Navigation – Plan du site

Avant-propos

Théa Picquet, Pascal Gandoulphe et Gérard Gómez
p. 11-19

Entrées d’index

Index géographique :

Espace roman et latino-américain

Index chronologique :

Antiquité à nos jours
Haut de page

Texte intégral

1Dans le sillage des travaux conduits depuis deux ans par l’axe 1 du CAER (CAER-EA 854  http://caer.univ-amu.fr/​recherche/​axe-1) : « Pensée, actions et structures sociopolitiques », le Centre Aixois d’Études Romanes a organisé un colloque international intitulé « Le peuple : théories, discours et représentations ». Ce colloque s’est tenu du 10 au 12 mars 2016 dans les locaux de la Maison de la Recherche, à Aix-en-Provence, 29 avenue Robert Schuman. Les langues de communication ont été celles des aires géographiques que recouvre le Centre d’Études. Réunissant des spécialistes de différents domaines, littérature et arts, civilisation, études politiques et droit, notamment, issus de plusieurs centres de recherche d’universités françaises, européennes et latino-américaines, le colloque a offert l’occasion de travailler ensemble sur un projet commun et a permis d’exposer les résultats des derniers travaux d’investigation dans le domaine. Cette manifestation scientifique internationale débouche aujourd’hui sur la publication des Actes aux Presses universitaires de Provence. En outre, le Comité scientifique témoigne de son ampleur et de sa dimension internationale (cf. liste des membres du Comité scientifique). En somme, ce colloque a consolidé l’apport scientifique du CAER et le rayonnement international d’Aix-Marseille Université.

Objectifs

2Ayant consacré plusieurs séminaires à la réflexion sur le langage politique dans son contexte, nous nous sommes proposé d’interroger les sens et les usages du concept de « peuple » (pueblo/povo/popolo/popor), ainsi que leurs reconfigurations, du Moyen Âge à nos jours, dans les péninsules ibérique (Espagne et Portugal), italienne, en Roumanie et en Amérique latine.

3La notion de peuple fait l’objet de multiples interprétations qui recouvrent au moins trois dimensions, ethnologique, socio-économique et politique :
– une dimension ethnologique : le peuple désigne couramment un ensemble d’individus qui ont formé une communauté partageant un sentiment d’appartenance, une communauté de destins, fondée sur un passé commun (réel ou supposé), un territoire commun, une langue ou une culture commune, éventuellement une religion commune, en tout cas des valeurs communes, sur un sentiment d’appartenance.
– une dimension socio-économique : le peuple est aussi l’« ensemble des citoyens les plus nombreux et les plus modestes d’une nation  » ou bien «  Le peuple désigne l’ensemble des citoyens de condition modeste ou humble, par opposition aux groupes ou classes privilégiées par la naissance, par la fortune, la culture, l’éducation…  » (un critère à la fois quantitatif et qualitatif).
– une dimension politique, déjà présente sous l’Antiquité, dont la signification s’est profondément enrichie au tournant des xviiie et xixe siècles, lorsque la notion de « peuple » s’est trouvée au cœur des processus de construction politique issus des révolutions libérales. Le concept abstrait de « peuple » s’impose comme principe de la prééminence de la nation. L’idée même de « peuple » se focalise dès lors sur le principe de l’unité, qui octroie une légitimité à son pouvoir.

4L’extrême polysémie du mot « peuple » et de ses équivalents dans les langues romanes en fait une notion particulièrement riche de charges symboliques parfois contradictoires et susceptibles de faire l’objet de multiples interprétations et instrumentalisations.

5En s’appuyant sur des corpus variés (textes juridiques, philosophiques, politiques, écrits du quotidien, œuvres littéraires et productions des arts visuels, de la philosophie politique aux théories et discours des médias, de la sociologie des pratiques culturelles à l’histoire littéraire), les participants au colloque ont eu pour objectif d’inscrire leur réflexion dans une perspective comparatiste. Une attention particulière a été accordée aux approches diachroniques d’une même thématique ainsi qu’à l’établissement des liens que le concept de « peuple » entretient avec d’autres notions connexes (vassaux, sujets, citoyens, tribus, ethnie, populace, population, etc.).

6Nous avons relié les représentations et les usages du « peuple » aux rapports dialectiques qui s’établissent entre différentes conceptions de la chose politique et sociale, ainsi qu’à différentes traditions nationales, culturelles et scientifiques. Qu’en est-il du « peuple » de la démocratie athénienne et de la République romaine dans les démocraties hispaniques ou italiennes de l’époque contemporaine, ou pour les « néo-populismes » qui se sont développés récemment dans l’aire culturelle romane ?

7Le terme de « peuple » est polysémique. Il renvoie à un certain nombre de figurations : théologique, historique, raciale, sociologique, ethnologique. Dans la Grèce antique comme dans l’Antiquité romaine, plusieurs mots étaient utilisés pour désigner le « peuple », mais leur signification, positive ou négative, pouvait varier en fonction du point de vue de l’utilisateur. On distinguait le « peuple » comme masse capricieuse (dénoncé, de manière mécanique, par les ennemis de la démocratie) et le « peuple » en tant qu’entité souveraine à laquelle se réfèrent les orateurs et les hommes politiques. Si dans les langues anciennes cette ambivalence se traduit par l’existence de deux termes différents (en latin populus/plebs), la distinction entre les deux conceptions s’est brouillée dans les langues romanes. Nous avons étudié les multiples reconfigurations sémantiques du mot « peuple » et de ses équivalents en les insérant dans leur contexte.

8Dans une perspective comparatiste entre les aires italienne et hispanique, nous avons analysé l’apparent décalage que l’on constate entre les institutions et les pratiques politiques dans les différentes aires culturelles considérées. Si dans une Italie politiquement morcelée où coexistent plusieurs micro-États aux côtés des puissants États pontificaux et d’un royaume de Naples faisant partie intégrante de la Monarchie hispanique, il semble que le rôle du « peuple », et/ou de ses représentants dans les institutions politiques, fasse l’objet d’une codification précise par la loi, il n’en est pas de même dans les Couronnes de Castille et d’Aragon qui forment le noyau de l’Empire espagnol.

9Enfin, on sait que l’expérience de la conquête du Nouveau Monde a suscité de nombreux débats sur la légitimité de cette entreprise (Francisco de Vitoria, Bartolomé de Las Casas/Juan de Sepúlveda) qui ont contribué à jeter les premières bases d’un « droit des peuples » (derecho de gentes) de portée internationale.

  • 1 Patrick Chaskiel, « De Rousseau à Marx : les métamorphoses du peuple », in Hermès, La Revue, no 42, (...)
  • 2 Pascal Durand, « Peuple absent, peuple introuvable : le fantôme du xixe siècle », in Hermès, La Rev (...)

10Dans les théories philosophiques majeures des xviiie et xixe siècles se pose la question du « peuple », de son rapport au souverain, de son unité et de ses divisions. Une première approche considère que le contrat social constitue la base sur laquelle se détermine le rapport du peuple au souverain et réciproquement. Alors que Rousseau met en avant l’idée d’une difficile « fusion » entre l’un et l’autre, Kant se réfère à la médiation des lois juridiques qui fondent et le « peuple » et l’État à travers l’usage public de la raison. Hegel et Marx se situent en rupture avec ces thèses. Hegel fait de l’État universaliste la fin du développement de l’esprit et du « peuple » le produit de l’universalité incarnée par le monarque. Pour sa part, Marx voit dans le prolétariat, plutôt que dans le «  peuple  », la classe sociale qui, à travers la lutte des classes, est à même de porter l’émancipation populaire1. Le discours social du xixe siècle fait un usage abondant du mot de « peuple ». Les définitions qui en sont données tendent cependant à vider le «  peuple  » de toute substance historique ou à le placer à la frontière de la civilisation2.

  • 3 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, « L’Univers historique », (...)
  • 4 Gilles Boetsch, « Le peuple, hier et aujourd’hui », in Hermès, La Revue, no 42, Peuple, populaire, (...)

11L’effacement, dans le discours savant, au xxe siècle, du terme « peuple » et de nombre de ses dérivés, au profit d’expressions de substitution (culture ordinaire, moyenne, de grande diffusion…) témoigne du malaise des historiens face à une culture populaire mal identifiable, mais qui possède des pratiques culturelles propres, trop peu inventoriées. C’est le défi de la jeune histoire culturelle3. Par exemple, le passage du concept de « peuple » à celui de population indique une rupture sémantique importante en construisant un objet mesurable, donc étudiable. Mais, contrairement au « peuple », la population est un objet complexe qui échappe au projet politique. Et réduire la population au «  peuple  », c’est introduire le nationalisme et le populisme4.

  • 5 Jesús Martín-Barbero, Bruno Ollivier, « Débats et combats autour du populaire en Amérique latine », (...)

12La notion de « populaire » est saisie sans doute différemment en Amérique latine de ce qu’elle est en Europe, puisque là, le populaire est issu d’une forme d’hybridité culturelle héritée de la période coloniale. Il s’agit d’abord de penser « masse » et « populaire » de manière autonome, en se gardant de tout discours de dénonciation. La culture populaire devient un lieu de réappropriation5.

13On s’interroge sur le rapport entre le populisme et le « peuple » dans les différentes aires culturelles étudiées. Alors qu’en Europe, on oppose généralement le populisme à la démocratie pour l’assimiler à l’autoritarisme, à l’anti-intellectualisme, en Amérique latine, certains leaders politiques se revendiquent comme populistes sans être tous pour autant des autocrates. Par ailleurs, les discours que tiennent les nouvelles forces politiques qui ont fait récemment irruption sur l’échiquier politique européen (particulièrement en Espagne et en Italie) remettent la notion de peuple au cœur du débat politique.

14Après la session d’ouverture, l’organisation des journées par période chronologique a facilité les approches comparatistes entre les différentes aires culturelles considérées. Les Actes du Colloque se distribuent en deux parties : la première est consacrée à l’introduction et aux définitions, puis aux contributions relatives au Moyen Âge, à la Renaissance et à la période moderne ; la seconde regroupe les contributions relatives à l’époque contemporaine et au temps présent.

15Ainsi, Marc Ortolani donne une définition du « peuple » du point de vue à la fois ethnologique, socio-économique et politique, ainsi que des termes qui en sont dérivés. Il se propose de retrouver le sens de cette notion dans l’histoire des idées politiques, depuis ses origines gréco-latines jusqu’aux questions qu’elle pose aujourd’hui. Emmanuelle Caire démontre que le discours athénien sur le peuple (dèmos) est indissociable de celui sur la démocratie, en raison de leur lien étymologique mais aussi parce que l’image du peuple est en constante interaction avec le jugement porté sur le fonctionnement et la valeur de la démocratie. Pascal Gandoulphe interroge la complexité sémantique du mot pueblo à travers l’usage qu’en fait le juriste Tomás Cerdán de Tallada au tournant des xvie et xviie siècles dans la péninsule ibérique et à la lumière des traditions juridique et politique issues du texte fondateur des Siete Partidas.

16Pour le Moyen Âge, Sylvain Trousselard s’intéresse à l’édification du peuple de dieu dans Le Bestiaire moral dit de Gubbio, texte anonyme de la fin du xiiie siècle. Il met en évidence l’instance du discours et ses enjeux : à travers la description et la présentation d’un animal, le locuteur-poète entreprend un travail d’assimilation de caractères, développant une typologie comportementale ou physiologique dont l’objectif est de proposer un enseignement à l’assemblée des fidèles, le peuple de Dieu. Denis Collomp considère l’épopée française classique qui fait peu de place aux habitants des villes et encore moins aux pauvres et aux mendiants. Il révèle comment les chansons de geste en vers du xive siècle dépeignent cette faune urbaine, en y confrontant les héros comme les héroïnes, et aboutit au fait que, au-delà de l’impression de conflit social et de jugement moral suscité par les joies et les peines de ces défavorisés, le comportement chrétien des protagonistes est source d’édification.

17Théa Picquet met l’accent sur la Florence de la Renaissance, où le « peuple » désigne un groupe social bien spécifique : la petite et moyenne bourgeoisie. Il se voit reconnaître un rôle capital dans le fonctionnement d’une république : acteur de la vie politique, il participe au premier rang à l’équilibre, à la paix et à la cohésion de la cité ainsi qu’à une bonne administration de la justice. Pour ce faire, elle analyse la pensée politique de deux républicains florentins : le célèbre Machiavel et son successeur aux affaires de l’État, Donato Giannotti. Jean-Marc Rivière analyse quant à lui les relations politico-sociales dans la Cité du Lys, traditionnellement dominées par un affrontement entre le peuple et l’élite oligarchique, bouleversé à la fin du xve siècle par l’émergence de l’individualité, qui devient un critère qualifiant et un élément central du discours politique. Béatrice Charlet et Carine Ferradou étudient d’un point de vue lexicologique et sémantique les mots latins correspondant à la notion de peuple : gens, natio, plebs, populus, proletarii, turba et vulgus dans le dictionnaire plurilingue de Calepino, à travers quatre éditions-témoins représentatives de ses divers lieux d’impression et de la période concernée (xvie-xviiie s.) : Lyon, 1578 (sept langues) ; Bâle, 1584 (huit langues) ; Paris, 1606 (huit langues) ; Padoue, 1752 (sept langues). Élisabeth Roche-Grandpierre prouve comment Marsile Ficin réussit à conjuguer des thématiques traditionnelles pour élaborer une conception théologique de la notion de peuple, qui permet de mettre en évidence le rôle de modèle et la fonction transcendante qu’assume l’idée de peuple céleste à l’égard des peuples terrestres. Ce qui engendre une nouvelle dimension politique où l’autorité du passé rend possible la cohésion politique des hommes. Le texte de Francisco José Aranda Pérez dresse un panorama des différentes implications et variantes du concept de « peuple » en Espagne à l’Époque moderne, depuis la fin du Moyen Âge jusqu’aux Cortès de Cadix de 1812 qui marquent le passage de l’Ancien Régime à l’État libéral. L’auteur observe toutefois la persistance de représentations paternalistes traditionnelles suivant lesquelles le « peuple » est davantage vu comme objet que comme sujet de l’action politique. Nejma Jalal Kermele analyse un nombre important de discours produits au xvie siècle dans les vice-royaumes de l’Amérique hispanique et revient sur le vocabulaire – et ses différentes acceptions – utilisé par les Espagnols qui, au début du processus de colonisation, ont tenté de mettre en avant la notion de peuple, notamment dans la Vice-royauté du Pérou.

18Dans un registre différent, Nuria Verdet étudie comment le juriste Francisco Jerónimo de León rend compte du processus de réincorporation de seigneuries privées au domaine royal et le justifie par une argumentation basée sur la notion de bien public. Ce processus visant à renforcer le domaine royal donne lieu à l’élaboration d’un certain nombre d’idées et de concepts qui ont contribué par la suite à légitimer l’abolition du régime seigneurial décrétée par les Cortès de Cadix. La contribution de Manuel Borrego sur la notion de « peuple » dans le Quichotte révèle tout l’intérêt que Cervantès porte à l’élévation morale et culturelle de la partie la moins cultivée de ses lecteurs identifiée par le terme vulgo. À la différence d’autres auteurs de son temps, Cervantès manifeste sa volonté de ne pas conforter le vulgo dans ses goûts médiocres, mais au contraire de lui permettre d’accéder au plaisir esthétique et à l’exemplarité morale. Marion Regeste relève un souci analogue de perfectionnement du « peuple » chez un contemporain de l’auteur du Quichotte, le médecin Cristóbal Pérez de Herrera. Bien que centrées sur les plus faibles et les plus démunis, les pauvres, les réflexions de Cristóbal Pérez de Herrera ébauchent une société disciplinée où le peuple travailleur apporte sa contribution au bien commun. Les deux contributions suivantes s’intéressent à deux moments insurrectionnels que connut le royaume de Naples, partie intégrante de la Monarchie hispanique, en 1585 et en 1647. Ainsi, en suivant les traces et l’action de Sancho Bastida de Muñatones, secrétaire du Conseil collatéral de Naples, Sylvain André montre les raisons et les moyens d’une instrumentalisation de la révolte de 1585 par les différents acteurs, officiers du roi Philippe II, mais aussi par les représentants de la ville et du royaume de Naples.

19L’intervention de Jean-Luc Nardone part de l’ouvrage qu’il a publié en 2010, La Révolution de Naples. Les dix jours de Masaniello, première traduction française du texte d’Alessandro Giraffi, témoin oculaire de la révolution qui en dix jours porte le miséreux Masaniello des bas-fonds de la ville à son sommet puis qui le conduit à la mort. Naples est alors la deuxième plus grande ville d’Europe et cet épisode demeure extraordinaire. Dans la lecture du récit de Giraffi, il porte son attention à la description du peuple et aux bruits de cette révolte populaire. Il s’appuie aussi sur un texte inédit : un manuscrit repéré à la Bibliothèque universitaire de Bologne : une Lettera della Rivoluzione di Napoli dont il propose la première édition critique en annexe de son article. Giuliano Ferretti nous transporte dans la France de Richelieu. Sa contribution éclaire la vision négative que les élites françaises du premier xviie siècle eurent du peuple. Au cours de la construction de la monarchie absolue, ce dernier fut constamment considéré comme une entité à exploiter. Dans la dernière contribution de la première partie, Martine Vasselin étudie la représentation des figures populaires dans la peinture ibérique à l’Époque moderne. Les différentes mutations qui se produisent au cours des trois siècles embrassés dans cette étude illustrent la pluralité des influences et les modalités particulières de leur réception.

20La seconde partie, consacrée à la période contemporaine et au temps présent, s’ouvre sur le texte de Cécile Massoni qui propose une comparaison des discours des élites parisiennes sous le Directoire sur deux peuples dominés selon des modalités différentes : le peuple parisien qui est à encadrer mais reste un acteur nécessaire à la légitimité démocratique des représentants et le peuple cisalpin, un peuple étranger que le gouvernement français domine afin de garantir ses propres intérêts. Ces logiques de domination différentes aboutissent à la construction de deux réalités distinctes. Barbara Dimopoulou dessine une perspective entre l’histoire de l’édition et l’histoire des idées à travers le catalogue de la collection « Bibliothèque démocratique » qui met au centre de son programme la question de l’instruction du peuple. Ce débat, ouvert pendant la Révolution française, rejoint celui sur l’alphabétisation massive de la population au cours du xixe siècle et se poursuit au-delà des lois Jules Ferry sur l’instruction publique, laïque et obligatoire. Le projet éditorial prend corps sous l’impulsion de Victor Poupin (1838-1906). Sont évalués les enjeux intellectuels justifiant l’inscription d’une œuvre dans la collection, ainsi que son apport à la réflexion autour d’une instruction « utile » plutôt qu’« utilitaire ». Rémy Fuentes se penche sur la personnalité de Francesco Faà di Bruno. Brillant étudiant de l’Académie militaire royale de Turin puis de la Sorbonne, lieutenant d’état-major, il prend part activement aux batailles du Risorgimento italien. Acteur de l’unité géographique et politique de la péninsule italienne, par son action éducatrice, Francesco Faà di Bruno est aussi l’un des acteurs éminents de la création et de l’unification du Peuple italien.

21Gérard Gómez montre que la région du Río de la Plata – qui deviendra par la suite l’Argentine – fut marquée durant le xixe siècle par les revendications des peuples vernaculaires qui essayèrent de faire partie du processus de formation de l’État-nation. Ces peuples durent faire face à nombre de concepts tels que la « frontière », le « territoire » et la « nation ». Lesdits concepts furent réunis dans une même perspective et eurent pour seule visée d’exclure le peuple indigène du « progrès ». Michèle Guicharnaud-Tollis suggère une réflexion sur la notion de pueblo dans l’Amérique hispanique du début du xixe au xxie siècle. Celle-ci se centre essentiellement sur l’étude des discours politiques et poétiques tout en proposant une analyse diachronique qui indique que la notion de peuple a toujours été en constante évolution dans ce continent. Ruben Torres Martinez démontre que depuis la fin du xixe siècle, le paradigme dominant du continent latino-américain se fonde sur l’idée que l’État-nation doit avant tout être la représentation d’une collectivité sociale au sein de laquelle les affinités culturelles, ethniques, historiques et linguistiques sont prioritaires. Joao de Oliveira traite du cinéma brésilien et revient sur le rôle joué par les jeunes cinéastes du cinéma novo. Influencés par des idéaux nationalistes et marxistes, ils ont cherché, à partir de la fin des années 1950, à créer un certain cinéma qui a eu pour objectif de présenter le quotidien des Brésiliens les plus démunis, visant ainsi l’éveil de leur conscience critique. Sophie Coudray, quant à elle, commente l’implication d’Augusto Boal au sein du Teatro de Arena à São Paulo. Le travail de ce dramaturge et metteur en scène s’est notamment orienté vers deux notions essentielles : le « théâtre de l’opprimé » et le « théâtre populaire ».

22Francesca Belviso offre une analyse ponctuelle du concept de « peuple » et de « nation » telle qu’elle est élaborée à un moment clé du xxe siècle par l’un des intellectuels les plus emblématiques et controversés de l’histoire culturelle de l’Italie moderne : Cesare Pavese, un écrivain de gauche qu’une abondante littérature critique a longtemps exalté comme un militant culturel antifasciste des plus engagés. Cette image est pourtant écornée par la publication posthume d’un carnet secret recueillant de nombreuses pensées de philosophie politique dont le caractère ouvertement philofasciste fait débat. Le sens et la valeur de ces méditations peuvent être expliqués à la lumière du parcours de traduction et d’appropriation de textes de Nietzsche effectué par Pavese entre 1940 et 1945. À travers l’examen des articles de la Difesa della razza, revue antisémite publiée de 1938 à 1943 durant les lois raciales en Italie, Sophie Nezri-Dufour révèle comment le fascisme adopta un discours fondé sur la notion de sang et de pseudo-race aryano-romaine pour définir le peuple italien de l’époque.

23Carlo Baghetti prend en considération le roman de Nanni Balestrini (1971), Vogliamo tutto, où la représentation du peuple est centrale. Il aborde trois points  : la liaison entre les thématiques (pauvreté, chômage, question méridionale, travail ouvrier, aliénation, villes-dortoirs notamment) et ses antécédents dans la littérature industrielle  ; l’aspect formel avec le passage de la première personne du singulier à la première du pluriel, qui souligne la prise de conscience politique du narrateur  ; la perception du lecteur implicite du texte, non pas l’ouvrier-masse, mais le lecteur bourgeois qui peut décoder le texte et le replacer dans le contexte de l’histoire de la littérature. Gilles Ivaldi et Maria Elisabetta Lanzone examinent le cas de la Lega Nord (Ligue du Nord) italienne. Son image du peuple s’adosse à une identité « padane ». Cette référence témoigne de l’instrumentalisation d’un système de croyances et de représentations qui se rapprochent des droites radicales populistes en Europe. Elle reflète le statut hybride du mouvement, entre force de coalition gouvernementale et parti d’opposition, et illustre la variabilité des structures d’opportunités politiques du nord et du sud de l’Italie. L’émergence en Espagne du parti Podemos issu du mouvement des Indignés de 2011 et les débats internes consécutifs aux élections législatives de 2015 et 2016 constituent le cadre de la réflexion d’Agnès Delage. Au-delà d’un simple affrontement entre factions internes se disputant le contrôle de Podemos, le débat qui oppose les deux leaders du parti, Errejón et Iglesias, recouvre deux visions radicalement différentes du peuple et de son rôle en politique. Enfin, Nasser Suleiman Gabryel, quant à lui, s’appuie sur Hegel, Marx et Gramsci pour montrer que le peuple est le dépositaire d’une action politique et d’une possibilité révolutionnaire en vue de définir un projet de transformation politique et sociale.

Haut de page

Notes

1 Patrick Chaskiel, « De Rousseau à Marx : les métamorphoses du peuple », in Hermès, La Revue, no 42, Peuple, populaire, populisme, CNRS Éditions, p. 32-37.

2 Pascal Durand, « Peuple absent, peuple introuvable : le fantôme du xixe siècle », in Hermès, La Revue, no 42, Peuple, populaire, populisme, CNRS Éditions, p. 38-46.

3 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2013.

4 Gilles Boetsch, « Le peuple, hier et aujourd’hui », in Hermès, La Revue, no 42, Peuple, populaire, populisme, CNRS Éditions, p. 86-91.

5 Jesús Martín-Barbero, Bruno Ollivier, « Débats et combats autour du populaire en Amérique latine », in Hermès, La Revue, no 42, Peuple, populaire, populisme, CNRS Éditions, p. 78-85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, Pascal Gandoulphe et Gérard Gómez, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 11-19.

Référence électronique

Théa Picquet, Pascal Gandoulphe et Gérard Gómez, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5498

Haut de page

Auteurs

Théa Picquet

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Pascal Gandoulphe

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Gérard Gómez

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals