluerai la légitimité de l’application de cette définition aux romans italiens de la période post-unitaire, tout en suggérant quelques pistes de recherche nouvelles qui pourraient être abordées.

Le roman judiciaire comme genre autonome

  • 5 Outre les travaux déjà cités, voir Remo Ceserani, «  Giudici, avvocati, esperti nel determinare col (...)
  • 6 Remo Ceserani, Il gioco delle parti, in Edoardo Scarfoglio, Il processo di Frine, Palerme, Sellerio (...)

3Une contribution importante à la redécouverte du roman judiciaire a été offerte par Remo Ceserani, auteur de plusieurs études sur ce sujet5 et directeur, chez l’éditeur palermitain Sellerio, d’une collection de romans judiciaires qui rassemble des ouvrages de périodes différentes (du livre de Job jusqu’à Spotted Horses de William Faulkner, en passant par Une ténébreuse affaire de Honoré de Balzac). Sur l’existence effective d’un vrai genre judiciaire, Ceserani s’est exprimé de façon très claire dans l’introduction au premier livre de la collection – Il processo di Frine de Edoardo Scarfoglio6 – où il a sélectionné certains éléments fondamentaux qui caractérisent les romans judiciaires, tout en les différenciant des romans policiers.

  • 7 Ibidem, p. 18.

4Le premier de ces éléments réside dans la faible importance de l’intrigue, puisque généralement le lecteur des romans judiciaires découvre tout de suite l’identité du coupable et le déroulement des faits. Le deuxième élément consiste en une centralité absolue du personnage, au point que les romans judiciaires, d’après Ceserani, offrent le modèle d’un type de narration où tout semble dépendre du caractère du protagoniste7. Enfin, le troisième élément est constitué par l’idée spécifique de vérité qui est à la base de ces romans. D’une part, en effet, le roman policier, qui se développe dans la plupart des cas autour de la résolution d’une énigme, appréhende la recherche de la vérité comme un processus logique fermé – qui parvient généralement à se compléter à la fin du roman, une fois que la pièce manquante a été retrouvée. D’autre part, le roman judiciaire se base sur une idée de vérité conçue comme un processus rhétorique ouvert, exploitant la multiplicité des narrations autour des mêmes événements, à partir de points de vue différents :

  • 8 «  À la différence des romans policiers à proprement parler, où la question latente est “Qui est le (...)

A differenza che nei romanzi gialli veri e propri, in cui la domanda di fondo è « chi è stato ? », qui la domanda è « chi lo dice ? ». Fra gli interrogatori e la sentenza, fra i discorsi e il faccia a faccia con la verità, si stende il territorio, altamente vantaggioso per la narrazione e il romanzo, della suspense. È questa la vera protagonista di tante storie giudiziarie8.

  • 9 Pierluigi Pellini, Balzac e il rovescio del ‘giallo’, in Honoré de Balzac, Un caso tenebroso, Paler (...)

5Cette définition du roman judiciaire a ensuite été reprise par Pierluigi Pellini dans son introduction à Une ténébreuse affaire9, dans laquelle il a contesté la tendance à ramener ce roman de Balzac dans le domaine du roman policier. Une tendance dictée, selon Pellini, par une sorte de chauvinisme littéraire, étant donné que Une ténébreuse affaire anticipe d’un cheveu les trois nouvelles d’Edgar Allan Poe (The Murders in the Rue Morgue, 1841 ; The Mystery of Marie Rogêt, 1842 ; The Purloined Letter, 1845) généralement considérés comme étant à l’origine du roman policier.

6En reprenant les éléments caractéristiques du genre judiciaire déjà sélectionnés par Ceserani, Pellini a souligné la nature strictement judiciaire du roman de Balzac, dans lequel la Cour d’Assises devient effectivement le lieu symbolique d’un débat métalittéraire entre le vrai et le vraisemblable :

  • 10 «  L’enjeu du procès n’est pas l’établissement de la vérité, mais la conquête du public ; le tribun (...)

La posta in gioco del processo non è l’accertamento della verità, ma la conquista del pubblico ; il tribunale è il luogo di una retorica, non di un’ermeneutica. Il compito della difesa, anche quando è al servizio di imputati innocenti, non è di ricostruire fedelmente i fatti, ma di « opporre un romanzo probabile al romanzo improbabile dell’accusa ». E la materia di quel romanzo può essere fornita da particolari del tutto secondari, al limite estranei alla vicenda, che acquistano tuttavia un’importanza « capitale ». Il dettaglio (« le piccole cose che vedrete diventare immense ») non è spia, indizio di verità, come nel romanzo poliziesco, ma puro pretesto per infinite variazioni narrative10.

  • 11 Sergia Adamo, «  Mondo giudiziario e riscrittura narrativa in Italia dopo l’Unità  », in Problemi, (...)
  • 12 Gerolamo Rovetta, Il processo Montegù, Milan, Galli, 1885.
  • 13 Parmenio Bettoli, Il processo Duranti. Relazione del dott. T. Monti, notaio, dimorante in Torino, v (...)
  • 14 Federico De Roberto, Spasimo, Milan, Galli, 1897.
  • 15 Luigi Capuana, Il marchese di Roccaverdina, Milan, Treves, 1901.
  • 16 Ettore Samigli [Italo Svevo], L’assassinio di via Belpoggio, in L’indipendente, 6-13 octobre 1890.
  • 17 Teodoro Rovito, Dizionario dei letterati e giornalisti italiani contemporanei, Naples, Melfi & Joel (...)
  • 18 Sergia Adamo, «  Mondo giudiziario e riscrittura narrativa in Italia dopo l’Unità  », op. cit., p.  (...)

7Au-delà du domaine des littératures comparées, la définition du roman judiciaire – en tant que genre autonome et opposé au policier – a également été amorcée dans le domaine de la littérature italienne11, et ce notamment grâce aux recherches conduites par Sergia Adamo, qui a souligné dans plusieurs de ses travaux l’importance de cette typologie de textes, en retraçant une ligne judiciaire spécifique à la littérature italienne. Dans sa première contribution sur ce sujet, la chercheuse nous invite à redécouvrir un certain nombre de romans aujourd’hui quasiment oubliés – comme Il processo Montegù12 de Gerolamo Rovetta et Il processo Duranti13 de Parmenio Bettoli – tout en les reliant à des ouvrages bien plus célèbres, comme Spasimo14 de Federico De Roberto, Il Marchese di Roccaverdina15 de Luigi Capuana et L’Assassinio di via Belpoggio16 d’Italo Svevo. Est-il possible, à partir de ce corpus de textes, d’établir l’existence d’un véritable genre littéraire codifié, ou doit-on plutôt les considérer comme une forme primitive du « giallo » ? En reprenant à son tour la définition soutenue par Ceserani, Adamo souligne que tous ces romans sont caractérisés par la faible importance de l’intrigue, la centralité du personnage et la multiplication des narrations à partir de points de vue différents. Cependant, la frontière entre judiciaire et policier semble devenir cette fois plus faible et poreuse, puisque la littérature narrative italienne présente un cas dans lequel le passage du judiciaire au policier se déroule à l’intérieur de l’œuvre d’un même auteur (et de plus, en l’espace d’une seule année). Il s’agit de Jarro – pseudonyme de Giulio Piccini –, écrivain toscan très connu et apprécié17 du public de l’Italie post-unitaire. En 1883 l’éditeur milanais Emilio Treves publia deux de ses romans – L’assassinio nel Vicolo della Luna et Il processo Bartelloni –, suivis, l’année suivante, d’un troisième tome, I ladri di cadaveri. Comme l’a souligné Adamo, dans les deux premiers romans les événements sont présentés tout de suite au lecteur et le procès devient l’occasion de les discuter et de les raconter plusieurs fois à partir de perspectives différentes. En revanche, dans le troisième roman, le lecteur se retrouve face à un mystère. Par conséquent, les deux premiers romans présentent des éléments rapportables à la structure du roman judiciaire, tandis que dans le troisième, il s’agit plutôt d’une variante narrative proche du roman policier qui se développera par la suite18.

  • 19 Salvatore Farina, Il segreto del nevaio (19092), Rome, Vecchiarelli, 1996, p. IV : «  La ricetta de (...)
  • 20 Sergia Adamo, «  Il cappello del prete : il romanzo giudiziario e il racconto della giustizia  », o (...)
  • 21 Ibidem.

8Si un passage si rapide d’un genre à l’autre doit donc nous suggérer la prudence lorsqu’on veut distinguer le roman judiciaire du policier, un autre cas nous permet, au contraire, de réaffirmer avec conviction cette même distinction entre les deux genres. Il s’agit de Il cappello del prete d’Emilio De Marchi (roman déjà cité comme l’un des exemples les plus représentatifs du genre judiciaire par Salvatore Farina, dans son introduction à Il segreto del nevaio19). En abordant à nouveau la question de la définition du genre judiciaire, Adamo analyse la structure narrative du roman de De Marchi et souligne le rôle primordial joué par un autre élément formel, c’est-à-dire l’aveu, qui permet de faire émerger, à la fin du roman, la vraie identité du personnage, tant face aux institutions de la vie sociale qu’à sa propre définition de soi20. Comme c’est la dernière narration – à partir d’un point de vue très subjectif et problématique – d’événements déjà connus du lecteur, la confession du protagoniste semble inclure tous les autres éléments caractéristiques du genre – à savoir la faible importance de l’intrigue, la centralité du personnage, la multiplication des narrations – en identifiant ainsi la nature strictement judiciaire (et non pas policière) de Il cappello del prete21.

Le roman judiciaire comme préhistoire du « giallo »

  • 22 Luca Crovi, Tutti i colori del giallo. Il giallo italiano da De Marchi a Scerbanenco a Camilleri, V (...)
  • 23 Luca Crovi, L’anello mancante, in Jarro [Giulio Piccini], I ladri di cadaveri (1884), Reggio Emilia (...)
  • 24 «  Considerando che i suoi detective novels precedono cronologicamente non solo Il cappello del pre (...)

9D’autres chercheurs ont toutefois donné une interprétation diamétralement opposée de ce roman, comme c’est le cas de Luca Crovi, qui, dans son volume intitulé Tutti i colori del giallo. Il giallo italiano da De Marchi a Scerbanenco a Camilleri, a considéré Il cappello del prete22 comme étant le premier roman policier italien. Par la suite, le même chercheur a reculé ultérieurement l’origine du « giallo » à deux occasions. Dans un premier temps, en effet, il a défini le personnage de « Lucertolo » – protagoniste des romans de Jarro – comme étant le chaînon manquant entre le feuilleton et le roman policier23. Cette interprétation a été soutenue aussi par Maurizio Pistelli24, qui dans son livre Un secolo in giallo. Storia del poliziesco italiano (1860-1960) nous rappelle que Jarro lui-même voulut revendiquer son rôle de père fondateur du roman judiciaire (italien) :

  • 25 «  Je fus, comme l’ont dit certains, le seul et l’unique à chercher à refondre le Roman Judiciaire (...)

Io fui il solo, alcuni han detto, l’unico, a cercar di dare tra noi il Romanzo giudiziario, con un’impronta tutta italiana : senza andar nulla a pescare negli stranieri. Cercai, prima di tutto, addestrarmi a saper maneggiare lo strumento, che m’era più necessario : il raro e prezioso strumento della nostra lingual : e fui in ciò molto scrupoloso. Poi studiai, per anni, gli ordinamenti della polizia toscana, modella a tutte le altre […]. Quindi mi studiai di innestare al romanzo giudiziario, che mi pare troppo fosco, se dev’essere tutto di un pezzo, il romanzo d’amore, e contemperarvi un po’ di umorismo, e dargli sempre, nella lingua, nello stile, uno schietto sapore di italianità25.

10Pistelli divise le siècle d’histoire du policier italien en trois phases – « preistoria » (1860-1929) ; « periodo d’oro » (1930-1940) ; « parabola discendente » (1940-1960) – dont la première comprend les romans de Farina, De Roberto, Imbriani et Jarro, mais aussi des textes comme Il cappello del prete de De Marchi et Il processo di Frine de Scarfoglio, ou encore Il mio cadavere de Francesco Mastriani. Si l’on considère que ce dernier roman a été publié en 1852, on devrait en conclure que les romanciers italiens auraient commencé à écrire des romans judiciaires (ou policiers) bien avant Émile Gaboriau. Cette hypothèse a été corroborée par Luca Crovi, qui a ainsi encore reculé l’origine du roman policier italien, en reconnaissant la « paternité du premier giallo italien »26 à Il mio cadavere de Mastriani (roman récemment réécrit par Divier Nelli et publié dans la collection « Gialli Rusconi »27).

  • 28 Loris Rambelli, Storia del “giallo” italiano, Milan Garzanti, 1979; Id., «  Il presunto giallo ital (...)
  • 29 Giuseppe Petronio, «  Quel pasticciaccio brutto del romanzo poliziesco  », op. cit., p. 22.

11Cependant, il est utile de rappeler que d’autres chercheurs – il y a quelques années – étaient bien plus prudents vis-à-vis de l’existence effective d’une préhistoire du «  giallo  »28. Giuseppe Petronio, par exemple, a souligné que la définition du roman judiciaire donnée par Farina dans sa préface à Il segreto del nevaio est très problématique, puisqu’il décrit le roman judiciaire comme un genre qui ne coïncide pas exactement avec le policier, même si celui-ci se base à son tour sur un délit et un procès, tout en pouvant également présenter un mystère qui sera finalement résolu. Petronio en arrive donc à se demander quels sont les rapports entre le roman strictement judiciaire et le roman policier29. Afin de répondre à cette question, le chercheur décrit tous les différents courants qui ont caractérisé la littérature, pour ainsi dire, généralement criminelle à la fin du xixe siècle :

  • 30 «  La naissance du roman criminel, de celui qui fut appelé “judiciaire” et de celui que l’on appela (...)

Ed ecco allora che la narrativa criminale, e quella che chiamarono “giudiziaria”, quella “poliziesca” (gialla) nascono contemporaneamente. E l’una narra del delinquente e lo mitizza, ne fa un eroe tra superuomo e dandy (Fantomas, Arsenio Lupin) ; l’altra inventa storie di casi giudiziari, sfruttando l’attrattiva morbosa che allora esercitava il processo : il poeta Carducci se ne irritava e la sferzava moralisticamente (A proposito del processo Fadda), il sociologo Scipio Sighele scriveva tutto un capitolo sulla “letteratura dei processi”, cioè sul risalto dato dai giornali a certi processi. La terza mette al centro del racconto l’indagine : un poliziotto superdotato – tra superuomo e dandy anche lui – che da sparsi indizi, inesistenti per gli altri, risale, con processi logici e analisi proprie della “scienza”, alla scoperta del delinquente, e lo denunzia e arresta, e risarcisce il tessuto sociale lacerato30.

  • 31 Sur le sujet, voir Jean-Claude Vareille, «  Préhistoire du roman policier  », in Romantisme, 53, 19 (...)
  • 32 Francesco Mastriani, Il processo Cordier, Naples, Regina, 1878 ; Ausonio Liberi, ‘L cit d’Vanchija. (...)
  • 33 Francesco Mastriani, Il mio cadavere, Naples, Tipografia dell’Omnibus, 1852 ; Ausonio Liberi, L’age (...)
  • 34 Francesco Mastriani, I Vermi. Studi storici sulle classi pericolose in Napoli, Naples, Gargiulo, 18 (...)

12À la lumière de ces réflexions, il serait donc possible de contester la tendance des historiens du roman policier (italiens et étrangers31) à réduire le roman judiciaire à une simple préhistoire du roman policier. Cependant, la définition du roman judiciaire comme genre autonome et complètement distinct du policier pourrait elle aussi être contestée, surtout en ce qui concerne le corpus italien, étant donné le fait que plusieurs romanciers – comme c’est par exemple le cas de Jarro et Mastriani, mais aussi de Paolo Valera et Alessandro Giuseppe Giustina (alias Ausonio Liberi) – ont aussi bien signé des romans judiciaires32 que des romans policiers33, tout en écrivant également des romans d’enquête34 sur les classes dangereuses habitant les bas-fonds des villes italiennes. Plusieurs courants littéraires – le judiciaire, le policier, le criminel, celui des bas-fonds, etc. – se rejoignaient donc dans la littérature italienne du xixe siècle et s’enchevêtraient jusqu’à former un inextricable imbroglio. Plutôt que d’essayer d’isoler chaque courant en en cherchant les spécificités qui pourraient le distinguer des autres, serait-il possible de donner une définition globale de cette littérature, dans le but d’observer ces romans dans leur ensemble ?

Littérature criminelle

13Une réponse intéressante à cette question nous a été fournie, non pas par un historien de la littérature, mais par un historien du crime et de la répression – Dominique Kalifa – qui, dans ses recherches sur la France du xixe siècle, a porté une grande attention à la production littéraire, avec la conviction que « faits divers et romans criminels » peuvent « informer » l’historien, voire constituer une source incontournable pour l’étude de la culture européenne du xixe siècle :

  • 35 Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe xixe siècle, Paris, Perrin, 2005, p. 132.

Analysés en série, les motifs déployés par ces récits s’avèrent donc essentiels en ce que, loin de la refléter, ils structurent la perception du réel criminel, organisent et régulent le discours social qui le porte. À trois égards au moins, cette pensée de l’inessentiel et du faux témoigne de sa capacité à ordonner par le langage le monde social et à produire du « vrai ». En désignant d’abord les figures du risque criminel, qu’elle objective et hiérarchise, et dont elle scande l’évolution. […] Elle indique ensuite avec grande précision les lieux et points névralgiques de la vulnérabilité sociale. […] Elle décrit enfin les agents acceptables du retour à l’ordre, et avec eux les conceptions et modes de fonctionnement légitimes de l’ordre public35.

  • 36 Ibidem.

14Si l’on assume que deux des éléments les plus représentatifs des sociétés européennes de la fin du xixe siècle sont le développement de la production culturelle de masse et l’émergence du crime entendu comme phénomène social, on peut aussi observer que ces deux éléments finissent par désigner un seul objet de recherche : « Comme si “le crime” n’était au bout du compte que le produit d’une “négociation” entre des représentations souvent premières et les expériences individuelles ou collectives qui les confirment, les infirment ou les infléchissent »36. Et c’est justement à partir de l’observation du rôle joué par les romans et les faits divers dans la « construction culturelle du crime » que Kalifa est arrivé à fournir une redéfinition globale de la littérature criminelle de la fin du xixe siècle en mettant l’accent sur les éléments communs à tous les courants qui la composent :

  • 37 Ibidem, p. 144.

Utilisée par les contemporains, l’expression « roman criminel », qui regroupe à la fois les grands cycles feuilletonesques du milieu du siècle (Sue, Dumas, Féval, Ponson du Terrail…), le roman judiciaire (Gaboriau et ses suiveurs) et les prémices du roman de détection, permet d’éviter les querelles génériques sur la « naissance » du roman policier, et met l’accent sur la spécificité alors reconnue à ces textes : des récits d’aventures où la rupture criminelle donne lieu à une exploration plus ou moins méthodique du monde social37.

15En ce qui concerne notamment les prémices du roman policier, Kalifa nous invite à éviter le risque « de ne considérer la littérature criminelle du xixe siècle qu’à l’aune d’un modèle – le roman de détection – tardif et marginal », au vu du fait que la grande majorité des récits d’enquête lus à cette époque ne laissent au raisonnement qu’une place infime ou inexistante. Ce qui ne signifie pas nier que les logiques de l’enquête de tous ces romans soient effectivement porteuses d’une approche plus « éclairée » :

  • 38 Dominique Kalifa, «  Enquête judiciaire, littérature et imaginaire social au xixe siècle  », Cua (...)

Les liens sont forts avec l’observation sociale, son souci d’exploration méthodique et de taxinomie. D’autres savoirs du temps y sont fréquemment convoqués : phrénologie, toxicologie, physiognomonie, anthropologie, faisant de la littérature un des relais majeurs des sciences criminelles, évoqué dès la fin du siècle par des criminalistes comme Enrico Ferri ou Scipio Sighele38.

  • 39 Enrico Ferri, I delinquenti nell’arte, Gênes, Libreria editrice ligure, 1896 ; Scipio Sighele, Lett (...)

16Bien plus que le plaisir du raisonnement et de la résolution d’une énigme, l’élément qui définit les romans policiers du xixe siècle – mais aussi les romans judiciaires et les romans des bas-fonds de la même période – est l’exploration du monde social qui caractérise les grandes villes de la fin du xixe siècle. En effet, ce n’était pas à cause des énigmes que Ferri et Sighele se sont intéressés aux romans judiciaires et à la littérature des procès39, mais plutôt pour vérifier si les personnages criminels représentés dans ces romans correspondaient ou non à la figure du criminel issue de leurs théories scientifiques (et de l’idéologie de la défense sociale qui les inspirait). De ce point de vue, la valeur principale des romans judiciaires, policiers, criminels, etc. ne réside plus dans les éléments formels qui les différenciaient en plusieurs sous-genres, mais dans le rôle commun qu’ils ont eu dans la construction culturelle du crime et des criminels, autour desquels s’est jouée la construction de l’identité sociale en Europe durant la deuxième partie du xixe siècle. Comme l’a affirmé Kalifa de façon très claire :

  • 40 Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe siècle, op. cit., p. 131.

en figurant explicitement un double écart, celui qui sépare le monstre de l’humanité, celui qui distingue dans le groupe les limites du recevable et de l’irrecevable, faits divers et romans criminels exhibent les constituants à la fois anthropologiques et sociaux dont se dote chaque communauté40.

  • 41 Ibidem, p. 132.

17Au vu de ces considérations, il me semble qu’il y a de bonnes raisons pour entreprendre, dans le contexte italien, un processus de redéfinition qui puisse nous permettre d’observer la littérature criminelle post-unitaire dans son ensemble. Car en Italie aussi – et ce n’est sans doute pas un hasard si cela s’est produit durant la période qui a suivi l’unité nationale – s’est développé un roman judiciaire qui emprunte aux grands succès de la littérature française. Ici aussi ces romans furent liés à d’autres courants littéraires, dont notamment le roman de détection et le roman de bas-fonds. De plus, c’est surtout dans la péninsule, et précisément à partir de l’œuvre de Cesare Lombroso, qu’une série d’anthropologues, de sociologues et de juristes ont compris avant beaucoup d’autres le fait que ces romans, « loin de la refléter, structurent la perception du réel criminel, organisent et régulent le discours social qui le porte »41 ; et c’est justement pour cette raison qu’ils y ont prêté une attention tout à fait particulière et singulière.

18Cet élargissement de la perspective d’étude sur la littérature criminelle post-unitaire – entendue comme l’ensemble des romans qui ont contribué à la construction culturelle du crime dans l’Italie post-unitaire – ouvre la porte à plusieurs questions qui devraient dorénavant intéresser les historiens de la littérature italienne autant que la question de la naissance du policier : existe-t-il un rapport entre la conception littéraire du criminel et celle qui a été diffusée par les sciences médicales et juridiques de la même période ? Les romanciers italiens ont-ils remis en question la conception lombrosienne du criminel ? Ou bien l’ont-ils plutôt alimentée ? Et surtout, l’idée du criminel comme ennemi intérieur de la société n’a-t-elle pas assumé un rôle prédominant dans la construction de l’identité nationale ?

Haut de page

Notes

1 Remo Ceserani, «  Giustizia, diritto, giudizio, processo  », et Sergia Adamo, «  Legge  », in Remo Ceserani, Mario Domenichelli, Pino Fasano (dir.), Dizionario dei temi letterari, Turin, Utet, 2007, vol. II, p. 1256-1265.

2 Remo Ceserani, «  Romanzi e racconti giudiziari  », Compar(a)ison, I (2003), p. 11-22.

3 Maria Paola Mittica, «  Diritto e Letteratura in Italia. Stato dell’arte e riflessioni sul metodo  », Materiali per una storia della cultura giuridica, I (giugno 2009), p. 273-300 ; Arianna Sansone, Diritto e Letteratura. Un’introduzione generale, Milan, Giuffrè, 2001.

4 Remo Ceserani, «  Davanti alla grande macchina della legge  », Between, II, 3, 2012, http://dx.doi.org/10.13125/2039-6597/534 [consulté le 16 mars 2016].

5 Outre les travaux déjà cités, voir Remo Ceserani, «  Giudici, avvocati, esperti nel determinare colpe e punizioni  », in Id., Convergenze : gli strumenti letterari e le altre discipline, Milan, Mondadori, 2010, p. 141-164.

6 Remo Ceserani, Il gioco delle parti, in Edoardo Scarfoglio, Il processo di Frine, Palerme, Sellerio, 1995, p. 9-19.

7 Ibidem, p. 18.

8 «  À la différence des romans policiers à proprement parler, où la question latente est “Qui est le coupable ?”, on se demande ici “Qui le dit ?”. Entre les interrogatoires et le verdict, entre les discours et le face à face avec la vérité se déploie, aussi profitable au roman qu’à la narration, le territoire du suspens. C’est bien lui, le véritable protagoniste de nombre d’histoires judiciaires  ». Ibidem, p. 14 [notre traduction].

9 Pierluigi Pellini, Balzac e il rovescio del ‘giallo’, in Honoré de Balzac, Un caso tenebroso, Palerme, Sellerio, 1996, p. 9-32.

10 «  L’enjeu du procès n’est pas l’établissement de la vérité, mais la conquête du public ; le tribunal est un lieu de rhétorique, et pas d’herméneutique. Le devoir de la défense, quand bien même elle est au service d’accusés innocents, n’est pas de reconstruire fidèlement les faits, mais d’“opposer un roman probable au roman improbable de l’accusation”. Et la matière de ce roman peut être fournie par des détails complètement secondaires, voire étrangers à l’affaire, qui acquièrent cependant une importance “capitale”. Le détail (“les petites choses que vous verrez devenir immenses”) n’est pas signe ou indice de vérité, comme dans le roman policier, mais pur prétexte à d’infinies variations narratives  ». Ibidem, p. 17 [notre traduction].

11 Sergia Adamo, «  Mondo giudiziario e riscrittura narrativa in Italia dopo l’Unità  », in Problemi, 113, 1999, p. 70-98 ; «  Farina e il romanzo giudiziario : Il segreto del nevaio  », in Dino Manca (dir.), Salvatore Farina : la figura e il ruolo a 150 anni dalla nascita. Atti del convegno, Sassari-Sorso 5/8 dicembre 1996, Sassari, Edes, 2001, p. 373-389 ; «  Il cappello del prete : il romanzo giudiziario e il racconto della giustizia », in Renzo Cremante (dir.), Emilio De Marchi un secolo dopo : atti del convegno di studi, Università di Pavia, 5-6 dicembre 2001, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2005, p. 125-156 ; «  A proposito del romanzo giudiziario  », in L’attività storiografica, critica, letteraria, politica di Giuseppe Petronio. Atti della giornata di studio, Trieste, 13 gennaio 2005, Palerme, Palumbo, 2008, p. 115-120 ; La giustizia del dimenticato : sulla linea giudiziaria nella letteratura italiana del Novecento, in Pierpaolo Antonello et Florian Mussgnug (dir.), Postmodern impegno, Oxford, Peter Lang, 2009, p. 259-288 ; «  La letteratura che non c’era : davanti alla legge  », Between, II, 3, 2012.

12 Gerolamo Rovetta, Il processo Montegù, Milan, Galli, 1885.

13 Parmenio Bettoli, Il processo Duranti. Relazione del dott. T. Monti, notaio, dimorante in Torino, via Bertola, 32. Con note e documenti, Milan, Treves, 1874.

14 Federico De Roberto, Spasimo, Milan, Galli, 1897.

15 Luigi Capuana, Il marchese di Roccaverdina, Milan, Treves, 1901.

16 Ettore Samigli [Italo Svevo], L’assassinio di via Belpoggio, in L’indipendente, 6-13 octobre 1890.

17 Teodoro Rovito, Dizionario dei letterati e giornalisti italiani contemporanei, Naples, Melfi & Joele, 1907, p. 196 : «  Ingegno vivace, versatilissimo, è uno dei più popolari scrittori nostri. Luigi Capuana disse di lui : “Chi lo conosce da vicino può dire che tra lo scrittore e il brioso parlatore in conversazione non c’è nessuna differenza. Le macchiette ch’egli schizza, ragionando con amici, i motti arguti che gli sfuggono di bocca hanno lo stesso valore di quelli da lui profusi nei suoi libri. Questi infatti sembrano parlati ; non si leggono, si stanno ad ascoltare, e il godimento che ne risulta è simile a quello che si proverebbe udendoli dalla stessa voce del narratore”. […] Prese quindi a scrivere sui giornali e sulle riviste migliori, con lo pseudonimo di Jarro (jarro è un aggettivo della lingua spagnuola che corrisponde all’italiano garrulo ed al francese bavard) ed ottenne presto fama di romanziere, di critico e di umorista originale. […] I suoi romanzi furono pubblicati in Italia anche nelle appendici del Corriere di Napoli, del Capitan Fracassa, del Don Chisciotte, del Don Marzio, dello Adriatico, del Mattino, del Giornale di Sicilia, del Secolo xix, del Pungolo di Milano, della Nazione di Firenze, del Resto del Carlino, della Provincia di Brescia, ecc. Molti fra i suoi volumi furono tradotti in varie lingue  ».

18 Sergia Adamo, «  Mondo giudiziario e riscrittura narrativa in Italia dopo l’Unità  », op. cit., p. 81.

19 Salvatore Farina, Il segreto del nevaio (19092), Rome, Vecchiarelli, 1996, p. IV : «  La ricetta del Poe doveva servire ancora a un altro grande. Il Dostojewski se ne innamorò anche lui ; seguì egli pure il metodo dello Zola stemperando un po’ più ; […] Emilio De Marchi se ne impossessò anche lui e nel Cappello del prete ci dà forse il migliore dei tre romanzi attinti alla stessa piccola polla americana  ».

20 Sergia Adamo, «  Il cappello del prete : il romanzo giudiziario e il racconto della giustizia  », op. cit., p. 152-153.

21 Ibidem.

22 Luca Crovi, Tutti i colori del giallo. Il giallo italiano da De Marchi a Scerbanenco a Camilleri, Venise, Marsilio, 2002.

23 Luca Crovi, L’anello mancante, in Jarro [Giulio Piccini], I ladri di cadaveri (1884), Reggio Emilia, Aliberti, 2004.

24 «  Considerando che i suoi detective novels precedono cronologicamente non solo Il cappello del prete di De Marchi, ma addirittura quelli dello stesso Conan Doyle, ci sembra convincente la riflessione di Luca Crovi, il quale individua proprio nella serie di libri con protagonista Lucertolo l’‘anello mancante’ di collegamento tra il romanzo d’appendice a trama gialla e la narrativa poliziesca italiana  ». Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo. Storia del poliziesco italiano (1860-1960), Rome, Donzelli, 2006, p. 33.

25 «  Je fus, comme l’ont dit certains, le seul et l’unique à chercher à refondre le Roman Judiciaire dans un style typiquement italien, sans rien emprunter aux étrangers. Je cherchai, avant tout, à m’entraîner au maniement de l’instrument qui m’était le plus nécessaire : à savoir, le rare et précieux instrument de notre langue. Et je fus en cela extrêmement scrupuleux. J’étudiai ensuite, pendant des années, l’organisation de la police toscane, qui sert de modèle à toutes les autres […]. Je m’employai donc à insuffler au roman judiciaire, qui me semble trop sombre s’il doit être d’un seul tenant, des éléments du roman d’amour, à y introduire un peu d’humour, et à toujours lui donner, dans la langue et dans le style, la pure saveur de l’italianité  ». Jarro [Giulio Piccini], Prefazione, in Id. L’istrione, op. cit., p. X-XI [notre traduction].

26 Luca Crovi, Il mio cadavere di Francesco Mastriani, in http://www.scrivolo.it/wp-content/uploads/downloads/2011/08/Mastriani-Il-mio-cadavere.pdf

27 Francesco Mastriani, Il mio cadavere, réécrit par Divier Nelli, Sant’Arcangelo di Romagna, Rusconi, 2010.

28 Loris Rambelli, Storia del “giallo” italiano, Milan Garzanti, 1979; Id., «  Il presunto giallo italiano: dalla preistoria alla storia  », Problemi, 86, 1989, p. 233-256; Giuseppe Petronio, «  Quel pasticciaccio brutto del romanzo poliziesco  », in I canoni letterari. Storia e dinamica, Trieste, Edizioni LINT, 1981, p. 19-34; Id., Il punto sul romanzo poliziesco, Bari, Laterza, 1985.

29 Giuseppe Petronio, «  Quel pasticciaccio brutto del romanzo poliziesco  », op. cit., p. 22.

30 «  La naissance du roman criminel, de celui qui fut appelé “judiciaire” et de celui que l’on appela “policier” (polar) est donc concomitante. Le premier se fonde sur l’histoire du délinquant, le mythifie et en fait un héros oscillant entre surhomme et dandy (Fantomas, Arsène Lupin). Le second invente des récits d’affaires judiciaires, profitant de l’attraction morbide qu’exercent alors les procès. Le poète Carducci s’irritait de cela et le fustigeait moralement (A proposito del processo Fadda), tandis que le sociologue Scipio Sighele écrivait un chapitre entier sur la “littérature des procès” – à savoir les rapports donnés aux journaux à l’issue de certaines audiences. Le troisième genre place l’enquête au cœur du récit : un policier surdoué – qui oscille lui aussi entre surhomme et dandy – parvient, à partir d’indices épars et invisibles pour les autres, par des processus logiques et analytiques propres à la “science”, à la découverte du coupable. Il le dénonce, l’arrête, et suture ainsi le tissu social lacéré  », Giuseppe Petronio, Il punto sul romanzo poliziesco, op. cit., p. 29 [notre traduction].

31 Sur le sujet, voir Jean-Claude Vareille, «  Préhistoire du roman policier  », in Romantisme, 53, 1986, p. 23-36 ; Jacques Dubois, Le roman policier ou la modernité, Paris, Nathan, 1992.

32 Francesco Mastriani, Il processo Cordier, Naples, Regina, 1878 ; Ausonio Liberi, ‘L cit d’Vanchija. Romanzo giudiziario, Turin, Candeletti, 1878 ; Jarro, L’Assassinio nel Vicolo della Luna, Milan, Treves, 1883 ; Il processo Bartelloni, Milan, Treves, 1883 ; Paolo Valera, Il processo celebre : Madama Steinheil alla Corte d’Assise della Senna, Milan, Floritta, 1910 ; Id., La donna più tragica della vita mondana : romanzo ambientale, Milan, La Folla, 1923.

33 Francesco Mastriani, Il mio cadavere, Naples, Tipografia dell’Omnibus, 1852 ; Ausonio Liberi, L’agente segreto. Romanzo storico-giudiziario, Turin, Libreria Martirolo, 1877; Jarro, I ladri di cadaveri, Milan, Treves, 1884.

34 Francesco Mastriani, I Vermi. Studi storici sulle classi pericolose in Napoli, Naples, Gargiulo, 1863; I misteri di Napoli. Studi storico-sociali, Naples, Nobile, 1869-1870; Paolo Valera, Milano sconosciuta, Milan, Bignami, 1879; Ausonio Liberi, I misteri di Torino. Romanzo sociale, Turin, Romanziere popolare, 1880 ; Il ventre di Torino. Rivelazioni. Romanzo sociale, Turin, Presso D. Fino, 1880 ; Jarro, Firenze sotterranea. Appunti, ricordi, descrizioni, bozzetti, Florence, Ricci, 1884.

35 Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe xixe siècle, Paris, Perrin, 2005, p. 132.

36 Ibidem.

37 Ibidem, p. 144.

38 Dominique Kalifa, «  Enquête judiciaire, littérature et imaginaire social au xixe siècle  », Cuadernos de Historia Contemporànea, 33, 2011, p. 43.

39 Enrico Ferri, I delinquenti nell’arte, Gênes, Libreria editrice ligure, 1896 ; Scipio Sighele, Letteratura tragica, Milan, Treves, 1906.

40 Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe siècle, op. cit., p. 131.

41 Ibidem, p. 132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessio Berré, « Judiciaire ou policière ? », Cahiers d’études romanes, 34 | 2017, 31-42.

Référence électronique

Alessio Berré, « Judiciaire ou policière ? », Cahiers d’études romanes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5341 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5341

Haut de page

Auteur

Alessio Berré

Paris Ouest Nanterre La Défense – CRIX (Centre de recherches italiennes)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals