Navigation – Plan du site
Moyen Âge et Renaissance

La signification théologique de la notion de peuple au XVe siècle chez Marsile Ficin

Élisabeth Roche-Grandpierre
p. 153-164

Résumés

Le terme populus n’apparaît qu’une seule fois chez Ficin. À première vue ce fait semble s’opposer à l’élaboration d’une réflexion spécifique et autonome sur la notion de peuple. Cependant de nombreux synonymes du mot attestent la présence d’une thématique politique. En effet, Ficin réussit à croiser et à conjuguer des thèmes traditionnels et antiques pour élaborer une conception théologique de la notion de peuple qui joue le rôle d’un modèle transcendant par rapport aux peuples terrestres. Ainsi, une nouvelle dimension politique émerge par laquelle l’autorité du passé rend possible la cohésion des hommes.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marsili Ficini Florentini, insignis philosophi platonici, medici, atque theologi clarissimi, opera, (...)
  • 2 Op.Om., p. 544.
  • 3 Ficin se réfère ici au Phédon de Platon, à Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre VII et aux tex (...)

1L’index nominum, établi dans les Opera Omnia1 de Ficin, ne répertorie qu’une seule occurrence du terme populus. Cette occurrence intervient précisément au sein du livre III du De triplici vita2, livre consacré à l’acquisition de la vie céleste. Après avoir traité de la conservation de la santé des studieux et de la prolongation de la vie, le livre III développe une réflexion sur le bien-fondé de la jouissance des biens terrestres et de leur utilité pour atteindre la vie céleste, en intégrant cette réflexion à des questions ésotériques développées largement dans le De triplici vita. Cette réflexion est menée par Ficin en l’enrichissant de références antiques3 au sein desquelles il fait intervenir le mot peuple. Ces références sont alors autant d’exemples de communautés ayant suivi des préceptes semblables à ceux qu’il présente lui-même.

  • 4 Marsile Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, Paris, Les Belles Lettres, 2007.
  • 5 L’index nominum des Opera Omnia manifeste ce parti pris. En omettant de recenser toutes les occurre (...)

2Une lecture plus attentive des œuvres de Ficin fait cependant apparaître d’autres occurrences et notamment celles que l’on trouve dans le texte de la Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes4. La notion de peuple y est effectivement présente mais Ficin l’abstrait des thématiques politiques pour l’intégrer dans des questions théologiques et métaphysiques. Tout se passe alors comme si la notion de peuple en tant que telle était doublement occultée : par Ficin lui-même parce qu’il considère la notion de peuple comme une notion appartenant au domaine théologique plutôt que civil ; par l’histoire de la philosophie qui retient de la pensée ficinienne sa seule dimension religieuse5.

  • 6 Raymond Marcel, Marsile Ficin (1433-1499), Paris, Les Belles Lettres, 1958, p. 325. R. Marcel préci (...)
  • 7 Les extraits du texte latin des Argumenta in Rempublicam Platonis, présentés ici, ont été établis e (...)
  • 8 Marsile Ficin, Lessico greco-latino, a cura di R. Pintaudi, Roma, 1977.

3Pourtant si l’on revient au projet initial de traduction et commentaire des dialogues de Platon demandé par Cosme de Médicis à Ficin, il semble que trois écrits platoniciens formant un tout6, la République, les Lois et les Lettres, répondent à cet intérêt politique et moral. De ce fait l’investissement de Ficin dans la traduction des dialogues platoniciens laisse supposer que les enjeux politiques ne sont pas totalement absents de la pensée de notre humaniste. Et en effet, les Argumenta in Rempublicam Platonis7 manifestent cet intérêt. Ficin en commentant le dialogue de Platon emploie de nombreux termes liés à la notion de peuple. Les termes, civis, communitas, res publica, gens, vulgus, turba et plebs sont tour à tour convoqués pour désigner le peuple et sont répertoriés dans le Lessico greco-latino8 établi par Ficin lui-même.

4Ce champ sémantique est omniprésent dans la pensée ficinienne comme l’est d’ailleurs la référence constante au dialogue de la République. L’importance de cette thématique au sein d’une philosophie tournée essentiellement vers des questions métaphysiques, nous invite donc à interroger la conception que Ficin se fait de la notion de peuple. Pour quelle raison, en effet, l’emploi du mot populus est-il quasiment absent des textes de Ficin alors que l’idée de peuple y est bien présente ?

5Pour répondre à cette problématique, l’analyse de la notion de peuple nous permettra tout d’abord d’éclairer le statut que Ficin attribue à cette idée dans les Argumenta in Rempublicam Platonis alors qu’il ne considère pas Platon comme un philosophe politique.

6Nous voudrions mettre en évidence ensuite, à travers cette élaboration sémantique, ce qui du point de vue de Ficin donne une légitimité à la notion de peuple en précisant ce qui nous semble être les principales sources utilisées.

7Enfin, nous proposerons une définition ficinienne du peuple afin de montrer comment le peuple constitue pour Ficin une destination théologique vers laquelle les hommes doivent s’acheminer afin de se réaliser pleinement en tant qu’humanité.

Le statut de la notion de peuple

8Au sein des Argumenta in Rempublicam Platonis, le statut de la notion de peuple est très caractéristique de l’effort ficinien pour recentrer et contenir cette notion à l’intérieur d’un sens qui ne soit ni topographique et ni administratif. Cette volonté de resserrer la signification du mot peuple, en dépit de sa polysémie, se traduit par la quasi-absence de cette dimension. Quels que soient les termes employés par Ficin dans son Commentaire, il ne s’agit jamais, à l’exception d’une seule occurrence toutefois, du peuple en tant que communauté d’hommes organisée selon les mêmes mœurs, valeurs et lois. La notion de peuple envisagée au sens de congrégation d’habitants qui occupent ensemble un même territoire et partagent en tant qu’ethnies, nations ou tribus une existence commune n’apparaît, en effet, qu’une seule fois, au début de l’Argumentum I.

  • 9 Marsile Ficin, Argumentum in librum primum Platonis de Republica : Ciuitatemque constituit sui ipsi (...)

Il établit avant tout sa cité comme maîtresse du monde que l’ensemble des peuples estime plus digne de respect qu’objet de crainte. Elle est pour ainsi dire la reproduction sur terre de la Jérusalem céleste pour tous les hommes, dans laquelle les rivalités en vue de la propriété privée une fois éliminées, tout puisse être commun à tous selon le droit même de la nature : tout y est en abondance, l’entente y est constante, la volonté de tous est une et par suite la tranquillité en vue de la contemplation est toujours garantie9.

  • 10 Marsile Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, livres I-XVIII, texte critique ét (...)
  • 11 Marsile Ficin, op.cit., livre XIII, chap. iii, p. 227 : Fabius Maximus et Lucullus omnes omnium ge (...)
  • 12 Marsile Ficin, op.cit., livre XIV, chap. i, p. 246 : Has duodecim Deo dotes omnis apud omnes gente (...)
  • 13 Marsile Ficin, Argumentum in librum primum Platonis de Republica : neque unus si solus uixerit, neq (...)

9Ficin résume dans ce passage le sujet principal du dialogue de la République de Platon et insiste sur la supériorité et la singularité de la démarche platonicienne par rapport aux autres législateurs et penseurs politiques. Non seulement Platon propose l’idéal d’une cité juste, aspirant à la vie contemplative, mais son propos dépasse infiniment tout ce qui a pu être pensé jusqu’alors, en raison du caractère absolu et divin de sa cité. La cité platonicienne est conçue comme un modèle qui tout ensemble transcende les cités humaines particulières et constitue une référence universelle. Elle est, à la fois, une source d’inspiration pour les institutions humaines et préfigure l’existence éternelle à laquelle les hommes sont destinés après leur mort. Ficin utilise ici le mot latin gens pour désigner les peuples et traduire le terme grec ethnos suivant l’indication qu’il donne dans le Lexique gréco-latin, chap. lvii. Les nations, ethnies ou tribus, ici comme dans la Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes10 où nous trouvons de nombreuses occurrences du mot gens, constituent une véritable caution de l’universalité et de l’intemporalité de la cité platonicienne. En se référant à des hommes politiques romains ou à la catégorie générale des anciens théologiens, Ficin affirme par exemple que « Fabius Maximus et Lucullus savaient par cœur l’histoire de tous les peuples11 » ou que « ces douze privilèges, tous les théologiens, chez tous les peuples, les attribuent à Dieu12 ». Le peuple est donc toujours désigné comme une réalité plurielle qui partage une caractéristique commune, constante et générale par-delà les civilisations et les temps. Cette spécificité universelle caractérise la nature humaine, c’est-à-dire être capable de vivre sous des lois et reconnaître que Dieu en est l’auteur. Dans les Argumenta in Rempublicam Platonis, Ficin affirme en effet que « […] ni un homme s’il vivait seul, ni plusieurs s’ils habitaient ensemble, ne pourraient faire des choses sans loi, [mais au contraire] de nombreux citoyens, réunis sous une loi commune dans une assemblée de la cité, atteignent cette fin » et il précise que Platon « commence cette composition par Dieu, auteur de toutes les lois13 ». Par conséquent, Ficin attribue bien à la notion de peuple une signification qui dépasse le simple cadre administratif et topologique. En excluant cette dimension, concrète et relative, il se donne les moyens de donner aux peuples auxquels il se réfère, une certaine généralité.

  • 14 Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots [1968-1980], a (...)

10Une seconde remarque nous permet également de préciser le statut de notre notion dans les Argumenta. Elle concerne l’absence totale du terme populus dans le texte latin. Si nous reprenons les indications du Lexique gréco-latin, nous pouvons noter que Ficin considère ce terme comme la traduction du mot grec demos. Selon les précisions données par le dictionnaire étymologique Chantraine14, demos, en son sens initial, désigne le territoire sur lequel les habitants vivent et organisent leur communauté, sens que l’on retrouve dans le mot dème qui correspond à la division administrative des tribus en circonscription. Par conséquent, l’absence du mot populus dans le texte de Ficin se justifie dès que l’on prend en compte l’équivalence entre populus et demos ainsi que le désir de Ficin d’écarter de son commentaire le sens originel, topographique et administratif.

11Est-ce à dire que Ficin réduit le sens de populus/demos à celui d’une réalité administrative qu’il exclut ? En réalité l’absence de ce terme est justifiée par la volonté de Ficin d’évacuer la dimension strictement humaine du politique. De fait le glissement historique et sémantique de populus/demos vers une politisation du terme, ne correspond pas au statut que veut donner Ficin à la notion de peuple. Selon notre auteur, la cité ne peut se réduire à une constitution strictement humaine dans laquelle les hommes s’organisent et instituent politiquement leur communauté à partir d’eux-mêmes. La société des hommes doit fonder son autorité sur un principe transcendant et doit reproduire un modèle unique et parfait pour être effective.

12Reste finalement à étudier les termes précis que Ficin emploie pour désigner véritablement le peuple. Si le sens strictement politique a été invalidé, le terme de cives est fréquemment et régulièrement employé par Ficin. On recense dans les Argumenta dix occurrences qui s’ajoutent au champ lexical de la respublica, de la civitas, du bonum publicum, du publica salus et salus patria. Du point de vue du Lexique ficinien, cives est l’équivalent latin pour traduire le grec astos, c’est-à-dire le citoyen ayant des droits politiques, ainsi que les mots polites et politikos, à savoir ce qui concerne les citoyens. Il représente donc effectivement le citoyen dans le sens de membre constitutif de la cité. Le peuple désigne alors l’ensemble des hommes qui prétendent à une certaine reconnaissance et valeur et qui en tant que tels sont capables de se soumettre au législateur par l’obéissance bien comprise. Le peuple est donc à la fois citoyen et sujet, non dans le sens où il serait assujetti, subditus, mais dans celui d’un citoyen qui entretient une relation raisonnée de gouverné à gouvernant. Ficin contrebalance alors le mot de cives par un ensemble de termes relatifs à la notion d’humanité tels que homines, humanis, humanitas, humani generis afin d’assurer une certaine cohérence à son propos tout en échappant à la dimension strictement politique. De fait la notion de peuple dépasse les limites strictes de la citoyenneté politique de telle sorte que les hommes appartiennent à un peuple beaucoup plus large, celui de l’humanité tout entière.

  • 15 Marsile Ficin, Argumentum in librum sextum Platonis de Republica: … congrue Plato uulgus uasto com (...)
  • 16 Ibid., Praecipue uero deprauari sermone et opinione uulgi, multoque magis uulgi eiusdem opera.

13Enfin le peuple acquiert un dernier statut par opposition à la notion de foule et de populace exprimée par les termes de vulgus, plebs, popularis que Ficin, fidèle à l’analyse platonicienne, compare à une bête brute et grossière qui gouverne la communauté en toute ignorance et qui n’atteint jamais la vérité à cause de l’opinion et de la séduction que le discours politique exerce sur le peuple. Ficin commente ce point en rappelant que « […] Platon compare de façon appropriée le vulgaire à une brute grossière et toutes les cités aux navires qui sont gouvernées au hasard par des ignorants de l’art de la navigation et qui se moquent de l’homme doté de l’habileté du barreur15 » et ainsi « [l’intelligence] est corrompue par le discours et l’opinion et aussi par les actions de la populace16 ». Cette distinction entre peuple et populace permet en outre d’insister sur le caractère rationnel du peuple par opposition à l’irrationalité de la populace. Le peuple est une congrégation de citoyens dont la volonté, le désir du Bien et les moyens d’y accéder sont collectifs. Dans l’Argumentum in librum decimum Platonis de Republica, Ficin rappelle, à cet égard, l’opposition de Platon à la poésie homérique qui n’est qu’une imitation des opinions, des passions et des sens et qui ne peut contribuer à une éducation dont la finalité est de rendre le citoyen vertueux et respectueux du salut public.

Les sources principales de la notion de peuple

14L’origine de la notion de peuple chez Ficin est une question complexe car elle suppose d’envisager de nombreuses sources, provenant autant du fond culturel antique et traditionnel que scolastique dans lequel Ficin développe une pensée syncrétique. Parce que nous ne pouvons ici toutes les développer, nous nous cantonnons à Platon et Augustin. Du point de vue de l’histoire de la philosophie, il nous faut garder à l’esprit que la réflexion de Ficin s’est constituée à la fois en opposition à la scolastique, en adéquation avec un Aristote plus authentique et en accord avec une philosophie platonicienne et néoplatonicienne prédominante. Ficin s’est voulu très critique à l’égard de la scolastique qui en réduisant la philosophie aristotélicienne à une sophistique aride et à un pragmatisme débarrassé de toute considération métaphysique, contribuait à nier l’immortalité de l’âme. Face à un aristotélisme incapable d’apporter un contenu métaphysique et théologique au christianisme, le platonisme a constitué alors une alternative véritable et enthousiasmante pour redonner à la chrétienté un fondement philosophique légitime. De ce point de vue mettre en lumière l’héritage de Platon et d’Augustin dans la conceptualisation ficinienne du peuple est pertinent pour illustrer l’accord entre paganisme et chrétienté.

  • 17 Platon, Œuvres complètes, t. VI et VII, La République, livres I-X, texte établi et traduit par Émil (...)
  • 18 Ibid., VI, 493d.
  • 19 Ibid., VI, 492b-e.
  • 20 Ibid., VI, 488a-b.

15On comprend dès lors l’intérêt de Ficin pour la République de Platon. La représentation platonicienne de la cité permet à Ficin de réinvestir cette conception idéalisée du politique dans l’élaboration d’un idéal humain et religieux. Platon développe en effet, dans la République, une conception péjorative du peuple dont le sens s’étend de celui d’ochlos, la populace, à celui de demos. Le peuple est à la fois ce qui se laisse mener par ignorance de la vraie justice et séduire par des discours qui le flattent17. Son sens correspond à la foule, à « la multitude hétéroclite18 » dont le jugement est incapable de justifier en raison ce qui est bon ou juste et c’est précisément cette impuissance qui prive la masse des hommes d’une unité politique. Mais le peuple s’entend aussi au sens démocratique. Platon donne de la démocratie une représentation négative en tournant en dérision le peuple et en réduisant son comportement à celui d’un démagogue. Le demos est donc l’ensemble des citoyens qui siègent à l’ecclesia et qui se comportent comme le plus grand des sophistes19. Platon le décrit comme étant incompétent, avide de pouvoir et de plaisirs, sans discipline et se mentant à lui-même, tel un pilote de vaisseau myope, sourd et ignorant qui se laisse guider par les préjugés de son équipage20.

16Dans les Argumenta, Ficin s’appuie sur cette conception du peuple pour discréditer une notion qui se limite à prendre en compte l’existence terrestre des hommes et refuse d’en voir l’insuffisance. Privée de la dimension spécifiquement humaine qui la relie au divin par l’exercice de la contemplation, la multitude est incapable de dépasser la recherche des biens terrestres et du pouvoir, pour s’acheminer vers le Bien en soi, seul principe fédérateur d’un peuple digne de ce nom. Pour Ficin comme pour Platon, la science du Bien est ce qui à la fois permet aux hommes de tourner leurs regards dans la même direction, Dieu, et leur permet aussi de satisfaire cet appétit du divin que Ficin considère inné en l’âme humaine et qui, lorsqu’on s’y consacre, fait toute la dignité des hommes.

  • 21 Augustin, Œuvres II [Paris, Gallimard, 2000], La cité de Dieu, XIX, 24 : Populus est coetus multitu (...)

17La référence à Platon serait inopérante si Ficin ne la prolongeait pas dans une analyse spécifiquement chrétienne. Ce rôle est assuré par les emprunts que Ficin fait à l’analyse augustinienne de la cité. À l’instar d’Augustin, Ficin considère qu’il est nécessaire de considérer les hommes comme étant fondamentalement sociaux. Notons qu’Augustin utilise le terme populus que Ficin se refuse à employer. Cependant l’évêque d’Hippone adopte ici le sens ficinien et platonicien de cives. Les hommes sont donc de ce point de vue toujours associés entre eux et membres d’un peuple car leur essence est d’être citoyen, mais en vertu de leur incarnation à laquelle ils ne peuvent échapper ils appartiennent à un groupe duquel dépend à la fois leur survie et leur valeur. Ficin, comme Augustin, non seulement, ne nie pas cette dimension concrète du peuple, même si elle est insuffisante et incomplète, mais en fait la condition nécessaire de la vie morale et spirituelle des hommes. Pour mieux établir le lien entre la cité terrestre et la cité céleste, Augustin traite de l’unité et de la cohésion du peuple et le définit comme étant « […] l’association d’une multitude raisonnable, unie dans la paisible et commune possession de ce qu’elle aime ; assurément pour connaître chaque peuple il faut considérer ce qu’il aime21 ».

18Pour savoir ce qu’est un peuple, il faut donc déterminer l’objet de ce que les hommes désirent. Les hommes recherchent essentiellement la paix véritable dont la condition est l’ordre. Selon Augustin il existe deux sortes d’ordre, l’ordre apparent, tourné vers la jouissance des biens terrestres et l’ordre véritable, propre à l’âme et tourné vers la jouissance du divin. Cette dualité permet de distinguer deux types de cité, la cité terrestre et la cité céleste qui à la fois cohabitent, parce ce que la première rend possible la seconde, et s’opposent dans un rapport de copie à modèle propre à l’analyse platonicienne. Ficin, dans les Argumenta in Rempublicam, réinvestit cette relation entre les deux cités en plaçant entre elles la cité idéale de Platon comme une préfiguration de la cité divine. Fidèle à sa représentation hiérarchisée et progressive de la réalité, Ficin introduit ainsi un degré supplémentaire entre les deux cités afin de réduire le hiatus entre l’ordre terrestre et l’ordre céleste. L’accès à la cité divine, à savoir la constitution d’un peuple dans lequel les hommes peuvent se réconcilier avec leur nature profonde, suppose donc une progression et un apprentissage. Dès lors le thème de l’éducation platonicienne, éclairé par le commentaire ésotérique que Ficin développe au livre X des Argumenta in Rempublicam illustre cette ascension.

La définition de la notion de peuple

19Le peuple ne désigne donc pas une communauté administrative, topologique ou politique. Chez notre auteur, cette notion prend les nuances d’une réalité théologique qui transcende la réalité terrestre. Au moyen de cette dimension théologique, Ficin attribue au peuple une finalité, une forme et une matière.

  • 22 Marsile Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, livres I-XVIII, texte critique ét (...)

20Nous pouvons alors déterminer les caractéristiques essentielles de la définition ficinienne du peuple bien que Ficin n’en donne aucune formulation précise et définitive. En premier lieu, nous pouvons affirmer que, pour notre auteur, le peuple est une communauté humaine qui transcende les hommes dans leurs particularités. En ce sens, il correspond à l’humanité en tant qu’appartenance des hommes à une nature dont la qualité essentielle est de posséder une âme tournée vers le divin et donc capable de reconnaître, en dépit de son incarnation, son immortalité. Le peuple est donc cette humanité conçue comme un idéal dans lequel continue de s’affirmer la réalité concrète, particulière et temporelle de l’homme. Dans la Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, Ficin affirme à propos de l’humanité qu’elle est, telles les Idées platoniciennes, une réalité universelle qui fonde les réalités individuelles et en cela elle est plus réelle que les individualités concrètes. De fait nous sommes autorisés, d’après Ficin, à affirmer que « si donc la qualité d’homme se communique également à chaque individu, à tout lieu, à toute époque, elle n’est attachée à aucun individu, à aucun lieu, à aucune époque22 ».

  • 23 Marsile Ficin, De humanitate, in S. Gentile (a cura di), Lettere 1, Epistolarum familiarum liber I, (...)

21Deuxièmement, la notion de peuple désigne l’ensemble des hommes qui savent conjuguer trois vertus essentielles : eruditio, charitas et unitas hominum dont parle Ficin dans une lettre à Tommaso Minerbetti : « […] les sages n’ont nommé d’après l’homme lui-même qu’une seule d’entre toutes les vertus et c’est l’humanité, qui aime et prend soin de tous les hommes comme des frères nés d’un seul père dans une longue descendance23. » Au sein du peuple céleste, l’homme est cette créature aimée de Dieu, dotée d’un pouvoir de connaissance qui lui permet de reconnaître dans la diversité des réalités humaines la marque du divin. Cette marque correspond au flux de l’amor dei qui parcourt l’univers et les êtres qui le composent et qui leur donne unité, harmonie et unicité. L’homme est alors capable de saisir ces affinités et ce réseau de correspondances qui trouvent une synthèse autant dans l’amour céleste que dans l’amour terrestre. Dès lors l’ensemble des hommes se constitue en peuple à condition que l’amour soit le lien dynamique qui les rassemble dans une identité et une concorde communes. Cette unité est attestée par le témoignage des auteurs antiques. De ce fait l’eruditio, à savoir l’étude des textes anciens dont les humanistes se font les promoteurs, forme les hommes et les éduque. En témoignant de l’intemporalité de la nature humaine, les anciens enseignent aux hommes que leur essence ne vaut que si elle s’accorde à l’harmonie universelle, celle qui régit le monde mais aussi les autres hommes. Dès lors la cohésion de ce peuple repose sur la douceur des êtres humains qui, unis par l’amour du bien recherché, s’aiment mutuellement parce qu’ils reconnaissent dans leur semblable le divin dont ils sont eux-mêmes investis. Or cette humanité trouve dans la charitas le sens de sa propre existence. Les hommes doivent s’aimer les uns les autres parce qu’ils se ressemblent, c’est-à-dire qu’ils tendent vers le divin en vertu d’une âme immortelle. La charitas réussit alors au sein du peuple céleste la difficile tâche de donner une individualité à chaque homme sans l’isoler du reste de l’humanité. Telle est la fonction de l’amour comme lien universel. Ficin déclare dans son commentaire du Banquet de Platon :

  • 24 Marsile Ficin, Commentaire sur le Banquet de Platon, De l’amour, texte établi, traduit, présenté et (...)

Et alors qu’ici-bas nous sommes divisés et mutilés, alors, réunis à notre idée nous deviendrons des hommes complets et il apparaîtra que nous avons d’abord vénéré Dieu dans les choses pour vénérer ensuite les choses en Dieu, et que nous les avons vénérées en Dieu pour nous retrouver nous-mêmes en Dieu avant toutes choses, et nous aimer nous-mêmes en aimant Dieu24.

  • 25 Marsile Ficin, De humanitate, in S. Gentile (a cura di), Lettere 1, Epistolarum familiarum liber I, (...)

22Enfin la charité est un véritable devoir qui nourrit l’unitas hominum en unissant les hommes à leurs semblables et en leur donnant la mesure de leur propre valeur. L’homme est une âme immortelle, un centre participant à la fois aux choses terrestres et divines. L’âme assure donc une unité à cet être composé et lui permet de former une totalité plus grande en se joignant aux autres hommes. Ficin l’affirme de nouveau dans la lettre à Minerbetti : « Donc, homme très humain, persévère au service de l’humanité ; rien n’est plus agréable à Dieu que la charité, il n’y a pas de signe plus certain de démence ou de présage de malheur que la cruauté25. » Finalement, le contenu effectif de la notion de peuple chez Ficin tient surtout à ce qu’il ne s’agit pas seulement d’être juste envers les autres dans le respect des lois civiles, mais de l’être en raison de cette communauté humaine que le divin apparente.

Conclusion

23La conception que Ficin se fait de la notion de peuple aboutit par conséquent à une définition humaniste caractéristique du Quattrocento. Ficin réussit à réunir la forme idéale de la cité platonicienne, comme modèle des cités terrestres et préfiguration de la cité céleste avec la représentation chrétienne du peuple. En ce sens, le peuple correspond à l’idée que développe Paul de Tarse. Considéré par Ficin comme le plus grand des théologiens, Paul développe en effet, dans l’épître aux Romains 8-5-6, une signification de la notion de peuple selon laquelle les hommes doivent être unis dans un même souffle et une même spiritualité, au lieu d’être séparés par ce qu’il appelle la chair. En faisant cela, l’apôtre Paul substitue une conception messianique du peuple à la thématique de la loi et contribue à abolir les particularités ethniques au profit d’une fraternité universelle.

24Or cette conception théologique du peuple correspond à celle de Ficin. En la fondant sur une démarche philosophique et platonicienne dans laquelle la charitas joue le même rôle que celui que joue la justice dans la cité platonicienne, il réaffirme le caractère universel et absolu de la notion de peuple.

25On peut donc affirmer que c’est bien cette acception qui prévaut chez Ficin. Si le terme de populus est absent des textes ficiniens, il n’en demeure pas moins que l’idée y est bien présente. Or cet écart entre le discours et l’intention de Ficin atteste finalement que pour notre auteur, tout peuple terrestre peut être à la hauteur de ce que doit être le Peuple à condition qu’il partage les valeurs humanistes chrétiennes propres du Quattrocento.

Haut de page

Notes

1 Marsili Ficini Florentini, insignis philosophi platonici, medici, atque theologi clarissimi, opera, et quæ hactenus existere, & quæ in lucem nunc primum prodiere omnia, impressum Basileae, ex officina Heinricpetrina, 1576 ; l’ouvrage sera désormais cité Op.Om.

2 Op.Om., p. 544.

3 Ficin se réfère ici au Phédon de Platon, à Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre VII et aux textes de la Bible, Genèse et Exode.

4 Marsile Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, Paris, Les Belles Lettres, 2007.

5 L’index nominum des Opera Omnia manifeste ce parti pris. En omettant de recenser toutes les occurrences du mot peuple et en privilégiant la terminologie métaphysique, il nous permet d’apprécier la manière dont est envisagée la pensée de Ficin au XVIe siècle, à savoir sous l’angle unique de la théologie et épurée des considérations politiques.

6 Raymond Marcel, Marsile Ficin (1433-1499), Paris, Les Belles Lettres, 1958, p. 325. R. Marcel précise que ces trois écrits de Platon formaient « un seul traité » pour Ficin.

7 Les extraits du texte latin des Argumenta in Rempublicam Platonis, présentés ici, ont été établis et traduits par nos soins à partir du Codex de la Biblioteca Medicea Laurenziana, Pluteo 82.7, De Republica libri ff 51r-166r et du texte de l’édition princeps de 1491 des Opera omnia de Ficin qui est l’édition la plus fiable. Cette édition est la seconde version des œuvres de Ficin, imprimée de son vivant et basée sur les corrections que Ficin a faites lui-même pour l’édition précédente de 1484 et dont il n’était pas satisfait.

8 Marsile Ficin, Lessico greco-latino, a cura di R. Pintaudi, Roma, 1977.

9 Marsile Ficin, Argumentum in librum primum Platonis de Republica : Ciuitatemque constituit sui ipsius antequam orbis dominam, neque tam multis timendam quam cunctis gentibus uenerandam, caelestem quasi Hierusalem pro uiribus in terris expressam, in qua sublatis propriae possessionis gratia contentionibus, communia sint pro ipso iure naturae omnibus omnia communis sit copia, firma concordia, cunctorum una uoluntas ideoque ad contemplandum semper expedita tranquillitas.

10 Marsile Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, livres I-XVIII, texte critique établi et traduit par Raymond Marcel, Paris, Les Belles Lettres, 2007.

11 Marsile Ficin, op.cit., livre XIII, chap. iii, p. 227 : Fabius Maximus et Lucullus omnes omnium gentium historias memoria tenebant.

12 Marsile Ficin, op.cit., livre XIV, chap. i, p. 246 : Has duodecim Deo dotes omnis apud omnes gentes tribuit theologia.

13 Marsile Ficin, Argumentum in librum primum Platonis de Republica : neque unus si solus uixerit, neque plures, si simul habitauerint, sine lege efficere possunt, multi saltem ciues communi lege in unum ciuitatis coetum congregati perficiant et ipsamque compositionem a Deo inchoat, legum omnium auctore.

14 Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots [1968-1980], achevé par Jean Taillardat, Olivier Masson et Jean-Louis Perpillou, nouvelle édition avec en supplément les Chroniques d’étymologie grecque (1-10) rassemblées par Alain Blanc, Charles de Lamberterie et Jean-Louis Perpillou, Paris, Klincksieck, « Librairie Klincksieck », 2009.

15 Marsile Ficin, Argumentum in librum sextum Platonis de Republica: … congrue Plato uulgus uasto comparat bruto. Item ciuitates omnes nauibus casu quodam rectis a nautis gubernandi prorsus ignaris uirumque peritia gubernatoria praeditum deridentibus.

16 Ibid., Praecipue uero deprauari sermone et opinione uulgi, multoque magis uulgi eiusdem opera.

17 Platon, Œuvres complètes, t. VI et VII, La République, livres I-X, texte établi et traduit par Émile Chambry, Paris, Les Belles Lettres, 1931, 1932, 1934, VI, 493d-494a.

18 Ibid., VI, 493d.

19 Ibid., VI, 492b-e.

20 Ibid., VI, 488a-b.

21 Augustin, Œuvres II [Paris, Gallimard, 2000], La cité de Dieu, XIX, 24 : Populus est coetus multitudines rationalis, rerum quas diligit concordi communione sociatus: profecto ut videatur qualis quisque populus sit, illa sunt intuenda quae diligit.

22 Marsile Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, livres I-XVIII, texte critique établi et traduit par Raymond Marcel, Paris, Les Belles Lettres, 2007, livre VIII, chap. i, p. 287 : Si ergo humanitas singulis personis, locis, temporibis se aeque communicat, nulli est astricta personae, nulli loco, nulli etiam tempori.

23 Marsile Ficin, De humanitate, in S. Gentile (a cura di), Lettere 1, Epistolarum familiarum liber I, Firenze, Olschki, 1990 : … ut arbitror, rationem sapientes solam illam ex omni virtutum numero hominis ipsius nomine, id est humanitatem, appellaverunt, que omnes quodammodo ceu fratres ex uno quondam patre longo ordine natos diligit atque curat.

24 Marsile Ficin, Commentaire sur le Banquet de Platon, De l’amour, texte établi, traduit, présenté et annoté par Pierre Laurens, Paris, Les Belles Lettres, 2002, Sixième Discours, chap. xix, p. 204 : Cumque hic discerpti simus et mutilati, idee tunc nostre amando coniuncti, integri homines euademus, ut deum primo in rebus coluisse videamur, quo res deinde in deo colamus, resque in deo ideo venerari, ut nos ipsos in eo pre ceteris amplectamur, et amando deum, nos ipsos videamur amasse.

25 Marsile Ficin, De humanitate, in S. Gentile (a cura di), Lettere 1, Epistolarum familiarum liber I, Firenze, Olschki, 1990: Ergo vir humanissime, in officiis humanitatis persevera: nihil Deo gratius quam charitas, nullum certius aut dementie inditium aut miserie portentum quam crudelitas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Roche-Grandpierre, « La signification théologique de la notion de peuple au XVe siècle chez Marsile Ficin », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 153-164.

Référence électronique

Élisabeth Roche-Grandpierre, « La signification théologique de la notion de peuple au XVe siècle chez Marsile Ficin », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5799 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5799

Haut de page

Auteur

Élisabeth Roche-Grandpierre

Aix Marseille Univ, IHP, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals