Navigation – Plan du site
Italie France Espagne Pérou

L’entrée en matière vs le médaillon

Quelques notes sur le policier archaïque italien
et sur Jarro
Luciano Curreri
Traduction de Michela Toppano (Aix Marseille Univ CAER Aix-en-Provence France)
p. 43-52

Résumés

Après avoir entamé une critique de la périodisation, de la préhistoire, du catalogue et de la construction d’une tradition du roman policier archaïque italien à partir de Un secolo in giallo. Storia del poliziesco italiano (1860-1960) de Maurizio Pistelli, cet article souligne l’importance de mettre en évidence, de manière peut-être manifeste mais juste, les modèles littéraires italiens et une plus grande continuité de la littérature du bel paese. Dans cette perspective, Jarro (Giulio Piccini, né en 1849 à Volterra et mort en 1915 à Florence) est une “entrée en matière” qui permet d’apprécier une “fluide fecondité” au sein du contexte littéraire italien et d’estomper ce “médaillon” qui fait rapidement de Jarro un “chaînon manquant” dans la chaîne du roman policier archaïque et qui métamorphose son inspecteur en une sorte de Sherlock Holmes avant la lettre sur l’Arno.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

Critique de la périodisation, de la préhistoire, du catalogue et de la construction d’une tradition du roman policier archaïque italien à partir de Maurizio Pistelli

  • 1 Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo. Storia del poliziesco italiano (1860-1960), Rome, Donzelli, (...)
  • 2 Jarro, I ladri di cadaveri, Milan, Treves, 1884. Puis, avec l’introduction de Luca Crovi, Claudio G (...)

1Maurizio Pistelli, dans les quatre-vingt premières pages (sur quatre cents) de Un secolo in giallo. Storia del poliziesco italiano (1860-1960)1, l’un des ouvrages les plus récents et les plus complets sur le sujet, parle de “préhistoire” du romanzo giallo italien (et du policier, comme l’indique le sous-titre) pour ce qui est des années 1860-1929. Il semble que sept décennies s’écoulent rapidement à l’intérieur d’une “préhistoire” qui oscille entre un feuilleton avec une intrigue “policière” et les récits policiers dont Jarro (Giulio Piccini, né en 1849 à Volterra et mort en 1915 à Florence) semble être un véritable pionnier. Nous pourrons même suggérer avec Luca Crovi et Claudio Gallo, respectivement préfacier et éditeur de I ladri di Cadaveri (1884)2, auxquels Pistelli aussi fait référence, que Jarro est le “chaînon manquant” dans la chaîne du roman policier archaïque qui pourrait relier le feuilleton des “mystères” avec les premières collections italiennes de gialli.

2La périodisation qui découle de ce type d’approche est traitée à l’intérieur d’un siècle d’histoire du genre. Si la date finale du laboratoire préhistorique est évidente, car il s’agit de l’année où commencent les publications des fameux Libri gialli Mondadori, il est moins évident d’établir celle qui marque le début, comme le reconnaît d’ailleurs Pistelli lui-même. En outre, il semble s’appuyer sur un catalogue d’auteurs des premiers romans policiers plus que sur un discours historico-littéraire.

  • 3 Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo, op. cit., p. 95-325.

3Certes, c’est toujours l’initiative de l’écrivain singulier, ou d’un certain nombre d’écrivains, qui provoque la naissance d’un discours historico-littéraire fort, très diversifié à cause de la différence de ces auteurs, avant de se transformer en système, pendant la troisième et la quatrième décennie du xxe siècle, dans le cadre d’un réseau éditorial organisé. La critique littéraire, ainsi que la radio et le cinéma, la bande dessinée et la littérature policière pour la jeunesse ne pourront plus être étrangers à ce système et à cette organisation éditoriale. Si cette période coïncide avec l’âge d’or du policier, à laquelle Pistelli consacre le noyau du volume (c’est-à-dire plus de deux cents pages pour deux décennies seulement)3, il n’y a pas une contextualisation littéraire significative et Jarro lui-même demeure tel une pépite sans mine, un graffiti sans grotte.

  • 4 Cf. note 2.

4Autrement dit, il nous semble qu’il n’apparaît que comme une simple découverte qui s’ajoute aux autres, accompagnée de son médaillon critique, parfois même trop flatteur, peut-être à cause du fait que Pistelli lui-même a du mal à l’insérer dans son catalogue. Par ailleurs, ce dernier ne peut pas s’appuyer véritablement sur une réception critique stable, dans le sillage de Gramsci et Eco, qui ne se sont pas penchés sur Jarro. En effet, pour la relance de l’ouvrage policier de Jarro, il faudra attendre l’édition de Gallo, en mai 20044. Et Pistelli ne peut pas prétendre le « canoniser » dans sa préhistoire déjà en avril 2006.

  • 5 Guglielmo Lo Curzio, Ottocento minore. Incontri e pretesti, Palerme, Palumbo, 1950, p. 63 et suivan (...)

5Par ces remarques, nous ne voulons pas dire que les quelques notes critiques consacrées à Jarro du milieu du xixe siècle au début du xxie par Guglielmo Lo Curzio et Marco Villoresi5, Luca Crovi et Claudio Gallo sont inutiles. Ce qui est en revanche inutile, et même nuisible, c’est le médaillon, qui finit par confluer dans la logique du catalogue, en renonçant à un contexte plus large et à un discours historico-littéraire fort. En somme, Jarro, selon nous, aurait dû être traité plutôt comme une « entrée en matière » dans le but de problématiser un contexte de fin de siècle plus large, où s’insèrent et sont définis sans cesse périodisations, auteurs, canons, modèles, etc.

  • 6 Quinto Marini, I «misteri» d’Italia, Pise, ETS, 1993.
  • 7 Ibidem, p. 61.
  • 8 Ibidem.
  • 9 Antonio Palermo, Da Mastriani a Viviani. Per una storia della letteratura a Napoli fra Otto e Novec (...)
  • 10 Maurizio Pistelli, op. cit., p. 6-10.
  • 11 Ibidem, p. 34, 35-36, 63-64.
  • 12 Ibidem, p. 63.

6C’est comme s’il y avait une rupture nette dans l’histoire littéraire, voire culturelle, du genre policier en Italie. On a l’impression que le début de cette histoire – la préhistoire selon Pistelli – n’est pas vraiment contextualisée, mais qu’elle est comme « isolée » et « abstraite » au sein de la périodisation choisie, surtout en amont, où l’auteur semble obligé de trouver une niche temporelle en 1860, au début de la décennie qui nous offrira, entre autres, le fameux I misteri di Napoli de Francesco Mastriani (Naples 1819-1891). Il ne s’agit certainement pas du premier texte de ce type, qui appartient à un genre bien étudié en son temps par Quinto Marini dans I «misteri» d’Italia6. Par ailleurs, Mastriani, dans sa Prefazione dell’Autore était critique envers ce même filon, puisqu’il le jugeait déjà trop fréquenté7. Cependant, I misteri di Napoli n’en demeure pas moins un point de départ, notamment à travers l’influence qu’ont exercée les indications des Quaderni de Gramsci, pour de nombreuses recherches sur la littérature et plus précisément sur la littérature et la culture populaires. Mais, alors que Marini s’en sert pour une mise en perspective8 des “Mystères” d’Italie à partir du même point de vue critique qu’adopte Mastriani pour écrire ce genre, alors qu’Antonio Palermo tente d’historiciser de manière problématisée la littérature parthénopéenne9, Pistelli inaugure et simplement « valide » avec Mastriani le catalogue des auteurs du policier archaïque10, presque en faisant fi de la mise en perspective et même de la « napolétanité » du genre qui se fera entendre pourtant, à plusieurs reprises, à travers Imbriani (Naples 1840-1886), Di Giacomo (Naples 1860-1934), Serao (Patras 1856 ; Naples 1927)11. Ce n’est pas un hasard si les formules de Pistelli se répètent et se suivent de manière un peu générique pour souder – et je dirais presque « condenser » – la fin des années Soixante du xixe avec le début du xxe siècle. Par exemple, il écrit : « Matilde Serao, héritière directe du feuilleton de Mastriani et protagoniste active de la vie culturelle romaine et napolitaine entre la fin du xixe et le début du xxe, elle non plus n’arrive pas à échapper à l’appel séduisant du roman policier »12.

7En somme, cette approche laisse en suspens des points qui méritent d’être évoqués.

  • 13 Eugenio Sue, I misteri di Parigi, traduction de Filippo Berti fiorentino, Naples, C. Batelli, 1843- (...)

8D’après nous, il ne suffit pas de renvoyer pour l’énième fois à Eugène Sue, dont les Mystères de Paris (1843-1844) circulent à Naples chez Batelli, traduits par Filippo Berti, dès 1843, au fur et à mesure qu’ils sortent en France (ils paraîtront en volume en 1845 chez Fibreno)13.

  • 14 Francesco Mastriani, I misteri di Napoli. Studi storico-sociali, Naples, Stabilimento Tipografico d (...)

9Cette opération ne permet pas d’expliquer comment on passe de I misteri di Napoli de Mastriani, de 1869-1870, au Il delitto di via Chiatamone de 1907, que Serao publie dans Il Giorno sous le pseudonyme de Francesco Sangiorgio – le nom du héros de son roman parlementaire La conquista di Roma (1885)14 – et qui paraîtra en volume l’année suivante sous son vrai nom. Ce n’est pas suffisant que dans chaque ville italienne soit publié un « mystère italien » pour avoir un roman à intrigue policière, puis un policier italien. Sommes-nous déjà arrivés à l’école de Lucarelli ? Bref, ce serait très mécanique de faire dépendre les romans « policiers », ou « policiers archaïques », publiés par Jarro dans les années 1880, dont l’action se déroule à Florence, de ces Mystères de Florence (1857), très différents, de Carlo Lorenzini (Collodi), qui d’ailleurs sont des « non-mystères ».

  • 15 Jarro, Firenze sotterranea. Appunti, ricordi, descrizioni, bozzetti, Florence, Mariano Ricci, 1884 (...)
  • 16 Quinto Marini, op. cit., p. 15 [notre traduction].

10Il nous paraît bien plus fructueux de prendre en compte les caractéristiques communes (et qu’on retrouve en partie dans les fragments des notes et des ébauches de Firenze sotterranea de Jarro, paru en 188415), l’esprit toscan (même dans la langue) et le sens plus ou moins fin, subtil, de la provocation, du travestissement, de la description et de la digression, de l’humour. On ne peut pas les ignorer seulement parce que ces caractéristiques ne se conforment pas à l’idée un peu traditionnelle – bien qu’elle soit, à travers l’urbanisation, gothiquement moderne – que nous avons des mystères, c’est-à-dire de ces « romans d’intrigues obscures, situés dans les coupe-gorge sordides, dans le “ventre” des villes peuplées, où se cache le rebut de la nouvelle société capitaliste »16.

  • 17 Carlo Alberto Madrignani, Rosso e nero a Montecitorio. Il romanzo parlamentare della nuova Italia ( (...)

11De même, il ne suffit pas de faire appel à l’exemple de Carolina Invernizio (Voghera 1851, Coni 1916), devenue un autre cas d’école grâce à Gramsci, pour « corriger » et « actualiser » juste ce qu’il faut le feuilleton ou roman social de Mastriani et arriver au policier pur avec Serao, qui a été aisément répertoriée parmi les « épigones du feuilleton en version policière », après avoir été la reine de Montecitorio avec le roman parlementaire « rouge et noir » de Madrignani ou une « donna intorno al cor » avec le roman « rose et noir » d’Umberto Eco et Marina Federzoni ou d’Edoardo Sanguineti et Riccardo Reim17.

12Et enfin, et peut-être surtout, quelles sont les problématiques concernant le point de départ napolitain et cette périodisation spécifique qui le lie à une date précise, celle de 1860 ?

13Certes, c’est le début de la première décennie post-unitaire et c’est le début de la fin d’un roman historique qui avait incité, mais aussi fini par agacer, le public italien pendant un long Risorgimento dont l’Unité, en 1861, et les années difficiles qui s’en suivirent, auraient tiré des conclusions bien moins généreuses et optimistes – notamment dans le Sud, mais pas seulement – que celles qui étaient contenues dans de nombreux romans historiques de la première moitié du xixe siècle.

14Pourtant, à y regarder de plus près, et comme cela est évident, le roman historique ne meurt pas, surtout grâce à son caractère hybride qui apparaît dès I promessi Sposi, œuvre dont Manzoni uniformise la langue, passant de la ventisettana à la quarantana, mais non les couleurs rose et noir qui séduisent tant de lecteurs, plus que ne le fait le message national.

Critique des compartiments étanches : pour mettre en évidence, de manière peut-être patente mais juste, les modèles littéraires italiens et une plus grande continuité de la littérature et dans la littérature du bel paese

15La logique de la périodisation finit par créer des compartiments étanches et ne met pas suffisamment en relief le rôle des modèles italiens, qui remontent jusqu’à la première moitié du xixe siècle et garantissent la continuité de la littérature italienne et à l’intérieur de la littérature italienne, peut-être parce que cela paraît évident à Pistelli. À cet égard, s’ajoute également la forme du catalogue, qui doit être « condensée », afin de rechercher des origines qui toutefois paraissent détachées de l’âge d’or du « policier » des années Trente et Quarante du xxe siècle, dans la mesure où il n’y a pas vraiment de renvois, chez Pistelli, de la préhistoire à l’histoire du policier.

  • 18 Cf. Claudio Gallo, Il comissario Lucertolo: uno Sherlock Holmes in riva all’Arno, in Jarro, I ladri (...)

16Nous ne voulons pas dire qu’il n’y aurait pas d’autres modèles et que la rapidité avec laquelle sont traduits chez Treves Émile Gaboriau et Wilkie Collins dans la première moitié des années 1870 ne soit pas significative (rapidité justement soulignée par Claudio Gallo par rapport à Jarro écrivain de policiers archaïques, publié par Treves, un éditeur qui peut-être l’invitait à écrire dans ce sens)18. Nous ne voulons pas dire non plus, puisque nous revendiquons une approche comparatiste dans tous nos travaux, que la littérature nationale doive être considérée comme un vase clos.

17Il semble néanmoins paradoxal que, juste au moment où l’on essaie de donner de la légitimité à un genre littéraire, on crée de fait des compartiments étanches qui ne facilitent pas son entrée dans la continuité de la littérature italienne et repoussent à l’extérieur pratiquement toute origine, à cause d’un culte de l’étranger assez générique et pas toujours avisé et pondéré. Et acceptons, pour une fois, de mettre de côté la vulgata critique qui, de Gramsci à Eco, semble avoir réglé la question une fois pour toutes.

18Le risque, en dernière instance, à y regarder de près, est d’identifier l’âge d’or du policier dans les années 30 et 40 du xxe siècle presque uniquement sur la base de données de marché et/ou de sociologie de la littérature. En somme, lorsque le « policier » devient une industrie, une entreprise (éditoriale, mais pas seulement), nous sommes dans l’âge d’or. En revanche, lorsque ce genre n’est pas encore clairement détaché du système de la littérature « générale » – et avec des résultats pas toujours banals, ni escomptés –, il ne s’agit que d’une phase du laboratoire préhistorique. Nous ne sommes pas sûrs qu’il s’agisse de la manière de procéder la plus correcte pour mettre en lumière l’importance de la tradition du policier italien. Dans ces conditions, sommes-nous sûrs qu’il suffise de suivre le chemin de Pistelli et/ou de la vulgata critique dont il s’inspire pour résoudre le vieux dilemme « littérature vs paralittérature » qui pèse également sur le policier ?

19Nous n’en sommes pas sûrs du tout. Au contraire, il nous semble que le problème se trouve justement dans ces prémisses. Mais abandonnons maintenant la critique et essayons de plaider en faveur d’une plus grande continuité de la littérature italienne et à l’intérieur de la littérature italienne, partant de Jarro et du texte qui l’a relancé il y a une dizaine d’années, au début de ce nouveau siècle et millénaire : I ladri di cadaveri, édité en 1884.

20Nous avons mentionné Manzoni et les romans historiques du début du xixe siècle, par lesquels prend forme le roman moderne en Italie, un genre hybride plus que d’autres. En lisant I ladri di cadaveri de Jarro, nous pouvons aisément remarquer que la modernité du policier est filtrée par un récit qui est et se revendique encore comme historique, même s’il ne se frotte pas à un passé éloigné, mais à un passé proche : nous ne sommes plus, disons, dans les années 30 du xviie siècle, comme chez Manzoni, mais dans les années 30 du xixe, plus précisément en 1836, c’est-à-dire à l’époque du Grand-Duché de Toscane et de Léopold II, qui est, en gros, le dernier duc. Et Jarro, un peu comme Manzoni, se soucie de combler le fossé creusé par un demi-siècle d’histoire – et quelle histoire ! – dans la vie de Florence, de la Toscane et de l’Italie tout entière, grâce à des digressions qui concernent le plus souvent les abus du vieux gouvernement et, ce n’est pas un hasard, les nouveaux ingrédients du roman « policier » : la police, les méthodes de l’enquête, les institutions judiciaires, les prisons. Toutes ces institutions et démarches sont critiquées, mais on sait qu’ils sont in progress, notamment grâce à l’avant-garde des meilleurs hommes de justice qui, dans un passé plus ou moins proche – que ce soit des frères, des cardinaux ou des commissaires et des greffiers – ont essayé de montrer la voie, dans le bien et dans le mal, avec leurs qualités et leurs défauts.

21Tout ce travail, fait de digressions, qui est le résultat d’une grande application et d’acribie, mais aussi d’un certain esprit de provocation, d’un certain humour, trouve une clef de lecture significative dans la dichotomie adverbiale « alors » vs « maintenant », qui, dans les faits, produit – en perspective – une sorte d’actualisation qui est moins paradoxale qu’on ne le croit. Cette actualisation permet d’évoquer aux yeux du plus grand nombre – c’est-à-dire la foule des citoyens post-unitaires, parmi lesquels nous trouvons de nombreux déçus et nostalgiques – un lieu pas très éloigné dans le temps, de manière à ce qu’il soit encore intéressant mais sans qu’il soit aplati sur la chronique quotidienne : bref qu’il soit présenté comme quelque chose qu’on peut vivre par procuration. Comme s’il s’agissait encore de quelque chose de sauvage, un peu comme cela arrive, toujours vers la moitié des années 1880, pour le roman d’aventure d’Emilio Salgari, qui doit beaucoup lui aussi à Manzoni et à ce grand réservoir d’histoires, procès, projets de société, critique sociale explicite, épisodes noirs et gothiques et réflexions sur le mal que sont I promessi sposi. Sans parler de ces « mariages impossibles » qui sont le ressort des romans historiques, « policiers » et d’aventure du xixe siècle et qui, devenant « possibles », les clôturent avec un happy end plus ou moins réussi, de Manzoni à Jarro, en passant par Salgari.

22Ce n’est pas tout. Lucia, dans I ladri di cadaveri de Jarro, est vraiment « manzonienne », et pas seulement de par son nom. Elle est pendant une grande partie de la narration un personnage presque absent, que son fiancé Luciano essaie d’atteindre, après une plongée douloureuse dans un monde dont il reçoit des coups durs, bien sûr injustement. Mis à part ses pleurs et ses prières, qui montrent, avec quelques autres manifestations, qu’elle a un cœur extrêmement généreux, Lucia a pour seule fonction textuelle de s’être promise, en son for intérieur, à Luciano, et d’attendre le dénouement du roman de formation compliqué que son amoureux est en train de vivre, entre la pauvreté et la prison. Heureusement pour lui, le commissaire de Santa Maria Novella, Domenico Arganti, deux siècles après Fra Cristoforo, a plus de succès que le vieux capucin et parvient à élucider le cas du double homicide qui tire ses racines d’un épisode vieux de dix-huit ans. Certes, même le commissaire est animé par la foi, qui le soutient de manière indirecte, c’est-à-dire plus grâce à sa femme qu’à travers ses rares et découragés replis sur soi à la Renzo Tramaglino. Par ailleurs, l’enquêteur doit croire avant tout en lui-même, car il doit être le meilleur complice de lui-même et de son savoir-faire technique, de ses compétences intellectuelles et de ses déguisements. Et toutefois il a aussi ses moments de grand découragement et de rage envers l’injustice et des instants de fatigue et de manque de confiance en ce monde, qui rappellent ceux du fileur lombard.

23Je rappellerais en outre – toujours dans le sillage de Manzoni, mais, disons, contaminé par quelques-unes des caractéristiques de Collodi mentionnées plus haut – les descriptions et les digressions de Jarro, qui quitte et reprend ses personnages avec la complicité du lecteur, à qui il fait souvent des clins d’œil, avec un choix adapté de la temporalité et une créativité non banale, soutenue par une langue qui pioche aussi – et parfois abondamment – dans le toscan et le florentin du xixe siècle.

24Où m’amènent toutes ces remarques ? Pas très loin, certes, et pas vers des horizons critiques très originaux, mais néanmoins il me semble plus consciencieux d’œuvrer dans une telle direction plutôt que de citer les auteurs français et anglais habituels, les faisant en quelque sorte passer en revue à côté des écrivains italiens qui semblent presque devoir se refléter dans ces modèles étrangers pour pouvoir se définir en tant qu’écrivains de policiers. Le résultat est, souvent, d’en agrandir l’image au point de les faire devenir anticipateurs de Conan Doyle, et même de les présenter, par exemple, comme les créateurs d’« un Sherlock Holmes sur les rives de l’Arno », selon ce que suggère Claudio Gallo à propos de Jarro à l’intérieur d’un discours dans lequel se place également Pistelli.

  • 19 Jarro, Prefazione, in Id., L’istrione, Milan, Treves, 1887, p. X-XI [notre traduction].
  • 20 Cf. Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo, op. cit., p. 30 (cf. note 1) et 32 [notre traduction].

25Ainsi, tout en appréciant l’enthousiasme espiègle et la ruse, l’astuce du baptême critique de Claudio Gallo, il nous semble qu’il faut quand même dire que la rive de l’Arno fait partie de la formation de Jarro d’une autre façon : elle accueille d’autres héros et auteurs qui peuvent être considérés plus facilement comme les modèles d’un écrivain toscan né en 1849 qui – je cite Jarro lui-même – « sans aller rien chercher chez les étrangers », s’entraîne à « manier l’instrument […] rare et précieux de notre langue », comme il le dit et atteste lui-même dans la Préface à L’istrione (1887)19. Il n’a pas sous la main Sherlock Holmes, dont les aventures, publiées justement à partir de 1887, ne sortent en Italie qu’au milieu des années 1890. Pas seulement. Il me semble qu’on finit par déformer et perdre, dans cette fuite en avant, un peu de cette « franche saveur d’italianité » à laquelle Jarro a toujours voulu rester attaché, comme le suggère encore la Préface que nous venons de citer ci-dessus. À ce propos, Pistelli lui-même évoque « des modèles déjà théorisés […] par les véristes »20 et ne cite même pas une fois Collodi, qui collabore, avec le manzonisme, à diffuser la langue toscane dans toute l’Italie, tout en adhérant à un modèle d’écriture narrative qui est marginal mais auquel appartient, à mon avis, Giulio Piccini, alias Jarro.

Haut de page

Notes

1 Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo. Storia del poliziesco italiano (1860-1960), Rome, Donzelli, 2006, p. 3-94.

2 Jarro, I ladri di cadaveri, Milan, Treves, 1884. Puis, avec l’introduction de Luca Crovi, Claudio Gallo (dir.), I ladri di cadaveri, Reggio Emilia, Aliberti, 2004.

3 Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo, op. cit., p. 95-325.

4 Cf. note 2.

5 Guglielmo Lo Curzio, Ottocento minore. Incontri e pretesti, Palerme, Palumbo, 1950, p. 63 et suivantes ; Marco Villoresi, « La letteratura poliziesca e del mistero ambientata a Firenze. Contributo per un itinerario di ricerca », Archivi del Nuovo, 8/9, 2001, p. 68-69.

6 Quinto Marini, I «misteri» d’Italia, Pise, ETS, 1993.

7 Ibidem, p. 61.

8 Ibidem.

9 Antonio Palermo, Da Mastriani a Viviani. Per una storia della letteratura a Napoli fra Otto e Novecento, Naples, Liguori, 1972, p. 7-20.

10 Maurizio Pistelli, op. cit., p. 6-10.

11 Ibidem, p. 34, 35-36, 63-64.

12 Ibidem, p. 63.

13 Eugenio Sue, I misteri di Parigi, traduction de Filippo Berti fiorentino, Naples, C. Batelli, 1843-1845 ; Eugenio Sue, I misteri di Parigi, traduction de Filippo Berti, Naples, Fibreno, 1845.

14 Francesco Mastriani, I misteri di Napoli. Studi storico-sociali, Naples, Stabilimento Tipografico del Commend. G. Nobile, 1869-1870 ; Francesco/Sangiorgio (Matilde Serao), Il delitto di via Chiatamone. Romanzo, préface de Matilde Serao, Naples, Francesco Perrella, 1908 (déjà paru dans Il Giorno nel 1907) ; Id., La conquista di Roma. Romanzo, Florence, G. Barbera, 1885.

15 Jarro, Firenze sotterranea. Appunti, ricordi, descrizioni, bozzetti, Florence, Mariano Ricci, 1884 (I et II édition avec ajouts). Une troisième édition revue par l’auteur paraît chez Le Monnier (1885) et une quatrième, illustrée par Fabio Fabbi, avec une nouvelle préface, chez Bemporad (1900). Aujourd’hui il est possible de lire deux passages (Il ghetto di Firenze et Il sottoboia & C.) tirés de Firenze sotterranea de Jarro, in Riccardo Reim, Il cuore oscuro dell’Ottocento, Rome, Avagliano, 2008, p. 98-103 et p. 150-151.

16 Quinto Marini, op. cit., p. 15 [notre traduction].

17 Carlo Alberto Madrignani, Rosso e nero a Montecitorio. Il romanzo parlamentare della nuova Italia (1861-1901), Florence, Vallecchi, 1980 ; Umberto Eco, « Tre donne intorno al cor… », in Umberto Eco, Marina Federzoni, Isabella Pezzini et Maria Pia Pozzato, Carolina Invernizio, Matilde Serao, Liala, Florence, La Nuova Italia, 1979 p. 3-27 ; Marina Federzoni, « Carolina Invernizio », ibidem, p. 29-59 ; Carolina Invernizio (Riccardo Reim dir., préface d’Edoardo Sanguineti), Nero per signora, Rome, Editori Riuniti, 1986 et 2006 ; Id., (Riccardo Reim dir.), Pallida bruna. Racconti, Rome, Editori Riuniti, 1987.

18 Cf. Claudio Gallo, Il comissario Lucertolo: uno Sherlock Holmes in riva all’Arno, in Jarro, I ladri di cadaveri, introduction de Luca Crovi, op. cit., p. 298.

19 Jarro, Prefazione, in Id., L’istrione, Milan, Treves, 1887, p. X-XI [notre traduction].

20 Cf. Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo, op. cit., p. 30 (cf. note 1) et 32 [notre traduction].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luciano Curreri, « L’entrée en matière vs le médaillon », Cahiers d’études romanes, 34 | 2017, 43-52.

Référence électronique

Luciano Curreri, « L’entrée en matière vs le médaillon », Cahiers d’études romanes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5350 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5350

Haut de page

Auteur

Luciano Curreri

Université de Liège – TRAVERSES (Unité de recherches transdisciplinaire), Liège, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals