Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

Réformer le peuple ?

Objectifs et portée des écrits de Cristobal Pérez de Herrera
Marion Regeste-Mistral
p. 267-278

Résumés

Au cœur des écrits réformistes de Cristóbal Pérez de Herrera se trouve le dispositif destiné à réduire drastiquement la pauvreté ou du moins, une pauvreté perçue comme usurpant un état qui ne peut être que subit, pour différentes raisons qui ne permettent pas le travail, ou choisit mais alors il s’agit d’un chemin de perfection, une ascèse.
Chercher le peuple dans ce projet est difficile, car jamais l’auteur n’utilise ce mot pour désigner ou définir l’objet sur lequel vont s’appliquer ses propositions. Il faut soit partir d’un postulat (les pauvres sont issus du peuple), mais cette vision est réductrice tant le pauvre est protéiforme, soit interroger encore et encore les textes afin d’arriver à une description de ce que l’on pourrait appeler « peuple ».

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

reforma, arbitrismo, pueblo, pobreza, sociedad

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XVIe, XVIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage a connu plusieurs états dans le processus de maturation du projet : une première édition (...)

1Surtout connu pour son ouvrage proposant divers moyens afin d’éradiquer la pauvreté, Amparo de pobres1 publié en 1598, Cristobal Pérez de Herrera (1566 ou 1558-1620), d’abord employé dans les galères du roi puis chargé plus tard de soins de la chambre du roi, produit tout au long des vingt-cinq années qu’il consacre à une double carrière de médecin et d’auteur, des textes touchant bien des domaines.

  • 2 Il s’inscrit alors dans la lignée des textes qui, depuis Juan Luis Vivès (De Subventione Pauperum, (...)
  • 3 Cristobal Pérez De Herrera, Al católico y poderosísimo Rey de las Españas, y Nueuo mundo y de otros (...)

2Cependant son projet principal, celui qu’il va porter jusque dans ses derniers écrits, c’est une réforme profonde de la société, visant non seulement à réduire de manière drastique le nombre des nécessiteux, qu’il juge beaucoup trop nombreux2, mais à permettre l’éclosion d’un homme nouveau, travailleur et actif, au sein d’une Espagne qui aura enfin repris l’état glorieux qui était le sien : « […] que todo da a entender la grandeza increyble de España y su riqueza inaccessible, y mucho más boluiendo en sí como se espera3 » [f. 9ro] (« car tout donne à entrevoir la grandeur incroyable de l’Espagne et sa richesse inaccessible, et bien plus encore, si elle est restaurée dans son être comme tous le souhaitent »).

  • 4 Ainsi dans le titre développé de Amparo de pobres peut-on lire A la católica y real Magestad del Re (...)
  • 5 Le dictionnaire de Sebastián de Covarrubias, édité en 1611, ne donne qu’une définition au mot : « l (...)
  • 6 Le passage se trouve dans la dédicace au roi : « Al poderosísimo príncipe de las Españas, y del Nue (...)

3Ce projet de « réforme » et le mot est mis volontairement entre guillemets tant il est vrai que l’auteur l’utilise très peu, et l’applique non pas à une structure sociale, une administration, mais à des personnes, des conduites, des habitudes qu’il juge néfastes au bien commun4, va bien entendu poser la question de l’objet sur lequel il va agir. La définition de cet objet va être marquée dès le début par une certaine ambiguïté, car le mot pueblo n’est pas employé par l’auteur. C’est donc en creux qu’il va falloir chercher les éléments permettant de saisir quelle représentation se cache sous les différents vocables employés. C’est aussi partir sur le postulat que l’objet sur lequel va s’exercer la « réforme », le changement voulu par l’auteur ne peut être que le peuple. De fait, les différents écrits portant en germe l’idée d’une réforme (et il faudra s’interroger sur le mot même, sur sa signification intrinsèque et extrinsèque) ont pour thèmes les pauvres, le travail manuel, le développement de l’agriculture et de l’élevage, la répartition harmonieuse de la population utile sur le territoire avec comme objectif affiché de renouer avec la prospérité et de pallier une lente dégradation qui aurait vidé le royaume de ses forces vives, créant un déséquilibre ; cependant, il devient vite évident que ce sur quoi il faudra faire levier, c’est le peuple, pris dans le sens d’un état qui n’est pas celui de la noblesse5 (en cela Pérez de Herrera suit la distinction entre noblesse et roture qui structure les sociétés européennes de son temps). En effet, au détour d’une phrase de l’introduction à Remedios para la salud del cuerpo de la República, Pérez de Herrera désigne formellement ceux qu’il tient pour responsables de la situation de déclin que connaît l’Espagne : « […] la gran ociosidad de mucha gente ordinaria, así de la mendiguez fingida desta y de gran número que entra de fuera destos reynos a ello » [f. 9 ro] (« la grande oisiveté de bien des gens du commun, ainsi que de la feinte mendicité de ceux-ci, ainsi que du grand nombre des étrangers à ces terres, qui y rentre »). Ou bien encore, dans l’édition de 1598 des Discursos del Amparo de los legítimos pobres y reducción de los fingidos, il faut absolument « […] procurar limpiar sus Reynos de gente vagabunda y viciosa, que estraga las buenas costumbres dellos6 » (« Essayer de nettoyer vos royaumes de ces gens vagabonds et vicieux qui en corrompent les bonnes mœurs »).

  • 7 Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la República, f. 9 vo.

4Comme il a été dit précédemment, Pérez de Herrera n’utilise pas le mot pueblo pour désigner l’objet des propositions qu’il faut. À cela deux raisons, à notre avis, peuvent être avancées. La première, c’est que la réflexion purement politique, c’est-à-dire la construction d’une pensée théorique autour d’un problème à résoudre, occupe une place assez restreinte dans les écrits du médecin. Pourtant, il affirme être friand du thème : « […] Respondo que fuera de que por auer estudiado y leydo mucho de lo moral, tocante a la Ética, Económica y Política, a que naturalmente soy inclinado toda mi vida y a la Jurisprudencia, cuya facultad, si huuiera professado, fueran por ventura de más prouecho mis buenos propósitos7… » (« Je réponds qu’en dehors du fait que, parce que j’ai étudié et beaucoup lu sur des sujets relatifs aux mœurs, englobant l’éthique, l’économie et la politique, sujets par lesquels j’ai été naturellement attiré tout au long de ma vie, et la jurisprudence, qui, si j’avais enseigné, aurait rendu mes délibérations bien plus profitables… »).

  • 8 Ibid., f. 19 vo.

5Les considérations théoriques sont cantonnées aux introductions, aux lettres aux lecteurs, aux dédicaces. Pérez de Herrera n’est pas dans la réflexion, la dissertation savante accumulant les références aux autorités, mais dans l’action politique. En effet, il se préoccupe plus de donner des solutions concrètes et souligne plusieurs fois son pragmatisme : « […] y para consumir la de bellón diré en la Iunta algunos medios fáciles8… » (« et pour éliminer la monnaie de vellon, j’exposerai devant la junte quelques moyens faciles »).

  • 9 La phrase revient comme un leitmotiv dans Remedios para la salud del bien de la República et Apunta (...)

6Occupé à proposer des moyens de différentes sortes, Pérez de Herrera ne se perd pas dans des considérations abstraites, il est là pour soigner « le grand corps malade de la république9 » et c’est en médecin qu’il parle, quand il va chercher dans le vocabulaire médical qu’il connaît bien et pratique tous les jours, des comparaisons aptes à traduire ses préoccupations, à énoncer des diagnostics, proposer des solutions, marquant ainsi que son but premier n’est pas l’élaboration d’une pensée politique.

7Mais à cette disposition particulière pour l’action et le pragmatisme, on peut aussi ajouter, comme deuxième raison pour laquelle le mot « peuple » est absent du vocabulaire du docteur, la possibilité qu’il a de recourir à l’allégorie du corps pour parler de l’organisation politique de la république.

8Véritable outil de compréhension et de représentation, la vision organiciste de la société est complètement opérationnelle chez Pérez de Herrera qui y a recours dès qu’il souhaite entrer dans la théorie.

  • 10 « Podemos llamar estómago de este cuerpo a los Grandes, Títulos, Caualleros y gente noble y rica de (...)

9Il attribue ainsi à chaque état une fonction vitale : le foie, l’estomac et la tête. La tête est le souverain, l’estomac représente les Grands, les personnes nobles et fortunées10, qui auront comme fonction de digérer et de cuire les aliments, dont la substance sera ensuite envoyée au foie, lequel foie aura pour mission de répartir le liquide nourricier et le sang purifié par lui vers les différentes parties du corps. Situé au centre du corps, donc du royaume, le foie figure les paysans, les éleveurs, les artisans, les petits commençants, les marchands.

10En ayant recours à cette allégorie, qui suppose un idéal de complémentarité des différents états, Pérez de Herrera peut poser un diagnostic en bon médecin et proposer des moyens pour restaurer l’équilibre compromis car visiblement les fonctions attribuées à chacun et dont chacun, au sein d’une société hiérarchisée, doit se satisfaire, ne sont plus assurées.

11C’est donc au foie qu’il va apporter toute son attention, puisque cet organe est décrit comme le lieu où se concentrent les diverses forces susceptibles d’alimenter et donc de faire fonctionner le corps tout entier. C’est par conséquent le foie qu’il faut réformer en premier lieu, qu’il faut remettre au travail.

  • 11 Discurso del Doctor Christoval Pérez de Herrera, Protomédico de las galeras de España por el Rey nu (...)

12Cet organe souffre, selon Pérez de Herrera, d’un mal commun : en premier lieu, l’oisiveté (qui semble s’imposer comme un idéal de vie), ainsi que le recours à une mendicité voulue, assumée, qui se substitue à une activité génératrice de richesses communes. Pour illustrer son propos et lui donner la force de la vérité, de l’autorité, il va avoir recours à l’exemple. Ainsi, sous la plume du docteur, qui va exposer les anecdotes qu’il a collectés dans ses lectures ou de son contact régulier avec les galériens dont il a eu la charge durant les années où il servait sur les galères royales, va apparaître toute une galerie de pauvres, invariablement qualifiés de faux et auxquels sont attribués tous les vices, qui permettront, en creux, de définir le véritable pauvre : « […] la gente ociosa q[ue] anda en este hábito por las puertas y caminos, fingiendo, o haziendo mil invenciones para conseruarse en esta ociosa y mala vida11 » (« les gens désoccupés qui vont sous cette apparence, par les chemins, frapper aux portes en simulant [la pauvreté] ou qui inventent mille artifices pour se maintenir dans cette oisive et mauvaise vie »).

  • 12 Ibid., f. 4 ro.

13Au fil des pages s’accumulent les condamnations de ce genre de vie qui est propre aux personnes ordinaires (gente ordinaria). D’abord morales, puisque ces adeptes d’une vie oisive sont comparés aux gentils : ils ne se confessent pas, ne communient pas, ne vont pas à la messe et « […] deuen de comer carne en los días prohibidos por la Iglesia, sin licencia de médicos espirituales ni corporales12 » (« ils doivent manger de la viande les jours interdits par l’Église, sans autorisation d’un médecin ou d’un guide spirituel »).

14À cette première condamnation qui retranche le faux pauvre de la communauté, s’en ajoute une deuxième : celle d’être coupables des sept péchés capitaux. Car la pratique de l’oisiveté entraîne une manière de vivre qui ne peut que corrompre : ainsi, pour n’avoir aucune retenue, ni aucun frein, s’adonne-t-il à la gourmandise, buvant et mangeant quand il le souhaite ; à la luxure, du fait de la promiscuité et du manque des sacrements de l’Église qui fait que les unions ne sont pas consacrées et donc qualifiées de « concubinage » ; il pratique l’avarice, car l’oisif est soupçonné d’amasser de l’argent, mais de continuer à se vêtir de haillons afin d’inspirer la compassion. De plus, cette avarice entraîne celui qui la pratique vers une dépravation supplémentaire : le suicide. En effet, le docteur Herrera souligne que :

  • 13 Ibid.

[…] casi son homicidas de sí propios, de cuya salvación se puede tener sospecha, pues pudieran procurar con[n]servar sus vidas por más tiempo dexando de andar todo el día y casi la noche desnudos pudiendo andar abrigados […] andan muy deshonestos, casi en cueros y que es cosa de gran vergüença verlos entre las mujeres principales y honestas13.

[…] Ils sont quasiment homicides d’eux-mêmes, et leur salut est sujet à caution, car ils pourraient faire en sorte de prolonger leur vie plus longtemps en cessant d’aller toute la journée et même la nuit dévêtus alors qu’ils pourraient être couverts […] ils sont tout à fait inconvenants, presque nus et c’est une honte de les voir ainsi parmi les femmes respectables et vertueuses.

  • 14 Le lecteur s’interroge d’autant plus que selon les éditions successives de Amparo de pobres les chi (...)
  • 15 Discurso del amparo de los legítimos pobres y reducción de los fingidos, Madrid, 1598, f. 15 ro.
  • 16 Il faut mettre cette curieuse allusion en relation avec l’épidémie de peste que connaît l’Espagne e (...)

15Le tableau est noir, noirci à souhait, mais il est à l’aune du projet du docteur Herrera qui envisage la suppression de cette partie de la population. Et le lecteur de se demander quelle proportion donner à cette partie, car on serait bien en mal de le dire14, bien que des chiffres soient avancés, car la construction du discours ainsi que l’accumulation des exemples comme l’empilement des torts et autres manquements aux règles communes finissent par procurer la sensation d’une masse protéiforme omniprésente. Porteurs de tous les vices, de toutes les perversions, les faux pauvres sont aussi la source de maladies, voire d’épidémies, comme si l’altération morale dont ils sont porteurs trouvait une étonnante correspondance dans le physique : « […] la qual corrupció[n] y hedio[n]dez salie[n]do en sus halientos y sudores sucios y de la llagas corro[m]pidas por su inuención y culpa […] alteran y corrompen el ayre, enge[n]drando tabardillos y a vezes pestes, principalmente en Andaluzia15 » (« lesdites corruption et puanteur qui s’exhalent par leur souffle et leur sueur sale ainsi que des plaies infectées par leurs artifices et de leur fait, [] altèrent et gangrènent l’air, produisant la petite vérole et parfois la peste, surtout en Andalousie16 »).

  • 17 Ibid., f. 15 ro.

16Vision apocalyptique que celle de cette vivante source de maux, cette pourriture interne qui se niche au centre du corps et de la société, et à laquelle on n’échappe que difficilement. Autre effet du déséquilibre qui affecte le corps de la république et semble affecter tout le royaume, la partie gangrenée de la population va directement porter le mal dans la partie saine, comme l’affirme le médecin : « Y te[n]go por cierto, q[ue] la gente delicada y regalada y que están en las yglesias en apreturas cerca dellos, enferman y van a sus casas con grandes tabardillos […] de que mueren […] mucha gente destos Reynos17 » (« Et je tiens pour vrai que les personnes délicates et fortunées qui se trouvent dans les églises à leur étroit contact tombent malades et s’en retournent chez elles atteintes de petite vérole [] dont meurent [] bien des gens de ce royaume »).

  • 18 Le texte dit : « y también se podrá escusar el modo de pedir y sacar dineros de los que tañendo con (...)
  • 19 Ibid., Discurso del Doctor Christoval Pérez de Herrera…, f. 8 vo.

17Cependant, toutes les accusations portées à l’encontre de ces gens du commun, rappelons-le, ne sont là que pour frapper l’imaginaire du lecteur et l’amener au centre du projet, l’éradication de l’oisiveté. Et de même que l’on a vu comment les vices de l’âme vont ensuite produire leurs effets sur le physique, de même l’oisiveté, autre dépravation aux yeux de Pérez de Herrera, va-t-elle agir sur l’entourage de celui qui la pratique. L’auteur donne deux exemples dans l’édition de 1595 de ce désœuvrement néfaste. Deux petits instantanés, qui nous rappellent combien Pérez de Herrera est observateur de la vie de tous les jours : dans un premier temps, c’est l’aveugle (véritable ou pas) qui chantent, accompagné d’une guitare, sur les places ou dans les rues fréquentées, puis voici encore un musicien18 qui fait sauter ses petits chiens dans des cerceaux tout cela afin de demander l’aumône. Ces comportements sont jugés répréhensible car « […] estorvan a la gente de seruicio el acudir a sus ocupaciones y recados, principalmente a los muchachos19 » (« Ils empêchent les domestiques, surtout les plus jeunes, de vaquer à leurs occupations et leurs commissions »).

  • 20 Ibid., f. 8 ro. « Être utiles à la république par quelque emploi ».

18Inutiles, car ne produisant rien, alors qu’ils pourraient ser útiles a la república en algunos oficios20, ne dépensant rien (par avarice et parce que ce qu’ils reçoivent leur suffit largement), donc ne payant pas les taxes sur les produits de consommation courante, ces demandeurs d’aumône, finalement, se retranchent complètement de la communauté à l’amélioration de laquelle ils ne participent pas. Ils se retranchent d’autant plus qu’ils sont souvent déracinés, loin de leur structure familiale, bref des vagabonds dont on ne sait rien.

19Le projet de réforme que va proposer Pérez de Herrera va permettre de compléter la vision qu’il avait de cette partie spécifique de la population, mais qui pourrait être étendue à l’ensemble de ce qui porterait le nom de peuple, compris comme le groupe non noble, non fortuné de la population.

  • 21 Covarrubias donne comme définition : « Volver a dar forma a una cosa que se auía estragado y mudado (...)

20Avant de commencer à en esquisser les aspects principaux et dégager les traits fondamentaux qui sont propres, d’après notre lecture, à la représentation que se fait Pérez de Herrera du peuple, il serait intéressant de s’arrêter un instant sur le vocabulaire employé pour parler de ce projet. Si le mot reformar21 est relativement peu employé, c’est le verbe reducir qui a la faveur de l’auteur, qu’il soit employé seul ou suivant reformar, venant ainsi compléter la portée du projet dans l’esprit de l’auteur. Reducir vient du latin redigo, is, ere qui présente deux sens : forcer, pousser pour faire revenir, pour faire rentrer, ou ramener à un état inférieur ; amener quelque chose ou quelqu’un vers un autre état, soumettre, réduire à. Covarrubias, quant à lui, définit ainsi reduzir : latine reducere. Reduzirse es convercerse. Reduzido convencido y buelto a mejor orden. Le verbe exprime une idée de contrainte voire une certaine violence, car si l’on s’en réfère à la signification latine, qu’implicitement Covarrubias reprend puisqu’il ne donne de définition que pour reduzirse, l’idée de forcer quelqu’un à faire quelque chose est présente. Cet emploi du verbe reduzir place ipso facto le dispositif imaginé par le docteur Herrera sous le signe du châtiment, malgré un certain paternalisme que nous allons voir. Les deux aspects du projet de réforme dénotent l’ambiguïté qui marque le regard que l’on va porter sur le peuple en général et la partie dite oisive en particulier.

  • 22 Ibid., f. 7 ro.
  • 23 On voit combien l’aspect moral est important pour faire la différence entre deux sujets. Ainsi, dan (...)
  • 24 Ibid., f. 11 vo.

21Le dispositif se caractérise ensuite par une surveillance serrée de tous ceux qui, pour une raison ou une autre, se trouvent obligés de demander l’aide de leurs concitoyens. Le premier problème sera de déterminer qui peut demander l’aumône, qui réunira toutes les conditions pour être déclaré pobre de Dios22 et qui sera écarté de cette catégorie pour être mis immédiatement au travail. La différence, outre l’état physique qui va tracer une limite très nette entre celui apte au travail et celui inapte, c’est l’aspect moral23 : l’un sera dans l’obligation de demander alors que l’autre le fera de son plein gré et par choix, donc il est répréhensible. Une grande importance est donnée au « triage », qui va permettre de déterminer qui est digne d’être aidé et qui non, et les premiers seront accueillis dans les auberges de pauvres, où ils trouveront le gîte et le couvert pour la nuit ainsi qu’un guide spirituel, « […] porque es bien que estas casas siempre siruan de solo administración de sacramentos y missas y dormitorios de gente inútil sin enfermedades24… » (« car il est bon que ces maisons servent uniquement de lieu où l’on administrera les sacrements, où l’on entendra la messe, et où dormiront les gens inutiles, s’ils sont sains… »).

  • 25 Novísima recopilación de las leyes de España, tomo 1, Libro primero, Título xxx, Leyes vi y vii, Ma (...)

22Mais le contrôle ne s’arrête pas là, et c’est les pèlerins aussi qu’il faut surveiller, car même si c’est le seul vagabond « acceptable » (il s’est mis volontairement dans une situation précaire pour des motifs d’ordre spirituel), il doit néanmoins être surveillé et les auberges des pauvres permettraient alors un maillage administratif car les pèlerins étrangers devraient se présenter à la première qu’ils rencontreraient sur leur route une fois entrés en Espagne, afin d’attester de leur bonne foi. En cela, le dispositif imaginé par Pérez de Herrera complète les deux textes de loi relatifs aux déplacements lors des pèlerinages25. Aux pèlerins s’ajoutent les étudiants, que ne devraient pouvoir demander l’aumône que dans les villes universitaires, afin d’éviter que sous couvert d’études, ne se glissent parmi les véritables, de faux étudiants qui vivraient ainsi de la charité publique sans en avoir le droit.

  • 26 Ibid., f. 15 ro.
  • 27 Dans cette proposition, Pérez de Herrera fait une recommandation qui souligne bien toute l’ambiguït (...)

23Le ton reste bienveillant, paternaliste : ainsi est-il proposé de nommer un padre de moços26 dans chaque municipalité afin qu’il place les jeunes gens venus de l’extérieur chez des maîtres qu’ils pourraient servir, leur évitant ainsi de tomber dans une oisiveté27 qui les conduirait irrémédiablement vers une vie moralement répréhensible. De même, il est proposé un padre de trabajadores dont le but serait d’aider les journaliers à trouver du travail, mais afin d’éviter aussi que des certains ne demandent pas un salaire excessif afin de ne pas travailler et demander la charité. Mais malgré cela, et malgré cette image du père, il n’en demeure pas moins que l’organisation de la surveillance et du contrôle, qui va jusqu’à la disposition des pièces et des meubles dans les auberges de pauvres, relève d’une mise au pas d’une population qui est perçue comme dangereuse, ou du moins pléthorique.

  • 28 Remedios para la salud del cuerpo de la República, Madrid, 1610.
  • 29 Il faut voir certainement dans ce ton plus abrupt, l’expression d’une certaine amertume, car les pr (...)
  • 30 Ibid., f. 13 ro.

24Quelques années après la publication de Amparo de pobres, Pérez de Herrera revient sur le sujet des oisifs28. Le texte étant beaucoup plus court et la place réservée non plus aux pauvres (qu’il faut protéger et écarter des simulateurs) mais aux oisifs, bien moins importante (car l’auteur envisage d’autres actions à mener pour redresser la situation de l’Espagne), les termes choisis sont plus bruts, plus radicaux, et l’auteur enveloppe moins son propos29. Il complète le dispositif prévu à l’origine – et qui n’a pas vraiment vu le jour – par une surveillance accrue au sein des villes. Des censeurs seraient nommés qui désigneraient des personnes chargées, dans chaque quartier, de vérifier ce qui s’y passe, de contrôler les allées et venues de chacun. Ainsi, à leur arrivée, les étrangers devraient se déclarer devant le censeur : « para que se sepa a que negocios vienen, y el tiempo que aurán menester para ellos […], para que se limpie estos lugares de gente ociosa y superflua30 » (« Pour que soit connu le but de leur voyage, et le temps dont ils auront besoin pour leurs affaires […] afin que ces lieux soient débarrassés de ces gens oisifs et superflus »).

  • 31 Ibid.

25Mais Pérez de Herrera va plus loin en proposant une sorte de police des mœurs secrète : « Y que así mismo aueriguen estos Censores con gran cuydado y secreto la manera de viuir de cada vno y si tienen malos tratos e ilícitos, y otras cosas escandalosas y de mal exemplo y prohibidos por leyes destos Reynos […] sean castigados, y todos viuan con sospecha y miedo31 » (« Et que de même les censeurs vérifient avec soin et secrètement la manière de vivre de chacun, et si certains ont des comportements mauvais ou illicites, et [commentent] d’autres actes scandaleux et interdits par les lois de ce royaume, […] qu’ils soient punis, et que tous vivent dans la défiance et la peur »).

26À travers ses écrits, Pérez de Herrera nous offre une vision certes d’une partie de ce que nous pourrions qualifier de « peuple » dans le sens, cela a été dit, de gente ordinaria, cependant cette vision, quand on élargit le champ d’investigation de Amparo de Pobres (1595) à Remedios para la Salud del Cuerpo de la República (1610) et au texte A los cavalleros procuradores de corte (1617), évolue et se fait plus large, car si l’on parle encore de pobres, il est fait plutôt mention de ociosos, ce qui ouvre la possibilité d’une discrète critique à l’endroit d’une société qui a comme idéal le modèle du noble qui ne travaille pas, alors qu’émergent d’autres valeurs fondées sur l’utilité sociale des individus. Ainsi, sous la plume du docteur qui va exposer les exemples qu’il a collectés dans ses lectures ou de son contact régulier avec les galériens dont il a eu la charge durant les années où il servait sur les galères royales, va apparaître toute une galerie de pauvres, invariablement qualifiés de faux et auxquels sont attribués tous les vices. Ainsi donc, quand le peuple est représenté par le foie, il est au centre du corps, indispensable à son fonctionnement, par son travail. Mais quand il cesse son activité, qui plus est par choix, et qu’il met ainsi, selon l’analyse qu’en fait Pérez de Herrera, en péril l’équilibre du corps, il est perçu comme perverti ; assimilé à une humeur peccante, il convient qu’il soit évacué.

27En glissant d’un groupe précis et ciblé (les pauvres) vers une appréciation plus globale (les oisifs), et en proposant ensuite une surveillance générale et secrète, sorte de panoptique avant l’heure, Pérez de Herrera va plus loin que son projet initial de protection des pauvres pour ébaucher une approche d’une société disciplinaire où l’oisif et plus généralement le peuple travaillerait et produirait pour le plus grand bien du royaume.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage a connu plusieurs états dans le processus de maturation du projet : une première édition en 1595, vite épuisée et suivie, la même année d’une deuxième impression, pour arriver à la version définitive en 1598. Cf. Cristobal Perez Pastor, Bibliografía Madrileña o descripción de las obras impresas en Madrid (siglo xvi), Madrid, Tipografía se los huérfanos, 1891, p. 253.

2 Il s’inscrit alors dans la lignée des textes qui, depuis Juan Luis Vivès (De Subventione Pauperum, 1526) posent la place du pauvre dans la société de la Renaissance, que ce soit en France en Angleterre ou en Espagne.

3 Cristobal Pérez De Herrera, Al católico y poderosísimo Rey de las Españas, y Nueuo mundo y de otros muchos y grandes reynos que y señoríos, don Felipe iii nuestro señor. En razón de muchas cosas tocantes al bien, prosperidad, riqueza y fertilidad destos Reynos y restauración de la gente que se ha echado dellos, Madrid, 1610. Pour plus de commodité, il sera fait mention du traité sous le nom de Remedios para la salud del cuerpo de la república.

4 Ainsi dans le titre développé de Amparo de pobres peut-on lire A la católica y real Magestad del Rey don Felipe señor nuestro, suplicandole se sirva de que los pobres de Dios mendigantes verdaderos destos reynos se amparen y socorran y los fingidos se reduzgan y reformen.

5 Le dictionnaire de Sebastián de Covarrubias, édité en 1611, ne donne qu’une définition au mot : « latine populus, el lugar y la gente del ». Il faudra attendre l’édition de 1737 du Diccionario de Autoridades pour voir apparaître en troisième sens du mot : « se llama también la gente común y ordinaria de alguna ciudad o población a distinción de los nobles ».

6 Le passage se trouve dans la dédicace au roi : « Al poderosísimo príncipe de las Españas, y del Nuevo mundo, don Felipe Tercero nuestro señor. »

7 Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la República, f. 9 vo.

8 Ibid., f. 19 vo.

9 La phrase revient comme un leitmotiv dans Remedios para la salud del bien de la República et Apuntamientos para el bien y descanso destos Reynos.

10 « Podemos llamar estómago de este cuerpo a los Grandes, Títulos, Caualleros y gente noble y rica destos reynos » (« Nous pouvons appeler estomac de ce corps les Grands, les personnes de qualité, les chevaliers, et les personnes nobles et fortunées de ce royaume… »), ibid., f. 6 ro. Pour une première approche du vocabulaire utilisé par Cristobal Pérez de Herrera, se reporter à Marion Regeste-Mistral, « Exprimer une pensée réformiste. Le vocabulaire du docteur Pérez de Herrera (1556-1620), médecin des galères du roi », Cahiers d’études romanes, no 30, 2015, p. 311-326.

11 Discurso del Doctor Christoval Pérez de Herrera, Protomédico de las galeras de España por el Rey nuestro seño, residente en su corte. A la católica y real Magestad del Rey don Felipe señor nuestro, suplicándole se sirua, de que los pobres de Dios me[n]digantes verdaderos destos reynos se amparen y socorran, y los fingidos se reduzgan y reformen, Madrid, 1595, f. 2 ro.

12 Ibid., f. 4 ro.

13 Ibid.

14 Le lecteur s’interroge d’autant plus que selon les éditions successives de Amparo de pobres les chiffres varient, se dilatent : de 70 000 à 80 000 (édition de 1595), on passe, dans l’édition de 1598, à un chiffre impossible à imaginer : « el primer y mayor inconveniente es parecer que hay en estos reynos mas numero de lo que se puede créer de personas ».

15 Discurso del amparo de los legítimos pobres y reducción de los fingidos, Madrid, 1598, f. 15 ro.

16 Il faut mettre cette curieuse allusion en relation avec l’épidémie de peste que connaît l’Espagne entre 1597 et 1602.

17 Ibid., f. 15 ro.

18 Le texte dit : « y también se podrá escusar el modo de pedir y sacar dineros de los que tañendo con cinfonías y otros instrumentos », f. 8 vo. Or il est intéressant de souligner que dans la description que donne Covarrubias de l’instrument (il s’agit d’une sorte de vielle à roue), dans son dictionnaire, paru en 1610 – la date est significative ici –, il est spécifié que : « Algunos pobres fra[n]ceses suele[n] traer un instrumento a modo de violoncillo ». Quand on sait le soin que porte Pérez de Herrera au contrôle qui doit être appliqué aux vagabonds étrangers (qu’ils soient pèlerins, marchands ambulants ou simplement miséreux), qui outre le fait qu’ils demandent l’aumône et donc ne produisent rien peuvent être aussi des hérétiques ou des espions, ce choix du joueur de cinfonía n’est pas innocent.

19 Ibid., Discurso del Doctor Christoval Pérez de Herrera…, f. 8 vo.

20 Ibid., f. 8 ro. « Être utiles à la république par quelque emploi ».

21 Covarrubias donne comme définition : « Volver a dar forma a una cosa que se auía estragado y mudado en su ser y condición. Reformador y reformación » (« Redonner sa forme à une chose qui s’était corrompue et la ramener à sa condition. Réformateur et réformation »).

22 Ibid., f. 7 ro.

23 On voit combien l’aspect moral est important pour faire la différence entre deux sujets. Ainsi, dans la septième objection qui est faite à Pérez de Herrera sur son projet et qui consiste à dire que parmi les oisifs, il y a beaucoup de personnes fortunées, il est répondu que « todos estos ricos, como no sean viciosos, no contrauiene[n] al este principio [référence à l’Ecclésiaste qui pose l’oisiveté comme mère de tous les vices], porque no ha[n] menester hazer cosas que no deuen para me[n]tenerse y viuir, por tener posesiones y re[n] tas […] los tales casi sie[m]pre tienen ocupaciones en defender y conservar sus hazie[n]das y en negocios y gouiernos y defensa de la República ; y la autoriza[n] y adorna[n] » (« Tous ces riches, s’ils ne sont pas portés sur la vie d’aisance, ne vont pas contre ce précepte, par ils n’ont pas besoin de faire des choses qu’ils ne devraient pas faire pour se nourrir et vivre, car ils ont des rentes et des possessions […] ils sont toujours occupés à défendre et conserver leurs biens, à des affaires et à l’administration, et à la protection de la république, qu’ils rendent possible et embellissent »).

24 Ibid., f. 11 vo.

25 Novísima recopilación de las leyes de España, tomo 1, Libro primero, Título xxx, Leyes vi y vii, Madrid, 1805, p. 197.

26 Ibid., f. 15 ro.

27 Dans cette proposition, Pérez de Herrera fait une recommandation qui souligne bien toute l’ambiguïté de l’approche à la fois respectueuse de l’homme et répressive. Il suggère en effet d’éviter, autant que faire se peut, de faire honte à ces jeunes gens qui n’auraient pas connaissance du délit de vagabondage, car « quitándole la honra, luego hazen mil insultos teniendo perdida la vergüença » (ibid., f. 15 vo) (« Si on leur enlève l’honneur, ils se livrent ensuite à mille outrages, car ils ont perdu toute pudeur »).

28 Remedios para la salud del cuerpo de la República, Madrid, 1610.

29 Il faut voir certainement dans ce ton plus abrupt, l’expression d’une certaine amertume, car les projets du docteur ont peu été appliqués et quinze ans après la première publication de ce qui deviendra Amparo de pobres, la situation à laquelle il essayait de proposer des solutions concrètes perdure.

30 Ibid., f. 13 ro.

31 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Regeste-Mistral, « Réformer le peuple ? », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 267-278.

Référence électronique

Marion Regeste-Mistral, « Réformer le peuple ? », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/5983 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5983

Haut de page

Auteur

Marion Regeste-Mistral

Aix Marseille Univ, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals