Navigation – Plan du site
Époques moderne et contemporaine

La Révolution de Naples : Les dix jours de Masaniello (1647)

Suivi de l’édition critique d’un manuscrit inédit de la Bibliothèque universitaire de Bologne
Jean-Luc Nardone
p. 279-307

Résumés

Le point de départ de mon intervention sera l’ouvrage que j’ai publié en 2010, La Révolution de Naples. Les dix jours de Masaniello, première traduction française du texte d’Alessandro Giraffi témoin oculaire de la révolution, ou tumulte, qui en dix jours porte le miséreux Masaniello des bas-fonds de la ville à son sommet puis qui le conduit à la mort. Naples est alors la deuxième plus grande ville d’Europe et cet épisode demeure extraordinaire. Dans la lecture du récit de Giraffi, je porterai mon attention tout particulièrement à la description du peuple et aux bruits de cette révolte populaire. Par ailleurs, je compte m’appuyer aussi sur un texte inédit à ce jour à savoir un manuscrit que j’ai repéré à la Bibliothèque universitaire de Bologne : une Lettera della Rivoluzione di Napoli dont je propose la première édition critique en annexe de mon article.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les deux autres sont : Les Vêpres siciliennes. Le complot de Jean de Procida, traduction inédite de (...)
  • 2 Alessandro Giraffi est appelé Nescipio Liponari dans la réédition du texte à Padoue (per il Sarti, (...)

1L’une des phrases les plus célèbres du roman fondateur du romantisme italien, Les Promessi Sposi, tient en trois mots : « Il popolo imbestialì » (chapitre xii). On comprend sans grande difficulté le sens de ce verbe et d’ailleurs il suffit de lire le titre de quelques-unes des interventions programmées lors de ce beau colloque pour constater qu’il est somme toute assez banal et récurrent de voir se réduire la distance qui sépare l’homme de l’animal, lorsque cet homme, mêlé à ses congénères, se métamorphose en peuple. Mais le verbe italien n’est pas facile à traduire ou du moins, sa capacité à condenser en un mot unique toute la folie furieuse mais aussi bestiale n’a guère d’équivalent en français et plutôt que d’en traduire le sens simple selon une traduction commune (« Le peuple devint fou de rage »), on voit qu’il y aurait plus de puissance à proposer un néologisme comme « Le peuple s’ensauvagea » par exemple. J’y reviendrai. Cette attention à la traduction est le fruit d’une réflexion de presque deux décennies aujourd’hui qui m’a notamment porté à proposer à la lecture du public français une trilogie des révolutions populaires italiennes, dont la première, celle de Masaniello à Naples nous occupera aujourd’hui1. Il s’agissait de la première traduction française du texte d’Alessandro Giraffi paru chez Baba à Venise en 1647, c’est-à-dire l’année même de l’épisode napolitain, et tout l’attrait de Giraffi est d’en avoir été un témoin oculaire. Immédiatement réédité à Padoue et à Gênes en 1647, le texte paraît encore en 1648 mais cette fois Giraffi se sert d’un pseudonyme2, preuve peut-être que son récit des événements n’avait pas trouvé grâce aux yeux de tous, des puissants notamment. Car Masaniello devient pour certains un personnage subversif quand d’autres voient en lui un David, un Spartacus, un Cola di Rienzo.

  • 3 Alessandro Giraffi, La Révolution de Naples. Les dix jours de Masaniello, traduction inédite de J.  (...)

2Si j’ai choisi de faire ce détour par le XIXe siècle de Manzoni pour en arriver à Masaniello, c’est pour anticiper une trace, une ligne de rupture qui, depuis la nuit des temps, a marqué une scission entre l’homme et le sous-homme, le citoyen et son esclave, le seigneur et son serf, le maître et son valet, et l’on peut croire que la Révolution française trace un tournant dans l’histoire de la constitution politique du peuple, dans sa légitimation. Manzoni, pourtant nourri, comme toute sa génération, de l’espoir de voir triompher le modèle révolutionnaire français dans une Italie occupée au Nord comme au Sud par des puissances étrangères, fait très vite le choix de sa classe sociale toute nourrie de catholicisme et redoute plus que tout la bestialité du peuple. Son jeune héros, Renzo, pour petit homme du peuple qu’il soit, ne trouve grâce à ses yeux que lorsqu’il se détache ou se détourne du peuple comme masse informe, comme foule ou comme prolétariat. En italien, où la « progéniture » se dit « prole », on n’oublie jamais que le prolétaire n’a d’autre apport social que son engeance, qu’il est le degré zéro de la propriété et qu’en tant que tel, il n’a rien à perdre dans le danger d’une révolution, sinon une vie misérable toute d’indigence. Pour des raisons de censure qu’on imagine, Manzoni situe donc son roman justement dans le siècle de Masaniello et sa révolte populaire milanaise du chapitre xii est le fruit de l’incompétence du « gran cancelliere » Antonio Ferrer qui faisait office de gouverneur de la ville en l’absence de don Gonzalo Fernandez de Cordova, tout comme celle de Naples est intimement liée à l’incompétence d’un autre Espagnol, son Excellence monseigneur le duc d’Arcos, vice-roi de Naples, qui « imposa une nouvelle taxe sur les fruits, qui s’étendait à toutes les sortes de fruits, les fruits secs comme les fruits frais et jusqu’aux lupins et aux mûres blanches et rouges3 ».

  • 4 Né le 29 juin 1620, dans une ruelle, Vico Rotto al Mercato, proche de la place du Mercato, il est l (...)
  • 5 Manuel de Zuñiga y Fonseca, comte de Monterey, est nommé vice-roi en 1631, l’année d’une terrible é (...)
  • 6 C’est le cas notamment de la révolte de Palerme, commencée en 1646, domptée finalement par le vice- (...)
  • 7 La matière étant immense, nous renvoyons essentiellement à la récente publication de Silvana d’Ales (...)
  • 8 Histoire des révolutions de la ville et du royaume de Naples contenant les actions les plus secrète (...)

3D’un côté donc, le vice-roi, de l’autre, la lie de la société, Tommaso Aniello d’Amalfi dit Masaniello4, obscur livreur de poissons, prend la tête d’une révolte générale contre une nouvelle taxe sur la farine puis sur les fruits, qui constituaient alors la nourriture de base des plus pauvres. Entre le dimanche 7 juillet et le mardi 16 juillet, Masaniello devient le maître incontesté de l’une des plus grandes villes d’Europe, côtoie les plus puissants – jusqu’au vice-roi – et sombre dans une espèce de folie absolutiste qui provoque son assassinat. Si l’on replace cette révolte dans le mouvement plus large qui s’inscrit dans un mécontentement diffus depuis la vice-royauté du comte de Monterey5 (1631‑1637), jusqu’à celle de Rodrigo Ponce de Leòn, le duc d’Arcos, qui prend ses fonctions le 11 février 1646 où, durant toutes ces années, la pression fiscale ne cesse de croître pour répondre aux exigences de la couronne d’Espagne en guerre, la révolution de Naples apparaît alors comme le paroxysme d’un mouvement général des provinces espagnoles de l’Italie méridionale où les foyers de rébellion se comptent par dizaines6. C’est ainsi que de nombreux auteurs, pour la plupart étrangers à Naples, voire à l’Italie, traduisent ou réécrivent l’histoire de la révolution napolitaine en y insufflant leur réprobation aristocratique ou, à l’inverse, leurs propres aspirations révolutionnaires, et l’on voit ainsi paraître des études, des analyses, des jugements en Espagne, bien évidemment, mais aussi en France, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne, partout en Europe en somme7. Une dernière catégorie d’écrivains, tous italiens cette fois, longtemps après le XVIIe siècle, lit l’épisode napolitain comme le premier pas d’une nation décidée à secouer le joug de ces sempiternels occupants qui asservissent l’Italie depuis le XVe siècle, et notamment les Espagnols. Il n’est pas étonnant, dès lors, de trouver en effet mêlées les interprétations les plus diverses et les plus variées de ce qui fut, à n’en pas douter, un puissant mouvement populaire et de voir tantôt « marcher à la tête d’une multitude d’enfants demi-nus et armés de cannes, un Masaniello qui, passant pour un idiot, et n’étant qu’un misérable poissonnier, foule outrageusement aux pieds l’orgueil des ministres d’Espagne et se rend en moins de trois jours tellement absolu dans Naples que ses moindres ordres y sont plus promptement exécutés que ceux des princes ottomans », tantôt « figurer Masaniello comme un homme envoyé de Dieu afin de châtier l’orgueil et l’avarice des ministres du roi d’Espagne », tantôt le représenter « sous la forme d’un scélérat qui n’a pour but que le carnage, le pillage et l’embrasement8 ».

  • 9 Nous avons choisi l’édition princeps qui paraît à Venise chez l’éditeur Baba dès 1647. Le texte est (...)
  • 10 Au sens de « personne au plus haut degré universitaire ».

4Le texte des Révolutions de Naples9 de Giraffi que nous avons choisi de traduire et d’éditer est un journal qui fait figure de référence dans l’histoire de cette révolution parce qu’il suit pas à pas les dix journées de juillet 1647. Son auteur nous entraîne dans son sillage à suivre les mouvements de la foule, à entrer dans les palais et les églises, à entendre les tractations serrées entre les différents partis en jeu. Quels sont-ils justement, ces partis ? Il y a quatre forces principales qui tirent ou poussent les lignes au fil des événements : la première, c’est naturellement celle du peuple et de son guide, Masaniello. Tantôt foule, plèbe, masse, onde, le peuple – y compris le « popolo civile », c’est-à-dire la bourgeoisie citée par le menu dans notre texte avec ses « docteurs10, marchands, notaires, écrivains publics, greffiers, procurateurs, médecins, soldats, artisans respectés et une infinité d’hommes de talent, de valeur et d’expérience, tous de condition supérieure à la sienne » – compte par son nombre et sa détermination farouche. Il est d’autant plus impressionnant que malgré son hétérogénéité composite de peuple de la ville et de peuple des trente-six casali, les hameaux périphériques de Naples, tel un Cerbère polycéphale, il obéit au doigt et à l’œil à un seul maître : tous les chroniqueurs, et Giraffi est de ceux-là, sont à la fois émerveillés et terrorisés par l’ascendant charismatique du jeune homme sur un peuple qui devient son peuple.

  • 11 Le Conseil collatéral comprend entre trois et cinq membres, dont deux sont appelés « régents de la (...)
  • 12 L’épisode rappelle encore le chapitre xii du roman de Manzoni.

5À l’autre extrémité de la société napolitaine, au sommet du pouvoir cette fois, se trouve une autre force, unique et souveraine, celle qu’incarne le vice-roi, le duc d’Arcos. Le peuple est un vassal lige de Philippe IV. Il ne se révolte pas contre le roi qu’au contraire il acclame continûment, mais le vice-roi, entouré de ses Conseils que sont le Conseil collatéral et le Conseil d’État et de guerre11, est très vite désigné comme l’un des responsables majeurs de la misère populaire. Ainsi, dès les premières heures de la révolution, échappe-t-il de justesse au lynchage de la foule et alors qu’un des amis de Masaniello, Giuseppe de Simone, l’a empoigné par les cheveux pour l’arracher à son carrosse12, le duc ne doit la vie sauve qu’à une poignée de pièces d’or jetée à la foule déchaînée. On imagine aisément le jeu qu’après cela le duc d’Arcos doit conduire et qu’il y a dans sa bienveillance affable et dans sa volonté de satisfaire le peuple en tout, le désir aigu de mettre fin à une révolte si redoutable qui très tôt met le siège à son château et contrôle son approvisionnement. Son attitude des derniers jours ne souffre pas l’équivoque mais il convient aussi de prendre en compte, pour bien mesurer la difficulté de sa tâche, qu’il est en place depuis à peine un peu plus d’un an, que sa garnison ne se compose que de quelque deux ou trois milliers de soldats espagnols, mercenaires allemands et gardes italiens – à comparer aux 150 000 hommes armés du peuple – et qu’il a déjà fort à faire avec l’aristocratie locale.

  • 13 On relève notamment l’emploi récurrent de l’adjectif « prétendu » qui rend parfois ambigu le point (...)
  • 14 Sur le cardinal, voir le récent article d’Alain Hugon, « Le violet et le rouge. Le cardinal archevê (...)

6Les deux autres forces en présence sont grosso modo deux pôles de cette aristocratie, l’un opposant et l’autre adjuvant. Les seuls ennemis irréductibles de Masaniello sont les nobles, les ministres, les principi auxquels il voue une haine indéfectible parce qu’ils détournent à leur profit les taxes destinées à la couronne et tyrannisent le peuple. La lecture du journal de Giraffi, qui reste néanmoins prudent lorsqu’il en traite13, pointe bien comment ces familles, et en particulier les Carafa, dont Diomede le duc de Maddaloni, et son frère Giuseppe (dit Peppo), ou les ducs de Caivano, Giovann’Angelo Barile et ses deux fils, sont les rouages viciés du système politique, social et économique du vice-royaume et il suffit de jauger leur entourage pour s’en convaincre : ils protègent en effet une horde d’ambitieux cupides qui, sous leur aile, spéculent sur les revenus des taxes, et sont secondés par des bandes de brigands, des coupe-gorges, parfois nombreux, qui sont leurs hommes de main. C’est contre eux et contre l’injustice qu’ils incarnent que se dressent Masaniello et le peuple, pour le bénéfice du roi. Contre l’image et les pratiques de ces aristocrates sans scrupules brille Ascanio Filomarino14 de la famille noble des Della Torre, nommé cardinal en 1641. Homme sagace mais opiniâtre, il avait obtenu de sa fidélité aux Barberini le titre d’archevêque de Naples en 1642 et avait dû immédiatement s’imposer contre les prétentions de l’aristocratie locale de n’en faire qu’un jouet à sa mode, d’autant que sa mère étant une roturière, la noblesse le tenait en mépris. Plusieurs épisodes relatent ces frictions, notamment lors de la traditionnelle procession de saint Janvier de 1646 où il avait reçu de Diomede Carafa un coup de pied qui dut lui apparaître comme une provocation susceptible de menaces plus graves. Cela faisait ainsi de cet homme d’Église d’un peu plus de 60 ans un allié certain face à toutes les exactions que tenteraient les princes contre le peuple révolté. Très vite Filomarino a donc la confiance de Masaniello et s’impose comme l’homme de la situation, le seul susceptible d’arrêter les incendies et les exécutions, et de garantir la parole du vice-roi. On le voit s’appuyer sur sa propre famille, son frère notamment, le franciscain Francesco Maria, qu’il envoie en son nom négocier avec le vice-roi. Les nombreuses missives qu’il expédia tous les jours au pape pendant les émeutes nous apprennent qu’il soutint au début Masaniello contre les nobles puis qu’il l’abandonna quand celui-ci fut pris de folie. Notre Giraffi est incontestablement l’un de ses admirateurs et il est avéré que Filomarino dénoua en effet la situation.

  • 15 Naples disposait en effet de cinq sièges nobiliaires – Nido, Capuana, Montagna, Porta et Portanuova (...)

7Quant à la situation elle-même, elle pourrait tenir en peu de mots : dans le contexte que nous avons décrit, le vice-roi, en quête de nouvelles taxes destinées à financer les dépenses militaires de l’Espagne, se laisse convaincre d’imposer les produits de base dont se nourrit le peuple. Or la collecte de ces nouvelles taxes, outre qu’elle fait grogner la population, exige, pour ne pas être contournée, une application stricte et sévère, et par suite la multiplication de sbires pour la faire respecter. L’épouse de Masaniello, Bernardina Pisa, avait été arrêtée pour avoir transporté un sac de farine à la manière d’un nourrisson dans ses bras afin d’éviter la taxe. Et Masaniello, qui s’était endetté pour payer les cent écus exigés pour sa libération, aurait été alors l’un des premiers à mettre le feu aux guérites des percepteurs. La pression fiscale des plus démunis – nombre de femmes alors se prostituent pour subsister, y compris dans la famille de Masaniello – doublée de la violence de cette justice répressive déclenche donc le mouvement de révolte. L’exigence des insurgés vise ainsi à dénoncer la corruption des « ministres », grands et petits, qui amputent les revenus de la couronne et provoquent des impositions supplémentaires. De ce mouvement initial l’élan est donné pour de nouvelles exigences plus politiques : l’une d’elles est le retour au respect de toutes les exonérations datant de Charles Quint ; une autre réclame une parité entre les représentants du peuple et ceux de la noblesse, quand le rapport était de un à cinq15. Naples devient alors le théâtre de cette révolte fulgurante.

  • 16 C’est à ce fils d’un aubergiste et d’une lavandière que Giraffi, pour sa part, compare Masaniello. (...)
  • 17 Pedro de Alcàntara Téllez Giròn y Guzman, duc d’Osuna (1574-1624), fut vice-roi de Sicile de 1611 à (...)
  • 18 Le grassiere, c’est-à-dire le préfet de l’Annone était un officier royal qui contrôlait l’Annone et (...)
  • 19 C’est au nom du respect du patrimoine du roi que Filomarino obtient de Masaniello de renoncer à occ (...)

8Pour claires que puissent paraître la révolte napolitaine et ses origines, l’émergence et le rôle de Masaniello n’en demeurent pas moins extraordinaires. Comment ce jeune homme de 27 ans, analphabète, sans connaissance aucune des rouages complexes du pouvoir parvient-il à s’imposer comme le chef de la révolte, à enrôler les foules, à dicter sa loi à une ville qui, au XVIIe siècle, est avec ses 300 000 habitants – 500 000 à 600 000 avec les casali – la ville la plus peuplée d’Europe après Paris ? Cet exploit exerce assurément une fascination sur tous les auteurs des textes qui relatent l’épisode, parce qu’il relève de l’infiniment improbable comme la victoire de David sur Goliath, la résistance de Spartacus face aux légions de Rome ou la République romaine de Cola di Rienzo16 contre les princes Orsini et Colonna au XVIe siècle. Masaniello, qui ne connaît aucun de ces modèles, ne s’identifie pas moins lui-même, sous la risée des premiers témoins de ses exhortations à la révolte, à quelques-unes des grandes figures qu’enseigne la religion : Moïse, « qui libéra le peuple d’Israël » ou saint Pierre, « un autre pêcheur ». Et dans ce Masaniello, dans l’époux qui fulmine contre l’arrestation de sa femme, dans le héros providentiel dévoué à sa cause, qui jure qu’il redeviendra l’un des siens parmi les siens après sa victoire, qui s’obstine à rester vêtu, comme un misérable, de son habit traditionnel de pêcheur, dans sa folie ultime qui le conduit à la mort, il y a tout d’un romantisme anticipé. Dès le 7 juillet, Masaniello, son frère Giovanni, Giuseppe de Simone et les premiers révoltés ouvrent les prisons, déversant en ville des milliers d’affamés et de va-nu-pieds souvent incarcérés pour plusieurs semaines ou plusieurs mois pour avoir volé un peu de nourriture ou essayé d’échapper à la taxe. Comme eux, Masaniello a été jeté en cellule, quelques années plus tôt, pour une affaire dérisoire de taxe sur le poisson. Pour ces indigents, Masaniello est un héros qui rétablit une justice à laquelle ils ne croyaient plus et sans doute y a-t-il chez eux un aveuglement spontané à suivre et servir leur libérateur. C’est encore grâce à « la hardiesse courageuse […] du petit pêcheur aux pieds nus » que le peuple obtient finalement l’abrogation des taxes insupportables. Tout cela consacre en Masaniello un véritable défenseur des opprimés extraordinairement intègre puisque, aux premières heures de la révolution, lui et son jeune frère imposent une double loi absolument intangible : rien, dans les actes des révoltés ou dans leurs propos, ne doit porter atteinte au roi ; et personne, fût-il le plus miséreux du peuple, n’est autorisé, sous peine de mort, à s’emparer des biens des princes et de leurs complices qu’on doit entièrement jeter aux flammes. Ces résolutions, de fidélité à la couronne et d’intégrité totale, sont deux décisions qui expliquent pour une large part la cohésion pendant plusieurs jours d’une foule si nombreuse derrière son chef. Sans doute faut-il encore ajouter à tout cela l’échec de la tentative publique d’assassinat contre Masaniello, lorsque, au cinquième jour, « quelques balles, en frappant sa chemise au niveau de sa poitrine tombèrent à terre » : or il ne manquait plus assurément que cette aura mystique au chef pour enthousiasmer son peuple et cela, en effet, « fut considéré comme un miracle », nous dit Giraffi. Les observateurs avertis, déjà au XVIIe siècle, et plus encore la critique de nos jours ont cherché à mieux percer les secrets du succès du jeune homme, sans jamais atteindre, bien évidemment, à l’élucidation rationnelle de cette apothéose. D’aucuns ont notamment souligné que, dans les coulisses de l’ascension de Masaniello, se tient le vieux don Giulio Genoino, que le peuple, nous rappelle Giraffi, « choisit comme l’un de ses chefs principaux ». Genoino avait occupé le siège d’élu du peuple au temps de la vice-royauté du duc d’Osuna17 avant d’être exilé en 1619 pour avoir revendiqué une réforme qui mit à parité le nombre de sièges pour les nobles et pour le peuple. Or c’est précisément l’une des revendications qui, au bout de quelques jours, s’ajoute à celle de l’abolition des taxes, avec l’amnistie pour tous, la désignation de l’élu du peuple tous les six mois par le peuple lui-même, l’élection du grassiere18 par le peuple et la noblesse, le contrôle du château Sant’Elmo19. De même, le peuple appuie très tôt ses revendications sur le respect des engagements des souverains espagnols précédents, Ferdinand Ier d’Aragon, Frédéric Ier et Charles Quint. Il apparaît donc que Genoino n’a pas visé une rupture avec Madrid, mais un statut semblable à celui de la Catalogne qui eût satisfait sa haine des potentats espagnols locaux sans trahir la fidélité à un des monarques les plus puissants du monde. Quoi qu’il en soit, ces appuis politiques avisés n’ôtent rien à la figure héroïque de Masaniello qui, pour quelques jours au moins, s’imposa à tous. Giraffi décrit d’ailleurs le jeune homme comme « spirituel et facétieux, de taille moyenne, aux yeux noirs, plus maigre que gras, à la tignasse et aux petites moustaches blondes, les pieds nus, vêtu d’une chemise et d’un pantalon court de toile, coiffé d’un béret de marin, de belle apparence cependant et courageux et vif autant que dire se peut » et l’on imagine aisément devant ce portrait toute l’intelligence vivace du jeune homme qui suscite, particulièrement chez Filomarino qui le côtoie plusieurs jours, « une extrême admiration ». Car tout dans l’attitude politique de Masaniello « était contraire à celle d’un plébéien » et sans doute le verbe « subjuguer », qui revient plusieurs fois sous la plume de Giraffi, traduit-il mieux qu’aucun autre l’insigne pouvoir à la fois soudain et absolu exercé par le chef du peuple sur Naples, un « petit homme des plus humbles qui soient ».

9Le récit de Giraffi ne mérite pas seulement d’être lu, mais aussi d’être entendu. Il n’y a presque rien dans son journal des odeurs d’un port de Méditerranée, de ses fruits qu’on déverse de colère par centaines sur la place du Mercato, des feux qui brûlent dans les rues les meubles et les biens des palais, et pas grand-chose non plus des couleurs, des bleus de la mer, de l’éclat du ciel napolitain de juillet, sauf le rouge flamboyant des incendies qui éclaire comme « le soleil de midi », ou les lumières qu’impose Masaniello partout en ville la nuit, notamment après l’attentat auquel il a échappé. Mais tout Naples n’est qu’un cri. Le fait seul de décrire une révolte populaire, massive, porte naturellement à donner vie aux murmures grandissants, aux grognements sourds, aux déplacements de la foule qui constituent une basse continue ponctuée fréquemment d’éclats sonores, d’interjections, de « Vive ! » et de « À mort ! », des marques d’une frénésie en somme qui s’épancherait dans une fureur sonore. Le topos méridional qui décrit les Napolitains comme des gens de la voix, hâbleurs et exubérants, mais aussi lyriques et chanteurs, n’est sans doute pas étranger à cette mise en scène vocale de ces journées de 1647, entre cris de rage, revendications et Te Deum. Ces cris, de la foule et de son chef, sont autant l’expression d’une réalité historique que la métaphore de la bestialité de ce peuple révolté. Giraffi est terrorisé par la force de ces cris, de ces hurlements, mais aussi par le fracas de portes qu’on arrache, des meubles qu’on jette dans le feu par les fenêtres, comme tous ceux sans doute qui y étaient soumis. Cette attention portée aux sons tout au long du texte finit par éclater à la lecture comme retentissent continûment les tambours et les trompettes guerrières et les cloches qui sont alors le meilleur moyen de communication dans une métropole du xviie siècle – mais aussi les accompagnements festifs de la foule en liesse. C’est sans doute pour cela aussi, qu’à deux reprises au moins, Giraffi, comme les autres témoins de cette révolte, s’émerveille du pouvoir presque mystique d’un Masaniello à même d’imposer, d’un simple signe de la main, un silence absolu à toute la cohue qui l’accompagne : « Sur ce, Masaniello s’arrêta et fit signe au peuple, dont le nombre s’élevait déjà à vingt mille personnes, de ne pas pousser plus loin et de rester silencieux et on vit cette foule innombrable tout d’un coup s’arrêter et devenir muette dans un silence incroyable. » Cette puissance souveraine devient vite l’un des signes précurseurs de sa tyrannie, quand d’obéissant, le peuple devient craintif (« il était craint, obéi et servi par tous au moindre de ses signes avec plus d’exactitude et de rapidité que le grand Turc n’est obéi de ses vassaux »).

10Voix, chants, cris et silences laissent cependant encore une place aux discussions et aux tractations de ces dix jours, dans une langue uniformisée qui est celle de l’auteur lui-même. Seul le duc d’Arcos, on l’a dit, écrit en espagnol et l’on ne trouve de Masaniello qu’une phrase en napolitain, laquelle suffit pourtant à mesurer tout le travail du chroniqueur. Car Masaniello s’exprime par ailleurs dans un italien fort civil et élégant, qui, pour un temps du moins, donne de lui l’image cohérente d’un tribun politique exercé et averti. Les quelques longs monologues de Masaniello sont une invention littéraire de Giraffi qui retranscrit pour son lecteur des discours, on l’imagine, bien moins fleuris, comme dans cette allocution publique du 11 juillet, où se mêlent rythme ternaire, styles exclamatif et interrogatif, métaphore filée, etc. :

Désormais nous sommes libres de toute charge, désormais nous sommes soulagés de tout poids, désormais toutes les taxes sont supprimées et éteintes ! Oui, désormais nous a été rendue cette chère liberté que nous avait offerte le roi Ferdinand d’heureuse mémoire et que nous confirma l’empereur Charles Quint ! Moi je ne veux rien pour moi, je ne revendique rien que votre bien à tous. Son Éminence monseigneur le cardinal archevêque sait l’honnêteté de mes intentions que je lui ai souvent dites, redites et jurées. D’ailleurs, comme au début de nos justes ressentiments, dans son désir de voir le peuple se calmer, Son Éminence m’offrit de sa propre bourse, avec une royale magnificence, deux cents écus par mois durant toute ma vie, pourvu que, sans aller plus loin dans nos prétentions, je me charge de vous mettre d’accord dans le plus bref délai et de la meilleure façon possible : moi, cette offre, je l’ai toujours refusée avec d’infinis remerciements ! En outre, il y a une heure, si Son Éminence, en m’obligeant à suivre son précepte tenace et en me menaçant de la foudre terrifiante de l’excommunication, ne m’avait pas fait obligation de revêtir l’habit que je porte, jamais je n’aurais quitté mes haillons habituels de marin, parce que c’est ainsi que je suis né, que j’ai vécu et que je prétends vivre et mourir. Après avoir pêché la liberté publique dans la mer tempétueuse de cette ville affligée, je retournerai à mon métier premier qui est de pêcher et de vendre du poisson sans même rapporter chez moi le moindre ferret de lacet. Je vous prie donc, vu que je ne demande rien d’autre, d’avoir la bonté, quand je mourrai, de dire chacun un Ave Maria. Vous voulez tous me le promettre ?

11Dès lors, les interventions de Masaniello, du vice-roi ou de Filomarino prennent une consistance qui pourrait leurrer le lecteur qui doit être assez perspicace pour comprendre que lorsque le cardinal archevêque, voire le vice-roi, s’adressent à Masaniello en le nommant « Illustrissime », « monseigneur » ou « seigneur », cela relève autant de la crainte de sa folie que d’une ironie pleine de dérision pour le jeune livreur de poissons qui fait des révérences et présente les pauvres femmes de sa famille à la vice-reine.

  • 20 « Aussi est-ce les larmes aux yeux que votre narrateur écrit qu’il a vu un nombre infini de meubles (...)
  • 21 Chevalier de Rhodes et commissaire général de la cavalerie.
  • 22 Auteur de Historia della Città e Regno di Napoli, in 5 volumi, stampata a Napoli nel 1601. Giraffi (...)

12Le témoignage de Giraffi, d’ailleurs, est lui-même complexe car, tout en se présentant assurément comme un témoin oculaire des événements20, il fait à plusieurs reprises allusion à des sources, tels don Giorgio Sersale21 ou Giovanni Antonio Summonte22 et ses Histoires de Naples. Pour les scènes secrètes auxquelles n’ont assisté ni lui ni les autres, il use prudemment du conditionnel, rapportant à son tour cette rumeur publique dont il se méfie par ailleurs et donnant alors « quelque crédit au récit de plusieurs témoins ». Parfois il se trompe sur quelques détails comme l’âge de Masaniello – il dit 24 ans au lieu de 27 –, confond la date de la fête de Notre-Dame du Carmine – il dit le 7 juillet au lieu du 16 –, erreurs ponctuelles mais significatives du fait qu’il n’est sans doute pas napolitain lui-même. Cela dit, le texte reste pour l’essentiel l’une des sources historiques considérées comme les plus fiables et les mieux documentées, ce qui contribua à faire la renommée de la relation et de son auteur. Sans doute faut-il ajouter à ces qualités l’habileté rhétorique de Giraffi qui s’applique à commencer presque chacune des journées par une introduction lyrique où sont exploités pour l’essentiel les deux champs stylistiques que sont la métaphore naturaliste et l’évocation antique. Dès l’introduction, le « cheval » napolitain est un magnifique étalon, plein de noblesse et de fougue, qui lui offre l’opportunité d’un dense résumé de l’histoire de Naples et de son attachement à sa liberté. Ailleurs (le mardi 9 juillet), c’est au fleuve tumultueux qu’il confie l’indicible description de la fureur populaire, tout comme il fait appel (le vendredi suivant) à la nature végétale et animale la plus fragile et la plus délicate pour dépeindre la crainte, la peur, ou la terreur que suscite désormais un Masaniello devenu tout-puissant. Ainsi, ce sont ces images naturelles – et sauvages – que lui inspire le peuple, comme quelques siècles plus tard, décrivant la révolte des Milanais affamés contre ce même occupant espagnol, Alessandro Manzoni résuma cette même puissance bestiale de la foule révoltée.

  • 23 Giraffi rapporte en effet cette hypothèse, à laquelle il dit pourtant plus loin ne pas croire vraim (...)

13Quant à la fin de Masaniello, Giraffi est de ceux qui accréditent la thèse de la folie furieuse. Dès le deuxième dimanche, le 14 juillet, l’abolition des taxes et l’accord trouvé avec le vice-roi consacrent l’accomplissement de la mission initiale du chef du peuple. Mais toute menace des Espagnols n’étant pas écartée, Masaniello continue d’imposer sa rigoureuse loi. Alors, nous dit Giraffi, « il n’apparaissait plus comme le capitaine général mais comme le maître absolu et presque le tyran de la ville ». Il y a dans cette phrase un premier glissement vers l’apparition d’un nouveau Masaniello, non plus ce petit pêcheur jurant de revenir à sa vie misérable une fois sa tâche terminée, mais bien un homme de pouvoir incapable de renoncer à ses prérogatives aussi extraordinaires que subites. À partir de ce jour, Giraffi met l’accent sur l’incohérence des nombreuses décisions d’un homme « capricieux et exalté » capable, en quelques heures, de faire assaillir un couvent de religieuses puis de faire décapiter les capitaines qui l’ont attaqué, d’autoriser un archevêque à rentrer chez lui une fois accepté un cadeau de cinq cents doublons, de donner un coup de pied à un chevalier et de le nommer duc, de faire brûler la maison d’une boulangère… De sorte que l’un de ses beaux-frères « se rendit au palais Royal en disant publiquement que Masaniello devenait fou ». Là encore, Giraffi fait mouche en relevant que le premier à dénoncer la folie du chef du peuple est un membre de sa famille, alors que l’on a vu tout au long du texte quel rôle central jouent la solidarité et l’amitié familiales dans l’entourage de Masaniello. Le diagnostic psychologique de Giraffi tombe alors, implacable, comme un premier couperet : « Il voulait une chose et en même temps il ne la voulait plus : il ne savait plus lui-même ce qu’il voulait. De se voir dans un tel état de grandeur, il s’était grandement enorgueilli, lui qui de très humble poissonnier était devenu presque un monarque. » Voilà donc notre Masaniello atteint très visiblement de mégalomanie, de cet enivrement du pouvoir qui l’envahit et le trouble. « Alors d’humble, judicieux et plein de zèle qu’il était, il devint orgueilleux, fou et tyrannique » et, en quelques lignes, le cas de Masaniello est jugé. Le quasi-tyran est devenu tyrannique, le presque fou est fou à lier. Cette dégénérescence mentale se manifeste aussi par une brutale déchéance physique, jusque dans ses habits quand « il se présenta au palais, à pied, les vêtements déchirés, avec une chaussette à un pied et pas à l’autre, sans collier ni chapeau ni épée et courant comme un fou furieux ». Cette folie semble contagieuse lorsque Giraffi nous décrit l’épouse de Masaniello, sa mère, et d’autres femmes de sa famille qui s’approprient le carrosse du duc de Maddaloni, et richement vêtues s’invitent chez la vice-reine, dérogeant ainsi à l’une des lois fondatrices de cette révolution, qui était de ne jouir en rien des biens confisqués. Masaniello s’épuise, ne mange plus, commence à boire, peut-être incité par le vice-roi23, et sombre dans le délire. Et c’est avec l’une de ses métaphores naturelles qu’il prise tant que Giraffi ouvre le récit de l’avant-dernière journée, où Masaniello « voulut être plus que la mer qui pourtant reste à l’intérieur de ses côtes, plus que le ciel qui ne dépasse pas son espace, plus que le soleil qui ne quitte pas sa course », et annonce la fatale chute du héros bientôt comparé à « un singe vêtu d’écarlate », imitateur mal grimé des vrais atours du pouvoir. Avec une rudesse aussi brutale qu’implacable, la prose de Giraffi ne pardonne rien au « tyran impérieux » aux « mille délires et folies » et ne dissimule pas la réprobation de l’auteur à l’égard de l’« oracle » décadent, au point qu’on sentirait presque percer dans cette haine la désillusion de celui qui a cru quelques jours durant que Masaniello forçait le destin. Et Giraffi de s’adonner alors à l’énumération savante de ceux qu’il juge être les tyrans fous de l’Antiquité, Domitien, Alexandre, Xerxès, César – comparaison qui, à sa façon, offre une gloire inespérée au petit livreur de poissons.

14La conjuration prend forme lorsque Genoino craint pour sa vie et qu’Arpaia, l’élu du peuple, est giflé en public. Ces amis du chef de peuple conviennent alors avec le vice-roi de faire arrêter et emprisonner Masaniello sans oser imaginer l’exécuter « en raison de son action si bénéfique pour le peuple ». Dans un moment de lucidité, au matin du dixième jour, Masaniello voit que le peuple l’a abandonné et s’attend à mourir. Soudain surgissent quatre de ses anciens amis qui l’assassinent devant des milliers de gens médusés et terrifiés cette fois par ce qui peut survenir après la mort de leur « capitaine général si craint, si obéi et si respecté ».

  • 24 Voir supra note 6. Paraît à Londres en 1650 (at the White Lion) une version anglaise intitulée An e (...)

15Giraffi nous raconte la fin de cette journée qui conclut ce « premier livre » dont il annonce la suite, mais son second livre semble ne jamais avoir été publié, peut-être même n’avoir jamais été écrit24. Du coup, rien n’est dit sur l’enterrement du chef du peuple, pourtant mémorable. Car après l’assassinat et la décapitation de Masaniello, le vice-roi et Genoino ont du mal à masquer leur collusion et le peuple, qui d’abord est resté muet, s’en indigne et exige des funérailles solennelles. Le vice-roi, après avoir autorisé exceptionnellement que la tête de Masaniello soit recousue à son corps, permet l’organisation de funérailles dont quelques chroniqueurs dirent qu’elles furent les plus grandioses qu’on pût imaginer. On croit que Masaniello rouvre les yeux, qu’il agrippe un rosaire et, se souvenant de sa propre prédiction qu’il serait assassiné après l’obtention des revendications populaires, on l’acclame comme un prophète, quasiment comme un Christ. Oubliant les ultimes extravagances de son chef – dont il n’était guère la victime –, le peuple fait de nouveau de lui son champion, son héros.

  • 25 Voir, en français, ce récit anonyme qui paraît l’année même : Le Grand et sanglant combat des Espag (...)
  • 26 Le duc aspira même au titre de roi de Naples comme on peut le lire dans les Mémoires de feu le duc (...)

16Pour conclure, je dirai que Giraffi ajoute à son récit une annexe fort intéressante, datée du 17 octobre 1647, c’est-à-dire exactement trois mois après la mort de Masaniello : il s’agit du Manifeste du peuple très fidèle de Naples fort utile pour qui attendait avec impatience l’issue de la révolution de juillet. D’autant que ce Manifeste est un appel aux puissances du monde pour sauver les Napolitains de la couronne espagnole. Que se passe-t-il donc durant ces trois mois pour qu’on en arrive à cette nouvelle extrémité ? Assez vite, le vice-roi veut restaurer son autorité et le peuple napolitain, encore dans l’exaltation de ses victoires sur le pouvoir espagnol se défend d’un retour à l’ordre ancien. La tension croît jusqu’aux premiers affrontements, le 21 août. Comme une réplique puissante du tremblement de terre politique de la révolte de juillet, émerge un nouveau capitaine du peuple, Gennaro Annese, qui avait été l’un des proches de Masaniello. L’annonce de l’arrivée à Naples, au début du mois d’octobre, d’une puissante flotte conduite par don Juan d’Autriche, fils naturel de Philippe IV, est d’abord perçue par les Napolitains comme la consécration imminente de leur victoire. Mais le prince n’est pas venu pour entériner les accords obtenus par Masaniello : au contraire, les canons de ses navires déversent une pluie de feu sur la ville, bombardée aussi depuis les châteaux25. Contre la violence des canonnades, plutôt que de se rendre, les Napolitains lancent alors un appel au pape et à la France, que cette dernière entend. Du moins dépêche-t-on Henri de Guise, duc de Lorraine, qui se trouvait alors à Rome et qui entre dans Naples le 14 novembre. Le peuple nomme cet allié providentiel « duc de la république napolitaine26 ». Mais en réalité la France ne croit pas à Guise et lui-même souffre mal les familiarités qu’il juge inconvenantes de ses alliés populaires. Guise tombe finalement aux mains des Espagnols qui, une fois de plus, sortent victorieux et enferment pour quelques décennies la fureur du peuple napolitain dans les geôles de la soumission.

  • 27 Publié en 2004 en édition bilingue aux éditions des Belles Lettres, introduction, traduction et not (...)
  • 28 Une deuxième édition parut dès 1806.
  • 29 Charles III d’Espagne (1716-1788) est couronné officiellement roi des Deux-Siciles à Palerme le 3 j (...)

17« Masaniello, qui n’avait pas nos lumières, mais en même temps n’était pas affligé de nos vices et de nos erreurs, souleva en des temps moins heureux une grande révolution dans ce royaume ; il la mena avec bonheur, parce que la nation le désirait, et il eut avec lui toute la nation parce qu’il voulait seulement ce à quoi la nation aspirait. Avec très peu de forces, Masaniello osa s’opposer, et avec succès, aux forces immenses de la nation espagnole. Masaniello mourut, mais son œuvre demeura. » Ce jugement est tiré de l’Essai historique sur la révolution de Naples27 que Vincenzo Cuoco publie en 180128. Après que Naples était devenue depuis 1734 l’un des pôles du royaume bicéphale des Deux-Siciles de Charles de Bourbon29, en 1799, l’armée française de Championnet l’avait envahie pour y fonder la république parthénopéenne reconquise presque immédiatement pour cinq ans par Ferdinand. En 1805, les Français reprennent la ville et cette victoire fait de Joseph Bonaparte, puis, en 1808, de Joachim Murat, le nouveau roi de Naples. Le texte de Cuoco, nourri de la pensée de Nicolas Machiavel et de Giambattista Vico, reflète ainsi une lecture de la révolution de juillet 1647 au filtre des Lumières. Masaniello y apparaît comme un homme simple mais sans « vices » ni « erreurs », en parfaite osmose avec l’aspiration populaire, avec cette idée de « nation » qui, après la Révolution française, habite les Italiens. Le mythe forgé par les Napolitains dès les funérailles de leur chef d’un Masaniello prophète est ainsi récupéré, au fil des siècles, par les patriotes de toute l’Italie, jusqu’à l’Unité.

Haut de page

Annexe

Édition critique du manuscrit 9 E 60 B de la Bibliothèque universitaire de Bologne

Lettera della Rivoluzione di Napoli30

Les manuscrits qui relatent tout ou partie de la révolution de Naples de 1647 et de l’épisode de la vie de Masaniello qui y est attaché sont légion. Silvana D’Alessio, dans son ouvrage de fond intitulé Masaniello31, offre une bibliographie de près de quatre-vingts manuscrits qu’elle a consultés certes à Naples (pour près de la moitié du corpus) mais aussi à Gênes, Modène, Rome ou Madrid. Sans doute la plupart des grandes bibliothèques italiennes conservent-elles un ou plusieurs manuscrits sur le sujet. Nous en avons pour notre part repéré deux à la Bibliothèque universitaire de Bologne, le Ms 595 S 532, et le Ms 9 E 60 B, dont nous proposons ici la première édition critique.

Ce dernier manuscrit est sommairement cité par Maria Teresa Cacho in Manuscritos Hispànicos de las bibliotecas de Parma y Bolonia. Biblioteca Palatina de Parma, Biblioteca Universitaria de Bolonia y Biblioteca del Archiginnasio de Bolonia (Kassel & Reichenberger 2009 : 292). En ce qui concerne l’histoire du manuscrit33, il appartient à un recueil de folios de provenances variées probablement réunis au XVIIIe siècle par le bibliothécaire Lodovico Montefani Caprara. Dans l’inventaire manuscrit des manuscrits, que commença à rédiger à la fin du xixe siècle Olindo Guerrini et que poursuivit Lodovico Frati, le ms. 9 E est décrit comme « contenant des folios épars et des fascicules à décrire chacun. Il appartint au fonds ancien de la Bibliothèque et les pages de garde contiennent la numérotation de la main de Montefani34 ». Le fascicule 60 en particulier est décrit de la manière suivante : « Deux fascicules. Le premier de quatre cahiers, chacun de huit folios, suivis de deux folios blancs. Le second de quatre folios, dernier folio blanc. Le coin du folio contenant la signature a été déchiré. Les fascicules, de différentes mains, sont du XVIIe s. Le premier concerne la révolution de Palerme de 1647, le second est une lettre sur la révolution de Naples. Il est en italien mêlé de dialecte napolitain et parle de Masaniello. » Ce type de documents peut avoir appartenu à Ubaldo Zanetti dont le fonds fut acquis par l’Institut des Sciences de Bologne en 177635. Mais notre manuscrit n’a pas d’indications spécifiques indiquant qu’il ait appartenu à Zanetti. Le seul indice dans ce sens est la présence, sur un fascicule intitulé Inventario dei mss. Sono elencati dei mss. di Ubaldo Zanetti che pervennero alla Bibl. nel 1776 (in BUB, Archivio storico, 1. 1712-1868, fasc. 2) l’annotation : « N. LI Ragguaglio della rivoluzione di Napoli e varie altre cose successe sì in Roma come in altri luoghi », ce qui rend toutefois très aléatoire qu’il s’agisse bien ici de notre manuscrit.

Le 9 E 60 B est par conséquent une lettre anonyme puisque, on l’a dit, le coin inférieur qui contenait la signature a été arraché, assez grossièrement d’ailleurs pour qu’une partie inexploitable de la signature demeure : on n’a donc voulu effacer l’identité de l’auteur, un peu précipitamment, sans grand soin. Or si l’auteur est désormais anonyme, la toute dernière phrase de sa lettre semble indiquer qu’il peut s’agir d’un chapelier. Il écrit en effet pour conclure : « J’embrasse vos mains de Naples ; lorsque vous recevrez le chapeau, avisez-moi. » On peut donc raisonnablement faire l’hypothèse que notre chapelier profite de l’envoi d’une commande hors de Naples pour informer son client de la situation insurrectionnelle où se trouve la ville. Et non où elle s’est trouvée. Car la lettre, si elle raconte les faits depuis le premier jour, le dimanche 7 juillet 1647, s’interrompt avec les événements survenus le samedi 13, alors qu’il reste encore quatre jours avant la mort de Masaniello, le mardi 16, dont notre lettre ne souffle mot. Elle est donc peut-être envoyée le samedi 13, ou le dimanche 14 au plus tard. Qu’elle soit écrite par un artisan correspond par ailleurs à la langue employée, assez simple, mâtinée de méridionalismes, qui malmène l’orthographe, où la césure des mots ne s’élucide parfois que dans l’oralité. L’abondance, dès les premières lignes, des patronymes napolitains de nombreux protagonistes laisse par ailleurs supposer que le destinataire lui-même est un Napolitain ou qu’il est à même de (re)connaître la plupart d’entre eux. Dans l’abondant index des noms du volume de S. D’Alessio, qui se fonde, on l’a dit sur une petite centaine de manuscrits, on retrouve quelques-uns des noms cités par le chapelier, mais pas tous36 ; preuve qu’il offre un point de vue sinon unique du moins original, et qu’il est bien le témoin oculaire qu’il dit être en ouverture de sa lettre. Car pour différents que soient le texte d’Alessandro Giraffi, long, minutieux, élégant, littéraire, et celui de notre manuscrit, rapide, abrupt, incomplet, l’un et l’autre auteurs mettent sur-le-champ l’accent sur la valeur de témoignage de leur version. Giraffi – on l’a dit dans la première partie de cette contribution – est un partisan du cardinal ; le chapelier est un homme du commun, qui mentionne abondamment les élus du peuple et qui, s’il émet des réserves à l’occasion, s’attarde sur le détail des prix des denrées ordinaires dont le bénéfice pour le peuple est dû à l’action d’un Masaniello en lettres majuscules.

Critères principaux de transcription

De manière générale, nous restons au plus près du texte et nos interventions ne visent qu’à en faciliter la lecture : nous rétablissons ou supprimons les accents ainsi que la ponctuation et les majuscules suivant l’usage moderne (à l’exception de quelques lieux emblématiques du récit comme la « Vicaria » ou le « Mercato » par exemple). Nous insérons entre crochets les lettres ou mots (prépositions, conjonctions, etc.) nécessaires à la compréhension. Nous développons les abréviations du texte, qui sont au demeurant extrêmement classiques, et plutôt rares (par exemple « S E », c’est-à-dire « Sua Eccellenza », pour désigner le vice-roi ; « grandissimo », fo 2r ; « R » pour « re », fo 3r ; « R S » pour « rispettosi saluti », fo 4r). Mais nous conservons les méridionalismes (par exemple, les assimilations régressives dans les gérondifs, les compléments d’objet direct forts introduits par la préposition « a », etc.), l’accord du verbe selon le sens et les semi-latinismes (voire l’unique latinisme, « etiam »), quitte à annoter les formes qui ne seraient pas transparentes. Nos interventions les plus significatives concernent la césure simple des mots, parfois très aléatoire dans le manuscrit, mais nous avons respecté la graphie de l’auteur, en insérant suivant l’usage un point qui indique la césure moderne des mots agglutinés : ainsi pour « a•tterra », « a•mmano », « a•mmetterli », « a•lletitia » au fo 1r, « a•rradunare », « a•ssera » au fo 1v, « e•ssisteman[d]o » au fo 2r, ou plus loin « a•ffine », « e•ssi » au fo 3r ou « [h]o•llevato » au fo 4r.

Références bibliographiques récurrentes

D’Alessio Silvana, Masaniello, Roma, Salerno editrice, 2007 [abrégé en « D’Alessio »].

Giraffi Alessandro, La Révolution de Naples. Les dix jours de Masaniello, traduit et annoté par Jacqueline Malherbe-Galy et Jean-Luc Nardone, Toulouse, Anacharsis, 2010 [abrégé en « Giraffi »].

Musso Aurelio, La rivolta di Masaniello nella scena politica barocca, Napoli, Guida, 2002.

<fo 1r> Signor mio et Padre reverendissimo

Fo havisato a Sua Signoria, non lo si voglio dire sonno37 [che] [h]o puro38 visto con li miei occhi, de li sette di luglio tornato in mese di maggio39, giornate del giuditio oniversale, che domenica, a ora 13 o più, comingianno diversi figliuli al Mercato, facenno barbuglie intorno alla gabella de li frutti, non volenno tale gabella, facendola andare a•tterra ; et poi facendosi gran numero de aggente, andorno alla gabella de la farina, et la brogiorno40 tutta con grandissima quantità di robbe, argento e denari, et a•mmano a•mmano, tutte le gabelle et douane41. Et appresso, andorno alla casa di Ciommo de Letitia42, a Porta Nova, poi alla casa di Felice Basile43, Tonno di Angiolis44, Naclerio45, Tonno Miroballo46, Bartolomeo Balzamo47, Zavaglio48, Lobrano49, Caivano a tutte le case50, Naccarella51, Cennamo52, Sportiello53, De Giuliis54, De Florio55, Valenzano56, De Roberto, ch’era de lo docato, a botte per li casali [di] Capparella57, Bonavoglia58, Bozzaccharia59, Da Quino60, Tofflecta61, Mazzela62, che lì trovorno per insino a seimilia moschetti che se ne armarno63 bona parte, Oratio, Caporale64 de lo pane a•rrotolo, Ciccio Frezza65, razionale di la cità, Carlo Matina66, persone [del] duca di Maddaluna67 a Chiaia solo. E perché tutte le altre sue robbe de Napoli, quale li havea anascose68, si sono trovate tutte di gran prezzo, con tutta l’argentaria et altri – che per non averle viste con li occhi propri non li innomino –, di più appresso, si sono trovate gran quantità di robbe anascose di gran considiratione, ciò al duca di Caivano, tornorno a•mmetterli foco al suo palazzo, al Letitia di Porta Nova, puro n’altra volta fuoco, quale ge69 andò per sotto tutte le robbe di Lazzaro Ferraro70 ; et le robbe di Madaluna, di Dom Peppo Carafa, di Palavicino71, di Zavaglio72, che erano nascoste, stanno conservate per il Signore Masaniello de Amalfa <fo 1v>73. Tornanno dal prengipio che fu la domenica dapoi mangiare, s’acomingiorno a•rradunare gran gente et andorno alla via di palazzo per male affare et treserno74 dintra e trovorno il viceré. E disse[ro]75 che non volevano la gabella de li frutti con la farina inmescata76 e il viceré disse che voleva fare quanto comandavano. Con grandissimo inperio, buttorno segge et guastorno tutto il banchetto dove s’afacciò77. Et il viceré, per fugire, buttò gran quantità di denari et si•nni78 andò a Santo Luise79. Di palazzo si partorno gran quantità di gente ciò è del Mercato, et con mazze solo s’abordorno alla porta granne di palazzo dove sta la compagnia, e si pigliorno quasi tutte le arme et li spagnioli da dintro li terorno80 gran quantità di moschettate. Confermo fecero dal palazzo vecchio quale ne morzero81 assai et angora di loro. Al ritorno che fecero il popolo scassorno tutte le carcere, lassando sole quelle della Vicaria, dicendo che erano del re, e fecero uscire tutti li carcerati82.

Il 2 giorno, lunedì li 8, ponenno fuoco, confermo ho detto di sopra : andanno poi la matina per polvere alla porverera83, e si trovò tutta in foco, andanno a porta vicino alla Calce84 dove si venne85 puro polvere et trovorno chiuso. Volenno far forza si ge mise86 fuoco e ne morzero più di vintidue effettivi senza li feriti et altri di sassi87. Cossì vennero molti cavalieri per dare animo al popolo, con diverse voglie[nse] di Sua Eccellenza che voleva fare quanto voleva il popolo, et in particolare Don Tiberio Carrafa88 et il Satriano89 e altri cavalieri, e li portorno per forza a Santo Lorenzo per sonare la campana ad arme dove gi fu gran rommore. E vi morzero due, che questo fu la domenica a•ssera, de li prengipi. Solo90 et quanto è del lunedì segquitano.

<fo 2r> La stessa matina il viceré scarcerò il duca di Madaluna91 e lo mandò per agiustare con un privilegio il Mercato dove stava tutta la gente con altri cavalieri dicendo : « Son io con voi. Non dobitate », et altre chiacchiare dove non lo volzero sentire né a isso né a•nnessuno.

Martedì 3, che sono li 9, stanno in rivolta, fecero per capo del popolo uno per nome MASANIELLO D’AMALFA che vendeva pisci, che fu il primo che accomenzò la zuffa. Comandanno e facendo gran banni92 a bocca93 e•ssisteman[d]o le cose fredde rende94 aviso che gi erano gran quantità di valloni95 alli Vagniuoli96 e gi andorno e li pigliorno che il numero sarà da 800 incirca ; e li portorno al Mercato senza arme, facendoli dar da mangiare bene97. Et a Santo Lorenzo, cioè al campanalo98, gi havevano miso da 4099 spagnioli et altra gente et che stavano fugenno, et videndosi il mondo malparato, e quasi per mettergi foco, si arresero100 et senza farli danno ne li mandò a palazzo.

Il mercoledì dapoi di mangiare, si era ordinato un grandissimo tradimento dal Signor duca di Madaluna, con gran quantità di banditi101, in particolare al Carmine, e li terorno cinque102 archebugiate al detto Masaniello in mezzo di tanta gente, e per gratia di Dio, non li fice male, si non uno ferito103. S’acominziò a persiquetarli per detta chiesa e vi ammazzorno per insino104 a 16 et due vivi, quale gi è stato capitan Antino Grasso [e] il frate di Lazzaro Ferraro105. Pertanto si dette ordine contro tutte le che andassero106 contro il duca di Madaluna et sua gente per tutte le chiese. Et a Santa Maria de la Nova ammazorno Don Peppo Carrafa, con altri tre di sue, portanno le teste inpalate per tutta Napole, a Santo Eframo, et con altre teste et in diverse luochi a doie et a tre, a una che sono in tutto di 38107. <fo 2v> Per insino a sabbato matino, di più, sono ingappati tre altri a Santo Gioseppe ciò Spiritillo108 il musico, il frate di Ciccillo109, il musico di palazzo, et un altro e vennero110 vivi inanzi al Signor Masaniello. Li fe’ confessare con litanie e li fe’ far la testa a tutti e tre111. Et dato banno con trombette reale che non si incetta banditi e che diano avisi dove si trovano in qualsivoglia parte, etiam dintro il vescovato, che si ammazzano et si dia fuoco a chiese et a ogni parte dove si trovano ; che tuttavia, si fa diligenza essi vi trovano. La testa di Don Peppo è stata tre giorni in mezzo almeno inpalata con uno suo pede112 ; ora si è misa dintro una caiola113 di ferro alla porta di San Gennaro, havendo miso gran taglione114 al duca et tutta sua gente.

Giovedì, vennero le galere di Napoli. Li fe’ fare ordine il Signor Masaniello che non s’accostassero in terra né facessero scendere in terra nessuno115. Confermo si fece. Il viceré li mandò a cercare un poco di neve con qualche frutto116. Geli117 mandò con altre coselle118 et gran pane per li soldati del castello, e fece che andassero a vendere et portare qualsivoglia robba dintra del castello senza impedimento nessuno ; et angora a Sant’Ermo, esendovi stato pregato. Et di più, andato a palazzo dapoi che fu letti tutti li capitoli dentro del Carmine in presenza del cardinale119 di Napoli, quale non si è partito mai da la matina alla sera dentro detta chiesa. Et è stato sempre con ogni puntualità agiustanno tutte <fo 3r> le cose per farle venire a•ffine. Di poi si mise a cavallo et il cardinale in garozza et andorno a palazzo con li privilegi tutti di re antichi120 quale non vole121 altro che lo privileggio di re Ferrante che non gi è nessuna gabella, quale sta fatto e firmato da tutto il conziglio et colaterale122 pigliato per tempo tre misi per la confirma da Spagnia. Et ora si sta facendo il petaffio123 in mezzo del Mercato che vene granne con 400 mastri124, facendolo per arte. Avendo angora fatto banno che non si porta ferraiolo125 né colletto né sottana corta seben fosse il cardinale. Confermo si osserva per un mese126. Et ango banno che per tutti li palazzi si mettano due arme127 : una del re e n’altra del popolo. Confermo si è fatto. Et ango banno che stiano la sera per le fenestre le candele allumati128 et dalle due, ora di notte, non possa caminare nesuno a pena de la vita. confermo si osservò, dandovi notitia al capetanio per qualche cosa orgente. Et ango fe’ banno che tutti le agenti fatigassero et apresser le poteghe129. Confermo si osserva, et ango si è fatto l’alietto130 del popolo e•ssi chiam[ò] Francesco Arpaia, per conzultore Gienovino131 che [è] stato carcerato tanto tiempo a Spagnia. <fo 3v> Et questa sera sabbato, ci è andato a palazzo il signor Masaniello con l’aletto, con tromette132 reale inansi e cossì uscì il viceré in garozzo con li soliti, et isso a cavallo inansi con lo133 privileggio in mano, con un cavallo che ge l’avea mandato Sua Eccellenza134, bellissimo, e sono andato al vescovato135. Et in detta chiesa, si have fatto una grandissima scolpatione136, cercanno perdono al viceré con tante abracciamenti137. Et tante agente che in ora in ora veneno carcerati co’ lettre in terzette138, etiam monaci tiene carcerati a un fundaco del Mercato et parte vi mandò in Vicaria. E vi fa uscire da Vicaria chome vol lui si fa. Non trattamo di quante cose vo’139 giustamente et il pane ci è 35 onza la palata140 – per me che sarò chiù miso tutte l’assise141 al caso – et è a dudici grana142 e poco più il barile143 con li carubi, il vino144 il grego grana 3 1/3 la carrafa, la lagrima grana 2 1/3 el li vin bassi grano 1 1/3. Averria145 assaie et, anzi per dire, più di mille altre cose. però non posso perché [h]o voluto <fo 4r> vedere con li miei occhi ogni cosa e con esto [h]o ditto che tutto questo e la sessa146 verità. Si non ci è sonno, anzi più presto gi [h]o•llevato147. Che giunto mi perdona lo148 male scrivere quale remetto ogni cosa al Suo giuditio, facendoli rispettosi saluti, li baso le mani da Napoli. Quando riceverà il cappello mi aviserà Vostra Signoria.

[en bas du folio à gauche :]

per insino che viene aviso da Spagnia, tutti portaro le arme etiam li [paesani]. E ge ne sono tante in panirola149 arcabuscietti150 che ogni persona li porta.

Haut de page

Notes

1 Les deux autres sont : Les Vêpres siciliennes. Le complot de Jean de Procida, traduction inédite de J. Malherbe-Galy et Jean-Luc Nardone, Toulouse, Anacharsis, 2012 ; et Anonymo Romain, Chronique. Rome, le temps, le monde et la révolte de Cola di Rienzo, traduction inédite de J. Malherbe-Galy et Jean-Luc Nardone, introduction de P. Boucheron, Toulouse, Anacharsis, 2015.

2 Alessandro Giraffi est appelé Nescipio Liponari dans la réédition du texte à Padoue (per il Sarti, 1648).

3 Alessandro Giraffi, La Révolution de Naples. Les dix jours de Masaniello, traduction inédite de J. Malherbe-Galy et Jean-Luc Nardone, Toulouse, Anacharsis, 2010, p. 42.

4 Né le 29 juin 1620, dans une ruelle, Vico Rotto al Mercato, proche de la place du Mercato, il est le fils de feu Francesco (dit Cicco) d’Amalfi, pêcheur ou savetier, mort depuis plusieurs années, et d’Antonia Gargano. Il travaille alors avec son frère cadet Giovanni à la marina Pietra del pesce, pêchant à la ligne, revendant plus souvent des déchets de poisson et des cornets de vieux papiers que du poisson ou encore fournissant directement et illégalement (sans payer de taxes) du poisson à quelques nobles. Il vivait misérablement avec sa femme et son frère dans deux petites chambres du quartier du Mercato.

5 Manuel de Zuñiga y Fonseca, comte de Monterey, est nommé vice-roi en 1631, l’année d’une terrible éruption du Vésuve. Cela ne l’empêche pas d’augmenter considérablement les taxes sur les grains, l’huile, le sel, la soie et d’en mettre sur la chaux, les cartes à jeu, l’or et l’argent filés – mais de supprimer celle sur les filles publiques. En 1637 il est remplacé par le duc de Médina, auquel en 1644 succèdent don Juan Alfonso Enriquez, amiral de Castille puis en 1646 le duc d’Arcos. Monterey avait aussi rétabli la taxe sur les fruits que le duc d’Osuna (vice-roi de 1616 à 1620) avait supprimée.

6 C’est le cas notamment de la révolte de Palerme, commencée en 1646, domptée finalement par le vice-roi Piero Faxardo Zuniga y Requesens, marquis de Los Vélez auquel notre texte fait très tôt référence. Le calme revenu, Los Vélez fit pendre le chef des révoltés, Nino Lo Peloso. Or aussitôt après éclata une révolte des artisans de Palerme, dirigée par Giuseppe d’Alesi qui chassa le vice-roi et instaura un gouvernement populaire mais qui fut assassiné peu après. L’ordre rétabli, le roi d’Espagne nomma de 1647 à 1649 deux vice-rois par intérim : Vincenzo Guzman marquis de Montalegre et le cardinal Antonio Trivulzio (qui, hôte du vice-roi de Naples en ce mois de juillet 1647, apparaît dans notre récit). Sur la question, voir aussi l’article à paraître d’Alain Hugon, Les révolutions provinciales dans les villes du royaume de Naples : le cas des Pouilles (1647-1648), pourvu d’une excellente carte établie à partir d’un manuscrit conservé par la Società Napoletana per la Storia Patria (ms. XXI C I).

7 La matière étant immense, nous renvoyons essentiellement à la récente publication de Silvana d’Alessio, Masaniello, Roma, Salerno éditrice, 2007, qui fait état d’une abondante bibliographie.

8 Histoire des révolutions de la ville et du royaume de Naples contenant les actions les plus secrètes et les plus mémorables de tout ce qui s’y passa jusqu’à la mort du Prince de Massa composée par le Comte de Modène, à Paris, chez Jean Boullard, 1665.

9 Nous avons choisi l’édition princeps qui paraît à Venise chez l’éditeur Baba dès 1647. Le texte est réédité l’année suivante à Padoue et à Gênes, si l’on en croit la recension de Lorenzo Giustinani dans sa BIBLIOTECA STORICA E TOPOGRAFICA DEL REGNO DI NAPOLI (Napoli, nella stamperia di Vincenzo Orsini, 1793). Giustiniani indique également, pour le XVIIIe siècle : Ferrare 1705, Parme 1714 et 1718, Venise 1733. Cette dernière édition parue chez Cristoforo Zane est « augmentée des Capitulations signées entre le vice-roi et le peuple de cette ville, avec l’insertion en fin de volume de la traduction de toutes les lettres en espagnol qu’il contient traduites en italien pour une meilleure intelligence de qui le lit ». Nous avons nous aussi choisi de traduire en fin de volume les lettres en espagnol que contient le texte de Giraffi.

10 Au sens de « personne au plus haut degré universitaire ».

11 Le Conseil collatéral comprend entre trois et cinq membres, dont deux sont appelés « régents de la Chancellerie » et les autres, « régents » ou « conseillers ». L’un d’eux représente le royaume de Naples à Madrid et siège au Conseil d’Italie. Le Conseil collatéral devient Conseil d’État et de guerre quand le vice-roi y adjoint ses conseillers militaires, en particulier, donc, en cas de guerre, y compris civile. C’est pourquoi nombre d’aristocrates napolitains du Conseil d’État et de guerre jouent ici les truchements avec le peuple, ou fournissent des soldats au vice-roi.

12 L’épisode rappelle encore le chapitre xii du roman de Manzoni.

13 On relève notamment l’emploi récurrent de l’adjectif « prétendu » qui rend parfois ambigu le point de vue de l’auteur, entre impartialité et précaution.

14 Sur le cardinal, voir le récent article d’Alain Hugon, « Le violet et le rouge. Le cardinal archevêque Filomarino, acteur de la révolution napolitaine (1647-1648) », Cahiers du CRHQ, no 1, 2009. Disponible à l’adresse : http://www.unicaen.fr/mrsh/crhq/cahiers/page-article.php?num=308&ch=6

15 Naples disposait en effet de cinq sièges nobiliaires – Nido, Capuana, Montagna, Porta et Portanuova –, ces piazze ou sedili ou seggi qui avaient remplacé les assemblées nationales mais un seul élu du peuple, qui était au début de la révolte Andrea Naclerio (ou Anaclerio), bientôt remplacé par un proche de Masaniello, Francesco Antonio Arpaia. Dans les premiers temps les réunions se tenaient sur les places. Les sièges avaient la charge de voter la création ou l’augmentation des taxes et leur modalité. Ils étaient divisés en ottine (quartiers) dirigées par un capitano di strada (capitaine de rue).

16 C’est à ce fils d’un aubergiste et d’une lavandière que Giraffi, pour sa part, compare Masaniello. La destinée de Cola di Rienzo (1313-1354) offre quelques similitudes avec celle de Masaniello, même si sa république dura plusieurs mois, de mai à décembre 1347.

17 Pedro de Alcàntara Téllez Giròn y Guzman, duc d’Osuna (1574-1624), fut vice-roi de Sicile de 1611 à 1616 et vice-roi de Naples de 1616 à 1620. Son ambition démesurée et ses excès le rendirent suspect au roi Philippe III, qui le rappela en Espagne et le fit mettre en prison où il mourut. Genoino, qui œuvra à ses côtés comme représentant du peuple, le suivit en Espagne où il fut lui aussi emprisonné.

18 Le grassiere, c’est-à-dire le préfet de l’Annone était un officier royal qui contrôlait l’Annone et imposait le prix des denrées alimentaires, l’assise. C’est le gouvernement municipal qui était chargé de l’acquisition des grains, de leur mouture, de la vente des farines et du contrôle de la panification et de la fabrication des pâtes.

19 C’est au nom du respect du patrimoine du roi que Filomarino obtient de Masaniello de renoncer à occuper le château Sant’Elmo puisqu’il s’agissait d’un château royal.

20 « Aussi est-ce les larmes aux yeux que votre narrateur écrit qu’il a vu un nombre infini de meubles brûler et par l’impétuosité du feu partir en fumée, sans qu’il restât dans la maison d’autres vestiges que de la cendre. »

21 Chevalier de Rhodes et commissaire général de la cavalerie.

22 Auteur de Historia della Città e Regno di Napoli, in 5 volumi, stampata a Napoli nel 1601. Giraffi donne son nom en abrégé, ce qui semble démontrer que l’ouvrage était connu de tous. Summonte était alors considéré comme un spécialiste de l’histoire de Naples.

23 Giraffi rapporte en effet cette hypothèse, à laquelle il dit pourtant plus loin ne pas croire vraiment : « Et si quelque curieux enquête sur l’origine de sa folie, je pourrais dire que l’unique origine en fut la boisson que le vice-roi lui fit prendre à cet effet, une boisson destinée à lui ramollir le cerveau afin que, en commettant des actes de folie et en suscitant l’irritation et la colère de tout le peuple, il fût tué par ce même peuple conjuré contre lui : c’est là l’opinion de beaucoup, qu’elle soit vraie ou non, je m’en remets à eux. »

24 Voir supra note 6. Paraît à Londres en 1650 (at the White Lion) une version anglaise intitulée An exact historie of the late revolutions in Naples, and of their monstrous successes, not to be parallel’d by any ancient or modern history, by the Lord A. Giraffi, trans. in English by J. Howell Esquire, suivie en 1652 par un second volume dont le titre ambigu pourrait laisser croire à l’existence d’un second livre écrit par Giraffi : The second part of Massaniello: his body taken out of the town-ditch, and solemnly buried, with epitaphs upon him: a continuation of the tumult, the D. of Guise made generalissimo, taken prisoner by young Don John of Austria, the end of the commotions, by J. H. Esquire printed by A.M. for Abel Roper and T. Dring, etc. Mais il n’en est rien et ce second tome prouve surtout le succès du premier auquel Esquire voulut donner une suite.

25 Voir, en français, ce récit anonyme qui paraît l’année même : Le Grand et sanglant combat des Espagnols sous la conduite de Dom Juan d’Autriche généralissime de la flotte d’Espagne contre les Napolitains, 1647, in-8 (sans lieu d’édition).

26 Le duc aspira même au titre de roi de Naples comme on peut le lire dans les Mémoires de feu le duc de Guise sur l’expédition de Naples, qui ont été publiés par son secrétaire Sainctyon à Paris, chez Edme Martin et Sébastien Larbre-Cramoisy, 1668.

27 Publié en 2004 en édition bilingue aux éditions des Belles Lettres, introduction, traduction et notes d’A. Pons.

28 Une deuxième édition parut dès 1806.

29 Charles III d’Espagne (1716-1788) est couronné officiellement roi des Deux-Siciles à Palerme le 3 juillet 1735. Il cède son trône en 1759 à son troisième fils, Ferdinand IV.

30 Le manuscrit n’a pas d’autre titre que celui qui lui est donné dans le catalogue de la Bibliothèque, et que nous reprenons ici.

31 S. D’Alessio, Masaniello, Roma, Salerno editrice, 2007.

32 En cours d’édition par Mlle A. Eychenne (Université de Toulouse).

33 Nous devons toutes ces informations à la Dott. Rita De Tata, conservatrice du département des livres anciens et manuscrits de la Bibliothèque universitaire de Bologne.

34 Ici et ailleurs, nous traduisons.

35 Voir R. De Tata, All’insegna della Fenice. Vita di Ubaldo Zanetti speziale e antiquario bolognese (1698-1769), Bologna, Comune di Bologna, 2007.

36 Sur ce point, on est frappé néanmoins par les protagonistes cités au premier folio de la lettre anonyme, presque tous mentionnés dans le récit de Giraffi, mais dont les moins illustres sont néanmoins absents du long index des noms du volume de Silvana D’Alessio, qui se fonde pourtant sur quelque quatre-vingts manuscrits et cite le texte de Giraffi comme l’une des sources de son travail.

37 En napolitain, « sonno » a le double sens de « sommeil » et de « rêve ».

38 « Oppure ». Ici et partout, « puro » est mis pour « pure ».

39 « Tornato in mese di maggio » : cette expression ne nous paraît très claire. Plus que d’une allusion au climat (le mois de juillet fut-il très frais ?), elle nous semble renvoyer à l’idée de tumulte et peut-être au fait que 12 mai 1647, le galion amiral de la flotte espagnole, prêt à partir pour l’Espagne avec une très grosse cargaison de poudre, explosa dans la baie de Naples. Selon la rumeur le duc de Maddaloni était l’auteur du forfait et Nicola Amentrano, homme de main du duc, son exécuteur. Soupçonné de faire partie d’une conjuration aristocratique contre le roi d’Espagne, avec l’aide de Mazarin et de Thomas de Savoie, le duc fut alors arrêté.

40 « Bruciarono ».

41 « Dogane », c’est-à-dire des taxes.

42 Le ms. dit « Ciommo dele Titia ». Sur Geronimo Letizia, voir Giraffi, p. 86.

43 In D’Alessio, « eletto del popolo ». Voir aussi Giraffi, p. 99.

44 In D’Alessio, Francesco Antonio De Angelis.

45 Sur Andrea Naclerio, autre élu du peuple, voir supra note 15 p. 6.

46 In D’Alessio, p. 83-84.

47 Bartolomeo Balzamo (Giraffi, p. 98).

48 Giraffi dit « Zavaglios ». Il s’agit de Giovani Zevallos « qui, de plumitif dans un bureau du tribunal […] est devenu duc d’Ostuni » (p. 98).

49 Trois membres de la famille Lubrano sont cités in D’Alessio : Cesare, Francesco et Giacomo. Il s’agit ici de la demeure de « Cesare Lubrano, en face de l’Ospedaletto » (Giraffi, p. 98-99).

50 Angelo Barile, duc de Caivano est un personnage central de l’épisode de 1647. Voir supra, p. 5 et suivantes.

51 « Girolamo Naccarella à Pausilippe » (Giraffi, p. 98). Sur la famille Naccarella, voir D’Alessio, p. 324.

52 Fabrizio Cennamo, président de la Chambre royale qui administrait les finances du royaume (in Giraffi, p. 98, note 58).

53 Giraffi précise que les fils du « greffier Giuseppe Sportiello [étaient] fermiers de la taxe de la farine » (p. 98).

54 « Agostino De Iuliis » (Giraffi, p. 98), « governatore de’ sali ».

55 Petrillo De Florio (Giraffi, p. 98).

56 Alfonso Valenzano. In Giraffi, « un certain Valenzano, […] homme du peuple jadis misérable, gratte-papier des douanes […] devenu un contrôleur de la taxe sur la farine [qui] s’était enrichi à l’extrême » (p. 96).

57 Francesco Antonio Capparella, « razionale » de la ville avec Giacomo Frezza (Musso, p. 104).

58 In Giraffi, « Giovanni Andrea Bonavoglia » (p. 98).

59 Sans doute le « Giovanni Battista Bozzacarino » (p. 98) de Giraffi.

60 Giraffi mentionne « les palais de Bartolomeo D’Aquino » (p. 98).

61 Giovan Giacomo Toffetta, fermier du duc de Caivano (cité in Giampiero Di Marco, Terra di lavoro nell’anno della peste, Napoli, Arte tipografica, 2002, p. 313).

62 In D’Alessio, Scipione Mazzella, p. 214.

63 Le mot est surchargé.

64 Orazio Caporale, boulanger (Musso, p. 104).

65 Giacomo Frezza in Giraffi (p. 98).

66 Carlo Mattina, homme au service de De Giuliis (De Santis, p. 65).

67 Sur Diome de Carafa, duc de Maddaloni, et son frère Giuseppe (dit Peppo), voir supra, p. 5 et suivantes.

68 « Nascoste ».

69 « Ci ».

70 Cité in De Santis, p. 65. Voir ci-dessous note 76.

71 In Giraffi, « Francesco Pallavicino dans le quartier des Mortelle » (p. 98).

72 Déjà mentionné plus haut.

73 La première ligne du folio est intégralement rayée. C’est l’une des très rares corrections du texte.

74 Passé simple du verbe méridional « trasire », c’est-à-dire « entrare ».

75 Il faut lire « dissero » (ou « disseno ») puisque ce sont les insurgés qui s’adressent au vice-roi. À moins que l’auteur n’entende Masaniello.

76 « Immescata », c’est-à-dire « mescolata ».

77 Giraffi décrit lui aussi comment le peuple ne fut pas apaisé par l’annonce que le vice-roi fit de son balcon et, pénétrant dans le palais, en commença le sac.

78 « Se ne ».

79 Il s’agit de l’église Saint-Louis des pères de Saint-François-de-Paule.

80 « Tirarono » dans le sens du français « tirer ». Sur le nombre des soldats italiens, espagnols et allemands du vice-roi, voir Giraffi, p. 78.

81 Forme aphérétique de « ammorzare ». Donc : « morirono ».

82 Ici commence « il Secondo [giorno] », finalement barré pour être repris au début du paragraphe suivant.

83 « Polveriera ».

84 Ou porte de la Calce du petit Môle (voir notre traduction in Giraffi, p. 77).

85 « Vende ».

86 Pour « ci si misero ».

87 Frappés par des éclats de pierre liés à l’explosion. L’épisode est décrit par Giraffi qui dénombre soixante victimes.

88 D’Alessio rappelle (p. 51) que Tiberio Carafa, prince de Bisignano, était connu du peuple pour avoir vaillamment défendu la ville en 1641 et, quoique de haute lignée, pour son attachement aux petites gens et sa générosité envers elles.

89 Giraffi est plus disert sur l’identité des cavaliers et nomme « le prince de Satriano Ravaschiero » (p. 81).

90 Alors qu’il a commencé le paragraphe par décrire les événements du lundi 8, notre auteur a ajouté une précision sur le dimanche soir ; puis revient au lundi qui, désormais, l’occupera strictement.

91 Le vice-roi le fit sortir du château Sant’Elmo et gracia aussi son frère don Peppo Carafa pour qu’il revînt de Bénévent : l’un et l’autre devaient apaiser la fureur du peuple.

92 « Bandi ».

93 Analphabète, Masaniello se contente d’ordres et de décrets qu’il donne de vive voix.

94 Le texte dit « vende ».

95 Soldats du Brabant de l’armée espagnole.

96 Bagnoli. C’est là que logeaient sans doute ces Wallons.

97 Ce détail est aussi mentionné par Giraffi : « Masaniello ordonna de remettre en liberté, après lui avoir donné à manger, la milice, qui sortit de la tour » (p. 101).

98 Ou « campanaro » : « campanile ».

99 Giraffi dit soixante (p. 100).

100 Le texte dit « arrenero ».

101 Giraffi précise (p. 118) : « un grand nombre de bandits, environ plus de cinq cents » guidés par le bandit Perrone qui « s’était mis d’accord avec le duc de Maddaloni et don Giuseppe Carafa, son frère ».

102 Giraffi dit « au milieu de dix mille personnes, sept arquebusades » (p. 119).

103 C’est là un tournant de la révolte car Masaniello fut touché mais « quelques balles, en frappant sa chemise au niveau de sa poitrine, tombèrent à terre, ce qui fut considéré comme un miracle » (p. 119).

104 Le texte dit « perin insino ».

105 Giraffi s’attarde aussi sur Antimo (Bernardino) Grasso, « un des chefs de la machination dont la renommée égalait sa scélératesse » (p. 120), très vite rattrapé et tué. Il ne fait aucune mention d’un Lazzaro Ferraro ni de son frère.

106 Entendre « si dette ordine che andassero contre tutte le [chiese ?]… ». La séquence semble confuse, avec la répétition de « contro ».

107 Voir Giraffi, p. 124-128.

108 Giraffi mentionne la décapitation de Spiritelli, ami et employé du duc de Maddaloni, au dimanche 14 juillet (p. 190).

109 C’est-à-dire « Francesco ».

110 Le texte dit « vendero ».

111 Giraffi mentionne aussi deux compagnons de Spiritelli, « un abbé, Nicola Ametrano [et] Carlo Vitale », eux aussi à la solde du duc.

112 Il n’a pas été question jusqu’ici de l’épisode du pied tranché mais Giraffi indique bien que le pied de Carrafa fut coupé au même moment que sa tête, peut-être parce qu’il en avait usé pour botter le cardinal de Naples. Voir Giraffi p. 127, note 79.

113 Directement issu du diminutif latin « caveola », la « caiola » est une cage pour oiseaux (mér.).

114 Sans doute puisqu’ils avaient essayé d’assassiner Masaniello.

115 Ce détail n’est pas mentionné chez Giraffi au jeudi 11 juillet, mais le vendredi 12 au matin, on captura une felouque d’hommes armés à la solde du duc de Maddaloni, qui pourrait expliquer ce décret de Masaniello contre les embarcations. L’auteur de notre lettre, passant de jeudi à samedi, mêle peut-être les deux journées pour être concis.

116 C’est ainsi qu’on faisait des sorbets depuis les Médicis.

117 « Glieli ».

118 « Cosette », « coselline ».

119 Sur Ascanio Filomarino, cardinal de Naples et véritable héros du récit de Giraffi, voir supra p. 5 et suivantes. Le cardinal est, en revanche, une figure à peu près absente de la lettre du chapelier. Giraffi confirme que « le cardinal archevêque […] se trouvait reclus dans le monastère du Carmine pour pouvoir négocier plus commodément avec Masaniello lui-même » (p. 140).

120 Giraffi montre bien comment, dès le début, Masaniello et le peuple exigent l’abolition des nouvelles taxes au nom d’un privilège ancien « accordé par le roi Ferdinand et confirmé par feu Charles Quint » (Giraffi, p. 81).

121 Semble précédé d’un « l » barré.

122 Le vice-roi était entouré de deux Conseils, le Conseil collatéral et le Conseil d’État (voir Giraffi, p. 148).

123 « Epitaffio », peut-être simplement dans le sens où le texte des capitoli est finalement affiché publiquement au Mercato.

124 Le sens ici n’est pas très clair : Masaniello a-t-il fait venir quatre cents artisans pour travailler à l’agrandissement du Mercato ?

125 Long manteau. Obnubilé par le risque que de longs vêtements pussent dissimuler des armes, Masaniello promulgua « ce matin du jeudi […] que, sous peine de mort, aucun homme ne devait porter de cape, de manteau long, de simarre ou de vêtement semblable […]. Il ordonna aussi dans le même temps à toutes les femmes, sous peine de mort, d’aller sans vertugadin, et cela fut exécuté » (Giraffi, p. 317-138).

126 L’interdiction semble être imposée pendant un mois, en attendant que le roi confirme l’abolition des gabelles.

127 Armoiries. Ce détail est aussi rapporté par Giraffi (p. 164).

128 Si Giraffi rapporte lui aussi ce détail au jeudi 11, il n’en précise pas moins « comme Masaniello l’avait ordonné dès le lundi soir pour éviter dans la nuit toute trahison ou tout tumulte » (p. 155).

129 « Et aprissero le botteghe ».

130 Le texte dit « la lietto ». « Alietto » ou « Allietto » (voir plus loin « l’aletto »), c’est-à-dire « l’eletto » : élu du peuple, tribun.

131 Francesco Antonio Arpaia (dit Ciccio Arpaia) et Giulio Genoino apparaissent sous la plume de Giraffi au jeudi 11 juillet. Ils deviennent les conseillers de Masaniello. Giraffi (p. 146) précise qu’« Arpaia était un des collaborateurs de don Giulio Genoino au temps du duc d’Osuna, et avant le soulèvement il était membre du gouvernement de Tevarola, casale de la ville d’Aversa (c’est justement pour cela que Masaniello l’avait appelé) ».

132 « Trombette ».

133 « Li » corrigé en « lo ».

134 Giraffi mentionne lui aussi ce présent du vice-roi à Masaniello : « Monseigneur le vice-roi envoya deux de ses chevaux de pure race, richement harnachés et accompagnés de ses domestiques au Mercato pour le service de Masaniello et de son frère » (p. 178).

135 Où les attendait le cardinal archevêque.

136 Forme aphérétique de « discolpazione », c’est-à-dire « discolpa ».

137 Non pas bien sûr entre Masaniello et le vice-roi mais parmi les gens de la foule. Giraffi décrit avec mépris la morgue ridicule de Masaniello durant ce moment mais aussi « l’extrême allégresse du peuple de Naples après la publication des capitulations » (p. 185).

138 Giraffi (p. 138 et 175) mentionne des lettres cachées sous les jupes ou sous les semelles de chaussures. Ici elles semblent cachées dans les pistolets.

139 « Vuole », Masaniello.

140 « La pelle qui portait un seul pain, de moins d’un kilo puisque l’once valait à peu près 26,75 grammes, donna son nom à ce pain dont le prix était invariable, quatre grana, et dont seul pouvait varier le poids qui, surtout en cas de disette, était fortement diminué » (Giraffi, note 18, p. 52). On voit que Masaniello avait donc fait notablement augmenter le poids de ce pain.

141 « Assisa » en napolitain a le sens de « calmiere », c’est-à-dire le « tarif » : notre auteur ne donnera donc pas le prix de chaque chose ici.

142 « Grana » est le pluriel de « grano, pièce de cuivre du royaume des Deux-Siciles qui à Naples équivalait à 0,0425 lire » (Giraffi, note 18, p. 52-53).

143 On semble lire « larile » mais le mot ne fait pas de doute.

144 Trois types de vin sont cités : le vin grec supérieur, le lacrima (qui n’est pas encore appelé Lacrima Cristi), de qualité moyenne, et le vin « basso », de qualité inférieure.

145 « Avrei ».

146 « Stessa ».

147 « Ho levato ». C’est-à-dire qu’il a écourté son récit.

148 « El » surchargé en « lo ».

149 Corbeille.

150 Petite arquebuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Nardone, « La Révolution de Naples : Les dix jours de Masaniello (1647) », Cahiers d’études romanes, 35 | 2017, 279-307.

Référence électronique

Jean-Luc Nardone, « La Révolution de Naples : Les dix jours de Masaniello (1647) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/6022 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.6022

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Nardone

Université Toulouse II Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals