Navigation – Plan du site
Moyen Âge et Renaissance

Le peuple chez les Républicains florentins de la Renaissance, définition et fonctions

Nicolas Machiavel (1469-1527) et Donato Giannotti (1492-1573)
Théa Picquet
p. 107-119

Résumés

En Italie à la Renaissance, à Florence en particulier, le terme de « peuple » désigne un groupe social bien spécifique : la moyenne et petite bourgeoisie. Il se voit reconnaître un rôle capital dans le fonctionnement d’une république. Promu au rôle d’acteur de la vie politique, il n’est pas un sujet passif de l’histoire, mais participe au premier rang à l’équilibre, à la paix et à la cohésion de la cité ainsi qu’à une bonne administration de la justice.
Pour démontrer ces propos, nous nous fonderons sur la pensée politique de deux républicains florentins : le célèbre Machiavel et son successeur aux affaires de l’État, Donato Giannotti.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Étienne Noël Damilaville (1723-1768) : homme de lettres français, ami de Voltaire, de Diderot et de (...)

« Il est à propos que le peuple soit guidé et non pas qu’il soit instruit », écrit Voltaire dans une lettre à son ami Étienne Noël Damilaville le 1er avril 17661.

  • 2 Machiavelli, De principatibus, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, Firenze, Sansoni, 197 (...)
  • 3 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le op (...)
  • 4 Machiavelli, Dell’Arte della guerra, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, Firenze, Sanson (...)
  • 5 Donato Giannotti, Discorso di armare la città di Firenze fatto dinanzi alli Magnignifici Signori e (...)
  • 6 Donato Giannotti, Discorso intorno alla forma della Repubblica di Firenze, in F. Diaz (a cura di), (...)
  • 7 Donato Giannotti, Della Repubblica fiorentina, a cura di Théa Stella Picquet, Roma, Aracne, 2011.

1Il en va bien autrement à Florence à la Renaissance. Et pour le démontrer nous nous fonderons sur la pensée politique de deux Républicains : le célèbre Nicolas Machiavel (1469-1527) et son successeur aux affaires de l’État, Donato Giannotti (1492-1573). Nous tirerons nos arguments du Prince2, des Discours sur la première décade de Tite-Live3, de l’Art de la guerre4, pour le premier et du Discorso di armare la città di Firenze5, du Discorso intorno alla forma della Repubblica di Firenze6, du Della Repubblica fiorentina7 pour le second.

2Pour ce faire, après avoir rappelé quelques éléments du contexte historique, les points communs des biographies des auteurs, notre objectif est de donner une définition de la notion de « peuple », de préciser les caractéristiques qui lui sont conférées, puis le rôle qui lui est confié, pour tenter d’établir quelle vision de la nature humaine transparaît dans les écrits de ces deux penseurs politiques.

Le contexte

  • 8 Cf. P. Simoncelli, Fuoriuscitismo repubblicano fiorentino 1530-1554, Milan, Franco Angeli, 2006 (vo (...)

3Les vies de Nicolas Machiavel (1469-1527) et de Donato Giannotti (1492-1573) recouvrent une période de bouleversements politiques, économiques et moraux en Europe, en Italie et plus particulièrement à Florence, leur ville natale8.

L’Italie

4À la fin du XVe siècle, l’Italie peut se vanter d’être l’un des pays d’Europe les plus prospères et les plus civilisés.

  • 9 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Pari (...)

5L’agriculture, la qualité de l’artisanat, le développement du commerce, de la banque ont été facteurs de richesse. Les villes se sont agrandies ; elles se sont ornées de splendides édifices et d’œuvres d’art et le goût italien fait loi dans toute l’Europe, en matière littéraire et artistique. Cependant, la péninsule italienne est politiquement faible, divisée entre de petits États, souvent opposés les uns aux autres, tandis que les grandes monarchies européennes, notamment la France et l’Espagne, ont atteint leur unité. Plus en retrait sur le plan économique et culturel, mais unis sur le plan politique et plus forts sur le plan militaire, ces pays tentent de s’approprier de la péninsule et de ses ressources économiques. Ils aspirent en outre à entrer en contact plus étroit avec la civilisation italienne et à imiter sa splendeur culturelle et artistique. Aussi, dès que l’occasion se présente, les armées étrangères envahissent l’Italie et, pendant des décennies, son territoire sert de champ de bataille aux Français et aux Espagnols, qui se disputent la suprématie en Europe9.

  • 10 Cf. Th. Picquet, « Donato Giannotti et son public », in Écrire à la fin du Moyen Âge. Le pouvoir et (...)

6En Europe, la crise se solde par la consolidation d’États nationaux et en Italie par l’apparition d’États régionaux monarchiques. L’unique État italien qui conserve son indépendance et reste étranger à l’influence espagnole est la République de Venise, favorisée par sa situation géographique10.

Florence

  • 11 C. Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 159 ; J. Boutier, S. Landi, O. Roucho (...)

7Dans cette Italie en plein bouleversement, la situation de Florence n’est guère plus brillante11. En quelques décennies, elle voit deux fois la chute des Médicis et deux fois l’échec de la République.

8La République est rétablie en 1494, à la descente de Charles VIII. Elle est passée sous l’emprise de Savonarole, puis s’est stabilisée sous le gouvernement du gonfalonier à vie Piero Soderini, pour tomber en 1512 devant les attaques des armées impériales et pontificales réunies qui redonnent le pouvoir aux Médicis. Les anciens conseils sont recréés, une politique culturelle fastueuse entend rappeler l’âge d’or. Laurent duc d’Urbin se comporte en monarque, à tel point qu’en 1527, année du Sac de Rome, la ville expulse une nouvelle fois la célèbre famille. La République est restaurée, mais pour trois ans seulement. En 1530, elle capitule après un siège héroïque mis par les Impériaux. Alexandre de Médicis est nommé par brevet impérial et son exécution par Lorenzino, le « Lorenzaccio » de Musset, ne changera pas la donne : son cousin Côme 1er instaure un régime monarchique qui sonne le glas de la longue tradition républicaine de la Cité du Lys.

Machiavel et Giannotti

  • 12 Théa Stella Picquet, Della Repubblica fiorentina, Rome, Aracne, 2011, p. xxxvii-xxxviii.

9Ces changements affectent évidemment l’existence de nos deux penseurs politiques, qui partagent un sort identique12.

10En effet, tous les deux sont « popolani », tous les deux sont au service d’un gonfalonier : Piero Soderini, pour l’auteur du Prince, Niccolò Capponi pour Giannotti. Tous les deux sont secrétaires des « Dieci di libertà e Pace », experts en affaires politiques et rédacteurs des ordonnances de la milice. Ils fréquentent les Jardins Rucellai, les célèbres Orti Oricellari, tout comme Zanobi Buondelmonti, Piero Martelli, Giovanni Corsi, Anton Francesco degli Albizzi, Jacopo Nardi, Filippo de’ Nerli, où l’on débattait de philosophie et de politique. Lorsque les Médicis reviennent au pouvoir, ils sont inquiétés et exilés tous les deux : Machiavel en 1512, dans sa campagne de Sant’Andrea di Percussina, et Giannotti en 1530 à Comeano, puis à Bibbiena.

11C’est ainsi qu’ils trouvent refuge dans l’écriture.

12Opposés tous les deux à la tyrannie, ils sont « popolani ». Mais ce terme prend un sens particulier à l’époque.

Définition

13Comme le précise à juste titre Christian Bec,

  • 13 Christian Bec, Machiavel. Œuvres, Paris, Laffont, 1996, p. xviii-xix.

en Italie à la Renaissance, à Florence en particulier, le peuple désigne un groupe social bien spécifique. En effet, on discerne trois groupes sociaux : l’aristocratie ou noblesse, le peuple c’est-à-dire la moyenne et petite bourgeoisie, la « populace » ou plèbe, que distinguent leur ancienneté, leur culture, leurs activités économiques, leur richesse et leur rôle politique. Si la « populace », naturellement violente et aisément maniable, n’est jamais prise en compte que comme danger, le « peuple » se voit, quant à lui, reconnaître un rôle capital dans le fonctionnement d’une république. Promu au rôle d’acteur de la vie politique, il n’est pas un sujet passif de l’histoire, mais participe au premier rang à l’équilibre, à la paix et à la cohésion de la cité ainsi qu’à une bonne administration de la justice13.

  • 14 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 5, p. 133.

14Giannotti déclare quant à lui qu’il n’est pas utile de faire mention de la plèbe car ce sont des gens de l’extérieur (« gente foresta ») qui viennent en ville pour faire les basses besognes (« valersi delle fatiche corporali ») et retournent chez eux à loisir14.

Caractéristiques du peuple

15Par contre, le peuple attire toute l’attention de Machiavel comme de Giannotti.

  • 15 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le op (...)
  • 16 Ibid., p. 110-112.

16Ainsi, dans ses Discours, livre I, lviii15, le premier compare les mérites des peuples et des princes et déclare que le peuple, réglé par des lois, est même plus constant et plus sage qu’un prince estimé pour sa propre sagesse et que le gouvernement du peuple est meilleur que celui du prince. Et, dans les chapitres xxix16 et lviii, il ajoute que le peuple est moins ingrat, plus sage et plus constant qu’un prince.

  • 17 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 3, p. 129.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., II 12, p. 84. Divine Comédie, Paradis, Chant XXV, v. 5-6.
  • 20 Della Repubblica fiorentina, op. cit., II 12, p. 84-85.
  • 21 Ibid., II 11, p. 81.
  • 22 Divine Comédie, Purgatoire, Chant XIV, v. 50-51.
  • 23 Della Repubblica fiorentina, op. cit., II 11, p. 83.
  • 24 Ibid., III 3, p. 123-124.
  • 25 Ibid., III 3, p. 126.

17Donato Giannotti évoque la faiblesse du peuple et conseille de suivre l’exemple de la Nature qui compense celle du cerf par la vitesse de sa course ; c’est pourquoi, pour le bien de la république, il convient de rééquilibrer celle du peuple en lui donnant du pouvoir17. D’ailleurs, le peuple n’est faible que si l’on considère chacun de ses membres séparément, mais tous ensemble ils le rendent bien plus fort que les Grands18. Il est également qualifié de « mansueto e trattabile » (doux et inoffensif) et ici, la référence à Dante est manifeste, qui qualifie Florence de bergerie qui abrite de doux animaux : « bello ovile, che è ricettaculo di pecore e d’agnelli, che sono animali mansueti19 ». La preuve en est que le peuple accepte les nouveautés sans difficulté20. Donato qualifie au contraire les Grands de loups21 et ici aussi il se réfère à la Divine Comédie et à la description de la Vallée de l’Arno, où Dante qualifiait de la sorte tous les Florentins22. Et il affirme que le grand poète n’a pas fait erreur, considérant l’insolence et la rapacité de ses concitoyens23. Les Grands suscitent les guerres et « s’engraissent » contre leur propre patrie. Ils engendrent le chaos par leur ambition et leurs discordes. Le peuple, lui, n’a qu’un désir, celui de vivre libre. Il veut donc conserver et non détruire le bien commun24. En lui se trouve la plus grande prudence, celle qui s’acquiert par la pratique des choses25.

  • 26 Ibid., III 3, p. 127-128.
  • 27 Ibid.

18Alors que l’ambition des Grands entrave leur prudence26, les « popolani », qui sont plus nombreux, constituent un plus grand « agrégat de prudence27 ». C’est donc à lui que revient le pouvoir.

  • 28 Ibid., II 13, p. 88.
  • 29 Ibid., III 3, p. 123.
  • 30 Ibid., III 3, p. 128.

19La supériorité du Peuple se révèle surtout par son opposition aux Grands. Ainsi, les Grands sont haïs pour leur insolence et leurs mauvais comportements. Et Giannotti s’appuie sur des exemples précis : Francesco Valori, Pagolantonio et Tommaso Soderini, Alfonso Strozzi28. Plus loin, il déclare qu’une cité est une « congrégation d’hommes libres tournée vers le bien commun » alors qu’une ville où les Grands satisfont leurs désirs n’est autre qu’une « compagnie de maîtres et d’esclaves », ordonnée pour laisser libre cours à l’avarice et aux envies malhonnêtes des maîtres29. En outre, le Peuple a l’habitude d’obéir aux lois et sait conserver les coutumes civiles (« usanze civili »), là où les Grands croient préserver leur rang en méprisant les lois et les magistratures30.

  • 31 Ibid., III 3, p. 127.

20Cette opposition disparaît toutefois si l’on considère la vieille génération. Et Donato montre ici une grande sévérité. En effet, qu’ils soient des Optimates ou du Peuple, les vieux sont toujours occupés par de viles pensées, car ils n’ont qu’un seul objectif, accumuler de l’argent. Avec une différence malgré tout : les premiers le font à travers la tyrannie qui ne supporte pas l’honnêteté ni l’équité, alors qu’aux seconds il suffit de ne pas être entravé par de petites misères31.

  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., III 3, p. 128-129.

21La différence réapparaît à propos des jeunes. Donato tisse l’éloge des jeunes du Peuple, qui vaquent à leurs occupations avec patience et en toute quiétude ( « quietamente e con pazienza »), tout en supportant la domination injuste des Grands32. Les jeunes aristocrates au contraire ne savent manifester leur grandeur qu’en vivant licencieusement et en persécutant les autres en actes et en paroles33. Pire, l’éducation, qui introduit dans les hommes le meilleur esprit, ne produit pas le même effet sur eux. Les Grands sont élevés dans l’orgueil, les pompes et la richesse, entre lasciveté et délicatesse, sans modestie et sans vertu morale. Les jeunes gens du Peuple apprennent les meilleurs usages, se préoccupent davantage de la dignité, de la civilité et toutes leurs actions révèlent leur mansuétude et leur équité34.

22En bref, vu la supériorité du Peuple, c’est à lui que revient le pouvoir.

Le pouvoir

  • 35 Christian Bec, Machiavel. Œuvres, op. cit., p. xix.

23Comme le souligne Christian Bec35, cet antagonisme est une constante de la vie de la République et le problème est comment doser ces deux forces opposées : l’une qui tend par nature à dominer l’autre et l’autre qui refuse d’être dominée. La tâche du législateur est justement de garantir l’équilibre entre ces deux forces, condition de la pérennité de la République.

  • 36 Ibid., p. xx. Ibid., Prince, IX, p. 101. De principatibus, IX, in Mario Martelli (a cura di), Tutte (...)
  • 37 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, op. cit., I 5, p. 83-84.
  • 38 Discursus florentinarum rerum post mortem iunioris Laurentii Medices, in Mario Martelli (a cura di) (...)

24Si dans Le Prince, le peuple est réduit à un rôle passif de soutien, obtenu cependant par un traitement équitable et juste36, dans les Discours, Machiavel recommande aux gouvernants de ne pas chercher l’appui des Optimates mais le consensus populaire37. Dans son Discursus florentinarum rerum post mortem iunioris Laurentii Medices38, il déclare haut et fort que le Grand Conseil est le lieu naturel de l’expression populaire, mais, conscient de l’expérience et de la culture politique des aristocrates florentins, il propose de le tempérer par un Conseil restreint représentant les Grands.

  • 39 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 5, p. 135-136.

25Giannotti partage entièrement cette opinion. Il insiste sur le fait que la ville a besoin du Peuple et s’il n’évoque pas le nombre des membres du Grand Conseil, il précise que des élections partielles se dérouleront tous les ans et définit les fonctions de cet organe majeur : création des magistratures, délibération de la paix et de la guerre, introduction des lois, décisions de justice39.

26L’objectif visé par nos deux penseurs politiques est, bien entendu, de donner un bon gouvernement à la Cité du Lys.

Le bon gouvernement

Structure

  • 40 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, op. cit., p. 73-254.
  • 41 Christian Bec, Machiavel. Œuvres, op. cit., p. 182-183.

27Si dans Le Prince, composé en un temps très court, entre juillet et décembre 1513, et dédicacé à Laurent duc d’Urbin, petit-fils de Laurent le Magnifique, qui fut au gouvernement à partir de 1513, la vie de l’État se résume dans la seule personne du chef d’État, il en va tout autrement dans les Discours40. Écrits entre 1513 et 1519, la dédicace s’adresse non plus aux Médicis, mais à Cosimo Rucellai, organisateur des rencontres tenues dans les Jardins Rucellai entre intellectuels florentins, et à Zanobi Buondelmonti, ouvertement républicain. Le rêve des Discours est, selon Christian Bec, « la création d’une cité “libre” et “populaire” : “libre”, au sens que les citoyens s’y expriment par leur vote et l’élection des magistrats et y possèdent leurs biens en toute propriété ; “populaire”, au sens que les membres du peuple (et non le prolétariat) participent à une vie politique dont ils sont les agents. Fort de la leçon romaine, Machiavel fait accéder le peuple au-devant de la scène41 ».

  • 42 Discorsi, op. cit., III 1, p. 195-197.

28Ici, la vie de l’État tire sa force de la participation du Peuple à la politique, de l’importance des institutions, des lois, de l’éducation et de la religion. L’État prospère grâce à la vertu du peuple. L’État apparaît comme un « corps mixte », une organisation semblable à celle de la nature, qui naît, croît, arrive à son apogée, se corrompt et meurt si personne ne la ramène à sa pureté première42.

  • 43 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 4, p. 131.
  • 44 Ibid., III 3, p. 123.
  • 45 Ibid.

29Pour Donato Giannotti, le gouvernement idéal est le gouvernement « mixte43 », où les trois membres sont représentés par trois instances : le Peuple par le Grand Conseil, les Optimates par le Sénat, la Monarchie par le Prince. Le Grand Conseil doit être le « seigneur » de la cité : de lui doit dépendre tout le reste de la République. L’intérêt de ces trois instances est manifeste : le Grand Conseil satisfait le désir de liberté, le Sénat l’appétit des honneurs, reste le désir de grandeur. Comment le satisfaire ? En créant une magistrature entre le Sénat et le Prince : un groupe de magistrats qui conseilleraient le prince et s’occuperaient des hautes affaires de l’État ; ce serait le Collège, sur le modèle vénitien. La République serait ainsi composée d’une structure pyramidale de quatre membres principaux : le Grand Conseil, le Sénat, le Collège et le Prince. Cependant, elle doit tendre vers le Peuple car c’est le membre qui contribue le plus au bien-vivre commun, qui est le but de la Cité44. Si elle tendait vers la Monarchie, la liberté serait soumise à la volonté d’un seul, qui pourrait facilement opprimer la république et les exemples ne manquent pas, de Romulus à Pausanias. Si elle tendait vers les Optimates, elle leur permettrait de mépriser le Peuple qu’ils tiennent pour inférieur, et qui prendrait les armes pour se révolter. De plus, avec un raisonnement d’une logique implacable, Donato démontre que celui qui veut commander considère les autres comme des serviteurs, celui qui veut que les hommes soient des serviteurs veut s’approprier des biens, de la vie, de l’honneur des autres pour en disposer à sa guise. Celui qui manifeste ce désir veut détruire la ville, donc le bien commun45.

30En somme, le bon gouvernement est celui où le Peuple est le plus investi. Il convient maintenant de songer à la défense de la Cité. Celle-ci doit également être confiée aux citoyens.

La milice citadine

31Machiavel comme Giannotti prônent la création d’une armée « nationale » et la conscription.

  • 46 Discorsi, op. cit., livre II, chapitres xix, xvi à xviii, xix, p. 159, 166-173, 173-175.
  • 47 Arte della guerra, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, op. cit., p. 299-398.
  • 48 Ibid., p. 390-398.

32Dans les chapitres xii à xiv du Prince, Machiavel traite de l’armée. Dans le chapitre xii en particulier il condamne les armées mercenaires à partir d’exemples anciens et modernes : les Spartiates, les Romains, comme les Suisses ou les Vénitiens. La même idée est débattue dans les Discours46, où il ajoute à la nécessité pour un peuple de posséder des armes propres son opposition à l’adage que l’argent est le nerf de la guerre car, dit-il, l’or ne permet pas de trouver de bons soldats, mais les bons soldats n’auront pas de peine à trouver de l’or. Il y consacre surtout L’Art de la guerre47, ouvrage écrit dans les années 1519-1520, alors que l’« Ordonnance » créée par la République sur ses conseils a été restaurée par les Médicis, mais Machiavel considère que ses conceptions ont été faussées et il entend les repréciser. Sous la forme d’un dialogue cicéronien, la parole est donnée à quatre interlocuteurs réunis dans les Jardins Rucellai : Cosimo Rucellai, à qui Machiavel rend hommage, Zanobi Buondelmonti, Battista Alamanni et Luigi Alamanni. Le personnage principal est Fabrizio Colonna, le célèbre condottiere et porte-parole de Machiavel. Celui-ci imagine que Fabrizio Colonna, de passage à Florence, est invité à exposer ses idées à la demande de Cosimo Rucellai. Paradoxalement, il y condamne les armées mercenaires après avoir passé sa vie à les commander. Dès la dédicace à Lorenzo di Filippo Strozzi d’ailleurs, Machiavel insiste sur la nécessité pour l’État d’être muni d’armes qui ne dépendent que de ses gouvernants et il oppose clairement le soldat mercenaire brutal et violent au soldat-citoyen. Il démontre aussi la supériorité de l’infanterie sur la cavalerie et polémique contre la valeur excessive conférée à l’artillerie. Pour lui, les méthodes de l’armée romaine, avec une légion formée d’une unité de 6 000 fantassins, divisée en dix bataillons, sont toujours à l’ordre du jour. L’« editio princeps » La Giuntina de 1521 propose d’ailleurs sept figures pour illustrer sa pensée48.

  • 49 Della Repubblica fiorentina, op. cit., p. 195-221.
  • 50 Donato Giannotti, Discorso di armare la città di Firenze fatto dinanzi alli Magnignifici Signori e (...)
  • 51 Della Repubblica fiorentina, op. cit., IV 1, p. 197 : « Né occorre ci distendiamo nel dimostrare i (...)
  • 52 Ibid., IV 2, p. 199.
  • 53 Ibid., IV 3, p. 203.
  • 54 Ibid., IV 4, p. 208.
  • 55 Ibid., IV 5, p. 211.
  • 56 Ibid., IV 2, p. 199-200.
  • 57 Ibid.
  • 58 Donato Giannotti, Discorso di armare la città di Firenze fatto dinanzi alli Magnignifici Signori e (...)

33Donato Giannotti partage cette nécessité d’une armée de citoyens. Il le précise dans le livre IV de sa Repubblica fiorentina49 comme dans son Discorso di armare la città di Firenze50. Il prouve lui aussi que la ville doit se défendre avec ses propres armes et n’entend pas s’étendre sur les manquements des armées mercenaires puisque Machiavel en a déjà traité51. Il rentre cependant dans les moindres détails de l’organisation : milice interne52, milice externe53, milice à cheval54, supériorité de la milice sur les armées mercenaires55. Il prévoit une conscription et les modalités de recrutement56. De la même façon, dans le Discorso, il s’intéresse à l’âge des citoyens qui seraient tous volontaires : de 18 à 50 ans maximum (âge limite : 40 dans la Repubblica fiorentina57), au choix des armes, à l’entraînement des troupes, à leur encadrement, à leur uniforme. Les conséquences seraient bénéfiques pour tous : pour le citoyen qui trouverait la gloire, pour la République qui serait en sécurité58.

  • 59 Prince, XII ; Repubblica fiorentina, IV 1, op. cit., p. 197.

34En bref, pour Machiavel comme pour Giannotti, les fondements de l’État sont les bonnes lois et les bonnes armes59 et tous les deux accordent au Peuple une importance capitale. Leurs conceptions de l’État et du citoyen présentent cependant des convergences mais aussi des divergences.

Machiavel et Giannotti : divergences

  • 60 Prince, IX, XX ; Repubblica fiorentina, op. cit., p. xxxix.
  • 61 Repubblica fiorentina, op. cit., p. xxxix.

35Pour tous les deux, la stabilité du pouvoir est garantie par l’affection des citoyens60. Cependant, Machiavel est préoccupé par la manipulation, le maintien et l’éthique du pouvoir, là où Giannotti s’intéresse plutôt à la structure et à la stabilité des institutions. Le premier est fasciné par la République romaine et la résurrection de la vertu romaine, le second s’attache plutôt à l’idéal d’une constitution à la vénitienne61.

36Ils diffèrent encore davantage dans leur jugement sur la nature humaine.

  • 62 Ibid., p. xl.

37Machiavel a une vision pessimiste de l’homme, qui est mauvais et doit être gouverné autoritairement, au besoin par la ruse et la violence, le but étant l’ordre et la cohésion de l’État. Pour lui, seul l’État peut vaincre l’individualisme et regrouper les hommes en une collectivité, une « République ». Dans les cas graves, comme celui de l’Italie de son époque, ce rôle ne peut être assumé que par un homme seul. Ce prince doit s’inspirer des grands fondateurs d’États tels Moïse, Cyrus ou Romulus, mais aussi tenir compte du contexte. Pour l’auteur du Prince, César Borgia figure le rédempteur de l’Italie déchirée62.

  • 63 Ibid., III 18, p. 185.

38Pour Donato Giannotti, la nature humaine, mauvaise en général, peut et doit être améliorée par une éducation appropriée, prise en main par l’État63. Grâce à elle, l’homme deviendra un citoyen à part entière, il apprendra à préférer le bien public au bien privé et sera apte à assumer un rôle politique.

39Le rôle du prince témoigne des mêmes divergences de pensée.

  • 64 Ibid., p. xl.
  • 65 Ibid., III 12, p. 161.
  • 66 Ibid., IV 7, p. 226.

40Pour Nicolas, il possède les pleins pouvoirs, nomme lui-même ses ministres, s’attache ses collaborateurs en les couvrant d’honneurs, de charges et de richesses64. Pour Donato, le prince est élu dans le Grand Conseil, comme ses ministres et tous les autres magistrats. Son autorité ne doit pas être supérieure à celle de la Seigneurie65 et se trouve freinée par toute l’organisation de l’État, où aucun membre n’est vraiment indépendant66.

  • 67 Prince, XV.
  • 68 Ibid., XVIII.
  • 69 Ibid., XII.
  • 70 Discorsi, op. cit., I 24, p. 107-108.
  • 71 Repubblica fiorentina, op. cit., III 3, p. 124.

41Pour Giannotti, le prince est vertueux, alors que Machiavel lui enseigne à être méchant67, à user de l’homme et de la bête68. Machiavel en fait le capitaine des expéditions armées69, Giannotti le meilleur des citoyens de sa République. En somme, il prône les bienfaits de l’autorité70, alors que son successeur considère qu’un État fort convient à un peuple nourrisson71 et propose un régime « mixte », où les magistratures se tempèrent l’une l’autre et l’équilibre entre les Grands et le Peuple est garanti.

Conclusion

42En conclusion, dans la pensée politique de Machiavel comme de Giannotti, et malgré leurs divergences, le « Peuple » se voit reconnaître un rôle capital dans le fonctionnement d’une République. Il devient acteur de la vie politique et participe au premier rang à l’équilibre, à la paix et à la cohésion de la cité.

  • 72 Théa Picquet, Florence berceau de la Renaissance, Aix-en-Provence, PUP, 2015, p. 75-76.

43Cependant, la qualité des temps prend le dessus. Et si Nicolas ne voit pas la restauration de la République en 1527, année de sa mort, Donato est contraint de choisir un exil définitif en se mettant au service de la Curie, alors qu’à Florence, les Médicis ont repris le pouvoir avec cette fois l’appui de Charles Quint72.

44Il n’en reste pas moins que le Peuple a été enfin considéré dans l’Histoire. Et nous laissons le mot de la fin à François Guichardin, qui évoque l’alternance en politique :

  • 73 Francesco Guicciardini, Dialogo del reggimento di Firenze, Appendice alla seconda redazione del Pro (...)

[…] les mutations répétées… peuvent facilement faire croire que, comme le gouvernement populaire qui a suivi l’expulsion des Médicis est tombé à leur retour, en peu de temps la grandeur des Médicis peut à nouveau être remplacée par le gouvernement du peuple, d’autant plus qu’une famille porte en soi bien moins d’espoir de pérennité qu’une république73.

Haut de page

Notes

1 Étienne Noël Damilaville (1723-1768) : homme de lettres français, ami de Voltaire, de Diderot et de D’Alembert.

2 Machiavelli, De principatibus, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, Firenze, Sansoni, 1971, p. 255-298.

3 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, Firenze, Sansoni, 1971, p. 73-254.

4 Machiavelli, Dell’Arte della guerra, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, Firenze, Sansoni, 1971, p. 298-398. Pour la traduction française, voir Christian Bec, Machiavel. Œuvres, Paris, Laffont, 1996.

5 Donato Giannotti, Discorso di armare la città di Firenze fatto dinanzi alli Magnignifici Signori e gonfaloniere di Giustizia l’anno 1529, in F. Diaz (a cura di), Opere politiche, Milan, Marzorati, 1974, vol. I, p. 167-180.

6 Donato Giannotti, Discorso intorno alla forma della Repubblica di Firenze, in F. Diaz (a cura di), Opere politiche, Milan, Marzorati, 1974, vol. I, p. 413-432.

7 Donato Giannotti, Della Repubblica fiorentina, a cura di Théa Stella Picquet, Roma, Aracne, 2011.

8 Cf. P. Simoncelli, Fuoriuscitismo repubblicano fiorentino 1530-1554, Milan, Franco Angeli, 2006 (vol. I, 1530-1537) ; P. Carta, L. De Los Santos (dir.), Laboratoire italien, no 3, « La République en exil (XVe-XVIe siècles) », Lyon, ENS Éditions, 2002 ; D. Boillet, M. Plaisance (dir.), Les années trente du XVIe siècle italien, Actes du colloque international à Paris, 3-5 juin 2004 (CIRRI no 28), Paris, Paillard, 2007 ; J. Pocock, The Machiavellian Moment: Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition, Princeton University Press, 1975, trad. fr. L. Borot, Paris, PUF, 1997 ; Q. Skinner, The Foundations of Modern Political Thought, Cambridge University Press, 1978 ; Th. Picquet, Della Repubblica fiorentina, Rome, Aracne, 2011, p. ix-xxix.

9 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Paris, Gallimard, 2003.

10 Cf. Th. Picquet, « Donato Giannotti et son public », in Écrire à la fin du Moyen Âge. Le pouvoir et l’écriture en Espagne et en Italie (1450-1530), Aix-en-Provence, PUP, 1990, p. 151-157.

11 C. Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 159 ; J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon, Firenze e la Toscana : genesi e trasformazioni di uno stato (xiv-xix secolo), Florence, Mandragora, 2010, traduction de Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles : les dynamiques d’un État italien, Rennes, PUR, 2004.

12 Théa Stella Picquet, Della Repubblica fiorentina, Rome, Aracne, 2011, p. xxxvii-xxxviii.

13 Christian Bec, Machiavel. Œuvres, Paris, Laffont, 1996, p. xviii-xix.

14 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 5, p. 133.

15 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, Firenze, Sansoni, 1971, p. 140-141.

16 Ibid., p. 110-112.

17 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 3, p. 129.

18 Ibid.

19 Ibid., II 12, p. 84. Divine Comédie, Paradis, Chant XXV, v. 5-6.

20 Della Repubblica fiorentina, op. cit., II 12, p. 84-85.

21 Ibid., II 11, p. 81.

22 Divine Comédie, Purgatoire, Chant XIV, v. 50-51.

23 Della Repubblica fiorentina, op. cit., II 11, p. 83.

24 Ibid., III 3, p. 123-124.

25 Ibid., III 3, p. 126.

26 Ibid., III 3, p. 127-128.

27 Ibid.

28 Ibid., II 13, p. 88.

29 Ibid., III 3, p. 123.

30 Ibid., III 3, p. 128.

31 Ibid., III 3, p. 127.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., III 3, p. 128-129.

35 Christian Bec, Machiavel. Œuvres, op. cit., p. xix.

36 Ibid., p. xx. Ibid., Prince, IX, p. 101. De principatibus, IX, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, p. 271-272.

37 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, op. cit., I 5, p. 83-84.

38 Discursus florentinarum rerum post mortem iunioris Laurentii Medices, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, Firenze, Sansoni, 1971, p. 24-31.

39 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 5, p. 135-136.

40 Machiavelli, Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, op. cit., p. 73-254.

41 Christian Bec, Machiavel. Œuvres, op. cit., p. 182-183.

42 Discorsi, op. cit., III 1, p. 195-197.

43 Della Repubblica fiorentina, op. cit., III 4, p. 131.

44 Ibid., III 3, p. 123.

45 Ibid.

46 Discorsi, op. cit., livre II, chapitres xix, xvi à xviii, xix, p. 159, 166-173, 173-175.

47 Arte della guerra, in Mario Martelli (a cura di), Tutte le opere, op. cit., p. 299-398.

48 Ibid., p. 390-398.

49 Della Repubblica fiorentina, op. cit., p. 195-221.

50 Donato Giannotti, Discorso di armare la città di Firenze fatto dinanzi alli Magnignifici Signori e gonfaloniere di Giustizia l’anno 1529, in F. Diaz (a cura di), Opere politiche, Milan, Marzorati, 1974, vol. I, p. 167-180 ; voir à ce propos : Théa Picquet, Aux armes, Florentins !, Rome, LIA, XVIII, 2017, p. 435-442.
Donato Giannotti écrit son Discorso di armare la città di Firenze entre le 6 novembre 1528, jour de la reconstitution de la milice civique et le mois d’avril 1529, lorsque Niccolò Capponi, élu Gonfalonier le 21 juin 1527, ayant fait nommer Jésus-Christ roi de Florence, est destitué, lui qui avait été le chef de l’opposition républicaine contre les Médicis et le premier gonfalonier de Florence après la chute de la célèbre famille en 1527. Il est remplacé par Francesco Carducci, ennemi résolu de celle-ci, qui infléchit la constitution dans une direction populaire. Cette radicalisation s’accentue avec son successeur, Raffaello Girolami, qui fait renaître l’idéologie savonarolienne plus exaltée qu’auparavant.

51 Della Repubblica fiorentina, op. cit., IV 1, p. 197 : « Né occorre ci distendiamo nel dimostrare i difetti delle ausiliari e delle mercenarie perché da Niccolò Machiavelli sono stati prudentemente discorsi ; e basta solamenete intendere che questi difetti divengono maggiori qualunque volta chi si vale di quelle armi non le accompagna con le proprie, perché vengono a potere esercitare sanza freno e sanza rispetto la malignità loro. »

52 Ibid., IV 2, p. 199.

53 Ibid., IV 3, p. 203.

54 Ibid., IV 4, p. 208.

55 Ibid., IV 5, p. 211.

56 Ibid., IV 2, p. 199-200.

57 Ibid.

58 Donato Giannotti, Discorso di armare la città di Firenze fatto dinanzi alli Magnignifici Signori e gonfaloniere di Giustizia l’anno 1529, op. cit., p. 175.

59 Prince, XII ; Repubblica fiorentina, IV 1, op. cit., p. 197.

60 Prince, IX, XX ; Repubblica fiorentina, op. cit., p. xxxix.

61 Repubblica fiorentina, op. cit., p. xxxix.

62 Ibid., p. xl.

63 Ibid., III 18, p. 185.

64 Ibid., p. xl.

65 Ibid., III 12, p. 161.

66 Ibid., IV 7, p. 226.

67 Prince, XV.

68 Ibid., XVIII.

69 Ibid., XII.

70 Discorsi, op. cit., I 24, p. 107-108.

71 Repubblica fiorentina, op. cit., III 3, p. 124.

72 Théa Picquet, Florence berceau de la Renaissance, Aix-en-Provence, PUP, 2015, p. 75-76.

73 Francesco Guicciardini, Dialogo del reggimento di Firenze, Appendice alla seconda redazione del Proemio, Torino, Bollato Boringhieri, 1994, p. 247 : « la spessa mutazione… può facilemente far credere che, come el governo populare che succese alla cacciata de’ Medici è stato presto mutato dal ritorno loro, così la grandezza de’ Medici possa dopo non molto tempo dare luogo di nuovo alla autorità del popolo, massime che sanza dubio una famiglia porta seco molto minore speranza di perpetuità che una republica. »
Voir aussi Théa Picquet, La famille Médicis entre attirance et répulsion chez les penseurs de la Renaissance, in Georges Frédéric Manche, Désirs énigmatiques, attirances combattues, répulsions douloureuses, dédains fabriqués, Mulhouse, Orizons, 2009, p. 31-55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Le peuple chez les Républicains florentins de la Renaissance, définition et fonctions », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 107-119.

Référence électronique

Théa Picquet, « Le peuple chez les Républicains florentins de la Renaissance, définition et fonctions », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5720 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5720

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals