Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

Le peuple absent

Dire et penser les communautés politiques dans l’Amérique hispanique au xvie siècle
Nejma Kermele
p. 193-207

Résumés

Cet article s’interroge sur la manière dont les Espagnols ont pu envisager la notion de peuple et parler des communautés politiques notamment indigènes en Amérique hispanique, plus particulièrement dans la jeune vice-royauté du Pérou au XVIesiècle. Il s’agit d’examiner, en prenant comme support quelques discours historiques produits en Amérique le vocabulaire employé, ses différentes acceptions, ses implications pour tenter d’éclairer une pensée qui naviguait entre deux mondes, entre empire et colonisation.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Pérou

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

1Confrontés à la diversité des populations qu’ils s’efforçaient de contrôler, les Espagnols élaborèrent au XVIe siècle des discours visant à rendre compte des multiples spécificités rencontrées et à légitimer leur entreprise de conquête et de colonisation. Les mots utilisés pour désigner ces groupes, les décrire, les insérer dans un système intellectuel et juridique étaient bien évidemment hautement stratégiques. Nous voudrions, dans le cadre de cette communication, nous interroger brièvement sur la manière dont les Espagnols ont pu envisager les communautés politiques en Amérique hispanique, nous pencher sur le vocabulaire employé, ses implications, pour éclairer une pensée qui naviguait entre deux mondes, entre empire et colonisation. Notre travail s’appuie donc sur une étude terminologique et prend comme support quelques discours historiques produits en Amérique, plus particulièrement dans la vice-royauté du Pérou au XVIe siècle. Ces discours ne peuvent se penser en dehors des cadres conceptuels et des événements qui, des deux côtés de l’océan, questionnèrent la souveraineté de l’empereur. Si la société composée d’anciens conquistadores était difficilement maîtrisable, que dire des Indiens dont on ignorait tout ? Connaître pour gouverner fut l’une des obsessions de la Couronne qui devait ramener à des catégories identifiables une masse indigène indispensable à la mise en place d’un système colonial rentable. Nous tenterons d’aborder, à partir d’un retour sur la notion de peuple vue en particulier par Cicéron, les mots pour penser et établir les bases d’une philosophie politique propre au monde hispanique. Puis nous aborderons la thématique de l’écriture de l’histoire indigène, la question de l’origine des Indiens dont le traitement voulait définir une taxinomie afin de faire rentrer les populations indiennes dans des schèmes identifiables. Enfin, nous replacerons notre réflexion dans le cadre des enquêtes qui permirent le développement d’un discours descriptif axé sur la volonté de savoir et nous terminerons en évoquant un exemple de renversement de concept opéré par les chefs indiens de la province de Charcas. Le vocabulaire hispanique se mit alors au service du monde indigène.

Les mots pour comprendre

2Penser l’Amérique et ses populations représenta un défi par rapport aux catégories existantes en Espagne au xve siècle. Celles-ci s’organisaient entre deux pôles : d’une part la réflexion politique appuyée sur des sources antiques, notamment Cicéron, d’autre part l’élaboration d’une doctrine propre à la monarchie espagnole dans le cadre des débats sur le pouvoir royal réactivés par un certain nombre d’événements parmi lesquels la découverte de l’Amérique, l’instauration d’un système colonial, l’arrivée au pouvoir impérial de Charles Ier d’Espagne, la révolte des communidades de 1520, la rébellion des colons du Pérou dirigée par Gonzalo Pizarro entre 1544 et 1548. Ces circonstances favorisèrent une réflexion renouvelée sur le pouvoir et sur la notion de peuple.

  • 1 Cicéron, Traité de la République, Paris, Firmin Didot Frères, t. IV, p. 292. Disponible à l’adresse (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.

3Pour Cicéron, le peuple n’était pas « toute réunion d’hommes assemblés au hasard, mais seulement une société formée sous la sauvegarde des lois et dans un but d’utilité commune1 ». C’était donc l’organisation rationnelle, politique qui définissait le peuple rendu par le mot latin populus. Ce peuple pouvait adopter trois gouvernements distincts : la royauté, le gouvernement aristocratique, le gouvernement populaire2. Si ce dernier mode était ressenti par Cicéron comme le « moins bon de tous3 », ils étaient tous tolérables « à la condition de maintenir dans toute sa force le lien qui a formé les sociétés humaines4 ». Le peuple (populus) était donc associé à l’ordre social et politique, conception qui allait continuer à exister au Moyen Âge.

  • 5 Miguel Angel Ladero Quesada, « La génèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux (1250-14 (...)
  • 6 Ibid., p. 24.

4Au sein de la sphère temporelle, le peuple pouvait être l’une des conditions du pouvoir du Prince, légitimant ainsi l’ordre que ce dernier avait instauré. Cette théorie de la communauté et la pratique pactiste qui en découlait, s’associèrent à la fin du Moyen Âge à des théories religieuses qui interdisaient au Prince d’être absolu et faisaient de sa fonction « un officium ou un ministerium au sein de la société chrétienne5 ». Ces conceptions scolastiques permettaient, dans la lignée de la pensée de saint Thomas d’Aquin, de condamner la tyrannie et faisaient, dans un même mouvement, du roi un vicaire de Dieu. Miguel Ladero Quesada note qu’à partir du règne d’Alphonse X se développa le concept de pouvoir royal absolu, instaurant l’idée d’un seigneur naturel dont le pouvoir serait supérieur en tout aux autres6. Ce concept se heurta aux pouvoirs locaux avec lesquels il fallut négocier même si en Castille il n’y eut jamais d’accords explicites (contrairement à ce qui se passa en Aragon) ce qui permit au roi de conserver une certaine indépendance et de l’accroître dans les moments favorables. En Castille, à partir des rois catholiques et plus encore sous Charles Quint, l’accent fut mis sur la sacralité et sur le rejet de toute limitation du pouvoir du souverain sur les terres soumises à sa juridiction.

  • 7 Juan Pérez de Tudela Bueso, Documentos relativos a Don Pedro de la Gasca y a Gonzalo Pizarro, Madri (...)
  • 8 Ibid., p. 383.
  • 9 Diccionario de Autoridades, Madrid, Gredos, 1984, vol. 3, p. 586.
  • 10 Juan de Matienzo, Gobierno del Perú, Paris-Lima, Travaux de l’Institut français d’études andines, 1 (...)

5Ces affirmations qui allaient à l’encontre des théories scolastiques traditionnelles avaient des explications historiques. Deux exemples intéressent notre propos : la révolte des Comunidades de 1520 et l’insurrection des colons du Pérou dirigée par Gonzalo Pizarro entre 1544 et 1548. En 1518, les Cortés de Valladolid avaient réitéré la déclaration de principes déjà émise par les Cortès d’Ocaña en 1469 qui affirmait que le roi n’était qu’un fonctionnaire au service du royaume (el rey nuestro mercenario es). Cette théorie était à la base de l’idéologie des comuneros, mouvement qui insistait sur le nécessaire renouvellement des rapports entre rey y reino et souhaitait instaurer la suprématie des Cortès représentatives du royaume. Au Pérou, la théorie pactiste fut réactivée lors de la proclamation des Leyes nuevas (1542) qui instauraient, comme le souhaitait le dominicain Bartolomé de Las Casas, la disparition à terme de la encomienda. Dans la Representación de Gonzalo Pizarro al rey7, il était souligné que ces lois avaient été votées en Espagne sans que soient présents les représentants des royaumes concernés et qu’elles étaient « en universal daño de todos los vecinos y república y naturales destos reinos8». Cette phrase qui affirmait, en cette occasion particulière, la tyrannie du pouvoir royal permet de voir comment étaient désignées les différentes parties qui composaient la société coloniale péruvienne à ses débuts. Le mot naturales, sur lequel nous reviendrons, renvoyait à ceux qui étaient originaires du lieu : les Indiens. Le terme vecinos désignait ceux qui avaient une part active dans l’économie politique de la jeune vice-royauté (et notamment ici les encomenderos directement concernés par les Lois Nouvelles). Le mot república était d’usage courant au XVIe siècle. Il évoquait le concept de república cristiana, dont les échos universels ou universalistes étaient particulièrement prégnants sous le règne de Charles Quint. Le terme república cristiana prenait de plus en plus de sens dans le monde global que l’accès à l’Empire et la découverte de l’Amérique avaient offert aux Espagnols. República désignait à la fois la chose publique et une forme de gouvernement – gobierno de mucho dit Autoridades9 – ce que l’on retrouve dans l’usage de la formule dichotomique bien connue república de españoles / república de indios qui rendait compte de la division politique qui partageait le travail de gouvernement entre deux groupes sociaux présents dans les territoires d’outre-mer. Chaque república entretenait avec le roi un rapport de vassalité mais possédait son système de représentation politique. Cette simplification, construction juridique et outil rhétorique, était utilisée pour penser le politique dans nombre de textes, par exemple dans le Gobierno del Perú de Juan de Matienzo de 156710.

  • 11 Diccionario de Autoridades, op. cit., p. 586.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid., p. 422.
  • 14 Roberto Levillier, Gobernantes del Perú. Cartas y papeles del siglo XVI, Madrid, Ribadeneyra, vol.  (...)

6Nous noterons toujours à propos du mot república que le dictionnaire des Autoridades rajoutait à ces acceptions connues une définition supplémentaire au demeurant peu claire : « Répública : Por extensión se llaman tambien algunos Pueblos11 ». L’exemple donné n’éclaire pas davantage le sens du mot pueblo rapporté ici au pluriel : « Fundó cada Apostol su Iglesia, como queda declarado, formando una perfecta República12 ». Il est possible que ce terme ne réponde qu’à la seconde signification du mot pueblo que l’on retrouve dans nos textes. Le pueblo : c’est « el conjunto de gentes que habitan el lugar13 » sens auquel renvoyait sans doute aussi le vice-roi Don Francisco de Toledo dans une lettre de 1573 dans laquelle il critiquait la vision de Diego Hernández. Ce dernier, dans son Historia del Perú avait en effet en 1571 défendu la thèse de la légitimité des Incas. Toledo soulignait que : « Las elecciones no las hicieron los principales que también eran tiranos y puestos por tirano, sino unos ingas de su casta que andaban con el padre fingiendo para con el pueblo que el sol lo elegía14… »

7Dans cette phrase où il est question de choix, nous noterons qu’une connotation politique, bien que limitée, reste possible.

  • 15 Diccionario de Autoridades, op. cit., p. 422.
  • 16 Ibid.

8On constatera donc, sauf quelques exemples à discuter car peu explicites, que le terme pueblo pour désigner le peuple (dans le sens de populus) n’apparaît pas dans nos textes alors que populus est utilisé dans les traités politiques en latin de Francisco de Vitoria ou de Solorzano Pereira pour désigner la communauté politique de façon globale. Un rapide tour d’horizon des dictionnaires montre que pueblo a globalement trois sens rapportés par Autoridades, le pueblo c’est « El Lugar o Ciudad que está poblado de gente15 » c’est-à-dire le village, puis il désigne nous l’avons vu « el conjunto de gentes que habitan el lugar16 » et enfin reprend le sens de plèbe. Pueblo, dérivé étymologiquement de populus, n’apparaît donc pas comme signifiant la communauté politique dans la plupart de textes consultés, ce qui peut sans doute se comprendre en considérant, comme nous l’avons fait, le développement de la pensée politique en Espagne et les événements historiques, notamment les rébellions au Pérou. L’instauration du système colonial imposait un vocabulaire moins explicite.

  • 17 Ibid., p. 644.
  • 18 Ibid.
  • 19 Francisco López de Gómara, Historia general de las Indias “Hispania Vitrix”, cuya segunda parte cor (...)

9Pour les Espagnols, la terminologie insistait davantage sur leur origine ou sur leur lieu de vie. On retrouvait notamment le mot nación qui renvoyait à « el acto de nacer17 » et en seconde acception à « La colección de los habitadores en alguna Provincia, Pais o Reino18 ». Francisco López de Gomara soulignait cependant d’autres sens implicites du mot nación, dans cette phrase bien connue qui exaltait l’exploit des Espagnols capables de se lancer à la conquête du monde : « Nunca nación extendió tanto como la española sus costumbres, su lenguaje y armas, ni caminó tan lejos por mar y tierra, las armas a cuestas19. »

10Outre le lieu de naissance, le terme établissait des liens de filiation, ce qui était important dans une société hautement stratifiée et hiérarchisée. De plus, il rattachait les membres d’une même nación à un certain nombre de faits culturels, dont la langue – que Nebrija avait qualifié de compagne de l’Empire. Il était donc relativement aisé de définir – du moins dans le premier XVIe avant que les phénomènes métis et criollo ne se développent – la nación española dont nous ne discuterons pas ici le possible protonationalisme que la Conquête renforça en raison de la nécessaire cohésion face aux populations indigènes.

Les mots pour classer

  • 20 Edmundo O’Gorman, La invención de América, México, Fondo de Cultura económica, 1977.
  • 21 Motolinia (Fray Toribio de Benaventes), Historia de los indios de la Nueva España, Madrid, Castalia (...)
  • 22 Ibid., p. 102-103.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., p. 110.

11En ce qui concerne les populations indigènes, on les désignait depuis Colomb sous le terme générique d’Indios – terme qui relevait d’une pure construction voire d’une invention espagnole20 ou alors – nous l’avons vu – sous celui de naturales avec parfois des précisions de lieu : naturales del Perú, naturales de Cuzco, etc. L’écriture de l’histoire des Indiens permit aux Espagnols de s’approprier une partie du passé indigène et les mots qui servirent à désigner les Indiens sont révélateurs des conceptions espagnoles. La question de l’origine des groupes et des civilisations présentes lors de la Conquête demeure discutée tout au long du XVIe. Ainsi, lorsque Fray Toribio de Motolinía entreprit d’écrire une histoire des Indiens de la Nouvelle Espagne, en se basant entre autres sur les codex indigènes, « los libros de la cuenta de los años21 », il en tirait la conclusion que « tres maneras de gentes » avaient peuplé le territoire jusqu’à l’arrivée des Espagnols. Motolinía classait chacun de ces « peuples » selon deux critères : l’ethnonyme (ici d’origine indigène) et le niveau culturel (écriture et vie urbaine) : « A los unos llamaron chichimecas, los cuales fueron los primeros señores de esta tierra. Los segundos son los Colhuas. Los terceros son los mexicanos22. » Les premiers, les chichimèques, étaient des sauvages, ne sachant ni lire ni peindre, vivant dans des grottes, mangeant cru. De ce peuple barbare on savait peu de chose : leur histoire demeure inconnue même si Motolinía avançait une date de peuplement : « ha ochocientos años que son moradores23 ». Il s’agissait d’une histoire chronologique, chaque peuple ayant été suivi par un autre : « Del postrero hijo descienden los otomíes, llamados de su nombre, que se llamaba Otomitl. Es una de las mayores generaciones de la Nueva España24. »

  • 25 Michel Benaben, Dictionnaire étymologique de l’espagnol, Paris, Ellipses, 2000, p. 149.
  • 26 Diccionario de Autoridades, vol. 2, p. 39.
  • 27 Covarrubias, Nuevo tesoro lexicográfico de la lengua española, Madrid, Real Academia Española, Espa (...)
  • 28 Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas, Madrid, Miriguano, 2007, p. 30-31.
  • 29 José de Acosta, Historia natural y moral de las Indias, Madrid, Historia 16, vol. 34, 1987, p. 118.

12Deux termes étaient donc ici à l’œuvre, celui de generación et de gentes. Generación vient de engendrar25 et peut être un équivalent de nación26. Cependant ce terme suggère l’idée d’une production et d’une évolution, les Indiens devenaient de plus en plus marqués par les critères de civilisation dont les chichimèques étaient dépourvus. Gentes peut également fonctionner comme un équivalent de nación mais il possède toutefois une connotation particulière que nous retrouvons dans la définition de Covarrubias qui rapportait à ce propos un proverbe « Aunque negros, gente somos27 ». Cette remarque est loin d’être anodine car le terme gentes insérait ainsi les Indiens dans un schéma qui permettait l’évangélisation et cela même dans le cas des Indiens chichimèques classés comme barbares. La nécessité de faire des Indiens des chrétiens comme le postulait la bulle Inter cætera de 1493 généra un discours historique sur leur origine. Nous ne donnerons ici qu’un seul exemple : celui de Sarmiento de Gamboa qui, au prix de bien des acrobaties et de quelques erreurs, fit des Indiens des descendants des Atlantes et de ces derniers des héritiers de Noé, plaçant ainsi les indigènes dans une généalogie leur permettant d’intégrer sans mal et sous la direction éclairée des Espagnols le « peuple » chrétien28. Cette vision, on le sait, a suscité les moqueries du jésuite José de Acosta pour qui l’histoire de l’Atlantide n’était qu’un conte « que no se puede contar en veras, si no es a muchachos y viejas29 ». Nous rappellerons cependant que le texte de Gamboa était loin d’être une fantaisie. Le cosmographe s’appuyait sur une enquête commanditée par le vice-roi Toledo qui avait permis d’interroger des Indiens ayant connu les temps de l’Empire inca et de poser des questions précises concernant leur organisation politique. Cette enquête – connue sous le nom d’Informaciones – venait compléter des enquêtes sur le terrain, menées notamment par Toledo lors de son inspection générale des territoires de la vice-royauté, répondant en cela à la volonté exprimée depuis le début de la colonisation par la Couronne qui devait connaître pour gouverner, savoir pour s’imposer.

Les mots pour décrire

13Le discours descriptif vint compléter très tôt le discours historique. En effet, dès 1533, la Couronne voulut enquêter sur les espaces, sur leurs limites, leurs noms et les populations qui y vivaient.

  • 30 Francisco de Solano, Cuestionarios para la formación de las relaciones geográficas de Indias, siglo (...)

Porque queremos tener entera noticia de las cosas de esa tierra y calidades de ella os mando que luego que ésta recibáis hagáis hacer una muy larga y particular relación de la grandeza de esa tierra, así de ancho como de largo, y de sus límites : poniéndoles muy específicamente por sus nombres propios y cómo se confina y amojona por ellos. Y, asismismo, de las calidades y extrañezas que en ella, hay, particularmente los de cada pueblo por sí, y qué población de gentes hay en ella de los naturales, poniendo sus ritos y costumbres particularmente30.

14Ces interrogations se jouaient à plusieurs échelles et interrogeaient le global et le local en termes de territoires et de populations :

  • 31 Ibid., p. 22. Le début de ce passage, tiré des Ordenanzas para la formación del Libro de las Descri (...)

La Historia Moral contingente y variable, especialmente los descubrimientos y conquistas de cada provincia y por quién se hicieron y en qué tiempo y la forma que se tuvo en hacerlos, las naciones de los naturales que las habitaron y habitan ; los reinos y señoríos que hubo en cada uno, y los límites y términos por donde se dividían, y las diferencias de lenguas que tenían, la forma de república y los oficios de ella; las cosas tocantes a su república temporal, la religión y adoración que tenían y las personas que se la enseñaban, y la forma que para ello tenían y todas las cosas pertenecientes a su religión; los ritos y costumbres que tenían en sus nacimientos, crianzas y casamientos y muertes y sepulturas y discurso de vida, comidas y bebidas de que principalmente se mantienen, vestidos y trajes que usan, casas y moradas que habitan, los bienes que tienen y estiman y qué manera de señoríó y posesión tienen de ellos y los que poseen en común y los que poseen particularmente y cómo suceden en ellos31

15Le point de vue de l’enquête était donc ici celui de l’histoire morale, c’est-à-dire d’une histoire globale qui interrogeait à la fois les actions des hommes et leurs mœurs. Les hommes s’inséraient tout d’abord dans un territoire régulièrement désigné, dans nos textes, sous le terme de provincia, terme de géographie politique hérité de l’histoire coloniale de Rome :

  • 32 Covarrubias, op. cit.

Provincia : es una parte de tierra estentida, que antiguamente a cerca de los Romanos eran las regiones conquistadas fuera de Italia […]. A estas provincias, enbiavan governadores, y como ahora los llamamos cargos, este mismo nombre provincia significaba cargo32.

16Sur le plan sémantique, le mot combinait donc deux éléments : l’idée d’une extension géographique et l’administration d’une région conquise par des gouverneurs étrangers au lieu. C’était également un terme qui, pour le Pérou, pouvait traduire le terme quechua de suyu, permettant ainsi de ramener les divisions incaïques à des référents connus. C’était dans ce cadre politique que s’inscrivait le champ extrêmement détaillé de l’enquête. Le terme naciones de naturales insistait sur le volet global de l’enquête (il y a multitude de naciones) et interrogeait l’extrême diversité des populations indigènes du lieu considéré. D’autres termes concernaient davantage la géopolitique, l’organisation sociopolitique et la question de la souveraineté : reinos y señoríos, forma de república. Cette nécessité d’étudier et de catégoriser les diverses composantes de cette société complexe se retrouvait dans l’ouvrage de Juan López de Velasco, terminé en 1574 et intitulé Geografía y descripción universal de las Indias :

  • 33 Juan López de Velasco, Geografía y descripción universal de las Indias (1894), Madrid, B.A.E., 1971 (...)

[había] ocho o nueve mil poblaciones, naciones o parcialidades de indios que no se pueden bien sumar, porque la mayor parte están por reducir a pueblos, en los que, y en todo lo que está de paz, en cuanto buenamente se ha podido averiguar por las tasaciones, hay millón y medio de indios tributarios sin sus hijos y mujeres, y sin los viejos y por casar, y sin los muchos que se esconden y se dejan de contar en las tasaciones por no tributar, y sin los que no están pacíficos33.

  • 34 José Luis Martinez Cereceda, op. cit.

17« Ocho o nueve mil poblaciones, naciones o parcialiades de Indios » : trois termes sont ici associés, le premier dit l’insertion dans un lieu, le second nación possède, nous l’avons vu, de multiples connotations, le dernier enfin s’intéresse à la division administrative et fiscale du territoire. Dans les textes que nous utilisons, les descriptions du monde indien nouvellement découvert n’étaient en rien des ornements du discours, elles participaient d’une entreprise codée et fournissaient un modèle de description qui s’appuyait sur des mécanismes qui tentaient de faire rentrer les réalités américaines dans un système de classement européo-centré basé sur la représentation du territoire, sur le nom et sur la langue. Comme le fait remarquer José Luis Martinez Cereceda, les mots nación, provincias y gentes fonctionnaient ensemble et permettaient d’approcher l’identité des Indiens selon des codes ibériques. Chaque nación était reliée à un territoire particulier et à un nom qui pouvait être celui donné par une autorité antérieure (par exemple les noms donnés par les Incas), des noms d’origine locale ou imposés par les Espagnols. De fait, il y avait là une tentative de construire un discours global : une provincia / une nación, puis d’utiliser une échelle plus fine permettant de percevoir les réalités d’un monde plus divers qu’il s’agissait pourtant de faire rentrer dans un cadre contrôlé34. La transposition du discours identitaire de l’Espagne à l’Amérique se fit sur la base de repères connus : le vêtement, la langue, les modes de vie. Il y avait là production de catégories, de codes pour comprendre la société indigène et la faire rentrer dans le moule colonial.

Les mots pour retourner l’ordre établi

  • 35 Tristan Platt, Thérèse Bouysse-Cassagne, Olivia Harris, Qaraqara-Charka. Malku, Inca y rey en la pr (...)
  • 36 Edwin Claros Arispe (ed.), « El Memorial de Charcas », Ciencia y Cultura, no 27, décembre 2011, Uni (...)
  • 37 Nous suivrons ensuite Tristan Platt, T. Bouysse-Cassagne et O. Harris en désignant les caciques par (...)
  • 38 Nejma Kermele, « Idéologie et réforme dans le Pérou du xvie siècle : le projet politique de D. Fran (...)
  • 39 Edwin Claros Arispe, op. cit., p. 34.
  • 40 Ibid., p. 37.

18Si cette taxinomie déroutait le plus souvent les Indiens soumis à l’imposition brutale du système colonial, certains surent cependant utiliser, dans leurs intérêts, ces noms et ces codes. Certes les exemples ne sont pas si fréquents et ne peuvent concerner que les élites. Celui que nous allons donner montre comment les chefs indigènes de la province de Charcas purent s’approprier le mot nación en l’espace de quelques années et l’utiliser pour revendiquer le pouvoir dont ils s’estimaient dépossédés. Nous nous proposons de reprendre un texte bien connu des spécialistes de l’époque tolédanne et de nous appuyer ici sur les études de Tristan Platt, de Thérèse Bouysse-Cassagne, et Olivia Harris35. Il s’agit du Memorial de Charcas daté de 1582, soit un an après le départ du vice-roi Toledo qui réforma totalement la vice-royauté entre 1568 et 158136. Ce document inclut un premier texte, une pétition datée de 1575, signée par Fernando Ayavire y Velasco, l’un des caciques37 de la province de Charcas. L’année1575 marque de fait un moment important dans l’histoire des réformes tolédanes, qui, à cette date, étaient actées et mises en place. Les effets des réformes se faisaient sentir, notamment celles qui portaient sur la fiscalité, l’organisation du travail et le contrôle du pouvoir caciqual38. Cette première pétition installait une véritable généalogie du pouvoir, montrait la succession des chefs indiens depuis les Incas et insistait sur l’injustice commise envers Fernando Ayavire qui en était en partie dépossédé. Cette pétition était donc incluse dans un autre texte, plus tardif, de 1582 dans lequel le même Ayavire et vingt-quatre autres Mallku protestaient ensemble contre les changements imposés par le vice-roi Don Francisco de Toledo. Ils avaient eu comme effet, selon les chefs indigènes ici réunis, de leur retirer des terres et du pouvoir, ce qui montrait que le but des Espagnols était de vouloir « desterrar(nos) de nuestra patria, nación y tierras39 ». Dans le texte de 1582, plus complet, on trouvait à la fois un historique de la province de Charcas, de son organisation politique et économique depuis les Incas jusqu’à la date évoquée, une classification des différents peuples existant sur le territoire de la provincia de Charcas et surtout un argumentaire qui visait à démontrer la souveraineté naturelle des Mallku en usant d’un vocabulaire totalement marqué par la pensée ibérique sur les Justes Titres. Le texte articulait de manière très forte provincia et nación, associant le territoire, un sentiment d’appartenance, une organisation politique et socioculturelle. Cette province est définie comme celle des sept naciones au sud du Collao, chacune dirigée par un Mallku : « el uno fue de los Charcas y otro de los Caracaras, y el otro de los Soras y el otro de los Quillacas, y el otro de los Carangas y el otro de los Chuis, y el otro de los Chichas, cada uno diferentes en la nación, hábitos y traje40 ».

  • 41 Ibid., p. 27.
  • 42 « Y cada uno fuimos señores de nuestros súbditos y naturales y fueron bien gouernados los nuestros (...)
  • 43 « Y agora en esta visita general que se ha fecho por orden de don Francisco de Toledo visorrey que (...)
  • 44 Platt, op. cit., p. 710-715.

19Mais le texte montrait aussi qu’il existait au-dessus de ces naciones une macrostructure, une sorte de confédération de los Charcas, basée sur l’origine, la langue, et certaines coutumes et inscrite dans un temps long de l’histoire. La formule « antes de los Incas y después de ellos41 » est un des leitmotivs du texte. Les chefs indigènes signifiaient par là que les événements (conquêtes inca et espagnole) étaient mises sur le même niveau et n’avaient eu finalement que peu de prise sur les structures locales. Les Indiens (naturales, sujetos) entretenaient avec le cacique un rapport de vassalité (sujeto, yanacona) antérieur aux Incas42 et considéré comme de droit naturel. Les Mallku récupéraient, dans ce texte, toute une argumentation typiquement ibérique : ils insistaient sur la nécessité de contrôler les Indiens pour mieux assurer l’évangélisation, la sécurité du territoire, l’exploitation des mines et se posaient en relais nécessaire du pouvoir central. De fait, ils affirmaient que leur statut juridique était celui reconnu par les théologiens de l’École de Salamanque et revendiqué par Bartolomé de Las Casas, ils étaient « señores naturales en sus naciones y repartimientos » et revendiquaient leur appartenance à la noblesse43. L’utilisation du mot nación sert ici de point d’inflexion. Il n’apparaissait que très peu dans la pétition de 1575, mais dans le Memorial de 1582 ce terme est au centre de l’argumentation44. En montrant que les Indiens avaient une organisation sociopolitique identique à celle des Espagnols, en suggérant une uniformisation antérieure à celle que voulait imposer le système colonial, en s’appropriant un vocabulaire espagnol précis (sujetos, señores naturales, nación, señorío, repartimiento, hijodalgo, etc.) les Mallku construisaient l’histoire des groupes qu’ils dirigeaient et installaient leur identité en tant que « peuple » gouverné « con policía y razón », pour reprendre une formule de l’époque. L’emploi du mot nación avait pour effet de gommer l’hétérogénéité des groupes indigènes ; ils s’opposaient ainsi à la fragmentation voulue par le système des repartimientos et des corregimientos de l’administration coloniale.

  • 45 Francisco de Vitoria, Relectio de Indis, Carta Magna de los Indios, Madrid, CSIC, 1989.
  • 46 Id., Relectio de Potestate Civili. Estudios sobre su filosofía política, Madrid, CSIC, 2008.
  • 47 Ibid., p. 9.

20C’était de fait toute la question du pouvoir des señores naturales qui était au cœur du Memorial de Charcas. Le cinquième vice-roi du Pérou Don Francisco de Toledo avait en effet entrepris de déstructurer les systèmes de pouvoir indigène en réécrivant l’histoire des Incas, qu’il avait accusés d’être des tyrans d’origine et d’exercice, niant ainsi leur souveraineté naturelle. Les caciques perçus également comme des tyrans pouvaient être démis de leurs fonctions et remplacés. La question de la souveraineté naturelle avait pourtant été résolue par Francisco de Vitoria, dès les premières relecciones45. En effet, dans le De potestate civili46, Vitoria avait posé le fait que tout pouvoir, qu’il soit public ou privé, venait de Dieu et qu’il était de droit naturel, c’est-à-dire partagé par tous les hommes, même par les païens : « Todo poder – ya sea público o privado- por el que se administra la república, no sólo es justo y legítimo, sino que tiene a Dios por autor, de tal modo que, ni por acuerdo del orbe entero, puede suprimirse o abrogarse47. »

  • 48 Ibid., p. 11.

21Vitoria conservait l’idée classique de la conservation du pouvoir par la communauté et montrait qu’elle pouvait, dans un souci d’efficacité, le confier à un Prince. Ce fait était valable pour les Indiens qui ne pouvaient échapper au droit naturel. Les princes indigènes étaient donc légitimes. Vitoria soulignait l’humanité pleine et entière des Indiens, leur capacité à s’organiser en sociétés politiquement référencées dans le monde européen, rappelant que « tenían ciudades bien organizadas48 ». La théorie de la tyrannie développée en Amérique, notamment au Pérou à partir des années 1560, allait à l’encontre de l’existence de communautés politiques indigènes organisées pour n’en faire que des behetrias, c’est-à-dire des groupes non organisés en société, des barbares au pouvoir instable et fragmenté. La contre-offensive tolédane, en faisant des Indiens des tyrans, permettait l’instauration d’un contrôle colonial légitime en droit, autorisant dans les faits, la disparition ou du moins la mise sous tutelle des pouvoirs indigènes locaux.

22Autour d’un centre absent – le mot pueblo, finalement peu usité dans les textes hispaniques du XVIe – se déployait une constellation sémantique : nación, gente, república, provincia, generacion, patria. Ces mots disaient la relation aux lieux, l’existence de coutumes spécifiques, un certain degré d’organisation interne. Ils rapprochaient le monde indien – et en particulier les grands empires mexicain et péruvien – du monde familier de l’Espagne et de l’Empire qui étaient aussi des conglomérats de naciones mais où les rapports entre rey y reyno n’étaient pas marqués du sceau colonial. Au Pérou, les Espagnols surent exploiter les premières tentatives d’uniformisation réalisées par les Incas pour construire la société coloniale. Certes, cette dernière se complexifiait chaque jour davantage et dans un espace géographique encore en grande partie non dominé, les particularismes demeuraient fortement présents. Certaines populations aux marges de l’empire résistèrent aux tentatives d’uniformisation coloniale. Elles furent globalisées sous les termes de rebelles, de barbares, d’indios indómitos. Un de ces groupes cependant devint un peuple par la magie de la création poétique. Sous la plume d’Alonso de Ercilla, les Indiens du Chili se virent célébrés comme un peuple capable de s’unir pour conserver sa terre. Nous finirons donc cette évocation du concept de peuple, en rappelant les vers si fameux d’Alonso de Ercilla, qui sut « imaginer » le peuple araucano :

  • 49 Alonso de Ercilla, La Araucana, Madrid, Cátedra, 2011, p. 10.

Éste es el fiero pueblo no domado
Que tuvo a Chile en tal estrecho puesta
Y aquel que por valor y pura guerra
Hace en torno temblar la tierra
49.

Haut de page

Bibliographie

Acosta José de, Historia natural y moral de las Indias, Madrid, Historia 16, vol. 34, 1987.

Benaben Michel, Dictionnaire étymologique de l’espagnol, Paris, Ellipses, 2000.

Bernand Carmen, Les Indiens face à la construction de l’État-nation : Mexique-Argentine, 1810-1917, Neuilly, Atlande, 2013.

Cicéron, Traité de la République, t. 4, Paris, Firmin Didot Frères, 1864. Disponible à l’adresse : http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Ciceron/republique1.htm.

Claros Arispe Edwin (éd.), « El Memorial de Charcas », Ciencia y Cultura, no 27, Universidad Católica Boliviana, décembre 2011, p. 25-62.

Covarrubias, Nuevo tesoro lexicográfico de la lengua española, Madrid, Real Academia Española, Espasa, 2000.

Diccionario de Autoridades, Madrid, Gredos, 3 vol., 1984.

Gamboa Sarmiento de, Historia de los Incas, Madrid, Miriguano, 2007.

Kermele Nejma, « Idéologie et réforme dans le Pérou du XVIe siècle : le projet politique de D. Francisco de Toledo », in Kermele Nejma, Lavalle Bernard (coord.), L’Amérique en projet : utopies, controverses et réformes dans l’Empire espagnol (xvi-xviiie siècle), Paris, L’Harmattan, 2009, p. 177-192.

Ladero Quesada Miguel Angel, « La génèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux (1250-1450) », in Hermann Christian, Le premier âge de l’État en Espagne (1450-1700), Paris, CNRS, 1989.

Levillier Roberto, Gobernantes del Perú. Cartas y papeles del siglo xvi, Madrid, Ribadeneyra, vol. 5.

Lopez de Gomara Francisco, Historia general de las Indias « Hispania Vitrix », cuya segunda parte corresponde a la Conquista de México, Barcelona, Editoria Iberia, 1965.

López de Velasco Juan, Geografía y descripción universal de las Indias [1894], Madrid, B.A.E., 1971.

Matienzo Juan, Gobierno del Perú, Paris, Lima, Travaux de l’Institut Français d’Études andines, t. XI, 1967.

Martinez Cereceda José Luis, « ¿Cómo hablar de indios e identidades en el siglo xvi? Una aproximación a la construcción de los discursos coloniales », Historia Indígena, no 8, 2004, p. 45-55.

Martinez Cereceda José Luis, Gente de la tierra de guerra : los lipes en las tradiciones andinas y el imaginario colonial, Lima, Fondo Editorial, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2011.

Motolinia Fray Toribio de Benavente, Historia de los indios de la Nueva España, Madrid, Castalia, 1991.

O’Gorman Edmundo, La invención de América, México, Fondo de Cultura económica, 1977.

Perez de Tudela Bueso Juan, Documentos relativos a Don Pedro de la Gasca y a Gonzalo Pizarro, Madrid, Archivo Documental Español, Real Academia de la Historia, 1964.

Platt Tristan, Bouysse-Cassagne Thérèse, Harris Olivia, Qaraqara-Charka. Malku, Inca y rey en la provincia de Charcas (Siglos xv-xvii). Historia antropológica de una confederación aymara, La Paz, Instituto Francés de Estudios Andinos, Plural Editores, University of St. Andrews, University of London, Inter American Foundation, 2006.

Solano Francisco de, Cuestionarios para la formación de las relaciones geográficas de Indias, siglos xvi/xix, Madrid, CSIC, 1988.

Vitoria Francisco de, Relectio de Potestate Civili. Estudios sobre su filosofía política, Madrid, CSIC, 2008.

Vitoria Francisco de, Relectio de Indis. Carta Magna de los Indios, Madrid, CSIC, 1989.

Haut de page

Notes

1 Cicéron, Traité de la République, Paris, Firmin Didot Frères, t. IV, p. 292. Disponible à l’adresse : http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Ciceron/republique1.htm.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Miguel Angel Ladero Quesada, « La génèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux (1250-1450) », in Christian Hermann, Le premier âge de l’État en Espagne (1450-1700), Paris, CNRS, 1989, p. 23.

6 Ibid., p. 24.

7 Juan Pérez de Tudela Bueso, Documentos relativos a Don Pedro de la Gasca y a Gonzalo Pizarro, Madrid, Real Academia de la Historia, Archivo Documental Español, 1964, p. 383-395.

8 Ibid., p. 383.

9 Diccionario de Autoridades, Madrid, Gredos, 1984, vol. 3, p. 586.

10 Juan de Matienzo, Gobierno del Perú, Paris-Lima, Travaux de l’Institut français d’études andines, 1967, t. XI.

11 Diccionario de Autoridades, op. cit., p. 586.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 422.

14 Roberto Levillier, Gobernantes del Perú. Cartas y papeles del siglo XVI, Madrid, Ribadeneyra, vol. 5, p. 249.

15 Diccionario de Autoridades, op. cit., p. 422.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 644.

18 Ibid.

19 Francisco López de Gómara, Historia general de las Indias “Hispania Vitrix”, cuya segunda parte corresponde a la Conquista de México, Biblioteca virtual universal, p. 3. Disponible à l’adresse : http://www.biblioteca.org.ar/libros/92761.pdf.

20 Edmundo O’Gorman, La invención de América, México, Fondo de Cultura económica, 1977.

21 Motolinia (Fray Toribio de Benaventes), Historia de los indios de la Nueva España, Madrid, Castalia, 1991, p. 102.

22 Ibid., p. 102-103.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 110.

25 Michel Benaben, Dictionnaire étymologique de l’espagnol, Paris, Ellipses, 2000, p. 149.

26 Diccionario de Autoridades, vol. 2, p. 39.

27 Covarrubias, Nuevo tesoro lexicográfico de la lengua española, Madrid, Real Academia Española, Espasa, 2001.

28 Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas, Madrid, Miriguano, 2007, p. 30-31.

29 José de Acosta, Historia natural y moral de las Indias, Madrid, Historia 16, vol. 34, 1987, p. 118.

30 Francisco de Solano, Cuestionarios para la formación de las relaciones geográficas de Indias, siglos XVI/XIX, Madrid, CSIC, 1988, p. 4.

31 Ibid., p. 22. Le début de ce passage, tiré des Ordenanzas para la formación del Libro de las Descripciones de Indias du 3 juillet 1573, est également cité et commenté par José Luis Martinez Cereceda, Gente de la tierra de guerra : los lipes en las tradiciones andinas y el imaginario colonial, Lima, Fondo Editoria, Pontificia Universidad Católica del Perú.

32 Covarrubias, op. cit.

33 Juan López de Velasco, Geografía y descripción universal de las Indias (1894), Madrid, B.A.E., 1971, p. 1. Le titre du paragraphe est « Suma del Estado temporal y espiritual de las Indias ».

34 José Luis Martinez Cereceda, op. cit.

35 Tristan Platt, Thérèse Bouysse-Cassagne, Olivia Harris, Qaraqara-Charka. Malku, Inca y rey en la provincia de Charcas (Siglos XV- XVII). Historia antropológica de una confederación aymara, La Paz, Instituto Francés de Estudios Andinos / Plural Editores / University of St. Andrews / University of London / Inter American Foundation, 2006.

36 Edwin Claros Arispe (ed.), « El Memorial de Charcas », Ciencia y Cultura, no 27, décembre 2011, Universidad Católica Boliviana, p. 25-62.

37 Nous suivrons ensuite Tristan Platt, T. Bouysse-Cassagne et O. Harris en désignant les caciques par le terme Mallku : « En los documentos aquí publicados, los “señores naturales” de los indios eran designados frecuentemente con el vocablo caribe caciques. En lo que sigue, preferimos generalmente el vocablo aymara Mallku para designar a los grandes señores, palabra que significa “cóndorjefe con autoridad” », Platt, op. cit., p. 3.

38 Nejma Kermele, « Idéologie et réforme dans le Pérou du xvie siècle : le projet politique de D. Francisco de Toledo », in Nejma Kermele, Bernard Lavallé (coords.), L’Amérique en projet : utopies, controverses et réformes dans l’Empire espagnol (xvie-xviiie siècle), Paris, L’Harmattan, 2009, p. 177-192.

39 Edwin Claros Arispe, op. cit., p. 34.

40 Ibid., p. 37.

41 Ibid., p. 27.

42 « Y cada uno fuimos señores de nuestros súbditos y naturales y fueron bien gouernados los nuestros naturales. Y en esta costumbre los hallaron los españoles y Vuestra Majestad », ibid., p. 37.

43 « Y agora en esta visita general que se ha fecho por orden de don Francisco de Toledo visorrey que fue de estos Reinos, nos ha quitado todo el mando y señorío que teníamos sobre nuestros súbditos y vasallos como si no fuésemos señores naturales ansí como los duques y condes y marqueses que son en España, de lo cual recibimos notorio agrauio y daño », Claros Arispe, op. cit., p. 39.

44 Platt, op. cit., p. 710-715.

45 Francisco de Vitoria, Relectio de Indis, Carta Magna de los Indios, Madrid, CSIC, 1989.

46 Id., Relectio de Potestate Civili. Estudios sobre su filosofía política, Madrid, CSIC, 2008.

47 Ibid., p. 9.

48 Ibid., p. 11.

49 Alonso de Ercilla, La Araucana, Madrid, Cátedra, 2011, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nejma Kermele, « Le peuple absent », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 193-207.

Référence électronique

Nejma Kermele, « Le peuple absent », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5864 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5864

Haut de page

Auteur

Nejma Kermele

Université de Pau et des Pays de l’Adour, ALTER, Pau, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals