Navigation – Plan du site
Italie France Espagne Pérou

Cagliostro (1743-1795) inventeur d’Arsène Lupin

Circulation, transformation et enjeux d’un modèle héroïque du roman historique au roman policier
Étienne Leterrier
p. 85-99

Résumés

L’un des plus célèbres personnages du roman policier français, Arsène Lupin, tire son originalité de sources notamment romanesques, et en particulier des romans d’Alexandre Dumas. Entre Lupin et Joseph Balsamo, les rapports sont en effet étroits, les signes typiques s’accumulent, qui font de Lupin un Cagliostro modernisé, un charlatan mondain de la Belle Époque. Cette parenté ne s’arrête pas là puisque Leblanc a introduit dans le cycle, comme amante et rivale, la petite fille de Cagliostro, Joséphine Balsamo. Le moule héroïque cagliostrien tend donc à se démultiplier, et révèle un certain nombre d’enjeux idéologiques et historiques du roman de Maurice Leblanc.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Le roman policier naît avec l’apparition des sociétés industrielles et des transformations sociales qui l’accompagnent. Le développement d’une police aux méthodes d’investigation modernes, à la fois du point de vue organisationnel, méthodologique et technique, vers le milieu du xixe siècle, constitue un champ nouveau pour l’imaginaire où trouvent place ces nouveaux héros de la déduction ou de l’arrestation que sont détectives ou policiers (surtout lorsqu’ils écrivent eux-mêmes, comme Vidocq, en 1828), ou à l’inverse, ces spécialistes de la transgression des normes qui défient l’appareil répressif que sont les cambrioleurs et autres malfrats. Les références à la graphologie, à l’anthropométrie et aux fiches signalétiques d’Alphonse Bertillon, par exemple, constituent régulièrement, dans les aventures d’Arsène Lupin, des échos directs à la transformation des pratiques policières en cours à l’époque : le roman policier, en tant que genre mimétique, naît puis s’écrit en miroir avec la société de son temps.

  • 1 Joseph Balsamo, le premier volume du cycle intitulé « Mémoires d’un médecin », est publié par Dumas (...)

2Pour autant, les origines du roman policier ne sont pas seulement contemporaines. Elles vont chercher nécessairement plus loin dans l’histoire romanesque. Le roman policier répond certes à des caractéristiques narratologiques ou formelles (présence d’une figure d’enquêteur attaché à la résolution d’une énigme ou d’un mystère), mais il n’est pas exempt d’échos intertextuels qui permettent d’observer aussi comment le souvenir littéraire joue un rôle dans la construction d’univers romanesques policiers. Il semble que, concernant Arsène Lupin, l’un des personnages de cambrioleur (mais aussi, d’une certaine façon, de détective) les plus célèbres de la littérature française, l’observation de ce rapport intertextuel puisse être riche de sens. L’attrait de l’auteur Maurice Leblanc pour le roman d’aventure ou pour le roman historique a été plusieurs fois relevé : la geste d’Arsène Lupin n’est pas, à ce titre, parfaitement canonique par rapport aux critères du roman policier, puisqu’elle relève souvent d’une énigme à résoudre plus que d’un crime à élucider. Cet attrait de Maurice Leblanc pour le roman historique provient surtout de sa lecture des romans d’Alexandre Dumas, en particulier du Comte de Monte Cristo, et de Joseph Balsamo1. Nous voudrions ici nous intéresser plus spécifiquement au caractère génétique joué par le héros dumasien typique que constitue Joseph Balsamo dans la construction héroïque d’Arsène Lupin.

3Si le comte de Monte Cristo est une figure purement littéraire, Joseph Balsamo est quant à lui une figure historique. Né en 1743, il fut un aventurier de la fin du xviiie siècle, cosmopolite et franc-maçon, alchimiste et guérisseur, charlatan et escroc. Ce personnage énigmatique a laissé dans l’Europe de la fin duxviiie siècle une très importante mémoire littéraire. Sa biographie lacunaire semblant encourager les romanciers à s’en emparer, a permis à cette figure, littérarisée, de circuler dans des opéras-comiques, des mélodrames et différents romans de la première moitié du dix-neuvième siècle, jusqu’à Alexandre Dumas. Si André-Marc Aymé commence son Archéologie de la littérature policière en 1789, on serait donc tenté de remonter ici un peu avant : par le biais du roman dumasien Joseph Balsamo, qui date de 1848, l’imaginaire du roman de Leblanc se projette sur toute la fin du siècle de Louis xvi, en particulier sur l’affaire du collier de la reine, en 1786, ce grand scandale d’Ancien régime. Il réinvestit au cœur de l’énigme policière un certain nombre de signifiants historiques dont il faut mesurer la portée.

Joseph Balsamo, un ancêtre de Lupin

  • 2 Cf. Maurice Leblanc, L’arrestation d’Arsène Lupin, « Je sais tout » n° 6, juillet 1905.
  • 3 Cf. les souvenirs de Maurice Leblanc, dans Stefano Benvenuti (dir.), Le roman criminel : histoire, (...)
  • 4 Arsène Lupin, édition en cinq volumes présentée par Francis Lacassin, Paris, Robert Laffont « Bouqu (...)
  • 5 Francis Lacassin, Mythologie du roman policier, Paris, Christian Bourgois, p. 400. Lacassin cite co (...)

4Le succès extraordinaire du personnage d’Arsène Lupin, dès ses premières apparitions dans « Je sais Tout », en 19052 a conduit bon nombre de lecteurs et de critiques à chercher d’où Leblanc avait extrait une telle recette : ont été citées d’une part les figures issues de l’actualité des années 1900, dont le fameux anarchiste et chef de bande Alexandre Marius Jacob, ou le conseiller municipal de Paris Arsène Lopin, souvent convié pour expliquer l’onomastique printanière d’un héros rapidement identifié à sa jeunesse et à son esprit toujours insouciant3. Que Maurice Leblanc ait lui-même pratiqué un temps une activité de journaliste donne corps à ces hypothèses, mais c’est plus vraisemblablement à partir de ses lectures que Leblanc a donné à son héros ses caractéristiques si spécifiques : le Chevalier Dupin chez Poe pourrait avoir contribué à forger le nom du héros, mais aussi, sans doute, les romans de Conan Doyle. Francis Lacassin, dans la préface qu’il consacre à l’édition collective des aventures de Lupin parue chez Robert Laffont4, n’oublie pas de citer les héros dumasien dans le panthéon de Leblanc, en rappelant que l’abbé Faria est un enquêteur hors pair qui parvient le premier à démêler le complot dont Edmond Dantès a été la victime, et que Dantès représente le type de l’aventurier enrichi mystérieusement et affairé à l’accomplissement d’une vengeance secrète ou d’une grand œuvre, traits sous lesquels Arsène Lupin apparaît plus d’une fois. Pourtant, dans Mythologie du roman policier5, il passe sous silence le roman Joseph Balsamo, dont le personnage éponyme principal est pourtant tellement lié au destin de Lupin que le héros de Leblanc semble, comme nous aimerions ici le montrer, évoluer dans un univers symbolique étroitement balisé par lui.

Jeu d’identités et mobilité sociale

5Entre la fin de l’Ancien Régime et la Belle Époque, le changement de contexte politique et social est bien entendu total. Le charlatan du xviiie siècle qui savait berner la population mais aussi des parlementaires et des aristocrates en leur faisant miroiter ses talents d’alchimiste et de guérisseur s’est transformé en cambrioleur. Lupin, incontestablement, n’a plus besoin de conquérir l’esprit de ses dupes ni de les persuader par ses mystères avant de leur dérober bijoux, liasses ou objets précieux. Il a besoin de gagner leur confiance, mais sait surtout s’introduire subrepticement chez ses victimes. En outre, au mystique, au thaumaturge et à l’illuministe Cagliostro s’oppose le héros positiviste, amoureux de technique et de progrès qu’est Lupin. Si le contexte dans lequel ils apparaissent semble placer Lupin et Cagliostro sur des plans différents, en revanche, ces deux personnages se ressemblent encore sur le plan de l’existence sociale, dans la mesure où ils sont tous deux mobiles, spatialement et socialement, jusqu’au vertige.

  • 6 Suzanne Roth, Les aventuriers au xviiie siècle, Paris, Galilée, 1980 ; Alexandre Stroev, Les aventu (...)

6Lupin, comme Cagliostro, vit en effet sous de faux noms, et pas n’importe lesquels. Sa mobilité sociale et spatiale va de pair avec le choix de noms d’emprunt ou de titres qui l’introduisent dans les milieux où il commet ses délits. Lupin, en choisissant des noms qui servent de passeport pour se déplacer d’un lieu à l’autre, en adoptant une identité protéiforme, se rattache ainsi sociologiquement à une catégorie d’aventuriers charlatans du xviiie siècle précisément étudiés par Alexandre Stroev ou Suzanne Roth6. Le choix des pseudonymes montre une double volonté de se mettre en scène et de se dissimuler sous des noms exotiques. Joseph Balsamo se faisait appeler comte de Fenice, baron Zanone, et bien sûr, comte de Cagliostro. Il portait l’uniforme de colonel prussien. Dantès, quant à lui, choisit le nom de Monte-Cristo, mais aussi celui de Lord Wilmore. Les noms d’emprunt de Lupin montrent une tendance exactement similaire à se draper de particules et à se revendiquer noble (vicomte, baron, comte, et même duc, etc.) mais également à laisser supposer des origines méditerranéennes : le baron Anfredi, le vicomte (ou comte) d’Andresy, le chevalier de Floriani, le colonel Sparmiento, le duc de Charmerace, ou encore le Péruvien Don Luis Perenna, dans Les dents du Tigre, en 1921.

7Cette plasticité onomastique ne va pas sans une grande mobilité géographique : Lupin adopte dans ces identités multiples des professions itinérantes : chasseur, explorateur, peintre, voire saltimbanque (il est l’apprenti des prestidigitateurs Dickson et Pickmann, profession qui le rapproche encore un peu des saltimbanques de l’Ancien Régime). L’apogée de l’empire colonial français donne du poids et une certaine crédibilité à ses identités coloniales qui font écho aux origines orientales et à l’initiation secrète égyptienne revendiquées par Cagliostro (Lupin se fait passer pour le commissaire du gouvernement en Cochinchine, pour un colon algérien, pour un fonctionnaire de Madagascar et envisage dans Les dents du Tigre la fondation d’un empire en Mauritanie…). Lupin est voyageur, ce qui répond à l’idéal cosmopolite de la bourgeoisie de la Belle Époque, tout comme le charlatan savait exploiter les tendances du cosmopolitisme, maçonnique ou non, de la fin du xviiie siècle. Il y a, en outre, chez Lupin comme chez Cagliostro, une même capacité à franchir aisément les barrières sociales. Les gazettes du xviiie siècle s’offusquent ainsi de ce qu’un vulgaire charlatan comme Cagliostro ait pu pénétrer dans les salons aristocrates et dans l’intimité du cardinal de Rohan pour le berner. Lupin, à demi roturier, se joue des barrières sociales, se faisant admettre facilement auprès de l’aristocratie industrielle de la Belle Époque et dînant à l’ambassade d’Espagne à peine sorti de prison. Ces deux êtres aux identités protéiformes sont également des héros qui naviguent sans encombre entre les classes sociales.

Deux personnages au savoir omniscient

8Nous avons dit que Lupin et Cagliostro ne partageaient pas le même savoir : savoir déductif et logique, issu du positivisme et des sciences exactes pour le premier, qui lui permet de résoudre des énigmes ; savoir mystique, illuministe et de type théosophique pour le second, qui lui permet d’invoquer les esprits, voire de communiquer avec l’Être suprême. Pourtant, la comparaison de certaines scènes de Joseph Balsamo de Dumas avec les aventures d’Arsène Lupin met en parallèle un type de scène où les deux héros utilisent leurs dons pour manifester une forme de savoir étrangement omniscient. Dans ces scènes du roman de Dumas, Cagliostro est informé à l’avance, grâce à ses pouvoirs magnétiques, des événements secrets du récit : il est donc en mesure d’en énoncer gravement la succession, aussi improbable soit-elle pour ceux qui l’écoutent, comme dans cette scène, où il vient récupérer une cassette compromettante que possède M. de Sartines, le chef de la police :

  • 7 Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, Paris, Quarto Gallimard, 2012, p. 811.

Eh bien ! soit, dit [Sartines]. Mais tout cela n’empêchera rien. Perdez-moi si vous pouvez. Vous avez vos preuves, j’ai les miennes. Gardez votre secret, je garde la cassette.
– Eh bien ! monsieur, dit Balsamo, voilà encore une profonde erreur dans laquelle je suis étonné de voir tomber un homme de votre force, cette cassette…
– Eh bien ! cette cassette ?
– Vous ne la garderez pas. […] lorsque je dis que vous ne garderez pas le coffret, j’entends dire par là que vous allez, de bonne grâce et de votre pleine volonté, me le restituer vous-même.
– Moi ? s’écria le magistrat en posant son poing sur l’objet en litige avec tant de force, qu’il faillit le briser.
– Oui, vous7.

9Et Sartines finira évidemment par restituer la cassette. Maurice Leblanc semble avoir été profondément marqué par ces scènes de suspense, qui placent le héros en position de force absolue, d’énonciateur a priori des événements du récit. Arsène Lupin reproduit plus d’une fois ces scènes, même s’il n’est pas doté des mêmes pouvoirs surnaturels. C’est le bluff et un sens infaillible de la déduction qui constituent les principaux atouts du personnage et c’est donc tout rationnellement que Lupin se livre au même jeu que Cagliostro. Dans La comtesse de Cagliostro, le héros se rend tout simplement chez ses adversaires pour leur soutirer une information cruciale à la résolution de l’enquête, tout en sachant qu’il ne sera pas tué. Les informations dont il dispose lui permettent en effet d’avoir un savoir d’avance sur ses opposants, et de triompher d’eux de façon spectaculaire, tandis qu’on l’aurait cru dans une mauvaise posture :

  • 8 Maurice Leblanc, La Comtesse de Cagliostro, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2 (...)

– Je me demande, puisque vous avez surpris un tel secret, comment vous osez être là et nous provoquer ? C’est de la démence !
– Pourquoi donc, monsieur ? fit Raoul avec candeur.
– Parce que votre existence est entre nos mains.
Il haussa les épaules.
– Mon existence est à l’abri de tout danger.
– Nous sommes trois cependant et d’humeur peu accommodante sur un point qui touche d’aussi près notre sécurité.
– Je ne cours pas plus de risques entre vous trois, affirma Raoul, que si vous étiez mes défenseurs.
– En êtes-vous absolument certain ?
– Oui, puisque vous ne m’avez pas encore tué après tout ce que j’ai dit.
– Et si je m’y décidais ?
– Une heure plus tard, vous seriez arrêtés tous les trois.8

10Ce qui frappe ici c’est la similitude avec laquelle ces scènes narrativement fortes se retrouvent presque identiques chez Dumas et chez Leblanc, comme si la puissance déductive de Lupin était le prolongement du savoir divinatoire et mystique de Cagliostro. Cagliostro comme Lupin sont tous deux des personnages dotés d’un savoir d’avance : ils énoncent les événements du récit de façon inédite, comme s’ils étaient maîtres de ce dernier. Les modalités de l’omniscience ont certes bel et bien changé, mais leur manifestation reste spectaculaire. Ces scènes de suspense mettent en scène de façon particulièrement efficace la supériorité écrasante du héros et permettent de résoudre à bon compte des situations de l’intrigue en apparence désespérées.

La généalogie cagliostrienne de Lupin

11Souligner ces aspects communs des caractères des deux personnages pourrait à première vue n’apparaître que comme pure coïncidence, et l’on pourrait être tenté de voir parmi les ancêtres d’Arsène Lupin, à l’origine de son transformisme social, les figures littéraires protéiformes de bandits déguisés ou vivant sous des identités multiples, des Rocambole, des Vautrin, des Jean Valjean, etc.

12Pourtant, dès la parution des premières aventures de Lupin – c’est-à-dire Arsène Lupin Gentleman cambrioleur, en 1907 – la référence à Cagliostro est bien explicite. Dans ce premier recueil, une nouvelle intitulée Le collier de la reine décrit la première aventure de Lupin comme cambrioleur. Lupin a six ans. Ce titre, qui fait référence à la célèbre affaire du collier en 1786, est exactement le même que le roman qui suit Joseph Balsamo, dans le cycle des « Mémoires d’un médecin » d’Alexandre Dumas. Dans sa nouvelle Le collier de la reine, Maurice Leblanc imagine qu’à l’âge de six ans, en passant par une fenêtre, Lupin vole aux Dreux-Soubise, descendants du cardinal de Rohan, le même collier qui fut volé à Marie-Antoinette un siècle plus tôt dans la célèbre affaire du collier, racontée par Dumas, affaire où l’on soupçonnait l’influence de Balsamo. En somme, l’acte de naissance de Lupin comme cambrioleur est le vol d’un objet hautement symbolique sur le plan historique, puisqu’il s’agit du collier de Marie-Antoinette, déjà impliqué dans une affaire souvent décrite comme un des signes prémonitoires de la Révolution Française !

13Selon un procédé d’écriture qui fait bégayer l’histoire et qui greffe l’invention romanesque sur le récit historique, Maurice Leblanc place donc explicitement Lupin dans la lignée de Balsamo-Cagliostro. La nouvelle tisse les biographies lupinienne et cagliostrienne de façon encore plus étroite, puisque le vol de Lupin n’est pas élucidé lorsqu’il se produit. Il faut attendre de nombreuses années avant qu’un certain chevalier de Floriani (il s’agit évidemment de Lupin, déguisé) retourne sur le lieu de son forfait – c’est-à-dire dans le salon des Dreux Soubise, lesquels sont devenus ses amis depuis une rencontre faite en Sicile. On devine la suite : le baron raconte à ses amis le vol mystérieux, et Floriani, l’invité, ne résiste pas au plaisir de lui expliquer comment le voleur (c’est-à-dire lui-même) a procédé :

  • 9 Maurice Leblanc, Arsène Lupin Gentleman cambrioleur, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupi (...)

Il y eut un frisson. Quel mystère cachait la vie de ce soi-disant Floriani ? Combien extraordinaire devait être l’existence de cet aventurier, voleur génial à six ans, et qui, aujourd’hui, par un raffinement de dilettante en quête d’émotion, ou tout au plus pour satisfaire un sentiment de rancune, venait braver sa victime chez elle, audacieusement, follement, et cependant avec toute la correction d’un galant homme en visite !
Il se leva et s’approcha de la comtesse pour prendre congé. Elle réprima un mouvement de recul. Il sourit.
– Oh ! Madame, vous avez peur ! aurais-je donc poussé trop loin ma petite comédie de sorcier de salon ?9

  • 10 Maurice Leblanc, Les dents du tigre, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2, Paris (...)

14Faux titre, faux nom italien, allusion à la Sicile (qui est la patrie historique de Cagliostro), et allusion à son rôle de « sorcier de salon » : les éléments concordent pour prouver que dans la nouvelle, Lupin est bel et bien un nouveau Cagliostro, une émanation directe des aventuriers du xviiie siècle. Le collier, volé, retrouvé, puis volé à nouveau, est bien l’objet symbolique qui inscrit directement Lupin dans l’histoire, définissant dès lors les aventures du gentleman cambrioleur comme une succession d’énigmes historiques à résoudre. L’affiliation de Lupin au légendaire charlatan aventurier n’est en rien le fait de la seule nouvelle Le collier de la reine, mais court en réalité à travers toute la geste. Dans Les dents du Tigre, la police retrouve sur un acte de baptême d’Arsène Lupin ce nom de Floriani10. En évoquant plus de quinze ans après ses débuts une origine possiblement italienne du personnage, Maurice Leblanc actualise à nouveau la présence d’un des personnages historiques ayant présidé à sa genèse. L’acte de naissance du gentleman cambrioleur se fait donc par la perpétration d’un vol qui place Lupin en digne héritier de Cagliostro, mais ce n’est pas la seule occasion où le roman de Dumas Joseph Balsamo transparaît dans l’œuvre de Leblanc.

Lupin contre Cagliostro

15En effet, pour redoubler la naissance d’une vocation de cambrioleur sous le signe cagliostrien, Leblanc fait commencer les aventures du gentleman cambrioleur par un ouvrage au titre évocateur : La comtesse de Cagliostro. Publié en 1924, le roman se propose de remonter à la jeunesse et à l’adolescence de Lupin. La comtesse de Cagliostro relate explicitement « la première aventure d’Arsène Lupin », dix-huit ans après les premières nouvelles d’Arsène Lupin Gentleman cambrioleur. Enfin, c’est par un dernier roman, La Cagliostro se venge, en 1935, que se clôt la série des aventures du célèbre cambrioleur. On voit comment après avoir manifesté sa vocation précoce par le vol du collier de Marie-Antoinette, Arsène Lupin voit s’ouvrir et se refermer ses aventures sur une figure féminine, celle de Joséphine Balsamo.

16Joséphine est à la fois la descendante du comte de Cagliostro et son double féminin potentiel. Comme son aïeul, elle laisse planer un doute sur ses moyens qui semblent infinis et son âge qui semble déjà séculaire. Elle introduit dans un cycle, par ailleurs caractérisé par son rationalisme et son positivisme, le frisson du surnaturel :

  • 11 Maurice Leblanc, La Comtesse de Cagliostro, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2 (...)

Belle, élégante, jetant l’argent à pleines mains […] son nom d’abord intriguait, et puis la façon vraiment impressionnante qu’elle avait de s’apparenter au fameux Cagliostro par ses allures mystérieuses, certaines guérisons miraculeuses qu’elle opéra, les réponses qu’elle donnait aux gens qui la consultaient sur leur passé ou sur leur avenir. Le roman d’Alexandre Dumas avait mis à la mode Joseph Balsamo, soi-disant comte de Cagliostro. Usant des mêmes procédés, et plus audacieuse encore, elle se targuait d’être la fille de Cagliostro, affirmait connaître le secret de l’éternelle jeunesse et, en souriant, parlait de telles rencontres qu’elle avait faites ou de tels événements qui lui étaient advenus sous le règne de Napoléon Ier11.

  • 12 Ibidem, p. 1099.

17Le personnage, qui est en fait un Cagliostro féminisé, sera à la fois l’amour passionnel et la grande rivale de Lupin : c’est un double opposé. C’est aussi une initiatrice, puisque c’est à ses côtés que Lupin passe de l’adolescence à l’âge adulte en réalisant son premier succès en tant que chasseur de trésor et découvreur d’énigmes. C’est donc avec elle que Lupin embrasse pleinement la carrière de cambrioleur. On retrouve, par son biais, le parallélisme existant entre Lupin et Cagliostro, puisque Lupin et Joséphine Balsamo sont à la fois amants passionnés, alliés, mais finissent par devenir des rivaux parce que Joséphine utilise des méthodes que Lupin réprouve. C’est donc sous l’aspect d’un double féminin à la fois adoré et haï que Cagliostro se manifeste à nouveau dans le destin de Lupin. Joséphine Balsamo représente d’ailleurs l’un des deux pôles de l’archétype féminin extrêmement présent chez Leblanc : la femme blonde aux yeux clairs, femme fatale et vénéneuse, qui s’oppose à la femme douce, brune et aimante qu’est Clarisse d’Étigues, la fiancée de Lupin. Les deux femmes incarnent en fait le double visage du héros de Leblanc, tour à tour gai et inoffensif, ou bien inquiétant, passionné, voire dominateur. Le narrateur de La comtesse de Cagliostro l’exprime dans une phrase lapidaire : « À l’âge de Raoul, (c’est le prénom sous lequel se cache Lupin) il semble qu’on se dédouble en deux êtres, dont l’un continuera d’aimer dans une sorte d’inconscience […] et dont l’autre se livre avec frénésie à tous les emportements de la passion nouvelle »12. Aussi les deux personnages, Lupin et la comtesse de Cagliostro, font-ils, dans La comtesse de Cagliostro, l’objet d’une histoire parallèle racontée par la comtesse :

  • 13 Ibidem, p. 1120.

Tu comprends bien que tout ce qui touche au comte de Cagliostro m’intéresse, et qu’il y a quatorze ans, quand j’ai entendu parler de la disparition du collier de la Reine, chez la duchesse de Dreux-Soubise, j’ai fait une enquête minutieuse, qui me permit d’abord de remonter jusqu’au jeune Raoul d’Andrésy, ensuite jusqu’au jeune Lupin, fils de Théophraste Lupin. Plus tard, je retrouvai ta trace dans plusieurs affaires. J’étais fixée13.

18Le rappel par Joséphine Balsamo de cette coïncidence n’a d’autre fonction que d’associer étroitement les personnages et de faire ainsi remonter leur passion rivale à la plus tendre enfance. La précision est ici essentiellement fonctionnelle et sans réel souci de vraisemblance, puisqu’en acceptant que le vol du collier de la reine ait été perpétré par un Lupin âgé de six ans, il faut, en toute logique, aussi admettre que la comtesse, ici « enquêtrice » n’est âgée que de dix ans. Par ailleurs, elle affirme avoir retrouvé la trace de son rival dans « plusieurs affaires » alors qu’en réalité, seule la nouvelle « Le coffre-fort de Madame Imbert » s’est déroulée entre-temps. Ces torsions montrent en réalité les efforts faits par Maurice Leblanc pour associer les trajectoires parallèles des deux personnages.

19La présence de la comtesse de Cagliostro, après celle du collier subtilisé par son père puis par Lupin, répète une seule et même chose : que le roman historique à la Alexandre Dumas rayonne à travers ces personnages jusque dans le roman policier, et que sa conception du héros (volontiers surhumain, mais au caractère souvent clivé) informe directement la figure héroïque de Leblanc. Cagliostro, c’est à la fois l’origine et le double obscur de Lupin : aussi Joséphine Balsamo tente d’enlever Lupin, d’assassiner Clarisse, puis d’enlever l’enfant de Lupin et de Clarisse, comme pour priver de descendance celui dont elle est symboliquement la mère. Mais elle est aussi la seule adversaire à sa taille. Avec la comtesse de Cagliostro, Leblanc invente le seul personnage d’opposant capable de réapparaître dans plusieurs romans du cycle : le stupide policier Ganimard n’avait pas l’étoffe d’un alter-ego, Herlock Sholmès était une citation humoristique, et M., dans 813, meurt à la fin du roman. Avec la Cagliostro, Leblanc choisit un adversaire à la taille de son héros pour la simple raison qu’elle n’est que la projection de certaines des tendances obscures que le héros connaît lui-même.

Une anti-Lupin

  • 14 Maurice Leblanc, La Comtesse de Cagliostro, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2 (...)
  • 15 Ibidem, p. 1072.

20Comment fonder l’axiologie qui divise les deux personnages, dès lors que ces deux personnages sont des cambrioleurs, acharnés à poursuivre chacun pour son propre compte et son propre intérêt, des buts semblables ? Nous avons essayé de montrer que Joséphine et Lupin émanent en réalité du même moule héroïque, forgé par Alexandre Dumas. Pourtant, l’un des deux est bon, et l’autre essentiellement cruel. Joséphine ne rechigne pas, d’une part, à employer la torture – c’est d’ailleurs ce qui l’oppose à Lupin qui ne supporte pas ce genre de procédés. De façon à radicaliser le personnage et à l’obscurcir encore davantage, Leblanc l’imagine coupable de haute trahison envers la France et de sympathie germanophile. Il est ainsi dit que Joséphine « força les portes des Tuileries et parut à la cour de Napoléon III. On parlait même de séances privées où l’impératrice Eugénie réunissait autour de la belle comtesse les plus intimes de ses fidèles14 ». Tout comme la superstition populaire créditait Cagliostro d’une prophétie où celui-ci aurait annoncé la chute de la Bastille, la comtesse serait capable de prédire le futur, ou plutôt un futur orienté selon les buts qu’elle poursuit : dans La comtesse de Cagliostro, le narrateur rappelle sa prédiction faite en 1870, quatre mois avant le désastre de Sedan, d’« une grande guerre pour cet été… la victoire… le retour des troupes sous l’Arc de Triomphe… On acclame l’Empereur… le Prince impérial15 ».

21Il y a ainsi en Joséphine une émissaire de Bismarck, un personnage que sa germanophilie désigne comme adversaire. Le narrateur en conclut que « ses prédictions dangereuses, agissant sur l’esprit assez faible de la malheureuse souveraine, n’ont pas été sans provoquer la catastrophe de 1870 » et aussi que

  • 16 Ibidem, p. 1075.

Tout en demeurant dans la coulisse, Joséphine Balsamo, comtesse de Cagliostro a été mêlée à la tragi-comédie du Boulangisme, au drame du Panama (car on la retrouve dans tous les événements funestes à notre pays)16.

22On mesure mieux les raisons de l’apparition de la comtesse de Cagliostro en 1921, dans la mesure où elle semble ainsi être, selon Leblanc, l’incarnation des menaces pesant sur la nation française, menaces pour l’heure essentiellement allemandes. Joséphine, comme son ancêtre tenu pour responsable de l’humiliation de la reine, apparaît comme responsable du lien rompu entre la France millénaire et glorieuse des rois et la France humiliée de 1870. Au même titre que Lupin incarne la revanche de l’esprit français : dans un premier temps en adoptant un positionnement politique flou et frisant l’anarchisme, il devient progressivement au cours de ses exploits, d’abord bon patriote puis franchement cocardier.

Le motif cagliostrien, ou la greffe du roman policier sur l’histoire

23Ajoutons un dernier élément à ce faisceau d’indices qui désignent la présence du roman de Dumas dans le cycle de Lupin. Leblanc n’a pas seulement inventé le personnage de la comtesse mystérieuse, descendante de Cagliostro. Il décide de faire d’un des objets de la comtesse de Cagliostro l’un des éléments symboliques de la saga : Joséphine possède en effet le miroir de Cagliostro, objet purement fictionnel et magique, évidemment, mais qui est supposé la faire rajeunir dès qu’elle y plonge son regard. Autour de la glace de ce miroir – qui, selon le récit, date de 1783 –, sont gravées quatre devises qui conduisent aux énigmes les plus importantes résolues par Lupin dans quatre des romans du cycle : « In robore fortuna » (Dorothée danseuse de corde), « La dalle des rois de Bohême » (Lîle aux trente cercueils), « La fortune des rois de France » (L’Aiguille creuse), et « Le chandelier à sept branches » (La comtesse de Cagliostro). Le miroir de Cagliostro ajoute ainsi un troisième niveau soulignant la proximité entre la saga d’Arsène Lupin et le personnage de Cagliostro. Il concentre quatre des principales intrigues concernant des moments particulièrement importants de la vie d’Arsène Lupin.

Aux origines historiques du roman policier

24La raison en est probablement que l’objet, même fictif, est porteur d’une dimension symbolique métapoétique forte qui permet de greffer l’enquête sur l’histoire. Les romans de Leblanc, en effet, ont cette particularité de déplacer de façon caractéristique l’enjeu de l’enquête policière en une enquête historique. C’est rarement une scène de crime qu’explore Lupin, et rarement le cambriolage se limite à une simple effraction. Ce qui fascine Lupin, c’est en effet la façon dont la résolution de l’énigme permet de ressusciter une vérité diachronique et non synchronique pour accéder à des strates temporelles lointaines : dans la plupart des aventures de Lupin, la présence de passages secrets oubliés caractérise un mode d’effraction qui requiert la connaissance du passé des pierres et les secrets de l’histoire. Lupin formule explicitement cet aspect essentiellement diachronique des moteurs narratifs des romans de Leblanc, dans La comtesse de Cagliostro :

  • 17 Ibid., p. 1138.

Pense donc, Josephine, pense donc que, de proche en proche, par les confidences de trois vieillards qui se sont transmis le flambeau, nous remontons à plus d’un siècle, et que, de là, nous nous rattachons à une légende, que dis-je, à un secret formidable qui date du Moyen Âge. La chaîne ne s’est pas rompue. Tous les maillons sont en place […] J’ai toujours eu la certitude que le passé avait légué au présent de ces trésors fabuleux dont la recherche prend inévitablement la forme d’un insoluble problème. Comment en serait-il autrement 17?

25Il faut donc comprendre le roman policier à la Maurice Leblanc comme un produit mixte entre roman policier et roman historique. Dans cette perspective, la figure ambiguë de Cagliostro sert de raccourci entre les époques lointaines du xviiie siècle et les débuts du xxe siècle où Lupin va se donner pour but de résoudre l’énigme. C’est, à lui seul, un passage secret permettant au roman de Leblanc de communiquer avec celui de Dumas, et d’engranger dans la narration tout l’arrière-plan et le capital historique qui donne un relief certain à son intrigue. Si Leblanc ne fonde pas le roman policier, en revanche, il fonde d’une certaine façon, grâce à cette dynamique d’historicisation de l’enquête et de l’énigme, ce sous-genre policier qu’on pourrait parfois qualifier de roman policier à caractère historique.

Restaurer la continuité historique

  • 18 Ibidem.
  • 19 André Vanoncini, Le roman policier, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2002, p. 32.
  • 20 « J’adorais Arsène Lupin, sans savoir qu’il devait sa force herculéenne, son courage narquois, son (...)

26L’exploration du thème cagliostrien dans certaines des aventures de Lupin semble ainsi nous faire parvenir à l’arrière-plan historique et idéologique du roman. L’action de Lupin consiste en fait à résoudre des énigmes historiques tenues secrètes depuis le Moyen Âge ou le xviiie siècle. Les énigmes résolues et les secrets exhumés traduisent ainsi la continuité d’une histoire que l’on découvre, grâce au héros, ininterrompue. Il y a donc en Lupin un grand réparateur de l’histoire. On pourrait d’ailleurs faire remarquer que souvent, les énigmes résolues par Lupin sautent un siècle d’histoire (le dix-neuvième) pour s’ancrer dans les temps anciens des châteaux et des légendes. Ces secrets sont ceux de la France monarchique, chrétienne et aristocratique, enfouis avant la Révolution qui en a fait perdre la trace : Lupin retrouve le trésor des rois de France dans L’Aiguille creuse ; il remet la main sur les pierreries des abbayes chrétiennes dans La comtesse de Cagliostro18. En arrivant à résoudre des énigmes historiques, il est donc un héros qui rend le passé au présent, ravive la mémoire nationale. « C’est lui qui renoue le fil rouge de l’Histoire de France, interrompu par la révolution »19, écrit André Vanoncini. On aurait ici l’une des raisons pour lesquelles les aventures d’Arsène Lupin semblent parfois nous présenter une Belle Époque comme étrangement proche de l’Ancien Régime, avec son aristocratie industrielle privilégiée vivant enfermée dans ses hôtels particuliers et ses châteaux. Elle rassemble les victimes favorites de Lupin, qui, comme Cagliostro, s’ingénie à franchir les frontières des distinctions sociales, tour à tour homme du peuple et homme du monde. Cagliostro, dans le roman de Dumas, représente précisément cette rupture du fil rouge de l’histoire puisque Joseph Balsamo, de Dumas, le dépeint (tout comme certains biographes que Leblanc a pu lire), comme le prophète de la Révolution. Là où Cagliostro rompt le fil historique, là où Joséphine Balsamo trahit le héros par ses sympathies prussiennes et des méthodes violentes, Lupin le tricolore répare donc l’orgueil national, dans La comtesse de Cagliostro comme dans L’île aux trente cercueils où il se moque de Guillaume II. Cette réparation est à la fois contemporaine et historique. Lupin doit agir contre l’histoire, il s’agit pour lui de redorer le blason de la France du Second Empire après Sedan – selon la célèbre citation de Jean-Paul Sartre20 – , mais il conjure aussi, par la présence de Cagliostro, les menaces non éteintes qui visent la patrie. Chez le gentleman cambrioleur, la carrière du cambriolage est ainsi paradoxalement associée à celle de la fierté et de l’orgueil national. On pourrait même ajouter que cette volonté de laver à tout prix l’honneur de la Mère Patrie se double chez Lupin d’une problématique familiale qui touche à la mère elle-même. Dans la nouvelle Le collier de la reine, Lupin nous apprend en effet qu’il est à moitié aristocrate par sa mère, mais qu’il a perdu son rang du fait de son remariage avec un ouvrier, suite auquel elle est devenue servante. « Ma mère était malheureuse, humiliée, j’ai voulu l’affranchir », avoue le cambrioleur à la comtesse de Cagliostro, pour justifier son entrée dans la carrière du cambriolage. La volonté de Lupin de retrouver son prestige aristocratique dans la fréquentation des nobles (toutes ses épouses le sont), fait de lui un Cagliostro de la Belle Époque, et place le personnage dans une dynamique compensatoire permanente qui coïncide avec la compensation historique déjà évoquée.

27Entre Cagliostro et Lupin, entre histoire et création romanesque, entre roman historique et roman policier, les aventures du gentleman cambrioleur semblent donc répondre à un équilibre compensatoire et dynamique, qui est à la fois intertextuel, narratif, historique et idéologique. Ce qui motive la frénésie de cambriolage de Lupin, c’est la réparation du tort fait à la France au cours de l’histoire. Lupin assume ce rôle compensatoire à la fois contre Cagliostro, qui représente une rupture historique révolutionnaire, mais aussi contre la comtesse de Cagliostro, traître bismarckienne, qui réactualise cette rupture. La victoire de Lupin fait ainsi écho à celle de 1918 : il fallait, semble-t-il, conjurer une nouvelle fois les figures historiques qui, tout en donnant à Lupin une dimension héroïque, trahissent une menace toujours active. Il semble donc que la présence structurante du thème cagliostrien permette à la fois au romancier de greffer le roman directement dans l’histoire, de construire le personnage de Lupin dans cette dynamique compensatoire de retour à l’élite qui passe par des modèles dumasiens. Il parvient ainsi à convertir des enjeux narratifs et romanesques en enjeux historiques et idéologiques.

Haut de page

Notes

1 Joseph Balsamo, le premier volume du cycle intitulé « Mémoires d’un médecin », est publié par Dumas en feuilleton dans « La Presse » entre 1846 et 1848. Édition originale chez Legrand, Troussel et Pomey, Paris, 1850.

2 Cf. Maurice Leblanc, L’arrestation d’Arsène Lupin, « Je sais tout » n° 6, juillet 1905.

3 Cf. les souvenirs de Maurice Leblanc, dans Stefano Benvenuti (dir.), Le roman criminel : histoire, auteurs, personnages, Paris, L’Atalante, 1982, p. 52.

4 Arsène Lupin, édition en cinq volumes présentée par Francis Lacassin, Paris, Robert Laffont « Bouquins », 1986-1988.

5 Francis Lacassin, Mythologie du roman policier, Paris, Christian Bourgois, p. 400. Lacassin cite comme sources dumasiennes d’importance : Le comte de Monte-Cristo, Les forestiers, Le vicomte de Bragelonne et Les Mohicans de Paris.

6 Suzanne Roth, Les aventuriers au xviiie siècle, Paris, Galilée, 1980 ; Alexandre Stroev, Les aventuriers des Lumières, Paris, PUF, 1999.

7 Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, Paris, Quarto Gallimard, 2012, p. 811.

8 Maurice Leblanc, La Comtesse de Cagliostro, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2, Paris, Omnibus, p. 1150.

9 Maurice Leblanc, Arsène Lupin Gentleman cambrioleur, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 1, Paris, Omnibus, 2004, p. 65.

10 Maurice Leblanc, Les dents du tigre, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2, Paris, Omnibus, 2005 p. 683.

11 Maurice Leblanc, La Comtesse de Cagliostro, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2, Paris, Omnibus, 2005, p. 1071.

12 Ibidem, p. 1099.

13 Ibidem, p. 1120.

14 Maurice Leblanc, La Comtesse de Cagliostro, in Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, tome 2, op. cit, p. 1071.

15 Ibidem, p. 1072.

16 Ibidem, p. 1075.

17 Ibid., p. 1138.

18 Ibidem.

19 André Vanoncini, Le roman policier, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2002, p. 32.

20 « J’adorais Arsène Lupin, sans savoir qu’il devait sa force herculéenne, son courage narquois, son intelligence bien française à notre déculottée de 1870 », Jean-Paul Sartre, Les mots, Paris, Gallimard « Folio », 1973, p. 101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Leterrier, « Cagliostro (1743-1795) inventeur d’Arsène Lupin », Cahiers d’études romanes, 34 | 2017, 85-99.

Référence électronique

Étienne Leterrier, « Cagliostro (1743-1795) inventeur d’Arsène Lupin », Cahiers d’études romanes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5377 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5377

Haut de page

Auteur

Étienne Leterrier

Aix Marseille Université, CIELAM, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals