Navigation – Plan du site
Moyen Âge et Renaissance

De l’édification du peuple de Dieu

Le Bestiaire moral dit de Gubbio
Sylvain Trousselard
p. 75-85

Résumés

Cette contribution se propose de présenter un corpus anonyme de la fin du xiiie siècle en insistant sur l’instance du discours et les enjeux du texte. En effet, à l’occasion de la description et de la présentation d’un animal, le locuteur-poète entreprend un travail d’assimilation de caractères, développant une typologie comportementale ou physiologique dont l’objectif est de proposer un enseignement à un public nommé et suggéré dont on sait qu’il constitue l’assemblée des fidèles, le peuple de Dieu. Le texte se transforme dès lors en un point de départ pour un discours autre qui sera activé par le lecteur, voire le prédicateur, et dont la finalité sera de modifier le comportement, l’habitude du fidèle face à sa pratique religieuse ou, plus simplement, dans son quotidien.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

fin XIIIe –début XIVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du manuscrit ve 477, f. 113r-127 v. de la BNC de Rome.
  • 2 Nous pouvons mentionner l’existence, plus tardive, du bestiaire de Franco Sacchetti et celui de Léo (...)
  • 3 Soulignons que le bestiaire vénitien est une traduction libre, qui confine à la réécriture et la ré (...)
  • 4 Francesco Zambon, Il Fisiologo (a cura di), Milano, Adelphi, 1975, 111 p.
  • 5 Aristote, Histoire des animaux, texte établi et traduit par Pierre Louis, livres i-x, Paris, Les Be (...)
  • 6 Élien, La personnalité des animaux, livres I à ix, traduit et commenté par Arnaud Zucker, Paris, Le (...)
  • 7 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre viii, texte établi, traduit et commenté par A. Arnout, 19 (...)
  • 8 Isidore de Séville, Étymologies, livre xii, Des animaux, texte établi, traduit et présenté par Jacq (...)

1Le Bestiaire moral dit de Gubbio est un corpus de 64 sonnets anonymes qui nous est parvenu dans un unique manuscrit1. L’histoire de ces textes est assez singulière puisqu’il est impossible de connaître leur provenance réelle. On pourra affirmer toutefois que les caractéristiques linguistiques des sonnets sont celles de l’Ombrie et de la Toscane, de cette zone limitrophe tout au moins, et que le texte date de la fin du XIIIe siècle. Ce qui rend le corpus intéressant est l’ensemble des présentations animales qui le caractérise. En effet, il est le seul exemple rimé de bestiaire dans la production italienne des origines2. On connaît le Bestiaire toscan, et le Bestiaire vénitien qui n’est autre que la traduction du premier3, mais ces deux textes sont en prose. La tradition du bestiaire en Italie, même si elle n’a pas été l’objet d’une production importante, reste néanmoins présente et des textes en latin sur le sujet existent, conjointement à une tradition des lapidaires par exemple et pour laquelle nous pourrions citer l’ouvrage d’Albert Le Grand, le Liber de virtutibus herbarum, lapidum et animalium. Pour ce qui est de notre texte, les objectifs sont clairement construits et particulièrement évidents. En effet, la filiation directe avec le Fisiologus est nette et les caractéristiques des animaux se retrouvent assez explicitement entre le texte italien et le texte antique anonyme rédigé à Alexandrie entre le iie et le ive siècle4. Une tradition existe bel et bien entre les textes antiques non chrétiens, les textes chrétiens et la production médiévale. Les caractéristiques des animaux présentés dans notre corpus appartiennent à une tradition ancienne et surtout antérieure à l’avènement du Christ. On les retrouve chez Aristote, dans son Histoire des animaux5, ou encore Élien avec La personnalité des animaux6, mais aussi chez Pline l’Ancien avec son Histoire naturelle7 et Isidore de Séville dans le livre xii de ses Étymologies8. Au sein de cette production coexistent plusieurs approches, naturaliste et encyclopédiste par exemple, ou encore une autre qui serait davantage associée à une production littéraire où le fabuleux semble régulièrement l’emporter sur une description dite « scientifique ».

2Les formes des 64 sonnets qui constituent le bestiaire sont assez régulières et reprennent un schéma clair dans la stratégie du discours. Il s’agit, dans un premier temps, de présenter un animal dans ses caractéristiques physiques ou comportementales pour, dans un second temps, fixer une analogie directe et explicite avec le fidèle, le pécheur et livrer, en conclusion, une morale édifiante visant à modifier un comportement religieux et une pratique ordinaire. Les sonnets sont donc régulièrement organisés en une présentation animalière occupant l’espace des deux quatrains et, pour le sizain, en une analogie avec les fidèles dont l’objectif est didactique et moral.

3Ce qui nous intéressera ici sera de savoir de quelle manière s’organise la présentation, l’exposé de la voix omniprésente qui traverse tous les sonnets et qui dispense un savoir, une connaissance et dont l’objectif est d’édifier le groupe des fidèles. Face à l’instance énonçante se dégagera parallèlement la figure de l’allocutaire, destinataire du discours, objet également de la démonstration, dont la présence postulée, et syntaxiquement repérable, justifie non seulement l’existence du locuteur-poète, mais également, l’existence du discours tout entier.

  • 9 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 84-85.

4Dans le cas du Bestiaire moral, le peuple de Dieu, entendons la communauté des fidèles est réunie autour d’un texte, la Bible, et la dimension morale des sonnets s’articule autour de la pratique, du degré de pratique, à l’intérieur d’un groupe qu’il n’est pas utile de définir, de circonscrire précisément, puisqu’il est postulé en amont, dès que le locuteur s’approprie l’appareil formel du langage. La théorie sur la notion de peuple ne constitue pas dans ce corpus un enjeu en soi. La dimension assertorique du discours9 place le groupe comme une réalité extratextuelle. C’est donc le discours, entendons le point de vue linguistique, qui réactive une réalité antérieure qui sert de moteur au texte et qui en justifie l’existence. Les sonnets qui constituent le corpus du bestiaire ne construisent à aucun moment la figure de l’allocutaire : le groupe posé en face de la figure énonçante ne nécessite pas une définition pour justifier le discours. L’allocutaire est constitué par le groupe des croyants, ceux qui se rejoignent autour d’une pratique religieuse, chrétienne et catholique, et se reconnaissent individuellement et collectivement en tant que tels. C’est donc à l’intérieur de cet ensemble d’individus, au-delà des frontières politiques, que se situe l’enjeu des enseignements. Tel ou tel sonnet s’adresse à celui ou celle qui aura commis tel péché, celui ou celle qui n’aura pas suivi tel précepte, en constituant ainsi un sous-ensemble pour lequel il sera aisé d’attribuer un qualificatif tel que « les orgueilleux », ou encore « les gourmands ». Le peuple de Dieu, c’est-à-dire l’ensemble des fidèles, la communauté des chrétiens, devient un allocutaire, un destinataire unique renvoyant une image linguistique à la personne énonçante.

5Cependant, au-delà du discours qui se construit au fil des vers et des sonnets, le peuple de Dieu se charge culturellement, socialement et politiquement, car il constitue le reflet nécessaire au je métapoétique pour orienter un discours tout entier. En effet, il n’est pas l’occasion d’une réactivation d’éléments physiques et comportementaux des animaux convoqués pour la circonstance, il est inévitablement partie prenante dans l’élaboration des descriptions et des analogies qui en découlent. La représentation qui se met en place progressivement constitue un reflet, certes, pour lequel il est impossible de connaître le degré de « connivence » entre les instances, que ce soit dans l’objectif recherché que dans l’effet obtenu, une fois le texte transmis, une fois que l’auteur, le poète plutôt, s’est déchargé de son rôle à la fois formel et littéraire. Le dialogue parallèle qui s’instaure dans le texte entre les deux instances énonçantes (même si on peut affirmer que le je métapoétique appartient également au groupe destinataire) constitue et élabore une représentation du groupe, du peuple de Dieu, embrassant, au sens large, les aspects les plus variés possible de cet ensemble protéiforme pour le définir implicitement, le représenter indirectement à travers l’aspect convoqué et l’édifier afin de le remettre dans le sillage de l’orthodoxie religieuse contemporaine.

6L’ensemble des sonnets du Bestiaire moral dit de Gubbio mettent en place une instance énonçante de manière permanente. C’est autour du je que tout le discours va s’articuler et conditionner à la fois le contenu et le positionnement du destinataire. Si on examine cette voix qu’on nomme couramment le « locuteur-poète », par commodité et pour éviter tout écueil face à un autre usage qui consisterait à présenter le poète comme auteur intégré et partie prenante face à un contenu et non plus comme locuteur du texte, comme s’il s’agissait d’en faire un narrateur intradiégétique, deux modalités se dégagent très nettement des sonnets.

7Nous constatons que la première personne du singulier couvre la plus grande partie des textes, mais certains poèmes s’articulent également autour du nous, usage intéressant qui, par ce biais, inclut l’instance énonçante dans le groupe, entendons le peuple de Dieu, destinataire du discours. Comme le rappelle avec insistance Émile Benveniste, c’est

  • 10 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 80.

La relation du locuteur à la langue [qui] détermine les caractères linguistiques de l’énonciation. On doit l’envisager comme le fait du locuteur, qui prend la langue pour instrument, et dans les caractères linguistiques qui marquent cette relation10.

8On relève ainsi des formes linguistiques comme « agio audita », « udito agio contare », « al mio parere », « veggio », « odo che », il est ici inutile de citer les variations morphosyntaxiques et morphologiques présentes dans l’ensemble des sonnets, car ce qui nous intéresse est autre. En effet, à travers ces quelques exemples, nous constatons aussitôt que le locuteur, en se citant immédiatement syntaxiquement, pose les conditions d’un dialogue implicite pour lequel il constituera l’unique voix audible.

9Dans notre cas, les sonnets sont l’occasion, comme nous l’avons cité plus haut, de présenter les caractéristiques physiques et/ou comportementales d’un animal et de les exploiter à des fins morales et didactiques. La voix qui se fait entendre, cependant, indique régulièrement une caution, une garantie à la fois scientifique et culturelle à travers l’usage régulier qui finit d’ailleurs par être inutile puisqu’on a la sensation de l’inclure automatiquement dans le texte, des verbes udire, dire et contare ou encore les déictiques et les épithètes. Cette captatio benevolentiæ initiale, fort utile pour le locuteur-poète, permet d’introduire l’argument et de renforcer la valeur de ce qui sera énoncé dans un second temps. Pratiquement, nous savons dès lors qu’il ne s’agit pas de la voix du locuteur uniquement mais de celle de tout un groupe qui s’exprimera à travers son timbre, un groupe indéfini que nous pourrions signaler par la voix de ce on dans des structures syntaxiques du type on m’a dit que ou encore on m’a raconté, même si ces structures ne figurent pas dans les textes, elles restent sous-entendues et perceptibles implicitement. La caution ainsi obtenue donne à la fois le crédit nécessaire pour le propos qui sera développé et l’inclusion du verbe à l’intérieur d’un système de pensée, une culture qui est de facto présentée comme partagée par l’ensemble du groupe, à savoir le « on » indéfini et le peuple de Dieu, destinataire du discours.

10C’est régulièrement le mode du récit qui va introduire le propos, et la construction à la fois syntaxique et narrative fonctionne de manière régulière imposant une homogénéité qui finit par traverser tous les textes :

  • 11 Nous pouvons signaler également d’autres emplois présents dans notre corpus et qui constituent des (...)

De lo leone, per nostro conforto,
Una gram maravellia n’agio audita : (
ii, v. 1-2)
De l’alifante grande maravelia
Molte fiade udito agio contare, (
iii, v. 1-2)
De lo castore audito aggio contare
una miraculosa maravellia : (
ix, v. 1-2)11

11Nous constatons aussitôt par ces trois exemples que le locuteur-poète établit un corpus, la forme latine du De initial en témoigne, car elle est accompagnée par la relation que le locuteur établit avec un discours autre qu’il reprend et qu’il intègre à son propre discours. Le De suivi de l’ablatif marque l’origine et comporte une dimension spatiale, un point de contact. Dans son usage, c’est le sens figuré qui prend le dessus tout en maintenant cette idée du contact. Il s’agit donc de convoquer un tiers qui est l’objet, même s’il est absent, objet qui est substitué par le discours lui-même. Dès l’incipit, le locuteur établit un lien fort entre le discours et la réalité, lien qu’on peut résumer en disant cela est pour rejoindre les propos de Benveniste.

  • 12 Oswald Ducrot, « Tzvetan Todorov », Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, p. 427‑431
  • 13 Benveniste, op. cit., 1, p. 265-266.

12L’énoncé ainsi mis en place peut se déployer par une seconde captatio benevolentiæ consistant à présenter l’animal comme une chose merveilleuse, miraculeuse et l’énonciation qui se développe progressivement dans les sonnets constitue un discours construit sous la forme des poupées gigognes. Udito agio contare, convoque plusieurs instances, un tiers indéfini est implicitement cité grâce à un récit qui a été fait au locuteur actuel et la forme verbale au passé montre l’antériorité dans la chronologie, insiste sur la parole rapportée, et inscrit tout le discours dans une continuité. On pourra au passage insister sur un élément de l’organisation syntaxique des formes en montrant que, assez régulièrement, le locuteur-poète se désigne a posteriori grâce à l’inversion récurrente du verbe au participe passé et de son auxiliaire, précisément là où apparaît la forme de la personne. De cette manière, l’action prime sur le sujet et non l’inverse. Le locuteur est donc le destinataire d’un message antérieur qu’il va transmettre à son tour et le temps de l’énonciation, comme présent sans cesse actualisé, se transforme naturellement en une réactualisation d’un présent antérieur issu d’une tierce voix anonyme dont la valeur est celle, comme nous le soulignions plus haut, de la caution intellectuelle. L’exemple de la formule présente au sonnet 3 consacré à l’éléphant, ciò ch’io dico/che volio per exemplo demostrare (v. 10-11) est révélatrice de cette actualisation, de cette présence effective du locuteur, dont l’acte de parole, ici locutoire, se transforme en acte illocutoire12. Le locuteur dit volio, il dit volio demostrare, expression d’une intentionnalité. L’énoncé performatif13 de la volonté exprimée et de la démonstration présentée comme intention et immédiatement suivie d’effet servent un objectif plus lointain qui est de modifier ou altérer le comportement de l’interlocuteur singulier, mais aussi pluriel puisque nous parlons du peuple de Dieu, destinataire du discours. Les v. 12-14 du second tercet en sont une illustration parfaite, en énonçant :

  • 14 BMG, Sonnet 3, v. 12-14, p. 41.

l’omo è l’alifante che potte asai,
l’albore è lo mondo, e lo nimico
è quello che cusì l’ha imganato
14.

13La dimension assertorique devient évidente, puisque le locuteur ne prend pas la peine de développer un argumentaire pour éprouver son verbe face au destinataire, il le pose comme établi, superposant son énoncé à ce qui pourrait relever simplement du constat.

14La figure du locuteur-poète se construit à l’intérieur de chaque sonnet et au-delà des sonnets, à travers le corpus tout entier. L’objectif du discours étant l’édification du peuple, l’énonciation élabore un schéma discursif clair où la structure démonstrative tend à se répéter pour devenir un canevas, lui aussi clair et attendu, pour un public ou un destinataire attentif à un contenu qu’il pourra à son tour diffuser. On peut donc fort bien se figurer une construction établie dans le but d’une transmission aisée de la parole, de l’image et d’une structure de pensée qui pourra faire l’objet d’une glose explicative ou d’une digression en vue de rendre vivant un concept, mettre en avant une vertu, ou encore fustiger un vice.

15Nous pourrions également nous demander si l’objectif n’est pas plus simplement de réactiver un verbe pour lequel la voix du locuteur finit par se réduire pour ne constituer que la voix du peuple tout entier, comme la forme d’un on ou d’un nous modifié pour la circonstance, afin de livrer une dimension didactique à l’ensemble. On retrouve ces formes dans plusieurs sonnets :

  • 15 Sonnet 37, v. 1-2.
  • 16 Sonnet 39, v. 9.
  • 17 Sonnet 40, v. 13.
  • 18 Sonnet 44, v. 7.
  • 19 Sonnet 45, v. 11-13.
  • 20 Sonnet 46, v. 1-2.

De la perdice potemo pigliare
molto delicato amaiestramento
15
Cristo fo lo calandro per noi
16
Che per noi se lasciò en croce morire
17
Potemo la serena semegliare
18
Per l’amore che ebbe en noi
a gran raisgione li volemo bene
ché, per guarire noi, morte durone
19
Come la vanagloria ne offende
potemone cedere la certanza
20

16L’intervention du je à l’intérieur du texte, comme la réactivation d’un contenu à l’intérieur du sonnet, s’articule autour de la reproduction du fait déjà connu pour lui donner une forme nouvelle grâce à la voix et au corps. Par ailleurs, même en l’absence de personne énonçante présente syntaxiquement dans le sonnet, comme si on avait l’impression d’une présentation qui se faisait d’elle-même, les déictiques et les épithètes trahissent cette présence qui reste en filigrane dans presque la totalité des vers.

17L’utilisation de verbes de perception comme udire et vedere renvoie quant à elle à une réalité qui impose une dimension assertorique au discours tout entier. Le locuteur se pose en relais d’un discours, d’une réalité qui finissent par n’être que partiellement les siens même s’il reste le maître de l’énonciation. C’est le locuteur qui dit je et qui s’adresse à tu ou à vous. En s’adressant à un allocutaire, de manière explicite et syntaxiquement repérable, il pose un destinataire face à lui, le crée verbalement et justifie en même temps son existence en tant que locuteur.

18La figure de l’autre au sein du corpus, désignée dans le cadre précis de l’énonciation, devient le destinataire de chaque sonnet et de l’ensemble du corpus. Mais avant de s’attarder sur l’autre, désigné singulièrement ou collectivement, il est intéressant de rappeler qui il est par le biais de la fonction référentielle. En effet, le peuple de Dieu n’est pas défini spécifiquement, il est préexistant au discours et constitue une entité qui, in fine, motive et justifie également le discours tout entier qui lui est destiné.

19C’est l’existence du peuple de Dieu qui légitime et donne l’autorité nécessaire à la personne énonçante qui, elle, reste anonyme. Le groupe a un nom, il est repérable au-delà du texte et ne reste pas inclus dans une réalité de papier, pour reprendre les propos de Barthes pour le roman. Le destinataire est le chrétien, le pécheur ou la communauté des chrétiens et des pécheurs. Les marqueurs de cette désignation par le locuteur sont bien plus présents dans les sonnets, on les retrouve dans les pronoms personnels sujets tu et voi, dans les désinences verbales et dans les apostrophes du type omo misero, omini, umana creatura, bello frate, taupino peccatore, peccatore misero, amico, filiolo, ou encore anima taupinella, qui se trouvent régulièrement assorties d’un adjectif qualificatif épithète.

20Le recours régulier à l’adjectif se charge d’une autre vertu qui vient enrichir la figure de l’allocutaire, non seulement ce dernier se trouve désigné, mais il est caractérisé, il est défini dans une posture, dans un état que le locuteur pose comme inhérent à son existence. Il s’agit ainsi de réactiver une condition ordinaire du chrétien, comme misero, bello ou encore taupino par exemple, pour élaborer un groupe spécifique, destinataire prioritaire du discours, entendons « toi, le pécheur misérable » à l’intérieur du groupe des chrétiens, parmi lesquels se trouvent des pécheurs et de manière encore plus précise, on trouvera un autre sous-ensemble qui est celui des « misérables ».

21Comme nous venons de le souligner, le recours au qualificatif est ici source de justification de l’ensemble de la démonstration. Entendu comme la définition par défaut du groupe destinataire, il s’agit parallèlement pour le locuteur de donner l’élément moteur, la présentation indirecte est donc une non-définition et constitue une représentation. Il ne s’agit pas de donner, de formaliser les contours du groupe posé en destinataire, mais il s’agit avant tout de justifier un objectif, une stratégie par l’existence en amont d’un aspect précis de la pratique religieuse. Une fois de plus, la dimension assertorique, c’est-à-dire le lien avec la réalité, explique l’absence de la justification, de l’explication : il est ainsi évident que l’objectif recherché réside dans la présentation de l’animal et l’analogie d’une part et, de l’autre, le lien établi entre le contenu du discours et son destinataire reste encore difficile à circonscrire.

  • 21 Paul Ricœur, Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1986, 452 p.
  • 22 Ibid., p. 264.

22C’est donc au-delà du discours que l’enjeu prendra toute sa mesure. Le destinataire, comme être de papier pour reprendre les propos de Barthes, qu’il soit singulier ou pluriel, finit par devenir un motif, un élément du texte dont la fonction est de justifier un ensemble en le rendant cohérent et pertinent. On en vient ainsi à se demander si l’enjeu véritable ne serait pas extratextuel. On partirait donc d’une réalité extratextuelle pour amorcer le verbe et, dans un second temps, sortir du texte et remotiver un texte, celui que nous examinons, pour le prolonger et le dépasser. Après le texte, la prochaine réactivation, prolongée par une glose ou une périphrase explicative, deviendrait un nouvel objet d’enjeux, le nouveau lieu pour des motifs renouvelés par une instance énonçante elle aussi renouvelée. Mais l’objectif initial des sonnets ici regroupés entre dans une autre sphère que Paul Ricœur21 a appelée la raison d’agir et le raisonnement pratique, car l’action, qui est explicitement demandée au fil des vers et des sonnets, est rationnelle face au public destinataire, elle répond en cela à un modèle connu et l’action « demeure sensée dans la mesure où elle rencontre les conditions d’acceptabilité établies dans une certaine communauté de langage et de valeur22 ». Dans notre cas, le peuple de Dieu se retrouve autour d’un texte fondateur, autour d’un certain nombre d’éléments qui donnent à croire en un Dieu unique qui guide les activités et le comportement des fidèles. Dans ces conditions placées comme postulats, le locuteur utilise ici la référence à la Bible, como dice la scrittura écrit-il, pour énoncer sa présentation de chaque animal et en extraire le ou les éléments nécessaires, utiles pour influencer ses allocutaires.

23La causalité implicite entre le dire et le faire qui est censée se produire, n’est pas établie de manière linéaire, pour reprendre autrement Ricœur. Dans notre cas, l’action successive reste au-delà du texte, au-delà du discours qui, lui, sera définitivement clos avec l’explicit. On ne pourra dès lors qu’évaluer l’intentionnalité dans le discours du locuteur-poète et la finalité envisagée par le biais de l’énoncé à la première personne. L’allocutaire devient quant à lui l’acteur, celui qui donnera corps à ce discours herméneutique. On relève l’action postulée dans l’énonciation grâce aux verbes, à la fois d’un point de vue strictement sémantique et, parallèlement et/ou conjointement, dans les déclinaisons de ces derniers. Avere, essere, volere, dovere, fare, stare, lasciare, togliere conjugués au présent, et marquant dès lors un état de fait, au futur pour indiquer une marche à suivre, ou encore à l’impératif, indiquant des énoncés optatifs où l’implicite nous montre clairement que le pécheur doit obéir à l’ordre intimé. L’énoncé a donc un effet tant au niveau du discours que de l’action postulée, il est la réactivation d’un discours antérieur pour en être le prolongement tout en le maintenant comme garant, et il est, enfin, la recherche d’un ensemble dans la sphère extratextuelle, indispensable à la mise en place de sa stratégie. L’intention du discours est alors de changer une forme de comportement, modifier l’action ordinaire du peuple de Dieu pour l’enjoindre de rétablir un ordre altéré par l’usage et le temps.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du manuscrit ve 477, f. 113r-127 v. de la BNC de Rome.

2 Nous pouvons mentionner l’existence, plus tardive, du bestiaire de Franco Sacchetti et celui de Léonard de Vinci pour les textes rimés, mais il nous faut souligner que la tradition du bestiaire proprement dit reste réduite en Italie. On soulignera néanmoins, pour cette période, une présence importante d’animaux dans le Detto del gatto lupesco, ou encore dans la production poétique de Chiaro Davanzati et celle, en langue française cette fois, de Brunetto Latini.

3 Soulignons que le bestiaire vénitien est une traduction libre, qui confine à la réécriture et la réélaboration. Parallèlement, il est intéressant, également, de constater que nombre de formes toscanes perdurent dans le texte traduit.

4 Francesco Zambon, Il Fisiologo (a cura di), Milano, Adelphi, 1975, 111 p.

5 Aristote, Histoire des animaux, texte établi et traduit par Pierre Louis, livres i-x, Paris, Les Belles Lettres, 1964-1969.

6 Élien, La personnalité des animaux, livres I à ix, traduit et commenté par Arnaud Zucker, Paris, Les Belles Lettres, 2014, xxxvi-296 p. ; id., La personnalité des animaux, livres X à xvii et index, traduit et commenté par Arnaud Zucker, postface de Jean-Christophe Bailly, Paris, Les Belles Lettres, 2002, 319 p.

7 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre viii, texte établi, traduit et commenté par A. Arnout, 1952, 152 p.

8 Isidore de Séville, Étymologies, livre xii, Des animaux, texte établi, traduit et présenté par Jacques André, Paris, Les Belles Lettres, 1986, 309 p.

9 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 84-85.

10 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 80.

11 Nous pouvons signaler également d’autres emplois présents dans notre corpus et qui constituent des variations sur le modèle cité plus haut : De le serene odito aggio contare/che cantano oltra messura dolcemente (xliv, v. 1-2) ; L’uciello struzo, sì come aggio audito,/ perdi li filioli e son messi en presgione/ein una ampolla ch’è facta de vetro,/ senza nulla roctura e lesione (xlix, v. 1-4) ; Audito aggio che l’api vivono a signoria (l, v. 1) ; Veggio la lodola de terra salire/faciendo dolce canto deletoso/e veggiola, cantando, rengioire/quanto più sente l’aire glorioso (lv, v. 1-4) ; Odo che lo dragone non mordesce,/ sotrae dolcemente e va lechando/e per quello lecare omo perescie,/ ch’a poco a poco lo va envenenando (lxii, v. 1-4) ; Audito aggio che l’aspido serpente/ane de natura cognosscere tanto (lxiii, v. 1-2) ; Audito aggio che ‘l tiro è guardiano/de l’albore onde el balsamo vene (lxiv, v. 1-2).

12 Oswald Ducrot, « Tzvetan Todorov », Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, p. 427‑431.

13 Benveniste, op. cit., 1, p. 265-266.

14 BMG, Sonnet 3, v. 12-14, p. 41.

15 Sonnet 37, v. 1-2.

16 Sonnet 39, v. 9.

17 Sonnet 40, v. 13.

18 Sonnet 44, v. 7.

19 Sonnet 45, v. 11-13.

20 Sonnet 46, v. 1-2.

21 Paul Ricœur, Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1986, 452 p.

22 Ibid., p. 264.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « De l’édification du peuple de Dieu », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 75-85.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « De l’édification du peuple de Dieu », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5646 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5646

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Université Lumière – Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals