Navigation – Plan du site
Moyen Âge et Renaissance

Joies et tristesses des pauvres dans l’épopée française en vers du XIVe siècle

Denis Collomp
p. 87-106

Résumés

L’épopée française classique fait peu de place aux habitants des villes, et encore moins aux pauvres et aux mendiants. Les chansons de geste en vers du XIVe siècle dépeignent cette faune urbaine en y confrontant les héros et surtout les héroïnes. Au-delà de l’impression de conflit social et de jugement moral suscité par les joies et les peines de ces défavorisés, le comportement chrétien des protagonistes est source d’édification.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

1L’épopée française classique fait peu de place aux laboratores en général, et encore moins parmi eux à ceux dont le travail ne permet pas de subvenir à leurs maigres besoins. Si la pauvreté doit être illustrée, c’est plutôt celle du pèlerin, vrai ou faux, qui est donnée à voir : la mise en lumière d’un avilissement physique, lorsqu’il est volontairement provoqué pour mieux ressembler à un pauvre, rejoint alors la décrépitude de guerriers vieillissants et depuis trop longtemps en guerre. En outre, les rares personnages évoquant la classe des travailleurs appartiennent au monde rural, qu’il s’agisse de paysans fournissant de la nourriture, comme dans Le Couronnement de Louis, ou offrant l’idée d’un stratagème, comme dans Le Charroi de Nîmes, ou du bûcheron ou charbonnier rencontré sur le chemin de l’exil par l’épouse de Charlemagne dans Macaire et ses adaptations.

  • 1 Pour les premières évolutions du genre au XIIIe siècle mettant en scène des gens de petite conditio (...)

2C’est assez logique dans le développement de la chanson de geste puisque tant par le sujet que par le public, le genre s’adresse essentiellement aux bellatores, adossés à une société rurale; le peuple n’y a donc guère sa place et, en général, sa confrontation avec le héros marque un état de dégradation : distorsion introduite dans le genre même pour Le Charroi de Nîmes, rôle d’adjuvant, notamment en faveur des femmes, comme dans Les Enfances de Garin de Monglane, signe d’une déchéance sociale pour le héros obligé de se loger à l’auberge dans Aiol1.

  • 2 Claude Roussel, « Berte, Florence, Hélène : trois variations épiques sur le thème de l’épouse persé (...)

3Comme l’épopée du XIVe siècle se plaît à faire évoluer ses personnages et particulièrement ses héroïnes dans la « jungle des villes » pour reprendre l’expression de Claude Roussel2, le côtoiement des classes sociales s’y fait plus sensible et les poètes se trouvent confrontés à la nécessité d’évoquer une faune urbaine, bien au-delà du traditionnel bourgeois hospitalier ou du portier à l’entrée de la cité. C’est donc une véritable cour des miracles qui est souvent dépeinte, avec l’idée d’une confrontation des classes qui se jugent mutuellement, et le ressort romanesque qui transforme chaque héroïne en Angélique, marquise des anges, avant l’heure.

4Cette évolution recoupe plusieurs phénomènes historiques et littéraires : le développement urbain du XIIIe siècle (avant la guerre de Cent Ans et les épidémies), sans doute l’évolution de la monarchie avec le centralisme capétien, et également la contamination des genres (par l’influence romanesque avec un monde merveilleux plus païen). Dans ce contexte, le peuple est une notion intéressante par sa désignation même puisque généralement elle joue sur le singulier ou le pluriel : le peuple, la foule, ou les (menues) gens, les bourgeois, les pauvres… Cela induit une pluralité des voix, des opinions, des attitudes, pluralité qui souvent se cache derrière un singulier collectif.

5Comme cette quête de la pluralité pourrait se réduire à une étude stylistique, rhétorique, il nous paraît utile de l’aborder avec un fil conducteur. Si nous avons choisi d’aborder cette misérable population urbaine sous l’angle de ses joies et tristesses, c’est qu’il nous semble que la gradation des émotions éprouvées par les foules indistinctes ou par les personnages secondaires concourt à la mise en valeur des héros qui les côtoient et par là même à l’édification du peuple. Victime des violences et de la pauvreté, les masses urbaines se contentent de trop rares et trop basses joies terriennes, dans leurs besoins les plus charnels notamment ; mais la description même de leur satisfaction laisse percer une impression de conflit social et de jugement moral, que seuls peuvent dépasser les héros qui partagent ou soulagent les épreuves des truands, leur donnant à voir l’effet d’une grâce toute célestielle.

Violence et pauvreté

6Signe des temps, l’épopée du XIVe siècle prend en compte d’une part les violences dont sont victimes les populations urbaines et d’autre part leur appauvrissement qui génère un monde de gueux. Si la violence peut apparaître de prime abord comme un mal inévitable, sinon nécessaire, dans les circonstances exceptionnelles que présente une situation de guerre, elle suscite néanmoins déjà des interrogations qu’on aurait pu croire plus modernes sur les souffrances endurées par des populations qui n’ont en rien décidé de la situation dans laquelle elles se trouvent plongées.

7Certes, les violences qu’elles subissent de la part des païens lors d’un sac soulignent une fois encore la barbarie de l’ennemi, comme pour la prise d’Aufalerne, dans Tristan de Nanteuil :

  • 3 Tristan de Nanteuil, éd. K. V. Sinclair, Assen, Van Gorcum, 1971, v. 1473-1484. On peut remarquer l (...)

Et Galaffre le roy d’Ermenye la lee
Fut dedens Auffelerne ou tout met a l’espee :
Homes, femmes, enffans de la cité louee
Furent moult a douleur, c’est verité prouvee. […]
Esglise n’y remest qui ne soit embrasee,
Autel ne cruxefis, ymage painturee
Ne feust contre la terre abatue et versee ;
Oncques telle pitié ne fut mes esgardee.
No chrestïenne gent gist a terre versee,
Les poings, les bras coupés, la cervelle espautree ;
Petis enffans gettoient de grande randonnee
Contre terrë, et femmes grosses sont malmenée3.

8Cependant, même un émir en conflit avec ses coreligionnaires reconnaît dans Lion de Bourges que rien n’est pire que la famine et se dit prêt à sacrifier sa fille aux exigences du géant Orible pour la faire cesser :

  • 4 Lion de Bourges, éd. W. W. Kibler, J.-L. G. Picherit et Th. S. Fenster, Genève, Droz, 1980, v. 1741 (...)

« Il n’est plux de meschief en ceu monde si grant
Que de sentir famine, bien m’en vois percevant.
Per ces chaussie geisent homme, femme et anffan
Qui sont mort tout de fain, dont j’aie le cuer dollant4. »

9Mais les souffrances endurées par le peuple soulèvent davantage d’interrogations encore lorsqu’il s’agit de combats entre chrétiens, et que les querelles entre grands de ce monde accablent les petits. C’est bien ce que fait remarquer le futur saint Martin auquel on reproche de distribuer les vivres du palais aux affamés assiégés dans Coblence, dans La Belle Hélène de Constantinople :

  • 5 La Belle Hélène de Constantinople, éd. Cl. Roussel, Droz, Genève, 1995, v. 5880-89. Le terme collec (...)

« Le povre gent menue de le ville de non
Seuffrent pour le roïne grande destructïon ;
Che n’est pas pour leur fait ne leur condisïon,
Ch’est par le fait me dame et par sen ocoison.
Moult volentiers euïssent pais et acordison.
Et quant pour le roïne il ont tel marison
Ch’est bien drois c’on leur ede, selon m’entensïon ;
Des biens a le roïne, puisqu’il en ont besoing,
Ja n’en aront disette tant qu’aie un seul capon,
Enchois l’esparnerai ge n’en ayent le parchon5. »

  • 6 Theseus de Cologne, MS B.n.F., n.a.f. 10060, fo 25 vo, v. 10-19. Cf. Denis Collomp, « L’Écho des bo (...)

10Dans Theseus de Cologne, la reine plaide pour la population de sa ville auprès de l’empereur de Rome au moment de lui ouvrir la ville pour sauver son mari, et la remise des clés n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’épisode des bourgeois de Calais6. De même, lors de la reddition de la ville d’Arménie, dans Tristan de Nanteuil, Blanchandine plaide auprès de Clarinde en faveur des habitants, menacés du fil de l’épée, suggérant même de ne pas les chasser de la ville, leur ruine étant déjà assez grande sans être redoublée :

  • 7 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 15248-57. Dans Lion de Bourges, on voit les habitants de Bonivan (...)

Mais Blanchandine vint a lui ung don rouver
Et dist : « Dame, je veul, se voulés creanter,
Que ceulx de la cité qui tant font a loer
Veullés à ce jour d’uy les vies respiter.
S’ils se sont deffendus, on ne les doit blasmer ;
Mais celui qui se rent sans mesaise endurer,
De celui ne doit on de la mort respiter.
Prenés celle cité c’on vous veult presenter,
Et ceulx qui sont dedens lessés la demourer.
Ilz ont assés perdu, on ne les doit grever7. »

  • 8 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 9880-914 ; cf. v. 1161-77 et 9600-605.

11Bien plus, ce texte donne également à voir les exactions commises en temps de paix, notamment par des usurpateurs exploitant les populations. Lorsque le héros éponyme arrive dans sa ville natale, il assiste à un véritable racket, les traîtres ayant mis en place l’impôt sur les portes et les fenêtres. N’ayant pas payé sa « malletoste » (impôt non fondé), un bourgeois, parce qu’il palabre, reçoit un coup qui lui coupe la cuisse, cependant que sa femme, pas encore relevée de couches, est jetée à bas de son lit lors de la mise à sac du logis et reçoit un violent coup de bâton sur la tête. Tristan paie largement l’amende et grande est la joie de la bourgeoise, mais sans doute doit-elle se garder de la manifester devant les sergents puisque le texte précise qu’elle prie Dieu pour Tristan en silence8. Là encore, la description des badauds assemblés oscille entre singulier et pluriel :

  • 9 Ibid., v. 9902-908.

Atant es vous Tristan a la fiere pensee,
En la presse est entrés, s’a la gent regardee ;
Adonc de la besogne a la chose enquestee.
Et puis on lui en conte toute la destinee,
Ainsy que la cité estoit mal gouvernee
Par Persant le larron qui a nul bien ne bee.
Et quant Tristan les oit, mye ne lui agree9.

  • 10 Si la mise en scène est moins violente, les mêmes idées se retrouvent dans Lion de Bourges : les im (...)

12Ici, c’est dans le dernier vers qu’apparaît la pluralité (les), qui découle moins de la somme d’individus qui constituent l’assistance qui se presse que de la variété du discours tenu. En effet, le discours rapporté exprime deux idées certes corrélées mais qui laissent l’éventualité d’au moins deux locuteurs : d’une part, « on » explique pourquoi ce couple de bourgeois est molesté, et, d’autre part, un autre « on », rendu par ainsy que en donne la cause, à savoir le fait que Persant, gouverneur de la ville, exploite la population. De ce fait, le pronom les résume un discours collectif qui peut être à deux voix, voire plus dans la mesure où les idées pourraient être répétées, reformulées, confirmées, approuvées, etc.10.

  • 11 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 1329-30.
  • 12 Lion de Bourges, éd. citée, v. 21532-33.

13Les misères et donc la tristesse du peuple s’inscrivent nécessairement dans un rapport de force social, comme le souligne La Belle Hélène de Constantinople, car « Ensy ont povre gens des riches a souffrir / Il ne les prisent riens, sy en font a haïr11 ». Mais l’idée soutenue dans Lion de Bourges – comme dans Tristan de Nanteuil – est que le seigneur légitime est juste et équitable et qu’on a tout lieu de se réjouir de son rétablissement ; ainsi, lorsque Lion parvient à faire retentir le cor magique, en héritier présomptif du duché : « Dont dient l’un a l’autre : “Joie dobvons mener / Quant droit signour avons ; cor l’allons visiter12 !” » Mais, en discours direct, la syntaxe rend le propos plus uni et n’implique pas nécessairement une pluralité de discours. Ce que rend ici le pluriel du verbe introducteur, c’est bien au contraire l’unanimité qui se dessine autour de l’idée énoncée, et cette idée qui pourrait passer par un tous revêt l’apparence d’une fausse répétition de l’un de l’autre, pour en fait exprimer la généralisation de la même idée dans les différents quartiers de la ville puisque la réaction se produit lorsque l’héritier de Bourges donne la preuve de sa légitimité en sonnant du cor magique, perçu dans toute la ville au point de faire sortir les gens dans la rue.

14À l’inverse, des propos répétés sinon diversifiés peuvent être homogénéisés par un terme générique ou un collectif, cependant que le balancement l’un l’autre permet d’exprimer des actions différentes. L’effet est particulièrement perceptible autour d’un motif récurrent. Ainsi, dans le même récit, la duchesse Alis de Bourges, qui, après avoir vécu déguisée en homme, est contrainte de révéler sa vraie nature et de s’enfuir du palais de Tolède pour échapper aux propositions de mariage de l’émir, se jette sur un tas de fumier pour passer pour une mendiante. Pour plus de sécurité, elle simule l’état de simplette, mais cela lui vaut les avanies des enfants :

  • 13 Ibid., respectivement v. 2865-70 et 3573-75.

Et per jour s’an alloit per la ville toutdis
En maniere de sotte, car des anffan petis
Estoit adés huee clerement a hault cris :
Tout adés a sa cowe en avoit nuef ou dis.
L’un li gete bodare, l’autre des yeux poris,
Et la damme reclame le Rois de parraidis […]
Sa femme per la rue qui des anffan petit
Estoit adés ruee et huee a hault cris ;
En maniere de sotte li get on d’uelx poris13.

15Si les deux scènes sont similaires, on constate bien que l’unicité apportée soit par le singulier du « on » soit par la voie passive (« ruee et huee ») masque des réalités différentes entre une action unique (même si elle est répétée par différents acteurs et de jour en jour) et des cris qui peuvent être variés, comme le souligne le pluriel non seulement de « hauts cris », mais aussi du complément d’agent.

16Au demeurant, les bas-fonds urbains, enfants ou adultes, constituent toujours une menace et pour le moins une gêne dont on se passerait bien, comme dans Tristan de Nanteuil où Clarinde est obligée de repousser les avances d’un ribaud éclopé qui lui propose le mariage, en le frappant à le faire saigner :

  • 14 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18314-19.

La y ot de paillars une telle risee
Que les voisins qui ont ceste noise escoutee,
Disoient : « Pleust a Dieu et la Vierge loee
Que cette maison feust et arse et embrasee
Et trestoute la gent qui est ens ostelee !
Par foy, bien pert l’aumosne qu’a tel gent l’a donnee14. »

  • 15 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6597.
  • 16 Ibid., v. 7529-50, même si Hélène prend de surcroît en charge les lessives malgré son handicap.

17Le mot est lâché : le point de cristallisation entre les pauvres et les autres classes de la cité est l’aumône, mais ce don sous forme d’argent, et plus souvent encore en ces temps de famine sous forme de nourriture, est souvent l’occasion d’un rapport de forces entre les gueux, voire d’exploitation entre eux-mêmes. La première hôtesse d’Hélène de Constantinople à Tours avait commencé par lui refuser le gîte, au demeurant limité à un peu de paille, et ne s’était ravisée qu’en pensant tirer bénéfice du handicap de la manchote en l’envoyant à la cour de l’archevêque, avec l’idée de partager le bénéfice : « Se il vous voit affolee moult de biens vous fera15 », et Hélène d’accepter et d’obtenir le résultat escompté. Mais dès lors qu’elle vient à refuser de se rendre à la cour parce qu’elle craint pour sa sécurité, elle est tirée hors du lit par l’hôtesse, qui ne veut pas y perdre et l’accable de plus en plus16.

18Même si, pour cette fois, Hélène craint d’être reconnue par les hommes de son père, elle a précédemment été en butte aux avances d’un coquin, et comme d’autres héroïnes dans des situations similaires, face à des traîtres, ou à des voleurs, ou encore à des marins indélicats, c’est à sa seule force que l’héroïne doit de repousser les avances graveleuses, manifestations des joies toutes rabelaisiennes de ce bas peuple, avant de recevoir des menaces de mort. En général, l’entourage se contente de rire bruyamment du coup reçu au grand dam du voisinage, comme on vient de le voir dans Tristan de Nanteuil. Seule Alis de Bourges y échappe, on l’a vu, mais à quel prix : en contrefaisant la sotte et en se parfumant à la fragrance de fumier !

19Mais la joie des uns provoque l’agacement des autres, et c’est là que le bât blesse, car dans la peinture des pauvres qui se dégage de ces textes épiques, ce n’est pas tant la satisfaction de besoins premiers et nécessaires qui est mise en avant que les pulsions, la joie de l’accumulation et le plaisir de rouler le bourgeois. Posture de jongleurs ou affaire de public, toujours est-il que la joie toute chrétienne de donner et de venir en aide est grevée par la suspicion d’avoir été dupe d’une comédie.

Une vision sociale des satisfactions des pauvres

20La déchéance sociale dans laquelle sont plongées certaines héroïnes permet aux poètes de faire pénétrer, non sans une certaine habileté, des observateurs dans un monde peu connu de l’épopée et d’en donner une peinture qui ne peut que refléter la difficulté des contacts entre les couches sociales.

  • 17 Respectivement, Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18298-307 et La Belle Hélène de Constantinople, (...)

21Dans une vision physiognomonique du monde, les auteurs jouent d’une part sur le contraste physique des personnages et le discours affecté et fallacieux des prétendants aux faveurs des malheureuses héroïnes et d’autre part sur l’inadéquation entre la relative courtoisie du discours et le débordement des actes qui suivent ; ainsi, d’un côté, un éclopé à la jambe enflée et entamée propose le mariage à Clarinde, s’il lui plaît et agrée, de l’autre, un coquin en guenilles, brûlé aux jambes et aux genoux, promet à Hélène de Constantinople de lui être loyal si elle veut bien le prendre pour époux17. Mais le temps de réflexion des belles est très limité puisque leurs prétendants respectifs s’empressent d’essayer de les embrasser de force.

  • 18 Ibid., v. 6622-2.

22Même l’humour qui peut se faire jour çà et là dans les propos échangés est souvent grinçant ; ainsi une ribaude qui reconnaît Hélène pour l’avoir vue à Nantes lui dit : « Vous n’avés c’une main, et mon corps c’un piet n’a. / Si me vint en advis, belle paire y ara18. » Mais au-delà de l’autodérision apparaît, comme chez l’hôtesse, l’intérêt pour l’infirme de s’associer à quelqu’une d’autant plus susceptible de contribuer à une plus large subsistance que sa beauté inspire la pitié.

  • 19 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18489-90.

23Bien plus, lorsque Clarinde aura retrouvé une situation digne de son rang et qu’elle enverra de la nourriture à ses anciens compagnons de misère, son ancien prétendant trop empressé ne se laisse pas impressionner par le don et, après s’être proposé d’entamer le vin envoyé, déclare sans vergogne au messager : « Salués moy ma femme, car je le vous commant ; / Et dites : chascun jour m’en envoit aultretant19. » L’attitude est rigoureusement identique chez l’hôtesse d’Hélène mais plus hypocrite dans l’aide qu’elle propose à celle-ci, pour mieux assouvir sa soif :

  • 20 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6848-52.

Adont du brac copé va le pot destaquier.
Les pos o vin enporte, car forment l’avoit chier.
Elaine va devant et elle va derier ;
Un pot mist a se bouche, tel tret en va saquier
Que plus de demy lot en but a men cuidier20.

  • 21 Dieudonné de Hongrie, BNF, français 24372, fo 34 vob, vo 22-23, i.e. v. 6091-92 du texte.

24Ces joies simples et relativement innocentes sont d’autant plus réprouvées que visiblement ce bas peuple ne sait pas se tenir devant les plaisirs de la table. Ainsi, dans Dieudonné de Hongrie, lorsque le héros revient à Estrigon doté d’objets magiques propres notamment à pourvoir en nourriture et en vin de façon abondante, il se rend chez son ancien précepteur et l’invite à faire venir en son jardin « toute le povre gent Qui n’ont en leur maison ne gage ni argent21 » ; mais tel saint Thomas, Antone demande à voir d’abord l’effet de la touaille et du hanap féeriques avant de s’exécuter, de peur de se voir courir sus par des loqueteux déçus. Au demeurant, la méfiance est réciproque, car les pauvres craignent qu’il ne s’agisse d’un piège pour une bastonnade qui semble monnaie courante, car qui parmi eux pourrait croire être invité à dîner :

  • 22 Ibid., fo 35 roa, v. 18-20, i.e. v. 6132-34 du texte. On retrouve le même type de formulation du di (...)

Et quant la povre gent en ont oÿ leçon,
Li uns a dit a l’autre : « Véci bonne fachon,
Je croi c’on nous donra chascun d’un grant baston22 ! »

  • 23 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6757-60. Il est vrai que c’est à l’imitation du Ch (...)

25Cela étant, l’expérience vécue par Dieudonné de Hongrie est peu encourageante : même lorsqu’on dresse des tables comme pour un banquet, la peur de manquer fait se précipiter sans retenue sur la nourriture et se battre le millier de manants. Dieudonné ramène le calme non sans mal, et s’il a recommandé de ne pas jurer et de ne pas se disputer, il lui est difficile d’empêcher tout excès de vin. Dans une situation similaire, saint Martin a, lui, la précaution de faire asseoir la foule compacte avant de commencer la distribution23, dès lors qu’il ne s’agit pas de rogatons, mais d’un véritable repas.

26De surcroît, la relative abondance des dons, même s’il ne s’agit que des reliefs de la table épiscopale de Coblence, donne à ce monde interlope l’assurance béate d’une source inépuisable et donc sécurisante dispensant de prévoir le lendemain, surtout s’il y a fête au palais, fête à laquelle les gueux s’empressent de faire écho dans la rue :

  • 24 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18280-85.

Ly truant en faisoient feste sur la chaussie,
A son hostel avoit gent de truanderie :
Estevelles, ribaux et syfete mesgnie
Et disoient en hault, en menant bonne vie :
« Despendons tous nos biens en icelle nuytie,
Car nous arons demain de gras taillouers a hye24. »

27Le témoin privilégié qu’est l’héroïne précipitée dans cette cour des miracles rend un jugement sans appel en suggérant le sentiment mitigé des classes sociales aisées, partagées entre la nécessité chrétienne de faire l’aumône et la crainte de se faire duper par des gens plus ou moins nécessiteux et qui trouvent plaisir à tromper la générosité de certains :

  • 25 Ibid., v. 18288-291.

« Hé ! Dieu, dist la roÿne, mal suis aprivoisie
D’estrë avec tel gent dont j’ay la voix oÿe.
Li ung fet le malade, l’aultre gentillerie,
L’autre porte ung enffant qu’il emprunte a la fye.25. »

28Le discours de la reine Clarinde réduite à mendier laisse à supposer que les simulateurs savent ce qui est propre à apitoyer le chaland, et tirent quelque mauvaise joie et bénéfice à duper ainsi les généreux.

29L’impression est confirmée dans La Belle Hélène de Constantinople, où la truanderie constitue un état comme le souligne la description de l’hôtesse d’Hélène à Nantes :

  • 26 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6497-500.

Elaine se louga, ainsi que j’ay conté,
Aveuques une fame que le corps ot molé,
Quë ot de truandise vescu tout son aé
Et de buer les dras de le bonne chité26.

30Il est vrai que Nantes se présente pour lors comme une ville païenne, mais la truanderie est un état social que l’on retrouve dans tous les textes, où la connaissance des mécanismes de l’âme humaine suscitant le don est souvent mise en avant ; en effet, la seconde hôtesse d’Hélène à Tours reproche à celle-ci, qui cherche à préserver son anonymat, de s’enlaidir le visage par de la suie :

  • 27 Ibid., v. 7595-99.

L’otesse ly a dit : « Vous estes mausaichant
Qu’ensement est par vous mascurés vos samblans.
On donne volentiers toudis, petis et grans,
A aucune persone ou biautés est manans
Trop plus tos qu’a un let, ja n’en soiés doubtans27. »

  • 28 Ibid., v. 7460-62.

31L’impression générale qui se dégage est que les mendiants connaissent les bonnes adresses et les bonnes occasions de tirer un profit bien supérieur au besoin ; c’est confirmé dès lors qu’Hélène ramène régulièrement des victuailles ; non seulement l’hôtesse en dispose pour son usage mais elle en fait profiter également tous les coquins qui occupent sa maison28. De même, non content de faire des propositions à Clarinde, l’estropié se voyait bénéficier d’un avantage certain en courtisant la jeune maman :

  • 29 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18301-304.

« Cest enffant porteroye toute jour ajournée,
Sy diroie qu’encore ne seriés relevee.
J’aroye tant de pain, ains que feust l’avespree,
Que nous nel despenderiens en .xv.e passee29. »

32Sous l’affirmation prêtée affleurent une fois encore la satisfaction du personnage de disposer d’un mensonge efficace, mais aussi la vague inquiétude de l’auditeur, traduite par le narrateur, d’une exploitation éhontée des sentiments et des devoirs chrétiens chez les riches. L’impression est assez proche lorsque Hélène chassée retrouve aux faubourgs de la ville la même faune urbaine qui semble attendre en priorité les voyageurs qui arrivent pour mieux les solliciter :

  • 30 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 7578-84.

« Seigneur, dist ly truans, alons la hors a camps
Car vechy les deux rois honnestez et vaillans,
Et bien .LX. mille des barons souffissans.
Moult y amenderont truandes et truans. »
Dont veïssiés koquins, aveugles non veans
Et le povre mainie que moult estoit courant
Encontre le venue des .II. rois combatans30.

33Mais ce n’est pas sans une certaine justesse que l’auteur de Tristan de Nanteuil souligne que situation désespérée et exagération intéressée offrent le même visage tout en opposant implicitement par-là la joie éprouvée à tromper la vigilance et la confiance du prochain et celle ressentie à faire du bien à autrui. C’est ainsi que Clarinde, elle aussi, use de la présence de son enfant pour apitoyer les passants, même si c’est à bon escient et qu’elle n’emprunte pas l’enfant d’autrui :

  • 31 Tristan de Nanteuil, v. 18250-258. De même, Hélène de Constantinople se montre polie et salue les v (...)

Ainsy come truande va la dame adrecie,
Aumosne demandant pour Dieu le filz Marie.
Pour l’amour de l’enffant qu’elle ot en sa baillie
Avoit trestous les jours sy tres grande sachie
Que .xx. aultres truandes ne le mengassent mye.
Mais la dame leaulx qui moult fu enseignie,
Quant elle en a assés, elle n’y reva mie,
Car n’estoit pas venue de la truanderie.
Aumosne ne rouvoit, ne lui feust ottroÿe31.

  • 32 Ce trait de caractère recoupe la posture de nombreuses princesses qui se satisfont de pouvoir vivre (...)

34La comparaison est en soi significative et ce n’est que sa moralité qui fait la différence : savoir se contenter du strict nécessaire et rendre grâce au ciel même dans l’adversité est le signe d’une âme bien née qui ne confond pas nécessité de survivre, qui ne pousse pas à demander mais à accepter ce que l’on vous propose surtout quand on a charge d’enfant, et désir de profiter et d’abuser32.

35On le constate donc, les maigres joies des pauvres, rabelaisiennes avant l’heure, demeurent plus souvent implicites dans le texte que franchement exprimées. Mais ce non-dit suggère également une réprobation, un jugement de classe ainsi que vraisemblablement la crainte des mouvements de foule lors de rassemblements pour recevoir de la nourriture. Certes, le poète donne une vision homogène du peuple à travers des discours, mais n’en demeure pas moins une ambiguïté, qui se retrouve également dans le fait que cette confrontation à une foule anonyme de personnages sans nom dont ne se détachent que quelques silhouettes définies par leur état social ou physique est l’occasion de mettre en valeur des individualités héroïques qui n’appartiennent nullement à cette frange ou fange de la société. Et c’est l’attitude de ces personnages de premier rang qui est génératrice de leçon morale et de joie chrétienne édifiantes tant pour l’entourage du héros au sein de la narration que pour le public.

Pauvreté et joie célestielle

36La mise en valeur du héros qu’apporte sa sollicitude à l’égard du peuple revêt un caractère différent selon les œuvres et la forme de confrontation à la pauvreté que le héros connaît.

37Pour Dieudonné, le banquet offert aux pauvres d’Estrigon constitue son premier acte de héros parvenu à l’âge adulte après son séjour initiatique chez la fée Gloriande. Que celle-ci l’ait pourvu d’objets merveilleux lui facilite bien entendu les choses. Mais les sujets de satisfaction sont multiples et variés : après avoir connu la joie du pardon que lui a accordé son parrain pour le meurtre de son frère de lait, il a éprouvé celle de connaître le secret de ses origines de la bouche même de la fée. En outre, le pouvoir magique qu’il détient et sa naissance illustre lui permettent de s’affirmer auprès de tous les habitants du fief de son parrain et de pouvoir prétendre à la main de sa fille.

38À certains égards, le rassemblement des pauvres pour le banquet n’est pour Dieudonné que le prétexte à manifester sa présence en ville, et à faire éprouver la force des légions féeriques dont il dispose à son parrain, quand celui-ci, revenant sur son pardon, veut le faire arrêter. Au demeurant, nous avons constaté que son charisme n’est point tel qu’il puisse éviter quelques débordements avinés. Toutefois, sa générosité tant à l’égard des pauvres que de ses parrain et marraine, prêts à venger la mort de leur fils, constituent les lointaines prémisses de son chemin vers la béatitude à laquelle il parviendra à la fin de sa vie.

  • 33 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 5498-532, 5557-70 et 5645-75. De même, il se dépla (...)

39On pourrait penser que, dans La Belle Hélène de Constantinople, le futur saint Martin est déjà plus avancé sur ce chemin dans la mesure où il est élevé avec son frère par un ermite dans une île. Mais dès son enfance, il s’avère incapable de refréner son appétit et son goût pour la venaison cependant que son jumeau et l’ermite qui les a recueillis se nourrissent de racines et de fruits ; il compense tout au long de sa vie ce penchant censé le priver du royaume des cieux en dormant sur des épines ou de la paille et en ayant pour oreiller une pierre, ultérieurement en mettant des cailloux dans ses souliers ; mais sa découverte du vin est un ravissement et il prend l’habitude d’en boire près de quatre litres chaque matin33 !

40C’est sans doute cette attraction pour la nourriture qui le rend sensible à la famine qui règne dans Bavière assiégée, ville dont la reine a fait de Martin son sommelier. Devant les morts de faim qui encombrent la voie, il fait crier une distribution de pain, de viande et de vin, trouvant juste, comme nous l’avons vu, de compenser les souffrances que le peuple endure pour sa reine qui refuse un prétendant, et il n’est sans doute pas indifférent que cela se déroule le jour de l’Ascension. Aussi déclare-t-il :

  • 34 Ibid., v. 5890-92.

« S’il moroient de fain tant qu’aie garnison
Ly pequiés en seroit sur moy et en men non,
Ne ja de Jhesucrist n’en aroie pardon34. »

41Et de distribuer le repas même de la cour, au grand dam de la reine, qui pense que, dès que les vivres viendront à manquer, son peuple lui fera défaut. Cela vaut à Martin d’être chassé de la ville avec son frère, mais à l’heure du repas les cuisines s’emplissent miraculeusement, ce qui fait déclarer à un cuisinier :

  • 35 Ibid., v. 6025-27 ; cf. v. 5933-36.

« Je croy que Jhesucrist le nous fait envoier
Pour che qu’o non de luy le faisoit otroier
As povres mendïans que venoient crier35. »

42Mais la reine, bien que païenne convertie, ne fait pas procéder pour autant à une nouvelle distribution, au grand désespoir du petit peuple :

  • 36 Ibid., v. 6035-37.

Et ly menue gent de le ville envyron
Crioient « Ausmonne ! » clerement a hault son,
Mes il y ont faly dont il ont marison36.

43Dans l’épanouissement de la personnalité du saint, la progression est très nette. Il ne se contente pas de répondre à la sollicitation, il la prévient et c’est ainsi qu’à Boulogne, il appelle les pauvres gens pour leur distribuer or et argent au nom du Christ. En outre, ayant ainsi distribué tout son avoir, il va, faute de mieux, à l’entrée d’Amiens, partager son riche manteau avec le Christ déguisé en mendiant alors même qu’il n’a pas encore reçu le baptême, comme le fait remarquer Jésus aux anges, une fois remonté au ciel. Une leçon édifiante en est tirée par le jongleur :

  • 37 Ibid., v. 6390-95 ; cf. v. 6353-89.

Par cecy poet on vir, que l’ausmonne fera
En vraie connissanse et pour Dieu le donra,
Qu’il sera visetés quant s’arme partira
De che monde mortel. Moult eureux en sera
Chieux quy o voloir Dieu sen corps usé ara
Car il ara le glore que jamais le faura37.

44On peut donc constater que sensible aux joies des nourritures terrestres, Martin s’avance cependant sur le chemin des joies célestielles, notamment par le caractère outrancier de ses actes dont la gradation est significative. En effet, après avoir illustré momentanément chez les bellatores la nécessité du partage en temps d’extrême nécessité, voici que Martin renouvelle sa démonstration en temps de paix auprès des oratores, représentés par l’archevêque de Tours, son parrain. Mais le choix de l’interlocuteur et la progression édifiante du récit incitent à faire prononcer par Martin un véritable sermon :

  • 38 Ibid., v. 6883-6900.

« Sires, che dist Martins, Dieux ne vous scet nult gré
Quant vous donnés pour luy le relief tout ordé,
Et le pain dehequiet, detailliet et copé
Et les os de le char dont ly bons est osté.
Cuidiés vous que Jhesus, ly rois de Trenité,
Prengne en gré sy fait don ? Vous avés fol penser.
Nenil, je suis certains ne vous en scet nul gré ;
Vous ne faites pour luy ung denier monneé
Que le vïande as quiens avés pour luy donné.
Tant que seray cheens, par sainte carité,
Aront ly povre Dieu, sçachiés en verité,
Trestout du milleur mes c’on ara apresté.
Ja de vïande as quiens ne sceront conforté. »
Quant l’archevesque l’ot, s’a un petit pensé,
Tenrement soupira quant il l’a escouté
Et a dit a Martin, le demoisel loé :
« Par Dieu, filleux, dist il, vous avés bien parlé.
Onques vous ne venistes de vilain parenté38. »

45Discours édifiant s’il en est, et dans lequel coquins et misérables sont devenus les pauvres de Dieu. Cette sainte attitude et l’acquiescement de l’évêque sont récompensés par un miracle qui regarnit une nouvelle fois les cuisines. Mais il est toutefois remarquable que, dans l’esprit du prélat, ce comportement chrétien demeure la manifestation indéniable d’une bonne naissance.

46Là est sans doute la clé de la représentation du peuple dans l’épopée française en vers au XIVe siècle. Il constitue en fait l’envers du miroir du héros, sinon du prince. La bonne naissance va de pair avec une éducation chrétienne qui permet d’accepter avec joie et humilité les épreuves infligées par Dieu. Nous avons déjà eu à le constater à propos des reines et princesses éprouvées, même si le degré de l’épreuve n’est pas toujours aussi fort : cela peut aller de la défaite pour la reine de Cologne dans Theseus de Cologne à la nécessité de gagner sa vie pour l’impératrice de Rome dans Florent et Octavien, en passant par la prison pour les héroïnes faussement accusées. Mais cet acquiescement aux volontés divines est également constant même si les personnages sont plongés dans les bas-fonds de la société et contraints de mendier.

  • 39 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18391. De même est-il dit de la reine Plaisance : « O serviche d (...)

47C’est ainsi que dans Tristan de Nanteuil, Clarinde répond à son parrain, l’évêque de Coblence, qui s’étonne de sa déchéance : « Sire, dist la roÿne, il plest a Jhesus Cristz39. » L’élévation spirituelle du héros noble ravalé au rang de mendiant est de tout prendre comme un don du ciel et de s’en faire une joie. Pour Blanchandin, époux de Clarinde, la soumission est plus aisée dès lors qu’un message divin souligne que cette peine aura une fin, et que l’expiation permettra de racheter Clarinde et leur fils. Même si la pénitence s’annonce très longue, puisque de trente ans, elle comporte un but, celle de retrouver le fils en question, devenu saint Gilles, et d’avoir la joie d’être guéri par lui. En effet, Blanchandin, peut-être du fait de son ancienne condition féminine avant une métamorphose, partage avec bien des héroïnes héritières de la Manekine le fait d’avoir perdu un bras.

  • 40 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 1213-18.

48De même, l’acceptation est plus facile quand s’ensuit une amélioration de situation : ainsi Hélène accepte-t-elle d’épouser le roi d’Angleterre, en se déclarant pauvresse mais en se sachant de rang égal40. Certes, en cachant son identité, elle essuie les avanies de sa méchante belle-mère qui la croit une moins que rien (d’où le commentaire de l’auteur, cf. note 11), mais comme le fait remarquer le roi, le peuple n’est pas moins enclin à voir malice dans une apparente ascension sociale :

  • 41 Ibid., v. 1277-81.

« Cor plust a Jhesucrist et au corps saint Germain
Que coustume fust, sans penser a favain,
Qu’adés uns riches hons se marïast a plain
A povre demoiselle qu’eust corage certain.
Mest l’avoir a l’avoir demandent ly vilain41. »

  • 42 Ibid., v. 15208-46.

49Enfin, les topoï du genre épique peuvent être transposés dans un contexte urbain : c’est ainsi que les retrouvailles familiales fournissent l’occasion d’une ultime violence : un sergent enfonce la porte, et, après avoir frappé l’hôtesse, saisit Hélène par les cheveux, afin de la traîner devant son mari et son père, et de toucher la récompense promise ; l’hôtesse, prise de compassion – ou par peur de voir la prime lui échapper – poignarde alors le sergent à mort, ce qui provoque presque une émeute ; mais dans cette ultime péripétie, tout laisse à penser que les voisins prennent la défense des deux femmes, donnant ainsi à la fin du récit, avant les embrassades familiales, une image urbaine plus nuancée qui semble cliver les miséricordieux bourgeois et les avides et libidineux gueux ou la soldatesque42.

  • 43 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 17919.

50Quand bien même cette condition misérable ne semble pas initialement devoir avoir de fin, l’épreuve et notamment le jeûne, mais aussi la pénitence participent à une édification dont l’acceptation confiante trouve son explication dans les Béatitudes : « Car cil qui plus est povres sy est riches clamés43. » Cette référence s’impose au poète de Lion de Bourges, commentant la rencontre d’Alis en haillons et de son mari qui ne peut l’identifier :

  • 44 Lion de Bourges, éd. citée, v. 18276-89.

Pais ne la recognut ; elle estoit achiemee
Tout ainsi c’unne sotte doit estre gouvernee :
Ces draipes li traynoient, si estoit couvetee
Ensi que ung meschans qui de malle houre est [nee].
Mais elle en est es cielz haultement coronnee,
La en est sa desserte paye et donnee.
On tient ciaulz a meschampsz et en fait on risee
Qui ne sont riche a fforce, c’est euvre desguisee.
Quand povre prant en grez et bien li agree
La grande povreteit que Dieu li ait donnee
Il en acquiert gloire et la joie, san doubtee ;
S’an ceu monde ait ressut painne et malleuree
De tant est sa gloire haultement alessee,
Se dit l’istoire ou nous loy est fondee,
Car li orgueille adés queur oncque, ne belee,
Fors a polir le corpz ; quant la vie est allee
Se lou mengent li ver per deden la terree,
Et li arme s’an forvait qui est contrepaissee
Contre ceu que li char dou corpz c’est demenee.
Ensi le mainge[nt] orgueil et malvaise ponee.
Dont qui saige seroit il aroit la pancee
De laissier toute orgueille et coriscier celee
Et pranderoit amour et chariteit louee.
Per cez doulx point vient on a la joie honnoree,
En la joie sans fin qui adés ait duree ;
Dieu nous doint sa graice per poissance estoree.
A ma droite maitiere je ferait retornee,
Et pour quoy je vous ait la chose recordee44.

51Une si longue citation parle d’elle-même : ce qui pourrait passer pour une digression opposant les plaisirs et les péchés capitaux aux vertus chrétiennes est en réalité une peinture du Jugement dernier et de la pesée des âmes aussi didactique qu’un tympan d’église : celles-ci sont payées à l’aune du comportement sur terre et, sans doute, faut-il donner au participe passé « contrepaissee » le sens scolastique fondé sur le contrapassum aristotélicien et appliqué par Dante dans l’Enfer (XXVIII, 142).

52Comme le souligne le retour à la « droite matiere », la vie des héros est là pour illustrer un propos beaucoup plus didactique que divertissant et mieux inviter l’auditoire à se tourner vers amour et charité. Ce faisant, le poète ne se contente plus de prêter des propos à un personnage ou de commenter brièvement comme dans les exemples précédents, il fait de la confrontation des classes sociales un véritable exemplum, redonnant par là même la part d’oralité et d’adresse à l’auditoire au cœur même de la chanson de geste.

53L’émergence d’une population urbaine dans un genre codifié comme l’est l’épopée reflète une société contemporaine en pleine évolution : on peut y voir non seulement l’effet du développement urbain au XIIIe siècle et de la prospérité qui en a découlé pour un temps, mais peut-être aussi la réponse aux attentes d’un public en mutation, cependant que les textes s’allongent et que l’oralité du genre se perd. Toutefois, cette production épique sous les premiers Valois met en lumière la violence, la misère qu’engendrent des conflits ancrés au cœur même des territoires chrétiens : se dessinent en filigrane les débuts de la guerre de Cent Ans, comme le soulignent discrètement l’onomastique et la mention de certains détails toponymiques. On peut surtout remarquer la part plus prépondérante prise par les sièges et les souffrances qui en résultent. Ce nonobstant, la guerre garde un caractère intemporel et continue à s’inscrire dans un genre codifié dont elle est l’essence : il est à cet égard remarquable qu’aucun de ces textes ne s’aventure à faire allusion aux nombreuses épidémies qui jalonnent le XIVe siècle et déciment les populations urbaines.

54L’accent est mis sur une tension sociale exacerbée par le confinement urbain qui nous semble caractéristique de cette production ; on ne la retrouvera pas nécessairement un siècle plus tard dans la démarche de réécriture où l’adaptation aurait pu conserver ce nouveau thème de confrontation urbaine, mais il n’en est rien par exemple dans l’adaptation en alexandrins de Jourdain de Blaye. Ce motif s’inscrit dans une peinture sociale plus large qui va des contraintes financières avec les dettes et les impôts à la violence physique faite notamment aux femmes, qui n’est pas nouvelle en soi mais qui est multipliée, exacerbée, voire inversée quand celles-ci se vengent de leurs bourreaux !

  • 45 Ibid., v. 1394.

55Ainsi la valorisation héroïque ne passe-t-elle plus seulement par la défense contre les traîtres ou les sarrasins : elle s’entend à travers l’acceptation des épreuves, la confrontation à son semblable, fût-il du bas peuple, la commisération chrétienne, démarche édifiante qui mène bien des personnages à la béatitude et qui doit, à tout le moins, les laisser espérer un monde meilleur et se dire : « Laissiés vostre plorer, joie vous croitera45. » Mais en cela, ces textes tardifs ne dérogent pas à une vision des qualités d’une âme bien née.

Haut de page

Notes

1 Pour les premières évolutions du genre au XIIIe siècle mettant en scène des gens de petite condition, cf. Bernard Guidot, Recherches sur la chanson de geste au XIIIe siècle d’après certaines œuvres du cycle de Guillaume d’0range, Aix-en-Provence, PUP, 1986, p. 193-196, et les nombreuses références bibliographiques dans les notes afférentes.

2 Claude Roussel, « Berte, Florence, Hélène : trois variations épiques sur le thème de l’épouse persécutée », Littérales, no 22, « L’épopée tardive », 1998, p. 46.

3 Tristan de Nanteuil, éd. K. V. Sinclair, Assen, Van Gorcum, 1971, v. 1473-1484. On peut remarquer les différents termes désignant les chrétiens, opposés à un verbe gettoient sans sujet. Ce texte mentionne également, en sus de la famine provoquée par un autre siège, la propagation des maladies (v. 15188).

4 Lion de Bourges, éd. W. W. Kibler, J.-L. G. Picherit et Th. S. Fenster, Genève, Droz, 1980, v. 17417-20.

5 La Belle Hélène de Constantinople, éd. Cl. Roussel, Droz, Genève, 1995, v. 5880-89. Le terme collectif « povre gent » implique des accords au pluriel (possessifs, verbes, pronoms) au demeurant pratiques pour mieux opposer l’ensemble du peuple à la reine.

6 Theseus de Cologne, MS B.n.F., n.a.f. 10060, fo 25 vo, v. 10-19. Cf. Denis Collomp, « L’Écho des bourgeois de Calais dans Theseus de Cologne et Ciperis de Vignevaux », in Dominique Boutet et al. (dir.), Plaist vos oïr bone cançon vallant, Mélanges de Langue et de Littérature Médiévales offerts à François Suard, Lille, UL3, 1999, p. 183-195.

7 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 15248-57. Dans Lion de Bourges, on voit les habitants de Bonivant profiter de la confusion qui règne après la défaite de leur suzerain pour s’enfuir avec leurs biens, éd. citée, v. 15871 sq.

8 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 9880-914 ; cf. v. 1161-77 et 9600-605.

9 Ibid., v. 9902-908.

10 Si la mise en scène est moins violente, les mêmes idées se retrouvent dans Lion de Bourges : les impôts indus sur les huis, sur les ventes de nourriture, et la « malletoste » minent et appauvrissent la population (v. 21080-128), qui connaît la disette (v. 21400).

11 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 1329-30.

12 Lion de Bourges, éd. citée, v. 21532-33.

13 Ibid., respectivement v. 2865-70 et 3573-75.

14 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18314-19.

15 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6597.

16 Ibid., v. 7529-50, même si Hélène prend de surcroît en charge les lessives malgré son handicap.

17 Respectivement, Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18298-307 et La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 7463-78.

18 Ibid., v. 6622-2.

19 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18489-90.

20 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6848-52.

21 Dieudonné de Hongrie, BNF, français 24372, fo 34 vob, vo 22-23, i.e. v. 6091-92 du texte.

22 Ibid., fo 35 roa, v. 18-20, i.e. v. 6132-34 du texte. On retrouve le même type de formulation du discours collectif où le générique « povre gent » est contrebalancé par une grande variété de termes dans les vers précédents et suivants pour dépeindre les différentes misères de cette populace.

23 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6757-60. Il est vrai que c’est à l’imitation du Christ pour la multiplication des pains, les quatre évangélistes rapportant que la foule est assise.

24 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18280-85.

25 Ibid., v. 18288-291.

26 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 6497-500.

27 Ibid., v. 7595-99.

28 Ibid., v. 7460-62.

29 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18301-304.

30 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 7578-84.

31 Tristan de Nanteuil, v. 18250-258. De même, Hélène de Constantinople se montre polie et salue les vagabonds et autres boiteux en entrant dans la cour de l’archevêque (éd. citée, v. 6601-615) : on peut ajouter aux références données en note pour le terme rare esteneles (v. 6603) l’occurrence de Dieudonné de Hongrie, ms cité, fo 35 roa, v. 26 (i.e. v. 6140 du texte) avec la graphie estenelles.

32 Ce trait de caractère recoupe la posture de nombreuses princesses qui se satisfont de pouvoir vivre de leur travail comme Plaisance qui tient hôtellerie, dans La Belle Hélène de Constantinople, ou Florimonde, dont les travaux d’aiguille lui permettent d’élever son fils, dans Florent et Octavien, éd. N. Laborderie, Paris, Champion, 1991, v. 1171-85 ; elles s’inscrivent dans la lignée de Berte et de Florence (voir note 2 et cf. Denis Collomp, « Mendier ou se suicider : le choix douloureux de quelques princesses dans l’épopée du XIVe siècle », in Marcel Faure [dir.], Reines et princesses au Moyen Âge, coll. « Les Cahiers du CRISIMA », no 5, 2001, p. 537-558).

33 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 5498-532, 5557-70 et 5645-75. De même, il se déplacera à cheval alors que son jumeau va à pied (v. 6326-49), mais il s’agit peut-être là de mieux coller à la légende de saint Martin, cf. infra.

34 Ibid., v. 5890-92.

35 Ibid., v. 6025-27 ; cf. v. 5933-36.

36 Ibid., v. 6035-37.

37 Ibid., v. 6390-95 ; cf. v. 6353-89.

38 Ibid., v. 6883-6900.

39 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 18391. De même est-il dit de la reine Plaisance : « O serviche de Dieu se mist et oblega, des aumosnes vesqui et se se pourcacha », La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 9794-95.

40 La Belle Hélène de Constantinople, éd. citée, v. 1213-18.

41 Ibid., v. 1277-81.

42 Ibid., v. 15208-46.

43 Tristan de Nanteuil, éd. citée, v. 17919.

44 Lion de Bourges, éd. citée, v. 18276-89.

45 Ibid., v. 1394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Collomp, « Joies et tristesses des pauvres dans l’épopée française en vers du XIVe siècle », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 87-106.

Référence électronique

Denis Collomp, « Joies et tristesses des pauvres dans l’épopée française en vers du XIVe siècle », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5682 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5682

Haut de page

Auteur

Denis Collomp

Aix Marseille Univ, CIELAM, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals