Navigation – Plan du site
Moyen Âge et Renaissance

Les mots du « peuple » dans le Calepino

Parcours lexicographique et idéologique du XVIe au XVIIIe siècle
Béatrice Charlet-Mesdjian et Carine Ferradou
p. 135-152

Résumés

Cet article étudie d’un point de vue lexicologique et sémantique les mots latins correspondant à la notion de peuple : gens, natio, plebs, populus, proletarii, turba et vulgus dans le dictionnaire plurilingue de Calepino, à travers quatre éditions-témoins représentatives de ses divers lieux d’impression et de la période concernée (XVIe-XVIIIe s.) : Lyon, 1578 (sept langues) ; Bâle, 1584 (huit langues) ; Paris, 1606 (huit langues) ; Padoue, 1752 (sept langues).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Albert Labarre, Bibliographie du Dictionarium d’Ambrogio Calepino (1502-1779), Baden-Baden, Kœrner, (...)

1À l’heure du débat sur l’identité nationale et de la dénonciation des populismes, il convient de revoir le sens des mots désignant le peuple afin d’identifier en diachronie, comme en synchronie, les flottements sémantiques qui permettent le surgissement de disputes idéologiques autour du concept de « peuple ». Pourquoi interroger à ce propos le Calepino plus que tout autre dictionnaire ? Sans faire sa biographie (1435-1511), Labarre s’en est chargé1, nous mettrons en avant trois raisons : l’antériorité du Calepino et son éclectisme, sa popularité, sa longévité et sa large diffusion, son identité première de dictionnaire latin, mais aussi son évolution ultérieure vers le plurilinguisme.

  • 2 A. C. Bergomatis Dictionarium. Reggio d’Émilie, Dionigi Bertocchi, 1502. Cf. Jean-Louis Charlet, «  (...)
  • 3 1429 ou 1430-1480.
  • 4 C. 1400-1466.

2Le Calepino fut le premier véritable dictionnaire latin imprimé. Son editio princeps, très rare – un seul exemplaire conservé en France, à Colmar –, remonte à 15022. En outre, son auteur, le moine augustinien Ambrogio Calepino, revendique non seulement toute la tradition grammaticale et lexicographique latine antique, mais s’appuie aussi sur les Pères de l’Église et le latin médiéval. Il se démarque en cela de l’auteur des Élégances, Lorenzo Valla (1407-1457), qui veut purifier la langue latine de toutes les scories tardives et médiévales. Enfin, tout en critiquant ses contemporains, ou prédécesseurs humanistes immédiats (Valla, Perotti3 ou Tortelli4), soit pour leur conception restrictive du latin, soit pour la forme « peu pratique » donnée à leurs travaux lexicographiques, le Calepino les pille allègrement, sans le dire, cela va de soi.

  • 5 Au XVIIIe siècle, Jacopo Facciolati (1682-1769), maître d’Egidio Forcellini, procède à la dernière (...)
  • 6 1595, Dictionarium Latino Lusitanicum, ac Iaponicum ex Ambrosii Calepini volumine depromptum, impri (...)
  • 7 Cf. Jean-Louis Charlet, 2006, p. 177.

3Le Calepino est aussi remarquable par sa popularité, sa longévité et sa large diffusion. Il connut un succès immédiat qui dura jusqu’au XVIIIe siècle, date de son remplacement par le Facciolati – Forcellini5. En effet, immédiatement adopté dans les milieux érudits européens, on en compte cinq éditions, de 1502 à la mort de son auteur en 1510 ; puis, non moins de vingt-trois autres, entre 1510 et 1520, où il fut pour la première fois révisé selon les instructions laissées par feu son auteur, avec une nouvelle extension de ses lieux d’impression (s’ajoutent à Paris et aux villes italiennes Strasbourg, Bâle, Lyon et Augsbourg), le Calepino fera l’objet jusqu’en 1779 de 211 éditions, sans compter les éditions du Calepinus parvus, sa version abrégée, due à Cesare Calderini et publiée de 1613 à 1770. Le Calepino sera imprimé dans une vingtaine de villes, surtout Venise (74 éditions), Paris (36), Bâle (30), Lyon (29) ; il aura la suprématie dans l’Europe catholique et sera même exporté jusqu’en Extrême-Orient par l’intermédiaire des congrégations missionnaires6. Quant au monde protestant, s’il lui a préféré à partir du moment où il paraît en 1531, le Thesaurus de Robert Estienne (editio princeps en 1531, nouvelles versions en 1536 et 1543), il n’en reste pas moins, que, même en milieu réformé, le Calepino a tendance à être récupéré. Voyant ainsi, dès 1533, l’imprimeur lyonnais Gryphe intégrer des éléments du Thesaurus dans sa révision du Calepino, R. Estienne, mécontent, entre autres, du pillage « de certains typographes de Gaule aquitaine ou lyonnaise7 » (Avis aux lecteurs, 1er juillet 1553), propose lui-même sa propre version du Calepino augmenté de son Thesaurus (Genève, 1554). Bref, on ne devrait pas parler du Calepino, mais des Calepini, puisque après 1520 les révisions successives de ce dictionnaire échappent totalement au contrôle de leur auteur éponyme et donnent lieu à d’importants remaniements en fonction de l’identité du réviseur, des lieux et des temps. On observe ainsi, au fil des versions, ajouts, suppressions ou réorganisations de la matière ; des lemmes s’enrichissent d’explications ou de citations ou, inversement, s’appauvrissent. Toutes ces modifications reflètent les connaissances et les préoccupations des époques et des milieux où le Calepino est révisé. Ainsi en prenant comme témoins les Calepini, pourvu que l’on ait bien sélectionné les éditions de référence, on peut suivre l’histoire d’un mot et donc des concepts qu’il porte de la Renaissance au siècle des Lumières à travers toute l’Europe. En premier lieu on découvre au fil des lemmes le mot latin, mais aussi ses équivalents en de multiples langues.

  • 8 Labarre : 144.
  • 9 Labarre : 152, 162, 168, 178 et 196.

4En effet le Calepino fut d’abord un dictionnaire latin monolingue ; et c’est en tant que tel que nous l’avons initialement distingué, car le latin, langue de la culture commune de l’Europe occidentale et langue qui fut, avec le grec, à l’origine de toute notre terminologie juridico-politique, nous a semblé primordial pour faire, en notre civilisation, l’histoire des idées à travers celle des mots. D’autre part, les Calepini présentent l’intérêt, dès le milieu du XVIe siècle, d’être devenus des dictionnaires plurilingues, qui donnaient non seulement des équivalents des lemmes latins en grec et en hébreu, mais aussi dans un nombre croissant de langues vernaculaires européennes : italien, français, espagnol, allemand, flamand. Le choix des langues varie en fonction du lieu d’impression, par exemple en 1545-1546, à Venise (Labarre : 70) on ajoute l’italien, tandis que la même année, l’édition anversoise, pentaglotte, propose à côté du latin et du grec, l’allemand, le flamand et le français (Labarre : 68-69). Les éditions qui comportent le plus grand nombre de langues sont : Lyon, 15858 (dix langues : aux idiomes suscités, moins le flamand, s’adjoignent le polonais, le hongrois et l’anglais), et une série d’éditions bâloises, parues entre 1590 et 1627 qui, réintégrant le flamand, proposent onze langues9. Mais, après 1627, on observe la réduction du nombre de langues à huit, voire à sept, pour les éditions italiennes, à partir de 1600 où l’anglais ne figure plus.

5Pour l’ensemble de ces raisons, les Calepini nous paraissent des témoins privilégiés pour reconstituer l’histoire des mots et des idées de l’Antiquité aux Lumières dans l’espace européen occidental.

6Les éditions examinées dans cet article sont représentatives des lieux d’impression et des différents siècles : Lyon, 1578 (sept langues) ; Bâle, 1584 (huit langues), quasiment identiques ; Paris, 1606 (huit langues) en deux livres avec un renforcement du classement par dérivation et l’ajout de citations qui vont dans le sens d’une diversification des sources ; enfin, Padoue, 1752 (sept langues) en deux volumes reliés ensemble, profondément remaniée par Facciolati, le maître de Forcellini. Facciolati réorganise le matériau des éditions précédentes dans un souci de rationalisation : l’ordre alphabétique est plus rigoureux, les lemmes débutent systématiquement par la traduction italienne des mots latins et leurs équivalents dans les autres langues – dont l’hébreu qui n’est pas translittéré, Facciolati s’adressant prioritairement à des séminaristes. Viennent ensuite une brève définition et l’exposé détaillé des différents sens, à l’occasion desquels certains realia, moins connus des lecteurs du xviiie siècle, donnent parfois lieu à des informations complémentaires, voire un commentaire critique personnel de la part de Facciolati. Bref, dans cette dernière édition, au fil du lemme, les entrées perdent paradoxalement de leur rationalité au profit d’une arborescence foisonnante.

7Ces quatre éditions représentent, donc, en quelque sorte, « les Calepini après Calepino » ; mais une édition scientifique de ces lemmes requerrait en toute rigueur de prendre aussi pour témoins la princeps (1502) et l’édition de 1520 (ou une édition entre 1520 et 1530 reprenant la version de 1520). Nous avons consulté les témoins numérisés de ces éditions et constaté qu’elles présentent des lemmes moins élaborés et traitant uniquement du lexique latin ; c’est pourquoi, étant donné l’objet de notre présente étude, nous n’avons pas jugé nécessaire de les prendre en compte.

8Nous avons examiné sept lemmes latins, gens, natio, plebs, populus, proletarii, turba, vulgus, ainsi que leurs équivalents dans les autres langues, et parfois, leurs dérivés. Ces lemmes correspondent aux trois acceptions principales du mot « peuple » : le peuple au sens de l’identité (gens et natio) ; au sens juridico-politique (plebs, populus, et d’une certaine manière turba) ; au sens social (proletarii, turba et vulgus). Dans le cadre de cet article, nous ne donnons pas le texte complet et la traduction de chaque lemme dans nos quatre témoins, non plus que nous n’étudions de manière exhaustive les sources mais nous relevons seulement les éléments les plus saillants du point de vue sémantique.

Le peuple au sens de l’identité

9Dès l’Antiquité, deux substantifs désignent le peuple au sens de l’origine qui fonde l’identité d’une communauté humaine particulière.

Gens

  • 10 Les références entre crochets droits renvoient aux citations des quatre éditions-témoins du Calepin (...)

10La gens est définie par nos trois premiers témoins [1. a10] comme un dérivé de genus qui « a presque le même sens que natio, bien que le nom commun gens paraisse être le plus général des deux et embrasser de nombreuses nations ». En effet, dit le Calepino, le peuple italien (gens Itala) comprend les Latins, les Étrusques, les Campaniens, les Ombriens, les Picentins et d’autres nationes de ce genre. Toutes nos éditions, à l’entrée gens, attribuent à ce mot une acception plus large que celle de son quasi-synonyme natio.

11En revanche, selon notre dernier témoin de 1752 [1. b], la définition de gens est « une multitude d’hommes […] constituée de nombreuses familles », et le mot vient soit de genus, comme le rapportent les témoins précédents, soit de genens, participe présent de geno, is, ere, doublet ancien de gigno, is, ere, « engendrer ». Autre différence plus importante : Facciolati intervertit l’ordre des sens par rapport aux trois premiers témoins, en exposant d’abord gens au sens de « famille », puis gens au sens de « nation ».

12Toutes nos éditions de référence reconnaissent ensuite à gens le sens particulier de « grandes familles romaines », c’est-à-dire celles dont les ancêtres étaient les Patres, compagnons mythiques de Romulus, au moment de la fondation de Rome [2. a et b]. Le mot alors se réfère à la réalité sociale du système des ordines, d’où l’expression sine gente dont la signification est rappelée par nos témoins : « id est ignobilis » [2. c et d] et l’emploi, dans la dernière édition, des comparatifs maiores et minores comme épithètes de gentes [2. b].

13Toutes les éditions signalent les emplois du mot gens au pluriel avec leurs acceptions particulières : l’ensemble des nations dans le cas d’expressions comme ubique terrarum et gentium, nusquam gentium, etc. [3], puis, plus intéressant, chez les auteurs chrétiens, les païens, comme le pluriel substantivé de gentilis : Gentiles, les Gentils, par analogie avec le sens du mot hébreu correspondant goyim, mot par lequel les juifs désignent toutes les nations autres que la leur [4] ; enfin, par extension, chez les Romains du Bas Empire, les barbares et tous ceux qui ne sont pas sujets de l’Empire romain [fin de 4. c].

Natio

14Pour natio, l’édition de 1578 part de la définition de Festus (grammairien du iie siècle apr. J.-C.) [5. a] : « genus hominum qui non aliunde sed ibi nati sunt », « une race d’hommes qui ne sont pas nés ailleurs mais là », c’est-à-dire l’ensemble des natifs d’un territoire donné.

15Notre dernier témoin cite d’abord les synonymes latins de natio, sa traduction italienne et son étymologie : nascor, naître. Ensuite, il renvoie aussi à Festus, mais à propos de l’expression bona natio appliquée aux troupeaux qu’il traduit en italien par « buona razza » [5. b].

16À l’entrée natio, toutes les éditions disent le contraire de ce qu’elles avaient dit à l’entrée gens et présentent natio comme de sens plus large que gens [6. a et b]. Seule l’édition Facciolati, moins amnésique que les autres, signale néanmoins que le rapport entre gens et natio s’inverse parfois [6. b fin] !

  • 11 Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992 ; 1998 (3  (...)

17Toutes les éditions mentionnent ensuite un sens plus étroit de natio à rapprocher du sens que le mot prend au Moyen Âge dans les milieux universitaires ou marchands, où les étudiants, ou les commerçants, étaient regroupés par « nation », division qui correspondait d’ailleurs à un découpage linguistique, selon la définition de ce terme dans le Dictionnaire historique de la langue française11 : « division de l’Université de Paris, faite selon le découpage linguistique, 1470 ». D’après les exemples, l’on traduirait alors natio par «groupe » ou « communauté d’intérêts et de profession » [7. a et b].

18Le dernier témoin signale en outre que le terme au pluriel s’utilise à la place d’ethnici ou de gentiles, désignant alors ceux qui ne professent pas la foi chrétienne [8].

19Enfin, trois sur quatre font état, soit en fin de lemme, soit dans un lemme séparé, de l’usage du mot comme nom propre pour désigner une déesse, Natio, qui préside à la naissance [9. a et b].

20Par rapport à la notion moderne de « nation » qui émerge avec la Révolution française, implique une idée de volonté spontanée de vivre en commun et suppose une détermination spatiale, psychologique, sociologique, économique, et culturelle, parfois linguistique et ethnique, la natio peut bien supposer une détermination spatiale, ethnique et éventuellement linguistique, mais ne se fonde ni sur une volonté de vivre ensemble ni sur les autres critères modernes.

Le peuple au sens juridico-politique

21Trois termes évoquent le peuple dans sa dimension juridique et politique : plebs, populus et turba. Par souci de clarté, nous dérogeons à l’ordre alphabétique en commençant par le lemme populus.

Populus

22Populus est unanimement défini d’abord comme « la foule d’une seule cité c’est-à-dire l’ensemble des citoyens » [10. a et b]; puis, le lien juridique qui fonde cette communauté politique est diversement précisé selon les témoins : si la formule « juris consensu » (« par un consensus de droit ») est commune à tous, les témoins de 1578 et de 1606 ajoutent « et concordi communione sociatam » (« liée par un consensus de droit et une communion de concorde ») [10. a, l. 2] tandis que l’édition Facciolati dit explicitement qu’il ne s’agit pas du «rassemblement de toute la foule qui habite une cité mais de ceux qui sont liés par un consensus de droit et une communion d’intérêts » [10. b, l. 2-3].

23L’édition de 1606 distingue, en citant Plutarque, le populus de la foule des soldats, exercitus. Elle établit aussi la différence, comme l’édition de 1752, mais avec des références différentes, entre populus et plebs, tout en concédant que, parfois, populus est mis pour plebs [10. a en orange].

24L’édition de 1752 est la seule à mentionner deux emplois, plus réduit ou plus large, de populus pour désigner tantôt les hommes d’un même quartier ou d’un même village [10. b, l. 6-7], tantôt, dans le contexte spécifique du droit chrétien (Justinien est cité), la multitude de tous les hommes [10. b, l. 8-9].

25Parmi les dérivés du nom, l’adjectif popularis, dont l’acception générale est « quod est populi » (« ce qui concerne le peuple ou lui est relatif »), est parfois synonyme de plebeius, vilis et ignobilis, mais peut aussi signifier homologue ou encore concitoyen. Relevons enfin les sens spécifiques de l’adjectif substantivé au pluriel : au neutre, les popularia peuvent être des lieux fréquentés par la plèbe ou des enfantillages ; au masculin, comme le mentionne uniquement notre témoin de 1752, il désigne les membres du parti politique romain qui s’opposait au parti des Optimates, ainsi que, de manière plus générale tous ceux qui voulaient être agréables à la foule.

Plebs

26L’ensemble de nos témoins définissent d’abord la plebs en la rapprochant du vulgus comme « la partie la plus basse du peuple » [11. a et b]. L’édition de Facciolati [11. b] distingue ensuite clairement la plèbe des patriciens, et la plèbe du populus, en précisant que le populus recouvre tous les citoyens : patriciens et plébéiens, même si parfois, ajoute-t-elle, « le populus ne désignait que les patriciens, par opposition à la plèbe formée de tous les autres citoyens » [11. b, l. 6-7].

27Les trois premières éditions expliquent comment à Rome on pouvait devenir patricien quand on était né plébéien, et plus étonnamment, plébéien, quand on était né patricien (dans le second cas, c’était, bien sûr, pour pouvoir se faire élire tribun de la plèbe) [12.]. On changeait de classe sociale soit par adoption, avec changement de nom de famille, soit par privilège (privilegium) sans changement de nomen. Une lettre familière de Cicéron (Fam. XIII, 36, 1) est citée à l’appui de ce dernier cas. Il y est question de son gendre Dolabella.

28L’édition de 1752 croit nécessaire de préciser que la plebs est constituée des hommes les plus modestes, les plus pauvres, et de la plus basse extraction [11. b, 3 l. avant la fin].

29Tous nos témoins consacrent un lemme séparé au diminutif plebecula, à l’adjectif plebeius, ainsi qu’aux noms plebicola et plebiscitum. Les trois premières éditions définissent le plebicola comme « celui qui honore la plèbe » et proposent entre autres équivalents grecs le mot démagogos [14. a], tandis que le dernier témoin [14. b] ne donne en grec que demotikos et complète la définition « qui plebem colit » (« qui honore la plèbe ») par « et plebem servit » (« et sert la plèbe »).

30Plebiscitum est toujours défini comme une décision de la plèbe (plebis statutum) [15. a et b] : la plèbe vote seule, sans les Patriciens, à la demande du Tribun de la plèbe. Ce lemme est l’occasion de fixer les périmètres respectifs du peuple et de la plèbe : le peuple comprend tous les citoyens, tous ordres confondus, alors que la plèbe exclut les chevaliers et les patriciens.

31La quatrième édition précise en sus la terminologie juridique : « Senatus enim censere et auctor esse, Populus sciscere et jubere solet » [15. b, dernière phrase en gras] ; mais Facciolati, dans son explication, ne distingue pas le populus de la plebs, car, selon Gaffiot, censere s’emploie pour l’avis du Sénat, sciscere pour les décisions de la plèbe réunie en assemblée tribute, et jubere pour les décisions du populus réuni en assemblée centuriate.

Turba

32Toutes les éditions reconnaissent à turba deux sens liés [16. a et b] : turba est synonyme de multitudo, foule, mais le plus souvent d’une foule déchaînée qui crée le trouble et la perturbation (perturbatio multitudinis) ; seule la quatrième édition distingue la rixa, bagarre entre deux personnes, de la turba, agitation occasionnée par plus de deux personnes [16. b]. Enfin, toutes reconnaissent que turba peut être aussi utilisée comme simple alternative à multitudo, sans idée de désordre [16. a et b].

Le peuple dans sa dimension sociale

33Turba, par cette double acception, se situe à la frontière des dimensions politique et sociale du peuple. En revanche les termes de vulgus et proletarii renvoient au peuple dans son aspect social. Une fois encore, nous bouleversons l’ordre alphabétique en étudiant d’abord le terme le plus général des deux : vulgus.

Vulgus

  • 12 « Vulgares artes, quae mechanicae dicuntur. Cic. pro Rosc. Amer. c. 46. Mitto hasce artes vulgares, (...)

34Tous les témoins signalent le double genre de vulgus : masculin et neutre ; mais seul le quatrième indique aussi sa graphie républicaine (volgus).
Ce terme est défini dans nos quatre témoins comme la « pars populi ignobilior » ; il est aussi rapproché de plebs [17 a et b].
Les premières éditions fournissent ensuite une étymologie du mot : « a volvendo (ut quidam volunt) nomen habens », « elle tire son nom du fait de tourner (comme certains le veulent) », qui permet de stigmatiser l’inconstance et la sottise du peuple. La quatrième édition omet cette explication tendancieuse.
En revanche, les dérivés ne sont pas toujours connotés péjorativement car ils s’emploient aussi à propos de quelque chose d’habituel, de commun.
Pour l’adjectif vulgaris, on relèvera deux sens particuliers donnés par tous nos témoins : artes vulgares, synonymes de mecanichae, les savoir-faire des artisans (citation du Pro Roscio Amerino de Cicéron12) et « puellae vulgares, id est vulgata<e> et vulgi libidini exposita<e> » : les filles publiques.

Proletarii

  • 13 Tite Live : « […] undecim milibus haec classis censebatur. Hoc minor census reliquam multitudinem h (...)
  • 14 « Les citoyens romains de la dernière classe, nous dit-il [= le poète Julius Paulus] aussitôt, ceux (...)

35Enfin Proletarii [18. a et b], toujours au pluriel, a pour référent la catégorie sociale la plus pauvre de la plèbe romaine. Toutes les éditions précisent le plafond de revenus qui détermine à Rome l’appartenance au prolétariat en fonction du système censitaire établi par la constitution de Servius Tullius ; mais, tandis que les trois premières éditions indiquent un chiffre unique et brut, sans en préciser la source (quinze cents as), la quatrièmeen cite trois, en indiquant les auteurs auxquels ils sont empruntés : Denys d’Halicarnasse (moins de douze mines et demie), Tite-Live, 1, 43, 7-8 (moins de onze mille as)13 et Aulu-Gelle 16, 10, 10 (pas plus de quinze cents as)14, ce dernier ayant sans doute servi aussi de référence aux trois premiers témoins.

  • 15 Cf. l’explication d’Aulu-Gelle 16, 10 : « On ne les nommait pas prolétaires, d’après la modicité de (...)

36L’explication étymologique qui fait dériver proletarii de proles, la descendance, la progéniture, rappelle le sens originel du mot latin : à Rome les prolétaires étaient ceux dont la fonction sociale était de faire des enfants, car leur dénuement ne leur permettait pas de la servir militairement15. Le marxisme reprendra le terme antique, mais en le resémantisant.

37Ce parcours sémantique éclaire le sens des mots liés à la notion de peuple en contexte antique tel que les Calepini l’envisageaient du XVIe au XVIIIe siècle. Sans nier les différences intervenues depuis lors dans la définition de ces concepts, Il nourrit cependant la réflexion sur la terminologie politique actuelle du peuple et laisse entrevoir ses exploitations idéologiques possibles, déjà très présentes à Rome, comme nous avons pu le constater à travers les confusions sémantiques volontaires que nous avons illustrées. Resterait à examiner en détail les équivalents vernaculaires que nous avons donnés dans l’exemplier ; et, surtout, d’autre part, à expliquer pourquoi les Calepini ne prennent pas systématiquement en compte les textes juridiques du Digeste, préférant le plus souvent s’appuyer sur des sources plus littéraires.

Haut de page

Annexe

Annexe (extraits des éditions de référence)16

N.B. : Éditions témoins

Afin de rendre compte de l’enrichissement progressif des lemmes au fur et à mesure des éditions du Calepino, nous avons utilisé plusieurs polices de caractères pour distinguer chaque étape de la rédaction :
– L’édition de Lyon, 1578, à l’enseigne du lion, apparaît en Arial.
– L’édition de Bâle, 1584, per Sebastianum Henricpetri, est reproduite en Garamond.
– L’édition de Paris, 1606, chez la veuve de G. Chaudière, est retranscrite en Times New Roman.
– L’édition de Padoue, 1752, chez Giovanni Manfré, apparaît en Myriad Pro.
– Les passages en caractères gras sont évoqués dans l’article précédent.

Gens

1. a. Gens, gentis, A genus deducitur, u litera detracta, idem ferè quod natio: quamquam gentis appellatio, generalior esse uidetur, multásque sub se comprehendere nationes. {gói, ἔθνος. Gall. Vne Gent, nation. Ital. Gente, natione. Germ. Ein volk oder geschlecht. Belg. Een geschlecht. Hisp. Toda la gente de una nacion. Ang. a Nation, a People} Gens enim Itala Latinos habet, Hetruscos, Campanos, Vmbros, Picentes & huiusmodi

b. Gens, gentis f. Gente, Goi17, Ger. Volk, Gall. Gens, His. Gente, ἔθνος18, est multitudo hominum quae ex pluribus familiis constat, ex genens per syncopam uel ex genus, seu genos19. Differt a familia quia Gens est instar totius familia instar partis, cum Gens plures familias complectatur, quae ab eodem pro genitore descendunt. Deinde Gens ad nomen, ad familia refertur. ¶ Gens item late sumitur pro populo, aut natione ut Gens Lavinatium, Gens Campanorum, Gens Faliscorum … ¶ Gens et natio differre uidentur, quod gens latius quam natio extendatur. Nam gens est tamquam genus, natio species … ¶

2. a. Interdum pro familia & domo ponitur φῦλoν20. Vt gens Ælia, gens Valeria pro Æliorum & Valeriorum familia. Inde gentiles dicti, ex eadem gente, id est familia oriundi …

b. Maiorum gentium Patricii Romae dicebantur, qui ex gente eorum erant, quos primum Romulus in Patres allegerat: minorum gentium uero qui ab iis descenderent, quos postea ex plebe Tarquinius ad senatum augendum conscripserat … ¶

c. Sine gente, id est ignobilis. Horat. 2. Sem. Sat. 5, Qui quanuis periurus erit, sine gente, cruentus sanguine fraterno, &c.

d. Sine gente esse is dicitur qui ignobilis est …

3. a. Vbicunque terrarum et gentium, Cic. 7. Verr. Idem in Catil. O dij immortales, vbinam gentium sumus? quam Rempubl. habemus? in qua vrbe vivimus? Nusquam gentium. Id est nusquam omnino. Terent. in Adel. Nae ego homo sum infœlix, primum fratrem nusquam inuenio gentium.

b. Hinc gentium eleganter iungitur aliquibus aduerbiis loqui: ubicunque terrarum et gentium; ubinam gentium sumus? Ter. Adelph. 4. 2. Nusquam gentium &c. ¶

4. a. (entrée Gentiles) Item Gentile dicitur quod est gentis alicuius peculiare et proprium … Scriptores rerum sacrarum Gentiles vocant idolorum cultores, qui aliter quam Christiani de Deo sentiunt, nonnulli voce graeca malunt Ethnicos appellare. Qui loquendi ritus a Iudaeis manavit, qui nationes omnes, praeter suam, Gentes seu Gentiles vocitabant Goiim. Vide Gens.

b. Gentes ab Ecclesiasticis Scriptoribus et in vulgata Scripturae Versione passim pro gentilibus, h. e. iis qui extra Christianam religionem sunt, usurpantur. Hinc Arnobii libri adversus Gentes inscribuntur.

c. Gentiles denique al. Pagani et ethnici ab Hebraeis vocati sunt, qui religionem sequebantur, quae esset inter gentes, qua uoce in Sacris Libris omnes excepta Iudaea, nationes designantur. Solis enim Iudaeae limitibus vera religio circumscribebatur. Hinc post Evangelii enuntiationem nos quoque Hebraeorum ritu Gentiles vocamus omnes qui de Deo aliter quam nos uel Hebraei sentiunt … ¶ Apud Romanos quoque posteribus temporibus Gentiles appellati sunt Barbari et quicumque Romano imperio non essent subjecti …

Natio

5. a. Natio, onis, Genus hominum (inquit Festus) qui non aliunde, sed ibi nati sunt. {Goi. Leom21. Ἔθνος. Gal. Nation, gent. Ital. Natione. Germ. Ein volck das in einem Land erboren ist. Hisp. La nacion. Ang. A nation or cuntrey}

b. Natio, onis, f. γένεσις (non translitt.), procreatio, genus, origo, origine, a nascor. Plin. l. 35. c.10. Natione Macedo Var. l.8. de l.l. Itaque in hominibus emendis, si natione alter est melior, emimus pluris. ¶ Dicitur & de aliis rebus. Festus: in pecoribus quoque bonus proventus, bona natio dicitur, buona razza. plin. l.éé. c.24. Mellis causa, atque differentias, nationesque, & indicationem in apium ac florum natura diximus.

6. a. Nationis autem vocabulum latius extenditur quam Gentis: nam in eadem natione plures possunt esse gentes. Neque enim omnes qui ejusdem sunt nationis ex eadem sunt gente.

b. Natio, & gens in eo differre videntur, quod natio latius patet; est enim genus hominum ex diversis gentibus collectum, ut natio Germanorum, natio Graecorum, &c. Cic. 2 de Orat. Erudita illa Graecorum natio. Id. pro Font. c.11. Exteris nationibus, ac gentibus ostendere, vos in sententiis ferendis civi parcere. ¶ Nonnumquam res contra se habet; & gens latius sumitur quam natio. Tacit. de Germ. c.38. Nunc de Suevis dicendum est, quorum non una, ut Cattorum, Teucterorumque gens: majorem enim Germaniae partem optinent, propriis adhuc nationibus, nominibusque discreti. ¶

7. a. Natio quoque ordinem, societatem, sectam & genus hominum significat. Cic. Pro Sestio, Nimirum hoc illud est, quod de me potissimum in accusatione quaesisti, quae esset nostra natio optimatium.

b. Sumitur interdum natio pro certo hominum genere, ordine, societate, secta. Cic. pro sext. c. 44. Quae esset nostra natio optimatium. Id. in Pison. Officiosissima natio candidatorum. Adde pro Mur. c. 33. Sic natio Ardelionum, apud Phaedr. l.1. fab.6. natio Scholasticorum apud Virg. in Catalect.

8. Apud Tertull. Passim nationes sumuntur pro Ethnicis seu Gentilibus. h. e. iis qui Christianam religionem non profitentur. ut de idolatr. c.22 Benedici per Deos nationum.

9. a. [NATIO, onis, nomen deae nativitatum praesidis. {German. Die Göttin der Geburten.} de qua sic Cicero tertio de Natura deorum, Furiae deae sunt, speculatrices credo, & vindices facinorum, & sceleris. Quod si tales dij sunt, ut rebus humanis intersint, Natio quoque dea putanda est: qui quum fana circuimus in agro Ardeati, rem divinam facere solemus: quae quia partus matronarum tueatur, a nascentibus Natio nominata est.22]

b.Denique Natio Dea nomen est, de qua sic Cic. 3. de Nat. Deor. c. 18 Natio quoque dea putanda est; cui, cum circumimus in agro Ardeati, rem divinam facere solemus: quae quia partus matronarum tueatur, a nascentibus Natio nominata est.

Popvlvs

10. a. Populus, li, antepenult. corr. singulari numero, mascul. gen. Vnius civitatis multitudinem significat, [juri consensu, & concordi communione sociatam.23] ׀ Quid Populus a plebe distet. Gell. cap. 10. lib. 10. Populum tamen pro plebe. Liv. 6. bell. pun. dixit {ham, ham, λαόϛ, δῆμος, Gall. Peuple. Ital. Popelo. Germ. Ein Volk oder ganz gemeind einer Stat. Hisp. Pueblo. Angl. The people.} Populum vocavit Romulus multitudinem non militantem Plutarch. in Romul. Senec. Epist. 78.

b. Populus, i, popolo, ham (Hébreu non translitt.), Germ. Veclk, Gal. Peuple, Hisp. pueblo, δῆμοϛ, multitudo unius civitatis. Cic. 3 de Rep. apud S. Aug. de Civ. l. 2. c. 21. Populus autem non omnis coetus multitudinis, sed coetus juris consensu, & utilitatis communione sociatus. Cic. 4. Tusc. Id propter alienam et offensam populi voluntatem malum est. ¶ Saepe sumitur pro parte humiliore civitatis, quae proprie plebs dicitur. Cic. 2. de Leg. Reipublicae consilio, & auctoritate optimatum semper populum indigere. V. plura in voce Plebs. ¶ Interdum pro hominibus unius vici, sive pagi. Apul. in Apol. Quindecim liberi homines populus est, totidem servi familia, totidem vincti ergastulum. ¶ Interdum pro quacumque hominum multitudine. Justin. l. 10. c. 1. de 50. filiis. In tanto populo. ¶ Translate, vel per Catachresin usurpatur etiam de bestiis, ut de apibus. Colum. l. 9. c. 13. Duo populi conjugi debent, qui possint adhuc integras ceras explere. Sidon; l. 6. ep. 2. scelerum populum, dixit.

Plebs

11. a. Plebs, bis, vel plebes, bei, [per quintam inflexionem dixerunt veteres. Gell. cap. 2. lib. 3 Tribuni plebei]. Vulgus, hoc est vilior pars populi {ham, τò πλῆθος, ὁ Ὂχλος, Gallicè, Le menu & commun peuple. ITAL. Plebe. German. Das schlecht gemein volk. HISP. El pueblo de los menudos. ANGL. The common people, the rascall multitude} [item Plebes numero vnitatis, legitur apud Gell. 20. l. 10. & multitudinis, apud Liuium lib. 9. Dec. 3. Vnus, velut morbus inuaserat omnes Italiæ ciuitates, vt plebes ab optimatibus dissentirent.]

b. Plebs, ebis, f. Plebe, ham (Hébreu non translitt.), Ger. volck, Gal. peuple, Hisp. pueplo, πλῆθος, vulgus, vilio pars populi. Romæ plebs ea civitatis pars erat, quæ a Patribus distinguebatur, & differt a populus, quia populi nomine cives omnes veniebant, sive patricii essent, sive plebeji. Capit. apud Gell. l. 10. c. 20. Sallust. orat. 2. ad Cæs. de rep. ordin. In duas partes civitatem divisam arbitror, patres, & plebem. Liv. l. 2. c. 56. Huic actioni gratissimæ plebi cum summa vi resisterent patres ¶ Aliquando populus patricios tantum notat, plebs vero cæteros cives. Cic. pro. Mur. c. 1. Ut ea res populo, plebique Romanæ bene atque feliciter eveniret. ¶ Interdum plebs significat infimos homines, paupiores, & viliores. Cic. Tusc. 1. c. 45. In Hircania plebs publicos alit canes, optimates domesticos. Id. pro Mil. c. 35. Plebs, & infima multitudo. ¶

12. Plebs, Plebeij Romae multi fiebant ex patriciis, sicuti contrà ex plebeiis patricij. id cùm fiebat, adoptione nomen mutabatur. quod opinor satis constare. cùm vero non adoptione, sed aliquo priuilegio aut à plebe ad patres aut à patribus ad plebem transibant, conseruabatur nomen. quod Octauiae gentis exemplo Suetonius ostendit: aut enim, modò patritiam, modò plebeiam fuisse, nomine conseruato. & Dio. lib. XLII, P. Cornelium Dolabellam qui Ciceronis gener fuit, transisse ad Plebem, tradit. ex quo postea tribunus pl. factus est Dolabella: nec desiit esse Cornelius, sed desiit esse patricius. nam lib. XIII. Epist. Fam. Cicero P. Cornelium vocari dicit eum, qui Dolabellae beneficio ciuitate à Cesare, victo iam Pompeio, donatus erat. quod factum est post illud tempus, quo transisse ad plebem Dolabellam scripsit Dio. video etiam in historiis tribunum pl. nominari Minucium Augurinum, factum videlicet ex patricio plebeium nomine conseruato. nam antea Minucios omnes patricios videmus. Ex P. Manutij commentario in Epist. ad Q. Fratrem.

Plebeius

13. Plebeius, a, um, plebeo, Ger. des gemeinen volcks, Gal. vulgaire, du menu peuple, Hisp. menudo, plebejo, δηµοτικός, quod est ex plebe, vel ad plebem spectat. Liv. l. 6. c. 40. Duos plebejos fieri consules liceat, duos patricios non liceat. Id. l. 29. c. 11. Ludi Romani ter, plebeji septies instaurati. Ascon. in proœm. in Verr. docet, plebejos ludos fuisse, quos exactis regibus pro recuperata libertate fecerunt Romani, vel pro reconciliatione plebis post secessionem in montem Aventinum.

Plebicola

14. a. Plebicola, com.p. Qui plebem colit. {δημεραςτής, δημαγωγός, ὁ τὁν δῆμον θεραπεύων. Gal. Qui soustient la querelle du commun peuple. ITAL. Chi sostenta le querelle della plebe. Germ. Der das gemein Volck in achtarkeit hatt onddem selbigen dienet. HISP. Honorador y sostenedor del pueblo menudo. ANG. That defendeth the cause of the common people.} Cic. Pro Sestio, Qui credo, non libidinis causa, sed vt plebicola videretur, libertinam duxit vxorem. Liuius 3. ab Vrbe, Adeoque nouum sibi ingenium induerat, vt plebicola repente, atque omnis auræ popularis captator euaderet pro truci insectatore plebis.

b. Plebicola, æ, com. δηµοτικός, qui plebem colit, & plebi servit. Cic. pro Sext. Qui, credo, non libidinis causa, sed ut plebicola videretur, libertinam duxit uxorem. Adde 2. Agrar. c. 31.

Plebiscitvm

15. a. Plebiscitum, ti, n. f.. Plebis statutum. {ψήφισμα, χειροτoνία. Gal. Ordonnance faite par le commun peuple. ITAL. Ordinatione del popolo. German. ein Erkantnuss des gemeinen Volcks oder einer gemeind. HISP. Ordenamiento ò decreto del pueblo’ menudo. ANG. The ordinance of the common people.} [Plautus Pseud. Sc. 4. a. 2 Estne scitus? Plebiscitum non æquè scitum.] Sciscere enim, statuere est. Scita verò plebis appellantur ea quae plebs suo suffragio sine Patribus iussit Tribuno rogante. In populo enim omnis ciuitas & omnes ordines continentur: in plebe neque Equites sunt, neque Patritij. Liuius tertio ab Vrbe, Omnium primum, quum veluti in controuerso iure esset, tenerenturne Patres plebiscitis, legem centuriatis comitiis tulere, ut quod tributim plebs iussisset, populus teneret: qua lege Tribunitiis rogationibus telum acerrimum datum est. Est igitur plebiscitum quod à plebe nulla autoritate Patrum constitutum est. [Atqui authoritate patrum Plebiscitum etiam dicitur apud Liuium lib. 7. bell. Pun.] Lucanus libro primo, Hinc leges & plebiscita coactae. De plebiscito, vide Gellium lib. 5 cap. 27.

b. Plebiscitum, n. ψήθισµα, χειροτονία, statutum plebis, idest id, quod plebs suo suffragio, sine patriciis, & senatoribus, Plebejo Magistratu interrogante, e. g. Tribuno, jussit, a Plebs, & Scisco, quod significat decernere. Senatus enim censere, & auctor esse, Populus sciscere, & jubere solet. Sigon. de ant. jure C. R. l. 1. c. 5. Cic. pro Domo. Hoc Plebiscitum est? Hæc lex? hæc rogatio est? Id. 2 Fin. Quo Plebiscito decreta a Senatu est Consuli quæstio Cn. Scipioni.

Tvrba

16. a. Turba, ae, Multitudo, seditio, vis, tumultus, perturbatio. {hamon, hamón, τύρβη, ταραχή. Gal. Rumeur, trouble, bruit. Ital. Turba, turbamento, rumore. Ger. Ein unruw unrüh, da uil mit einanderen haderen und balgen / ein getumme. Belg. Een getier. His. Turba, turbamiento. An. A multitude or throng of people, trouble, ruffling, debate} … ¶ Turba, pro multitudine. {hamon, hamón, ὁ Ὂχλος, τὸ πλῆθος. Gallic. Troupe & multitude de gens. Ital. Concorso di gente vile. Germa. Ein menge, schar, geschwirm. Hisp. Muchodumbre de hombres.}

b. Turba, ae, f. turba, turbamento, hamon24, Ger. Unordnung, Gall. Trouble, bruit, Hisp. Turba, τύρβη, perturbatio coetus, siue multitudinis, ut rixa duorum. Ul. l. Praetor ait ff. ui bonorum raptorum, & de turba: Turbam autem ex quo numero admittimus? Si duo rixam commiserint, utique non accipiemus in turba id factum, quia duo turba non proprie dicuntur. Enimvero si perplures fuerint, decem puta, aut quindecim homines, turba dicetur. Quid ergo, si tres, aut quatuor? turba utique non erit. Et rectissime Labeo inter turbam, & rixam multum interesse ait. Namque turbam multitudinis hominum esse turbationem, & coetus, at rixam duorum. Hactenus Ulpianus, cujus doctrina non semper vera est; nam turba ponitur etiam pro quacumque turbatione, siue paucorum sit, siue multorum. … ¶ Metonymice, quia multitudo fere non vacat perturbatione, turba accipitur pro multitudine. …Nonius c. 12. n. 26. discrimen affert inter turbam et turbas, ut turba dicatur de multitudine hominum, turbae de perturbationibus; sed haec differentia nulla est. Nam turbam facere apud Terent. 4. 1. 2. Est idem ac turbas excitare.

Vvlgvs

17. a. Vulgus, vulgi, masculini & neutri generis. Pars populi ignobilior, plebs: à voluendo (vt quidam volunt) nomen habens, quòd inconstanter stultéque huc atque illuc voluatur: vnde etiam ignobile vulgus Virgilius appellauit. {hamón. oἱ πολλοί, τὸ πλῆθος. Galllicè. Le commun peuple. ITALIC. Volgo plebe. German. Das gemein Volck, der Pofel. HISPA. Pueblo de los menudos.}

b. Vulgus, i, n. & m. volgo, plebe, hamon25, Germ. volck, Gal. le vulgaire, Hisp. vulgo, oἱ πολλοί, τὸ πλῆθος, plebs, pars populi ignobilior. Olim dicebant volgus

Proletarii

18. a. Proletarii, Qui in plebe Romana pauperrimi erant, neque amplius quam mille quingentum aeris in censum deferebant: ita dicti quod raro a militiam conscriberentur: & fere procreandae prolis gratia in vrbe relinquerentur. Qui vero nullo aut perquam paruo aere censebantur, Capite censi vocabantur, vt ait Gell. lib. 16. cap. 10. August. lib. 3. de Civit. Tum vero tam multa bella vbique crebruerunt, vt inopia militum proletarij illi, qui eo quod proli gignendae vacabant, ob egestatem militare non valentes, hoc nomen acceperant, militiae conscriberentur. Nonius, Proletarij dicti sunt plebeij, qui nihil Repub. exhibeant sed tantum prolem sufficiant. ¶ Proletarius sermo dictus est plebeius, & vilis. Plaut. in Mil. Nam proletario sermone nunc quidem hospes vtere. ¶ Proletarius scriptor & assiduus opponuntur Gell. cap. 8. lib. 19 classicus assiduusque aliquis scripto, non proletarius.

b. Proletarii, m. 2. homines pauperrimi in Plebe Romana, qui secundum Dionysium minus, quam duodecim minas cum dimidia possidebant, secundum Livium minus, quam undecim millia aeris, secundum Gellium non plus, quam mille, & quingenta aeris. Dicti sunt a proles, quod vix alio Remp. juvarent, quam prole, quod raro ad militiam conscriberentur, & fere procreandae prolis gratia in urbe relinquerentur. Arnob. lib. 1. Fest. Gel. l. 16. c. 10. & Sigon. de ant. jur. C. R. l.1 c. 4. ¶ Proletariorum melior conditio fuit, quam capite censorum. Nam capite censi aut nullo, aut minore saltem, quam proletarii, aere censebantur. Gel l. c. Sigon l. 1. c. 4. ¶ Translate proletarius sermo pro vili, ac plebeio accipitur. Plaut. Mil. 3. 1. 157. Nam proletario sermone nunc quidem hospes utere.

Haut de page

Notes

1 Albert Labarre, Bibliographie du Dictionarium d’Ambrogio Calepino (1502-1779), Baden-Baden, Kœrner, 1975, « Bibliotheca Bibliographica Aureliana », 26.

2 A. C. Bergomatis Dictionarium. Reggio d’Émilie, Dionigi Bertocchi, 1502. Cf. Jean-Louis Charlet, « Calepino (Ambrogio) (c. 1435-1510 / 11) », in Colette Nativel et al., Centuriae Latinae II. Cent figures humanistes de la Renaissance aux Lumières à la mémoire de M. M. De la Garanderie, Genève, Droz, « Travaux d’Humanisme et Renaissance », no CDXIV, 2006, p. 178.

3 1429 ou 1430-1480.

4 C. 1400-1466.

5 Au XVIIIe siècle, Jacopo Facciolati (1682-1769), maître d’Egidio Forcellini, procède à la dernière mise à jour du Calepino, ce qui donna lieu à dix éditions entre 1718 et 1779 à Padoue (Labarre : 205-209 et 211) et à une édition vénitienne en 1778. Dès 1718, Facciolati a voulu son remplacement par le Lexicon totius Latinitatis de Forcellini, cf. la lettre de Facciolati à Guiseppe Lasta, écrite en 1756 et publiée à diverses reprises avec des variantes (p. xli de la dernière réédition du Forcellini).

6 1595, Dictionarium Latino Lusitanicum, ac Iaponicum ex Ambrosii Calepini volumine depromptum, imprimé par les Jésuites du Japon dans leur collège de l’île d’Amakusa (Labarre : 161) ; réimpression à Rome, 1870, d’après l’exemplaire des Franciscains de Manille ; réimpression en fac-similé à Tokyo Bunko, 1950-1952, à partir de l’exemplaire des Lazaristes de Pékin, Bibliothèque Pei T’ang.

7 Cf. Jean-Louis Charlet, 2006, p. 177.

8 Labarre : 144.

9 Labarre : 152, 162, 168, 178 et 196.

10 Les références entre crochets droits renvoient aux citations des quatre éditions-témoins du Calepino reproduites en annexe de cet article.

11 Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992 ; 1998 (3 vol.), vol. 2, p. 2345-2347.

12 « Vulgares artes, quae mechanicae dicuntur. Cic. pro Rosc. Amer. c. 46. Mitto hasce artes vulgares, coquos, pistores, lecticarios. »

13 Tite Live : « […] undecim milibus haec classis censebatur. Hoc minor census reliquam multitudinem habuit : inde una centuria facta est, immunis militia » (« La fortune était de 11 000 as dans cette classe [i. e. la cinquième classe, la plus nombreuse, armée de frondes et de balles de pierre]. Au-dessous de ce chiffre, il plaça le reste de la plèbe, formant une seule centurie et exempte du service militaire »), Paris, CUF, 1986, t. 1, texte de Jean Bayet, traduction de Gaston Baillet.

14 « Les citoyens romains de la dernière classe, nous dit-il [= le poète Julius Paulus] aussitôt, ceux qui étaient les plus pauvres, qui, dans le cens de la république étaient marqués ne posséder que quinze cents as, étaient appelés prolétaires. Ceux qui n’avaient, ou rien ou presque rien, étaient nommés capitecenses ; les derniers de cette classe ne possédaient pas plus de trois cent quatre-vingts as. » (Traduction française : M. Charpentier, M. Blanchet, Œuvres complètes d’Aulu-Gelle, Paris, Garnier, 1919, « Bibliothèque Latine Française », no 31.) Les plus pauvres des prolétaires sont appelés capitecenses, car ils ne donnaient au censeur que leur nom pour être inscrit dans le cens public : on en faisait mention par tête, et non d’après l’état de leur fortune, de là vient leur nom (capite censi). Quinze cents as convertis en francs de l’époque équivalaient à vingt-six francs. À l’opposé, les citoyens riches, inscrits dans la première classe censitaire sont appelés adsidui (assidui), cf. Quint. 5, 10, 55 ; Gell. 16, 10, 15 ; P. Fest. 8, 28, Cic. Rep. 2, 40 : « cum locupletes assiduos adpellasset ab asse dando » (« ayant appelé les riches des assidus [contribuables] », de assem dare, « fournir de l’argent »). Cf. N. Perotti, CC, IV, Pade, Ramminger (eds.), Sassoferrato, Istituto Internazionale di Studi Piceni, 1994, Lib. IV EPIG. IV, 125, Classici, p. 109-110.

15 Cf. l’explication d’Aulu-Gelle 16, 10 : « On ne les nommait pas prolétaires, d’après la modicité de leurs possessions, mais d’après leur destination qui était de créer des enfants, ce qu’exprime en effet ce mot. Car ne pouvant, à cause de leur pauvreté, prendre les armes pour le service de la République, ils contribuaient à la soutenir en multipliant ses sujets et ses forces. »

16 Dans les extraits suivants, nous avons reproduit sans la moderniser l’orthographe utilisée dans les quatre éditions de référence, ce qui explique l’aspect parfois un peu déroutant pour un lectorat actuel de certains mots latins et vernaculaires. Nous avons également conservé les abréviations en usage en ces temps-là.

17 Hébreu non translittéré.

18 Grec non translittéré.

19 Grec non translittéré.

20 Grec non translittéré.

21 En caractères romains.

22 Rubrique absente dans la deuxième édition (1584).

23 Expression absente de la quatrième édition (1752).

24 Hébreu non translittéré.

25 Hébreu non translittéré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Charlet-Mesdjian et Carine Ferradou, « Les mots du « peuple » dans le Calepino », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 135-152.

Référence électronique

Béatrice Charlet-Mesdjian et Carine Ferradou, « Les mots du « peuple » dans le Calepino », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5762 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5762

Haut de page

Auteurs

Béatrice Charlet-Mesdjian

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Carine Ferradou

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals